Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Article ini­tia­le­ment publié en anglais sur le site de Truh-Out, par Steve Horn.


Chaque jour, les nou­velles concer­nant le chan­ge­ment cli­ma­tique et les dom­mages qui l’ac­com­pagnent sont de pire en pire. Pour bon nombre d’en­vi­ron­ne­men­ta­listes, la réponse est simple : un chan­ge­ment d’éner­gie. C’est-à-dire, pas­ser des com­bus­tibles fos­siles aux éner­gies alter­na­tives propres, vertes et renou­ve­lables. Des citoyens bien inten­tion­nés, impli­qués et nombre d’ac­ti­vistes sont mon­tés dans ce train en marche.

Le pro­blème, avec cette solu­tion facile, c’est que les choses ne sont pas aus­si simples qu’il n’y parait, et que « rien n’est jamais gra­tuit » en termes de consom­ma­tion et de pro­duc­tion éner­gé­tique. De plus, ce qu’on nous vend comme « vert » et « propre » n’est bien sou­vent ni l’un ni l’autre. En lien avec ces véri­tés qui dérangent est sor­ti un livre pro­vo­cant, qui tombe à pic, et dont bien peu ont enten­du par­ler, il s’in­ti­tule Green Illu­sions : The Dir­ty Secrets of Clean Ener­gy and the Future of Envi­ron­men­ta­lism (« Les illu­sions vertes : les vilains secrets de l’éner­gie propre et le futur de l’en­vi­ron­ne­men­ta­lisme »), et a été écrit par Ozzie Zehner.

Comme l’é­crit Zeh­ner dès les pre­mières pages, « ce n’est cer­tai­ne­ment pas un livre en faveur des alter­na­tives éner­gé­tiques. Ce n’est pas non plus un livre contre. D’ailleurs nous n’al­lons pas en par­ler en usant des termes sim­plistes du pour ou du contre, de la gauche et de la droite, du bien et du mal… Fina­le­ment, c’est un livre de contrastes. » Le livre expose quelques-unes des faces « tein­tées » des éner­gies propres, ce fai­sant, il atté­nue la fré­né­sie qui les entoure.

Ayant récem­ment moi-même lu le livre, j’ai déci­dé de contac­ter Ozzie et de lui poser les ques­tions sui­vantes. Ci-des­sous une retrans­crip­tion de notre conver­sa­tion élec­tro­nique, qui s’est éten­due sur les quelques der­niers mois :

Steve Horn pour Truthout : Si vous deviez expliquer brièvement à quelqu’un ce qui ne va pas dans le mouvement écologiste US actuellement, que diriez-vous et pourquoi ?

Ozzie Zeh­ner : Je dirais que le mou­ve­ment éco­lo­giste s’est lui-même relé­gué au rang de sup­por­ter et majo­rette et qu’il est temps de s’é­loi­gner de cette mas­ca­rade. Je ren­contre un enthou­siasme sans limite à pro­pos de la créa­tion de chan­ge­ment posi­tif lorsque je dia­logue avec des groupes éco­lo­gistes. Mal­heu­reu­se­ment, le mou­ve­ment éco­lo­giste mains­tream (grand public) cana­lise cette éner­gie vers des prio­ri­tés de plus en plus cor­po­ra­tistes et « productivistes ».

Main­te­nant, je l’admets, il est dif­fi­cile de dire que nous ayons jamais eu un mou­ve­ment éco­lo­giste vrai­ment trans­for­ma­teur, mais si vous remon­tez 50 ans en arrière, les acti­vistes étaient sur une bien meilleure voie. Les éco­lo­gistes les plus pré­émi­nents vivaient modes­te­ment, remet­tant en ques­tion les assomp­tions éco­no­miques domi­nantes, et ima­gi­nant des stra­té­gies durables pour la pros­pé­ri­té humaine qui étaient plus en adé­qua­tion avec la par­tie non-humaine de la pla­nète. Cette humi­li­té a été lar­ge­ment érodée.

