Pièces et main d’œuvre en podcast sur Floraisons

Texte ini­tia­le­ment paru le 2 sep­tembre 2022 sur le site de PMO


Nous nous sommes entre­te­nus, trois jours durant, avec les ani­ma­teurs de Flo­rai­sons, un site de pod­casts au gra­phisme élé­gant et au pro­pos tech­no-cri­tique et anti-indus­triel. Même l’habillage sonore est fait maison.

Ces trois jours d’entretiens ont eu lieu à Gre­noble, au fond de la cuvette et de la four­naise de juillet, au Chi­mère café (ici) que nous remer­cions pour ce refuge et son ventilateur.

De ces trois jours d’entretien, nos visi­teurs de Flo­rai­sons ont tiré une série de 19 pod­casts, mis en ligne à rai­son d’un épi­sode par semaine sur leur site (ici) :

Face au monde-machine — avec PMO

Ce qu’ils vou­laient savoir, c’était tout, sur Pièces et main d’œuvre, son his­toire, sa géo­gra­phie, son dis­cours, sa méthode d’enquête cri­tique, son acti­vi­té et davan­tage encore, depuis l’automne 2000. Et comme nous les avons trou­vés sym­pa­thiques, atten­tifs, ins­truits et vifs d’esprit, nous avons tâché de répondre au mieux, mal­gré la cha­leur qui ten­dait à rendre la langue et le cer­veau pâteux.
Ces 19 entre­tiens racontent donc Pièces et main d’œuvre, en gros et pour le moment. On ne peut pas tout dire du pas­sé, tant s’en faut, ni pré­ju­ger de notre façon de voir à l’avenir.

Les gens qui nous invitent à venir faire des cau­se­ries, nous demandent sou­vent « un mot de pré­sen­ta­tion » pour leurs dépliants et jour­naux d’annonce. Voi­ci en guise d’introduction à cette série de Flo­rai­sons, le résu­mé que nous envoyons en ce moment. Nous y joi­gnons, tout aus­si som­maire et lacu­naire, une chro­no­lo­gie de Pièces et main d’œuvre (ouvrir le docu­ment ci-dessous.)

En atten­dant la suite.

***

L’incarcération de l’homme-machine dans le monde-machine
(ou tech­no­lo­gie- tech­no­cra­tie — trans­hu­ma­nisme)
(ou science, puis­sance, puis­cience)

La volon­té de (toute -) puis­sance et la quête des moyens de la (toute-) puis­sance consti­tuent le moteur de l’histoire et des socié­tés humaines depuis leur émer­gence.
Le modèle de cette toute-puis­sance est la figure divine (omni­po­tente et omni­sciente).
La conquête scien­ti­fique est en der­nière ins­tance celle des moyens de la puissance.

La tech­no­lo­gie résulte des noces de la science et du capi­tal, à l’époque de la révo­lu­tion indus­trielle. Le mot de tech­no­lo­gie appa­raît en 1829 sous la plume de Bige­low, un uni­ver­si­taire amé­ri­cain. La puis­sance du capi­tal et de l’Etat ne peut s’accroître sans accroître constam­ment les moyens de la puissance.

La tech­no­cra­tie est la classe du savoir, de l’avoir et du pou­voir pro­duite par le capi­ta­lisme indus­triel pour révo­lu­tion­ner constam­ment les pro­duits, ser­vices et moyens de la puis­sance. Le mot de tech­no­cra­tie appa­raît en 1919 sous la plume de William Hen­ry Smith, un ingé­nieur amé­ri­cain. La tech­no­cra­tie asser­vit le capi­tal et l’Etat à ses des­seins de (toute-) puissance.

Le trans­hu­ma­nisme est l’idéologie de la tech­no­cra­tie à l’ère des tech­no­lo­gies conver­gentes (NBIC), et à l’avènement du règne machi­nal. Le mot appa­raît en 1957 sous la plume du bio­lo­giste Julian Huxley.

Après la 2e guerre mon­diale, le capi­ta­lisme indus­triel devient le capi­ta­lisme tech­no­lo­gique. L’alliage des tech­no­logues et des capi­ta­listes forment la tech­no­cra­tie diri­geante. L’emballement des tech­no­lo­gies conver­gentes (NBIC) nous mène au règne machi­nal et à l’incarcération de l’homme-machine dans le monde-machine. C’est là que nous en sommes.

chro­no­lo­gie PMO Ver­sion prête à cir­cu­ler 1.8 Mo
Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les peuples indigènes sont en première ligne du combat pour la défense du monde naturel (par Pamela Jacquelin-Andersen)

Imaginez que votre survie dépende de votre droit de vivre là où vous êtes en ce moment. Qu’à n’importe quel moment, le gouvernement puisse décider d’extraire du pétrole ou de construire une autoroute à l’endroit même où votre famille dort chaque nuit, sans vous consulter. Imaginez simplement la mine ou l’autoroute polluer l’eau que vous buvez et la terre au point que vos cultures ne poussent même pas. Qu’en plus, chaque jour vous soyez obligés de parler une langue étrangère dans un pays qui met en danger votre culture et mode de vie. [...]