Les illusions vertes : brûler des forêts (ou des monocultures d’arbres) pour l’électricité

La plu­part des gens asso­cient la pro­duc­tion d’énergie soi-disant « renou­ve­lable » (ou « verte ») à des pan­neaux solaires et à des éoliennes. Par­fois aux bar­rages et à la pro­duc­tion hydro­élec­trique. Mais ce que l’on sait moins — au-delà du fait que la fabri­ca­tion et la main­te­nance des pan­neaux solaires, des éoliennes et des bar­rages n’a rien de sou­te­nable ou d’écologique, en rai­son des extrac­tions minières (et des pol­lu­tions et des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales asso­ciées) de matières pre­mières non-renou­ve­lables qu’elles requièrent, du carac­tère tout aus­si des­truc­teur et insou­te­nable du sto­ckage et de l’acheminement de l’énergie, et d’autres per­tur­ba­tions éco­lo­giques spé­ci­fiques à ces trois modes de pro­duc­tion d’électricité — c’est que la prin­ci­pale source de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » en Union Euro­péenne cor­res­pond à l’incinération de biomasse.

En effet, les cen­trales à bio­masse pro­duisent 63% de l’éner­gie dite « renou­ve­lable » que pro­duit l’U­nion Euro­péenne, sui­vies par les cen­trales hydro­élec­triques (17%), puis par l’éolien (11%) et enfin par le solaire (6%).

Par bio­masse (« bio­com­bus­tibles »), l’Union Euro­péenne entend, prin­ci­pa­le­ment, des « pro­duits » issus de « l’agriculture et de la fores­te­rie », des « déchets végé­taux » issus de « l’agriculture et de la fores­te­rie », des « déchets végé­taux » issus de « l’industrie agroa­li­men­taire », et des « déchets de bois ».

En France, le bois est l’énergie dite « renou­ve­lable » la plus uti­li­sée. En effet, le « bois éner­gie » repré­sente 40% du mix éner­gé­tique « renou­ve­lable », loin devant l’hydraulique (20%), l’éolien (8%) ou le pho­to­vol­taïque (3%).

C’est-à-dire qu’afin de pro­duire de l’énergie « verte », des arbres, des « déchets » fores­tiers et toutes sortes de maté­riaux orga­niques sont brû­lés dans des cen­trales, en quan­ti­té massive.

Même un site web aus­si cor­po­ra­tiste que le Busi­ness Insi­der com­prend l’absurdité d’une telle pra­tique : le 23 décembre 2015, il publiait un article inti­tu­lé « Le plan pour les éner­gies ‘renou­ve­lables’ de l’Europe détruit actuel­le­ment les forêts des États-Unis », où l’on apprend que l’Europe, en 2014, a impor­té 4 mil­lions de tonnes de « gra­nu­lés de bois » issus de coupes fores­tières aux USA, afin de les brû­ler en tant que « bio­com­bus­tible », dans des cen­trales à bio­masse, pour pro­duire de l’élec­tri­ci­té (« renou­ve­lable »).

Quelques pas­sages de l’article en question :

« En rai­son d’une lacune dans la comp­ta­bi­li­té du car­bone, l’Union Euro­péenne qua­li­fie cette élec­tri­ci­té géné­rée par le bois de « neutre en car­bone », bien que des études indiquent qu’elle s’avère nui­sible pour l’environnement, sur le court terme. […] 

Une étude par don­nées satel­lites, publiée dans la revue Science en 2013, montre qu’entre 2000 et 2012 la défo­res­ta­tion dans le Sud-Est des États-Unis a été 4 fois plus impor­tante que la défo­res­ta­tion des forêts tro­pi­cales d’Amérique du Sud, et qu’environ 1/3 des forêts du Sud-Est ont été soit abat­tues soit mises en reboi­se­ment durant cette période.

