Imposer le français, détruire les patois et les cultures locales, construire la France (par Eugen Weber)

Le texte qui suit est consti­tué d’extraits du livre d’Eugen Weber inti­tu­lé La fin des ter­roirs : la moder­ni­sa­tion de la France rurale (1870–1914). Il traite de la dif­fu­sion impé­ria­liste de la langue fran­çaise, de son expan­sion et de sa conquête du ter­ri­toire France, et de la construc­tion de la France en tant qu’État, plus généralement.


Les nom­breuses aca­dé­mies pro­vin­ciales qui consti­tuaient autant d homo­logues de l’A­ca­dé­mie fran­çaise, se consa­craient à la pro­pa­ga­tion du fran­çais ; mais elles fonc­tion­naient au milieu de popu­la­tions qui connais­saient fort peu cette langue ou l’ignoraient par­fois com­plè­te­ment. En 1726, l’a­ca­dé­mie de Mar­seille renon­ça à ses séances publiques, parce que les audi­teurs ne com­pre­naient pas la langue dans laquelle elles étaient menées. Les membres de ces aca­dé­mies devaient plu­tôt res­sem­bler a des étu­diants étran­gers appre­nant la langue et la lit­té­ra­ture fran­çaises : ils abor­daient la culture pari­sienne comme quelque chose qui n’ap­par­te­nait pas à leur lan­gage et à leur vie de chaque jour. Ils pou­vaient écrire en fran­çais, mais pen­saient dans leur propre langage.

[…] La diver­si­té lin­guis­tique n’avait jamais été dan­ge­reuse pour l’unité admi­nis­tra­tive. Mais on lui atta­cha de l’importance lors­qu’elle appa­rut comme une menace pour l’unité poli­tique — c’est-à-dire idéo­lo­gique. Tous les citoyens devaient com­prendre quels étaient les inté­rêts et les buts de la Répu­blique, décla­ra Bar­thé­le­my de Lan­the­mas à la Conven­tion en 1792. Sinon, il leur serait impos­sible d’y par­ti­ci­per puisque les outils néces­saires leur fai­saient défaut. Un régime qui cher­chait à ins­truire et inté­grer avait besoin d’un ins­tru­ment d’in­for­ma­tion et de pro­pa­gande effi­cace ; mais il pou­vait dif­fi­ci­le­ment en avoir un si la popu­la­tion igno­rait le fran­çais. En novembre 1792, un mois après le dis­cours de Lan­the­mas, le ministre de la Jus­tice créa un bureau pour tra­duire les lois et les décrets en alle­mand, en ita­lien, en cata­lan, en basque et en bas-breton.

Mais cela n’était qu’un expé­dient. L’idéal de la Révo­lu­tion visait à l’u­ni­for­mi­té et à la sup­pres­sion des par­ti­cu­la­rismes. « La réac­tion… parle bas-bre­ton », affir­maient avec insis­tance les jaco­bins. « L’unité de la Répu­blique exige l’unité du dis­cours… le dis­cours doit être un, comme la Répu­blique. » La plu­part des révo­lu­tion­naires étaient d’accord avec Lan­the­mas, lorsque celui-ci décla­rait que les diverses langues « n’ont aucune espèce de dis­tinc­tion et ne sont que des restes de la bar­ba­rie des temps pas­sés ». L’ab­bé Gré­goire expri­ma encore mieux cette idée quand il récla­ma l’élimination de la « diver­si­té d’idiomes gros­siers, qui pro­longent l’en­fance de la rai­son et la vieillesse des pré­ju­gés ». La Conven­tion applau­dis­sait à ces paroles. Elle édic­ta des lois des­ti­nées à abo­lir les dia­lectes, et à les rem­pla­cer par le lan­gage de la Répu­blique, « le lan­gage de la Décla­ra­tion des Droits ». Elle décré­ta que dans toute la Répu­blique, les enfants devaient apprendre « à par­ler, lire et écrire en langue fran­çaise », et que par­tout l’instruction devait être dis­pen­sée « en langue française ».

