DON’T LOOK UP : la propagande nulle du « mouvement climat » (par Nicolas Casaux)

Une nou­velle super­pro­duc­tion signée Net­flix et encen­sée par les médias de masse nous « alerte sur l’état de la pla­nète » (Télé­ra­ma) : Don’t Look Up : Déni cos­mique, avec Leo­nar­do DiCa­prio, Jen­ni­fer Law­rence, Meryl Streep, Cate Blan­chett, etc. On l’a vu. Nous voi­là aler­tés. Non sans iro­nie, le sort de ce film illus­tre­ra très cer­tai­ne­ment ce qu’il dénonce : la des­truc­tion de la pla­nète, tout le monde s’en fout, on pas­se­ra à autre chose, on a d’autres choses à faire, un nou­veau chef suprême à élire, un grand rem­pla­ce­ment nous menace, etc.

Concer­nant son conte­nu (si vous ne vou­lez pas savoir, scrol­lez votre che­min) : la méta­phore du réchauf­fe­ment cli­ma­tique qu’il pro­pose — sous la forme d’une comète mena­çant de s’écraser sur Terre — est assez mau­vaise. Une par­tie de l’humanité — les humain­dus­triels, les habi­tants de la civi­li­sa­tion indus­trielle — est direc­te­ment res­pon­sable du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Une comète qui menace de frap­per la Terre, ça ne marche pas (sauf si on prend la comète pour une méta­phore de la civi­li­sa­tion indus­trielle elle-même : on se retrouve alors avec la civi­li­sa­tion indus­trielle lut­tant contre la civi­li­sa­tion indus­trielle, ce qui se tient, vu que c’est un peu ce qui se passe réel­le­ment… mais, bon, ce n’est pas ce qui est sug­gé­ré). Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique est rela­ti­ve­ment gra­duel, une comète qui s’écraserait sur Terre, assez peu. (Au pas­sage, on note l’habituelle réduc­tion du pro­blème éco­lo­giste à celui du seul réchauf­fe­ment cli­ma­tique.) L’endiguement — mieux encore, l’inversion — du réchauf­fe­ment cli­ma­tique implique d’en finir avec la civi­li­sa­tion indus­trielle, de mettre un terme à l’industrialisme, de dés­in­dus­tria­li­ser, détech­no­lo­gi­ser le monde. La pré­ser­va­tion de la vie sur Terre mena­cée par une comète implique au contraire de recou­rir aux tech­no­lo­gies les plus avan­cées, d’utiliser toutes les res­sources pro­duites par la civi­li­sa­tion indus­trielle. Bref, une méta­phore ratée.

Bien enten­du, le film ne pro­pose aucune cri­tique de l’État, du capi­ta­lisme, de l’industrialisme ou du patriar­cat. Le pro­blème ? Des diri­geants ter­ri­ble­ment stu­pides, pro­fon­dé­ment inca­pables (et des médias à l’avenant). La solu­tion (impli­ci­te­ment sug­gé­rée) ? Élire de meilleurs chefs (qui écou­te­ront les sachants de la caste des scien­ti­fiques, les­quels savent com­ment rendre durable la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle ; for­mulent des recom­man­da­tions qui ne remettent évi­dem­ment jamais en ques­tion les ins­ti­tu­tions qui les financent et les forment, le tech­no­ca­pi­ta­lisme et l’État). Mais com­ment faire avec — ain­si que le film le dépeint, de manière rela­ti­ve­ment réa­liste — une popu­la­tion lour­de­ment com­po­sée d’abrutis, le cer­veau câblé sur les mass-médias, notam­ment télé­vi­suels avec leurs émis­sions grand public au conte­nu déses­pé­ré­ment stu­pide, obnu­bi­lés par les aven­tures des célé­bri­tés et autres influen­ceurs (ou ‑ceuses) qui sévissent dans les cyber-asiles psy­chia­triques (Ins­ta­gram, Tik­Tok, Twit­ter, Snap­chat, Face­book, etc.), accros à la tech­no­lo­gie, aux « mèmes » sur inter­net, ber­nés par le popu­lisme de richis­simes cra­pules encou­ra­geant les conflits iden­ti­taires ou encore per­sua­dés que des rep­ti­liens se cachent par­mi nous et que Bill Gates est l’un des leurs qui a pour objec­tif de tous nous don­ner à man­ger à une cabale consti­tuée de juifs et d’aliens cru­di­vores, etc. ? Mal­heu­reu­se­ment, le film ne nous aide pas à répondre à cette question.

