Journée mondiale des Océans, 2016 : plus de poisons, moins de poissons…

La jour­née mon­diale des Océans, qui tombe chaque année le 8 juin, sert à rap­pe­ler aux gens le rôle extra­or­di­naire que jouent les océans dans nos vies à tous. Les mers sont le pou­mon de notre pla­nète, four­nis­sant la majo­ri­té de l’oxygène que nous res­pi­rons ; son cœur éga­le­ment, la pierre angu­laire des com­mu­nau­tés du monde entier.

Nos océans régulent le cli­mat, nour­rissent des mil­lions de gens chaque année, et abritent une vie sau­vage foisonnante.

Le thème de cette année est des océans sains, une pla­nète saine, et vise a sen­si­bi­li­ser le public quant aux pol­lu­tions plas­tiques. Le plas­tique est une menace grave, parce qu’il se dégrade len­te­ment et pol­lue donc les cours d’eau pen­dant long­temps. En plus, la pol­lu­tion plas­tique impacte lour­de­ment la san­té des ani­maux marins, en effet ces der­niers, zoo­planc­ton y com­pris, prennent les micro­billes de plas­tiques pour de la nourriture.

Un rap­port du Forum Éco­no­mique mon­diale, publié en Jan­vier 2016, estime que les océans contiennent actuel­le­ment plus de 150 mil­lions de tonnes de plas­tiques, et aver­tissent qu’il y aura plus de plas­tiques que de pois­sons dans les océans d’ici 2050.

Estuaire d’Es­te­ro de Vitas, Manilles, Philippines
Baie de Manilles, Philippines

 

Vil­lage d’An­quan, Pro­vince d’Hai­nan, Sud de la Chine

 

Chen­nai, Sud de l’Inde

 

Port de Kara­chi, Pakistan

 

Plas­tiques col­lec­tés par des pêcheurs, Naque­ra, dans l’Est de l’Espagne.

 

Vera­cruz, près de Pana­ma City, Panama

 

Dans le port de Marseille

 

Nord de Jakar­ta, Indonésie

 

Nord de Jakar­ta, Indonésie

 

Abid­jan, Côte d’Ivoire.

 

Dakar, Sene­gal

 

Dbayeh, près de Beyrouth

 

Dans le Golf du Mexique, grâce à BP…

 

Golf du Mexique tou­jours, grâce à BP, toujours.

 

Un volon­taire tente d’ai­der un oiseau, après un déver­se­ment, à Gole­ta, en Californie.

 

La sur­face du lagon de Rodri­go de Frei­tas, Rio de Janei­ro, Brésil.

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Lugubris Lamentatio (par Christophe Thro)

Il n’aura fallu que quelques jours pour passer d’une dédaigneuse insouciance à l’état de guerre sanitaire. L’immense orgueil d’une société mondialisée, d’une arrogance à ce point illimitée qu’elle s’approprie une ère géologique, l’anthropocène, sûre de sa maîtrise technologique, reposant sur une productivité démesurée, assurant une gestion millimétrée des flux de marchandises, convaincue de sa domination planétaire, est totalement bouleversé par une autre espèce vivante dont la taille se mesure en nanomètres.
Lire

La « civilisation », cette catastrophe (par Aric McBay / Thomas C. Patterson)

Le dénominateur commun, c'est le contrôle. La civilisation c'est la culture du contrôle. Une civilisation, c'est un petit groupe de gens contrôlant un large groupe via les institutions propres à cette civilisation. Si ces gens se trouvent au-delà des frontières de cette civilisation, alors ce contrôle prendra la forme d'armées et de missionnaires (des spécialistes religieux ou techniques). Si les gens à contrôler sont à l'intérieur des limites de la ville, de la civilisation, alors le contrôle pourra prendre la forme de militarisation domestique (la police, etc.). [...]