[…] Un État peu pré­oc­cu­pé de la diver­si­té lin­guis­tique, un catho­li­cisme presque indif­fé­rent à ce pro­blème étaient donc rem­pla­cés par une idéo­lo­gie qui conce­vait l’unité comme un bien posi­tif et qui recon­nais­sait dans le lan­gage un fac­teur impor­tant pour la réa­li­sa­tion de cette uni­té. Comme le comi­té de l’instruction pri­maire de Cahors le décla­rait en 1834, « l’u­ni­té poli­tique et admi­nis­tra­tive du royaume requiert de façon urgente l’unité de la langue dans toutes ses par­ties ». En tout cas, ajou­tait ce comi­té, les dia­lectes du Sud étaient des lan­gages infé­rieurs — point de vue que les siècles pas­sés avaient déve­lop­pé avec plus de dis­cré­tion, mais que les révo­lu­tion­naires avaient clai­ron­né, et que la pro­pa­gande didac­tique cher­chait désor­mais à répandre.

Apprendre le fran­çais au peuple c’était contri­buer à le « civi­li­ser », à l’intégrer dans un monde moderne supé­rieur. Félix Pécaut, l’apôtre de l’éducation pro­gres­siste sous la Troi­sième Répu­blique, expri­ma en 1880 le point de vue gra­dua­liste selon lequel le basque céde­rait bien­tôt la place à « un ordre supé­rieur de civi­li­sa­tion ». Le cri­tique lit­té­raire Fran­cisque Sar­cey avait de plus grandes pré­ten­tions encore : les Fran­çais — tous les Fran­çais — devaient par­ler le même lan­gage, « celui de Vol­taire et du Code, il faut que tous puissent lire le même jour­nal, par­ti de Paris, qui leur apporte les idées éla­bo­rées par la grande ville ». On ne sau­rait expri­mer plus clai­re­ment ce sen­ti­ment impé­ria­liste : la fran­co­pho­nie fit ses pre­mières conquêtes sur le sol natio­nal. Que l’extension du fran­çais ait en effet été per­çue comme une conquête, c’est ce qu’atteste la remarque d’Henri Bau­drillart selon laquelle la langue d’oc était en train de « céder à l’as­cen­dance de la langue des vain­queurs ». Les popu­la­tions locales étaient d’ac­cord : « La langue fran­çaise n’est pour nous qu’une langue impo­sée par droit de conquête », décla­rait l’his­to­rien mar­seillais Fran­çois Mazuy. Tou­te­fois, cette conquête fut lente. Un siècle après l’abbé Gré­goire, l’u­ni­té res­tait un but et une source de pré­oc­cu­pa­tion, comme en témoignent les appré­hen­sions expri­mées par le ministre de l’In­té­rieur en 1891 : les curés qui conti­nuaient à prê­cher en dia­lecte « pou­vaient mettre en dan­ger l’u­ni­té fran­çaise ». Le Dieu fran­çais a tou­jours été un Dieu jaloux. Il ne peut être ado­ré qu’en fran­çais, disait Ana­tole de Mon­zie dans sa fameuse cir­cu­laire de 1925, qui auto­ri­sait « le seul lan­gage fran­çais, dont le culte jaloux ne peut jamais avoir trop d’autels ».

[…] En tout cas, jusqu’à la Pre­mière Guerre mon­diale, le « lan­gage mater­nel fran­çois » de Fran­çois Ier n’était pas celui de la plu­part des citoyens fran­çais. Comme Arnold Van Gen­nep l’écrivait en 1911, « pour les pay­sans et les ouvriers, la langue mater­nelle est le patois, la langue étran­gère le français ».

[…] Il fal­lut beau­coup de temps avant que l’on cesse de pen­ser en patois. L’enfant patoi­sant connais­sait les oiseaux, les arbres et les cours d’eau par leurs noms locaux. Les noms fran­çais qu’il avait appris à l’école n’étaient jamais asso­ciés à des choses fami­lières, mais res­taient déta­chés, évo­quaient un domaine loin­tain des images abstraites.