Le livre en question
« Green Illu­sions » (en fran­çais, Les illu­sions vertes), le livre d’Oz­zie Zehner

L’en­vi­ron­ne­men­ta­lisme moderne s’est recon­ver­ti en un exu­toire pour entre­pre­neurs fores­tiers, com­pa­gnies éner­gé­tiques et auto­mo­biles ; en une tri­bune dans les médias sociaux, en faveur du consu­mé­risme, de la crois­sance et de la pro­duc­tion éner­gé­tique — un pour­voyeur d’illu­sions vertes ins­ti­tu­tion­na­li­sé. Si vous cher­chez des preuves, ren­dez-vous à n’im­porte quel ras­sem­ble­ment cli­ma­tique et vous ver­rez tout un tas de stands de pro­duits verts, d’emplois verts et d’éner­gies vertes. Ceux-ci ne ser­vi­ront à rien dans la réso­lu­tion de la crise que nous tra­ver­sons, qui n’est pas une crise d’éner­gie mais plu­tôt de consommation.

Le solaire/éolien peut-il un jour remplacer les combustibles fossiles ou est-ce une mauvaise façon d’aborder la conversation sur le climat/énergie ? Si c’est le cas, alors quelles sont les bonnes façons d’aborder cette conversation et que peut-on faire pour sauver ce qui semble être une fuite croissante vers un changement climatique effrayant ?

Ozzie Zeh­ner : Il y a cette impres­sion de choix entre com­bus­tibles fos­siles et tech­no­lo­gies éner­gé­tiques propres comme les pan­neaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illu­sion. Ces tech­no­lo­gies alter­na­tives reposent, à tous leurs stades de pro­duc­tion, sur les com­bus­tibles fos­siles. Elles dépendent des com­bus­tibles fos­siles en ce qui concerne les opé­ra­tions d’ex­trac­tions minières néces­saires à l’ob­ten­tion des matières pre­mières, leurs trai­te­ments et assem­blages en usine, leur ins­tal­la­tion, leur main­te­nance, et leur déman­tè­le­ment. En plus, à cause de l’ir­ré­gu­la­ri­té de pro­duc­tion du solaire et de l’éo­lien, ces tech­no­lo­gies requièrent des cen­trales à com­bus­tibles fos­siles opé­ra­tion­nelles en paral­lèle et en per­ma­nence. Et, plus signi­fi­ca­tif encore, le finan­ce­ment des éner­gies alter­na­tives dépend du type de crois­sance sou­te­nu par les com­bus­tibles fossiles.

Par exemple, pre­nez le nou­veau Trust Fund pour la sécu­ri­té éner­gé­tique d’O­ba­ma. Il vise à étendre les forages pétro­liers off­shore afin de four­nir une base finan­cière, via l’im­pôt pour le déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies éner­gé­tiques alter­na­tives —, mais qui, à son tour, se trans­for­me­ra en crois­sance éco­no­mique. L’i­ro­nie de cette pro­po­si­tion pré­si­den­tielle est qu’elle expose la façon dont les tech­no­lo­gies alter­na­tives dépendent des arran­ge­ments éco­no­miques qui dépendent eux des com­bus­tibles fos­siles. Et, si elles fonc­tionnent comme pré­vu, ces tech­no­lo­gies éner­gé­tiques engen­dre­ront le genre de crois­sance à même de faire mon­ter la pres­sion sur les extrac­tions et l’u­ti­li­sa­tion des com­bus­tibles fos­siles pour bon nombre d’années.

Il y a un mal­en­ten­du qui laisse entendre qu’une fois que les tech­no­lo­gies éner­gé­tiques alter­na­tives auront décol­lé, elles pour­ront voler d’elles-mêmes. Mais il vaut mieux conce­voir les tech­no­lo­gies éner­gé­tiques alter­na­tives comme des sous-pro­duits des com­bus­tibles fos­siles. Il est notam­ment plus cher de construire une éolienne aujourd’­hui qu’il y a une décen­nie. Les bio­car­bu­rants dépendent des engrais pétro­chi­miques et d’une agri­cul­ture éner­gi­vore. Et bien que les sub­ven­tions per­mettent une baisse rapide des coûts de pro­duc­tion du solaire, les dépenses prin­ci­pales d’un sys­tème à éner­gie solaire cor­res­pondent à son ins­tal­la­tion, son entre­tien, sa main­te­nance, son assu­rance et d’autres coûts « low-tech », selon la plus impor­tante base de don­née de Californie.