Cela dit, il a au moins le mérite de sou­li­gner ce fait que la véri­table catas­trophe, la pre­mière catas­trophe, qui n’est pas une menace loin­taine, qui est en cours depuis des siècles, est sociale. Le pre­mier désastre, c’est la socié­té humaine (« la » parce qu’à bien des égards il n’en existe gros­so modo plus qu’une seule, pla­né­taire, indus­tria­li­sée, capi­ta­liste, éta­tique, patriar­cale). La catas­trophe éco­lo­gique — qui ne se limite cer­tai­ne­ment pas au réchauf­fe­ment cli­ma­tique mais com­prend la pol­lu­tion et la des­truc­tion inexo­rable des éco­sys­tèmes depuis déjà des siècles, le ravage des habi­tats de toutes les espèces, du pay­sage pla­né­taire — n’est qu’une consé­quence de la catas­trophe sociale.

Et cette catas­trophe sociale n’a rien à voir avec de mau­vais diri­geants. Elle cor­res­pond à — et découle de — l’existence même de diri­geants, de « déci­deurs poli­tiques », de « chefs d’État », de (pre­miers) ministres, etc. Elle cor­res­pond à — et découle de — la délé­ga­tion obli­ga­toire de notre pou­voir au tra­vers de l’élection, soit l’aliénation obli­ga­toire de notre droit légi­time à par­ti­ci­per nous-mêmes, direc­te­ment, à la fabrique de la socié­té dans laquelle on vit, à la fabrique de notre quo­ti­dien. Elle cor­res­pond à — et découle de — la pro­pa­gande mas­sive qui nous fait prendre des sys­tèmes sociaux oli­gar­chiques, auto­cra­tiques, pour des « démo­cra­ties » ; la domi­na­tion la plus écra­sante — la dépos­ses­sion la plus éten­due — que l’humanité ait jamais souf­fert pour le sum­mum de la liber­té humaine ; une ins­ti­tu­tion éta­blie afin de « diri­ger les opi­nions poli­tiques et morales » des indi­vi­dus (l’école, dixit son père fon­da­teur, Napo­léon) pour un for­mi­dable orga­nisme d’émancipation visant à « apprendre à cha­cun à pen­ser par soi-même » ; etc.

La catas­trophe, c’est que la plu­part des « éco­lo­gistes » ne com­prennent pas les ori­gines (sociales) du désastre qu’ils ne per­çoivent que par­tiel­le­ment et aux­quels ils espèrent alors remé­dier sans s’attaquer à ses causes réelles.

Le « mou­ve­ment cli­mat » pos­sède désor­mais son film. Les poli­ti­ciens actuels sont des inca­pables, il faut les secouer, il en faut de meilleurs, qui « écoutent la science », « écoutent les scien­ti­fiques », afin qu’enfin les plans tech­no­cra­tiques visant à rendre durable (décar­bo­ner) la civi­li­sa­tion indus­trielle soient appli­qués. Faute de quoi on va tous cre­ver. Ou plu­tôt, faute de quoi la civi­li­sa­tion indus­trielle risque de s’effondrer.

Décar­bo­ner l’exploitation et la domi­na­tion sociale, décar­bo­ner l’exploitation (la des­truc­tion) de la nature. Décar­bo­ner le tech­no­ca­pi­ta­lisme. Quelle riche idée.

*

D’aucuns pré­tendent voir dans Don’t Look Up une cri­tique du capi­ta­lisme, voire du capi­ta­lisme tech­no­lo­gique — oubliant un peu rapi­de­ment qu’ils l’interprètent ain­si à la lumière de leurs propres connais­sances : tous les spec­ta­teurs net­flixiens n’ont pas lu la Socié­té du spec­tacle de Debord ou Le Sens des limites de Renaud Gar­cia. À d’autres, on rap­pel­le­ra que le fait de comp­ter par­mi ses pro­ta­go­nistes un chef d’entreprise avide, avare et irres­pon­sable ou de mau­vais indus­triels, méga­lo­ma­niaques, sans scru­pules, etc., ne fait évi­dem­ment pas d’un film une cri­tique du capi­ta­lisme. Le capi­ta­lisme, c’est un vaste sys­tème d’entr’exploitation sociale fon­dé sur la pro­prié­té pri­vée, l’argent (notam­ment comme équivalent/aplatisseur uni­ver­sel), le tra­vail, le sala­riat, la mar­chan­dise, la pro­duc­tion de sur­va­leur, l’État, etc. Pour la même rai­son, une cri­tique de la finance, ou de quelque sec­teur indus­triel ou même de plu­sieurs sec­teurs indus­triels n’est pas une cri­tique du capi­ta­lisme. Tout comme dénon­cer la bêtise de cer­tains diri­geants poli­tiques voire de tout une classe poli­tique n’est pas une cri­tique de l’État (seule­ment de ces diri­geants ou de cette classe politique).

