COP21 : le mot « décroissance » fait très peur au Figaro (par Thierry Sallantin)

Préface au texte : COP 21 : le mot « décroissance » fait très peur au Figaro.

Cette femme se nomme : Kar­men Rami­rez Boscàn

Elle est délé­guée de l’as­so­cia­tion des femmes de l’eth­nie Wayuu, groupe amé­rin­dien de Colom­bie confron­té à la plus grosse mine à ciel ouvert du monde : du char­bon des­ti­né à ali­men­ter des usines des­ti­nées à pro­duire de l’électricité.

Elle a cla­mé haut et fort :

« Nous ne vou­lons pas d’élec­tri­ci­té, nous n’en avons pas besoin » !

C’é­tait le same­di 10 octobre 2015 lors de la Table-Ronde de 16h30 à l’oc­ca­sion de la tra­di­tion­nelle jour­née annuelle de soli­da­ri­té avec les peuples amé­rin­diens des Amé­riques qu’or­ga­nise tou­jours l’as­so­cia­tion C.S.I.A.-Nitassinan, au moment du triste anni­ver­saire annuel de la pré­ten­due « décou­verte » des Amé­riques par Chris­tophe Colomb. Il était arri­vé le 12 octobre 1492 dans une île des Baha­mas, une de ces mul­tiples îles des Grandes et Petites Antilles peu­plées de groupes amé­rin­diens de langue « Ara­wak » : ce n’est qu’en 1930 qu’un lin­guiste décou­vri­ra qu’on n’a jamais par­lé le « caraïbe » aux îles « caraïbes », donc mal nommées.

On ne par­lait que l’A­ra­wak, le Caraïbe n’é­tant par­lé que sur le lit­to­ral véné­zué­lien, pour ce qui est le sec­teur le plus proche de ce cha­pe­let d’îles dont les peuples com­mer­çaient d’ailleurs avec ces par­ties caraï­bo­phones du conti­nent sud-américain.

En réédi­tant le dic­tion­naire du Père Bre­ton « Fran­çais-caraïbe », les édi­tions Kar­tha­la ont dû prendre la pré­cau­tion de publier en intro­duc­tion 60 pages de plu­sieurs lin­guistes et his­to­riens, pour mettre en garde le lecteur :

« Atten­tion ! Nous avons conser­vé le titre ori­gi­nal que por­tait cet ouvrage à la fin du XVIIème siècle, mais il s’a­vère que ce dic­tion­naire ne com­porte en réa­li­té que des mots de la langue ara­wak. Il n’y avait pas de « caraïbes » aux îles donc mal nom­mées « caraïbes » : il n’y avait que des per­sonnes s’ex­pri­mant dans les diverses langues de la famille lin­guis­tique ara­wak, une des 4 grandes familles lin­guis­tiques des langues d’A­mé­rique du Sud, avec le Tupi, le Gé et le Karib ou « Caraïbe ». »

Ima­gi­nons un dic­tion­naire « Russe-fran­çais » qui pré­ci­se­rait en introduction :

« Atten­tion, ce dic­tion­naire « Russe-fran­çais » ne contient aucun mot de Russe ! Il s’a­git en réa­li­té d’un dic­tion­naire « Hollandais-français » !

C’est pour­tant ce qui est arri­vé avec la langue arawak !

Et l’er­reur n’a jamais été cor­ri­gée. On conti­nue à par­ler des îles « caraïbes », au lieu de dire les Iles arawak.

