Lauren Bastide, génie féministe des temps (post-)modernes (par Audrey A. et Nicolas Casaux)

Dans son tout der­nier chef‑d’œuvre, inti­tu­lé Futur·es, paru l’an der­nier aux édi­tions Alla­ry, la fameuse révo­lu­tion­naire Lau­ren Bas­tide — pas­sée par Cour­rier inter­na­tio­nal, l’agence de presse Reu­ters, le quo­ti­dien Le Monde, l’heb­do­ma­daire Elle, la chaîne C8, l’é­mis­sion Le Grand Jour­nal sur Canal+, France Inter et pos­si­ble­ment d’autres groupes de gué­rillé­ros tout aus­si féroces — s’insurge contre « le capi­ta­lisme et le pou­voir en place ». Sacrebleu.

Si nous ren­con­trons bien, au détour de quelques phrases, quelques dénon­cia­tions du capi­ta­lisme de la part de l’ancienne rédac’cheffe du maga­zine de pla­ce­ment de pro­duits Elle, elle n’explique nulle part dans son livre ce qu’entraine ou implique une telle pos­ture. Ce qu’est le capi­ta­lisme. Pour­quoi il pose pro­blème. Autre­ment dit, l’engagement anti­ca­pi­ta­liste de Bas­tide est tota­le­ment creux. Un simple effet de manche. Voyons son enga­ge­ment féministe.

Comme le sug­gère le sous-titre de son ouvrage, Lau­ren Bas­tide pré­tend nous expli­quer, à nous autre fémi­nistes, mais pas seule­ment, « com­ment le fémi­nisme peut sau­ver le monde ». Vous avez com­pris ? La cause des femmes ne peut trou­ver grâce à vos yeux et aux nôtres que si l’on prouve que nous sau­ver, c’est aus­si sau­ver le monde entier. Le fémi­nisme pour tout et tous ! Le fémi­nisme qui n’inclut pas les hommes, les autres ani­maux, les arbres, la couche humi­fère, l’atmosphère, le sys­tème solaire et la Voie lac­tée, qui s’en sou­cie­rait ?! Depuis le temps, nous devrions savoir que les femmes, ça ne compte pas comme cause en soi, et que nous ne sommes auto­ri­sées à avoir notre mou­ve­ment que si nous y incluons la terre entière. Le vrai fémi­nisme, c’est celui qui béné­fi­cie aux hommes et au mar­ché, à la civi­li­sa­tion, sinon ce n’est pas du fémi­nisme, c’est un truc de bonne femmes.

C’est pour­quoi le fémi­nisme de Lau­ren Bas­tide n’est pas un truc de bonnes femmes, mais un éco-fémi­nisme queer, dont l’objectif est « l’abolition abso­lue des fron­tières de genre », qui mène­ra à « un futur fémi­niste » dans lequel « il n’y aura plus deux sexes ». En effet, selon Lau­ren Bas­tide, en sup­pri­mant les fron­tières du genre, on sup­pri­me­ra le sexe, car les deux sont une seule et même chose, comme lui a ensei­gné sa men­tor Judith Butler.

Le fémi­nisme de Lau­ren Bas­tide exige que nous admet­tions « que cer­tains hommes ont des mens­trua­tions et […] que cer­taines femmes sont pour­vues d’un pénis ». Il exige « un deuil » : « Celui du mot “FEMMES” écrit en lettres roses sur les boîtes de tam­pons. » Eh oui, car les hommes aus­si s’achèteront des tam­pons. Enfin, par­don, pas les hommes, mais les autres per­sonnes (il n’existera plus deux sexes).

