Une nation de mouchards (Chris Hedges)

chris_hedgesArticle ori­gi­nal publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 10 mai 2015.
Chris­to­pher Lynn Hedges (né le 18 sep­tembre 1956 à Saint-Johns­bu­ry, au Ver­mont) est un jour­na­liste et auteur amé­ri­cain. Réci­pien­daire d’un prix Pulit­zer, Chris Hedges fut cor­res­pon­dant de guerre pour le New York Times pen­dant 15 ans. Recon­nu pour ses articles d’analyse sociale et poli­tique de la situa­tion amé­ri­caine, ses écrits paraissent main­te­nant dans la presse indé­pen­dante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a éga­le­ment ensei­gné aux uni­ver­si­tés Colum­bia et Prin­ce­ton. Il est édi­to­ria­liste du lun­di pour le site Tru­th­dig.com.


Marathon Explosions Security
Un pan­neau de la Trans­por­ta­tion Secu­ri­ty Admi­nis­tra­tion ins­tal­lé à Union State, le ter­mi­nal fer­ro­viaire prin­ci­pal de Los Angeles, incite à décla­rer les acti­vi­tés sus­pectes aux auto­ri­tés. On peut y lire « si vous voyez quelque chose, dites quelque chose ». (AP /Damian Dovarganes)

Un État tota­li­taire est aus­si puis­sant que le sont ses infor­ma­teurs. Et les États-Unis en ont beau­coup. Ils lisent nos e‑mails. Ils écoutent, télé­chargent et archivent nos appels télé­pho­niques. Ils nous prennent en pho­to au coin des rues, sur les quais de métro, dans les maga­sins, sur les auto­routes et dans les bâti­ments publics et pri­vés. Ils nous traquent à tra­vers nos appa­reils élec­tro­niques. Ils infiltrent nos orga­ni­sa­tions. Ils incitent et faci­litent les « actes de ter­ro­risme » de musul­mans, d’environnementalistes radi­caux, d’activistes et d’anarchistes des Black blocs, pié­geant ces dis­si­dents impuis­sants et les envoyant en pri­son pour des années. Ils ont accu­mu­lé des pro­fils détaillés de nos habi­tudes, de nos goûts, de nos pro­pen­sions par­ti­cu­lières, de nos archives finan­cières et médi­cales, de nos orien­ta­tions sexuelles, de nos his­to­riques d’emploi, de nos habi­tudes de consom­ma­tion et de nos casiers judi­ciaires. Ils archivent ces ren­sei­gne­ments dans des ordi­na­teurs gou­ver­ne­men­taux. Et cela reste en sus­pens, comme une bombe à retar­de­ment, en atten­dant le moment où l’État déci­de­ra de nous criminaliser.

Les états tota­li­taires enre­gistrent jusqu’à nos acti­vi­tés les plus banales afin qu’ils puissent, lorsqu’ils décident de nous incar­cé­rer, inves­tir ces acti­vi­tés d’intention sub­ver­sives ou cri­mi­nelles. Et les citoyens qui savent, grâce au cou­rage d’Edward Snow­den, qu’ils sont sur­veillés, mais pensent naï­ve­ment qu’ils « n’ont rien fait de mal » ne com­prennent pas cette sombre et ter­ri­fiante logique.

La tyran­nie est tou­jours asso­ciée à des réseaux clan­des­tins d’informateurs (~balances/indics~). Ces infor­ma­teurs main­tiennent la popu­lace dans un état de peur. Ils per­pé­tuent une anxié­té constante et créent l’isolation à tra­vers la méfiance. L’État uti­lise la sur­veillance géné­ra­li­sée et l’espionnage pour bri­ser la confiance et nous pri­ver de la liber­té de pen­ser et de par­ler librement.

Un appa­reil de sécu­ri­té de sur­veillance d’État, paral­lè­le­ment, condi­tionne tous les citoyens à deve­nir infor­ma­teurs. Dans les aéro­ports et le train, le métro et les arrêts de bus, la cam­pagne de recru­te­ment est inexo­rable. On nous gave de vidéos gou­ver­ne­men­tales clin­quantes et d’autres mes­sages nous aver­tissent afin que l’on reste vigi­lants et que l’on rap­porte tout ce qui sem­ble­rait sus­pect. Les vidéos, en boucle infi­nies dif­fu­sées par des écrans de télé­vi­sion mon­tés, incor­porent d’office une musique inquié­tante, les cli­chés des types de cri­mi­nels louches, le citoyen alerte pré­ve­nant les auto­ri­tés, et dans cer­tains cas le mal­fai­teur appré­hen­dé et menot­té se fai­sant embar­quer. Ce mes­sage d’hypervigilance et d’aide à l’État afin de démas­quer de dan­ge­reux enne­mis internes est au même moment dis­sé­mi­né à tra­vers les agences gou­ver­ne­men­tales, les médias de masse, l’industrie de la presse et du divertissement.

