Le texte qui suit est un extrait du cha­pitre « La grande régres­sion » du livre 20 000 ans ou la grande his­toire de la nature écrit par Sté­phane Durand (publié en octobre 2018 aux édi­tions Actes Sud) :


La fin de l’abondance, le temps de la pénurie

En tra­ver­sant les forêts, en des­cen­dant les rivières, en sillon­nant les mers, nous avons décou­vert une France mer­veilleu­se­ment vivante, riche et variée. Après l’austère âge de glace vient le temps de la sur­abon­dance. Par­tout dans le pays, ça grouille, ça fouille et ça gazouille ; des mil­liers d’espèces dif­fé­rentes chantent, sifflent, pépient, stri­dulent, brament, mugissent et hurlent chaque nuit à la lune. Le fond des rivières est pavé de moules tan­dis qu’elles char­rient vers la mer des mil­liers de troncs d’arbres et que des armées de pois­sons migra­teurs remontent le cou­rant. Les plages sont bon­dées d’oiseaux et de phoques, pire qu’un 15 août et, à quelques enca­blures au large, baleines, mar­souins et dau­phins assurent le spec­tacle. Juste sous la sur­face, d’énormes requins, thons et espa­dons sonnent la charge et foncent dans les fleuves argen­tés d’innombrables sar­dines et autres harengs. Et par­tout des êtres tor­dus par l’âge, rabou­gris ou géants. On n’insiste pas assez sur le rôle capi­tal que jouent les grands et les vieux indi­vi­dus dans les éco­sys­tèmes, arbres ou baleines. Leur impact sur la cir­cu­la­tion des nutri­ments est sans com­pa­rai­son ; ils les concentrent et en accé­lèrent les cycles de manière dis­pro­por­tion­née. C’est pro­ba­ble­ment leur rôle le plus impor­tant, bien plus que celui de régu­ler les proies comme on l’entend dire des grands pré­da­teurs. La France sau­vage, c’est donc une véri­table cour des miracles où, dans une abon­dance inima­gi­nable, des vieux sans âge côtoient des éphé­mères, où des mal for­més fré­quentent des mélan­gés et où tous font la diver­si­té et la richesse des cycles de vie et la rési­lience des éco­sys­tèmes.

Mais ain­si que tous les mythes le racontent, après l’âge d’or sur­vient tou­jours l’âge des ténèbres. Et voi­là en effet qu’il y a 8 000 ans envi­ron sur­gissent quelque part sur les côtes pro­ven­çales l’éleveur et le culti­va­teur. On connaît la suite de l’histoire : elle est docu­men­tée par ceux-là mêmes qui se glo­ri­fient d’être les Plus Grands Per­tur­ba­teurs de Tous les Temps. La nature aime les per­tur­ba­tions, c’est peu de le dire, on l’a vu. Elles lui sont même consub­stan­tielles. Mais ces deux-là vont chan­ger radi­ca­le­ment l’échelle et le rythme des per­tur­ba­tions : de créa­trices, elles deviennent des­truc­trices. Trop vastes et bien trop rapides : la nature ne peut plus suivre. Elle s’appauvrit à l’extrême.

Voi­ci venu le temps de la Grande Sim­pli­fi­ca­tion.

Élégie pour la forêt

À peine débar­qués sur les côtes pro­ven­çales, les pre­miers éle­veurs et culti­va­teurs coupent et brûlent l’antique forêt de chênes pubes­cents pour ouvrir des clai­rières. Iro­nie du sort : c’est pré­ci­sé­ment là où la forêt a résis­té avec suc­cès durant les 80 000 ans de l’âge de glace qu’elle est atta­quée et réduite à néant en quelques siècles seule­ment. Le sol est mis à nu, grillé par le soleil, pié­ti­né et pul­vé­ri­sé par les sabots des trou­peaux, empor­té par les pluies. Il s’accumule dans les val­lées puis dévale vers la Médi­ter­ra­née. Les col­lines sont déca­pées, rabo­tées jusqu’à l’os. Le sol dis­pa­ru, seules par­viennent alors à pous­ser les plantes adap­tées aux falaises envi­ron­nantes, chênes verts, pins d’Alep, gené­vrier, thym et roma­rin, ciste et len­tisque qui des­cendent de leurs escar­pe­ments pour for­mer une « falaise hori­zon­tale » et conqué­rir les espaces lais­sés vacants par la dis­pa­ri­tion de la chê­naie pubes­cente. Cette nou­velle com­mu­nau­té végé­tale consti­tue cette gar­rigue si odo­rante qui fait les délices des tou­ristes d’aujourd’hui et la fier­té de la région. En réa­li­té, le Ven­toux de Pétrarque et la Sainte-Vic­toire de Cézanne ne sont plus depuis long­temps que des sque­lettes. Le chêne vert sup­plante défi­ni­ti­ve­ment le chêne pubes­cent car il résiste mieux au feu, rejette faci­le­ment depuis sa souche et ne craint pas la dent des trou­peaux. Quand les Romains arrivent, l’affaire est pliée depuis long­temps. S’ils émigrent sur les côtes pro­ven­çales, et avant eux les Grecs, et encore avant eux les Phé­ni­ciens, c’est qu’il est arri­vé chez eux la même chose que chez nous : une catas­trophe envi­ron­ne­men­tale de grande ampleur qui a fait suite aux défri­che­ments géné­ra­li­sés du monde médi­ter­ra­néen. Dans l’Antiquité grecque, la majo­ri­té des îles avait per­du leur cou­vert fores­tier, donc leur sol, donc l’eau de leurs sources. D’un para­dis, les hommes avaient fait un désert, déjà. Ce pour quoi ils s’exilèrent et ten­tèrent leur chance vers la Sicile, la Libye puis la Gaule et l’Ibérie, inau­gu­rant ain­si la pre­mière conquête de l’Ouest.

Des côtes médi­ter­ra­néennes, la vague de défo­res­ta­tion pro­gresse vers l’intérieur des terres, remonte les fleuves et rivières, grimpe les mon­tagnes et plus rien ne l’arrêtera avant le début du XIXe siècle où la forêt fran­çaise atteint son niveau le plus bas, envi­ron 9 mil­lions d’hectares seule­ment. Cette défo­res­ta­tion sys­té­ma­tique ralen­ti­ra par­fois, notam­ment lors de l’effondrement de l’Empire romain, des inva­sions bar­bares, des épi­dé­mies, de la guerre de Cent Ans et autres joyeu­se­tés mais ne s’arrêtera jamais… Les pre­miers ani­maux à dis­pa­raître sont les che­vaux sau­vages, déjà peu nom­breux, et les aurochs qui sont absor­bés par la masse crois­sante des bœufs domes­tiques. Parce que les pre­mières vaches domes­tiques venues d’Orient mesu­raient à peine un mètre au gar­rot, les pre­miers éle­veurs favo­ri­saient les croi­se­ments avec les aurochs sau­vages afin d’obtenir du bétail de plus grande taille. C’est pour­quoi cer­taines varié­tés de vaches euro­péennes pos­sèdent encore aujourd’hui quelques gènes d’aurochs. L’aire de répar­ti­tion des grands oiseaux et her­bi­vores se contracte. Cha­mois et bou­que­tin se réfu­gient vite dans les falaises puis dans les hautes mon­tagnes, don­nant l’impression d’être des ani­maux exclu­si­ve­ment rupestres.

