Pourquoi tant d’agresseurs sexuels parmi les « femmes trans » (hommes se disant femmes) incarcérés ? (par Nicolas Casaux)

Il y a quelques jours, le site web de la police de Sus­sex, un com­té du Royaume-Uni, publiait un article inti­tu­lé : « Une femme condam­née pour des agres­sions his­to­riques contre des enfants du Sussex. »

On y appre­nait que :

« Sept enfants ayant subi des abus sexuels dans le Sus­sex il y a envi­ron 30 ans ont vu jus­tice ren­due après que leur agres­seuse ait été condam­née à 20 ans de pri­son le jeu­di 8 septembre.

Sal­ly Anne Dixon, 58 ans, de Swan­more Ave­nue, Havant, Hants, a été condam­née à la Lewes Crown Court après avoir été recon­nue cou­pable de 30 agres­sions sexuelles sur ses vic­times. Au moment des infrac­tions, Dixon s’ap­pe­lait John Ste­phen Dixon, mais elle a tran­si­tion­né pour deve­nir femme en 2004 — après la période au cours de laquelle les infrac­tions ont eu lieu.

Dixon a été condam­née à une peine de 18 ans d’emprisonnement, avec deux années sup­plé­men­taires à pur­ger dans le cadre d’un pla­ce­ment sous sur­veillance pro­lon­gée. Un juge a ordon­né que les deux tiers au moins de cette peine soient pur­gés en déten­tion. Dixon sera éga­le­ment sou­mise à une ordon­nance de pré­ven­tion des agres­sions sexuelles pour une durée indéterminée. »

Dixon est un homme.

La publi­ca­tion de la police de Sus­sex a pro­vo­qué un tol­lé, beau­coup de femmes ont fait valoir qu’il était absurde et insul­tant de lais­ser entendre qu’une femme avait com­mis ces crimes hor­ribles, puisqu’il s’agit d’un homme. Au départ, les employés de la police de Sus­sex s’en sont pris aux femmes qui sou­li­gnaient cela en leur disant qu’il était into­lé­rable de « mégen­rer » un indi­vi­du, quel qu’il soit. Ils sont même allés jusqu’à mena­cer les femmes qui s’insurgeaient contre leur pré­sen­ta­tion de la nou­velle de les pour­suivre en jus­tice. Mais, rapi­de­ment, le tol­lé a eu son effet, et l’ancien titre de l’article de la police de Sus­sex (« Une femme condam­née pour des agres­sions his­to­riques contre des enfants du Sus­sex ») a été rem­pla­cé par : « Une peine de vingt ans de pri­son pour des infrac­tions sexuelles his­to­riques. » La police de Sus­sex s’est même excusée.

Mais, bon, l’histoire demeure essen­tiel­le­ment la même. John Ste­phen Dixon, deve­nu Sal­ly Anne Dixon, est tou­jours pré­sen­té comme une femme. Cela étant, vu qu’il a com­mis ses crimes avant sa tran­si­tion, ceux-ci seront caté­go­ri­sés dans les sta­tis­tiques de la cri­mi­na­li­té mas­cu­line. Néan­moins, et mal­heu­reu­se­ment, comme le rap­porte Anna Slatz dans un article paru sur le site Reduxx (qui s’efforce entre autres choses de tenir le compte de ce genre de faits, qui sont autre­ment lar­ge­ment occul­tés) : « lors de la déter­mi­na­tion de la peine, le tri­bu­nal a déci­dé que Dixon serait envoyé dans une pri­son pour femmes. Et ce, mal­gré le fait qu’il n’a­vait même pas léga­le­ment chan­gé de nom ou de sexe. »

Comme le sou­lignent nombre de fémi­nistes, il s’agit là d’un des nom­breux pro­blèmes que pose l’idéologie de l’identité de genre (l’idéologie trans­genre). Dans les pays où elle a alté­ré les lois, lorsqu’un crime est com­mis par un homme se disant femme (une « femme trans », ou, pour employer une expres­sion plus adé­quate, moins orwe­lienne, un « homme tran­si­den­ti­fié »), il est consi­dé­ré comme un crime ayant été com­mis par une femme. Or, comme le note Bev Jack­son de la LGB Alliance (une orga­ni­sa­tion LGB britannique) :

« Ce n’est pas un crime de sou­li­gner que l’on ne peut pas chan­ger de sexe. Lorsque la police classe un pédo­cri­mi­nel dans la mau­vaise caté­go­rie sexuelle, cela ne conduit pas à une plus grande tolé­rance ou accep­ta­tion. Cela génère de mau­vaises sta­tis­tiques et cela occulte la situa­tion pro­blé­ma­tique dans laquelle se retrouvent les femmes détenues. »

Aux États-Unis comme au Royaume-Uni, on remarque une forte pro­por­tion d’agresseurs sexuels par­mi les hommes tran­si­den­ti­fiés (« femmes trans », les hommes se disant femmes) incarcérés.

Aux États-Unis, d’après des sta­tis­tiques obte­nues par Aman­da Stul­man, qui dirige la branche états-unienne d’une orga­ni­sa­tion mili­tant en faveur de la conser­va­tion d’établissements car­cé­raux non-mixtes : 48,47% des « femmes trans » (hommes se disant femmes) incar­cé­rés le sont pour des infrac­tions sexuelles, contre seule­ment 4,71% des « hommes trans » (femmes se disant hommes) et 11,2% de la popu­la­tion car­cé­rale mas­cu­line non trans­genre en général.

Au Royaume-Uni, d’après une sta­tis­tique de 2019 : 58,9 % des « femmes trans » (hommes se disant femmes) incar­cé­rés le sont pour des infrac­tions sexuelles, contre 16,8% pour les hommes incar­cé­rés et 3,3% pour les femmes incarcérées.

Bien sûr, ces hommes tran­si­den­ti­fiés (pré­ten­dues « femmes trans ») incar­cé­rés ne repré­sentent qu’un faible pour­cen­tage des hommes tran­si­den­ti­fiés en géné­ral. Il ne s’agit pas de sug­gé­rer que tous les hommes se disant femmes (les « femmes trans ») sont des agres­seurs sexuels. Sim­ple­ment de remar­quer plu­sieurs pro­blèmes que pose l’idéologie de l’identité de genre (le trans­gen­risme). Notam­ment pour les femmes, en l’oc­cur­rence. Comme le note le socio­logue bri­tan­nique Michael Biggs, « aucune éva­lua­tion n’est faite des dan­gers que repré­sentent pour les femmes déte­nues les femmes trans logées dans les éta­blis­se­ments de déten­tion réser­vés aux femmes, mal­gré les aver­tis­se­ments des spé­cia­listes de l’i­den­ti­té de genre ».

En effet, James Bar­rett, pré­sident de l’Association bri­tan­nique des spé­cia­listes de l’i­den­ti­té de genre, remarque par exemple :

« […] on assiste à une vague crois­sante de trans­ferts de déte­nus pur­geant des peines longues ou indé­ter­mi­nées pour des infrac­tions sexuelles graves. Ces déte­nus sont beau­coup plus nom­breux que ceux qui sont incar­cé­rés pour des délits plus ordi­naires, non sexuels. Il a été sug­gé­ré de manière plu­tôt naïve que per­sonne n’oserait men­tir pour pré­tendre à un sta­tut trans­sexuel en pri­son. Ceux d’entre nous qui inter­rogent les pri­son­niers constatent au contraire qu’il existe de très nom­breuses rai­sons, pour les déte­nus, de ce faire. Celles-ci vont de l’op­por­tu­ni­té de faire des voyages hors de la pri­son au désir d’être trans­fé­ré dans le quar­tier des femmes […], en pas­sant par l’i­dée qu’une com­mis­sion de libé­ra­tion condi­tion­nelle per­ce­vra une per­sonne de sexe fémi­nin comme étant moins dan­ge­reuse, par la croyance [fausse] qu’un trai­te­ment hor­mo­nal ren­dra effec­ti­ve­ment une per­sonne moins dan­ge­reuse, par la volon­té d’ob­te­nir un sta­tut spé­cial ou pro­té­gé au sein du sys­tème péni­ten­tiaire et même (dans un cas très bien docu­men­té qu’un direc­teur de pri­son très pré­oc­cu­pé a por­té à mon atten­tion) par une plé­thore d’in­for­ma­tions pro­ve­nant des ser­vices de ren­sei­gne­ments péni­ten­tiaires sug­gé­rant que la force motrice était le désir de rendre les infrac­tions sexuelles ulté­rieures beau­coup plus faciles, les femmes étant géné­ra­le­ment per­çues comme étant à faible risque à cet égard. »

Même s’il s’agit encore d’un nombre assez faible, de plus en plus de déte­nus hommes tran­si­den­ti­fiés (« femmes trans ») ayant com­mis des agres­sions sexuelles se retrouvent incar­cé­rés dans des pri­sons pour femmes au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Aus­tra­lie (et peut-être ailleurs). Cer­tains entre­prennent même des « tran­si­tions de genre » en pri­son afin d’être trans­fé­rés. Plu­sieurs femmes ont déjà été vio­lées par de tels hommes, dans des pri­sons pour femmes. Cer­taines ont même été mises enceintes. Et dans tous ces pays, des femmes com­battent cette situa­tion absurde, injuste et dan­ge­reuse. Y com­pris depuis l’in­té­rieur de plu­sieurs prisons.

Au Cana­da, ain­si que le rap­porte La Presse dans un bon article paru le 1er octobre 2022, Hea­ther Mason, une ancienne déte­nue, se démène pour que cessent les trans­ferts d’hommes tran­si­den­ti­fiés (« femmes trans ») vers des pri­sons pour femmes. L’ar­ticle de La Presse, qui vaut la lec­ture, men­tionne plu­sieurs exemples de tels trans­ferts, qui font froid dans le dos. Selon Mason, en auto­ri­sant cette pra­tique, le SCC (Ser­vice cor­rec­tion­nel du Cana­da) « est en train de déchar­ger la réa­li­té de la vio­lence des pri­sons mas­cu­lines vers les pri­sons pour femmes ».

« Les pri­sons pour femmes sont typi­que­ment des cot­tages, avec des espaces com­muns et des portes ver­rouillées. C’est plus relaxe que les pri­sons pour hommes », sou­ligne l’ex-détenue. Qui ajoute : « Ces hommes essaient d’adoucir leur peine dans un envi­ron­ne­ment moins contrai­gnant en pré­ten­dant être des femmes, mais cer­tains cherchent aus­si à s’approcher des femmes parce qu’ils sont en dedans pour une très longue période de temps, et qu’ils veulent avoir du sexe. »

Évi­dem­ment, ceux qui s’i­ma­ginent pro­gres­sistes — pre­nant indé­nia­ble­ment le par­ti des hommes et de leurs dési­rs contre celui de la jus­tice, du sens, de la rai­son, de la logique, de la défense des oppri­mées — n’hé­sitent pas à trai­ter les femmes comme Hea­ther Mason de « transphobes ».

Il devrait pour­tant être évident que dans une socié­té phal­lo­cra­tique comme la pré­sente civi­li­sa­tion indus­trielle, dans laquelle les hommes com­mettent beau­coup de vio­lences à l’en­contre des femmes, dans laquelle beau­coup d’hommes cherchent à exploi­ter les femmes sexuel­le­ment, dans laquelle les hommes ont ten­dance à être bien plus vio­lents que les femmes, à com­mettre davan­tage de crimes, etc., il est dan­ge­reux pour les femmes qu’il soit per­mis à n’im­porte quel homme de se dire femme et de le deve­nir aux yeux de la loi.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le Brésil sous tension : une esquisse de la situation (entretien avec un expatrié)

Le Brésil a récemment été au cœur de l'actualité internationale pour des raisons peu glorieuses. En tant que cinquième plus grand pays de la planète, et parce qu'on y trouve une des dernières véritables forêts du monde, le Brésil a une place importante dans les luttes sociales et écologiques qui agitent notre temps. Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec J. B., un ami francophone qui y vit actuellement. Voici donc :
Lire

5G : l’entretien avec PMO que vous auriez pu lire dans Le Monde

Nos lecteurs savent que nous ne faisons pas partie de la Société des Amis du Monde, l’organe central de la technocratie. Nous ne quémandons jamais la faveur d’une tribune dans ses pages « Débats », mais nous avons accepté pour la troisième fois en vingt ans, de répondre aux questions d’un de ses journalistes. Les deux premières fois, il s’agissait des nanotechnologies et de la tyrannie technologique ; cette fois de la 5G et du monde-machine. L’article du Monde vise essentiellement à valoriser les parasites et récupérateurs du type Piolle et Ruffin[1]. Il n’était pas question qu’il paraisse in extenso. Raison de plus pour le publier nous-mêmes en ligne. [...]