Julien Vidal, couillon ultime de l’écologisme médiatique (par Nicolas Casaux)

Dans le domaine de l’écologie, ou, plu­tôt, de ce qui se réclame de l’écologie, j’ai déjà lu des livres nuls. J’en ai même lu beau­coup. J’ai lu Cyril Dion, Isa­belle Delan­noy, Jean-Marc Jan­co­vi­ci, Julien Wos­nit­za, etc. C’est dire. Mais je n’avais jamais rien lu d’aussi pitoyable, d’aussi conster­nant que Julien Vidal — qui en est pour­tant à son qua­trième gri­bouillage, à sa qua­trième injure faite aux arbres, à l’intelligence, à la vie.

En effet, son der­nier « livre » [sic], inti­tu­lé 2030 glo­rieuses, publié chez Actes Sud (la mai­son d’édition de Fran­çoise Nys­sen, ex-ministre de la culture de Macron) dans une col­lec­tion diri­gée par Cyril Dion, fait suite à Ça com­mence par moi (Seuil, 2018), Ça va chan­ger avec vous ! Il est temps d’être éco­los et fiers de l’être (First Edi­tions, 2019), et Redon­ner du pou­voir à son argent (Actes Sud, 2020).

Ça com­mence par moi, c’est un ensemble d’« actions pour une éco-citoyen­ne­té ambi­tieuse », c’est aus­si « la pre­mière com­mu­nau­té d’ac­teurs éco-citoyens de France ». Le mani­feste du pro­jet — qui pos­sède son propre site web —, une longue enfi­lade indi­geste de niai­se­ries en tous genres, nous encou­rage à « expé­ri­men­ter et construire dès aujourd’hui un monde durable, soli­daire et heu­reux », car

« le modèle actuel se nour­rit de nos non-dits, de nos com­pro­mis mous, de notre pas­si­vi­té, de nos incohérences…il n’est pour­tant jamais trop tard pour s’y mettre et tout le monde peut lan­cer son par­cours de la manière qu’il le sou­haite car nous sommes prêts à être ambi­tieux, ras­sem­bleurs et bien­veillants, car si l’exemplarité est fon­da­men­tale, l’expérimentation dans notre chair de cet idéal est pri­mor­diale. Comme un for­ge­ron qui donne des mil­liers de coups de mar­teau pour confec­tion­ner un outil en métal, comme un peintre donne des mil­liers de coups de pin­ceaux pour fina­li­ser son tableau, le citoyen doit constam­ment oeu­vrer à ce monde idéal en mou­ve­ment qui nous échap­pe­ra en per­ma­nence mais dont on doit se rap­pro­cher au maxi­mum, la tête haute pour gar­der sans cesse en ligne de mire un objec­tif loin­tain, comme un cou­reur qui regarde l’horizon et qui s’y dirige fou­lée après fou­lée. C’est une véri­table mar­teau-thé­ra­pie du changement. »

Pro­met­teur, n’est-ce pas. Et donc, par­mi les « 408 actions pour une éco⁠-⁠citoyenneté ambi­tieuse » que liste le site, on retrouve des choses comme :

« Je vais ren­con­trer des incon­nus au Social Bar »

« J’opte pour une crème solaire écologique »

« Je passe au savon de Mar­seille traditionnel »

« Je limite la qua­li­té du strea­ming vidéo »

Etc. Heu­reu­se­ment, Julien Vidal s’est aus­si pro­po­sé de clas­ser ces « actions » notam­ment afin de faire res­sor­tir « les plus impac­tantes ». Et quelle est donc la plus « impac­tante » ?, mou­rez-vous d’envie de savoir. Eh bien :

« Je rejoins un incu­ba­teur de l’ESS »

Sui­vie de près par « je pré­fère le train à l’avion », « je m’inscris sur les listes élec­to­rales », « j’ouvre un gîte zéro déchet », « j’adopte l’éco-conduite », etc.

