Selon l’ONU, la technologie fait exploser les inégalités (par Philippe Oberlé)

« Si cette orgie numé­rique ne s’ar­rête pas, à quoi pou­vons-nous nous attendre ? 

Une aug­men­ta­tion des inéga­li­tés sociales et une divi­sion pro­gres­sive de notre socié­té entre une mino­ri­té d’en­fants pré­ser­vés de cette “orgie numé­rique” – les soi-disant Alphas du roman de Hux­ley [Le Meilleur des mondes, 1932] – qui pos­sè­de­ront à tra­vers la culture et le lan­gage tous les outils néces­saires pour pen­ser et réflé­chir sur le monde, et une majo­ri­té d’en­fants aux outils cog­ni­tifs et cultu­rels limi­tés – les soi-disant Gam­mas du roman de Hux­ley – qui seront inca­pables de com­prendre le monde et d’a­gir en citoyens éclairés. 

Alpha fré­quen­te­ra des écoles pri­vées coû­teuses, avec de “vrais” pro­fes­seurs humains. 

Les Gam­mas iront dans des écoles publiques vir­tuelles avec un sou­tien humain limi­té, où ils seront nour­ris d’une pseu­do-langue simi­laire au “News­peak” d’Or­well [nov­langue] et où on leur ensei­gne­ra les com­pé­tences de base des tech­ni­ciens de niveau moyen (les pro­jec­tions éco­no­miques indiquent que ce type d’emplois sera sur­re­pré­sen­té dans la main-d’œuvre de demain). 

Un monde triste dans lequel, comme l’a dit le socio­logue Neil Post­man, ils s’a­mu­se­ront jus­qu’à la mort. Un monde dans lequel, grâce à un accès constant et débi­li­tant au diver­tis­se­ment, ils appren­dront à aimer leur ser­vi­tude[1]. »

– Michel Des­mur­get, neu­ros­cien­ti­fique direc­teur de recherche à l’Inserm, extrait d’une inter­view publiée en octobre 2020 par la BBC.

Ras­su­rez-vous, il est hau­te­ment impro­bable qu’un tel scé­na­rio ins­pi­ré du roman d’Huxley se pro­duise dans un futur proche, pour la simple et bonne rai­son que des inéga­li­tés extrêmes engendrent une insta­bi­li­té extrême du sys­tème. Le pro­grès tech­nique accroît les inéga­li­tés depuis la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle, une ten­dance qui accé­lère constam­ment depuis le début du XXe siècle avec l’électrification, puis au cours des années 1970–1980 avec la révo­lu­tion infor­ma­tique. C’est le constat fait par la Confé­rence des Nations unies sur le com­merce et le déve­lop­pe­ment (CNUCED) dans son « rap­port sur la Tech­no­lo­gie et l’Innovation 2021[2] ». Les auteurs de ce rap­port ne s’inquiètent pas tant des ravages de la tech­no­lo­gie sur l’être humain (mala­dies de civi­li­sa­tion – can­cer, dia­bète, obé­si­té, mala­dies car­dio­vas­cu­laires, stress, dépres­sion, démence, hyper­ac­ti­vi­té, sui­cide) et l’environnement natu­rel (des­truc­tions et pol­lu­tions mul­tiples), ils pointent en pre­mier lieu le « retard » de cer­tains pays ain­si que le risque de voir s’agrandir les « dés­équi­libres » pou­vant « désta­bi­li­ser les socié­tés ». Veulent-ils par­ler d’une insur­rec­tion popu­laire qui mena­ce­rait la sur­vie du sys­tème technologique ? 

Pour y remé­dier, les pré­co­ni­sa­tions faites par les tech­no­crates semblent sor­tir d’un pro­gramme poli­tique pro­gres­siste de gauche – pla­ni­fi­ca­tion stra­té­gique du déve­lop­pe­ment indus­triel par les États ; néces­si­té d’un « acti­visme social vigou­reux » sou­te­nant les poli­tiques publiques et les « plans stra­té­giques » ; aug­men­ta­tion de la fis­ca­li­té, des trans­ferts (allo­ca­tions) et des salaires ; « reve­nu de base uni­ver­sel » ; ren­for­ce­ment des syn­di­cats ; et autres joyeu­se­tés qui ravi­ront les gau­chistes. Dans un article paru en 2014 qui aurait par­fai­te­ment eu sa place dans le maga­zine Alter­na­tives Éco­no­miques en France, Mar­tin Wolf, l’un des cadres du Finan­cial Times, expli­quait « pour­quoi les inéga­li­tés sont un frein impor­tant pour l’é­co­no­mie », citant les inquié­tudes d’a­na­lystes de la socié­té de nota­tion finan­cière Stan­dard & Poor’s et de la banque Mor­gan Stan­ley. Des inéga­li­tés trop impor­tantes freinent la demande et han­di­capent la crois­sance de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique. Plus grave encore est « le coût de l’é­ro­sion de l’i­déal répu­bli­cain d’une citoyen­ne­té com­mune », rap­porte Wolf cer­tai­ne­ment pré­oc­cu­pé par les divi­sions et la pola­ri­sa­tion poli­tiques aux États-Unis. Wall Street et les pro­gres­sistes, même com­bat : la sta­bi­li­té du sys­tème techno-industriel. 

