La gauche, les progressistes et les libéraux ont un problème de fétichisme (par Kathleen Stock)

Tra­duc­tion d’un article de la phi­lo­sophe bri­tan­nique et les­bienne Kath­leen Stock, ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 22 sep­tembre 2022, à l’adresse sui­vante.


Dans quelles condi­tions une per­sonne devrait-elle être libre de s’a­don­ner à ses féti­chismes sexuels en public ? L’importance de répondre à cette ques­tion a été par­ti­cu­liè­re­ment mise en évi­dence la semaine der­nière, en rai­son de ce qu’il s’est pas­sé dans une école de l’On­ta­rio, au Cana­da, où la tenue ves­ti­men­taire [voir la pho­to de cou­ver­ture de cet article, NdT] d’un ensei­gnant mas­cu­lin s’i­den­ti­fiant désor­mais comme une femme a sou­le­vé une nou­velle ver­sion de la vieille ques­tion « com­bien de grains de sable font un tas ? » : quelle taille de bon­net rend une paire de pro­thèses mam­maires lour­de­ment inap­pro­priée ? De même que l’exis­tence d’un tas, à par­tir d’une cer­taine taille, rela­ti­ve­ment avan­cée, l’inconvenance paraît d’une évi­dence aveu­glante — mais dif­fi­cile de dire exac­te­ment à par­tir de quel moment il en a été ainsi.

En réponse à ses cri­tiques, le lycée d’Oakville Tra­fal­gar a sug­gé­ré que la tenue de son ensei­gnant rele­vait des carac­té­ris­tiques pro­té­gées de l’i­den­ti­té et de l’ex­pres­sion de genre ins­crites dans la légis­la­tion cana­dienne. Il s’a­git d’un argu­ment simi­laire à celui uti­li­sé quelques jours plus tôt pour défendre un autre féti­chisme sexuel assi­mi­lé à l’arc-en-ciel LGBTQI+, cette fois par l’As­so­cia­tion pro­fes­sion­nelle mon­diale pour la san­té des per­sonnes trans­genres (la WPATH) dans ses nou­velles direc­tives médi­cales, lar­ge­ment consi­dé­rées comme la réfé­rence en matière de soins de san­té pour les per­sonnes trans.

La der­nière édi­tion des stan­dards de soins de la WPATH pré­sente plu­sieurs choses frap­pantes, notam­ment l’ab­sence d’un âge mini­mum pour les inter­ven­tions chi­rur­gi­cales sur les mineurs dys­pho­riques. Mais pour notre pro­pos, j’at­tire votre atten­tion sur le cha­pitre consa­cré aux eunuques. Contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait croire, il ne s’a­git pas d’un cha­pitre sur la meilleure façon de s’oc­cu­per de quel­qu’un ayant subi une perte mal­heu­reuse au niveau du paquet. Non — être un eunuque est main­te­nant pré­sen­té comme un état d’es­prit, indé­pen­dant de l’état phy­sique. Plus pré­ci­sé­ment, il s’a­gi­rait d’une « iden­ti­té de genre » injus­te­ment stig­ma­ti­sée qui, dans cer­taines cir­cons­tances, pour­rait néces­si­ter une cor­rec­tion chi­rur­gi­cale super­vi­sée afin d’adapter la chair exté­rieure à la fan­tai­sie inté­rieure. De la même manière que notre plan­tu­reuse Cana­dienne est cen­sée être une femme sim­ple­ment parce qu’elle se sent comme telle, selon le WPATH, si vous vous cou­chez la nuit en rêvant de cas­tra­tion, vous êtes déjà un eunuque — et, de ce fait, un membre par­ti­cu­liè­re­ment vul­né­rable et stig­ma­ti­sé de la société.