Les coûts éle­vés du solaire et de l’éo­lien exposent les com­bus­tibles fos­siles cachés der­rière le rideau. Si nous vou­lons vrai­ment nous atta­quer au chan­ge­ment cli­ma­tique et aux nom­breuses consé­quences de la pro­duc­tion éner­gé­tique, rien n’in­dique que des coûts éner­gé­tiques plus bas et la crois­sance soient la direc­tion à suivre. La solu­tion est expli­cite, vrai­ment. Nous devons, au fil du temps, énor­mé­ment réduire et la consom­ma­tion et le nombre de per­sonnes qui consomment.

andy-singer-green-false1

Vous mentionnez « productiviste » et « corporatiste » à la fois ici et dans votre livre. Entendez-vous par là « néolibéral » ? Le problème est-il que le mouvement écologiste actuel, appelons-le ainsi, ne comprend pas les fondamentaux de l’ordre socio-économique actuel ?

Ozzie Zeh­ner : Le néo­li­bé­ra­lisme, l’i­dée que les mar­chés débri­dés de res­sources pri­va­ti­sées mène à la pros­pé­ri­té, n’est qu’un arran­ge­ment humain qui se conçoit sous l’é­gide plus large du pro­duc­ti­visme. Il est ten­tant de sim­ple­ment se concen­trer sur la cri­tique des mar­chés et de l’ac­cu­mu­la­tion des richesses.

Il y a de nom­breuses injus­tices dans ce domaine, c’est enten­du. Mais nous devrions aus­si par­ler de pro­créa­tion humaine, d’é­thique du tra­vail, de pro­duc­tion d’éner­gie alter­na­tive, ou des nom­breuses autres quêtes pro­duc­ti­vistes. Ces nar­ra­tifs ont un lien com­mun — qui est que ce qui est pro­duit est bon, et que ceux qui pro­duisent doivent être récom­pen­sés. Ce qui, sur une pla­nète finie, pose pro­blème, et le mot est faible.

Notre pla­nète est limi­tée en res­sources et dans sa capa­ci­té à encais­ser les impacts des acti­vi­tés humaines. Remettre en ques­tion le modèle néo­li­bé­ral domi­nant peut aider à par­ta­ger ces res­sources et ces risques équi­ta­ble­ment. Cepen­dant, les nar­ra­tifs pré­caires de crois­sance et de pro­duc­ti­visme sont plus vastes que le simple néo­li­bé­ra­lisme, ou capitalisme.

Les liber­ta­riens et les par­ti­sans du Tea Par­ty, sous­crivent à cet état d’es­prit de crois­sance libre, mais les démo­crates et les répu­bli­cains aus­si. Même les verts et les socia­listes ne sont pas indif­fé­rents au lan­gage sédui­sant du pro­duc­ti­visme. Je ne connais qu’un seul can­di­dat poli­tique aux USA qui ait fait cam­pagne sur le thème d’un ralen­tis­se­ment de la machine dans l’op­tique de pré­ser­ver la pros­pé­ri­té sur le long-terme : Dave Gard­ner, qui s’est pré­sen­té en tant que maire de Colo­ra­do Springs et qui a réa­li­sé un film inti­tu­lé Grow­th­bus­ters [en fran­çais : Le mythe de la crois­sance, NdT].