Comme le pré­cise le col­lec­tif Pièces et Main d’œuvre (PMO) dans son article « Le 4e Reich sera cyber­né­tique », l’ennemi public n°1 de l’humanité et de tous les êtres vivants sur Terre, c’est bien la gauche tech­no-pro­gres­siste, et de manière géné­rale tous les par­tis et mou­vances poli­tiques en faveur du pro­grès scien­ti­fique et tech­no­lo­gique[3]. L’histoire nous enseigne que le sys­tème lâche du lest lorsque des condi­tions pro­pices à la révo­lu­tion émergent (pau­vre­té et inéga­li­tés impor­tantes par exemple). Le sys­tème uti­lise la gauche pro­gres­siste et réfor­miste comme amor­tis­seur de la grogne sociale, car du point de vue de la classe diri­geante, mieux vaut payer plus d’impôts que de finir tor­tu­ré et fusillé par des insurgés. 

Avec la conver­gence NBIC (Nano­tech­no­lo­gies, Bio­tech­no­lo­gies, Infor­ma­tique et Cog­ni­tive sciences), nous sommes à l’aube d’une nou­velle révo­lu­tion tech­no­lo­gique et indus­trielle aux consé­quences poten­tiel­le­ment cata­clys­miques pour la race humaine et la bio­sphère[4]. Selon toute pro­ba­bi­li­té, la vitesse de pro­pa­ga­tion de ces tech­no­lo­gies asso­ciée à l’automatisation crois­sante du tra­vail lais­se­ra bien des per­sonnes sur le car­reau. Il fau­dra à ce moment-là mettre tout en œuvre pour com­battre avec la plus grande déter­mi­na­tion la ver­mine pro­gres­siste qui ten­te­ra, comme elle le fait main­te­nant depuis au moins un siècle, de désa­mor­cer les ambi­tions révo­lu­tion­naires du peuple. 

Une définition biaisée de l’inégalité

Avant de pour­suivre, il est utile de rap­pe­ler que l’indice de Gini fait office de réfé­rence pour mesu­rer les inéga­li­tés, comme le rap­pelle le rap­port de la CNUCED : 

« L’i­né­ga­li­té des reve­nus est géné­ra­le­ment mesu­rée à l’aide du coef­fi­cient de Gini, qui va de zéro à 1, où zéro repré­sente une éga­li­té par­faite et 1 signi­fie qu’une seule per­sonne pos­sède tout. Dans les socié­tés plus éga­li­taires comme en Scan­di­na­vie, l’indice de Gini se situe entre 0,2 et 0,3. Les pays plus inéga­li­taires comme les États-Unis ont des Gini autour de 0,4. Dans cer­tains pays d’A­mé­rique latine et d’A­sie, le niveau se situe autour de 0,5. Mais les niveaux les plus éle­vés se trouvent en Nami­bie (0,59), en Afrique du Sud (0,63) et en Zam­bie (0,57). »

L’INSEE ajoute que « les inéga­li­tés ain­si mesu­rées peuvent por­ter sur des variables de reve­nus, de salaires, de niveau de vie, etc[5]. » ; sur le patri­moine éga­le­ment[6]. On remarque que l’indice de Gini repose uni­que­ment sur des variables liées à la richesse patri­mo­niale, moné­taire ou maté­rielle. Les valeurs du sys­tème tech­no-indus­triel intro­duisent un biais énorme dans la concep­tion de cette mesure de l’inégalité. Dans ce cadre de réfé­rence, un pay­san-éle­veur du peuple des Batam­ma­ri­bas (Bénin et Togo), vivant de son propre tra­vail au sein d’une com­mu­nau­té tra­di­tion­nelle auto­nome décon­nec­tée des sys­tèmes mar­chands et moné­taires glo­ba­li­sés, sera consi­dé­ré comme pauvre. Et peu importe si ces gens sont heu­reux, en bonne san­té ; peu importe si leur sys­tème tra­di­tion­nel favo­rise le par­tage et l’égalité au sein de la com­mu­nau­té. Dans le monde, il existe encore des cen­taines de mil­lions (mil­liards ?) de per­sonnes vivant dans des situa­tions plus ou moins simi­laires. Et de telles com­mu­nau­tés étaient légion en Europe avant l’ère moderne, avant l’institutionnalisation de la pro­prié­té pri­vée condui­sant à trans­for­mer la terre en marchandise. 

« En termes abso­lus, l’écart entre les pays déve­lop­pés et les pays en déve­lop­pe­ment n’a jamais été aus­si grand et conti­nue de se creu­ser. » Il paraît hau­te­ment impro­bable que l’Afrique et l’Amérique du Sud puissent un jour rat­tra­per leur « retard », même si le rap­port laisse entendre le contraire. 

En se basant sur cette défi­ni­tion biai­sée de l’inégalité, les pro­gres­sistes font le jeu du sys­tème tech­no-indus­triel en mili­tant pour que l’humanité entière accède à – et donc devienne dépen­dante de – la tech­no­lo­gie moderne et du mar­ché globalisé. 