Vous l’aurez com­pris, Julien Vidal et sa com­mu­nau­té se sont sym­pa­thi­que­ment dévoués pour nous four­nir une liste presque exhaus­tive de toutes les choses qui ne servent essen­tiel­le­ment à rien, qui n’ont à peu près aucune chance de nous aider à mettre un terme au désastre socio-éco­lo­gique en cours. À dire vrai, dif­fi­cile de ne pas avoir l’impression qu’il s’agit d’une sorte de vaste paro­die, d’une blague sophis­ti­quée. Mais non, pas du tout. Julien Vidal est très sérieux. Dans son der­nier livre, 2030 glo­rieuses, paru, donc, chez Actes Sud, il res­sasse encore une fois, à peu de choses près, les mêmes imbé­ci­li­tés qui noir­cissent les pages de ses pré­cé­dents ouvrages. Il y fait par exemple la pro­mo­tion de métiers d’avenir, du genre de ceux que l’on retrou­ve­ra dans le Royaume éco-bio-tech­no-indus­trielle durable que les aveugles en son genre aper­çoivent à l’horizon 2030, comme « fon­da­trice d’un vil­lage de Tiny Houses », « cofon­da­trice d’une entre­prise de soins natu­rels et enga­gés », « ban­quière iti­né­rante », « éco-mana­ger sur les tour­nages audio­vi­suels », etc., j’en passe et des plus bios.

Aus­si, saviez-tu que grâce au libé­ra­lisme, « une grande par­tie de l’humanité a vu l’amélioration de ses besoins vitaux au cours des der­nières décen­nies » ? N’ont-ils aucun relec­teur chez Actes Sud ?! Peut-être n’ont-ils pas jugé utile de faire relire un tel détri­tus (extrê­me­ment mal écrit — Julien Vidal écrit comme il pense, uti­lise des mots dont il ne connait mani­fes­te­ment pas la défi­ni­tion, etc.). On les com­prend, le public auquel il est des­ti­né est sans doute à l’image de son auteur. Quoi qu’il en soit, l’« amé­lio­ra­tion de ses besoins vitaux », ça ne veut rien dire. Selon toute logique, on ne peut « amé­lio­rer » des « besoins vitaux ». Cela dit, le déco­dage de cette asser­tion ratée n’est pas com­pli­qué. & elle s’avère hau­te­ment dis­cu­table, sinon fausse. Mais com­pa­rée au reste du livre, c’est une véri­té lumineuse.

Cou­ra­geu­se­ment, Julien Vidal s’en prend tout de même au capi­ta­lisme. En tout cas dans un inter­titre : « Le capi­ta­lisme ne pour­ra pas se mettre au ser­vice du vivant. » Car, bien enten­du, quelques lignes plus bas, c’est « un mode de vie néo­li­bé­ral » qui se trouve poin­té du doigt. Exit le capi­ta­lisme, qui n’est d’ailleurs jamais défi­ni dans son pathé­tique cafouillage de plus de 200 pages. Éga­le­ment, si vous ne le sachiez-tu, Julien Vidal t’explique : le « mode de vie néo­li­bé­ral » a appa­rem­ment pour effet de « libé­rer » la « pro­pen­sion de l’être humain à la cupi­di­té et au consu­mé­risme, son goût de conqué­rir, d’asservir, de pos­sé­der ». Il « libère » même « son droit de piller les res­sources natu­relles et les espèces vivantes ». Bon sang, mais c’est bien sûr.

Et si cet empaf­fé fus­tige ici et là « le capi­ta­lisme » ou « la crois­sance », il fait aus­si l’éloge des « objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable (17 objec­tifs qui nous donnent la marche à suivre pour par­ve­nir à un ave­nir meilleur et plus durable pour tous d’ici à 2030) » de l’ONU. Peu lui importe — ou peut-être, plus pro­ba­ble­ment, ignore-t-il — que ces objec­tifs sont de purs pro­duits du capi­ta­lisme, éta­blis par et pour le capi­ta­lisme. Le tout pre­mier de ces objec­tifs vise d’ailleurs à pro­mou­voir… « la crois­sance éco­no­mique », de même que le hui­tième (« une crois­sance éco­no­mique sou­te­nue ») et que tous les autres en réa­li­té. Quoi d’étonnant, l’ONU est un des quelques orga­nismes supra-éta­tiques qui cha­peautent — et sont pro­duits par — le capi­ta­lisme mondialisé.