Les ber­gers prennent très vite l’habitude de conduire leurs trou­peaux dans les prai­ries d’altitude qu’ils élar­gissent en repous­sant vers le bas à coups de hache et de brû­lis la limite supé­rieure de la forêt. Alors que les arbres, et notam­ment les sapins, peuvent pous­ser jusqu’à 2 400 voire 2 600 mètres d’altitude, ils n’atteignent plus que rare­ment 2 000 voire 1 500 mètres. Le pla­teau de Taille­fer situé entre 2 100 et 2 400 mètres dans le mas­sif de Bel­le­donne, non loin des Écrins, était cou­vert d’une forêt ouverte de bou­leaux et de pins. Depuis 2 000 ans, il n’y a qua­si­ment plus un arbre. Lorme, le frêne, le tilleul et le sapin ne résistent pas long­temps. Un arbre va pro­fi­ter de l’espace ain­si libé­ré : le hêtre. Il pousse vite, est indi­geste et apte à reje­ter de sa souche. Ce n’est qu’à par­tir de 2 000 ans avant notre ère qu’il s’étend lar­ge­ment à tra­vers les mon­tagnes puis des­cen­dra pro­gres­si­ve­ment dans les plaines de la moi­tié nord du pays. Le cou­vert fores­tier est offi­ciel­le­ment recon­nu comme déplo­rable dans les Pyré­nées en 1669, 1778 sur le Ven­toux, 1819 dans les Alpes du Sud. Lorsque l’abbé de Mor­te­sagne par­court le Mas­sif cen­tral en 1780, il raconte que les pay­sans n’ont plus que de la bouse mêlée de paille pour se chauf­fer. C’est qu’il n’y a plus un seul arbre en Auvergne, hor­mis ceux qui par­viennent à pous­ser dans les endroits les plus escar­pés (à l’exemple des gené­vriers de Phé­ni­cie âgés de 1 500 ans accro­chés aux falaises des gorges de l’Ardèche). Résul­tat : des records d’érosion. Le sol n’étant plus pro­té­gé ni rete­nu par les arbres et leurs racines, ce sont entre 150 et 190 tonnes de terre par hec­tare qui sont empor­tées chaque année par les pluies, soit 11 à 15 mil­li­mètres par an. Ces énormes quan­ti­tés de sédi­ments char­riées vers la Médi­ter­ra­née contri­buèrent à étendre la Camargue vers le sud et à empê­cher la mer d’envahir les marais.

L’agonie des rivières

Les rivières de France, autre­fois si cris­tal­lines, deviennent brunes et engor­gées de limons aux­quels s’ajoutent bien­tôt les pol­lu­tions émises par les villes qui s’installent le long des cours d’eau. Vers l’an 1300, un moine alsa­cien note qu’il y a cent ans, « tor­rents et rivières n’étaient pas aus­si larges que main­te­nant parce que les racines des arbres dans les mon­tagnes conser­vaient pour un temps l’eau de la fonte des neiges et l’humidité des nuages ». En quelques années, il observe que la rapide défo­res­ta­tion des Vosges cause des écou­le­ments plus rapides et dan­ge­reux. Au début du XVe siècle, les Pari­siens rejettent tant de déchets dans la Seine qu’elle est, chaque été, consi­dé­rée comme « infec­tée et cor­rom­pue ».

En rem­pla­çant l’antique roue hori­zon­tale par une roue ver­ti­cale, le Moyen Âge fait la révo­lu­tion tech­no­lo­gique du mou­lin à eau. Dès lors, en construi­sant des bar­rages, les meu­niers peuvent tirer par­ti du plus petit cours d’eau. En quelques décen­nies, les rivières de France se couvrent de mou­lins et de bar­rages autre­ment plus dif­fi­ciles à fran­chir par les pois­sons migra­teurs que les modestes construc­tions des cas­tors. Sur la Vienne, on compte bien­tôt vingt mou­lins par kilo­mètre de rivière. La satu­ra­tion est atteinte au XVIIIe siècle : il n’y a plus assez de déni­ve­lé pour construire de nou­veaux mou­lins. Les rivières rapides et chan­tantes sont deve­nues des suc­ces­sions d’étangs tran­quilles et boueux, chauds et mal oxy­gé­nés.

Là où les mou­lins se mul­ti­plient, les moules et les sau­mons reculent Les suc­ces­sions de bar­rages noient les peu­ple­ments de moules sous la vase et rendent les frayères les plus loin­taines défi­ni­ti­ve­ment inac­ces­sibles aux pois­sons (Vosges, Mor­van, Mas­sif cen­tral). Chaque meu­nier devient pêcheur. Sur cer­tains cours d’eau, les popu­la­tions de sau­mons baissent de 75 % dès la fin du Moyen Âge, de 95 % à la fin du XVIIIe siècle et de 99,9 % en 1900. Sur la Sienne, à Mont­cha­ton (Coten­tin), on cap­tu­rait 300 à 350 sau­mons par an au XIVe siècle et seule­ment 3 ou 4 un siècle plus tard. Le der­nier sau­mon du vil­lage est celui qui orne son bla­son. Le grand migra­teur dis­pa­raît de l’ensemble des rivières nor­mandes au cours du XVe siècle, à tel point que les Pari­siens importent sans tar­der d’Écosse et d’Irlande des bar­riques de sau­mon salé. Au XIXe siècle, les der­nières frayères de sau­mons du bas­sin de la Seine se trouvent dans quelques affluents de l’estuaire (ain­si qu’aux embou­chures de l’Eure, de l’Andelle et de l’Epte) ou alors beau­coup plus en amont, sur la Cure. Le bar­rage des Set­tons (19 mètres de haut) éle­vé en 1858 bloque défi­ni­ti­ve­ment la migra­tion vers l’amont des sau­mons et des aloses et celui de Poses bâti en 1885 par­achève le pro­ces­sus. Au début du XXe siècle, on ne pêchait plus dans la Seine que quelques dizaines de kilos de sau­mons (et 20 aloses seule­ment en 1897 !) alors qu’on en pêchait encore 57 tonnes dans la Loire.