D’ailleurs, c’est déjà le cas, affirme Bastide :

« Je vous assure. Il n’y a PAS deux sexes. Il est impos­sible, sur le plan bio­lo­gique, de divi­ser l’humanité en deux caté­go­ries qu’on pour­rait qua­li­fier de “mas­cu­line” et “fémi­nine”. […] Aucune des variables bio­lo­giques ser­vant à déter­mi­ner le sexe d’une per­sonne à sa nais­sance, qu’elle soit hor­mo­nale (œstro­gène, pro­ges­té­rone, tes­to­sté­rone), gona­dique (ovaires, tes­ti­cules), géni­tale (pénis, vagin) ou chro­mo­so­mique (X, Y), ne per­met de tra­cer une ligne de démar­ca­tion her­mé­tique entre deux sexes. »

Autre­ment dit, il est impos­sible de savoir qui est qui, ou quoi. Impos­sible de défi­nir qui est homme, impos­sible de défi­nir qui est femme, impos­sible de défi­nir qui est gar­çon, impos­sible de défi­nir qui est fille. Pour­quoi ? Parce que les per­sonnes inter­sexes existent. Peu importe, appa­rem­ment, que les formes d’intersexuations ne soient pas des sexes à part entière, mais des condi­tions bio­lo­giques, très rares, qui s’inscrivent dans ce que les bio­lo­gistes appellent les « désordres [ou ano­ma­lies] du déve­lop­pe­ment sexuel », pour la très bonne rai­son qu’elles découlent d’un pro­blème ou d’une ano­ma­lie ayant pris place durant le déve­lop­pe­ment sexuel, ce qui explique pour­quoi une grande par­tie des condi­tions dites inter­sexes vont de pair avec dif­fé­rents pro­blèmes de san­té, par­fois graves.

Contrai­re­ment à ce que pré­tend Bas­tide, il existe bel et bien deux sexes, le sexe ayant trait à la repro­duc­tion sexuée, et étant défi­ni, chez la plu­part des espèces des règnes végé­tal et ani­mal (chez les espèces ani­so­games), par la pré­sence d’un appa­reil repro­duc­teur visant à pro­duire un type de gamète ou l’autre : le mâle pro­duit les sper­ma­to­zoïdes et la femelle pro­duit les ovules. En outre, Bas­tide confond déter­mi­na­tion du sexe et défi­ni­tion du sexe, qui sont deux choses dif­fé­rentes (mau­dite bina­ri­té tu es par­tout !). La « déter­mi­na­tion » du sexe est un terme tech­nique dési­gnant le pro­ces­sus par lequel les gènes déclenchent et régulent la dif­fé­ren­cia­tion déve­lop­pe­men­tale du fœtus vers la voie mâle ou femelle, c’est-à-dire le déve­lop­pe­ment des struc­tures per­met­tant la pro­duc­tion et la libé­ra­tion de l’un ou l’autre type de gamète, et donc le sexe de l’individu. En rai­son de quelque com­pli­ca­tion, ce pro­ces­sus peut par­fois mener, pour 0,014 % des nais­sances, sur des voies sans issue. Mais ces voies sans issue (parce qu’induisant une sté­ri­li­té) seront tout de même mâle ou femelle, même lorsqu’il y a désac­cord entre les gamètes et le phé­no­type. Les gamètes « défi­nissent » le sexe par­tout où la repro­duc­tion est sexuée : celle des humains, des pois­sons, des oiseaux, des cro­co­diles, même lorsque les chro­mo­somes sexuels de l’espèce sont de type ZW/ZZ, et même lorsqu’on ne trouve pas de chro­mo­somes sexuels. Ce qui défi­nit le sexe, c’est la taille des gamètes. Gamètes qui, en ce qui concerne les espèces ani­so­games, sont de tailles dif­fé­rentes, avec les gros gamètes immo­biles (ovules) et les petits gamètes fré­tillants (sper­ma­to­zoïdes)… Et ces deux types de gamètes qui inter­viennent dans la repro­duc­tion sont le fruit de deux types d’appareils repro­duc­teurs, mas­cu­lin et fémi­nin, d’où : deux sexes. Les inter­sexua­tions ne consti­tuent donc ni un troi­sième sexe, un sexe à part entière, ni une mul­ti­tude de sexes : les per­sonnes inter­sexuées sont mâles ou femelles. Même les orga­nismes her­ma­phro­dites ne sont pas un troi­sième sexe : ils sont les deux sexes et s’autofécondent, si vrai­ment vous tenez à com­pa­rer les humains aux cham­pi­gnons. Mais si la vie sexuelle des truffes est fas­ci­nante, prendre les gens pour des truffes, il faut éviter.