« Si vous voyez quelque chose dites quelque chose », dit le slogan.

En France la loi renseignement, récemment votée, est clairement liberticide...
En France la loi ren­sei­gne­ment, récem­ment votée, est clai­re­ment liberticide…

Dans toutes les sta­tions d’Amtrak, on dit aux pas­sa­gers de pré­ve­nir les auto­ri­tés — qui bien sou­vent se pro­mènent par­mi nous, avec des chiens —si quelqu’un « semble être dans une zone non auto­ri­sée », « traîne, fixant ou regar­dant les employés et les clients », « expri­mant un niveau d’intérêt inha­bi­tuel pour les opé­ra­tions, l’équipement et le per­son­nel », « habillé de manière inap­pro­priée pour le temps, comme avec un gros man­teau en été », « agis­sant  d’une manière extrê­me­ment ner­veuse ou anxieuse », « restrei­gnant la liber­té de mou­ve­ment d’un indi­vi­du », ou « rece­vant des ins­truc­tions sur ce qu’il faut dire aux agents de la sécu­ri­té ou de l’immigration ».

Ce qui est par­ti­cu­liè­re­ment déran­geant avec cette exhor­ta­tion inces­sante à deve­nir un citoyen infor­ma­teur, c’est qu’elle détourne notre regard de ce que nous devrions voir — la mort de notre démo­cra­tie, la pré­sence crois­sante et l’omnipotence de la police d’État, et l’éviscération, au nom de notre sécu­ri­té, de nos liber­tés les plus fondamentales.

La peur manu­fac­tu­rée engendre le doute de soi-même. Sou­vent incons­ciem­ment, elle nous fait nous confor­mer dans nos com­por­te­ments exté­rieurs et inté­rieurs. Elle nous condi­tionne dans nos rela­tions avec ceux qui nous entourent, ins­til­lant de la sus­pi­cion. Elle détruit la pos­si­bi­li­té d’organisation com­mu­nau­taire, et de dis­si­dence. Nous avons construit ce que Robert Gel­la­te­ly appelle « une culture de la dénonciation ».

Les déla­teurs (~balances/indics~) en pri­sons, quin­tes­sence d’un sys­tème tota­li­taire, sont la colle qui per­met aux auto­ri­tés car­cé­rales de gar­der le contrôle et de main­te­nir les pri­son­niers divi­sés et affai­blis. Les déla­teurs peuplent aus­si les tri­bu­naux, où la police passe des accords secrets pour aban­don­ner ou allé­ger les charges à leur encontre en échange de témoi­gnages contre des indi­vi­dus ciblés par l’État. Nos pri­sons sont rem­plies de gens pur­geant de longues peines basées sur de fausses décla­ra­tions que des infor­ma­teurs ont four­nies en échange de clé­mence [com­mu­ta­tion de peine].

Il n’y a pas de règles dans ce jeu sor­dide. La police, comme les auto­ri­tés car­cé­rales, peut pro­po­ser aux déla­teurs des accords sans super­vi­sion ou contrôle judi­ciaire. (Accords impli­quant par­fois des choses aus­si tri­viales qu’autoriser un pri­son­nier à avoir accès à de la nour­ri­ture comme des Chee­se­bur­gers). Les déla­teurs per­mettent à l’État de contour­ner ce qu’il nous res­tait de pro­tec­tion légale. Les déla­teurs peuvent obte­nir des infor­ma­tions pour les auto­ri­tés et n’ont pas à don­ner à leurs cibles « d’avertissement Miran­da ». Et à cause du déses­poir de la plu­part de ceux qui sont recru­tés pour mou­char­der, les infor­ma­teurs sont prêts à faire presque tout ce que leur deman­de­ront les autorités.

Tout aus­si infec­tés que les pri­sons et les tri­bu­naux, on retrouve les quar­tiers pauvres, rem­plis d’informateurs, dont nombre de petits dea­lers de drogue à qui l’on per­met de vendre dans la rue en échange d’informations. Et à par­tir de là notre culture de la déla­tion remonte en spi­rale vers les sièges de la NSA, du FBI et de la Home­land Security.

Les sys­tèmes de police et l’autorité mili­taire sont impi­toyables quand l’un des leurs, à l’instar d’Edward Snow­den ou de Chel­sea Man­ning, devient infor­ma­teur au nom du bien com­mun. La struc­ture de pou­voir impose des murs de silence et de sévères formes de rétri­bu­tion à l’intérieur de ses rangs, afin de s’assurer que per­sonne ne parle. Le pou­voir com­prend qu’une fois divi­sé, une fois que ceux à l’intérieur de ses murs deviennent des infor­ma­teurs, il devient alors aus­si faible et vul­né­rable que ceux qu’il asservit.