Nous avons vu la crois­sance maté­rielle et la pros­pé­ri­té mar­cher main dans la main pen­dant si long­temps qu’on ne sait plus à quoi elles res­semblent sépa­ré­ment. Et ça va devoir chan­ger. Nous ferions peut-être mieux de réorien­ter, ou au moins de recon­naître nos pen­chants pro­duc­ti­vistes dès main­te­nant. Autre­ment, Dame Nature nous fera com­prendre l’in­sou­te­na­bi­li­té de nos sys­tèmes de croyances d’une façon moins agréable.

Guy McPherson utilise l’expression « dérivés des combustibles fossiles », ce qui correspond à votre analyse. Est-ce une meilleure manière d’encadrer le débat : combustibles fossiles VS dérivés des combustibles fossiles ? Il n’y a pas d’énergie « propre » alors, pas vrai ? Pas de source d’énergie « miracle », ou est-ce que la « solution miracle » serait de créer un monde différent ?

Ozzie Zeh­ner : La solu­tion miracle serait d’envisager un peu­ple­ment pros­père, mais cepen­dant moins impor­tant et moins consom­ma­teur. Dans le sys­tème éner­gé­tique moderne, les éner­gies alter­na­tives ne sont fina­le­ment que des façons alter­na­tives de brû­ler des com­bus­tibles fos­siles, compte tenu des effets secon­daires des alter­na­tives et de leurs limi­ta­tions. J’aimerais que cela ne soit pas le cas, mais voi­là ce que l’évidence nous pousse à conclure.

Puisque le vent et la lumière du soleil sont gra­tuites, pour­quoi l’éolien et le solaire sont-ils si chers ? Le solaire et l’éolien devraient être très bon mar­ché — bien moins cher que les com­bus­tibles fossiles.

Mais ils ne sont pas bon mar­ché du tout. Même avec des sub­ven­tions mas­sives, nous voyons des com­pa­gnies faire faillite en s’essayant sur ce mar­ché. Et puis il reste à éva­luer le coût de la construc­tion de bat­te­ries, des cen­trales élec­triques « tam­pons », et des autres infra­struc­tures qui émergent du fait de leur pro­duc­tion éner­gé­tique de basse qua­li­té et inter­mit­tente. Fina­le­ment, il faut recon­si­dé­rer l’extractivisme, les pro­blèmes de san­té, de pol­lu­tion et des déchets des tech­no­lo­gies « renou­ve­lables ». Par exemple, nous appre­nons actuel­le­ment que l’industrie de la cel­lule solaire est un des émet­teurs crois­sants de gaz à effet de serre viru­lents comme l’hexafluorure de soufre, qui a un poten­tiel de réchauf­fe­ment 23 000 fois supé­rieur au CO2, selon l’IPCC (GIEC).

Une éner­gie « propre » ça n’existe pas, mais consom­mer moins d’énergie, ça existe. Toute tech­nique de géné­ra­tion d’énergie a des effets secon­daires et des limites. La meilleure façon d’éviter ces consé­quences néga­tives est d’utiliser moins d’énergie glo­ba­le­ment. Cette stra­té­gie a aus­si des effets secon­daires et des limites, mais au moins ceux-ci peuvent être appré­hen­dés dans le cadre des lois de la phy­sique sur notre pla­nète finie.

Croyez-vous à plus forte raison en ce point de vue de la « fin de la croissance », soutenu entre autres par Richard Heinberg et d’autres de cette école de pensée ?

Ozzie Zeh­ner : Notre suc­cès futur repo­se­ra sur notre capa­ci­té à faire bais­ser la popu­la­tion sur la durée, tout en rédui­sant la consom­ma­tion per capi­ta. Com­ment faire cela en main­te­nant la satis­fac­tion de la vie ?