Néan­moins, soit. Jouons le jeu idiot que Bas­tide nous pro­pose de jouer. Admet­tons qu’il soit impos­sible de défi­nir ce qu’est une femme, un homme, un gar­çon, une fille, de les dif­fé­ren­cier. Admet­tons qu’il n’existe pas deux sexes. Pour­quoi Lau­ren Bas­tide nous parle-t-elle, ensuite, de sa « bisexua­li­té » ? Bisexua­li­té ? Pour­quoi « bi » ? Quelle est cette étrange dua­li­té, bina­ri­té ? Pour­quoi nous explique-t-elle avoir, « depuis l’enfance », été « atti­rée par des filles et par des gar­çons » ? Qui sont ces filles ? Qui sont ces gar­çons ? Com­ment les dif­fé­ren­cie-t-on ? Quand Lau­ren Bas­tide nous explique que de son temps, « les gar­çons ska­taient, les filles regar­daient », de qui parle-t-elle ? Qui sont ces « gar­çons » et ces « filles » ? Qui sont ces gens ? Nous avons du mal à com­prendre. Et n’a‑t-elle aucune honte ? La bisexua­li­té, c’est ter­ri­ble­ment trans­phobe. Même le Plan­ning fami­lial le sou­ligne. Pour ne pas être exclu­sive, il lui faut inclure les cham­pi­gnons et les cro­co­diles dans son dating-pool, être « pansexuelle ».

De la même manière, pour­quoi Lau­ren Bas­tide cri­tique-t-elle l’« hété­ro­sexua­li­té » ? S’il est impos­sible de dis­tin­guer l’existence de sexes, de dif­fé­ren­cier des sexes, com­ment peut-il y avoir hété­ro­sexua­li­té ? Ne sommes-nous pas des créa­tures homo­thal­liques ? Quand Lau­ren Bas­tide écrit qu’au Moyen Âge, « cent mille pro­cès ont eu lieu en Europe en deux siècles, concer­nant à 80 % des femmes, dont on estime qu’environ la moi­tié furent exé­cu­tées », de qui parle-t-elle ? Qui sont ces « femmes » qui « furent exé­cu­tées » ? Com­ment peut-elle, ose-t-elle par­ler de « femmes » ? Com­ment sait-on qu’il s’agit de femmes ?

Quand Lau­ren Bas­tide évoque les ter­ribles sta­tis­tiques des vio­lences mas­cu­lines que subissent les femmes — « selon une enquête d’ONU Femmes de 2018, sur les 87 000 femmes tuées dans le monde en 2017, 58 % d’entre elles ont été tuées par un par­te­naire intime ou un membre de la famille, et sur l’ensemble des homi­cides com­mis par un par­te­naire intime, 82 % des vic­times sont des femmes tuées par un homme » —, quand elle évoque le ter­rible sort des filles et des gar­çons — « selon l’OMS, le viol concerne 1 fille sur 5 et 1 gar­çon sur 13 dans le monde » — bon sang, mais de qui parle-t-elle ? Qui sont ces « femmes », ces « filles » et ces « gar­çons » ? Com­ment le sait-on ?

Vrai­ment, quel dom­mage. Lau­ren Bas­tide aurait pu faire l’effort d’aller au bout de sa brillante logique et évi­ter de par­ler ensuite d’hommes, de femmes, de filles et de gar­çons, comme si ces termes étaient accep­tables, comme si nous étions en mesure de savoir à qui ils ren­voient. Mais non. Évi­dem­ment pas. On fait le malin, ou la maline, on fait éta­lage de sa ver­tu, on exprime très clai­re­ment son adhé­sion aux imbé­ci­li­tés post-modernes selon les­quelles il est impos­sible de dis­tin­guer des hommes et des femmes, des filles et des gar­çons, ce genre de choses, et puis, der­rière, on conti­nue à par­ler d’hommes et de femmes, de filles et de gar­çons, de deux sexes, comme si de rien n’était.