« Le Sud-Est des US est une zone d’exploitation d’arbres », explique Mat­thew Han­sen, un pro­fes­seur de géo­gra­phie à l’université du Mary­land, à Cli­mate Cen­tral. « Cela au niveau mon­dial. Il s’agit d’un usage super-inten­sif. »

Cette bio­masse repré­sente aujourd’hui la pre­mière source d’énergie « renou­ve­lable » de l’Union Euro­péenne. Cela peut être catas­tro­phique, puisque l’enquête de Cli­mate Cen­tral révèle que les cen­trales à bio­masse réchauffent l’atmosphère plus vite que les cen­trales à charbon.

Le Royaume-Uni, qui a reçu presque les ¾ des expor­ta­tions de gra­nu­lés de bois États-unien en 2014, compte tirer 15% de son éner­gie à par­tir d’énergies « renou­ve­lables » d’ici 2020. Et le pays uti­lise de plus en plus de bio­masse pour atteindre cet objectif.

La demande en gra­nu­lés de bois des cen­trales anglaises a ain­si par­ti­ci­pé à l’augmentation de 150 % de la pro­duc­tion de gra­nu­lés aux États-Unis ces trois der­nières années. Prises ensemble, les cen­trales à bio­masse de Grande-Bre­tagne néces­sitent 60 mil­lions de tonne de bois par an. C’est envi­ron sept ou huit fois la pro­duc­tion annuelle des forêts du Royaume-Uni.

En France, même ten­dance, puisqu’une nou­velle cen­trale à bio­masse, ins­tal­lée par la Com­pa­gnie pari­sienne de chauf­fage urbain (CPCU) à Saint-Ouen, près de Paris, a été inau­gu­rée jeu­di 10 mars 2016. Cinq grands silos de bois accueillent des gra­nu­lés de bois ache­mi­nés par des wagons sur rails : deux trains pour 1 300 tonnes quo­ti­diennes pour l’a­li­men­ta­tion des centrales.

Une gale­rie d’un kilo­mètre relie la plate-forme bio­masse à la cen­trale de CPCU située à l’opposé de la ZAC des docks. Puis le char­bon est ame­né et mélan­gé aux gra­nu­lés quelques mètres avant l’en­trée dans le brû­leur. Car cer­taines chau­dières ne sont pas encore com­pa­tibles au tout-bio­masse. « Nous sommes pour le moment à 50–50, mais nous allons ten­ter de pas­ser à 60% de bio­masse, explique le pré­sident de CPCU, Fré­dé­ric Mar­tin. Le pro­chaine objec­tif est de sup­pri­mer la seconde moi­tié du char­bon de notre mix éner­gé­tique. »

Les gra­nu­lats de bois, déjà séchés et « étu­vés », arrivent par bateau des États-Unis puis sont ache­mi­nés par train de Rouen à Saint-Ouen. Car la filière bois fran­çaise n’a pas pu répondre favo­ra­ble­ment à l’appel d’offres de CPCU. « Nous avons besoin de 140 000 tonnes de gra­nu­lés chaque année, alors qu’en France nous ne pou­vions en avoir que 40 000 tonnes pour un prix plus éle­vé de 30%, détaille Marc Bar­rier, direc­teur géné­ral de CPCU. Nous lan­ce­rons un nou­vel appel d’offres en avril 2017 pour prendre le relais d’approvisionnement en 2019, et nous espé­rons que la filiale fran­çaise pour­ra en être. »

« Toute la région pari­sienne se met au vert », peut-on lire, entre autres réjouis­sances et louanges des « éner­gies renou­ve­lables ».

L’exemple de la cen­trale de Gar­danne (Bouches-du-Rhône) qui a démar­ré son acti­vi­té en 2015 l’illustre éga­le­ment. Cette cen­trale à char­bon fran­çaise a été recon­ver­tie en cen­trale à bio­masse par l’industriel alle­mand E.On. L’État fran­çais, finan­ceur du pro­jet, avait ini­tia­le­ment exhor­té E.On à limi­ter les impor­ta­tions de bois pour faire mar­cher la filière bois fran­çaise. Mais face à l’opposition locale, l’industriel va devoir s’approvisionner ailleurs.