Mais le pre­mier pois­son à dis­pa­raître de nos rivières, le plus grand, le plus gros, le plus lent à atteindre la matu­ri­té sexuelle et donc le plus fra­gile, est l’esturgeon. Mets de choix, il est inten­sé­ment recher­ché dès la pré­his­toire. Les Romains l’appréciaient fol­le­ment et il devient dès le Moyen Âge exclu­si­ve­ment réser­vé aux rois, témoi­gnant ain­si de sa raré­fac­tion ful­gu­rante. Les plus grands chefs riva­lisent ima­gi­na­tion pour pro­po­ser des recettes à base de viande de veau res­sem­blant à s’y méprendre à de l’esturgeon. Dès lors, chaque prise devient excep­tion­nelle et est abon­dam­ment com­men­tée : le géant de 5,40 mètres pêché dans la Loire à Mon­tar­gis est aus­si­tôt pré­sen­té à Fran­çois Ier ; un autre est cap­tu­ré quelques années plus tard à Amiens dans la Somme. Seule­ment quatre estur­geons sont pêchés près de Paris entre 1758 et 1800. Le der­nier estur­geon de la Loire est pro­ba­ble­ment pêché en 1904 à Saint-Fir­min-sur-Loire : il mesu­rait 2,56 mètres et pesait 88 kilos, un juvé­nile.

Eutro­phi­sa­tion, pol­lu­tion, tur­bi­di­té, mou­lins et sur­pêche : il n’en faut pas plus pour que les rivières changent radi­ca­le­ment d’aspect et que les popu­la­tions de grands migra­teurs s’effondrent en peu de temps et ce, des siècles avant la révo­lu­tion indus­trielle. […]

Les bancs de thons rouges s’amenuisent et les der­nières madragues ferment l’une après l’autre au cours du XXe siècle.

Les cha­luts sont inven­tés au XIVe siècle, peut-être même avant. Ils per­mettent de cap­tu­rer d’un coup de grandes quan­ti­tés de petits pois­sons et de coquillages.

De l’immense banc d’huîtres plates s’étendant de la mer du Nord au golfe de Gas­cogne, il ne reste pra­ti­que­ment plus rien au XIXe siècle. La baie du Mont-Saint-Michel qui en était le plus impor­tant gise­ment ne four­nit plus une seule huître dès le der­nier tiers du XIXe siècle. Le cha­lu­tage de fond, l’eutrophisation des eaux côtières et la sur­pêche détruisent les her­biers sous-marins de zos­tères et de posi­do­nies. Selon les régions, 30 à 70 % d’entre eux ont dis­pa­ru. Il ne reste plus que quatre récifs à posi­do­nies en Médi­ter­ra­née fran­çaise : baie de Port-Cros, baie du Brusc, île Sainte-Mar­gue­rite et San Fiu­ren­zu, en Corse. Le der­nier en date à avoir dis­pa­ru est celui de Ban­dol, ense­ve­li récem­ment sous le terre-plein d’un super­mar­ché. Les fabu­leux peu­ple­ments de corail rouge ont eux aus­si dis­pa­ru. Il s’en pêchait des dizaines de tonnes chaque année au XVIIIe siècle.

Au pré­texte qu’ils étaient d’insupportables concur­rents, les pêcheurs éli­mi­nèrent les trois espèces de phoques, dis­pa­rues de nos côtes au cours du XXe siècle : le phoque gris, le phoque veau-marin et le phoque moine. Si les popu­la­tions des deux pre­miers se recons­ti­tuent len­te­ment au niveau euro­péen, celles du troi­sième, en Médi­ter­ra­née, sont tou­jours en dan­ger cri­tique d’extinction. […]

Mal­gré la fas­ci­na­tion que les baleines exer­çaient sur les hommes, les pêcheurs ne les en ont pas moins pour­sui­vies jusqu’à la der­nière et l’histoire de leur déclin est bien docu­men­tée. La chasse est orga­ni­sée dès le IXe siècle au Pays basque, et de façon plus oppor­tu­niste ailleurs. Sous l’impulsion des enva­his­seurs vikings, des socié­tés de chas­seurs de baleines se créent en Nor­man­die, les wall­mann. Leurs cibles ? Les mar­souins, les dau­phins, les glo­bi­cé­phales mais sur­tout les baleines grises et les baleines franches, jus­te­ment sur­nom­mées « baleines des Basques » Les baleines grises, les plus côtières puisqu’elles aiment fré­quen­ter les lagunes calmes, sont les pre­mières à être éli­mi­nées. Elles dis­pa­raissent si tôt dans l’histoire qu’on a très peu de traces de leur pré­sence sur les côtes euro­péennes. Tout est bon dans la baleine : sa graisse pour les cierges des monas­tères, sa viande bien sûr, qui ali­mente les bou­che­ries, ses fanons. À Rouen, le tra­vail des os est une spé­cia­li­té pro­té­gée en 1403 par l’ordonnance royale de Charles II. À la bataille de Bou­vines, en 1214, le comte de Bou­logne arbore sur son casque un panache de fanons de baleines. L’apogée de la chasse à la baleine sur nos côtes se situe au Moyen Âge. À par­tir du XIIIe siècle, les popu­la­tions déclinent et les obser­va­tions de baleines se raré­fient au point de faire sen­sa­tion et d’entrer dans les annales. En février 1854, une femelle accom­pa­gnée de son petit sont aper­çus devant le port de Biar­ritz. Aus­si­tôt pris en chasse, le balei­neau est cap­tu­ré et tués. La mère par­vient à s’échapper. C’était l’une des toutes der­nières à s’aventurer ain­si au plus près de nos côtes.