Pire, des groupes poli­tiques issus de peuples arri­vés là avec la colo­ni­sa­tion, et donc au détri­ment des habi­tants de ces îles dont ils étaient les autoch­tones, groupes proches de ten­dance indé­pen­dan­tistes se targuent de « caraï­bi­té ». Mais que signi­fie ce mot « indé­pen­dance » ? Il fau­drait pré­ci­ser : « au sens « colon » du terme », comme l’ex­plique l’his­to­rien Marc Fer­ro, puis­qu’il n’y a jamais eu d’in­dé­pen­dance aux Amé­riques, il n’y a eu que des dis­putes entre euro­péens res­tés en Europe et euro­péens par­tis colo­ni­ser, jamais rapa­triés, et cou­pant les liens admi­nis­tra­tifs avec leur métro­pole euro­péenne d’o­ri­gine, sou­vent dans le but d’a­voir les mains encore plus libres pour mieux mas­sa­crer en déso­béis­sant par exemple aux ordres royaux venus de Londres ; pour ce qui est de cette colo­nie exter­mi­na­trice qui se nom­me­ra « États-Unis d’A­mé­rique », type d’in­dé­pen­dance-colon qui sera imi­tée par beau­coup d’autres colons par la suite, avec des situa­tions encore plus com­pli­quées lorsque ces colons seront des des­cen­dants d’A­fri­cains ins­tal­lés aux Amé­riques contre leur gré, puis déci­dant de res­ter sur la terre de leur exil même une fois leur libé­ra­tion du sta­tut d’es­clave obte­nue de force (Haï­ti) ou par fuite en forêt (Mar­ron­nage sur­tout au Suri­nam, et aus­si au Bré­sil où se crée­ront des répu­bliques noires auto­nomes sous le nom de « Qui­lom­bos » : celle de Palo­mares gar­de­ra son indé­pen­dance pen­dant un siècle, avant d’être enva­hie et vain­cue par les Por­tu­guais colons du Brésil…

Seul le mou­ve­ment orga­ni­sé par Mar­cus Gar­vey avec sa « Black Star Line » inci­te­ra les Noirs à reve­nir sur leur conti­nent d’o­ri­gine, en pro­fi­tant de l’a­bo­li­tion de l’es­cla­vage. On sait aus­si que deux pays d’A­frique seront les fruits de ces « retours » : La Sier­ra Léone et le Libé­ria, avec le para­doxe de l’i­nas­si­mi­la­bi­li­té des Noirs une fois vic­times de l’eth­no­cide, donc une fois séduits par l’oc­ci­den­ta­li­sa­tion avec au pas­sage la reli­gion des Blancs, le chris­tia­nisme, cen­sé être au ser­vice du seul vrai et unique Dieu !

De tels Noirs eth­no­ci­dés, évan­gé­li­sés, se com­por­te­ront en orgueilleux colons lors de leur retour en Afrique et auront une atti­tude pleine de mépris pour leurs frères noirs res­tés en Afrique, avec les valeurs africaines…

De tels Noirs eth­no­ci­dés sévissent en maints endroits des Amé­riques et se com­portent hélas sou­vent en alliés des Blancs contre les Peuples Autoch­tones, c’est à dire selon la défi­ni­tion de l’O.N.U., les peuples qui vivaient là avant l’ar­ri­vée des colons euro­péens, les­quels amè­ne­ront plus tard en guise de main‑d’œuvre sous divers sta­tut (esclaves, enga­gés, libres) des tra­vailleurs que les Euro­péens trans­por­te­ront de mul­tiples contrées : Blancs de l’Ir­lande en cours de conquête par les Anglais, Afri­cains, « coo­lies » d’A­sie, issus là-bas des zones occu­pées par les Anglais ou les Hol­lan­dais. On doit à ces der­niers le fait qu’au­jourd’­hui le Suri­nam soit le pre­mier pays musul­man d’A­mé­rique du Sud, puisque la main‑d’œuvre ame­née de Java et Suma­tra était de confes­sion musul­mane. Leurs des­cen­dants ont le pou­voir aujourd’­hui, avec de vifs conflits avec les des­cen­dants du mar­ron­nage, en langue créole fran­çaise : « Nèg-Mar­rons », et en créole anglo-hol­lan­dais : « Bushi-nen­gués » (« mar­ron » = mot qui vient de l’es­pa­gnol « cimar­ron » = fuir vers le som­met des mon­tagnes, « a cima », pour les esclaves fuyant les plan­ta­tions du lit­to­ral, même mot uti­li­sé déjà avant pour dési­gner le bétail qui s’é­chappe et devient auto­nome et sau­vage, par exemple en forêt (chèvres, porcs, bovins, che­vaux…)). Une guerre civile a eu lieu au Suri­nam de 1988 à 1992 à ce sujet. Le ministre des Armées de cette époque, Dési Bou­ter­sé, est un nar­co-tra­fi­quant (récep­tion de la cocaïne de Colom­bie, pistes d’a­via­tions clan­des­tines en forêt, je les ai visi­tées, et expor­ta­tion de cette drogue vers l’Eu­rope par les ports néer­lan­dais), tel­le­ment riche qu’il a pu payer ses élec­teurs et être élu pré­sident de la répu­blique du Suri­nam ! Il vend la forêt tro­pi­cale et réprime les habi­tants tra­di­tion­nels amé­rin­diens ou « Mar­rons » : sur­tout les Sara­ma­ka (livres de Richard et Sal­ly Price sur eux, mais leur livre excellent sur la Guyane fran­çaise, à la vie poli­tique tout aus­si glauque, « Equa­to­ria », n’a jamais été traduit !).