C’est la ques­tion que Richard Hein­berg, Cur­tis White, Albert  Bart­lett, Paul et Anne Erh­lich, Jeff Gibbs et moi-même posons, ain­si que cer­tains membres du mou­ve­ment fran­çais pour la décrois­sance, et d’autres. Nous n’avons cer­tai­ne­ment pas toutes les réponses — loin de là. Il n’y a pas beau­coup de place pour dis­cu­ter de ces sujets au sein du mou­ve­ment pro­gres­siste actuel, mais j’invite tout le monde à nous rejoindre et à créer cet espace. La pre­mière étape c’est donc de nous débar­ras­ser de ces illu­sions des éner­gies vertes et d’avoir une pen­sée plus cri­tique envers la crois­sance per­pé­tuelle. Ensuite, j’imagine que l’on sera capable de poser des ques­tions plus claires et peut-être d’imaginer ce à quoi res­semble une civi­li­sa­tion vrai­ment avancée.

Et à propos de la biomasse, ou biochar, le dernier ayant été vanté par des écologistes comme une forme « d’or noir » ? Est-ce une solution ou est-ce encore un pétard mouillé ?

Ozzie Zeh­ner : J’ai récem­ment visi­té une nou­velle usine d’incinération d’arbres sur le cam­pus de l’université de Colom­bie Bri­tan­nique. L’université se vante d’utiliser l’incinération d’arbres pour ali­men­ter les bâti­ments inef­fi­cients de son cam­pus. La pra­tique de l’incinération d’arbres est dési­gnée par un cer­tain nombre d’appellations dépo­sées, ces temps-ci : bio­masse, bio­char, syl­vi­cul­ture sou­te­nable, défo­res­ta­tion sélec­tive, chauf­fage et éner­gie com­bi­nés, et d’autres.

Les par­ti­sans de la bio­masse à Van­cou­ver m’ont dit que leur usine était : neutre en émis­sions de CO2, ne brû­lait que des déchets – deux des prin­ci­paux points uti­li­sés par l’industrie orien­tée vers le pro­fit, afin de convaincre les citoyens. Mais, comme dans bien d’autres formes de mar­ke­ting, ils s’engagent dans une pra­tique de détournement.

Une minute suf­fit pour inci­né­rer un arbre dans une usine de bio­masse, mais en faire pous­ser un requiert des décen­nies. Et com­ment de jeunes pousses pour­raient-elles repar­tir si vous avez reti­ré les soi-disant maté­riaux « déchets » de la forêt [les débris, autre­ment dit, si vous reti­rez régu­liè­re­ment et mas­si­ve­ment les troncs des arbres cou­pés, vous appau­vris­sez énor­mé­ment le sol, ce qui n’est pas sou­te­nable, NdT] ? Les recherches montrent que les forêts ne retournent pas à leur état d’origine en repous­sant, évi­dem­ment, et que les usines à bio­masse émettent bien plus de CO2 que les usines de char­bon ou de gaz naturel.

Si nous vivions sur une pla­nète infi­nie et si nous avions une machine à remon­ter le temps, alors peut-être que la bio­masse pour­rait être sou­te­nable. Cepen­dant, dans notre monde fini, les forêts sont une res­source en train d’être épui­sée tout comme les com­bus­tibles fos­siles. Elles sont aus­si nos pou­mons. C’est pour­quoi les brû­ler est la voie la plus rapide vers l’effondrement de la civilisation.

Les voitures électriques ? Vous avez dédié un certain espace dans votre livre afin d’expliquer pourquoi ça n’était pas la solution. Pourquoi pas ? Il y a eu deux documentaires grand public concluant qu’elles étaient la solution miracle.

Ozzie Zeh­ner : Construire une boite métal­lique sur roues et lui faire par­cou­rir des mil­liers de kilo­mètres sur la route requiert beau­coup d’énergie. Aucun moyen phy­sique ne per­met d’é­vi­ter cette consom­ma­tion. Les com­pa­gnies élec­triques n’ont pas réus­si à outre­pas­ser les lois phy­siques. Mais elles ont réus­si à pro­pa­ger l’illusion de l’avoir fait.