Bien enten­du, Julien Vidal égrène aus­si l’habituelle lita­nie des jolies his­toires que les éco­lo­gistes du dimanche en quête de ras­su­rances aiment col­por­ter. Saches-tu qu’au Bhou­tan, ils ont déve­lop­pé un for­mi­dable indice appe­lé « Bon­heur natio­nal brut » ? Épas­trouillant, n’est-ce pas ?! Le Bhou­tan serait même « le seul pays au monde à avoir un bilan car­bone néga­tif » ! Génial, non ?! Non. Imbé­cile. D’abord parce que le « bilan car­bone » est une mys­ti­fi­ca­tion comp­table, ensuite parce que les choses les plus impor­tantes sont la pré­ser­va­tion de l’environnement — la nature — et la liber­té. Or, au Bhou­tan, pays en plein déve­lop­pe­ment indus­triel, la nature souffre de plus en plus, comme par­tout ailleurs. L’électricité y pro­vient essen­tiel­le­ment d’immenses bar­rages hydro­élec­triques, prin­ci­pa­le­ment finan­cés par l’Inde, qui noient des val­lées, détruisent fleuves et rivières et émettent beau­coup de gaz à effet de serre. Des bar­rages qu’il faut bien construire, avec des machines, etc. Déve­lop­pe­ment oblige, au Bhou­tan, le nombre de voi­tures sur les routes ne cesse d’augmenter, ain­si que la consom­ma­tion éner­gé­tique dans son ensemble, qui conti­nue de pro­ve­nir à 70% de com­bus­tibles fos­siles et de bio­masse. Mais heu­reu­se­ment, le gou­ver­ne­ment bhou­ta­nais entend aug­men­ter et diver­si­fier sa pro­duc­tion d’énergie dite verte, propre ou renou­ve­lable (en misant sur le solaire et l’éolien, notam­ment). Rien de vert ici, rien de bon pour la pla­nète, au contraire. La même civi­li­sa­tion indus­trielle en déve­lop­pe­ment que par­tout ailleurs. & sur le plan de la liber­té, on rap­pel­le­ra que le Bhou­tan est tou­jours une royau­té (soit une orga­ni­sa­tion sociale encore plus éloi­gnée de la démo­cra­tie que nous ne le sommes, c’est dire), et qu’un son­dage en date de 2010, effec­tué par son gou­ver­ne­ment, rap­porte que 68% des femmes du pays consi­dèrent qu’il est nor­mal que leurs maris les battent. Bien­ve­nue au pays du Bon­heur natio­nal bru­tal (pour les femmes).

Bien enten­du, Julien Vidal pré­sente les éner­gies dites vertes, propres ou renou­ve­lables comme des solu­tions pour ver­dir la civi­li­sa­tion indus­trielle — mais tout en rap­pe­lant qu’elles ne sont pas vrai­ment vertes ou propres. Pro­mou­voir des éner­gies pas vertes, pas sou­te­nables, comme une solu­tion pour rendre verte et sou­te­nable la civi­li­sa­tion indus­trielle ? Oui, par­fai­te­ment ! Et pour­quoi pas ?! À par­tir du moment où l’on peut amé­lio­rer ses besoins vitaux, tout devient pos­sible. Et puis… peut-être cela le rend-il heu­reux ! Or, « choi­sir d’être heu­reux, c’est un acte de résis­tance poli­tique » ! La pen­sée posi­tive et ses man­tras, quelle honte (le livre de Julien dégou­line de cet engoue­ment obses­sion­nel et léni­fiant pour le bon­heur, l’optimisme, la joie, le sou­rire, qu’incarne sa col­lègue Cathe­rine Tes­ta, coach en bon­heur pour entre­prises du CAC 40).

Mais repre­nons. Pour nous sor­tir d’affaire, Julien ima­gine aus­si un « vice-Pre­mier ministre du temps long », sorte de « super ministre du futur » qui nous aide­rait à « relo­ca­li­ser notre indus­trie » (des mines en France ! oh oui !), « créer des filières pro­fes­sion­na­li­santes pour déve­lop­per les nou­veaux métiers liés, entre autres, à la sobrié­té éner­gé­tique », déve­lop­per des « pro­jets d’écoquartiers pas­sifs et dépol­luants comme le Hei­del­berg Vil­lage en Alle­magne », « inves­tir mas­si­ve­ment et sans attendre dans les éner­gies renou­ve­lables et faire du ser­vice public et des régies publiques le fleu­ron de la tran­si­tion éner­gé­tique », etc. Pour un monde plus durable et plus bio.