Il est assez conster­nant de voir nombre de soi-disant éco­lo­gistes s’imaginer qu’une super­pro­duc­tion signée Net­flix (ou Hol­ly­wood) pour­rait bien être une cri­tique per­ti­nente du capi­ta­lisme, de l’État, de la tech­no­lo­gie ou de quoi que ce soit. Il en va du ciné­ma, du film, comme de l’agroalimentaire : la grande indus­trie pro­duit essen­tiel­le­ment, voire uni­que­ment de la merde.

Enfin, fort aima­ble­ment, afin d’éviter de prendre nos dési­rs pour des réa­li­tés, nos inter­pré­ta­tions sub­jec­tives pour des géné­ra­li­tés, Leo­nar­do DiCa­prio nous résume le film. Il s’a­git, nous dit-il, d’une « ana­lo­gie de la socié­té moderne et de notre inca­pa­ci­té à entendre et à écou­ter la véri­té scien­ti­fique » (autre­ment dit : de l’incapacité de nos diri­geants à suivre, encore une fois, les recom­man­da­tions tech­no­cra­tiques éla­bo­rées par les scien­ti­fiques afin de sau­ver la civi­li­sa­tion indus­trielle et ses scien­ti­fiques, à enta­mer une grande décar­bo­na­tion de l’exploitation, de la dépos­ses­sion et de la domi­na­tion sociale, etc.). Soit, sans sur­prise, le cre­do du « mou­ve­ment cli­mat » — mou­ve­ment essen­tiel­le­ment apo­li­tique, anti­po­li­tique, regrou­pant aus­si bien des jeunes étu­diants d’i­ci et de là, des acteurs hol­ly­woo­diens, des maires de villes majeures, etc., un grand ras­sem­ble­ment d’i­diots utiles du technocapitalisme.

Adam McKay, le réa­li­sa­teur du film, explique, lui, que si le film a ini­tia­le­ment été pen­sé comme une méta­phore du com­por­te­ment de la socié­té indus­trielle face au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, « ensuite, la pan­dé­mie a frap­pé. Cela a fait res­sor­tir ce dont parle vrai­ment le film, à savoir la façon dont nous com­mu­ni­quons les uns avec les autres. Nous ne par­ve­nons même plus à nous par­ler. Nous n’ar­ri­vons même plus à nous entendre. Il s’a­git donc du chan­ge­ment cli­ma­tique, mais au-delà, il s’a­git de ce que l’in­ter­net, les télé­phones por­tables, le monde moderne ont fait à notre façon de communiquer. »

S’il est bien sûr louable de dénon­cer « ce que l’in­ter­net, les télé­phones por­tables, le monde moderne ont fait à notre façon de com­mu­ni­quer », il y a dif­fé­rentes manières de le faire, plus ou moins super­fi­cielles, tou­chant plus ou moins au cœur de l’affaire, ou se conten­tant, comme le font les rares cri­tiques grand public de ce pro­blème, comme ce film, de sug­gé­rer un més­usage de ces ins­tru­ments tech­niques (les télé­phones por­tables, l’internet, etc.). La cri­tique super­fi­cielle (tron­quée) des télé­phones por­tables et de l’internet, qui ne par­vient pas à faire com­prendre — ou occulte — en quoi ces appa­reils posent fon­da­men­ta­le­ment pro­blème, pour­quoi il ne s’agit pas d’un pro­blème de més­usage, pose elle-même pro­blème dans la mesure où elle induit en erreur, où elle ignore l’essentiel : à savoir que la tech­no­lo­gie n’est pas neutre, qu’aucune tech­no­lo­gie n’est neutre, que toute tech­no­lo­gie pos­sède des impli­ca­tions sociales et maté­rielles et que les hautes tech­no­lo­giques sont par défi­ni­tion, consti­tu­ti­ve­ment, syno­nymes d’iniquités sociales et de nui­sances écologiques.

Sor­tir un film fort confus, basé sur des idées capi­ta­lo- et tech­no-com­pa­tibles, avec un cas­ting d’immenses stars, sur Net­flix, le jour de Noël, pour (mal) dénon­cer les pro­blèmes de la com­mu­ni­ca­tion modernes est incroya­ble­ment hypo­crite. En tant que média et indus­trie de masse, le ciné­ma, et la culture de la célé­bri­té qu’il favo­rise, par­ti­cipent lour­de­ment à la pro­pa­gande contem­po­raine, à l’entreprise d’abêtissement géné­ra­li­sée de la civi­li­sa­tion indus­trielle. Avec Don’t Look Up, la noto­rié­té de richis­simes icônes du star-sys­tem tech­no­ca­pi­ta­liste va s’accroitre, Net­flix va empo­cher un pognon de dingue, et la pro­pa­gande absurde du « mou­ve­ment cli­mat » va se pro­pa­ger davantage.