Le développement des inégalités

Les inéga­li­tés atteignent aujourd’hui des niveaux de plus en plus insou­te­nables pour la per­pé­tua­tion du sys­tème tech­no­lo­gique. Les auteurs du rap­port en donnent une expli­ca­tion pour le moins surprenante : 

« […] les pro­grès rapides peuvent avoir de graves incon­vé­nients s’ils dépassent les capa­ci­tés d’adaptation des sociétés. » 

Une décla­ra­tion empreinte de racisme et de supré­ma­cisme qui sug­gère l’existence d’une ano­ma­lie chez les groupes humains qui auraient du mal à inté­grer, sans consé­quences dévas­ta­trices pour la struc­ture de leurs socié­tés, les pro­grès tech­no­lo­giques expor­tés par les nations indus­tria­li­sées. Quant à ceux qui s’opposeraient déli­bé­ré­ment au déve­lop­pe­ment ou le consi­dé­re­rait comme futile, voire inutile, les thu­ri­fé­raires du pro­grès les qua­li­fient tour à tour de « réac­tion­naires », « obs­cu­ran­tistes » ou « arriérés ».

Plus loin : 

« Nous vivons à une époque de pro­grès tech­no­lo­giques spec­ta­cu­laires, prin­ci­pa­le­ment concen­trés dans les pays déve­lop­pés, mais les grands cli­vages entre les pays que nous voyons aujourd’hui ont com­men­cé avec le début de la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle. À ce moment-là, la plu­part des gens étaient aus­si pauvres les uns que les autres et les écarts de reve­nu par habi­tant entre les pays étaient beau­coup plus faibles (fig. 1). Puis, pro­fi­tant des vagues de chan­ge­ments tech­no­lo­giques, l’Europe occi­den­tale et ses éma­na­tions − l’Australie, le Cana­da, la Nou­velle-Zélande et les États-Unis − ain­si que le Japon, ont pris de l’avance. La plu­part des autres pays sont res­tés à la péri­phé­rie. Chaque vague de pro­grès a été asso­ciée à une inéga­li­té plus mar­quée entre les pays − avec des dis­pa­ri­tés crois­santes dans l’accès aux pro­duits, aux ser­vices sociaux et aux biens publics − dans des domaines allant de l’éducation à la san­té, ain­si que des infra­struc­tures des tech­no­lo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion (TIC) à l’électrification. Néan­moins, quelques pays, notam­ment en Asie de l’Est, ont pu par la suite rat­tra­per leur retard grâce à l’apprentissage, à l’imitation et à l’innovation technologiques. » 

Natu­rel­le­ment, après avoir osé blas­phé­mer contre la Sainte Tech­no­lo­gie, les auteurs s’empressent de pré­ci­ser qu’autrefois « la plu­part des gens étaient aus­si pauvres les uns que les autres et les écarts de reve­nu par habi­tant entre les pays étaient beau­coup plus faibles ». Avant, les gens vivaient dans la misère et la crasse, ils cre­vaient de faim, pas­saient leur temps à s’entretuer, à copu­ler allè­gre­ment et ne dépas­saient pas en moyenne l’âge de 30 ans. On com­mence à connaître la chan­son des lau­da­teurs du pro­grès de la civi­li­sa­tion, une cari­ca­ture tel­le­ment gros­sière des faits his­to­riques qu’elle en devient ridi­cule. La lit­té­ra­ture scien­ti­fique montre au contraire que les socié­tés tra­di­tion­nelles et rurales humi­lient les socié­tés urbaines indus­tria­li­sées en matière de san­té publique[7].

Rien n’est dit sur l’Empire occi­den­tal qui a depuis 500 ans mis sous tutelle la plu­part des pays du Sud pour en exploi­ter les res­sources natu­relles et humaines, ni sur la Chine, la Rus­sie et les pays indus­tria­li­sés du Moyen-Orient qui lui contestent de plus en plus cette hégé­mo­nie impé­riale. Les mots « escla­vage », « traite négrière » ou encore « colo­ni­sa­tion » n’apparaissent nulle part dans le rap­port, l’his­toire est igno­rée et effa­cée. Les traites négrières ont pour­tant finan­cé en par­tie la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle en Europe[8].

Les expli­ca­tions avan­cées pour décryp­ter l’origine des inéga­li­tés res­tent très éva­sives et cer­taines sont car­ré­ment grotesques : 

« L’inégalité est une notion mul­ti­di­men­sion­nelle liée aux dis­pa­ri­tés de résul­tats et de chances entre les indi­vi­dus, les groupes ou les pays. 

[…]

Entre 1820, date du début de la révo­lu­tion indus­trielle, et 2002, la contri­bu­tion des inéga­li­tés entre pays aux inéga­li­tés mon­diales est pas­sée de 28 à 85 %. En d’autres termes, en 1820, l’inégalité des reve­nus dans le monde était due aux écarts de classe à l’intérieur des pays. Aujourd’hui, elle pro­vient davan­tage de la lote­rie du lieu de nais­sance : une per­sonne née dans un pays pauvre subit une “peine liée à la nationalité”. » 

Certes, un être humain qui naît en France a plus de « chance » que s’il naît dans les régions minières du Kivu ou de l’I­tu­ri bor­dées par l’Ou­gan­da, le Burun­di et le Rwan­da ; per­sonne ne nie­ra une affir­ma­tion d’une telle pla­ti­tude. Mais si les habi­tants de la Répu­blique Démo­cra­tique du Congo subissent géno­cides et mas­sacres à répé­ti­tion depuis le règne du Belge Léo­pold II jusqu’à nos jours, ça n’a rien à voir avec une « lote­rie », la « chance » ou la mal­chance, mais avec la demande mon­diale en métaux, bois et pétrole, et la pré­sence de firmes mul­ti­na­tio­nales étran­gères atti­sant les vio­lences[9]. La même dyna­mique colo­niale d’accaparement des terres par les États et les firmes mul­ti­na­tio­nales (indus­tries extractives/agrobusiness) du Nord se pour­suit et même accé­lère aujourd’hui[10].