[…] Un mot évoque une image, ou un groupe d’images, et on peut ren­con­trer de sérieuses dif­fi­cul­tés quand un mot fami­lier dans votre propre langue com­porte des conno­ta­tions toutes dif­fé­rentes dans une autre ; c’était le cas, par exemple, du mot ren­tier, qui, dans le Sud, ne dési­gnait pas un homme qui avait une rente et en vivait mais celui qui devait la payer. Même au niveau de la pure pra­tique, des pro­blèmes d’ajustement men­tal peuvent sur­gir quand un objet doté d’un genre ou d’une per­son­na­li­té par­ti­cu­lière dans une langue en reçoit d’autres par la tra­duc­tion. Gas­ton Bon­heur en cite un exemple frap­pant à pro­pos de la rivière Aude. Dans le patois local, la rivière n’était pas trai­tée comme un objet, mais comme une per­sonne. On n’employait pra­ti­que­ment jamais l’ar­ticle défi­ni à son pro­pos : on allait à Aude, on disait qu’Aude était haute, qu’Aude gro­gnait, et ain­si de suite. Il fal­lut un chan­ge­ment de men­ta­li­té total pour qu’on ajoute un petit article au nom de la rivière. Il n’est pas éton­nant que les enfants et les adultes aient eu des dif­fi­cul­tés à employer une langue qui n’é­tait pas seule­ment étran­gère en elle-même, mais qui pré­sen­tait aus­si une vision du monde étrangère.

[…] Le lan­gage est une tech­nique pour domi­ner la réa­li­té. Les dia­lectes locaux avaient maî­tri­sé le monde quo­ti­dien de l’ex­pé­rience pay­sanne, l’avaient per­son­ni­fié dans ses détails. Quand le par­ler urbain évin­ça les dia­lectes, le fami­lier devint étran­ger. Le par­ler nou­veau, les mots nou­veaux, les formes nou­velles ne per­met­taient pas de par­ti­ci­per aus­si aisé­ment et immé­dia­te­ment à des situa­tions que le temps et l’ha­bi­tude avaient ren­dues com­munes et fami­lières, et que les mots, si l’on peut dire, avaient éga­le­ment domes­ti­quées. Le nou­veau voca­bu­laire était plus abs­trait. Les valeurs et les idées qu’il véhi­cu­lait étaient plus exté­rieures ou dis­tantes. Il fal­lait faire un effort intel­lec­tuel pour réta­blir le contact avec les objets et les expé­riences. Ce besoin de réajus­te­ment pro­vo­quait une cer­taine timi­di­té (cette « sau­va­ge­rie » dont nous avons par­lé), non seule­ment dans l’expression en public, mais aus­si dans l’acceptation inté­rieure et pri­vée d’un nou­veau monde très dif­fé­rent de l’ancien.

« À pré­sent, disait le Père Gorse dans sa Cor­rèze de la fin du XIXe siècle, le pay­san n’a plus de lan­gage pour le ser­vir. Il a désap­pris le patois ; il manque même de mots pour expri­mer sa pen­sée. Et quand il les emploie, c’est de façon absurde. Il ne sait pas ce qu’ils dési­gnent. Le fran­çais dans lequel il a été bru­ta­le­ment jeté… lui fait oublier sa langue limou­sine, mais ne pénètre pas jusqu’à lui. »

[…] À quel moment la France est-elle deve­nue « une » ? C’est là chose bien connue. Qua­rante rois ont tra­vaillé dur à la tâche, mais c’est la Révo­lu­tion fran­çaise qui a fina­le­ment mené cette œuvre à bien : elle a abo­li les par­ti­cu­la­rismes locaux, par­ache­vé l’u­ni­té natio­nale la plus forte et la plus com­pacte qu’une nation ait jamais connue. Ain­si que Hip­po­lyte Taine l’affirmait dans sa pré­face aux Ori­gines de la Révo­lu­tion en France, en 1808 « tous les traits de la France [étaient] éta­blis et défi­ni­tifs ». C’est à peu de chose près ce qu’enseignaient les manuels sco­laires de la Troi­sième Répu­blique : un peuple, un pays, un gou­ver­ne­ment, une nation, une patrie. C’est ce qu’ont expo­sé sans relâche les his­to­riens, axiome rap­pe­lé par Albert Soboul : « La Révo­lu­tion fran­çaise a com­plé­té la nation, qui est deve­nue une et indivisible. »

