La violence domestique tue plus que les guerres & les chiffres accablants des violences faites aux enfants

Cette tra­duc­tion est un mélange de deux articles différents :
http://thinkprogress.org/health/2014/09/10/3565601/domestic-violence-cost/

La vio­lence domes­tique est plus coû­teuse que les guerres, à la fois en termes de morts et en dépenses de dol­lars, selon un nou­veau rap­port du Copen­ha­gen Consen­sus Centre, qui explique que le pro­blème est lar­ge­ment sous-estimé.

Les auteurs de l’é­tude concluent que les agres­sions domes­tiques, per­pé­trées la plu­part du temps contre des femmes et des enfants, coûte près de 9,5 tril­lions de dol­lars chaque année en pertes éco­no­miques. Cela sur­passe de loin le coût des guerres civiles récentes, esti­mé à 170 mil­liards de dol­lars annuels, ain­si que celui des homi­cides non liés à la vio­lence des par­te­naires proches, esti­mé à 650 mil­liards de dol­lars annuels. Les cher­cheurs arrivent à de tels chiffres approxi­ma­tifs en ten­tant d’es­ti­mer à la fois les coûts tan­gibles et intan­gibles résul­tants des vio­lences, comme les pertes de reve­nus poten­tiels, la réduc­tion de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique, et les consé­quences pour la santé.

Le coût humain est aus­si plus impor­tant. Selon les cher­cheurs, neuf per­sonnes, envi­ron, sont tuées dans des dis­putes domes­tiques pour chaque per­sonne qui meurt dans une guerre civile. Près de 769 mil­lions de femmes sont vic­times de vio­lence domes­tique à un moment de leur vie, et 290 mil­lions d’en­fants subissent des vio­lences à la maison.

« Les guerres ne sont qu’une seule forme de vio­lence et sont très coû­teuses, mais d’autres formes sont encore plus coû­teuses et n’ob­tiennent pas autant d’at­ten­tion », explique Anke Hoef­fler de l’u­ni­ver­si­té d’Ox­ford, une des auteurs du nou­veau rap­port, au Guar­dian. « Il y a une sur-concen­tra­tion sur les consé­quences des vio­lences poli­tiques et pas assez sur les vio­lences domes­tiques. Nous devrons plus nous concen­trer sur la manière d’a­bor­der ces problèmes. »

Les cher­cheurs expliquent que leur nou­veau rap­port est une pre­mière ten­ta­tive d’es­ti­ma­tion des coûts mon­diaux de la vio­lence. Et ils pensent que leurs décou­vertes devraient inci­ter la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale à consa­crer davan­tage de res­sources à la lutte contre les abus domes­tiques. « Mal­gré sa pré­va­lence et ses coûts appa­rents très impor­tants, la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale de déve­lop­pe­ment n’a pas encore défi­ni la vio­lence socié­tale, ou inter­per­son­nelle, comme un pro­blème de déve­lop­pe­ment, que des aides et d’autres poli­tiques d’in­ter­ven­tion devraient cher­cher à résoudre de manière sys­té­ma­tique », conclut le rap­port. « Il y a de solides argu­ments en faveur de l’oc­troi d’une aide accrue aux pro­grammes trai­tant des agres­sions et des crimes violents ».

Ces décou­vertes suivent un autre rap­port récent (para­graphes ci-après) détaillant les niveaux « scan­da­leu­se­ment » éle­vés d’a­bus et de vio­lences contre les enfants. Cette étude, diri­gée par l’U­ni­cef, révèle que de nom­breux enfants gran­dissent dans un monde où ils pensent que la vio­lence domes­tique est sim­ple­ment inévi­table. Par exemple, la moi­tié des filles âgées de 15 à 19 ans croient qu’il est jus­ti­fié pour un homme de frap­per sa femme.

1 fille sur 10 a été agres­sée sexuel­le­ment. 6 enfants sur 10 sont régu­liè­re­ment bat­tus par leurs éducateurs/gardiens. La moi­tié des filles âgées de 15 à 19 ans croient qu’il est « jus­ti­fié » pour un homme de frap­per sa femme. Une vic­time sur cinq d’ho­mi­cide, envi­ron, est un enfant. 95 000 enfants ou ado­les­cents sont morts en 2012 suite à un homi­cide. 120 mil­lions de filles ont subi des vio­lences sexuelles cette même année.