« Il n’y a pas de consen­sus sur la dyna­mique de l’inégalité éco­no­mique − qui dépend de nom­breux fac­teurs, tels que la guerre et les épi­dé­mies, ain­si que de pro­ces­sus poli­tiques influen­cés par les luttes de pou­voir et les idéo­lo­gies. La mon­dia­li­sa­tion et le pro­grès tech­no­lo­gique ont éga­le­ment été mon­trés du doigt comme des fac­teurs d’inégalité des reve­nus au sein des pays. 

[…]

Dans le même temps, les révo­lu­tions tech­no­lo­giques influent éga­le­ment sur l’inégalité. Les chan­ge­ments tech­no­lo­giques se com­binent avec le capi­tal finan­cier pour créer de nou­veaux para­digmes tech­ni­co-éco­no­miques − dans les­quels sont regrou­pés les tech­no­lo­gies, les pro­duits, les sec­teurs, les infra­struc­tures et les ins­ti­tu­tions qui carac­té­risent une révo­lu­tion technologique. 

Dans les pays au centre de ces nou­velles vagues tech­no­lo­giques, l’essor peut se faire en deux phases. La pre­mière est la phase d’installation pen­dant laquelle la tech­no­lo­gie est intro­duite dans les sec­teurs de base, ce qui a pour effet de creu­ser le fos­sé entre les tra­vailleurs de ces sec­teurs et les autres. La deuxième phase est celle de la dif­fu­sion, qui a éga­le­ment ten­dance à être inéga­li­taire : tout le monde ne béné­fi­cie pas immé­dia­te­ment des avan­tages du pro­grès, comme un trai­te­ment sal­va­teur ou l’accès à l’eau salubre. » 

Il y a des « guerres » et des « épi­dé­mies », des « luttes de pou­voir » et des « idéo­lo­gies », la « mon­dia­li­sa­tion » et le « pro­grès tech­no­lo­gique » ; dif­fi­cile de faire plus éva­sif et super­fi­ciel. Il ne faut pas attendre de l’ONU une ana­lyse détaillée du régime de vio­lence per­ma­nente et glo­bale géné­rée par la socié­té indus­trielle. Pour cela, il vaut mieux lire Déni de réa­li­té : Ste­ven Pin­ker et l’apologie de la vio­lence impé­ria­liste occi­den­tale d’Edward S. Her­man et David Peterson. 

Cela dit, les deux para­graphes sui­vants ont au moins le mérite de sou­li­gner que l’inégalité est systémique.

L’anthropologue de l’économie Jason Hickel et l’économiste Hélène Tord­j­man racontent com­ment la socié­té indus­trielle capi­ta­liste a été impo­sée par l’État en Europe et dans le monde entier, notam­ment en détrui­sant les liens cou­tu­miers ances­traux entre­te­nus par les êtres humains avec la terre et la nature. L’objectif était tout sauf altruiste – en ins­tau­rant la pro­prié­té pri­vée de la terre, il s’agissait de déra­ci­ner la pay­san­ne­rie et d’atomiser les com­mu­nau­tés tra­di­tion­nelles pour en faire une main‑d’œuvre docile faci­le­ment exploi­table dans les usines et les plantations. 

Selon Jason Hickel : 

« […] le monde est pas­sé d’une situa­tion où la majeure par­tie de l’humanité n’avait pas besoin d’argent du tout à une situa­tion où la majeure par­tie de l’humanité peine à sur­vivre avec extrê­me­ment peu d’argent[11]. »

Selon Hélène Tordjman : 

« L’histoire du capi­ta­lisme a été mar­quée depuis ses débuts par une exploi­ta­tion de plus en plus pous­sée et sys­té­ma­tique de la nature. La colo­ni­sa­tion de l’Afrique et des Amé­riques était moti­vée par l’accaparement des richesses fon­cières et minières, une visée extrac­ti­viste. Ulté­rieu­re­ment, l’industrialisation a ratio­na­li­sé et stan­dar­di­sé nos rap­ports au monde natu­rel pour en accroître le ren­de­ment. L’évolution de l’agriculture depuis la fin du XIXe est exem­plaire de cette transformation. 