On appelle ça du fou­tage de gueule. C’est minable. Pathé­tique. Pitoyable.

Mais l’absurdité du dis­cours de Lau­ren Bas­tide va plus loin encore. Bien qu’elle consacre une grande par­tie de son der­nier ouvrage à cirer les pompes de Judith But­ler et des théo­ri­ciens du mou­ve­ment queer, à célé­brer les âne­ries trans­gen­ristes en vogue, c’est-à-dire les idio­ties du culte de « l’identité de genre », elle affirme par ailleurs, dans diverses inter­views, « que l’horizon fémi­niste » qu’elle appelle de ses vœux « est un hori­zon sans genre ». Lau­ren Bas­tide serait donc hos­tile au genre ? Oppo­sée au genre ? Contre le genre ?! Outre que cela contre­di­rait tout ce qu’elle écrit dans son der­nier bou­quin, cela ferait d’elle une des pires fas­cistes du moment, étant don­né, comme l’affirme son idole Judith But­ler, que le mou­ve­ment « anti-genre est aujourd’hui l’une des varié­tés domi­nantes du fascisme ».

Mais quelle impor­tance. Quand tout votre dis­cours et votre suc­cès média­tique reposent sur votre capa­ci­té à enfi­ler des absur­di­tés comme des perles, mais en ayant l’air dis­rup­tive, vous n’êtes plus à une contra­dic­tion près.

Audrey A. & Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
5 comments
  1. L’ar­ticle de Judith But­ler que vous citez à la fin ne fait pas réfé­rence à ce dont parle Lau­ren Bas­tide. Mais aux mou­ve­ments qui en France se rap­pro­che­raient de la manif pour tous. Ceux « contre l’i­deo­lo­gie du genre » qui refu­saient cer­tains pro­grammes sco­laires, de peur que les petites filles apprennent que le rose, la vais­selle et les metiers du care ne sont pas inés.
    ça donne l’im­pres­sion que vous n’a­vez pas lu l’ar­ticle que vous citez, ce n’est pas très sérieux. Ou alors j’ai mal com­pris et vous pre­ten­dez ver­ser dans l’i­ro­nie comique.

    1. Vous n’a­vez pas bien lu l’ar­ticle de Pink News, ou l’a­vez mal com­pris. Il fait en par­tie réfé­rence à une phrase qu’a écrite Judith But­ler, et qui, à la base, avait été publiée dans cet article du Guar­dian (mais qui en a été reti­rée par la suite) : https://www.theguardian.com/us-news/commentisfree/2021/oct/23/judith-butler-gender-ideology-backlash
      Dans cet article du Guar­dian, Judith But­ler fait un extra­or­di­naire amal­game. Elle place dans un même ensemble qu’elle appelle le « mou­ve­ment anti-genre » les mou­ve­ments de fémi­nistes radi­cales qui s’op­posent au genre et les chré­tiens manifs pour tous qui eux sont en fait pro-genre. C’est un non-sens idiot. Pré­tendre que les chré­tiens manif pour tous etc. s’op­posent au genre est absurde. Oui, ils cri­tiquent le trans­gen­risme, l’i­déo­lo­gie de l’i­den­ti­té de genre, mais ils le font pour des rai­sons par­tiel­le­ment réac, au nom jus­te­ment du genre.