Safaris bretons

La vie marine était d’une abon­dance pro­pre­ment incon­ce­vable et impos­sible à chif­frer. Et pour­tant, l’homme a réus­si à cap­tu­rer l’infini dans ses filets et à vider la mer. Les jus­ti­fi­ca­tions sont nom­breuses et légi­times [sic]. Mais quelle est la rai­son d’être de la des­truc­tion d’animaux aus­si inno­cents et « inutiles » [re-sic] que des oiseaux de mer ? Aucune, si ce n’est le pur plai­sir du coup de feu et l’orgueil du tro­phée. Dès l’ouverture en 1863 de la ligne fer­ro­viaire des­ser­vant Saint-Brieuc, les Che­mins de fer de l’Ouest vantent auprès des bour­geois de Paris les safa­ris bre­tons, la chasse « aux cal­cu­lots, ces per­ro­quets de mer se ter­rant comme des lapins », ain­si qu’on sur­nom­mait alors les maca­reux moines. Pour des cita­dins en mal d’aventure, la Bre­tagne de l’époque appa­raît fol­le­ment exo­tique. Embar­quant avec force car­touches à Per­ros-Gui­rec vers l’archipel des Sept-îles, les chas­seurs tirent depuis le pont du bateau direc­te­ment dans les colo­nies en pleine période de nidi­fi­ca­tion. Ils ne se donnent que rare­ment la peine de ramas­ser les cadavres qu’ils jettent en tas sur la plage dès leur arri­vée. Le lieu­te­nant Héme­ry, orni­tho­logue ama­teur, écrit en juin 1911 au direc­teur du Muséum de Nantes : « L’île offre l’aspect d’un véri­table champ de car­nage ; au bord des trous où pul­lu­laient des mouches de cadavres, une odeur infecte. Par place, des cen­taines de douilles vides en tas sur le sol comme les étuis d’une mitrailleuse après un com­bat. Nous extra­yons des trous des pous­sins morts, des œufs aban­don­nés et pour­ris […]. Nous appre­nons alors par nos mate­lots que huit jours avant, deux ou trois indi­vi­dus sont venus de Paris et se sont fait débar­quer dans l’île avec une caisse de 60 kilos de car­touches. Ils n’ont quit­té l’île qu’après avoir tout brû­lé sur ces inof­fen­sifs oiseaux, tués au moment où ils venaient au nid appor­ter la nour­ri­ture à leurs petits. Les cadavres des vic­times (près de trois cents, nous a‑t-on dit) ont été rame­nés à Per­ros, et là, jetés sur la grève. Ces mes­sieurs les chas­seurs (!), fiers de leur tableau, n’en ont empor­té qu’un ou deux exem­plaires. Il paraît que ces van­dales répètent presque tous les ans ces inutiles et stu­pides mas­sacres. On peut esti­mer, dans ces condi­tions, que la colo­nie de maca­reux de l’île Rou­zic aura, dans trois ou quatre ans, com­plè­te­ment aban­don­né ces parages. » Et effec­ti­ve­ment : la prin­ci­pale colo­nie fran­çaise de maca­reux passe de 15 000 couples en 1900 à seule­ment 400 en 1912, date à laquelle la Ligue pour la pro­tec­tion des oiseaux par­vient à créer la réserve natu­relle, pro­té­geant ain­si les der­niers cal­cu­lots. Un peu plus au nord, Mau­pas­sant raconte une scène sem­blable sous les falaises d’Étretat : « Les oiseaux, pris de peur, s’élancent un à un, dans le vide, pré­ci­pi­tés jusqu’au ras de la vague ; puis, les ailes bat­tant à coups rapides, ils filent, filent et gagnent le large, quand une grêle de plombs ne les jette pas à l’eau. Pen­dant une heure on les mitraille ain­si, les for­çant à déguer­pir l’un après l’autre ; et quel­que­fois les femelles au nid, achar­nées à cou­ver, ne s’en vont point, et reçoivent coup sur coup les décharges qui font jaillir sur la roche blanche des gout­te­lettes de sang rose, tan­dis que la bête expire sans avoir quit­té ses œufs. » Il s’agit cette fois des guille­mots mais le geste est iden­tique et le résul­tat tout aus­si déso­lant.

Les porte-plumes

À la Belle Époque, plumes d’aigrettes et de hérons, têtes de chouettes hulottes ou effraie, coli­bris, rouge-gorge, hiron­delles, mésanges, roi­te­lets, nids de char­don­ne­rets avec toute la famille y com­pris les œufs ornent les cha­peaux et les parures des élé­gantes. Les plus recher­chés sont les incroyables para­di­siers en pro­ve­nance de la loin­taine Papoua­sie mais éga­le­ment les oiseaux de mer des côtes fran­çaises, sternes et mouettes, dont les ailes d’un blanc imma­cu­lé rehaussent mer­veilleu­se­ment les plus banales toi­lettes. Cette indus­trie occupe près de 70 000 ouvriers plu­mas­siers rien qu’à Paris et la com­pé­ti­tion fait rage avec l’Angleterre. La chasse n’a plus rien de spor­tif. C’est de la bou­che­rie. Les chas­seurs cap­turent les oiseaux au nid, leur « coupent les ailes direc­te­ment et jettent leurs vic­times vivantes à la mer, lut­tant avec leurs seules pattes et leur tête jusqu’à ce que la mort les apaise ». En 1908, on estime à 300 mil­lions le nombre d’oiseaux ain­si sacri­fiés dans le monde chaque année à la mode fémi­nine, dont 40 000 sternes. Quelle étrange habi­tude, s’étonne un com­men­ta­teur de l’époque, que « de por­ter un char­nier sur la tête et de pla­cer son visage dans le cadre d’un cime­tière »…

« La Nature brute est hideuse et mourante »

« Des­sé­chons ces marais, ani­mons ces eaux mortes en les fai­sant cou­ler, for­mons-en des ruis­seaux, des canaux ; met­tons le feu à ces vieilles forêts déjà à demi consom­mées ; ache­vons de détruire avec le fer ce que le feu n’aura pu consu­mer : bien­tôt au lieu du jonc, du nénu­phar, dont le cra­paud com­po­sait son venin, nous ver­rons paraître la renon­cule, le trèfle, les herbes douces et salu­taires ; des trou­peaux d’animaux bon­dis­sants fou­le­ront cette terre jadis impra­ti­cable ; ils se mul­ti­plie­ront pour se mul­ti­plier encore : ser­vons-nous de ces nou­veaux aides pour ache­ver notre ouvrage ; que le bœuf sou­mis au joug emploie ses forces et le poids de sa masse à sillon­ner la terre, qu’elle rajeu­nisse par la culture ; une Nature nou­velle va sor­tir de nos mains. » Ces lignes sont-elles tirées de la Bible qui pro­pulse l’homme maître et pos­ses­seur de la nature ? Qui parle ain­si ? C’est Buf­fon, le pape de l’histoire natu­relle en France au XVIIIe siècle. Buf­fon qui pense que seul l’homme peut rendre la nature « agréable et vivante », qu’il en est d’ailleurs « le prin­ci­pal orne­ment, la pro­duc­tion la plus noble ; en se mul­ti­pliant il en mul­ti­plie le germe le plus pré­cieux ».

« Qu’elle est belle, cette Nature culti­vée ! » Buf­fon ne fait qu’annoncer le pro­gramme sui­vi à la lettre depuis le début du Néo­li­thique et qui se pour­suit jusqu’à nos jours. La nature ne vaut que si elle est maî­tri­sée, contrô­lée, conte­nue dans un cadre étroit et pré­cis. Tout est dit. L’académicien a le mérite d’être clair : « Les espèces nui­sibles [doivent être] réduites, confi­nées, relé­guées ; les tor­rents conte­nus ; les fleuves diri­gés, res­ser­rés ; la mer même sou­mise ; les déserts deve­nus des cités habi­tées par un peuple immense ; des routes ouvertes et fré­quen­tées, des com­mu­ni­ca­tions éta­blies par­tout comme autant de témoins de la force et de l’union de la socié­té : mille autres monu­ments de puis­sance et de gloire démontrent assez que l’homme, maître du domaine de la terre, en a chan­gé, renou­ve­lé la sur­face entière. »