Cette exploi­ta­tion phy­sique a été his­to­ri­que­ment indis­so­ciable d’un grand mou­ve­ment d’appropriation juri­dique du milieu natu­rel, au fur et à mesure que ce der­nier pou­vait être exploi­té et ren­ta­bi­li­sé. C’est ain­si que la terre, au tra­vers du mou­ve­ment des enclo­sures, a pro­gres­si­ve­ment pris le sta­tut de pro­prié­té pri­vée. Le droit qui en a résul­té per­met d’utiliser la terre (usus), de jouir de ses fruits (fruc­tus) et de l’aliéner (abu­sus), condi­tions néces­saires à l’appropriation des reve­nus engen­drés par les acti­vi­tés d’exploitation des res­sources natu­relles. Mais l’appropriation a presque tou­jours comme double inver­sé une expro­pria­tion : les enclo­sures ont entraî­né l’expropriation de mil­lions de pay­sans plus ou moins libres dans toute l’Europe occi­den­tale ; quant à l’appropriation des terres en Amé­rique, elle s’est faite en expro­priant les Amé­rin­diens de leurs ter­ri­toires, par la guerre et par le droit. » 

Il est tout de même inté­res­sant que l’ONU (Anto­ni Guterres, secré­taire géné­ral des Nations unies, a pré­fa­cé le rap­port) recon­naisse la res­pon­sa­bi­li­té de la tech­no­lo­gie dans l’explosion mon­diale des inéga­li­tés. Par consé­quent la soi-disant neu­tra­li­té de la tech­no­lo­gie n’existe pas, la lec­ture du rap­port ne laisse aucun doute là-dessus. 

Pour résu­mer, non seule­ment les inéga­li­tés béantes de la socié­té indus­trielle n’ont rien de natu­rel, mais elles sont au cœur de l’ADN et de la dyna­mique du sys­tème. Dans son livre ven­du à plus de 30 000 exem­plaires en Alle­magne, l’économiste alle­mand Niko Paech écrit que, dans le cadre de la socié­té indus­trielle, tout pro­grès social passe néces­sai­re­ment par la crois­sance éco­no­mique et maté­rielle, donc par un essor des besoins éner­gé­tiques, de l’extraction de matières pre­mières, des échanges mar­chands, de la pro­duc­tion de déchets, des pol­lu­tions, et ain­si de suite[12].

Risques d’accroissement des inégalités

Une « pré­oc­cu­pa­tion majeure » des auteurs du rap­port de la CNUCED aujourd’hui est le risque de des­truc­tion d’emplois par l’IA et la robo­tique. L’innovation tech­no­lo­gique détruit régu­liè­re­ment des emplois depuis la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle, mais en crée d’autres de plus en plus spé­cia­li­sés et dépour­vus de sens. Il pour­rait en être autre­ment avec les « tech­no­lo­gies d’avant-garde » (IA, robo­tique, bio­tech­no­lo­gies et nano­tech­no­lo­gies) qui seraient capables, selon les esti­ma­tions les plus hautes, d’automatiser de 30 à 50 % des métiers au cours des vingt pro­chaines années en Europe et aux États-Unis. 

Un autre impact pour­rait être l’augmentation des emplois à haut et bas salaires com­bi­nés à une dimi­nu­tion des emplois à salaire moyen. Mais « le recours accru à l’IA et à des robots plus agiles » pour­rait éga­le­ment impac­ter les « emplois manuels les moins qualifiés ». 

L’ « éco­no­mie à la tâche » ou gig eco­no­my a favo­ri­sé l’émergence d’une « classe pré­caire de tra­vailleurs contrac­tuels dépen­dants et tra­vailleurs à la demande » exploi­tés par une poi­gnée de pla­te­formes richis­simes s’octroyant des mono­poles. On observe éga­le­ment une « concen­tra­tion des mar­chés et des pro­fits » entre les mains d’un « petit nombre de grands acteurs », créant ain­si une « moindre inci­ta­tion à réduire les prix ». Résul­tat, pro­fits et inéga­li­tés explosent. 

Concer­nant les inéga­li­tés dans le monde, « l’Industrie 4.0 » pour­rait conduire à un « élar­gis­se­ment du fos­sé tech­no­lo­gique » entre pays déve­lop­pés et pays pauvres. Le pro­grès tech­nique rédui­rait la com­pé­ti­ti­vi­té liée aux coûts de main‑d’œuvre dans les seconds, ce qui inci­te­rait les pre­miers à rapa­trier des acti­vi­tés indus­trielles sur leur propre territoire. 

Le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique semble éga­le­ment être pré­ju­di­ciable aux « femmes », « mino­ri­tés eth­niques » et « autres groupes défa­vo­ri­sés ». L’intelligence arti­fi­cielle peut par exemple « per­pé­tuer les sté­réo­types et réduire les effets béné­fiques des pro­duits pour les femmes. » Et cer­taines per­sonnes pour­raient ne pas avoir accès aux pro­messes fabu­leuses du transhumanisme : 

« L’édition géno­mique sou­lève éga­le­ment des ques­tions éthiques sur ce qui consti­tue un être humain idéal. Il pour­rait en résul­ter une sous-classe de per­sonnes qui n’ont pas les moyens de se payer une thé­ra­pie génique. » 

Une autre façon d’interpréter l’inégalité consiste à la voir comme une mesure du niveau d’addiction et de socio­pa­thie des tech­no-toxi­co­manes. Nous avons le pri­vi­lège de jouir d’une culture où les plus cin­glés – les élites sociales – servent de modèles au reste de la popu­la­tion. Le robo­ti­cien du MIT Rod­ney Brooks per­çoit les membres de sa famille comme des « machines » et rêve de se faire implan­ter une puce Wi-Fi dans le cer­veau[13] ; par ailleurs les nom­breux troubles obses­sion­nels com­pul­sifs et le sou­ci per­ma­nent de l’efficience chez le phi­lo­sophe trans­hu­ma­niste d’Oxford Nick Bos­trom – il prend ses repas sous forme de smoo­thies pour gagner du temps – laissent sus­pec­ter une patho­lo­gie men­tale sous-jacente[14].