En effet, la demande déme­su­rée de bois (450 000 tonnes à plein régime, alors que la récolte de la région est de 370 000 tonnes !) désta­bi­lise les filières locales de bois éner­gie et plu­sieurs col­lec­ti­vi­tés locales ont dépo­sé un recours contre l’autorisation d’exploitation de la cen­trale. Résul­tat : la cen­trale de Gar­danne va lar­ge­ment tour­ner à par­tir de bois impor­té du Cana­da et d’Ukraine, s’indigne SOS forêt du Sud, une asso­cia­tion qui lutte contre le projet.

Peu importe que ce ne soit plus les « déchets » de bois que les indus­tries uti­lisent, mais des arbres entiers. Et peu importe qu’il n’existe pas de « déchets » de bois pour com­men­cer, puisque toute la matière orga­nique, même « morte », devrait ser­vir à nour­rir l’écosystème dont elle est issue ; et qu’en l’en pri­vant, on l’appauvrit.

De manière spo­ra­dique et soi­gnée, à petite échelle, il est pos­sible de consom­mer les res­sources d’un éco­sys­tème, à condi­tion qu’on lui rende en retour. De manière inten­sive, régu­lière, voire crois­sante, à échelle indus­trielle, et mas­sive, ce serait détruire l’écosystème, contrai­re­ment à ce qu’affirme un infor­ma­teur du Guar­dian, membre d’une ins­ti­tu­tion de l’UE, dans un article récem­ment publié par le quo­ti­dien britannique.

Dans un autre article publié sur le site du Guar­dian en novembre 2016, inti­tu­lé « Les forêts pro­té­gées d’Europe échouent à atteindre les objec­tifs ‘renou­ve­lables’ fixés par l’UE », on apprend éga­le­ment que :

« D’après une enquête de l’ONG Bird­life, à tra­vers toute l’Europe, des forêts pro­té­gées sont abat­tues de manière irré­flé­chie afin que l’Union Euro­péenne atteigne ses objec­tifs de pro­duc­tion d’énergie renouvelable. »

Dans la suite de l’ar­ticle, une source du Guar­dian ajoute que « Dans un éco­sys­tème fores­tier où 30% [de la bio­masse] est com­po­sée de rési­dus, vous pou­vez les pré­le­ver [sans aucun pro­blème]. Mais si votre demande dépasse ce taux, vous n’avez plus le choix. Vous devez cou­per plus de forêt. C’est aus­si simple que ça. »

Allez dire ça à n’importe quelle per­sonne ayant des connais­sances sur les cycles de vie des forêts, et vous com­pren­drez à quel point cette affir­ma­tion est fausse.

Le bois mort, les « débris » ligneux (aus­si appe­lés « réma­nents »), repré­sentent un maillon impor­tant de l’écosystème fores­tier, leur  décom­po­si­tion per­met d’enrichir le sol et aide à conser­ver son humi­di­té. Ces débris servent éga­le­ment d’abri, de lieu de repro­duc­tion et de source d’alimentation pour les insectes et la petite faune.

Mais tout cela n’in­té­resse guère les indus­triels, et l’ONF (l’of­fice natio­nal des forêts) se plie à leur demande. C’est ain­si que son direc­teur, Chris­tian Dubreuil, déclare que « Les indus­triels ne veulent plus de gros bois. Cela ne sert à rien d’ac­cu­mu­ler du vieux bois en forêt. »

