Sur La Guerre des mondes de Mark Slouka (par Nicolas Casaux)

Il y a quelques mois, je suis tom­bé sur ce petit livre (une cen­taine de pages, en anglais), ini­tia­le­ment paru en 1995. À l’époque, l’internet en était encore à ses bal­bu­tie­ments. Néan­moins, Mark Slou­ka, son auteur, per­ce­vait déjà très bien une impor­tante par­tie des pro­blèmes qu’il com­men­çait déjà à poser, et qui allaient sans doute s’intensifier avec le temps. Le livre fut bien reçu par une par­tie des com­men­ta­teurs et assez mal par d’autres au motif qu’il n’était rien d’autre qu’une éruc­ta­tion infon­dée contre le for­mi­dable pro­grès tech­no­lo­gique (inter­net était une chose mer­veilleuse, Mark Slou­ka se trom­pait). Aujourd’hui, avec plus de 25 ans de recul, nous pou­vons toutes et tous consta­ter qu’internet est une cala­mi­té incroyable. Mark Slou­ka voyait tout à fait juste.

L’internet se trouve bien au centre d’une guerre des mondes. Pour être plus pré­cis, l’internet, le numé­rique, le « monde vir­tuel », achève de nous plon­ger dans ce Mark Slou­ka appelle « l’irréalité ». Le numé­rique livre une guerre contre le monde réel, contre la réa­li­té immé­dia­te­ment acces­sible aux sens, contre la réa­li­té non médiée. Tous les rap­ports humains, tous les rap­ports sociaux, s’en trouvent bou­le­ver­sés, dégra­dés. Dans l’introduction du livre, que nous publions ce mois, en fran­çais, aux Édi­tions Libre, Slou­ka écrit :

« Quand avons-nous com­men­cé à accep­ter des abs­trac­tions en lieu et place de la réa­li­té ? La plu­part des réponses pointent vers le début de ce siècle. Avant 1900, le quo­ti­dien de la majo­ri­té des indi­vi­dus était agraire, sta­tique, local — en d’autres termes, pas très dif­fé­rent de ce qu’il avait été durant des siècles. Le XXe siècle, cepen­dant, a modi­fié à jamais le rythme et le conte­nu de ce quo­ti­dien. En deux géné­ra­tions, l’ancien monde (pour le meilleur et pour le pire) a dis­pa­ru. Sa dis­pa­ri­tion signi­fie la perte de deux choses qui avaient tou­jours par­ti­ci­pé à nous ancrer dans le monde : notre place au sein d’une com­mu­nau­té réelle et notre lien avec un lieu phy­sique particulier.

Com­ment nous sommes-nous retrou­vés sur la route de l’irréalité ? Les réponses consti­tuent une liste des ten­dances les plus dra­ma­tiques du siècle — urba­ni­sa­tion, consu­mé­risme, mobi­li­té démul­ti­pliée, perte du carac­tère régio­nal, alié­na­tion crois­sante du lieu, et ain­si de suite —, mais leur déno­mi­na­teur com­mun, la tech­no­lo­gie, consti­tue la véri­table force motrice de notre voyage vers l’abstraction.

Un simple exemple peut illus­trer mon pro­pos. Comme cha­cun sait, l’irréalité aug­mente avec la vitesse. En tra­ver­sant un pay­sage à six kilo­mètres à l’heure, nous fai­sons l’expérience de la réa­li­té par­ti­cu­lière du lieu : ses odeurs, ses sons, ses cou­leurs, ses tex­tures, etc. En condui­sant à cent kilo­mètres à l’heure, l’expérience change radi­ca­le­ment. La voi­ture nous isole, nous éloigne ; le monde au-delà du pare-brise — qu’il s’agisse d’une mesa déser­tique ou de terres agri­coles val­lon­nées — semble vague­ment irréel. Aux vitesses super­so­niques, le divorce est com­plet. À dix mille mètres d’altitude, le pay­sage devient une abs­trac­tion, aus­si éloi­gnée de la vie réelle qu’une peinture.

Cette irréa­li­té, nous nous y sommes habi­tués. L’habitude en a atté­nué l’étrangeté. Nous sommes aus­si à l’aise avec la vitesse sur­hu­maine — et le niveau d’abstraction qu’elle implique — qu’avec le télé­phone, par exemple, qui nous a sou­dai­ne­ment cou­pés d’une habi­tude aus­si vieille que notre espèce : se par­ler face à face. Nous oublions que les pre­miers uti­li­sa­teurs du télé­phone (nos grands-mères et nos grands-pères) trou­vaient presque impos­sible de concep­tua­li­ser un autre être humain au-delà du cadran inerte ; pour com­mu­ni­quer, ils per­son­ni­fiaient le boî­tier et lui par­laient, comme à un ani­mal de com­pa­gnie méca­nique, plu­tôt qu’à quelqu’un d’autre par son inter­mé­diaire. Aujourd’hui, ce type d’attachement ins­tinc­tif à la réa­li­té phy­sique paraît pittoresque.