Les chiffres sur les homi­cides sont effa­rants, prin­ci­pale cause de décès des gar­çons de 10 à 19 ans dans 7 pays d’Amérique du Sud. Ce n’est pour­tant qu’une petite pro­por­tion des vio­lences. Celles liées à la « dis­ci­pline », les châ­ti­ments cor­po­rels, concernent en effet 6 enfants sur 10 dans le monde, âgés de 2 à 14 ans. Mêmes chiffres impor­tants dans les vio­lences réa­li­sées par des pairs : 1 élève sur 3 dans le monde est ain­si vic­time régu­lière. En Europe et en Amé­rique du Nord, 31% des ado­les­cents recon­naissent pra­ti­quer cette vio­lence. Chaque année, nous dit-on, 102 000 adultes sont vic­times de viols et de ten­ta­tives de viol (86 000 femmes et 16 000 hommes) en France, mais on ne nous parle pas des vic­times mineures pour­tant bien plus nom­breuses, esti­mées à 154 000 (124 000 filles et 30 000 gar­çons) (1).

Il ne s’a­git là que de quelques-unes des décou­vertes tirées d’un nou­veau rap­port de l’U­ni­cef qui détaille la « pré­va­lence cho­quante » de la vio­lence et des abus contre les enfants à tra­vers la pla­nète. L’é­tude — qui repré­sente la com­pi­la­tion d’in­for­ma­tions la plus impor­tante dans le domaine de la mal­trai­tance des enfants — tire ses don­nées de plus de 190 pays, et conclut que ce type de vio­lence a été tel­le­ment nor­ma­li­sé que beau­coup d’en­fants gran­dissent en pen­sant que c’est ain­si que les choses sont cen­sées se pas­ser, que le monde est sim­ple­ment ainsi.

« Jusqu’à pré­sent, on ne connais­sait pas l’é­ten­due du pro­blème », explique Gee­ta Rao Gup­ta, direc­trice géné­rale adjointe de l’U­ni­cef, à l’As­so­cia­ted Press. « Trop de vic­times, de cou­pables et de spec­ta­teurs consi­dèrent cela nor­mal, et lorsque les vio­lences ne sont ni remar­quées, ni rap­por­tées, nous ali­men­tons la croyance chez les enfants selon laquelle tout ça est nor­mal ».

C’est en par­tie parce que les enfants sont géné­ra­le­ment agres­sés par des membres de leur famille et par des figures d’au­to­ri­té cen­sées les pro­té­ger. À l’ex­cep­tion de quelques pays d’A­mé­rique latine, où le taux d’ho­mi­cides infan­tiles est le plus éle­vé du monde et d’où les enfants fuient vers la fron­tière des États-Unis, pour échap­per aux meurtres ; la vio­lence faite aux enfants n’est pas néces­sai­re­ment la consé­quence d’une période de guerre, ou le résul­tat d’un sou­lè­ve­ment poli­tique. « Elle se pro­duit aux endroits où les enfants sont cen­sés être en sécu­ri­té, leur mai­son, leurs écoles et leur com­mu­nau­té », sou­ligne Antho­ny Lake, direc­teur géné­ral de l’U­ni­cef, dans un communiqué.

Par exemple, par­mi les ado­les­centes ayant signa­lé avoir subi « une forme de vio­lence phy­sique » depuis l’âge de 15 ans, la plu­part d’entre elles ont dit que leur agres­seur était un membre de la famille proche. Dans des pays comme l’Inde et la Zam­bie, plus de 70 % des vic­times expliquent que leurs par­te­naires actuels, ou ex-par­te­naires, sont res­pon­sables des abus. La plu­part de ces filles n’ont jamais signa­lé leur agression.

Confron­ter la vio­lence contre les enfants, explique l’O­NU, implique la remise en ques­tion des normes cultu­relles qui lui ont per­mis de pros­pé­rer pen­dant si long­temps. Par exemple, le rap­port remarque que la même pro­por­tion de gar­çons et de filles, à tra­vers la pla­nète — près de 50 % — pense qu’il y a des cas où il est accep­table pour des maris de battre leurs femmes. Une étude pré­cé­dente dans le domaine avait remar­qué que les atti­tudes mal­saines à l’é­gard des femmes s’en­ra­ci­naient à un jeune âge, et que ces dyna­miques étaient si pro­fon­dé­ment ancrées que les jeunes pen­saient sim­ple­ment que la vio­lence sexuelle était inévitable.