Plu­sieurs expres­sions euphé­mis­tiques dési­gnent le fait de voler aux forêts la matière orga­nique qui lui appar­tient (afin de la brû­ler pour pro­duire de l’électricité indus­trielle), dont celle du « pré­lè­ve­ment des réma­nents ». En France, plu­sieurs agences gou­ver­ne­men­tales, aux noms sérieux et ras­su­rants, s’attèlent à l’importante tâche de jus­ti­fi­ca­tion et de ratio­na­li­sa­tion de cette pra­tique (tou­jours, évi­dem­ment, selon une sorte de maî­trise pré­ten­due mais fina­le­ment ima­gi­naire), dont L’ADEME (Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie), l’IDF (Ins­ti­tut pour le déve­lop­pe­ment fores­tier), et l’INRA (Ins­ti­tut natio­nal de la recherche agronomique).

Dans leurs dif­fé­rentes études visant à savoir si le pillage des forêts, par­don, le « pré­lè­ve­ment des réma­nents », était une bonne chose, elles s’emploient, avec des pin­cettes, à édul­co­rer ou alam­bi­quer leurs trou­vailles, ce qui donne des for­mu­la­tions comme « les pra­tiques de récolte des réma­nents ont des effets poten­tiel­le­ment impor­tants sur la bio­di­ver­si­té fores­tière », ou « Les pra­tiques connexes à la  mobi­li­sa­tion des réma­nents ont des impacts poten­tiels impor­tant sur la bio­di­ver­si­té », ou encore « la récolte des réma­nents a un effet dépres­sif sur la crois­sance des essences objec­tifs, si rien n’est entre­pris pour com­pen­ser les expor­ta­tions miné­rales. » En clair, ils concluent sans conclure, à l’aide d’une nov­langue de « spé­cia­listes », que ce pillage des forêts leur nuit.

C’est pour cette rai­son, et pour d’autres, que le col­lec­tif SOS Forêt s’in­surge contre la mul­ti­pli­ca­tion des « gros pro­jets indus­triels bois éner­gie ni éco­lo­gi­que­ment ni socia­le­ment res­pon­sables », et nous aver­tit de ce que « le bois devient l’objet d’une spé­cu­la­tion inédite ».

Dans un article publié en 2014, inti­tu­lé « La forêt en dan­ger d’industrialisation », le site web Repor­terre nous met­tait en garde contre « une ges­tion pro­duc­ti­viste et indus­trielle de la forêt », que lais­sait entre­voir « Le pro­jet de loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. » Nous y sommes, c’est chose faite (et depuis long­temps déjà).

Une autre idée fausse sur laquelle se base l’ex­ploi­ta­tion fores­tière indus­trielle est que la sur­face des forêts aug­mente, et qu’on peut donc les exploi­ter de plus en plus. Dans l’ar­ticle de Repor­terre pré­cé­dem­ment men­tion­né, Régis Lin­de­perg, de l’as­so­cia­tion Adret Mor­van, nous explique que « C’est vrai, il y a de plus en plus de forêts. Mais avec des arbres de plus en plus petits et jeunes. La France a le plus faible volume de bois à l’hectare d’Europe. »

On se retrouve donc en France, avec une ges­tion fores­tière indus­trielle pri­vi­lé­giant les mono­cul­tures d’arbres et empê­chant le retour des forêts anciennes, ces hauts lieux irrem­pla­çables de la pré­ser­va­tion de la biodiversité.

(Un aper­çu de la pagaille mon­dia­li­sée qu’est le com­merce du bois au sein de la socié­té indus­trielle : une large par­tie du bois cou­pé en France est expor­té vers la Chine, qui nous le ren­voie sous forme de pro­duits trans­for­més. La France importe du bois sous forme de gra­nu­lés depuis les USA, l’U­kraine et le Cana­da. 40% du bois tro­pi­cal impor­té en France depuis l’A­frique (Congo, Came­roun, Gabon, Gui­née) a été cou­pé illé­ga­le­ment. 75% de la pro­duc­tion de bois d’Afrique est expor­tée en Chine. La France importe et exporte du bois depuis et vers dif­fé­rents pays d’Eu­rope, dont l’Es­pagne, l’I­ta­lie, la Fin­lande, mais aus­si depuis et vers la Rus­sie. Et ce n’est là qu’un aper­çu lar­ge­ment non-exhaus­tif. Tout ce com­merce mon­dia­li­sé de bois est pro­fon­dé­ment anti­éco­lo­gique, vous l’i­ma­gi­nez bien ; la situa­tion des forêts en Afrique, en Asie et en Amé­rique n’est plus à décrire, et empire régu­liè­re­ment ; on est à des années lumières du local, du rai­son­né, et de tous les prin­cipes per­ma­cul­tu­rels.)

