La fraude de la « Journée du souvenir trans » (par Nicolas Casaux)

Dans l’u­ni­vers trans, tout est faux, men­songe et/ou inver­sion. Un uni­vers de faussaire.

Pour faire annu­ler la confé­rence éco­fé­mi­niste orga­ni­sée par DGR et Flo­rai­sons et les inter­ven­tions de Caro­line Élia­cheff et Céline Mas­son (les autrices du livre La Fabrique de l’en­fant trans­genre, res­pec­ti­ve­ment pédo­psy­chiatre et psy­cha­na­lyste) qui devaient se tenir ce week-end, les mili­tants trans ont entre autres évo­qué le fait que ces évè­ne­ments, sup­po­sé­ment « trans­phobes », tom­baient lors du TDoR (Trans Day of Remem­brance), soit lors de la « Jour­née du sou­ve­nir trans », et que c’é­tait donc par­ti­cu­liè­re­ment mal­ve­nu, méchant, irres­pec­tueux pour la com­mu­nau­té trans.

La « Jour­née du sou­ve­nir trans », nous dit Wiki­pé­dia, « a lieu le 20 novembre dans le monde entier, pour com­mé­mo­rer les per­sonnes trans assas­si­nées pour motif trans­phobe, c’est-à-dire la haine des per­sonnes trans, et pour atti­rer l’at­ten­tion sur les vio­lences subies par les com­mu­nau­tés trans. La jour­née du sou­ve­nir trans a lieu le 20 novembre de chaque année en mémoire de Rita Hes­ter, tuée le 28 novembre 1998 à All­ston dans le Mas­sa­chu­setts, lors d’un crime de haine transphobe. »

Rita Hes­ter, un homme afro-amé­ri­cain tran­si­den­ti­taire (« femme trans »), a été tué un 28 novembre. Alors pour­quoi éta­blir la « Jour­née du sou­ve­nir trans » le 20 novembre ? Pour­quoi, sachant que le 20 novembre était déjà, depuis 1989, la « jour­née inter­na­tio­nale des droits de l’en­fant » (la Conven­tion inter­na­tio­nale des droits de l’en­fant ayant été adop­tée le 20 novembre 1989 par l’As­sem­blée géné­rale des Nations unies), et sachant qu’ils auraient pu choi­sir le 28 novembre (vu qu’il n’y a pas de jour­née inter­na­tio­nale ce jour-là) ?

Oups.

Autre pro­blème. Il est impos­sible d’af­fir­mer, comme le fait la page Wiki­pé­dia, que le meurtre de Rita Hes­ter était « trans­phobe ». Le meur­trier n’a jamais été retrou­vé. Son motif demeure incon­nu. En outre, le meurtre de Rita Hes­ter est, selon toute pro­ba­bi­li­té, lié au fait qu’il était pros­ti­tué. Le milieu prostitutionnel/proxénète est notoi­re­ment violent. Le pro­blème se situait donc sans doute à ce niveau-là.

(Et puis, la plu­part des agres­sions ou des meurtres dits « trans­phobes », quand ils ne sont pas liés à la vio­lence du milieu prostitutionnel/proxénète, relèvent sou­vent de l’ho­mo­pho­bie, de la les­bo­pho­bie ou du sexisme.)

Des mili­tants trans ont donc acca­pa­ré la jour­née inter­na­tio­nale des droits de l’en­fant (le 20 novembre), pour com­mé­mo­rer un meurtre ayant eu lieu un 28 novembre, et dont il est impos­sible de pré­tendre qu’il était trans­phobe. For­mi­dable. (Ins­tru­men­ta­li­ser la mort d’une per­sonne de cette manière, est-ce bien respectueux ?)