[…]

Et main­te­nant que nous appro­chons de la fin du siècle, diverses tech­no­lo­gies infor­ma­tiques, qui sont à la télé­vi­sion ou à la vidéo­con­fé­rence ce que le Concorde est à l’automobile, se pro­posent de par­ache­ver notre fuite de la réa­li­té, de rendre tota­le­ment arti­fi­ciel les envi­ron­ne­ments déjà par­tiel­le­ment syn­thé­tiques que nous habi­tons — de nous sous­traire, une fois pour toutes, à la réalité.

Il me semble, autre­ment dit, que nombre de tech­no­lo­gies issues des récents déve­lop­pe­ments du monde infor­ma­tique consti­tuent une attaque contre la réa­li­té telle que les êtres humains l’ont tou­jours connue. Il me semble que ce pro­ces­sus, ayant débu­té il y a déjà quelque temps, sera consi­dé­ra­ble­ment faci­li­té par la “révo­lu­tion numé­rique” qui se pro­page actuel­le­ment à tra­vers le monde indus­tria­li­sé, et que ses impli­ca­tions sociales sont colossales. »

Une pas­sion­nante plon­gée dans les débuts de l’internet, un voyage dans le pas­sé récent, qui, pour­tant, paraît presque archaïque tant les choses ont rapi­de­ment chan­gé au cours des trois der­nières décen­nies. Dans un monde tou­jours plus média­ti­sé, dans lequel le numé­rique tient une place tou­jours plus pré­émi­nente, les ana­lyses, les aver­tis­se­ments et le plai­doyer de Mark Slou­ka en faveur du retour à la réa­li­té immé­diate n’ont rien per­du de leur per­ti­nence — au contraire.

Nico­las Casaux

Pour le com­man­der : https://www.editionslibre.org/produit/la-guerre-des-mondes-mark-slouka-le-cyberespace-et-lassaut-technologique-contre-la-realite/

Print Friendly, PDF & Email
Total
10
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Civilisés à en mourir (par Christopher Ryan)

La critique de la civilisation gagne un peu de terrain (peut-être finira-t-elle un jour par devenir un filon capitaliste comme un autre, mais c’est une autre histoire). Christopher Ryan, un auteur assez célèbre aux États-Unis, essentiellement connu en tant que co-auteur du livre Sex at Dawn (« Sexe à l'aube »), publié en 2010 et abordant l'histoire de la sexualité humaine à l'époque préhistorique (ce qui correspond plus ou moins au sujet de la thèse du doctorat en psychologie qu’il a obtenu dans une université californienne), vient de publier, cet automne, un livre intitulé Civilized to Death: The Price of Progress (« Civilisés à en mourir : le prix du progrès »). Si sa critique a le mérite d’étendre un peu la remise en question de la civilisation et du Progrès, elle laisse à désirer sur de nombreux points. Ce qui était malheureusement attendu de la part d’un auteur grand public, habitué des médias de masse. Quoi qu’il en soit, je me suis permis de traduire une grande partie de l’introduction du livre en question. Voici donc :
Lire

Glenn Albrecht, un écocharlatan parmi d’autres (par Nicolas Casaux)

Le Monde, Usbek et Rica, Liberation, France Culture, Le Nouvel Obs, Franceinfo, Europe 1, L’Express, Les Inrocks, Reporterre, Thinkerview, etc., Glenn Albrecht, anciennement « professeur de développement durable » à l'université de Murdoch en Australie occidentale, est décidément à la mode ces derniers temps. Même le gourou de la collapsosophie, Pablo Servigne, signe, dans L’OBS, un article de promotion de la publication chez Les Liens qui Libèrent d’une traduction française du livre de Glenn Albrecht. [...]
Lire

Élection présidentielle 2017 : le naufrage continue (& non, Mélenchon ne diffère pas vraiment des autres)

Pas la peine de s'attarder sur les Macron, Fillon, Le Pen, qui représentent grossièrement la droite, la fraction sociale des zombifiés, pour lesquels on ne peut plus grand-chose. Attardons-nous sur le cas de Jean-Luc Mélenchon, parce qu'il incarnait, lors de cette élection, le principal candidat de la gauche naïve, celle qui fantasme encore. [...]