Afin de nous faire part de l’é­ten­due du phé­no­mène, la WPATH nous dirige vers The Eunuch Archive, un forum sur inter­net qui compte plus de 130 000, hum, membres, et bien plus encore d’in­vi­tés non enre­gis­trés. Ce que leur cha­pitre ne rap­pelle mani­fes­te­ment pas, c’est que ce désir de cas­tra­tion est, au moins dans de nom­breux cas, un féti­chisme, ce qui vous appa­raî­tra indu­bi­ta­ble­ment si vous avez le cou­rage de par­cou­rir la « sec­tion fic­tion » du site web The Eunuch Archive. Pour cer­tains hommes féti­chistes, l’ex­ci­ta­tion ultime — au sens lit­té­ral, pos­si­ble­ment — consiste à pas­ser sous le bis­tou­ri (la WPATH note que « de nom­breux anciens membres d’Eu­nuch Archive ont atteint leurs objec­tifs et ne par­ti­cipent plus [au forum] »).

Lors­qu’il fut popu­la­ri­sé, pour la pre­mière fois, au XVIIIe siècle, par des pen­seurs comme Hegel, le concept de féti­chisme fai­sait réfé­rence à un objet issu d’une reli­gion pri­mi­tive cen­sé être impré­gné de pou­voirs sur­na­tu­rels ou magiques. Il est donc peut-être logique que, dans le monde qua­si reli­gieux du mili­tan­tisme LGBT contem­po­rain — dis­po­sant de ses incan­ta­tions, ses textes sacrés, ses prêtres et ses potions magiques — les féti­chismes sexuels finissent par obte­nir une pro­tec­tion politique.

Quoi qu’il en soit, beau­coup pensent que tout cela est la faute « des libé­raux » (en France, on dirait plu­tôt « des pro­gres­sistes » (NdT)). L’his­toire géné­rale est la sui­vante : consi­dé­rez le libé­ra­lisme comme un état d’es­prit his­to­ri­que­ment éta­bli et cultu­rel­le­ment répan­du plu­tôt que comme une théo­rie aca­dé­mique soi­gneu­se­ment éla­bo­rée. Com­pris de cette manière, le libé­ra­lisme a ses propres fétiches : la « liber­té », le « choix » et le « consen­te­ment ». Plu­tôt que de for­mu­ler une concep­tion sub­stan­tielle de ce qu’est une bonne vie, une vision du genre de monde dans lequel il serait sou­hai­table de vivre, le libé­ra­lisme pré­fère lais­ser aux indi­vi­dus le soin de trou­ver ce qui leur convient, de concoc­ter leurs propres concep­tions, et ne dis­pose donc d’au­cune res­source per­met­tant d’établir ce qu’il y a de mau­vais dans le fait que des per­sonnes se pro­mènent avec de fausses par­ties du corps aux dimen­sions gro­tesques, ou que d’autres se fassent exci­ser de véri­tables par­ties de leur corps afin d’obtenir une gra­ti­fi­ca­tion sexuelle. Ce point de vue semble résu­mé dans la réac­tion de la star du « soft-porn » Ael­la à l’in­ci­dent de l’On­ta­rio : « Cela me semble cor­rect ? C’est le corps du pro­fes­seur, qu’il en fasse ce qu’il veut. J’ai un peu l’im­pres­sion que le fait que tu sois bizarre ne regarde que toi. »

Mais cette cri­tique géné­rale du libé­ra­lisme exa­gère cer­tai­ne­ment le pro­blème. La plu­part des gens ne serait-ce que vague­ment libé­raux [ou pro­gres­sistes] approu­ve­raient encore ins­tinc­ti­ve­ment une ver­sion du prin­cipe de non-nui­sance de John Stuart Mill : en gros, les agis­se­ments d’une per­sonne ou d’un groupe de per­sonnes peuvent légi­ti­me­ment être cri­ti­qués voire entra­vés lorsqu’ils nuisent à autrui. Il ne s’a­git pas d’un rai­son­ne­ment par­ti­cu­liè­re­ment tech­nique, ni d’un prin­cipe contre­di­sant les ins­tincts sociaux élé­men­taires. Qui sou­haite vivre dans une socié­té où la liber­té d’autrui ne connait aucune limite ?