Pour mieux s’en­ri­chir par l’ex­por­ta­tion du bois tro­pi­cal, ce dic­ta­teur a auto­ri­sé les Chi­nois a ouvrir des bagnes en pleine forêt : des pri­son­niers chi­nois coupent la forêt sans être payés ! Un jour­na­liste de RFI que j’ai aler­té, Arnaud Jouve, a tour­né au prix d’é­normes risques un docu­men­taire sur ces bagnes, mais Green­peace-France, qui en a une copie refuse de signa­ler ce scan­dale : même étrange poli­tique pour ce qui concerne la Guyane fran­çaise, juste à côté. Green­peace Inter­na­tio­nal a don­né l’ordre de ne par­ler que du Bré­sil, car ce serait plus médiatique…

Après lec­ture des 60 pages d’in­tro­duc­tion au dic­tion­naire du Père Bre­ton, pour en savoir plus on lira le volume diri­gé par Neil Whi­te­head : « Wolf of the Sea », édi­té par l’u­ni­ver­si­té de Leiden…

N.B.

Ne jamais écrire « Amé­rique latine », sauf si vous êtes un adepte du géno­cide des Amé­rin­diens et un par­ti­san de la conti­nua­tion du plus grand géno­cide de tous les temps, puis­qu’en 1500, sur les 400 mil­lions d’hu­mains de la pla­nète à cette époque, ce sont 100 mil­lions d’A­mé­rin­diens qui dis­pa­raî­tront, soit le quart de l’hu­ma­ni­té (chiffres de l’École de démo­gra­phie de Berkeley).

L’A­mé­rique est amé­rin­dienne, et est encore sous le joug colo­nial, un joug colo­nial essen­tiel­le­ment anglo-saxon et ibé­rique. Encore aujourd’­hui, c’est 50% de la sur­face des conti­nents du monde qui est encore occu­pée par la colo­ni­sa­tion euro­péenne com­men­cée au XVI et XVIIème siècle : en plus des Amé­riques, ne pas oublier toute l’A­sie du Nord, enva­hie à par­tir des années 1600 par les Russes qui vont fran­chir l’Ou­ral, puis plus tard même le Behring…

Les Blancs sont encore roya­le­ment pré­sents dans leurs colo­nies de l’O­céan Paci­fique, par­fois en fai­sant croire que les autoch­tones n’existent plus : la « solu­tion finale » aurait réglé défi­ni­ti­ve­ment le pro­blème ! Mais c’est faux en ce qui concerne par exemple la Tas­ma­nie, et cette légende qui arrange les colons est même véhi­cu­lée dans l’actuel « Nou­veau Musée de l’Homme ». Or il existe des des­cen­dants des Tas­ma­niens, à par­tir des groupes que les mis­sion­naires avaient exi­lés sur les îles juste au nord de la Tas­ma­nie. Ils ont créé un mou­ve­ment poli­tique en vue de récu­pé­rer leur ter­ri­toire légi­time, la Tasmanie.

Il est pré­fé­rable de nom­mer les par­ties du monde avec des termes géo­gra­phiques plus neutres : dire Afrique du Sud, et non pas « Afrique anglo-saxonne », dire « Asie du Sud-est », et non pas « Asie his­pa­no-saxo-néer­lan­daise ».