De toute façon, Julien Vidal ne fait que nous rap­por­ter le bon­heur que lui pro­cure la fameuse « révo­lu­tion déjà en cours » qui se mani­feste par­tout (si, si, faites un effort, ouvrez les yeux, voyez !). Quelle joie. Heu­reu­se­ment, cette révo­lu­tion ne consiste pas à « com­plè­te­ment remi­ser la tech­no­lo­gie au pla­card », car « la tech­no­lo­gie, comme n’importe quelle créa­tion de l’être humain, n’est qu’un outil. C’est l’utilisation que nous lui attri­buons qui la dote d’un impact posi­tif ou néga­tif. » Bien enten­du ! En elle-même, la construc­tion d’une bombe nucléaire n’implique rien. Ensuite, il s’agit juste de faire le bon choix : s’en ser­vir comme oreiller plu­tôt que la lar­guer depuis un bom­bar­dier sur une ville japo­naise. Tout est neutre. Le livre de Julien, pour prendre un autre exemple, libre à nous de choi­sir de nous en ser­vir pour le jeter à la tronche d’un éco­char­la­tan dans son genre, le brû­ler pour se réchauf­fer un soir de décembre ou l’enterrer dans une butte pour faire de l’engrais. Vous voyez. Par­fai­te­ment neutre (sa fabri­ca­tion n’a, elle aus­si, rien impli­qué, bien évi­dem­ment). Mais je digresse (sur la non-neu­tra­li­té de la tech­nique, voir le post-scrip­tum de ce texte).

La civi­li­sa­tion indus­trielle bio et cool que Julien Vidal nous pro­met s’appuiera donc mas­si­ve­ment sur l’internet, qui en consti­tue­ra « une trame extra­or­di­naire ». L’électronique y sera « res­pon­sable », la high-tech « durable », avec des fabri­cants « de smart­phones éthiques » comme Fair­phone, etc. Le rêve des nigauds.

Mais bref. Julien Vidal n’est clai­re­ment pas le cou­teau le plus aigui­sé du tiroir « éco­lo », ce qui explique sans doute pour­quoi il ne béné­fi­cie pas de la média­ti­sa­tion d’un Cyril Dion. La confu­sion, la bêtise et l’ignorance dont témoignent ses idées ne sont donc pas exac­te­ment repré­sen­ta­tives de celles de tous ses col­lègues. Néan­moins, elles demeurent assez repré­sen­ta­tives de la stu­pi­di­té, la niai­se­rie men­son­gère, indé­cente, oppor­tu­niste, de la cote­rie des éco­lo­gistes médiatiques.

Cela dit, Julien pos­sède un génie tout par­ti­cu­lier, qu’il serait injuste de nier, pour vendre des inep­ties — mais joyeuses, ras­su­rantes, posi­tives (« un livre rem­pli de posi­ti­visme », s’exclame, enthou­siaste, une jour­na­liste du média tech­no­ca­pi­ta­liste We Demain).

Au-delà de ces quelques consi­dé­ra­tions élo­gieuses, dif­fi­cile d’en dire beau­coup plus sur son per­son­nage tant il est vide de toute sub­stance cohé­rente, de tout conte­nu digne de ce nom. L’État, le capi­ta­lisme, l’industrie, la tech­no­lo­gie, le patriar­cat, Julien Vidal, en éco­lo­giste modèle, par­vient à pas­ser à côté de — à occul­ter — tout ce qui pose réel­le­ment et fon­da­men­ta­le­ment pro­blème aujourd’hui. Une telle per­for­mance lui garan­tit, à n’en pas dou­ter, une belle car­rière d’influenceur écologiste.

Actes Sud, vous devriez avoir honte d’avoir publié une telle merde. Et toutes les autres aussi.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
3
Shares
3 comments
  1. J’ai écou­té son entre­tient sur Blast il y’a peu. Face à la quan­ti­té phé­no­mé­nale de mots creux qu’il peut sor­tir à la minute j’ai eu l’en­vie sou­daine d’é­crire un article de la sorte. Mer­ci de m’é­par­gner la lec­ture de son livre. Déso­lant de voir que des per­son­nages de son aca­bit soient reçus avec tant d’en­thou­siasme sur des médias « alternatifs ».