Les voi­tures élec­triques peuvent effec­ti­ve­ment sem­bler propres, à condi­tion que vos œillères soient d’une cer­taine taille. Et si vous lisez les rap­ports de l’industrie, de groupes poli­tiques, et des dépar­te­ments uni­ver­si­taires de l’UC-Davis, du MIT, de Stan­ford, ou de l’université d’Indiana, qui sont en par­te­na­riat avec cette indus­trie, c’est ce que vous remar­que­rez des ques­tions res­treintes qui mesurent des don­nées faci­le­ment acces­sibles et pou­vant être quan­ti­fiées en un semestre. Consi­dé­rées indé­pen­dam­ment, elles peuvent pré­sen­ter un inté­rêt rela­tif, le pro­blème, c’est que les par­ti­sans des voi­tures élec­triques mettent en avant ces études plus que par­tielles pour repeindre en vert toute l’industrie.

Heu­reu­se­ment, nous avons un autre point de réfé­rence à consi­dé­rer. Les cher­cheurs de l’Académie natio­nale des sciences ont pris du recul. Ils ont enquê­té sur le cycle entier d’une voi­ture élec­trique et ont conscien­cieu­se­ment com­pa­ré son impact aux don­nées épi­dé­mio­lo­giques pro­ve­nant de chaque com­té des États-Unis. Ils en ont conclu que les voi­tures élec­triques engen­draient sim­ple­ment un panel d’effets secon­daires dif­fé­rents. Seule­ment, ces effets secon­daires ne sortent pas du pot d’échappement, où nous nous atten­dons à les observer.

Par-des­sus le mar­ché, les cher­cheurs n’ont trou­vé aucun béné­fice à la voi­ture élec­trique une fois pris en compte un éven­tail des dom­mages plus large notam­ment ceux issus de la fabri­ca­tion. Les Aca­dé­mies natio­nales se font vieilles, mais c’est le mieux que nous ayons du fait de leur indé­pen­dance et de leur com­plé­tion. Elles sont com­mis­sion­nées par le congrès nous payons donc et sont aidées par 100 des meilleurs conseillers scien­ti­fiques de la nation. Un rap­port plus récent du bureau du congrès par­vient aux mêmes conclusions.

Pourquoi le mouvement écologiste grand public [mainstream, NdT] se dirige-t-il dans cette direction ? Est-ce un problème de financement corporatiste derrière les groupes activistes, accompagné d’un problème d’activistes bien intentionnés qui « avalent la pilule » ?

Ozzie Zeh­ner : Les groupes éco­lo­gistes mains­tream (grand public) troquent leurs prin­cipes contre du pou­voir à une vitesse sus­pecte. Les éner­gies alter­na­tives ne sont pas les seules à dépendre des com­bus­tibles fos­siles. Les groupes envi­ron­ne­men­taux aus­si. Ils dépendent des finan­ce­ments qui pro­viennent de l’excès de richesses qui s’accumule comme de l’écume au som­met de l’économie des com­bus­tibles fos­siles. Mais il ne s’agit pas que d’argent. Il y a aus­si d’autres influences.

Les groupes éco­lo­gistes mains­tream semblent obsé­dés par les gad­gets tech­no­lo­giques et ont suc­com­bé à la pen­sée fan­tai­siste les entou­rant. La der­nière chose que vous vou­lez don­ner à une popu­la­tion crois­sante de gros consom­ma­teurs ce sont des éner­gies plus « vertes ». Même si elles fonc­tion­naient comme annon­cé, qui sait ce que nous en ferions ; pro­ba­ble­ment rien de bien pour les autres espèces ou la pla­nète, ou, en ce qui la concerne, pour la pros­pé­ri­té humaine sur le long terme.

En plus de l’argent et de la pen­sée magique, nous retrou­vons des « effets silo ». C’est-à-dire, le fait de poser des ques­tions limi­tées, s’ins­cri­vant dans un cadre bien défi­ni, aux­quelles il est pos­sible de répondre avec les méthodes dis­po­nibles. Nous avons obser­vé, dans les sciences sociales et humaines, un déclin des manières d’appréhender notre monde, comme si l’esprit humain et le monde natu­rel n’é­taient que des maté­riaux des­ti­nés à être titrés dans des tubes à essai. Nous avons peur de poser des ques­tions aux­quelles les métho­do­lo­gies savantes, que nous avons mises en place, ne pour­raient pas répondre.