L’obsession d’une nature propre et bien rangée

Les zones humides sont les pre­mières vic­times de cette œuvre de salu­bri­té publique. Dans de très nom­breuses régions de France, des sols bas et argi­leux empêchent depuis l’Holocène le bon écou­le­ment des eaux super­fi­cielles et créent des maré­cages plus ou moins per­ma­nents. Un bon tiers du pays est ain­si cou­vert de marais. Le palu­disme est endé­mique par­tout mais les popu­la­tions humaines semblent s’en accom­mo­der jusqu’à la Renais­sance. Les grosses épi­dé­mies n’apparaissent qu’avec les guerres de reli­gion, lorsque les popu­la­tions se pressent der­rière de hautes murailles cer­nées de fos­sés aux eaux stag­nantes, le para­dis des mous­tiques ano­phèles, les vec­teurs du fameux para­site. D’autant plus que, de Caen à Stras­bourg, d’Arles à Lille, de Bor­deaux à Paris, les plus grandes villes s’installent jus­te­ment dans les maré­cages des basses val­lées. Les zones humides deviennent des espaces à valo­ri­ser à plus d’un titre : exten­sion des cités et des zones culti­vées (le maré­cage devient maraî­chage), lutte contre les fièvres palu­déennes. Les jus­ti­fi­ca­tions sani­taires rejoignent les inté­rêts éco­no­miques : tout concourt à vou­loir réduire ces cloaques immenses aux vapeurs pes­ti­len­tielles. L’assèchement des marais devient une prio­ri­té natio­nale dès la fin du XVIe siècle. Iro­nie du sort : c’est lors des grands tra­vaux de drai­nage qui mul­ti­plièrent les mares d’eau crou­pis­santes où les mous­tiques pul­lu­laient qu’eurent lieu les plus grandes épi­dé­mies de palu­disme : la construc­tion du châ­teau de Ver­sailles au XVIIe siècle, l’assèchement de la plaine lan­gue­do­cienne au XVIIIe siècle, les grands tra­vaux hauss­man­niens et le creu­se­ment du canal Saint-Mar­tin de Paris au XIXe siècle, le drai­nage des Landes pour la construc­tion de la voie fer­rée ral­liant Bayonne, etc. Aujourd’hui, les zones humides sont pas­sées d’environ, 30 % du ter­ri­toire fran­çais à moins de 5 %.

Le retour de la forêt…

Au début du XIXe siècle, la forêt fran­çaise est à son point le plus bas, envi­ron 9 mil­lions d’hectares. Des dépar­te­ments entiers n’ont qua­si­ment plus de forêts et subissent une éro­sion géné­ra­li­sée de leurs sols qui rend de vastes sur­faces impropres aux cultures. Un comble ! La France connaît donc une véri­table crise fores­tière mais les années 1830 voient le début de la recon­quête de la forêt. Pertes démo­gra­phiques dans les cam­pagnes dues aux guerres napo­léo­niennes, exode rural, révo­lu­tion indus­trielle qui délaisse le bois pour le métal et le char­bon, inten­si­fi­ca­tion agri­cole néces­si­tant moins de sur­face pour un ren­de­ment accru, boi­se­ment arti­fi­ciel des zones humides : de nom­breux fac­teurs contri­buent à étendre à nou­veau la forêt. Le Second Empire pro­meut une véri­table poli­tique natio­nale de reboi­se­ment du pays tout entier. Sous l’impulsion de Napo­léon III qui visite le Pays basque, près d’un mil­lion d’hectares de marais et de dunes des Landes dis­pa­raissent sous les pins noirs. Même chose en Sologne. Des lois sont votées pour impo­ser la res­tau­ra­tion des ter­rains de mon­tagne, mon­tagne, Mas­sif cen­tral, Alpes, Pyré­nées, Vosges, La Cor­rèze dont la super­fi­cie ne conte­nait plus que 2 % de forêts en 1829 en comp­tait plus de 45 % en 1993.

…mais de quelle forêt ?

Elle a dou­blé sa sur­face en moins de deux siècles et retrou­vé son éten­due du XIVe siècle mais de quelle forêt parle-t-on ? Si la France est à nou­veau cou­verte à 30 % par les arbres, 79 % des forêts ont moins de cent ans et res­semblent plus à des plan­ta­tions régu­lières qu’aux forêts que nous avons par­cou­rues au cours des mil­lé­naires pré­cé­dents. Désor­mais, elles doivent être net­toyées et les arbres bien ali­gnés. Une seule essence est pri­vi­lé­giée selon les régions, avec des indi­vi­dus du même âge, de la même taille, de la même forme, si pos­sible du même culti­var. Il faut sup­pri­mer le bois mort et cou­per les arbres avant qu’ils ne vieillissent. Vieillesse et pour­ri­ture déses­pèrent les fores­tiers… Nous savons que les forêts agissent sur le cli­mat et nous devrions nous réjouir de leur récente exten­sion. Mal­heu­reu­se­ment, nos forêts sont désor­mais si propres et si bien ran­gées qu’elles ne peuvent contre­car­rer effi­ca­ce­ment les effets du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Pour­quoi ? Parce que c’est jus­te­ment le bois pour­ris­sant trans­for­mé en humus et les plus vieux arbres qui stockent le plus de car­bone. Au niveau euro­péen, on estime que 0,2 % seule­ment des forêts ont conser­vé leur état natu­rel, ce qui en fait l’un des éco­sys­tèmes les plus mena­cés de la pla­nète, au moins autant que les forêts équa­to­riales. C’est un chiffre qui paraît encore exa­gé­ré­ment opti­miste pour cer­tains auteurs qui estiment quant à eux qu’il n’y a vir­tuel­le­ment plus aucune forêt pri­maire en Europe. Même les rares forêts qui ont plus de deux cents ans et remontent bien avant Napo­léon Ier ont été un jour ou l’autre exploi­tées et conservent aujourd’hui encore des traces de cette exploi­ta­tion ancienne. Les sols ont per­du une bonne par­tie de leur car­bone mais sont plus riches en nitrates et phos­phates, ce qui favo­rise des plantes plus com­pé­ti­tives comme l’ortie et la ronce, le lierre et le gaillet, la per­venche et le géra­nium au détri­ment des plantes de forêt pri­maire plus adap­tées à des sols pauvres. 2 000 ans après une exploi­ta­tion gal­lo-romaine, la forêt en garde la mémoire dans les pro­prié­tés de son sol. La diver­si­té et l’abondance de la com­mu­nau­té vivante du sol sont des fac­teurs déter­mi­nants dans sa capa­ci­té à sto­cker l’eau et les nutri­ments. Mais le labou­rage pro­fond et les engins lourds tassent le sol. L’air ne peut plus péné­trer, il s’asphyxie et ne peut plus épon­ger l’eau qui ruis­selle en sur­face et l’emporte. La bio­masse micro­bienne dimi­nue de 50 à 75 %. En appau­vris­sant et sim­pli­fiant ain­si cette com­mu­nau­té cachée, l’agriculture inten­sive altère pro­fon­dé­ment ce rôle majeur dans le fonc­tion­ne­ment des éco­sys­tèmes. Les prai­ries qui rem­placent la forêt ont la même pro­duc­ti­vi­té mais, alors que cette der­nière pro­duit du bois et séquestre du car­bone pour des siècles, la prai­rie ne pro­duit que des her­bi­vores éphé­mères.