Non seule­ment, donc, comme l’article du Guar­dian le sou­ligne, les forêts d’Europe sont exploi­tées plus vite qu’elles ne se régé­nèrent et la demande en bio­masse ne va faire que grim­per dans les années à venir, mais, en plus, la pra­tique consis­tant à piller les forêts (ou mono­cul­tures d’arbres) et à en brû­ler le bois en cen­trales pour pro­duire de l’électricité, n’a, de toute manière, rien d’écologique (ain­si que la pra­tique consis­tant à rem­pla­cer les forêts anciennes par des plan­ta­tions constam­ment nou­velles). D’au­tant moins lorsque le bois dont on parle est issu d’un tra­fic com­mer­cial hau­te­ment mon­dia­li­sé lui-même tout sauf éco­lo­gique, et que l’on sait ce que cette élec­tri­ci­té va ser­vir à ali­men­ter (chauf­fage, certes, très bien, mais de bâti­ments fina­le­ment pas plus éco­lo­giques que ces pra­tiques ; et chauf­fage de foyers de familles indus­trielles modernes, avec toutes les pra­tiques anti­éco­lo­giques quo­ti­diennes que cela implique, et avec leur lot de télé­vi­sions, de smart­phones, d’or­di­na­teurs por­tables, et autres gad­gets élec­tro­niques psy­cho­lo­gi­que­ment nocifs eux aus­si issus de pra­tiques pol­luantes et des­truc­trices de l’en­vi­ron­ne­ment).

Cette exploi­ta­tion indus­trielle des forêts du monde — ces éco­sys­tèmes vitaux pour la vie telle que nous la connais­sons — est en train de les tuer, et tous ceux qu’elles abritent. Désor­mais au nom d’un déve­lop­pe­ment « durable » et d’une pro­duc­tion d’éner­gie « renou­ve­lable », mais tou­jours pour ali­men­ter l’ap­pé­tit insa­tiable d’une civi­li­sa­tion mortifère.

Col­lec­tif Le Partage

Nous vous conseillons, en com­plé­ment, de vision­ner (gra­tui­te­ment) le docu­men­taire « Menaces sur la forêt fran­çaise », encore en ligne actuel­le­ment, sur Vimeo.


P.S. : Bien évi­dem­ment, nous n’a­bor­dons pas dans cet article les impacts de la pro­duc­tion d’éner­gie à par­tir de com­bus­tibles fos­siles ou de nucléaire, qui sont tout aus­si nocifs, ou pires. L’ob­jet était de sou­li­gner qu’au­cune pro­duc­tion d’électricité indus­trielle n’est sou­te­nable, pas même celle que les médias grand public, les cor­po­ra­tions et les poli­ti­ciens pré­sentent comme « renou­ve­lable » ou « verte ».

Nous n’a­bor­dons pas non plus la pro­duc­tion d’éner­gie à par­tir de « bio­car­bu­rants », qui repré­sente une par­tie impor­tante de la pro­duc­tion d’éner­gie mon­diale à par­tir de « bio­masse », et qui désigne le fait d’utiliser des terres arables pour faire pous­ser des plantes qui pour­raient ser­vir de nour­ri­ture (maïs, canne à sucre, soja, col­za et pal­miers à huile) de manière agro-indus­trielle (c’est-à-dire en détrui­sant les sols) afin de faire fonc­tion­ner des machines. Il s’a­git, bien évi­dem­ment, d’une absur­di­té criminelle.