Ajou­tons que la spé­cia­li­sa­tion crois­sante du tra­vail induite par le pro­grès tech­no­lo­gique conduit à l’émergence d’une classe de tech­ni­ciens et scien­ti­fiques. For­mée dans des écoles pres­ti­gieuses et employée à des postes stra­té­giques, cette élite sociale gra­vite sou­vent autour du pou­voir cen­tral. Il s’agit d’un autre exemple d’inégalité intrin­sèque à la com­plexi­té du sys­tème tech­no­lo­gique, et il va sans dire qu’aucune réforme ne chan­ge­ra jamais cette réalité. 

Les pro­phé­ties des col­lap­so­logues sont assez éloi­gnées de la réa­li­té éco­no­mique et technologique.

L’État stratège doit stabiliser le système

Le remède pres­crit par les tech­no­crates de la CNUCED repose prin­ci­pa­le­ment sur le grand retour de l’État providence : 

« [Les gou­ver­ne­ments] doivent défi­nir des orien­ta­tions stra­té­giques dans le cadre de plans natio­naux de recherche et d’innovation capables de faire face aux nou­veaux enjeux sociaux tels que le vieillis­se­ment et les dis­pa­ri­tés régionales. 

La poli­tique natio­nale d’innovation doit éga­le­ment être har­mo­ni­sée avec la poli­tique indus­trielle. Le main­tien de la com­pé­ti­ti­vi­té de l’industrie natio­nale ou régio­nale est un objec­tif cen­tral de la plu­part des plans stra­té­giques visant les tech­no­lo­gies de l’IA et de l’Industrie 4.0. Ces plans peuvent tirer par­ti des exa­mens du Cadre de la poli­tique de la science, de la tech­no­lo­gie et de l’innovation (STI) de la CNUCED, les­quels peuvent débou­cher sur l’adoption de mesures per­met­tant d’exploiter les tech­no­lo­gies d’avant-garde au ser­vice de villes plus intel­li­gentes et plus durables, de la sécu­ri­té ali­men­taire et d’une agri­cul­ture intel­li­gente, et de la créa­tion d’emplois dans des usines plus intelligentes. » 

Il faut abso­lu­ment « garan­tir un accès uni­ver­sel » à la tech­no­lo­gie et un déve­lop­pe­ment « inclu­sif » ; une nov­langue trom­peuse pour dire que la tech­no­lo­gie doit s’imposer à tous les êtres humains, qu’ils le veuillent ou non. Car toute per­sonne ou groupe qui n’est pas sous sur­veillance et sous contrôle du sys­tème tech­no­lo­gique menace poten­tiel­le­ment sa survie. 

« Pour sur­mon­ter [les] obs­tacles, les gou­ver­ne­ments et la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale doivent orien­ter les tech­no­lo­gies nou­velles et émer­gentes de manière à ce que celles-ci contri­buent au déve­lop­pe­ment durable et ne laissent per­sonne de côté. » 

La socié­té civile et les pou­voirs publics doivent tra­vailler de concert à la stabilité : 

« Les pays, quel que soit leur stade de déve­lop­pe­ment, devraient pro­mou­voir l’utilisation, l’adoption et l’adaptation des tech­no­lo­gies d’avant-garde, en pré­pa­rant les per­sonnes et les entre­prises à ce qui les attend. Cela passe, dans une mesure impor­tante, par une gou­ver­nance natio­nale effi­cace dans laquelle l’État doit éla­bo­rer une vision, une mis­sion et un plan propres à créer et à façon­ner un mar­ché d’innovations inclu­sives et durables. 

Les gou­ver­ne­ments devront éga­le­ment inves­tir dans les res­sources humaines et phy­siques. Pour les aider à y par­ve­nir, les pays en déve­lop­pe­ment devraient pou­voir comp­ter sur la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale : les com­mu­nau­tés de nations tra­vaille­raient ensemble pour construire un cadre ins­ti­tu­tion­nel inter­na­tio­nal qui englobe les pays à tous les stades de déve­lop­pe­ment technologique. 

Ces poli­tiques et pro­grammes publics devront être sou­te­nus par un acti­visme social vigou­reux, per­met­tant ain­si aux per­sonnes et aux orga­ni­sa­tions de coopé­rer pour recen­ser les inadé­qua­tions entre l’innovation tech­no­lo­gique et les réponses socié­tales. Pour que les ODD [Objec­tifs de Déve­lop­pe­ment Durable] demeurent des prin­cipes direc­teurs cen­traux, les orga­ni­sa­tions de la socié­té civile devront faire preuve d’une vigi­lance constante. » 

L’État stra­tège doit veiller à ce que per­sonne n’échappe au divin pro­grès, d’où une pro­tec­tion sociale accrue pour remé­dier aux chocs technologiques : 

« Dans une cer­taine mesure, les gou­ver­ne­ments peuvent atté­nuer les inéga­li­tés au niveau natio­nal grâce à une fis­ca­li­té pro­gres­sive sur les reve­nus ou le patri­moine, ou sur les reve­nus du capi­tal. Ils peuvent éga­le­ment mettre gra­tui­te­ment à la dis­po­si­tion de tous des ser­vices tels que l’éducation. Ils peuvent en outre aug­men­ter les trans­ferts sociaux, tels que les allo­ca­tions de chô­mage, qui réduisent le risque que les per­sonnes tombent dans la pau­vre­té. Sur le lieu de tra­vail, ces actions peuvent être com­plé­tées par celles de syn­di­cats plus puis­sants qui contri­buent à faire aug­men­ter les salaires. » 

La CGT et FO applau­dissent des deux mains. 