Nous ne serons pas en mesure de nous réap­pro­prier notre démo­cra­tie et de nous libé­rer de la tyran­nie tant que les infor­ma­teurs et les vastes réseaux qui les sou­tiennent ne sont pas déman­te­lés. Tant que nous sommes sur­veillés 24 heures par jour nous ne pou­vons pas uti­li­ser le mot« liber­té ». Il s’agit là d’une rela­tion maître-esclave. N’importe quel pri­son­nier le comprendrait.

Alexandre Sol­je­nit­syne, dans son chef‑d’œuvre « l’archipel du gou­lag », qui relate son séjour dans les gou­lags de Joseph Sta­line et qui est une réflexion brillante sur la nature de l’oppression et de la tyran­nie, décrit un moment où un afflux d’ukrainiens de l’Est qui avaient été sol­dats durant la seconde guerre mon­diale arrive à son camp, Eki­bas­tuz. Les ukrai­niens, écrit-il, « furent hor­ri­fiés par l’apathie et l’esclavage qu’ils y virent, et s’emparèrent de leurs poi­gnards ». Ils com­men­cèrent à assas­si­ner les informateurs.

Sol­je­nit­syne continue :

« Tuez les mou­chards ! « Le voi­là, le maillon ! Flan­quez-leur un coup de cou­teau dans la poi­trine ! Fabri­quons des cou­teaux, égor­geons les mou­chards, le voi­là le maillon !

Aujourd’­hui, tan­dis que je suis en train d’é­crire ce livre, des rayons de livres huma­nistes me sur­plombent sur leurs éta­gères et leurs dos usés aux ternes éclats font peser sur moi un scin­tille­ment répro­ba­teur, telles des étoiles per­çant à tra­vers les nuages : on ne sau­rait rien obte­nir dans ce monde par la vio­lence ! Glaive, poi­gnard, cara­bine en main, nous nous rava­le­rons rapi­de­ment au rang de nos bour­reaux et de nos vio­len­teurs. Et cela ne fini­ra jamais…

Cela ne fini­ra jamais… Ici, assis à ma table,  bien au chaud, je par­tage plei­ne­ment ce constat.

Mais il faut avoir éco­pé de vingt-cinq ans pour rien, avoir eu quatre numé­ros ins­crits sur ses vête­ments, avoir tenu les mains tou­jours der­rière le dos, être pas­sé à la fouille matin et soir, s’être exté­nué au tra­vail, avoir été traî­né au Bour sur dénon­cia­tion, fou­lé aux pieds plus bas que terre, pour que là-bas, au fond de cette fosse, tous les dis­cours des grands huma­nistes vous fassent l’ef­fet d’un bavar­dage de pékins bien nourris.

Cela ne fini­ra jamais… Mais y aura-t-il un com­men­ce­ment ? Y aura-t-il un rayon d’espoir dans nos vies, ou pas ?

Les oppri­més en ont au moins conclu que le mal ne pou­vait être dis­si­pé par le bien.

L’éradication de quelques infor­ma­teurs et l’intimidation de quelques autres a trans­for­mé le camp. Ce fut, Sol­je­nit­syne l’admet, une jus­tice impar­faite puisqu’il y avait « absence de docu­ment éta­blis­sant la qua­li­té de mou­chard ». Mais, remarque-t-il, même cette « jus­tice non consti­tuée, illé­gale et invi­sible, jugeait avec autre­ment de pré­ci­sion, autre­ment moins d’erreurs, que tous nos tri­bu­naux fami­liers, troï­kas, col­lèges mili­taires et Osso ».

« Sur cinq mille hommes, ça en fai­sait une dou­zaine de tués, mais à chaque coup de cou­teau se déta­chait un des ten­ta­cules qui étaient col­lés sur nous et nous entor­tillaient », écrit-il. « Quel air éton­nant souf­flait ! Exté­rieu­re­ment, nous conti­nuions, eût-on dit, d’être des pri­son­niers vivant dans une zone de camp, en réa­li­té nous étions deve­nus libres : libres parce que, pour la pre­mière fois de toute notre exis­tence, autant que nous pou­vions nous la rap­pe­ler, nous nous étions mis à dire ouver­te­ment, à haute voix, tout ce que nous pen­sions ! Qui n’a pas eu l’expérience de ce chan­ge­ment ne peut se le représenter !