***

Sauf que la réa­li­té est tout autre, comme le sou­ligne Eugen Weber par la suite :

[…] Lors de son voyage dans les Alpes fran­çaises, en 1846, Adolphe Blan­qui trou­vait des « popu­la­tions plus sous­traites à l’influence fran­çaise que celles des îles Mar­quises ». Quelque vingt ans plus tard, un voya­geur anglais, tra­ver­sant l’autre bout du pays, expri­mait des sen­ti­ments très sem­blables. Les habi­tants des Landes, écri­vait-il, « vivent sur le sol fran­çais, mais ne peuvent être appe­lés fran­çais. Ils parlent une langue aus­si inin­tel­li­gible pour un Fran­çais que pour un Anglais ; ils ne pos­sèdent aucune des carac­té­ris­tiques natio­nales — et fort peu, sans doute, de sang français ».

[…] Per­sonne, au XIXe siècle, n’a entre­pris la moindre enquête d’en­ver­gure sur la conscience natio­nale et sur le patrio­tisme. Les dis­cus­sions menées sur ce thème au début du XXe siècle se sont concen­trées exclu­si­ve­ment sur des groupes urbains — géné­ra­le­ment étu­diants. Les études ulté­rieures ne semblent pas non plus exhaus­tives. Les quelques maté­riaux que j’ai pu ras­sem­bler montrent la néces­si­té d’une étude plus sys­té­ma­tique. Tou­te­fois, ces maté­riaux, tels qu’ils sont, nous révèlent une nation très incom­plè­te­ment inté­grée. Le Sud-Ouest, l’Ouest et le Centre consti­tuent, une fois de plus, les prin­ci­paux bas­tions de résis­tance. Au XIXe siècle, les Basques étaient répu­tés ne par­ta­ger aucune affi­ni­té avec le reste de la France. « Fer­més aux influences du dehors », déplo­rait Félix Pécaut en 1880, ils n’avaient guère été tou­chés jusqu’alors par « l’action éman­ci­pa­trice du génie fran­çais ». A l’autre bout des Pyré­nées, où, en 1844, les Fran­çais étaient consi­dé­rés à l’égal de chiens, « le sang fran­çais n’était encore gref­fé que de façon incon­sis­tante sur la souche espagnole ».

[…] La Savoie, qui avait voté dans les années 1860 sa réunion avec la France, était à peine assi­mi­lée en 1870, comme le savaient bien sol­dats et fonc­tion­naires, trai­tés d’aventuriers étran­gers par ses habi­tants, et vic­times de « la haine injuste [des Savoyards] pour tout ce qui porte un nom fran­çais ». Les Savoyards com­bat­tirent cou­ra­geu­se­ment en 1870–1871, mais, « indé­pen­dam­ment du départ de quelques rares sol­dats », cette guerre impré­vue, avec sa défaite encore plus impré­vue, eut fort peu d’effet sur la vie locale : « Tout se pas­sait comme dans un rêve loin­tain. » Lorsque le rêve tour­na au cau­che­mar et que la menace d’une occu­pa­tion alle­mande com­men­ça à pla­ner, cer­tains groupes savoyards exi­gèrent des mesures radi­cales : une occu­pa­tion de troupes suisses, la rup­ture avec la France, une décla­ra­tion d’autonomie et de neutralité.