      Plus d’ex­pli­ca­tions :

      Jusqu’à récem­ment, et depuis les années 1970, envi­ron, la notion de « genre » était consi­dé­rée, dans le domaine uni­ver­si­taire mais éga­le­ment au-delà, et de manière rela­ti­ve­ment consen­suelle, comme un « sys­tème de bica­té­go­ri­sa­tion hié­rar­chi­sée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et repré­sen­ta­tions qui leur sont asso­ciées (masculin/féminin) » (une défi­ni­tion assez stan­dard, qui figure dans l’ouvrage « Intro­duc­tion aux études sur le genre » ini­tia­le­ment paru en 2012).

      Aujourd’hui encore, dans le lexique du Plan­ning fami­lial, on peut lire que le genre désigne une « classe sociale construite cultu­rel­le­ment. En occi­dent, cela admet deux caté­go­ries, dont une domi­née : les femmes ; et une domi­nante : les hommes. » L’idée selon laquelle le genre est une hié­rar­chie entre les sexes est donc tou­jours présente.

      Sur le site de l’Association Natio­nale Trans­genre, les choses sont un peu plus floues, l’idée de hié­rar­chi­sa­tion dis­pa­rait, le genre ne désigne plus que des « sté­réo­types cultu­rels qui défi­nissent les com­por­te­ments mas­cu­lins et fémi­nins ». L’idée de sté­réo­types cultu­rels demeure, cela dit. Le genre ren­voie tou­jours aux sté­réo­types de la mas­cu­li­ni­té et de la féminité.

      Sur le site Wiki­Trans, même chose, l’idée de hié­rar­chie est éva­cuée, mais on lit tout de même que « les genres homme et femme ne sont que des conven­tions cultu­relles très réduc­trices pour éti­que­ter un ensemble com­plexe de traits de personnalité ».

      En contraste, dans les théo­ri­sa­tions fémi­nistes et uni­ver­si­taires en géné­ral, le genre était (et est encore sou­vent) consi­dé­ré « comme un rap­port de pou­voir ». Le genre est « un pro­ces­sus rela­tion­nel : Le mas­cu­lin et le fémi­nin sont en rela­tion, mais il ne s’agit pas d’une rela­tion symé­trique, équi­li­brée. Il faut donc “appré­hen­der les rela­tions sociales entre les sexes comme un rap­port de pou­voir”. Le genre dis­tingue le mas­cu­lin et le fémi­nin, et, dans le même mou­ve­ment, les hié­rar­chise à l’avantage du masculin. »

      Voi­là pour­quoi les fémi­nistes s’opposent depuis très long­temps au genre.

      Mais pas Judith But­ler — la papesse du mou­ve­ment queer et du mou­ve­ment trans­genre. Pour Judith But­ler, celles et ceux qui s’opposent au genre, c’est-à-dire celles et ceux qui s’opposent aux sté­réo­types et aux rôles sociaux assi­gnés aux deux sexes ain­si qu’à la hié­rar­chi­sa­tion entre les sexes, sont des fas­cistes. Cela revient peu ou prou à dire que celles et ceux qui s’op­posent au patriar­cat sont des fas­cistes. S’op­po­ser au patriar­cat, dans l’u­ni­vers paral­lèle de Judith But­ler, c’est fas­ciste. Sans trop exa­gé­rer, on peut aisé­ment affir­mer que Judith But­ler est une des pseu­do-« intel­lec­tuelles » les plus mal­hon­nêtes, les plus stu­pides et les plus nui­sibles ayant jamais exis­té depuis l’apparition de la vie sur Terre.