Des rivières enfermées

Le cas des rivières est le plus exem­plaire car le plus spec­ta­cu­laire. Depuis la pré­his­toire, les hommes aiment à s’installer près des cours d’eau et les Romains bâtissent leurs villes direc­te­ment au bord des rivières, habi­tude qui ne sera jamais démen­tie par la suite. Inté­rêt urba­nis­tique pour pro­fi­ter des espaces plats des berges et des fonds de val­lée ; inté­rêt éco­no­mique de la cir­cu­la­tion faci­li­tée des biens et des per­sonnes par voie d’eau. La rivière sau­vage, impré­vi­sible et indomp­table doit donc à tout prix être civi­li­sée pour per­mettre le déve­lop­pe­ment des acti­vi­tés humaines. Débor­dante et capri­cieuse avec ses crues et ses étiages, il faut rec­ti­fier son cours pour la for­cer à res­ter dans son lit.

La rhé­to­rique employée dès le XIXe siècle pour carac­té­ri­ser les rivières natu­relles emprunte à la psy­chia­trie et, comme on le fait alors avec les fous, il faut l’enfermer et la mettre sous tutelle à coups de digues, bar­rages et épis, quitte à trans­for­mer son cours en un simple canal. À cela s’ajoute comme en forêt l’obsession de pro­pre­té. En effet, l’arbre mort empor­té par le cou­rant gêne la navi­ga­tion et ins­pire un dégoût exis­ten­tiel en rap­pe­lant à l’humanité l’absurdité et la fra­gi­li­té de sa condi­tion. Il faut donc sup­pri­mer les troncs d’arbres flot­tants qui font sale au moment même où les pol­lu­tions chi­miques et orga­niques aug­mentent expo­nen­tiel­le­ment sans gêner per­sonne… Il ne faut pas non plus négli­ger l’attrait esthé­tique de la rivière pleine, tou­jours rem­plie à ras bord, avec un cours lent et régu­lier, sans vague, ponc­tué de cas­cades amé­na­gées à chaque bar­rage. C’est la rivière idéale, sage et utile, trans­for­mée en une suc­ces­sion d’étangs. On recense aujourd’hui 70 000 à 80 000 seuils et bar­rages (dont 550 dépas­sant 15 mètres) qui bloquent la migra­tion des pois­sons et des allu­vions, alors que pour le seul bas­sin de la Seine, seule­ment 5 % ont encore une réelle uti­li­té.

Disparition des chasseurs-cueilleurs

Dans cette triste his­toire qui n’a duré fina­le­ment que peu de siècles, mais qui suf­firent à bou­le­ver­ser le pays et le conti­nent tout entier, le pre­mier à dis­pa­raître ne fut ni le che­val sau­vage, ni l’aurochs, le phoque moine, l’esturgeon, la baleine grise, l’ours brun, la cigogne noire, l’huître plate ou la moule per­lière. Non, le pre­mier à dis­pa­raître fut le chas­seur-cueilleur à la peau sombre, aux che­veux noirs bou­clés et aux yeux bleus, arri­vé il y a 40 000 ans. Il prit la relève d’autres hommes plus anciens encore, de Nean­der­tal, ins­tal­lés en France depuis des cen­taines de mil­liers d’années. On ima­gine qu’au Néo­li­thique, la plu­part se mêlèrent aux nou­veaux venus et se conver­tirent au nou­veau dogme, à la pen­sée unique de l’époque et délais­sèrent l’arc pour la char­rue. Cer­tains résis­tèrent vaillam­ment, comme bien plus tard d’irréductibles Gau­lois face à l’envahisseur romain, mais ils se retrou­vèrent bien­tôt relé­gués dans des ter­ri­toires de plus en plus exi­gus, trop étroits pour sub­ve­nir à leurs besoins vitaux, comme sur le lit­to­ral bre­ton par exemple où ils furent vite réduits à ne man­ger que des coquillages. Et quand ils ne mou­rurent pas de faim, c’est sous le tran­chant des haches de pierre des éle­veurs et culti­va­teurs qu’ils périrent, comme l’indique la nécro­pole de l’îlot Téviec, dans le Mor­bi­han. Ain­si, vers 5000 avant notre ère, dis­pa­rurent les der­niers chas­seurs-cueilleurs de France…

La révolution

La révo­lu­tion néo­li­thique est avant tout une révo­lu­tion de la pen­sée, un ren­ver­se­ment total du rap­port de l’homme au monde. Les chas­seurs-cueilleurs se pen­saient inclus dans le monde et dans le grand cycle des chaînes tro­phiques ; ils se savaient chas­seurs et poten­tiel­le­ment chas­sés ; ils man­geaient d’autres ani­maux sans jamais oublier qu’ils pou­vaient eux-mêmes être man­gés et que cha­cune de leurs par­ti­cules retour­nait dans le Grand Tout, dis­po­nibles à nou­veau pour d’autres vies. Ce que, bien plus tard, Eck­hart Tolle tra­dui­ra ain­si : « Vous êtes l’univers qui prend la forme d’un être humain pour un court ins­tant. » Ils vivent dans la forêt, de la forêt ; ils sont la forêt. Une vie sur le mode de la coha­bi­ta­tion avec tous les habi­tants d’un même ter­ri­toire, où l’on accueille « les choses sans se les appro­prier » comme l’écrit si joli­ment le roman­cier japo­nais Nat­su­mé Sôse­ki. Une phi­lo­so­phie du voi­si­nage, avec tous ses aléas, où cha­cun est sou­ve­rain dans les limites du cadre impo­sé par tous les autres : humains et non-humains vivent les uns grâce aux autres, par les autres, au risque des autres.

Le don devient dû

Les agri­cul­teurs du Néo­li­thique, eux, pensent tout à fait dif­fé­rem­ment. En nouant des rela­tions extrê­me­ment fortes avec cer­tains êtres choi­sis au détri­ment de tous les autres, ils s’extraient de la chaîne tro­phique. C’est le pro­ces­sus de domes­ti­ca­tion des céréales, légu­mi­neuses, cochons, mou­tons, chèvres, bœufs et, dans la fou­lée, des abeilles puis des microbes per­met­tant de trans­for­mer la farine, le lait et le jus de rai­sin. Pain, fro­mage et vin trans­forment le rap­port au monde en trans­for­mant l’homme lui-même. La modi­fi­ca­tion radi­cale du régime ali­men­taire sélec­tionne des hommes capables de digé­rer l’amidon, le lac­tose et l’alcool. Les humains à peau claire se trouvent favo­ri­sés car ils méta­bo­lisent à par­tir de la lumière solaire la vita­mine D que leur nou­velle nour­ri­ture ne leur apporte plus. Les agri­cul­teurs n’appartiennent plus à la terre ; c’est la terre désor­mais qui leur appar­tient. Chan­ge­ment radi­cal de pers­pec­tive qui auto­rise toutes les des­truc­tions en toute bonne conscience Les agri­cul­teurs exigent désor­mais que la réa­li­té se sou­mette à leurs propres dési­rs. Ce qui était don devient dû avec ses corol­laires d’exigence, d’impatience, d’intransigeance et bien­tôt d’intolérance. Ils repoussent de leurs champs, prés et fermes la plu­part des autres vivants consi­dé­rés dès lors comme d’indésirables concur­rents ou nui­sibles. On passe d’une logique d’inclusion à une logique d’exclusion.