On se gar­de­ra donc de dire pour tout ce qui est au sud du Rio Grande : « Amé­rique ibé­rique », terme qui com­men­çait à être uti­li­sé vers 1860, ce qui affo­le­ra Napo­léon III car il avait des vues sur le Mexique (l’af­faire Maxi­mi­lien), et c’est lui qui inven­te­ra l’ex­pres­sion « Amé­rique latine », car si la France n’est pas incluse dans l’I­bé­rie, elle peut se consi­dé­rer comme « latine » au même titre que l’Es­pagne et le Por­tu­gal, et donc pré­tendre être chez elle en « Amé­rique latine ».

La force de la diplo­ma­tie fran­çaise était telle dans la deuxième moi­tié du XIXe siècle que Napo­léon III gagne­ra la bataille séman­tique : il va réus­sir très vite à sub­sti­tuer à l’ex­pres­sion « Amé­rique ibé­rique » l’ex­pres­sion « Amé­rique latine ».

Pour nous, il convient de ne jamais uti­li­ser l’ex­pres­sion « Amé­rique latine » et de pré­fé­rer les expres­sions plus neutres : Amé­rique du Nord et Amé­rique du Sud.

On pour­ra par­fois être plus pré­cis et dire « Amé­rique cen­trale », pour tout ce qui est entre les U.S.A. et la Colom­bie : tous les petits États et le Mexique, les savants diront « Mésoa­mé­rique » !

Cette pré­cau­tion de lan­gage est hélas le cadet des sou­cis des gens qui se pensent de gauche et même par­fois anti­co­lo­nia­listes. On se rap­pel­le­ra de cette gauche mar­xiste qui, confor­mé­ment aux sou­haits civi­li­sa­teurs de Karl Marx lui-même, n’au­ra que mépris pour les Amé­rin­diens du Nica­ra­gua, lors de la mise en place de leur régime « révo­lu­tion­naire » ! L’eth­no­logue Robert Jau­lin se fera incen­dier par la gauche lors­qu’il aura l’au­dace de révé­ler les mesures eth­no­ci­daires prises par les marxistes !

Après tout, Marx saluait la vic­toire des colons anglo-saxons entrain de refou­ler les colons d’o­ri­gine espa­gnole plus loin au sud, hors de la Cali­for­nie, de la Flo­ride du Texas et du Nou­veau-Mexique, car pour lui, les colons du nord étaient plus aptes à mettre en place l’in­dus­tria­lisme dont il rêvait, que les « pri­mi­tifs mexi­cains ». Pour les mêmes rai­sons il saluait « l’œuvre civi­li­sa­trice » des colons anglais aux Indes, un pays pour lui encore au Moyen-Age, que la pré­sence euro­péenne pour­rait faire « ren­trer dans l’His­toire », comme dira plus tard Sar­ko­zy dans son dis­cours de Dakar !

A ce sujet voir sur inter­net mon texte : Le racisme ordi­naire de la Répu­blique de Jules Fer­ry à Nico­las Sar­ko­zy, et Qu’est-ce que l’é­co­lo­gie radi­cale, où je montre qu’en 1925 Léon Blum uti­li­se­ra encore la notion de « races supé­rieures » pour jus­ti­fier l’en­voi du maré­chal Pétain au Maroc pour répri­mer mili­tai­re­ment le sou­lè­ve­ment de Abd El Krim dans les mon­tagnes du Rif ;  et en 1952 le haut fonc­tion­naire Félix Gaillard van­te­ra les avan­tages de l’éner­gie ato­mique en arguant que s’y oppo­ser serait en res­ter au stade des pri­mi­tifs africains !

Pour Marx, le com­mu­nisme ne peut triom­pher que dans une socié­té moderne et indus­trielle, il faut donc au préa­lable que ce type de socié­té soit en place, pour qu’en­suite la pré­sence de nom­breux ouvriers exploi­tés enclenche la révo­lu­tion de ses rêves !

Voi­là en guise de pré­face quelques mises au point à pro­pos de la pré­sence de cette femme Wayuu, Kar­men Rami­rez Bos­can, amé­rin­dienne anti-élec­tri­ci­té, à Paris en octobre 2015…

COP 21 : le mot « décroissance » fait très peur au Figaro.