Le « mouvement climat » contre le mouvement écologiste

Le « mou­ve­ment cli­mat » est né entre 2000 et 2010, avec la créa­tion de plu­sieurs ONG d’un nou­veau genre, foca­li­sées sur la « ques­tion cli­ma­tique », comme 350 (.org), notam­ment fon­dée grâce à l’argent d’une des plus grandes familles de phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes états-unien, les Rocke­fel­ler, ou comme le Glo­bal Call for Cli­mate Action, éga­le­ment finan­cé par les Rocke­fel­ler mais aus­si par des fon­da­tions figu­rant elles-mêmes par­mi les plus riche­ment sub­ven­tion­nées (par des riches et des entre­prises et d’autres fon­da­tions pri­vées) au monde, comme la Euro­pean Cli­mate Foun­da­tion (finan­cée, entre autres, par la William and Flo­ra Hew­lett Foun­da­tion, la Bloom­berg Fami­ly Foun­da­tion, le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund, la IKEA Foun­da­tion, etc.) ou la Cli­ma­te­Works Foun­da­tion (éga­le­ment finan­cée par la William and Flo­ra Hew­lett Foun­da­tion, mais aus­si par la David and Lucile Packard Foun­da­tion, le Bezos Earth Fund, Bloom­berg Phi­lan­thro­pies, la fon­da­tion Ford, la IKEA Foun­da­tion, etc.).

Autre­ment dit, l’argent des ultra-riches et des mul­ti­na­tio­nales qu’ils pos­sèdent a per­mis, voire fabri­qué ce « mou­ve­ment cli­mat », ses marches hau­te­ment média­tiques (les médias appar­tiennent sinon aux mêmes inté­rêts finan­ciers, au moins à la même classe sociale), etc.

Cela étant, l’argent des ultra-riches finan­çait déjà, avait déjà réus­si à coop­ter une par­tie du mou­ve­ment éco­lo­giste, ou, disons, à créer de toutes pièces un mou­ve­ment éco­lo­giste d’un cer­tain type. Les Amis de la Terre ont été créés en 1969 aux USA grâce au sou­tien finan­cier de Robert O. Ander­son, le fon­da­teur et pro­prié­taire de la com­pa­gnie pétro­lière amé­ri­caine ARCO. Le WWF a direc­te­ment été pen­sé et créé (en 1961) par des riches, finan­cé par des princes, etc.

Mais en paral­lèle (et aux anti­podes) de cet éco­lo­gisme lour­de­ment finan­cé exis­tait, depuis les années 1930 en France, et sans doute ailleurs, un mou­ve­ment éco­lo­giste aux idées et aspi­ra­tions réel­le­ment sub­ver­sives, anti­ca­pi­ta­liste, anti-indus­triel même (en par­tie), qui aspi­rait à pré­ser­ver la nature (y com­pris pour elle-même), cen­tré sur le vivant et non sur la civi­li­sa­tion, qu’incarnaient Jacques Ellul, Ber­nard Char­bon­neau, Pierre Four­nier, le jour­nal La Gueule Ouverte, la revue Sur­vivre… et vivre fon­dée par Alexandre Gro­then­dieck et ses amis, l’é­co­fé­mi­nisme de Maria Mies et Van­da­na Shi­va, etc.

Aujourd’hui, dans l’ensemble, il ne reste plus que le « mou­ve­ment cli­mat ». Les grandes ONGE (les ONG envi­ron­ne­men­tales) se sont plus ou moins ali­gnées des­sus. De richis­simes acteurs hol­ly­woo­diens (net­flixiens) comme Leo­nar­do DiCa­prio s’en réclament, le rejoignent. Ce qui n’a rien d’étonnant. Le « mou­ve­ment cli­mat » n’a essen­tiel­le­ment aucune reven­di­ca­tion anti­ca­pi­ta­liste, ne s’intéresse pas vrai­ment à l’exploitation et à la domi­na­tion sociale, aux classes sociales — il se contente de bavar­der de quelque « jus­tice sociale » der­rière laquelle on trouve tout et rien. Adam McKay, le réa­li­sa­teur de Don’t Look Up, fait par­tie de ce « mou­ve­ment cli­mat », dont voi­ci les prin­ci­paux griefs et les prin­ci­pales revendications :