Et les réjouis­sances continuent : 

« Ceux qui ne peuvent pas être for­més ou se recon­ver­tir et qui perdent leur emploi devraient pou­voir comp­ter sur des méca­nismes plus solides de pro­tec­tion sociale et d’allocation condi­tion­nelle ain­si que sur dif­fé­rentes formes de redis­tri­bu­tion des reve­nus telles qu’un impôt néga­tif sur le reve­nu et un reve­nu de base uni­ver­sel. Les syn­di­cats acquièrent aus­si une impor­tance accrue dans la défense des droits des tra­vailleurs et dans l’expression de leurs pré­oc­cu­pa­tions légi­times au sujet du main­tien de leurs emplois dans l’économie numé­rique et de l’automatisation crois­sante des tâches. 

Le finan­ce­ment de ces mesures pour­rait pro­ve­nir d’une “taxe sur les robots” qui per­met­trait de tirer des recettes fis­cales des tech­no­lo­gies qui rem­placent les tra­vailleurs. Ou bien il pour­rait y avoir une taxe sur l’automatisation, com­bi­née à la sup­pres­sion des déduc­tions fis­cales liées à l’investissement dont béné­fi­cient les socié­tés. Par contre, plu­tôt que de taxer les per­sonnes ou les tech­no­lo­gies, il serait peut-être pré­fé­rable de taxer la richesse qui en résulte. » 

On croi­rait lire le pro­gramme l’Avenir en com­mun (Mélen­chon). L’ensemble des gau­chistes louant les ver­tus de l’industrialisation et la tech­no­lo­gi­sa­tion de l’existence humaine ne peuvent que se réjouir de telles préconisations. 

Les auteurs du rap­port vont jusqu’à cri­ti­quer le techno-solutionnisme : 

« Mais la tech­no­lo­gie est rare­ment une solu­tion à elle seule. Des pro­blèmes tels que la pau­vre­té, la faim, les chan­ge­ments cli­ma­tiques ou les inéga­li­tés en matière de san­té ou d’éducation sont inévi­ta­ble­ment com­plexes et mul­ti­di­men­sion­nels. Les tech­no­lo­gies, qu’elles soient d’avant-garde ou autres, peuvent sou­te­nir des ini­tia­tives de toutes sortes, sociales, poli­tiques ou envi­ron­ne­men­tales, mais toutes les tech­no­lo­gies doivent être uti­li­sées avec pré­cau­tion si l’on veut qu’elles soient béné­fiques, au lieu qu’elles consti­tuent un obs­tacle ou pro­duisent des effets indésirables. 

Si les tech­no­lo­gies ont pro­ba­ble­ment des réper­cus­sions sur les dis­pa­ri­tés, les inéga­li­tés peuvent éga­le­ment influer sur les tech­no­lo­gies – de sorte qu’elles tra­duisent, repro­duisent et peut-être ampli­fient la par­tia­li­té et la dis­cri­mi­na­tion sys­té­miques. Actuel­le­ment, les tech­no­lo­gies sont créées, pour la plu­part, par des entre­prises du Nord et, de manière pré­do­mi­nante, par des hommes. Elles ont ten­dance à pri­vi­lé­gier les besoins des riches et à igno­rer les inno­va­tions qui pour­raient béné­fi­cier aux pauvres. L’évolution tech­no­lo­gique est éga­le­ment influen­cée par les inéga­li­tés entre les sexes, en par­tie parce que les hommes ont été plus nom­breux que les femmes à étu­dier les dis­ci­plines des STIM [Sciences, Tech­no­lo­gie, Ingé­nie­rie et Mathématiques]. » 

Pour cal­mer les ardeurs des doux rêveurs, rap­pe­lons que la pro­tec­tion sociale res­te­ra tou­jours sous condi­tion (« allo­ca­tion condi­tion­nelle »), ce qui sera cer­tai­ne­ment aus­si le cas du reve­nu uni­ver­sel de base ; rien de plus facile à mettre en place avec le « por­te­feuille d’identité numé­rique » déjà dans les car­tons[15].