  • Le Figa­ro 4/11/2015 — Yves de Kerdrel :

« Le dan­ger qui pèse sur cette fameuse COP 21, c’est le mot « décrois­sance » qui com­mence à réap­pa­raître dans la bouche des aya­tol­lahs de l’é­co­lo­gie ». Com­ment vendre ce mal­thu­sia­nisme d’un autre siècle à une Europe où l’on compte actuel­le­ment pas moins de 23 mil­lions de chômeurs ? »

  • Le Figa­ro, édi­to­rial, pre­mière page, Lun­di 30 novembre 2015 — Gaë­tan de Capèle :

« Lignes rouges »

« Le som­met de la COP 21 sur le cli­mat qui s’ouvre aujourd’­hui à Paris se veut his­to­rique. Il ambi­tionne, ni plus ni moins, de trou­ver un accord contrai­gnant pour tous les pays, visant à limi­ter à 2° C la hausse de la tem­pé­ra­ture sur Terre d’i­ci à la fin du siècle.

Pour dire les choses fran­che­ment, cette loin­taine pers­pec­tive n’est pas la pre­mière pré­oc­cu­pa­tion des Fran­çais. Entre la mon­tée du ter­ro­risme isla­mique et une crise éco­no­mique inter­mi­nable, la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, si inquié­tant soit-il, paraît bien éloi­gnée des prio­ri­tés du moment. Sur­tout trai­tée à tra­vers une de ces grand-messes dont on pro­met tou­jours monts et mer­veilles, pour un bilan concret à ce jour plus que mai­gre­let. Ces consi­dé­ra­tions n’en­lèvent pour autant rien à la néces­si­té d’a­gir vite contre les causes du dérè­gle­ment cli­ma­tique. Der­rière ce phé­no­mène, cha­cun sait que se pro­filent des catas­trophes météo­ro­lo­giques, ain­si que des migra­tions mas­sives aux consé­quences géo­po­li­tiques incalculables.

Com­ment inter­rompre le cours des évè­ne­ments ? C’est là que les dif­fi­cul­tés com­mencent. Au moment où s’en­gage le grand mar­chan­dage pla­né­taire pour réduire les émis­sions de CO2, les lignes rouges à ne pas fran­chir pour la France s’im­posent d’elles-mêmes. La pre­mière serait de s’a­ven­tu­rer sur le che­min mor­ti­fère de la décrois­sance, où vou­draient l’en­traî­ner les voyous qui se sont déchaî­nés place de la Répu­blique, mais aus­si une par­tie de la majo­ri­té. Lorsque l’ac­ti­vi­té est déjà réduite à néant et le chô­mage au zénith, mieux vaut miser sur le déve­lop­pe­ment par l’in­no­va­tion que sur l’at­tri­tion. (1) La deuxième est celle de la fis­ca­li­té, où l’i­ma­gi­na­tion de la gauche est sans limite. Même avec une teinte d’é­co­lo­gie, plus aucune taxe nou­velle n’est accep­table dans le pays. La der­nière ligne rouge est celle du cava­lier seul, cette spé­cia­li­té fran­çaise qui consiste à char­ger notre sac pour l’exemple, en espé­rant que les autres sui­vront. Ce qui nous vaut aujourd’­hui de payer une « taxe Chi­rac » sur les billets d’a­vion et demain une taxe sur les tran­sac­tions financières.

Lut­ter contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique est sans nul doute une néces­si­té. Mais sans naïveté ! »

(1) = sou­li­gné par moi, T.S.

Preuve que l’on vise où cela fait mal en contes­tant fron­ta­le­ment la notion même de « croissance » !