      But­ler défend le genre. Et peu importe qu’elle le défi­nisse elle-même comme « un ensemble d’actes répé­tés, dans les limites d’un cadre régu­la­teur extrê­me­ment rigide ». But­ler prend la défense de ce « cadre régu­la­teur extrê­me­ment rigide ». Sans le genre, impos­sible d’avoir le trans­gen­risme (le fait de se récla­mer du « genre » conven­tion­nel­le­ment assi­gné au sexe oppo­sé au nôtre, et du même coup de se récla­mer du sexe oppo­sé au nôtre, parce que le trans­gen­risme assi­mile confu­sé­ment genre et sexe). Le trans­gen­risme ne consiste pas à trans­cen­der le sys­tème social du genre, ses sté­réo­types, ses rôles sociaux et sa hié­rar­chie entre les sexes. Il consiste à racon­ter n’importe quoi, à faire comme si genre et sexe étaient indis­so­cia­ble­ment et natu­rel­le­ment liés, tout en pro­fes­sant (par­fois) le contraire ; à pré­tendre que nous nai­trions tous et toutes avec une sorte d’âme à la fois sexuée et gen­rée (puisque sexe et genre seraient liés), une « iden­ti­té de genre », laquelle pour­rait être en désac­cord avec notre corps sexué, et pour­rait alors néces­si­ter que nous l’altérions afin de le confor­mer à cette âme sexo-gen­rée. Etc. (Je vous épargne le reste des idées far­fe­lues et sexistes qui com­posent le sys­tème de croyance appe­lé transidentité).

      Le trans­gen­risme, c’est donc com­battre la réa­li­té et la nier, c’est com­battre la rai­son, la logique, c’est adhé­rer aux sté­réo­types de la fémi­ni­té et de la mas­cu­li­ni­té, aux rôles sociaux fémi­nin et mas­cu­lin (c’est appe­ler « homme » qui­conque incarne les sté­réo­types de la mas­cu­li­ni­té, et « femme » qui­conque incarne ceux de la fémi­ni­té, et ain­si finir par confondre genre et sexe, fic­tion et réa­li­té), et s’en prendre aux corps sexués au lieu de s’affranchir de ces sté­réo­types et de ces rôles, des normes qu’impose le genre. C’est l’idéologie la plus gros­siè­re­ment absurde et confuse que j’ai jamais vue (mais, bon, je n’ai étu­dié de près ni la scien­to­lo­gie ni le raëlisme).

      Dans son confu­sion­nisme sans bornes et sans ver­gogne, But­ler assi­mile, au sein de ce qu’elle appelle le « mou­ve­ment anti-genre », à la fois les fémi­nistes cri­tiques du genre, les fémi­nistes « radi­cales », et l’église chré­tienne, qui, pour sa part, défend les prin­cipes fon­da­men­taux du genre. Si But­ler avait par­lé de « mou­ve­ment anti-trans­gen­risme », peut-être que la for­mule aurait eu un mini­mum de sens. Et encore. Si, à l’instar des fémi­nistes cri­tiques du genre, l’église chré­tienne et les groupes conser­va­teurs for­mulent des cri­tiques du trans­gen­risme, ces cri­tiques n’ont rien à voir les unes avec les autres. 

      L’église chré­tienne et les groupes conser­va­teurs du même aca­bit ne sont pas contre le genre, seule­ment contre la ver­sion « trans » du genre, qu’ils consi­dèrent comme une sorte de déna­tu­ra­tion du genre. Pour les gen­ristes tra­di­tion­nelles (les conser­va­teurs), l’anatomie (le corps sexué) d’un indi­vi­du déter­mine son rôle social ain­si que divers attri­buts com­por­te­men­taux, ves­ti­men­taires, etc. Pour les trans­gen­ristes, l’âme sexo-gen­rée d’un indi­vi­du (son « iden­ti­té de genre », son affi­ni­té pour un rôle social, divers attri­buts com­por­te­men­taux, ves­ti­men­taires, etc.) déter­mine l’anatomie (le corps sexué) qu’il devrait avoir. Le trans­gen­risme est plu­tôt une varia­tion (une inver­sion) sur le thème du genre que son dépas­se­ment ou sa subversion.

      Bref, l’opposition au trans­gen­risme de l’église et des groupes conser­va­teurs se fait au nom de la défense de la ver­sion tra­di­tion­nelle du genre, tan­dis que l’opposition au trans­gen­risme des fémi­nistes radi­cales se fait, entre autres, au nom du com­bat contre le genre. Assi­mi­ler les uns avec les autres est sim­ple­ment malhonnête. 

