La guerre invisible (John Pilger — 2010)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pilger est un journaliste de nationalité Australienne, né à Sydney le 9 Octobre 1939, parti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et travaille comme correspondant pour nombre de journaux, comme The Guardian ou le New Statesman.
Il a reçu deux fois le prix de meilleur journaliste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Journalist of the Year Award). Ses documentaires, diffusés dans le monde entier, ont reçu de multiples récompenses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.
John Pilger est membre, à l’instar de Vandana Shiva et de Noam Chomsky, de l’IOPS (International Organization for a Participatory Society), une organisation internationale et non-gouvernementale créée (mais encore en phase de création) dans le but de soutenir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prônant des valeurs ou des principes comme l’auto-gestion, l’équité et la justice, la solidarité, l’anarchie et l’écologie.

Titre Ori­gi­nal : “The War You Don’t See”

Ce docu­men­taire est une cri­tique acerbe du rôle des jour­na­listes et des diri­geants des grands médias de masse, des prin­ci­pales chaines de télé­vi­sions notam­ment, qui sont lit­té­ra­le­ment ame­nés à agir comme de véri­tables agents de la pro­pa­gande gou­ver­ne­men­tale lors des cou­ver­tures média­tiques des guerres contem­po­raines, tan­dis que d’autres jour­na­listes et pho­to­graphes de presse, indé­pen­dants, sont en pre­mière ligne, confron­tés à des dan­gers inima­gi­nables, dont la mort, au nom de la liber­té de la presse.

Ce film dénonce la pro­pa­gande média­tique, télé­vi­sée et radio­pho­nique notam­ment, lors de l’invasion de l’Afghanistan, de l’Irak, et en ce qui concerne le conflit Israël/Palestine. John Pil­ger a inter­viewé des jour­na­listes de haut niveau et des diri­geants de médias au sujet de leur refus de don­ner l’antenne aux ins­pec­teurs d’armes et aux ana­lystes mili­taires des ser­vices de ren­sei­gne­ments qui contes­taient publi­que­ment les rai­sons offi­cielles de ces inva­sions militaires.

« Nous, les jour­na­listes, devons être suf­fi­sam­ment cou­ra­geux pour tenir tête à ceux qui cherchent à faire de nous les com­plices de la pro­mo­tion de leur nou­velle aven­ture san­glante au pays de quel­qu’un d’autre. Cela implique de tou­jours remettre en ques­tion l’his­toire offi­cielle, peu importe à quel point elle puisse sem­bler patrio­tique, et peu importe à quel point elle puisse être sédui­sante et insi­dieuse. Parce que la pro­pa­gande repose sur notre par­ti­ci­pa­tion dans les médias pour la pro­pa­ga­tion de ses men­songes, non pas vers un loin­tain pays, mais dans le nôtre propre. C’est très simple. En ces temps de guerre impé­ria­liste inces­sante, les vies d’innombrables hommes, femmes et enfants dépendent de la véri­té. Autre­ment, leur sang fini­ra sur nos mains. « Ne croyez jamais en rien, tant que cela n’a pas été offi­ciel­le­ment nié », a un jour dit le grand repor­ter Claud Cock­burn. En d’autres termes, ceux dont la fonc­tion consiste à éta­blir les faits devraient être la voix du peuple, et non celle du pouvoir. »

John Pil­ger


Sur You­Tube :

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
10 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

La technologie comme domination (par Miguel Amoros)

[...] La civilisation capitaliste place la production séparée au centre de la société; le pouvoir dépend de la production, la production dépend de la technologie, par conséquent le pouvoir dépend de la technologie. La technologie étant la principale force productive, le progrès social suit la logique du progrès technologique. Et comme le dit Ellul, la technologie n’est rien d’autre que le mode d’organisation du monde. Le pire de tous. La technique n’est pas neutre, elle ne l’est jamais. [...]
Lire

« Nous devons être plus courageuses » — la remise en question de « l’identité de genre » et le mutisme imposé au féminisme (par Meghan Murphy)

Les femmes qui remettent en question le discours portant sur « l’identité de genre » ont beaucoup été isolées sur les lignes de front au cours des dix dernières années. Les féministes libérales et progressistes ont souvent préféré la politique identitaire à l’analyse féministe, cela n’a donc rien d’étonnant. [...]
Lire

Henry David THOREAU — La désobéissance civile (extraits)

De grand cœur, j'accepte la devise : «Le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins» et j'aimerais la voir suivie de manière plus rapide et plus systématique. Poussée à fond, elle se ramène à ceci auquel je crois également: «que le gouvernement le meilleur est celui qui ne gouverne pas du tout» et lorsque les hommes y seront préparés, ce sera le genre de gouvernement qu'ils auront...