Et enfin, il y a l’influence des médias, que j’analyse dans un cha­pitre entier de mon livre Green Illu­sions (Les illu­sions vertes). Les médias « verts » deviennent une bataille média­tique un concours de modèles à moi­tié-concluants et d’expériences scien­ti­fiques de salon glo­ri­fiées. Ça n’a pas à être ain­si. Nous pou­vons chan­ger tout cela si nous sommes prêts à pen­ser et à enquê­ter dif­fé­rem­ment en tant que citoyens concernés.

A quoi ressemblerait la « décroissance » en tant que mouvement ? Y a‑t-il des exemples de communautés/états-nations y participant en ce moment ? Et en voyez-vous des exemples aux USA, disons, dans le mouvement Occupy ?

Ozzie Zeh­ner : Je ne peux pas vrai­ment dire à quoi la décrois­sance res­sem­ble­ra, mais j’imagine qu’elle se base­ra sur un pay­sage concep­tuel dif­fé­rent. Nous avons beau­coup extra­po­lé autour des tech­no­lo­gies vertes et nous effec­tuons des com­pa­rai­sons qui sont vouées à satis­faire ces pré­con­cep­tions. En résul­tat nous nous retrou­vons avec un mou­ve­ment éco­lo­giste qui pose les mau­vaises ques­tions sur la crois­sance, l’économie, l’équité et les risques globaux.

Pre­nez, par exemple, la pra­tique des groupes éco­lo­gistes grand public (mains­tream) de déni­gre­ment des voi­tures rou­lant au pétrole afin de pro­mou­voir les voi­tures élec­triques. Évi­dem­ment, les voi­tures rou­lant au pétrole sont pol­luantes et chères. Elles tuent des dizaines de mil­liers de gens chaque année. Mais les uti­li­ser comme seuil d’évaluation des tech­no­lo­gies vertes c’est pla­cer la barre bien bas. Même si les cher­cheurs des Aca­dé­mies natio­nales se trompent et que les voi­tures élec­triques dépassent ce seuil un jour il y a un autre pro­blème. Com­ment les voi­tures élec­triques sup­portent-elles la com­pa­rai­son avec l’éventail com­plet des moyens de trans­port dont nous dis­po­sons, comme les trans­ports en com­mun, le vélo et la marche ?

Les sub­ven­tions pour les voi­tures élec­triques ne sont au final que des sub­ven­tions pour la culture de la voi­ture (« car culture », en anglais, NdT) et pour les infra­struc­tures qui l’accompagnent. La culture de la voi­ture n’est pas sou­te­nable dans le cadre des limites à la crois­sance aux­quelles nous fai­sons face. Les options de trans­port plus durables dont nous dis­po­sons sont le vélo et la marche. Mais le congrès des États-Unis a qua­si­ment éli­mi­né les sub­ven­tions pour les pistes cyclables et les voies pié­tonnes même s’il sub­ven­tionne chaque ache­teur de voi­ture élec­trique à hau­teur de mil­liers de dol­lars. Et le congrès a mis en place cet embar­ras natio­nal tra­gique avec le sou­tien total des groupes éco­lo­gistes les plus impor­tants de ce pays.

Nous sommes tel­le­ment loin de la décou­verte de solu­tions. Nous devons d’abord chan­ger nos ques­tions. Nous devons ces­ser de faire l’apologie de la crois­sance verte, des emplois verts, des bâti­ments verts, des busi­ness verts, et com­men­cer à nous inter­ro­ger sur ces pré­ju­gés qui sous-tendent que la crois­sance maté­rielle garan­ti­ra la pros­pé­ri­té sur le long-terme. Le par­ti pour la dimi­nu­tion du tra­vail de la Colom­bie bri­tan­nique, aux côtés du mou­ve­ment fran­çais pour la décrois­sance, se tourne vers dif­fé­rentes sortes de ques­tions. Occu­py, en tant qu’idéal poli­tique, com­mence aus­si à construire de nou­velles fon­da­tions. A mesure que les illu­sions vertes se dévoi­le­ront, durant les années à venir, nous obtien­drons des oppor­tu­ni­tés pour mettre en place un nou­vel envi­ron­ne­men­ta­lisme, une nou­velle éco­lo­gie, ou peut-être une éco­lo­gie redé­cou­verte, ce qui sera, je sup­pose, à la fois frus­trant et exaltant.

Ozzie Zeh­ner est l’auteur du livre « Green Illu­sions » (en fran­çais : Les Illu­sions vertes) et un pro­fes­seur invi­té de l’université de Californie-Berkeley.


Sur ce sujet des illu­sions vertes, tou­jours, nous vous pro­po­sons le film docu­men­taire Pla­net of the Humans (« Pla­nète des humains »), récem­ment réa­li­sé par Michael Moore, Jeff Gibbs et Ozzie Zehner :

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
14
Shares
19 comments
  1. Bon­jour et mer­ci pour cet article qui confirme ce que j’ai pu lire ici ou là concer­nant le mou­ve­ment éco­lo­gique com­plè­te­ment récu­pé­ré par le capitalisme.
    Vous y par­lez notam­ment des « décrois­sants ». Vous savez, peut-être, que des gens s’in­té­ressent et se posi­tionnent pour une socié­té sans argent.
    Le pro­jet Moci­ca va dans de sens notam­ment http://mocica.org/fr/Intro
    Pour­riez-vous me dire com­ment les ques­tions éco­lo­giques qui sont sou­le­vées dans votre articles peuvent trou­ver des réponses satis­fai­santes dans un monde sans argent et donc sans pro­fit et sans action­naire et en admet­tant que l’on fabrique des objets durables, recy­clable et avec un faible impact sur l’environnement.
    Etant enten­du que ce para­digme s’ac­com­pagne aus­si d’une modi­fi­ca­tion de nos com­por­te­ments, notam­ment rac­cour­cir les heures de trans­port (voi­tures / bus / train / avion) notam­ment en tra­vaillant au plus près de chez soi.
    je vous remer­cie de votre réponse.
    Cordialement
    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Anthologie d’Andrea Dworkin : Souvenez-vous, résistez, ne cédez pas (Préface de Christine Delphy)

De Woman Hating, où elle met en place ses thèmes, à Intercourse – « le livre le plus choquant jamais écrit par une féministe » (Germaine Greer) – en passant par Pornography  : Men Possessing Women, Dworkin n’a de cesse de mettre en évidence la réalité de ce qu’on appelle les rapports sexuels : il n’y a pas de « rapports » au sens où « rapport » implique une réciprocité et une mutualité. Ce que les hommes demandent aux femmes, c’est de consentir à leur propre humiliation, à leur propre anéantissement en tant que personnes ; non seulement d’y consentir, mais de le demander, et même d’y prendre plaisir, pour être « une vraie femme ». Car « être une femme » c’est être baisée par un homme...
Lire

Lettres aux jeunes de vingt ans

Bien des personnes ont trouvé le chemin pour monter haut, très haut dans l’échelle sociale, mais qui demeureront toujours insatiables. Je vous le dis, ce n’est pas la vie que je souhaite pour vous, car vivre ainsi c’est vivre dans la dépendance. Ne soyez pas pessimistes ; bien d’autres ont réussi leur vie sociale, tout en trouvant, dans le même temps, ce qu’ils appellent une raison de vivre. Ils se dévouaient aux grandes causes de l’humanité. Ils ne disaient pas non à l'argent, au pouvoir; au contraire, ils en avaient besoin, comme tout le monde car la vie en société est organisée ainsi, mais ils en avaient besoin comme on a besoin d’un outil pour travailler. L’être humain doit rester maître de l’argent, et non le contraire. Réussir sa vie, c’est réussir à vivre comme un être humain. Au revoir, mes chers petits-enfants.