Et les mou­chards ne mou­char­daient plus… »

Les auto­ri­tés du camp, écrit-il, « sont deve­nues sourdes et aveugles ! En appa­rence, aus­si bien le bedon­nant com­man­dant que son non moins bedon­nant adjoint, le capi­taine Pro­ko­fiev, et que tous les sur­veillants, vont et viennent en toute liber­té dans la zone où rien ne les menace, se déplacent par­mi nous, nous observent — mais en fait ils ne voient rien ! Car, faute d’un déla­teur, un homme revê­tu d’un uni­forme est inca­pable de rien voir. »

Le sys­tème de contrôle interne du camp s’est effon­dré. Les pri­son­niers ne ser­vaient plus désor­mais de contre­maître pour les cor­vées. Les pri­son­niers orga­ni­saient leur propre conseil d’auto gou­ver­nance. Les gardes com­men­çaient à se dépla­cer dans le camp apeu­rés, et ne trai­tant désor­mais plus les pri­son­niers comme du bétail. Le lar­cin et le vol entre pri­son­niers ces­sèrent. « L’ancienne men­ta­li­té du camp — tu meurs en pre­mier, j’attends ici un peu ; il n’y a pas de jus­tice, alors oublie ; c’est ain­si, et ça le sera tou­jours — com­men­ça aus­si à disparaître. »

Sol­je­nit­syne conclut ce cha­pitre, « der­rière les bar­be­lés, le sol brûle », du troi­sième tome de son livre, avec cette réflexion.

Débar­ras­sés de la sale­té humaine, déli­vrés des espions et des indis­crets, nous avons jeté un coup d’œil et nous avons vu, les yeux grands ouverts… que nous étions des mil­liers ! Que nous étions…politiques ! Que nous pou­vions résister !

Nous avions bien choi­si ; la chaîne cra­quait lorsque nous tirions sur ce maillon — les mou­chards, les pala­breurs et les traîtres ! Notre propre espèce avait ren­du nos vies impos­sibles. Comme sur un vieil autel sacri­fi­ciel, leur sang avait été ver­sé afin que nous puis­sions être libé­rés de la malé­dic­tion qui nous accablait.

La révo­lu­tion ras­sem­blait ses forces. Le vent, qui sem­blait avoir ces­sé de souf­fler, s’était réveillé en un oura­gan rem­plis­sant nos pou­mons impatients.

Plus tard dans le livre, Sol­je­nit­syne écri­vait, « notre petite île avait subi un trem­ble­ment de terre — et avait ces­sé d’appartenir à l’archipel ».

La liber­té exige la des­truc­tion des organes de sécu­ri­té et de sur­veillance et la mise à pied des mil­lions d’informateurs qui tra­vaillent pour l’État. Ce n’est pas un appel à assas­si­ner nos propres mou­chards — bien que cer­tains des 2,3 mil­lions de déte­nus en cage dans les gou­lags des États-Unis m’accuseraient peut-être alors à juste titre, d’écrire cela depuis une posi­tion pri­vi­lé­giée et confor­table, et de ne pas com­prendre les dyna­miques bru­tales de l’oppression — mais à com­prendre qu’à moins que ces infor­ma­teurs dans les rues, dans les pri­sons et dans les centres d’archivage gou­ver­ne­men­taux mas­sifs ne soient désar­més, nous n’obtiendrons jamais la liber­té. Je n’ai pas de sug­ges­tion rapide et simple sur la manière d’accomplir cela. Mais je sais que cela doit être accompli.

Chris Hedges


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

Revi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique (par Arnaud Michon & J.-B. Fressoz)

L’éolien est rarement envisagé comme il devrait l’être, c’est-à-dire comme une modalité particulière de la réquisition totale du territoire à des fins de production, de circulation et d’anéantissement du monde non domestiqué, comme en attestent à leur façon d’autres projets comme les constructions d’autoroutes, d’aéroports, de lignes à grande vitesse ou les projets d’extraction de gaz de schiste (sans oublier le gaz de houille qui n’implique pas de fracturation hydraulique et dont les gisements seraient abondants en France, dans les anciennes régions minières).
Lire

De Paul Hawken à Isabelle Delannoy : les nouveaux promoteurs de la destruction « durable » (par Nicolas Casaux)

Dans son dernier livre, Petit traité de résistance contemporaine, Cyril Dion explique que la société écolo idéale qu’il imagine correspond à la dystopie technocratique imaginée par Isabelle Delannoy dans son livre L’économie symbiotique. Il expose donc ainsi assez explicitement à la fois son soutien du capitalisme vert et du solutionnisme technologique. Pour bien le comprendre, voici une brève présentation de ce livre d’Isabelle Delannoy. [...]