Nos diri­geants n’agissent pas comme il faut pour endi­guer la crise cli­ma­tique, ou pour adap­ter nos socié­tés, la civi­li­sa­tion indus­trielle, au réchauf­fe­ment cli­ma­tique (c’est selon, par­fois les deux mélan­gés). Ils n’écoutent pas la science. Ils n’écoutent pas les scien­ti­fiques. Ils ne déve­loppent pas assez vite et mas­si­ve­ment les indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite renou­ve­lable, verte, propre, décar­bo­née ou bas-car­bone, l’industrie de cap­ture et sto­ckage du car­bone. Ils ne dés­in­ves­tissent pas assez vite des éner­gies fos­siles. Le nucléaire, bon, pour­quoi pas.

C’est-à-dire que ce mou­ve­ment d’imbéciles ne voit aucun pro­blème fon­da­men­tal dans le capi­ta­lisme, l’industrialisme, la tech­no­lo­gie, la science, etc. Ce qui explique son finan­ce­ment, sa com­po­si­tion et sa pré­sence média­tique. Les patrons de mul­ti­na­tio­nales, les ultra-riches, les jour­na­listes des grands médias comme le Guar­dian, le New York Times, les stars d’Hollywood, etc., ne sont évi­dem­ment pas anti­ca­pi­ta­listes. Tous ces gens-là ont donc créé un mou­ve­ment éco­ca­pi­ta­liste (pour un capi­ta­lisme indus­triel durable, vert, car­bo­neutre), qui occupe tout le maigre espace média­tique alloué à l’écologie, et auquel, tris­te­ment, mais sans sur­prise, des gens de toutes condi­tions adhèrent (sans sur­prise étant don­né que, comme l’ont noté Marx et Engels il y a long­temps : « Les pen­sées de la classe domi­nante sont aus­si, à toute époque, les pen­sées domi­nantes, autre­ment dit la classe maté­riel­le­ment domi­nante de la socié­té y est aus­si la puis­sance spi­ri­tuel­le­ment dominante »).

Ce que tout ça signi­fie, pour faire au plus clair, c’est que Don’t Look Up est un film finan­cé et réa­li­sé par des éco­ca­pi­ta­listes, pour des éco­ca­pi­ta­listes, et encen­sé dans les médias éco­ca­pi­ta­listes. Que le « mou­ve­ment cli­mat » (mou­ve­ment éco­ca­pi­ta­liste) n’a aucune chance de jamais mettre un terme au désastre éco­lo­gique en cours, qu’il ne com­prend que très par­tiel­le­ment, puisqu’il ne sou­haite pas s’attaquer à ses causes mais au contraire encou­rage sa conti­nua­tion sous cou­vert de lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, de rendre durable la civi­li­sa­tion indus­trielle — la prin­ci­pale chose qu’il essaie de sauver.

On rap­pel­le­ra, pour finir, que la science et les scien­ti­fiques, qu’A­dam McKay et le mou­ve­ment cli­mat célèbrent, sont res­pon­sables du réchauf­fe­ment cli­ma­tique qu’ils déplorent aujourd’­hui, et plus géné­ra­le­ment du ravage du monde et de l’ex­pan­sion, de l’ap­pro­fon­dis­se­ment et du ren­for­ce­ment modernes de l’ex­ploi­ta­tion sociale. Sans science et scien­ti­fiques, pas de hautes tech­no­lo­gies, pas de voi­tures, pas de che­va­lets à pom­per le pétrole, pas d’or­di­na­teurs, pas de bombes ato­miques, pas de tron­çon­neuses, pas de camé­ras de vidéo­sur­veillance, pas de LBD, pas de gaz lacry­mo­gènes, etc.

Net­flix nous dit quoi faire « après avoir regar­dé Don’t Look Up » : « Vivre, rire, écou­ter les scientifiques »

& aus­si que ce n’est pas un hasard si la ques­tion posée à McKay indique une inquié­tude pour « la sur­vie de l’espèce humaine » plu­tôt que pour celle des forêts anciennes, plu­tôt que pour la pré­ser­va­tion de la nature, l’arrêt de la des­truc­tion du monde. En outre, par « l’espèce humaine » McKay et son inter­vie­wer entendent évi­dem­ment « la civi­li­sa­tion » : peu leur importe les humains qui vivent en dehors de la socié­té tech­no­lo­gique. D’où la réponse de McKay cen­trée sur la science et la technologie.