L’homme cherche à prendre son des­tin en main pour ne pas lais­ser le hasard et la néces­si­té écrire l’histoire à sa place. Plu­tôt que d’être le jouet des contin­gences et des aléas (cli­ma­tiques, géo­lo­giques, bio­lo­giques, his­to­riques, etc.), plu­tôt que d’être l’éternel enfant de la nature, il veut écrire sa propre his­toire. Et ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas lier leur des­tin au sien seront effa­cés pro­gres­si­ve­ment à grands coups de rabot san­glant et dans l’indifférence géné­rale. Car pour maî­tri­ser cette his­toire, son his­toire, l’homme ne peut contrô­ler que quelques para­mètres. Dans sa volon­té sim­pli­fi­ca­trice extrême, le ratio­na­lisme occi­den­tal consi­dère tout être et toute chose comme de simples res­sources, indé­pen­dam­ment des rela­tions qui les lient entre elles.

Tout ce que la vie sau­vage a patiem­ment mis en place depuis la fin de l’âge de glace, l’homme néo­li­thique va le détruire sys­té­ma­ti­que­ment, plus ou moins consciem­ment. En sépa­rant la forêt de la rivière, il les appau­vrit toutes les deux, ain­si que la mer par la même occa­sion. Il empêche le réap­pro­vi­sion­ne­ment des nappes phréa­tiques et la puri­fi­ca­tion de l’eau. En cou­pant les vieux arbres, en sup­pri­mant le cou­vert fores­tier, il enraye la fabu­leuse machine à pro­duire la richesse des sols et stoppe le sto­ckage du car­bone. En labou­rant les sols, il les réduit en pous­sière, per­met­tant aux vents et à la pluie de les empor­ter au loin. Les céréales et les légu­mi­neuses sont les pre­mières plantes inva­sives, avec la béné­dic­tion des hommes qui leur pré­parent le ter­rain. En sup­pri­mant les dif­fé­rentes strates spa­tio­tem­po­relles, en sim­pli­fiant à l’extrême (1 plante = 1 cycle), il obtient les pre­mières années des ren­de­ments incroyables car toutes les richesses du sol sont mono­po­li­sées par une seule plante. Mais, faute d’un mélange de cycles dif­fé­rents, ces richesses s’épuisent vite et il faut trou­ver des sub­sti­tuts pour enri­chir arti­fi­ciel­le­ment le sol ou s’en aller ailleurs pour recom­men­cer le cycle infer­nal. C’est ce qu’ont fait les Grecs et les Romains en conqué­rant la Gaule. C’est ce qu’ont fait les Euro­péens bien plus tard en décou­vrant l’Amérique.

(Fin de l’ex­trait)

*


*

Dif­fi­cile, à la lec­ture de tout cela, de ne pas se dire comme Simone Weil : « Si seule­ment j’avais la machine à par­cou­rir le temps, ce n’est pas vers l’avenir que je la tour­ne­rais, c’est vers le pas­sé. Et je ne m’arrêterais même pas aux Grecs ; j’irais au moins jusqu’à l’époque égéo-cré­toise. Mais cette seule pen­sée me fait l’effet que fait un mirage à un homme per­du dans le désert. Cela me fait soif. Il vaut mieux ne pas y pen­ser, puisqu’on est enfer­mé dans cette minus­cule pla­nète et qu’elle ne rede­vien­dra grande, féconde et variée, comme elle le fut autre­fois, que long­temps après nous — si jamais elle le rede­vient. »

***

Cela dit, Sté­phane Durand for­mule ici, avec d’un côté les chas­seurs-cueilleurs et de l’autre les agri­cul­teurs (les civi­li­sés), une vision très dicho­to­mique, qui ne cor­res­pond pas exac­te­ment à la réa­li­té, plus nuan­cée, mais qui a le mérite, comme toutes les cari­ca­tures, de faire res­sor­tir les traits les plus carac­té­ris­tiques des dif­fé­rents types de cultures humaines qui ont exis­té, et qui existent encore. Il s’a­git d’un sujet à creu­ser plus en pro­fon­deur, car c’est en exa­mi­nant leurs dif­fé­rentes carac­té­ris­tiques (pra­tiques et croyances, qui sont liées) que l’on peut com­prendre ce qui fait qu’une socié­té humaine est sou­te­nable et ce qui fait qu’elle ne l’est pas. Mani­fes­te­ment, ce que l’on asso­cie habi­tuel­le­ment à la civi­li­sa­tion cor­res­pond à un type de socié­té humaine fon­da­men­ta­le­ment insou­te­nable. Et une des croyances dont découle son carac­tère insou­te­nable, qui l’a­nime, semble-t-il, depuis déjà plu­sieurs mil­lé­naires, cor­res­pond à ce que Der­rick Jen­sen nomme le supré­ma­cisme humain, et dont témoignent les cita­tions de Buf­fon exhu­mées par Sté­phane Durand, aux­quelles on pour­rait en rajou­ter plu­sieurs, bien anté­rieures, comme celle-ci, d’A­ris­tote (trois siècles avant notre ère) :

« Les plantes existent pour les ani­maux, et les autres ani­maux pour l’homme, les ani­maux domes­tiques pour son usage et sa nour­ri­ture, les ani­maux sau­vages, sinon tous du moins la plu­part, pour sa nour­ri­ture et d’autres secours puisqu’il en tire vête­ments et autres ins­tru­ments. Si donc la nature ne fait rien d’inachevé ni rien en vain, il est néces­saire que ce soit pour les hommes que la nature ait fait tout cela. C’est pour­quoi, en un sens, l’art de la guerre est un art natu­rel d’acquisition (car l’art de la chasse est une par­tie de cet art) auquel nous devons avoir recours contre les bêtes et les hommes qui sont nés pour être com­man­dés mais n’y consentent pas : cette guerre-là est juste par nature. »

Et cette autre, de Cicé­ron (un siècle avant notre ère) :