Ne pas oublier la notion de « déve­lop­pe­ment », qui bloque toute prise en compte de la lutte pour réta­blir les équi­libres éco­lo­giques depuis au moins 1970, lors­qu’à la suite de la pre­mière confé­rence mon­diale sur les dan­gers pesant sur la bio­sphère, en sep­tembre 1968, à l’U­NES­CO (j’y étais!), confé­rence qui lan­ça le Pro­jet M.A.B. de l’O.N.U. (Man and Bio­sphère), et suite à l’offres de l’am­bas­sa­deur de Suède d’or­ga­ni­ser à Stock­holm le Pre­mier Som­met de l’O.N.U. sur l’en­vi­ron­ne­ment (il se tien­dra en juin 1972), avec l’i­dée de pro­gram­mer tous les 10 ans ce genre de Som­met, le der­nier ayant eu lieu à Rio en 2012, il est alors appa­ru dès 1970, lorsque Mau­rice Strong (décé­dé le 28 novembre der­nier, voir à ce sujet le billet de Nico­li­no sur son site,« Pla­nète sans visa » article sur « Cette funeste confé­rence cli­ma­tique… ») pren­dra les pre­miers contacts en vue de pré­pa­rer le Som­met de 1972, que le pro­blème vien­dra des nou­veaux états du Tiers-Monde obsé­dés par la notion de « déve­lop­pe­ment ».

Il ten­te­ra de trou­ver la parade au sémi­naire de Fou­nex, en Suisse, en juin 1971. C’est là qu’il sera déci­dé de séduire les États du Tiers-Monde enga­gés dans la course à l’i­mi­ta­tion du « mer­veilleux mode de vie occi­den­tal », en uti­li­sant désor­mais sys­té­ma­ti­que­ment dans les textes de l’O­NU le mot « déve­lop­pe­ment » tou­jours immé­dia­te­ment à côté du mot « envi­ron­ne­ment ».

Puis en 1983, l’homme d’af­faires Mau­rice Strong va créer la Com­mis­sion ONU « Envi­ron­ne­ment et déve­lop­pe­ment », d’où sor­ti­ra en 1987 le Rap­port Brundt­land, lequel réuti­li­se­ra l’ex­pres­sion inven­tée par les natu­ra­listes de UICN et WWF en 1980 : « sus­tai­nable deve­lop­ment », elle-même ima­gi­née alors pour rem­pla­cer celle d’I­gna­cy Sachs : « éco­dé­ve­lop­pe­ment », au sens de « déve­lop­pe­ment éco­lo­gique », qu’il lan­ça en 1972.

Mais en 2015, et tou­jours venant d’un des pays les plus féro­ce­ment mimé­tique, l’Inde,  comme en 1970, la demande, encore,  de ne pas être obli­gé de lut­ter contre la pol­lu­tion, les gaz à effets de serre, etc… tant que « l’A­me­ri­can Way of Life » n’est pas géné­ra­li­sée à l’in­té­rieur du pays :

le Pre­mier Ministre Naren­dra Modi déclare :

« La jus­tice exige qu’a­vec le peu de car­bone que nous pou­vons encore brû­ler en toute sécu­ri­té, les pays en déve­lop­pe­ment soient auto­ri­sés à croître »

L’Inde, troi­sième pol­lueur mon­dial, défend son droit au déve­lop­pe­ment : en 2015, sa crois­sance a dépas­sé celle de la Chine et base sa demande de conti­nuer sur cette lan­cée au nom de ses « 300 mil­lions de pauvres qui n’ont pas accès à l’élec­tri­ci­té ».

A ce rythme, ses émis­sions de gaz à effet de serre devraient dou­bler d’i­ci à 2030, mais au nom de la « jus­tice cli­ma­tique » (étrange notion qui enchante les milieux mar­xistes), sans jamais expli­quer ce que serait la jus­tice ou l’é­ga­li­té : tous égaux car tous équi­pés d’une BMW !? Quel mode de vie faut-il géné­ra­li­ser ? Quel mode de vie faut-il imi­ter ? Ne fau­drait-il pas rat­tra­per le mode de vie modeste du sar­cleur bur­ki­na­bé qui vit modes­te­ment avec des outils à main fabri­qués par l’ar­ti­san du vil­lage, avec des moyens simples ? En ce cas ce serait l’A­frique qui serait en avance, et les pays occi­den­taux qui seraient en retard sur le bon mode de vie éco­lo­gi­que­ment sou­te­nable et par­ta­geable équi­ta­ble­ment non seule­ment entre tous les humains, sans piller les res­sources de la bio­sphère, mais aus­si entre tous ces humains et toutes les autres espèces ani­males et végé­tales, grâce à un mode de vie à faible empreinte éco­lo­gique, garan­tis­sant la péren­ni­té des éco­sys­tèmes sau­vages néces­saires au confort des ani­maux libres. Voi­là ce qui serait la véri­table justice !