***

Addendum (09/01/2022) : DON’T LOOK UP : Le mouvement climat, un mouvement contre-révolutionnaire

Gold­man Sachs, Ikea, Bloom­berg, HSBC, EDF, et une mul­ti­tude de mul­ti­na­tio­nales ou d’entreprises de télé­com­mu­ni­ca­tions, de pro­duc­tion d’énergie, etc., financent géné­reu­se­ment le pro­jet appe­lé « Count Us In » (soit : « Comp­tez sur nous »), auquel le film Don’t Look Up est lui-même asso­cié. Il s’agit, sans sur­prise, de nous dire que nous pour­rions et devrions tous — ensemble, main dans la main — faire des efforts pour décar­bo­ner (rendre durable) le capi­ta­lisme indus­triel. Choi­sir une « banque verte », sou­te­nir le déve­lop­pe­ment des « éner­gies propres », « inves­tir plus vert », rou­ler en voi­ture élec­trique, etc. Ensemble, main dans la main, parce que, voyez-vous, toutes et tous, clo­chards, chô­meurs, RSAstes, employés, ouvriers, retrai­tés, coif­feurs, plom­biers, éboueurs, poli­ciers, fro­ma­gers, petits patrons, grands patrons, chefs d’État et PDG de mul­ti­na­tio­nales, nous ne for­mons qu’une seule grande famille, qu’un vaste cercle d’amis et d’amies, œuvrant de concert pour le plus grand bien de nous toutes et tous.

Bien enten­du, c’est tota­le­ment faux. La pro­pa­gande capi­ta­lo-éta­tique vise à nous le faire accroire pour la même rai­son que l’État a vio­lem­ment répri­mé le mou­ve­ment des gilets jaunes. Il faut main­te­nir la paix sociale. Il est tout à fait atten­du que les riches et les puis­sants passent sous silence l’exploitation et la domi­na­tion sociales, pré­tendent qu’il n’existe aucun anta­go­nisme dans la socié­té indus­trielle, que tous les rap­ports sociaux y sont de nature fra­ter­nels, éga­li­taires, etc. Soit l’inverse de la réa­li­té. En réa­li­té, l’État implique la domi­na­tion sociale d’un petit groupe d’individus sur tous les autres, et même, en per­met­tant l’existence du capi­ta­lisme, l’entr’exploitation géné­ra­li­sée, la mise en concur­rence géné­ra­li­sée de tous contre tous, et tout par­ti­cu­liè­re­ment l’exploitation impi­toyable des plus pauvres, des dépos­sé­dés, des non-pro­prié­taires, par les plus riches, les pos­sé­dants, les pro­prié­taires. Nous ne sommes pas dans le même yacht que les riches et les puis­sants, cer­tai­ne­ment pas dans le même camp que ces cri­mi­nels en col blanc qui orga­nisent notre asser­vis­se­ment social, notre oppres­sion, notre mise sous sur­veillance, et la mise en coupe réglée de la planète.

Le mou­ve­ment cli­mat, (qua­si­ment) créé et lour­de­ment finan­cé par l’argent des riches, des classes domi­nantes, des États et des grandes ins­ti­tu­tions supra-éta­tiques, ne remet — évi­dem­ment — jamais en ques­tion l’essentiel des causes des inéga­li­tés sociales, qui sont aus­si celle du désastre éco­lo­gique : l’existence du capi­ta­lisme et de l’État. Et durant que des aspi­rants éco­los pauvres s’imaginent faire « un petit geste » pour la pla­nète, quelque part, un riche, dont le train de vie a infi­ni­ment plus d’effet sur la nature, fait l’exacte inverse, puis­sance mille (par exemple en fai­sant construire « un gigayacht de 120 mètres avec 5 ponts et de nom­breux équi­pe­ments de luxe pour toutes et tous », dis­po­sant « de grands espaces et d’une hau­teur sous pla­fond qui vous rap­pel­le­ra sans nul doute les grandes salles de bals que l’on peut trou­ver dans les palais », dont « la déco­ra­tion inté­rieure ren­force ce sen­ti­ment, avec une uti­li­sa­tion mas­sive de maté­riaux pré­cieux et pres­ti­gieux », avec des « suites de luxe, dont une suite prin­ci­pale avec poutres appa­rentes, salle de jeux et de ciné­ma, bar, salle de sport et de remise en forme, pis­cine exté­rieure ou encore jacuz­zi avec vue sur l’océan », sachant que « vous pour­rez éga­le­ment pro­fi­ter des sor­ties en mer grâce au garage et aux jet-skis qui viennent avec ce navire d’exception », et que, pour cou­ron­ner le tout, de gro­tesques men­songes verts per­mettent aux riches d’a­voir bonne conscience : « le yacht se veut res­pec­tueux de l’environnement avec de nom­breuses ins­tal­la­tions et dis­po­si­tifs qui vont en ce sens : bio­di­ges­teur, trai­te­ment des eaux usées ou encore tech­no­lo­gie de réduc­tion des par­ti­cules qui per­met de réduire ces der­nières jusqu’à 90% per­mettent […] de com­pen­ser les impacts éco­lo­giques d’un bateau de cette envergure ».)