[…] Ain­si ce radi­cal de Saint-Julien, qui s’é­criait en 1873 : « A bas la France ! A bas les Fran­çais !… Nous détes­tons les Fran­çais. Il faut faire une révo­lu­tion pour s’en débar­ras­ser. » Conduit au tri­bu­nal pour avoir insul­té un gen­darme (« Je me fous de vous, vous êtes Fran­çais, je hais les Fran­çais, je ne l’ai jamais été et je ne le serai jamais »), l’homme fut seule­ment frap­pé d’une amende par des juges locaux bien dis­po­sés. Aucun espoir pour le patrio­tisme dans ce dépar­te­ment, se plai­gnait le pré­fet en 1874. Un subor­don­né voyait les choses avec plus de luci­di­té : il était encore trop tôt pour espé­rer que les Savoyards se sentent Fran­çais. Ce qui pou­vait s’ap­pli­quer, on l’a vu, tout aus­si jus­te­ment aux régions situées aux alen­tours de la Savoie. Là, aus­si, comme l’ont recon­nu les auteurs d’une récente étude sur les chan­ge­ments ruraux en Mau­rienne : « Ces hommes n’ont pas pu encore accé­der à une conscience natio­nale… La soli­da­ri­té subie avec l’É­tat ne les fait pas par­ti­ci­per aux tra­di­tions et au pro­jet com­mun qui défi­nissent une nation. »

[…] L’armée consi­dé­rait les popu­la­tions de manière très terre à terre : étaient-elles ami­ca­le­ment dis­po­sées ? Pou­vait-on en espé­rer de l’aide ? Ou bien s’at­tendre à des pro­blèmes ? Quelle était la meilleure façon de s’y prendre avec elles ? Étant don­né que leurs rap­ports n’é­taient pas des­ti­nés à être publiés, les offi­ciers pou­vaient s’ex­pri­mer en toute fran­chise et leurs juge­ments étaient géné­ra­le­ment dépour­vus d’illu­sions. Ain­si, dans les Pyré­nées, le patrio­tisme de la popu­la­tion locale ne serait pas lésé si son ter­ri­toire était annexé par l’Espagne, écri­vait un offi­cier : « Je ne les crois pas, en effet, assez fran­çais par le cœur » (1853). Et un autre, à Pont-de-Cé, dans la Maine-et-Loire, où l’on pou­vait trou­ver de bons com­bat­tants à la condi­tion qu’ils res­tent près de chez eux, décla­rait : « Ils sont encore Ange­vins et non Fran­çais » (1859). Le Corse, bien sûr, « a tou­jours sup­por­té impa­tiem­ment le joug de l’étranger ; ce n’est pas [notre] conquête qui l’at­tache à jamais à la France » (1860). Dans l’Hé­rault, « la popu­la­tion est peu patrio­tique en géné­ral », et « peu por­tée à faire des sacri­fices » (1862). « Jamais ce pays n’a été jus­qu’à pré­sent à même de mon­trer direc­te­ment son patrio­tisme, lit-on à pro­pos de l’Allier, et comme toutes les popu­la­tions cen­trales il en a peu » (1864).

Il ne fal­lait pas trop s’inquiéter d’un tel état de choses, mais se pré­pa­rer à prendre les mesures appro­priées. « Il n’y a pas de rai­son de craindre les habi­tants… Faciles à tenir par la peur » (Loi­ret, 1828). « Les pay­sans de la Brie sont timo­rés et peu rusés, et toute résis­tance de leur part serait faci­le­ment réduite » (Seine-et-Marne, 1860). Les habi­tants du Midi pos­sèdent « un sou­ve­nir de leurs liber­tés pas­sées qui les rend dif­fi­ciles », mal­ai­sés à manier, et réti­cents à obéir aux ordres ; « un déploie­ment de force suf­fi­ra néan­moins à bri­ser ces résis­tances » (Hérault, 1862).