 

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
34
Shares
10 comments
  1. Rem­pla­cer les forêts anciennes par des plan­ta­tions nou­velles est la pire des solu­tions, les arbres nou­veaux pour leurs crois­sances pompent les élé­ments nutri­tifs de la terre en grande quan­ti­té contrai­re­ment aux arbres anciens, de plus la conver­sion du co2 et beau­coup plus effi­cace sur un arbre mature, à force de plan­ter et de replan­ter des arbres la terre s’ap­pau­vrit à un rythme sans précédent.
    Plan­ter un nou­velle arbre parce qu’on a cou­pé un ancien n’a abso­lu­ment rien d’écologique.

  2. En accord avec votre article connais­sant les Cévennes et le dom­mage qu’a cau­sé la cen­trale de Cardanne
    Nous sommes confron­tés à la même situa­tion avec la cen­trale ther­mique de Lacq qui a besoin de 350000 tonnes /an de bois

  3. Ping : Le Partage
  4. Ils est aus­si vrais que la France aime se jeter des fleurs en matière de reboi­se­ment, détruire le peu d’es­pace natu­rel qu,‘ils nous reste pour céder la place à des forets indus­tria­li­sées pra­ti­que­ment sté­rile ou rien d’autre ne pousse ce n’est pas vrai­ment éco­lo­gique (oui oui mes­sieurs de l’ONF) l’Ar­dèche, la haute Loire, le puy de dôme et la Cor­rèze, où j’ai pu vivre, sont très tou­ché par ce phé­no­mène. C’est triste

  5. Ce que ne dit pas cet article très ben docu­men­té, c’est que la com­bus­tion de bio­masse outre les quan­ti­tés énormes de CO2 qu’elle génère, elle est une source de pol­lu­tion mas­sive en par­ti­cules fines et ultra­fines non fil­trées en HAP dont le très can­cé­ri­gène Benzoapyrene,
    en dioxines, et les mil­liers de tonnes de cendres très toxiques n’ont pas de débou­ché viable à long terme.
    Il fau­drait aus­si par­ler du chauf­fage au bois indi­vi­duel que l’A­deme encou­rage avec des sub­ven­tions, qui est pour­tant déjà la pre­mière source de PM2.5 en France et de ses 48000 morts par an. Le coût de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique est esti­mé par le Sénat à 100 mil­liards par an en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Genèse, oxymore et échec du « développement durable© » (par Gilbert Rist)

« Développement durable » ? Le concept est aujourd’hui très répandu dans les politiques publiques nationales comme internationales, ainsi que dans les stratégies des entreprises. Son but officiel ? Assurer au présent un « développement » qui ne compromette pas « la possibilité pour les générations à venir de satisfaire le leur ». [...]
Lire

Les villes comestibles — Faites pousser la révolution ! (2014)

« Les Villes Comestibles — Faites Pousser la Révolution ! » est un documentaire qui raconte les histoires extraordinaires de gens très ordinaires qui mettent les mains dans la Terre, qui travaillent à la transformation de leurs communautés par un acte véritablement révolutionnaire : la mise en place de productions locales de nourriture biologique ; des initiatives à la fois sociales, écologiques, politiques et économiques.
Lire

De l’entreprise capitaliste à l’entreprise nazie : une même absence de conscience morale (par Günther Anders)

L’« instrumentalisation » règne partout : dans les pays qui imposent le conformisme par la violence, et aussi dans ceux qui l’obtiennent en douceur. Comme c’est bien sûr dans les pays totalitaires que ce phénomène est le plus clair, je prendrai, pour illustrer ce qu’est l’« instrumentalisation », l’exemple d’un comportement typiquement totalitaire. [...]