Mais ce Pre­mier Ministre clame :

« Les modes de vie de cer­tains ne doivent pas empê­cher les oppor­tu­ni­tés de ceux, nom­breux, qui sont encore à la pre­mière marche de l’é­chelle du développement »

Ce sont les pro­pos d’une per­sonne qui a été vic­time de l’eth­no­cide, c’est à dire vic­time de son état de membre de l’é­lite ins­truite, donc embour­geoi­sée, sou­vent issues d’une for­ma­tion reçue au cœur de la patrie colo­niale, à Oxford ou à Cam­bridge. Ces citoyens de l’Inde ont été convain­cus par cette ins­truc­tion (à relire comme une défor­ma­tion, un bour­rage de crâne, un effet de la pré­ten­due « œuvre civi­li­sa­trice ») de leur état de membres d’un peuple infé­rieur qui doit rat­tra­per la métro­pole mon­trée en modèle. L’eth­no­cide intro­duit le com­plexe  d’in­fé­rio­ri­té, la honte de pro­ve­nir de ce que le colon nomme avec mépris la « sau­va­ge­rie » et donc la néces­si­té pour l’in­fé­rio­ri­sé de se mettre en route vers la vie supé­rieure, la vie civi­li­sée, donc de s’oc­ci­den­ta­li­ser. Serge Latouche a rai­son de dire que le déve­lop­pe­ment n’est rien d’autre que l’occidentalisation !

Mais il y a par­fois de belles surprises :

Par exemple le 10 octobre 2015 à l’oc­ca­sion des trois jour­nées de soli­da­ri­té avec les peuples Amé­rin­diens orga­ni­sée par http://www.csia-nitassinan.org à Paris, salle Olympe de Gouges 15 rue Mer­lin 75011, la délé­guée des femmes du peuple amé­rin­dien Wayuù, venue de Colom­bie, Kar­men Rami­rez Boscàn, va décla­rer en évo­quant leur lutte contre la plus grande mine à ciel ouvert du monde, 69 000 hec­tares, une mine de char­bon des­ti­née à four­nir l’éner­gie à une usine thermo-électrique :

« Mais nous ne vou­lons pas d’élec­tri­ci­té ! nous n’en avons pas besoin ! »

Il fau­drait en par­ler à Jean-Louis Bor­loo qui pense remar­quable et admi­rable ses ini­tia­tives pour don­ner l’élec­tri­ci­té à tous les Africains !

Les Occi­den­taux croient tou­jours que leur mode de vie est supé­rieur, et for­cé­ment à généraliser !

Or on sait que c’est éco­lo­gi­que­ment impos­sible, et même pas sou­hai­table en termes de mode de vie épa­nouis­sant et tran­quille­ment agréable ! Le bon­heur est dans la vie simple, à taille humaine : rien à voir avec la déme­sure où mène la course à la com­pé­ti­ti­vi­té, ou la folie pro­mé­théenne de faire croire que le pro­grès consiste à se battre contre la nature et en tirer coûte que coûte le maxi­mum de « richesses », ce qui est hélas le pro­jet qu’ont en com­mun les idéo­lo­gies com­mu­nistes et capi­ta­listes sous le nom inven­té en 1824 par Saint-Simon : « l’in­dus­tria­lisme ». Puis, en 1837, Adolphe Blan­qui sera le pre­mier à par­ler de « révo­lu­tion indus­trielle », comme si on assis­tait à une phase déci­sive de la marche du pro­grès, une sorte de bond en avant !

On sait aujourd’­hui qu’il s’a­gis­sait en réa­li­té d’un for­mi­dable regrès, une baisse consi­dé­rable du sen­ti­ment de bon­heur. Les heures de tra­vail abru­tis­sant ne ces­sèrent par la suite d’aug­men­ter. Au bout de ce par­cours, il y aura un tel sen­ti­ment de mal-être que les « modernes » devien­dront d’é­normes consom­ma­teurs de sub­stances phar­ma­ceu­tiques pour « se sen­tir vaille que vaille « bien » » ou vont se jeter sur toutes les acti­vi­tés qui per­mettent de fuir le sen­ti­ment confus, indi­cible, que la vie est fina­le­ment absurde, en se ruant vers tout ce qui dis­trait et diverti.