Une même logique sys­té­mique ins­pi­rée du modèle cyber­né­tique[16] est recom­man­dée à l’échelle internationale : 

« Pour réduire les inéga­li­tés de reve­nus entre les pays, il fau­dra mettre la tech­no­lo­gie et le com­merce au ser­vice de la trans­for­ma­tion struc­tu­relle. Si les pays en déve­lop­pe­ment veulent créer une éco­no­mie qui offre à leur popu­la­tion des emplois mieux rému­né­rés, ils devront tirer par­ti du nou­veau para­digme tech­no­lo­gique. Les pays en déve­lop­pe­ment, et des conti­nents entiers comme l’Afrique ne peuvent se per­mettre de man­quer cette nou­velle vague de pro­grès technologique. » 

Les inégalités, un mal nécessaire pour la révolution anti-tech

Pour libé­rer les peuples et mettre fin à la guerre mon­diale contre la nature, la mon­tée des inéga­li­tés est un mal néces­saire pour créer des condi­tions pro­pices à une révo­lu­tion contre le sys­tème tech­no­lo­gique qui menace l’habitabilité de la Terre. Ces pro­pos heur­te­ront cer­tai­ne­ment la sen­si­bi­li­té des adeptes de la bien-pen­sance et feront hur­ler dans les chau­mières pro­gres­sistes. Les esclaves du sys­tème invo­que­ront toutes les ratio­na­li­sa­tions phi­lo­so­phiques ou morales pos­sibles pour jus­ti­fier la conser­va­tion de la socié­té indus­trielle et dis­si­mu­ler leur abjecte lâche­té. Les tech­no-pro­gres­sistes sont les « col­la­bo­ra­teurs fonc­tion­nels » du sys­tème indus­triel, une menace pour l’humanité et la vie sous toutes ses formes, une « masse amorphe, atten­tiste, voire oppor­tu­niste », comme beau­coup de Fran­çais sous l’Occupation alle­mande[17]. Quelle his­toire avez-vous envie de lais­ser à vos des­cen­dants, celle d’un col­la­bo ou celle d’un résistant ? 

Pour ter­mi­ner, Wal­ter Schei­del, pro­fes­seur d’histoire à l’université de Stan­ford, a ana­ly­sé la dyna­mique des inéga­li­tés depuis l’avènement des pre­mières civi­li­sa­tions il y a plu­sieurs mil­lé­naires. Il en a conclu que seuls des chocs vio­lents (révo­lu­tion, dés­in­té­gra­tion de l’État, guerre mon­diale et épi­dé­mie) rava­geant – voire détrui­sant en tota­li­té – un sys­tème poli­ti­co-éco­no­mique ont été capables de faire chu­ter dura­ble­ment les inéga­li­tés[18]. Ain­si, non seule­ment s’attaquer aux inéga­li­tés par la voie réfor­miste sera inef­fi­cace, mais faire ce choix signe­ra en sus l’arrêt de mort de la bio­sphère – donc de l’humanité. De toute évi­dence, il n’existe aucune issue aux inéga­li­tés et à la crois­sance infi­nie – ni à la des­truc­tion infi­nie qui en résulte – dans le cadre de réfé­rence idéo­lo­gique et maté­riel impo­sé par la socié­té industrielle. 

Phi­lippe Oberlé


  1. https://www.bbc.com/afrique/monde-54747935

  2. https://unctad.org/webflyer/technology-and-innovation-report-2021

  3. https://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=439

  4. Lire https://greenwashingeconomy.com/nanotechnologies-applications-implications-et-risques-par-nicholas-winstead/ et https://greenwashingeconomy.com/lavenir-de-la-civilisation-le-totalitarisme-ou-lapocalypse-probablement-les-deux/

  5. https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1551

  6. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coefficient_de_Gini

  7. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30511505/

  8. https://www.bbc.co.uk/history/british/abolition/industrialisation_article_01.shtml

  9. https://theconversation.com/comment-le-boom-des-minerais-augmente-la-violence-en-afrique-115773

  10. Voir Hélène Tord­j­man, La crois­sance verte contre la nature, 2021 ; voir éga­le­ment cet article https://greenwashingeconomy.com/au-nom-du-developpement-un-assaut-mondial-contre-les-communs/

  11. https://www.partage-le.com/2019/02/02/bill-gates-affirme-que-la-pauvrete-est-en-baisse-il-ne-pourrait-pas-se-tromper-davantage-par-jason-hickel/

  12. Niko Paech, Se libé­rer du super­flu, 2016.

  13. Voir le film d’Avi Wei­der Wel­come to the machine : https://vimeo.com/ondemand/welcometothemachine

  14. https://www.newyorker.com/magazine/2015/11/23/doomsday-invention-artificial-intelligence-nick-bostrom

  15. https://reporterre.net/Bientot-le-portefeuille-d-identite-numerique-un-cauchemar-totalitaire

  16. Voir Domi­nique Dubarle, « Vers la machine à gou­ver­ner », Le Monde, 1948.

  17. https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/416506/la-resistance-francaise-est-elle-un-mythe

  18. Wal­ter Schei­del, Une his­toire des inéga­li­tés, 2021.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Cecil le lion : comprendre le fonctionnement du buzz (Ugo Bardi)

Donc, comment un concept devient-il viral? Nous pouvons apprendre quelque chose là-dessus en étudiant un mème récent, celui qui correspond au meurtre du lion Cecil. En utilisant les indicateurs de tendances Google pour mesurer le nombre relatif de recherches internet, on s’aperçoit que ce mème croît si rapidement qu’il peut être qualifié de "supermème", comparable en intensité à des recherches du domaine de la politique ou des grands événements sportifs, qui dominent généralement l’espace des recherches internet. "Cecil le lion" a autant de succès parce qu’il présente les trois caractéristiques élémentaires à tout supermème, qui sont : 1) être simple, 2) qu’il y ait un méchant, 3) être rassurant.