Voi­là pour­quoi Don’t Look Up — dont un des prin­ci­paux acteurs, Leo­nar­do DiCa­prio, qui se plait à faire la leçon aux petites gens qui regardent ses films tout en vivant sa vie de mil­liar­daire, a été aper­çu il y a quelques jours dans les caraïbes, près de Saint-Bar­thé­lé­my, à bord du Vava II, un yacht de luxe pro­prié­té de Ernes­to Ber­ta­rel­li, homme d’affaires suisse, marié à Kirs­ty Roper, ex-Miss Royaume-Uni — est un film détes­table, au même titre que le mou­ve­ment cli­mat qu’il sert à pro­mou­voir : ils ne remettent pas en ques­tion les seules choses qui devraient l’être : l’État et le capitalisme.

En outre, ceux qui se fichent de l’exploitation et de la domi­na­tion sociales et croient réel­le­ment que si nous étions des mil­lions à accom­plir les petits gestes qu’on nous pro­pose d’effectuer pour décar­bo­ner le capi­ta­lisme indus­triel, et que si les entre­prises et les gou­ver­ne­ments fai­saient des efforts, alors le capi­ta­lisme indus­triel pour­rait réel­le­ment deve­nir durable se trompent lour­de­ment. Le capi­ta­lisme est intrin­sè­que­ment crois­san­ciste, expan­sion­niste. Aucune pro­duc­tion indus­trielle d’énergie dite « renou­ve­lable », « verte » ou « propre » ne l’est réel­le­ment, toutes impliquent des dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales. La voi­ture élec­trique est un désastre éco­lo­gique au même titre que toutes les pro­duc­tions industrielles.

Si vous aimez la vie sur Terre, oubliez toutes les imbé­ci­li­tés men­son­gères que les orga­ni­sa­tions comme « Count Us In » et les grandes figures média­tiques du « mou­ve­ment cli­mat » vous racontent. Elles visent avant tout à pré­ser­ver non pas la vie sur Terre mais le capi­ta­lisme indus­triel. Al Gore, un des plus émi­nents repré­sen­tants du « mou­ve­ment cli­mat », idole majeure de Gre­ta Thun­berg (qui décla­rait, le 30 décembre 2018 : « Mer­ci Al Gore d’être un vrai pion­nier. Peu de gens ont fait autant que vous. C’était un hon­neur de vous ren­con­trer. »), le clame ouvertement :

« Les inéga­li­tés, c’est un peu comme l’inflation. Vous en aurez tou­jours un peu. Sinon, vous vous retrou­vez avec un autre genre de pro­blème. On en veut donc tou­jours un peu, mais on doit à tout prix évi­ter l’hyperinflation. Cela gâche tout. Les inéga­li­tés, c’est pareil. Pour que les mar­chés fonc­tionnent, il nous faut un peu d’inégalité. Les gens ont des com­pé­tences dif­fé­rentes, cer­taines valent plus que d’autres. Mais lorsque les inéga­li­tés atteignent des niveaux trop éle­vés, cela menace à la fois la démo­cra­tie et le capi­ta­lisme. Ce que nous consta­tons. » (10 octobre 2019, Som­met mon­dial des maires du C40 (C40 World Mayors Sum­mit 2019))

Vive les inéga­li­tés, le capi­ta­lisme et la démo­cra­tie capi­ta­liste. Et ailleurs :

« Ces temps-ci sont cru­ciaux pour les inves­tis­seurs. C’est au cours des dix pro­chaines années que nous devons accé­lé­rer urgem­ment la tran­si­tion vers une éco­no­mie à faible émis­sion de car­bone. Nous pen­sons que le capi­ta­lisme court le risque de s’écrouler. En consé­quence, le com­merce, qui a été assez timide par le pas­sé en ce qui concerne la méca­nique de l’investissement dans la sou­te­na­bi­li­té, s’apprête à aug­men­ter sa visi­bi­li­té. Nous devons y aller à fond. Nous allons deve­nir plus agres­sif parce que nous n’avons pas le choix. » (Al Gore et David Blood, “Capi­ta­lism is in Dan­ger of Fal­ling Apart” (« Le capi­ta­lisme est en dan­ger »), Finan­cial Times, 27 juillet 2014)