« Ce que la nature a fait de plus impé­tueux, la mer et les vents, nous seuls avons la facul­té de les domp­ter, pos­sé­dant l’art de la navi­ga­tion ; aus­si pro­fi­tons-nous et jouis­sons-nous de beau­coup de choses qu’offre la mer. Nous sommes éga­le­ment les maîtres abso­lus de celles que pré­sente la Terre. Nous jouis­sons des plaines, nous jouis­sons des mon­tagnes ; c’est à nous que sont les rivières, à nous les lacs ; c’est nous qui semons les blés, nous qui plan­tons les arbres ; c’est nous qui condui­sons l’eau dans les terres pour leur don­ner la fécon­di­té : nous arrê­tons les fleuves, nous les gui­dons, nous les détour­nons ; nos mains enfin essaient, pour ain­si dire, de faire dans la nature une nature nou­velle. »

Et cet extrait de la Genèse :

« Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, mul­ti­pliez, rem­plis­sez la terre, et l’assujettissez ; et domi­nez sur les pois­sons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout ani­mal qui se meut sur la terre. »

Et celle-ci, for­mu­lée près de deux mil­lé­naires plus tard, en 1820, par l’influent phi­lo­sophe fran­çais Saint-Simon :

« L’objet de l’industrie est l’exploitation du globe, c’est-à-dire l’appropriation de ses pro­duits aux besoins de l’homme, et comme, en accom­plis­sant cette tâche, elle modi­fie le globe, le trans­forme, change gra­duel­le­ment les condi­tions de son exis­tence, il en résulte que par elle, l’homme par­ti­cipe, en dehors de lui-même en quelque sorte, aux mani­fes­ta­tions suc­ces­sives de la divi­ni­té, et conti­nue ain­si l’œuvre de la créa­tion. »

Le supré­ma­cisme humain consiste, on le voit, à consi­dé­rer l’être humain comme une créa­ture sépa­rée de et supé­rieure au reste de la créa­tion, qui aurait été pla­cé là pour la ser­vir, et dont elle consti­tue­rait le pinacle. Une telle croyance contraste for­te­ment avec celle que par­tagent de nom­breux peuples non-civi­li­sés, sug­gé­rée par Sté­phane Durand dans un pas­sage de son livre rap­por­tant les pro­pos mépri­sants du prêtre teu­to­nique Nico­las de Jero­schin :

« Au Moyen Âge, les der­niers lam­beaux de la grande forêt her­cy­nienne se trouvent encore plus à l’est, aux confins de la Ger­ma­nie et de la Rus­sie. C’est la “grosse Wild­nis” des Alle­mands, 50 000 à 60 000 kilo­mètres car­rés d’une immense zone sau­vage qui sert de fron­tière végé­tale entre les chré­tiens, à l’ouest, et les païens, à l’est. Dans sa Chro­nique de Prusse écrite en 1331–1341, Nico­las de Jero­schin regrette que l’ignorance du véri­table Dieu pousse ces païens “à ado­rer sot­te­ment chaque créa­ture comme un dieu : le ton­nerre, le soleil, les étoiles et la lune, les oiseaux, les ani­maux et même les cra­pauds étaient des dieux pour eux. Selon leurs croyances, les champs, les rivières et les forêts étaient aus­si sacrés”. »

Bien évi­dem­ment, de telles croyances n’a­vaient rien de sottes, et étaient au contraire bien plus saines et sen­sées que celles des civi­li­sés. C’est pour­quoi l’é­co­lo­gie radi­cale se com­pose de cou­rants bio­cen­tristes ou éco­cen­tristes qui s’ef­forcent de pro­mou­voir des croyances res­pec­tueuses du monde natu­rel, comme l’é­thique de la terre éco­cen­trée d’Al­do Leo­pold, qu’il for­mule dans son Alma­nach d’un com­té des sables (1949) :

« En bref, une éthique de la terre fait pas­ser l’Homo sapiens du rôle de conqué­rant de la com­mu­nau­té-terre à celui de membre et citoyen par­mi d’autres de cette com­mu­nau­té. Elle implique le res­pect des autres membres, et aus­si le res­pect de la com­mu­nau­té en tant que telle. »

***

Sté­phane Durand nous offre ici un livre impor­tant pour plu­sieurs rai­sons, et notam­ment parce qu’il nous rap­pelle ce que cette pla­nète a été et ce qu’elle pour­rait rede­ve­nir si nous par­ve­nions à déman­te­ler la civi­li­sa­tion (indus­trielle), à inver­ser ses dyna­miques mor­ti­fères, ou si elle s’effondrait — du moins, avant de pré­ci­pi­ter trop de points de non-retour. Et parce qu’il nous rap­pelle aus­si que les des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales en cours, ain­si que l’état cala­mi­teux de nos (ou de la) socié­tés humaines, ne sont pas des fata­li­tés, pas les résul­tats iné­luc­tables de quelque nature humaine, mais bien ceux de choix cultu­rels qu’il est pos­sible de défaire — choix que cer­taines cultures humaines exis­tantes n’ont jamais fait, et que d’autres ont reje­tés.

Nico­las Casaux

 

Vous avez réagi à cet article !
Afficher les commentaires Hide comments
Comments to: La civilisation et la destruction du monde (par Stéphane Durand)
  • 26 décembre 2018

    Je com­prends votre volon­té de mon­trer que ce n’est pas dans la nature humaine d’être supré­ma­ciste humain puisque cer­tain n’ont pas fait ce choix. Pour autant, consi­dé­rant que la pola­ri­té nature/culture est réduc­trice, ne pou­vons nous pas consi­dé­rer que l’hu­main ten­dra vers cela fata­le­ment. Je m’ex­plique. Tel qu’une entre­prise avec de fortes exter­na­li­tés gagne­ra des parts de mar­ché sur une entre­prise res­pec­tueuse, ne peut-on pas consi­dé­rer qu’un sys­tème humain capi­ta­li­sant sur l’ac­cu­mu­la­tion d’éner­gie faite par la nature, et ce même en la détrui­sant, pren­dra l’as­cen­dant sur les sys­tème humains res­pec­tueux des rela­tions du vivant (et accep­tant les lois de la nature) ?
    Com­ment ces petites enti­tés res­pec­tueuses peuvent se pro­té­ger de ces grosses enti­tés qui veulent tout contrôler/s’accaparer ?

    Cette ques­tion n’est pas rhé­to­rique, je me la pose vrai­ment car ayant fait le choix d’un ensau­va­ge­ment et devant doré­na­vant déso­béir aux normes et lois de la civi­li­sa­tion, je me sens faible face à tant de pou­voir coer­ci­tif en face de moi.
    Bien sur je conti­nue­rai à mili­ter contre elle mais en atten­dant qu’elle finisse de s’é­crou­ler sur elle même, elle reste un adver­saire puis­sant.

    Aus­si, est-ce que ces petits sys­tèmes humains res­pec­tueux ont une chance de redo­rer le bla­son de l’hu­ma­ni­té ? (par­don pour l’ex­pres­sion guer­rière)

    Avez-vous des remarques, ouver­tures, cri­tiques concer­nant cette inter­ro­ga­tion ? Est-ce que votre livre y répond en par­ti ?

    Reply
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.