[…] « Les gens de Limoges sont à la lois agres­sifs et lâches. Tous ceux de la ville et de la cam­pagne ont des sen­ti­ments patrio­tiques fort peu déve­lop­pés. » En cas de com­bats dans la région, on ne pour­rait pas comp­ter sur l’aide de la popu­la­tion (Haute-Vienne, 1873). Dans la val­lée de l’Indre, mal­heu­reu­se­ment, « l’esprit mili­taire et le patrio­tisme sont peu déve­lop­pés » (Indre-et-Loire, 1873). En des­cen­dant vers le Midi, la men­ta­li­té était encore pire. La popu­la­tion « manque com­plè­te­ment de patrio­tisme » ; non seule­ment elle n’accepterait aucun sacri­fice, mais elle n’hésiterait pas à pro­vo­quer des troubles (Hérault, 1874). Géné­ra­le­ment tout à fait hos­tile à l’ar­mée ; les troupes pou­vaient s’attendre à des dif­fi­cul­tés (Gard et Vau­cluse, 1877). Les choses n’avaient pas radi­ca­le­ment chan­gé depuis l’époque où les gens s’étaient oppo­sés à la conscrip­tion avec des fourches, ou s’étaient enfuis dans les col­lines. Certes, les condi­tions géné­rales ren­daient main­te­nant dif­fi­ciles de telles réac­tions, mais il y avait eu peu de chan­ge­ments dans les mentalités.

[…] « On n’a pas encore trou­vé le secret de faire une patrie sans des idées com­munes », sou­li­gnait Pecaut en 1879. Avant que cette com­mu­nau­té pût se réa­li­ser, il fau­drait plus de dra­peaux et plus d’instituteurs.

Les ins­ti­tu­teurs auraient à incul­quer en outre quelque chose d’encore inexis­tant, en fait une sorte de reli­gion : c’est-à-dire, pour reprendre les mots de Gam­bet­ta, qu’« il est un être moral auquel un homme] peut tout don­ner, tout sacri­fier, sa vie, son ave­nir, …et que cet être c’est… la France ».

[…] Un grand nombre de Fran­çais n’étaient pas conscients de for­mer une nation avant que les longues cam­pagnes d’éducation de la fin du XIXe siècle le leur aient appris et que leur propre expé­rience et le chan­ge­ment de leur condi­tion les aient convain­cus que cela avait un sens.

Fina­le­ment, on a recours à la force. Fina­le­ment, mais aus­si dès le début, et tout au long du pro­ces­sus. C’est la cen­tra­li­sa­tion, décla­rait Alexandre San­gui­net­ti, « qui a per­mis la construc­tion de la France mal­gré les Fran­çais, ou au milieu de leur indif­fé­rence… La France est une construc­tion poli­tique déli­bé­rée pour la créa­tion de laquelle le pou­voir cen­tral n’a jamais ces­sé de lut­ter ». Véri­té d’é­vi­dence, sans doute ; mais véri­té trop sou­vent oubliée.

E.J. Hobs­bawm se deman­dait récem­ment si la « nation » était la « ten­ta­tive de rem­plir le vide créé par le déman­tè­le­ment de la com­mu­nau­té et des struc­tures sociales anciennes ». En réa­li­té, cette asser­tion ren­verse l’ordre des faits, tout au moins en ce qui concerne la France. En France, la nation poli­tique de l’An­cien Régime fonc­tion­nait à côté de la com­mu­nau­té tra­di­tion­nelle et des struc­tures sociales exis­tantes. La nation idéo­lo­gique de la Révo­lu­tion, elle, se devait d’entrer en riva­li­té avec celles-ci. Elle n’a pas été inven­tée à par­tir de leur déman­tè­le­ment : son inven­tion impli­quait leur déman­tè­le­ment. Il est inté­res­sant, dans ce contexte, de lire les réflexions du socio­logue Mar­cel Mauss à pro­pos de l’injustice de l’impérialisme cultu­rel, d’un mou­ve­ment pan­ger­ma­niste ou pan­slave essayant d’imposer « une civi­li­sa­tion domi­nante à une socié­té com­po­site ». Mauss, qui est un homme culti­vé et humain, ne pense jamais que cette cri­tique pour­rait aus­si bien s’appliquer à la France.