      C’est bien parce qu’ils prennent la défense du concept patriar­cal du genre que But­ler et ses com­parses ont voix au cha­pitre dans les médias les plus influents du monde. Et c’est éga­le­ment parce qu’ils défendent le concept patriar­cal du genre que les conser­va­teurs (l’Église chré­tienne, Éric Zem­mour, Marine Le Pen, l’extrême droite, etc.) peuvent éga­le­ment s’exprimer dans les médias de masse. Tan­dis que les fémi­nistes radi­cales et cri­tiques du genre plus géné­ra­le­ment sont tran­quille­ment igno­rées ou silenciées.

  2. Mer­ci pour cet article, pré­cis, drôle par moments, et bien sourcé.
    Je ne connais pas Lau­ren Bas­tide. Si les sexes n’existent pas, pour­quoi par­ler de fémi­nisme tout court, en fait ? Ce genre d’ar­gu­ment qui nie l’exis­tence des sexes est deve­nue lar­ge­ment répan­du, sans fon­de­ment scien­ti­fique (ou alors com­plè­te­ment remo­de­lé et flou), et c’est affli­geant. Mais beau­coup de gens (je n’ose écrire « la plu­part ») aujourd’­hui se contente de gra­phiques sur ins­ta­gram pour éta­blir leurs opi­nions plu­tôt que de réelle lec­ture et réflexion.

    En lisant le com­men­taire sur But­ler, me vient une ques­tion… Y a‑t-il des fémi­nistes en France, non de droite, qui contestent aujourd’­hui ses pro­pos et le déclarent expli­ci­te­ment ? Je pense bien sûr à Ana Mins­ki et son excellent livre, et j’ai en tête quelques états-uniennes mais il y en a sûre­ment d’autres que j’i­gnore. De mémoire vous avez publié un réca­pi­tu­la­tif des livres cri­ti­quant le mou­ve­ment trans­genre il y a peu mais c’é­tait sur­tout des livres états-uniens, ce qui me fait dou­ter de l’exis­tence de ces fémi­nistes (mais j’ai hélas conscience que c’est deve­nu très dif­fi­cile de défendre ces idées sans être ostracisée).

    1. Bon­soir, oui, il y en a. Il y a Audrey, avec qui j’ai co-écrit ce texte, qui est phi­lo­sophe, et qui tra­duit beau­coup de choses à ce sujet sur son Sub­stack : https://audreyaard.substack.com/
      Il y a les femmes de la branche fran­çaise de Deep Green Resis­tance. Il y a la phi­lo­sophe Syl­viane Aga­cins­ki. Il y a des femel­listes comme Sol­veig Hal­loin. Il y a Fran­cine Spo­ren­da (https://revolutionfeministe.wordpress.com/). Les femmes de l’A­ma­zone (https://www.facebook.com/lamazonesquad/). De Rebelles du genre (https://www.youtube.com/@RebellesDuGenre). Les femmes de WDI France (https://womensdeclaration.com/fr/ et https://www.facebook.com/WDIFR/). Entre autres. J’en oublie et j’en ignore.

      1. Mer­ci pour les réfé­rences ! Je n’u­ti­lise pas les réseaux sociaux. Espé­rons que davan­tage sortent de l’ombre,car je pense qu’il y en a cer­tai­ne­ment qui n’osent pas prendre la parole à ce sujet, et sortent des bou­quins (sur­tout quand on voit l’a­va­lanche de livres qui sortent à thé­ma­tique pro iden­ti­té de genre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Convergence des luttes : Frapper où ça fait mal (par Theodore Kaczynski)

Il est généralement admis que la variable fondamentale qui détermine le processus historique contemporain repose sur le développement technologique (Celso Furtado). Plus que tout, c’est la technologie qui est responsable de l’état actuel du monde et qui contrôlera son développement ultérieur. De sorte que le bulldozer qu’il nous faut détruire est la technologie moderne elle-même. [...]