Pre­nons l’exemple de la dis­tinc­tion libé­rale banale entre ce qui se passe en pri­vé (et ne regarde que vous) et ce qui se passe en public (et concerne donc tout le monde). De nom­breux féti­chismes sont publics par défi­ni­tion — ils néces­sitent une audience, consen­tante ou non, afin de sus­ci­ter une exci­ta­tion sexuelle. Même ceux qui ne requièrent pas d’audience se retrouvent par­tout sur l’in­ter­net, dis­cu­tés par leurs pro­prié­taires dans des forums, repré­sen­tés dans la por­no­gra­phie et la fic­tion éro­tique, et défen­dus poli­ti­que­ment par des groupes de lob­bying comme la WPATH. De nos jours, les féti­chismes sont l’af­faire de tous.

Il n’est pas non plus très dif­fi­cile de for­mu­ler un expo­sé cré­dible des dom­mages qu’ils causent. Expo­ser des enfants à des sym­boles osten­ta­toires de la sexua­li­té adulte risque de faire naitre, chez cer­tains d’entre eux, de puis­sants sen­ti­ments qu’ils sont trop imma­tures pour gérer, et de per­tur­ber la for­ma­tion de leur propre sexua­li­té future. Cela leur trans­met en outre le mes­sage selon lequel il n’y a pas vrai­ment de mesure ou de limites à res­pec­ter et — dans le cas de l’en­sei­gnante de l’On­ta­rio —, cela pour­rait bien miner l’es­time de soi des filles (en par­ti­cu­lier) en leur appre­nant que les repré­sen­ta­tions paro­diques de leur propre corps sont socia­le­ment accep­tables dans la vie ordinaire.

Par ailleurs, la déci­sion d’un orga­nisme fai­sant aus­si auto­ri­té que la WPATH de trai­ter les aspi­rants eunuques comme ayant une iden­ti­té sexuelle injus­te­ment stig­ma­ti­sée, au même titre que n’im­porte quelle autre per­sonne s’a­bri­tant sous l’arc-en-ciel LGBTQI+, induit un cer­tain nombre d’ef­fets indé­si­rables. Tout d’abord, il devrait être évident que la manière dont la WPATH bana­lise le féti­chisme de la cas­tra­tion en le pré­sen­tant comme tout à fait accep­table aug­men­te­ra cer­tai­ne­ment le nombre d’hommes qui fini­ront par s’au­to­mu­ti­ler. En plus de décré­di­bi­li­ser les iden­ti­tés sexuelles réel­le­ment mena­cées, la ten­ta­tive d’as­si­mi­la­tion de ce féti­chisme aux droits des LGBT aug­mente la pro­ba­bi­li­té d’un retour de bâton popu­laire contre l’ensemble d’entre nous. Autre­fois, l’ob­jec­tif des mili­tants consis­tait à démon­trer que les homo­sexuels ne sont pas des déviants sexuels. De nos jours, les mili­tants semblent vou­loir sug­gé­rer que les déviants sexuels sont comme les homosexuels.

Tâcher de com­prendre ces nui­sances n’a donc rien d’une pré­oc­cu­pa­tion tri­viale. De même que de ten­ter de com­prendre pour­quoi, en matière de féti­chismes, les per­sonnes de ten­dance libé­rale (ou pro­gres­siste) semblent si réti­centes à appli­quer le prin­cipe de non-nui­sance. Pour­quoi est-il si dif­fi­cile de for­mu­ler publi­que­ment des cri­tiques des féti­chismes ? Cela s’avère par­ti­cu­liè­re­ment décon­cer­tant quand on connait la faci­li­té avec laquelle le prin­cipe de non-nui­sance est invo­qué concer­nant d’autres sujets.