    1. Ouais, mais Blast, plus ou moins à l’ins­tar des autres médias « indé­pen­dants » ou « alter­na­tifs », c’est une escro­que­rie. Leurs der­niers invi­tés avec, entre paren­thèses, les autres médias où ils ont été invi­tés récem­ment ou qui ont pro­mu leurs travaux :
      Laure Ducos (20 minutes, Yahoo Actua­li­tés, Le Pari­sien, Midi Libre [elle y bosse], Le Pro­grès, etc.)
      Julien Vidal (We Demain, Usbek & Rica, RFI, Brut, Kon­bi­ni, Fun Radio, BFM TV, RTS, etc.)
      Gilles Boeuf (Sud Ouest, Futu­ra-Sciences, France 3, La Tri­bune, Libé­ra­tion, Fran­cein­fo, etc.)
      Julien Lefour­nier (Le Monde, Slate, Marianne, Nove­thic, Le Soir, RFI, etc.)
      Pacome Thiel­le­ment (Le Monde, Marianne, Vani­ty Fair, L’Hu­ma­ni­té, Les Inrocks, etc.)
      Jacques Ran­ciere (Nou­vel Obs, Les Inrocks, TV5 Monde, France Culture, Libé­ra­tion, Télé­ra­ma, etc.)
      Mickael Cor­reia (Média­part [il y bosse], Radio Nova, Le Point, Le Monde diplo­ma­tique, Télé­ra­ma, Vice, BFM TV, etc.)
      Raphael Pra­deau (Fran­cein­fo, L’Hu­ma­ni­té, Sud Ouest, Yahoo Actua­li­tés, Libé­ra­tion, etc.)
      Fré­dé­ric Char­pier (Fran­cein­fo, Le Monde, Orange actu, BFM TV, etc.)
      Sté­phane Rozès (Marianne, Le Figa­ro, Le Pari­sien, 20 minutes, etc.)
      David Cas­tel­lo Lopes (Kon­bi­ni, Arte, Télé­ra­ma, Europe 1, etc.)
      Nico­las Dufrene (Numé­ra­ma, Le Monde, Usbek & Rica, Capi­tal, Nou­vel Obs, Marianne, etc.)

  2. « Bien­ve­nue au pays du Bon­heur natio­nal bru­tal » excellent !

    Même si nous sommes en désac­cord sur l’i­nu­ti­li­té de ces livres et pro­fils que vous des­cen­dez méca­ni­que­ment [avant d’être plus radi­cal, il faut déjà avoir un che­mi­ne­ment de remise en ques­tion de quelque chose, et les gens qui sont épin­glés ici ont ce rôle d’é­gra­ti­gner petit à petit l’é­du­ca­tion du par­fait consom­ma­teur que nous a four­ni la civi­li­sa­tion], je com­mence à accep­ter que ces articles apportent aus­si la force d’al­ler voir plus loin, plus vite, d’al­ler décou­vrir les autres articles du site et com­prendre le pour­quoi de ces attaques en règle.
    Par consé­quent merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Standing Rock, collusions, médias & profits : L’hégémonie du complexe industriel non-lucratif

Ce qui est sûr, c’est que ceux qui possèdent les médias (sans coïncidence aucune, les mêmes élites qui possèdent le Complexe Industriel Non-Lucratif, ou CINL) décident vers qui et vers quoi les projecteurs médiatiques sont tournés. Les défenseurs de la Terre amérindiens sont essentiellement ignorés, sauf lorsque cela sert les intérêts de l’élite.
Lire

Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale (par Nicolas Casaux)

Année après année, le mouvement écologiste mondial tend à se réduire à ce mouvement pour le climat. C’en est fini du mouvement environnemental ou écologiste, du mouvement « pour sauver l’environnement » qui était celui de la mobilisation du 22 avril 1990, organisée pour la Journée de la Terre, en France, qui reste à ce jour la plus importante de l’histoire du mouvement écologiste français. [...]