Des membres de l’O­NU disent que ces tristes sta­tis­tiques devraient inci­ter les gou­ver­ne­ments à s’at­ta­quer plus sérieu­se­ment à ces pro­blèmes. Un rap­port sépa­ré de l’U­ni­cef divul­gué cette semaine offre des solu­tions addi­tion­nelles pour mettre fin à la vio­lence contre les enfants : édu­quer les gar­diens légaux sur les solu­tions alter­na­tives aux puni­tions cor­po­relles, don­ner les moyens aux enfants de cher­cher de l’aide, étendre l’ac­cès aux ser­vices de soins pour les enfants, adop­ter des lois pour pro­té­ger les enfants, et conti­nuer à col­lec­ter des don­nées sur l’en­ver­gure de ce problème.


(1) INSEE-ONDRP, enquêtes Cadre de vie et sécu­ri­té de 2010 à 2013.

Rap­port Unicef :
https://unicef.hosting.augure.com/Augure_UNICEF/r/ContenuEnLigne/Download?id=F4CDE974-5DF7-43FB-AB34-57C8580C3F5C&filename=VR%20Exec%20Summary%209_1%20FR%20.pdf

OMS :
http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/status_report/2014/en/

Rap­port du Copen­ha­gen Consen­sus Centre sur les vio­lences domestique :
http://www.copenhagenconsensus.com/sites/default/files/conflict_assessment_-_hoeffler_and_fearon.pdf

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
  1. La vio­lence domes­tique tue plus que les guerres &
    les chiffres acca­blants des vio­lences faites aux enfants
    Les Chiffres ne rendent pas compte des dégâts humains
    Qu’at­tend on pour mettre en place les mesures signifiantes ??????????

  2. Sou­tien de cette dénon­cia­tion des faits acca­blants de la vio­lence intra fami­liale , ses consé­quences sur toute la famille. Du coût du post trau­ma­tique pour les vic­times et pour la socié­té in fine. De l’ur­gence de concre­ti­ser des juri­dic­tions spé­cia­li­sées pour les traiter.
    SOS les Mamans
    http://Www.soslesmamans.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé (par Charles Tilly)

Tandis qu'une intervention militaro-policière est en cours à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui a débuté aux alentours de 3h du matin ce lundi 9 avril 2018, il nous semble opportun de republier cette très bonne analyse du sociologue états-unien Charles Tilly, qui nous rappelle que l'État est une forme d'organisation sociale (ou antisociale, c'est selon) née de la violence et de la guerre, et qui utilise la violence et la guerre pour continuer à s'imposer — ce qui est tout aussi vrai des premières formes d'État que des États soi-disant "démocratiques" actuels. [...]
Lire

Quelques remarques sur « L’affaire du siècle » (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

En cette fin d’année 2018, une coalition de quatre ONG — Greenpeace, Oxfam, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et Notre affaire à tous — s’est formée pour poursuivre l’État français en justice[1], afin de le contraindre à respecter la limite de 1,5° C de réchauffement climatique. Pour le lancement de cette procédure, elles ont organisé une campagne médiatique d’envergure, notamment sur les réseaux sociaux, où un clip vidéo tourné pour l’occasion est rapidement devenu viral. Clip vidéo dans lequel nos plus célèbres écolos, youtubeurs, et quelques célébrités ayant accepté de se prêter au jeu — profitant ainsi d’une belle occasion de verdir leur image — expliquent le comment et le pourquoi de ce procès, et tentent de recueillir un maximum de signatures. Nous voyons deux raisons pour lesquelles ce projet pourrait servir à quelque chose. [...]
Lire

Christophe Colomb, les Indiens et le progrès de l’humanité (Howard Zinn)

FRAPPÉS D'ÉTONNEMENT, les Arawaks, femmes et hommes aux corps hâlés et nus abandonnèrent leurs villages pour se rendre sur le rivage, puis nagèrent jusqu'à cet étrange et imposant navire afin de mieux l'observer. Lorsque finalement Christophe Colomb et son équipage se rendirent à terre, avec leurs épées et leur drôle de parler, les Arawaks s'empressèrent de les accueillir en leur offrant eau, nourriture et présents. Colomb écrit plus tard dans son journal de bord: