Espagne : communiqué des « Féministes de Catalogne » suite au vote de la « loi trans »

Ce com­mu­ni­qué a ini­tia­le­ment été publié, en espa­gnol, le 23 décembre 2022 sur le site mili­tant elComun.es. Un cer­tain nombre d’associations fémi­nistes espa­gnoles se sont (vive­ment) pro­non­cées contre cette loi, et se montrent ouver­te­ment cri­tiques du trans­gen­risme (de l’idéologie du genre, ou de l’« iden­ti­té de genre »). Les his­pa­no­phones sont invité(e)s à visi­ter le très bon site de La Alian­za contra el Bor­ra­do de las Mujeres (« l’Al­liance contre l’ef­fa­ce­ment des femmes »).


Aujourd’hui, au len­de­main de l’approbation de la « loi trans » au Congrès des Dépu­tés, les femmes de Femi­nistes de Cata­lu­nya (« Fémi­nistes de Cata­logne », une asso­cia­tion fémi­niste de Cata­logne, comme son nom l’indique) se sentent pro­fon­dé­ment lésées, frus­trées, déçues et impuissantes.

Lésées, parce que toutes les avan­cées en matière d’égalité entre les femmes et les hommes obte­nues ces 40 der­nières années, cris­tal­li­sées dans notre sys­tème juri­dique, deviennent lettre morte dès lors que l’on ne peut plus dis­tin­guer les femmes des hommes. Avec la libre auto­dé­ter­mi­na­tion du sexe enre­gis­tré à l’état civil, n’importe quel homme devient une femme sim­ple­ment en le décla­rant, sans aucun garde-fou, et à toutes fins utiles.

Frus­trées, parce que l’immense tra­vail péda­go­gique effec­tué par le mou­ve­ment fémi­niste pour expli­quer, de manière ration­nelle, les consé­quences per­verses et néfastes de la légis­la­tion trans­genre, fla­grantes dans les pays qui nous entourent [Écosse, Royaume-Uni, États-Unis, etc., NdT] et dans notre propre pays, s’est heur­té à l’arrogance poli­tique et au mépris intel­lec­tuel, ain­si qu’à des accu­sa­tions de haine absurdes et des stra­té­gies de déshon­neur par asso­cia­tion ridi­cules, pro­fon­dé­ment injustes, avec l’extrême droite.

Déçues, car ce n’est pas la droite — l’ennemi his­to­rique des droits des femmes — qui a per­pé­tré cette igno­mi­nie, mais notre propre camp poli­tique, la gauche, et avec nos propres votes. La gauche a tota­le­ment adop­té le cadre idéo­lo­gique du néo­li­bé­ra­lisme cultu­rel, qui, à par­tir d’un indi­vi­dua­lisme nar­cis­sique, trans­forme les dési­rs en droits et les droits en mar­chés de consom­ma­tion. La gauche a fait pas­ser les pro­fits de l’industrie phar­ma­ceu­tique avant les droits et le bien-être des enfants.

Impuis­santes, parce que même si nous savons que l’histoire fini­ra par nous don­ner rai­son, la loi approu­vée cau­se­ra, entre-temps, beau­coup de dom­mages avant d’être cor­ri­gée : pour les femmes, qui se retrouvent sans pro­tec­tion face à leurs agres­seurs, avec la perte des espaces non mixtes sûrs et exclu­si­ve­ment réser­vés aux femmes — comme les pri­sons — où les vio­leurs qui se déclarent femmes peuvent être accueillis ; et pour les enfants, ame­nés à subir des thé­ra­pies hor­mo­nales expé­ri­men­tales et à entre­prendre des trai­te­ments à vie aux consé­quences irréversibles.

Nous savions qu’il serait très dif­fi­cile d’arrêter un pro­jet de loi allant de pair avec une opé­ra­tion mar­ke­ting lar­ge­ment finan­cée par le lob­by phar­ma­co-indus­triel, et per­met­tant d’avancer en direc­tion de la pro­chaine phase de l’exploitation capi­ta­liste : l’exploitation des corps comme objets de consom­ma­tion. Nous pou­vions tout lui opposer.

Mais cette loi n’aura pas été votée dans le silence du consen­sus et de l’indifférence : nous avons réus­si à faire du bruit. Nous n’allons pas nous décou­ra­ger main­te­nant, car si cette loi a été adop­tée au nom du fémi­nisme, lorsque les pro­blèmes et les vic­times com­men­ce­ront à faire sur­face [c’est déjà le cas, mais les médias n’aiment pas cou­vrir ces sujets ; on note cela dit que Reu­ters, le New York Times et le Guar­dian ont récem­ment et timi­de­ment publié quelques vagues cri­tiques des pres­crip­tions de blo­queurs de puber­té et d’hormones aux mineur·es, NdT], nous ne per­met­trons pas qu’une telle absur­di­té soit attri­buée au fémi­nisme. Nous ne nous décou­ra­ge­rons pas, et à chaque fois qu’une fille affron­te­ra des salves de miso­gy­nie sexua­li­sante et la vio­lence sexiste de la socié­té, et se met­tra à croire qu’il vau­drait peut-être mieux essayer de deve­nir un homme, il y aura tou­jours l’une d’entre nous — une fémi­niste — pour lui don­ner les outils d’analyse, afin qu’elle com­prenne que le pro­blème ne vient pas elle mais de la société.

Le temps nous don­ne­ra rai­son. En atten­dant, ne nous lais­sons pas décou­ra­ger, sœurs-cama­rades, nous avons per­du cette bataille, mais la lutte continue.

Femi­nistes de Catalunya

***

Femi­nistes de Cata­lu­nya (« Fémi­nistes de Cata­logne ») est une asso­cia­tion de femmes qui lutte pour une éga­li­té réelle et effec­tive entre les femmes et les hommes, et contre toutes les formes d’ex­ploi­ta­tion et de vio­lence subies par les femmes et les filles du monde entier parce qu’elles sont des femmes. Nous sommes une asso­cia­tion fémi­niste radi­cale, abo­li­tion­niste de la pros­ti­tu­tion et de la por­no­gra­phie, des mères por­teuses et de l’o­vo­do­na­tion, et du genre, en tant que construc­tion cultu­relle qui sou­tient le sys­tème de pou­voir et de domi­na­tion qu’est le patriar­cat. Nous sommes indé­pen­dantes de tout par­ti poli­tique. Nous sommes un espace de ren­contre, de sou­tien, de for­ma­tion et de lutte, qui cherche à orga­ni­ser la pen­sée et l’ac­tion fémi­nistes afin d’in­fluen­cer et de trans­for­mer le monde.

Tra­duc­tion : Audrey A.

Print Friendly, PDF & Email
Total
50
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Détruire la nature déchaîne des maladies infectieuses (par Katarina Zimmer)

Le texte qui suit est une traduction d'un article de Katarina Zimmer initialement publié, en anglais, sur le site du magazine National Geographic, le 22 novembre 2019. Il est à mettre en lien avec cet article : De l’avènement de la civilisation au coronavirus de Wuhan : trajectoire d’un désastre logique. L'un et l'autre illustrent bien cet aphorisme apocryphe selon lequel « la civilisation n'est qu'une course sans espoir visant à trouver des remèdes aux maux qu'elle génère ». [...]