Pour le seul bon­heur des com­mer­çants : un être mal­heu­reux est plus por­té à consom­mer, ache­ter n’im­porte quoi, qu’un être com­blé, épa­noui, heu­reux des petits riens qui font la richesse de la vie pauvre, volon­tai­re­ment sobre, car rem­plie de plé­ni­tude spi­ri­tuelle et de tran­quille et lente médi­ta­tion, ou de conver­sa­tions déten­dues au sein d’une vie convi­viale pleine de cha­leur humaine, de dou­ceur, d’a­mour, bref, le « temps de vivre », vrai­ment, dans une vie vil­la­geoise ou tri­bale où tout le monde se connait et vaque gen­ti­ment à ses occu­pa­tions trans­mises patiem­ment au fil des géné­ra­tions comme si le temps immo­bile appor­tait la sécu­ri­té en se conten­tant de trans­mettre des habi­tudes immémoriales.

Comme nous l’a dit à la Mai­son de l’A­mé­rique Latine, du Bou­le­vard Saint Ger­main à Paris, le sha­man Yano­ma­mi Davi Kopenawa :

« Nous, ce qu’on veut, c’est vivre comme avant et que rien ne change » !

Des pro­pos à faire ful­mi­ner de rage les apôtres de « l’His­toire » (mythe que se raconte les occi­den­taux !), les eth­no­logues anti-eth­nies Jean-Loup Amselle et Natha­lie Cuny (revue « Lignes » n° 34 et 35 et livre : « Langues à l’en­can » (2009)), dont l’in­jure favo­rite est le mot « essen­tia­liste » pour se moquer des « roman­tiques » qui pré­tendent aimer la vie « comme avant » ! C’est pour plaire à ce cou­rant que l’État a détruit trois musées natio­naux à Paris : le Musée de la Porte dorée des arts afri­cains et océa­niens, le musée des arts et cou­tumes pay­sannes ou « A.T.P. », et le musée de l’Homme où l’on pré­sen­tait les modes de vie immen­sé­ment variés des peuples tra­di­tion­nels du monde, en haut de la col­line du Trocadéro.

Pour avoir une idée de la mytho­lo­gie qui suinte de toutes les vitrines du nou­veau musée de l’Homme inau­gu­ré en octobre 2015, on lira de Wik­tor Stocz­kows­ki dans la revue « L’Homme » 1990, n° 116, p. 111–135 : « La pré­his­toire dans les manuels sco­laires, ou notre mythe des ori­gines ».

Thier­ry Sallantin

20 décembre 2015.


der­niers textes sur inter­net = Le musée de l’Homme ou la mise à mort du pas­sé.

Les racines his­to­riques de la catas­trophe cli­ma­tique qui se précise.

ce der­nier texte aus­si sous le titre : « Les peuples contre l’État : 6 000 ans d’é­vo­lu­tion tota­li­taire »

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La guerre c’est la paix ! La liberté c’est l’esclavage ! Les transfemmes sont des femmes ! (par Sian Sullivan)

L'affirmation « les transfemmes sont des femmes » (trans women are women) s'apparente au slogan du Parti imaginé par Orwell. Elle sème la pagaille dans des catégories élémentaires, comme nous allons le voir, tout en exposant une vérité concernant la réalité contestée vers laquelle la société contemporaine se dirige.
Lire

Des scientifiques sonnent l’alarme sur les dommages sans précèdent que subissent les forêts du monde

Les forêts du monde entier sont affectées par les humains – à la fois directement, par la déforestation et indirectement par le changement climatique, c’est ce qu’expliquent des chercheurs dans un numéro spécial du journal Science. Dans une série de comptes rendus de la dernière recherche sur l’état des forêts du monde, des scientifiques soulignent qu’elles sont loin d’être en état de faire face au changement climatique durant le cours de ce siècle.