Pour cer­tains, je sup­pose que cela s’explique très sim­ple­ment par une sorte de naï­ve­té idéa­liste en ce qui concerne la forme uti­li­taire et obses­sion­nelle que la sexua­li­té mas­cu­line peut — sou­vent (NdT) — revê­tir. Pour d’autres, qui en sont conscients, une par­tie de la réti­cence peut s’expliquer par le désir de ne pas pas­ser pour un cen­seur puri­tain ou de ne pas avoir l’air prude en public — désir qui, appa­rem­ment, per­siste dans de nom­breux esprits éter­nel­le­ment ado­les­cents, à l’ex­clu­sion de toute autre pen­sée sen­sée. S’il est vrai que la plu­part d’entre nous font moins l’a­mour qu’a­vant, il est logique que cer­tains com­pensent en s’ef­for­çant de pas­ser pour des avant-gar­distes sexuels très tolé­rants en dehors de la chambre à coucher.

En outre, en ce qui concerne les femmes, tout par­ti­cu­liè­re­ment, je soup­çonne autre chose. Une vieille plai­san­te­rie sug­gère qu’un conser­va­teur est un pro­gres­siste qui a été agres­sé tan­dis qu’un pro­gres­siste est un conser­va­teur qui a été arrê­té. De nom­breuses femmes ont été agres­sées par des hommes — agres­sées sexuel­le­ment — et ont ten­dance à être sen­sibles aux pré­da­tions poten­tielles de la libi­do mas­cu­line. Mais de nom­breuses femmes ont aus­si été arrê­tées, dans le sens où leur expres­sion sexuelle a été sur­veillée et contrô­lée. Les exemples his­to­riques abondent, tout comme les exemples contem­po­rains en pro­ve­nance de pays tels que l’I­ran, où, la semaine der­nière, une femme de 22 ans a été assas­si­née par la police des mœurs pour ne pas avoir « cor­rec­te­ment » por­té son hijab. Peut-être qu’une sorte de conscience de la nature pré­caire des atti­tudes déten­dues à l’é­gard de la sexua­li­té fémi­nine pèse éga­le­ment dans la balance. Peut-être demeure-t-il chez elles une anxié­té per­sis­tante quant aux effets que pour­rait engen­drer le fait de for­mu­ler publi­que­ment des cri­tiques de cer­tains com­por­te­ments sexuels.

Mais quelle que soit la rai­son de cette réti­cence, les libé­raux (ou pro­gres­sistes) doivent s’armer de cou­rage et com­men­cer à affir­mer tout haut et avec convic­tion que cer­tains com­por­te­ments sexuels sont inac­cep­tables. Ils doivent éta­blir des dis­tinc­tions logiques entre les hommes homo­sexuels crai­gnant de faire leur coming out auprès de leurs pairs et les hommes féti­chistes de la cas­tra­tion trop embar­ras­sés pour le dire à leur femme ; entre les femmes por­tant des jupes courtes en soi­rée et les hommes por­tant de faux seins géants au travail.

Si les pro­gres­sistes ne par­viennent pas à évi­ter ces pentes glis­santes, beau­coup de rabat­teurs ne seront que trop heu­reux de sai­sir l’oc­ca­sion pour y pous­ser les homo­sexuels et les trans­sexuels afin qu’ils finissent tout en bas. Un retour de bâton est immi­nent — sinon déjà en cours, avec des supré­ma­cistes blancs qui menacent les marches des fier­tés aux États-Unis et une nette aug­men­ta­tion des attaques vio­lentes contre les hommes gays au Royaume-Uni. Comme Mill l’a­vait bien com­pris, la désap­pro­ba­tion du public peut être uti­li­sée à bon ou mau­vais escient. Le moment est venu pour les pro­gres­sistes de s’im­pli­quer et de sou­te­nir des normes sexuelles rai­son­nables, avant que d’autres ne les sup­priment com­plè­te­ment ou ne nous ramènent des cen­taines d’an­nées en arrière.

Kath­leen Stock


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le Brésil sous tension : une esquisse de la situation (entretien avec un expatrié)

Le Brésil a récemment été au cœur de l'actualité internationale pour des raisons peu glorieuses. En tant que cinquième plus grand pays de la planète, et parce qu'on y trouve une des dernières véritables forêts du monde, le Brésil a une place importante dans les luttes sociales et écologiques qui agitent notre temps. Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec J. B., un ami francophone qui y vit actuellement. Voici donc :
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]