Par ailleurs, l’histoire de la créa­tion de la « Jour­née du sou­ve­nir trans » est peu claire. On apprend, sur Wiki­pé­dia et sur de nom­breux sites inter­net, que cette jour­née aurait notam­ment été créée par Gwen­do­lyn Ann Smith, un homme cali­for­nien qui se pré­tend femme, sur la base, évi­dem­ment, d’idées bien miso­gynes. Dans sa for­mi­dable bio­gra­phie (il fal­lait qu’il raconte sa vie, c’était vrai­ment très impor­tant), parue en 2017, il écrit par exemple : « Ce sont mes sen­ti­ments qui font de moi une femme. » Un détail qu’oublieront ou pas­se­ront bien vite sous silence les mili­tants trans. La miso­gy­nie intrin­sèque de l’idéologie trans, il ne faut pas en dis­cu­ter non plus, c’est transphobe.

Gwen­do­lyn Ann Smith
Gwen­do­lyn Ann Smith en cou­ver­ture de Vani­ty Fair

Et c’est entre autres choses en invo­quant cette « Jour­née du sou­ve­nir trans » que les tran­sac­ti­vistes sont par­ve­nus à faire annu­ler une inter­ven­tion de Céline Mas­son et Caro­line Élia­cheff, les autrices de La Fabrique de l’enfant trans­genre, qui devait se tenir le 20 novembre à Paris, soit à l’occasion de la « Jour­née inter­na­tio­nale des droits de l’enfant ». C’est donc en uti­li­sant un évè­ne­ment arti­fi­cielle (la « jour­née du sou­ve­nir trans »), venu éclip­ser un évè­ne­ment réel­le­ment impor­tant, éta­bli bien anté­rieu­re­ment (la « Jour­née inter­na­tio­nale des droits de l’enfant »), et en invo­quant toutes sortes d’arguments fal­la­cieux, d’injures, etc., bref, leur ter­ro­risme moral habi­tuel, qu’ils sont par­ve­nus à faire annu­ler la pré­sen­ta­tion des deux autrices.

Ce sont les enfants qui en pâtissent. Outre que les enfants sont de plus en plus nom­breux à être intro­duits, de plus en plus jeunes, aux idées absurdes qui com­posent le sys­tème de croyances qu’on appelle tran­si­den­ti­té, ils sont ensuite de plus en plus nom­breux à croire à ces idées, et donc à s’imaginer être « nés dans le mau­vais corps », à s’imaginer ne pas avoir le bon genre ou le bon sexe, et à entre­prendre des par­cours de médi­ca­li­sa­tion lourde, impli­quant des muti­la­tions de leurs corps sains et par­fois une dépen­dance à vie à l’industrie médico-pharmaceutique.

Et de tout ça, il ne faut sur­tout pas dis­cu­ter. Transphobie.

La « Jour­née du sou­ve­nir trans » ne vise pas juste à déplo­rer des morts et des agres­sions et à ten­ter d’en évi­ter à l’a­ve­nir — ce qui serait tout à fait légi­time. Elle s’ins­crit dans le cadre d’un vaste appa­reil de pro­pa­gande ser­vant à nor­ma­li­ser un sys­tème de croyances et les pra­tiques qui vont avec et à faire taire toutes les cri­tiques qui peuvent s’é­le­ver à leur encontre.

Nico­las Casaux

P.S. : Pour pro­lon­ger la réflexion sur ce thème de la « Jour­née du sou­ve­nir trans », il y a ce très bon article publié l’an der­nier (2021) sur le site fémi­niste radi­cal RadCaen.fr :

Les chiffres de la Jour­née du Sou­ve­nir Trans 2021

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
1 comments
  1. Peut-être aus­si pour être **avant** la Jour­née inter­na­tio­nale pour l’é­li­mi­na­tion de la vio­lence à l’en­contre des femmes, qui est le 25 novembre…?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Leurs virus, nos morts (par Pièces et Main d’Oeuvre/PMO)

Les idées, disons-nous depuis des lustres, sont épidémiques. Elles circulent de tête en tête plus vite que l’électricité. Une idée qui s’empare des têtes devient une force matérielle, telle l’eau qui active la roue du moulin. Il est urgent pour nous, Chimpanzés du futur, écologistes, c’est-à-dire anti-industriels et ennemis de la machination, de renforcer la charge virale de quelques idées mises en circulation ces deux dernières décennies. Pour servir à ce que pourra. [...]