Si vous aimez la vie sur Terre, vous devez réa­li­ser que le capi­ta­lisme et l’État (notam­ment en rai­son des inéga­li­tés sociales qu’ils impliquent) sont la cause de sa des­truc­tion, et que le « mou­ve­ment cli­mat », qui vise à sau­ver le capi­ta­lisme de lui-même, fait éga­le­ment par­tie du problème.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
17
Shares
3 comments
  1. Bon­jour pou­vez-vous déve­lop­per l’ar­gu­ment « On rap­pel­le­ra, pour finir, que la science et les scien­ti­fiques, […] sont res­pon­sables […] du ravage du monde . »
    C’est aus­si grâce à la recherche scien­ti­fique et ce de tout temps que de mer­veilleuses choses sont pos­sibles pour nous amé­lio­rer en temps qu’es­pèce. L’hu­main n’a-t-il pas en lui ce moteur de vou­loir com­prendre et amé­lio­rer son sort mais aus­si celui de ce qui l’en­toure ? Sans cela, ne serions-nous pas res­ter des singes (Haku­na Matata)?

  2. A noter, au moment où les 2000 pas­sa­gers de « l’é­lite » s’en­fuient dans un vais­seau Bash, un tra­vel­ling nous montre les cap­sules de sur­vie dans les­quelles ils sont en som­meil pen­dant le voyage, on peut y lire fur­ti­ve­ment leur iden­ti­té : Oil, Bank et Lobbying.
    A noter éga­le­ment le mode de vie sau­vage auquel ces nau­fra­gés accèdent en arri­vant sur la nou­velle pla­nète : une vie non indus­trielle, comme si eux même cher­chaient une vie dés­in­dus­tria­li­sée, contrai­re­ment à la popu­la­tion condi­tion­née qui veut consommer.
    A noter aus­si les der­nières phrases du per­son­nage de Ran­dall (DiCa­prio) avant de périr : « nous avions tout ». Ain­si que leur foca­li­sa­tion sur le sau­mon « sau­vage », sur la nour­ri­ture indus­trielle qui aurait meilleur gout.
    Bref, je trouve que le film n’est pas dénué de cri­tique du capi­ta­lisme, il le dénonce plu­tôt sub­ti­le­ment, mais de manière inof­fen­sive, bien sûr. Ce qui me dérange davan­tage, c’est la vision éli­tiste, pla­çant le réa­li­sa­teur ou le spec­ta­teur comme celui qui sait, et les per­son­nage comme des igno­rants béats, fai­sant leurs courses et consom­mant comme si de rien n’é­tait. En réa­li­té beau­coup de gens savent la gra­vi­té de la situa­tion, l’ab­sur­di­té de la socié­té de consom­ma­tion, seule­ment ils sont contraints par l’E­tat, par l’as­ser­vis­se­ment éco­no­mique, social, et l’emploi de la vio­lence légi­time. La lutte sociale et la répres­sion sont absentes du film. Le seul moment où c’est mon­tré, c’est quand l’héroïne est obli­gée de révé­ler aux gens dans le bar que le pou­voir sou­haite exploi­ter la comète et non pas la stop­per ou la dévier. Ils se mettent à tout cas­ser. Jolie illus­tra­tion de la colère citoyenne. Pour une fois la dégra­da­tion est com­pré­hen­sible par tout un cha­cun. Dom­mage que le mes­sage soit biai­sé par la méta­phore mal­adroite du film. On peut com­prendre une réac­tion du genre « le pou­voir ne sou­haite pas nous sau­ver de la catas­trophe (natu­relle) alors on va tout cas­ser ». Alors qu’on aurait du com­prendre « le pou­voir nous exploite et détruit notre envi­ron­ne­ment alors on va tout casser ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les chasseurs-cueilleurs et la mythologie du marché (par John Gowdy)

Marx affirmait que « la vitalité des communautés primitives était incomparablement plus importante que celle des sociétés capitalistes modernes. » Cette affirmation a depuis été appuyée par de nombreuses études soigneusement résumées dans cette formule de la prestigieuse Cambridge Encyclopedia of Hunters and Gatherers (Encyclopédie de Cambridge des chasseurs et des cueilleurs). Ainsi que l’Encyclopédie le stipule : « Le fourrageage constitue la première adaptation à succès de l’humanité, occupant au moins 90% de son histoire. Jusqu’à il y a 12 000 ans, tous les humains vivaient ainsi. » [...]