Eugen Weber


Et pour­tant, c’est très pré­ci­sé­ment ce qu’il s’est pas­sé en France. Afin de construire la France, de venir à bout de l’é­di­fi­ca­tion de ce pro­jet monar­chiste, anti­dé­mo­cra­tique, enta­mé par « qua­rante rois », il a fal­lu la des­truc­tion, par la force et la pro­pa­gande (l’école, la sco­la­ri­sa­tion), « de la com­mu­nau­té et des struc­tures sociales anciennes ». Ce qui, comme le montre Eugen Weber, était ouver­te­ment for­mu­lé par dif­fé­rentes figures d’autorité.

Ce que ces extraits choi­sis font res­sor­tir, c’est tout cela. Ils rap­pellent ce fait sou­vent oublié ou pas­sé sous silence que la construc­tion de la France en tant qu’État (de même que la construc­tion de l’I­ta­lie, du Royaume-Uni, etc.), est un pro­jet roya­liste, impé­ria­liste, monar­chiste, mais jamais démo­cra­tique : les États modernes ne sont pas des construc­tions démo­cra­tiques, des éma­na­tions des volon­tés de tous les habi­tants des ter­ri­toires qu’ils occupent, mais tout l’in­verse. La France est l’autre nom du Royaume de France, l’I­ta­lie du Royaume d’I­ta­lie, le Royaume-Uni, eh bien, son nom est suf­fi­sam­ment expli­cite. Pour com­plé­ter ce texte d’Eu­gen Weber, vous pou­vez lire cet autre article :

https://www.partage-le.com/2018/08/de-la-royaute-aux-democraties-modernes-un-continuum-antidemocratique-par-nicolas-casaux/

Ou encore, celui-ci :

https://www.partage-le.com/2015/01/la-standardisation-du-monde-james-c-scott/

Print Friendly, PDF & Email
Total
18
Shares
1 comment
  1. Voi­ci ce que j’ai vécu à Poul­laouën, au centre du Finis­tère, entre 1955 et 1960. J’ai connu le fameux sym­bole. Celui qui l’a­vait le don­nait celui qu’il enten­dait par­ler le bre­ton. Quelle belle leçon de dénon­cia­tion orga­ni­sée par l’é­cole publique d’é­tat. Celui qui l’a­vait le soir était puni et res­tait copier 100 fois « je ne par­le­rai plus le bre­ton ». En ren­trant, apres deux ou trois kilo­mètres de che­mins boueux, il rece­vait sou­vent une tor­gnole car son père avait dû ren­trer les vaches à sa place.
    Pas moi, mon père était menuisier.
    On ne me par­lait que le fran­çais à la maison.
    C’est donc en cachette que j’ai appris le bre­ton en jouant aux billes der­rière la can­tine. Je n’ai jamais eu le sym­bole le soir. C’é­tait exci­tant de désobéir. 
    Vers 10 ans, j’ai fait mon coming out au cours d’une dis­cus­sion à table entre mes parents et des amis.
    C’é­tait en bre­ton. Je n’é­tais pas d’ac­cord avec ce qui se disait et je me suis réso­lu à inter­ve­nir en breton.
    Stu­pé­fac­tion de mes parents ! Comme si le ciel leur tom­bait sur la tête. Mais où a‑t-il appris???
    Au bout de quelques minutes, je crois qu’il étaient fiers car j’a­vais fait une bonne intervention…moi aus­si, j’é­tais fier, et sou­la­gé de ne plus devoir me cacher…sauf à l’école !!!!

    La start-up nation va vous faire le même sort. Envoyez des emails, et soyez au top. Allez‑y les gars !
    Mais, s’il vous plaît, pas de larmes ensuite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain (par Chris Hedges)

Parras et ceux qui vivent près de chez lui font partie des centaines de millions d’humains sacrifiés sur l’autel des exigences du capitalisme industriel. Ils sont, depuis la naissance, condamnés à subir la pauvreté, la maladie, la contamination toxique, et souvent, la mort prématurée. Ils sont obligés de s’agenouiller comme des captifs enchaînés, pour être tués sur l’autel du capitalisme au nom du progrès. [...]