Mais qu’est donc ce merveilleux Macron ? (par Fabrice Nicolino)

Nous repu­blions un bon billet de Fabrice Nico­li­no publié le 15 mai 2017 sur son site.


Si vous ne le savez pas, je vous apprends que j’ai fer­raillé contre cer­tains, pré­sen­tés comme éco­lo­gistes, qui sou­te­naient sans hési­ta­tion le vote en faveur d’Emmanuel Macron. Contre Yves Pac­ca­let et Corinne Lepage, notam­ment, aux­quels j’aurais pu ajou­ter Mat­thieu Orphe­lin, ancien de la fon­da­tion Hulot, et très proche de ce der­nier. Je laisse de côté, car ils sont par trop gro­tesques, des gens comme Fran­çois de Rugy — lui aus­si, comme Valls, avait signé la charte de la pri­maire socia­liste avant de s’essuyer les fesses avec — ou Cohn-Ben­dit, désor­mais com­men­ta­teur de matchs de foot et chro­ni­queur entre deux pubs chez Europe 1.

J’ai pu dire à cer­tains, ces der­nières semaines, que je pré­fé­re­rais me cou­per un bras que de voter Macron, et c’était faux. J’ai besoin de mes bras, sur­tout depuis le 7 jan­vier 2015, car mes jambes ne sont plus ce qu’elles étaient. C’était faux, mais c’était vrai, car je vou­lais sur­tout dire : jamais. Mais pour­quoi, amis lec­teurs ? Le psy­cho­drame fina­le­ment comique du deuxième tour de la pré­si­den­tielle a oppo­sé deux per­son­nages très détes­tables, mais éga­le­ment très différents.

Il va de soi, et qui me lit un peu le sait évi­dem­ment,  que je ne don­ne­rai jamais ma voix à des cra­pules racistes. Je m’empresse de dire que je com­prends aisé­ment ceux qui, crai­gnant — à tort, selon moi — une vic­toire de Le Pen, ont pla­cé un bul­le­tin Macron dans l’urne. Je les com­prends, mais je ne les approuve aucu­ne­ment. Ils en sont res­tés à des consi­dé­ra­tions natio­nales, esti­mant, cette fois à juste titre, qu’il est pré­fé­rable de vivre dans un pays qui n’est pas diri­gé par une clique comme celle-là.

Là-des­sus, nous pour­rions presque — presque — tom­ber d’accord. En effet, il est plus tran­quille de vivre dans un pays où l’on n’expulse pas mas­si­ve­ment les étran­gers et où la bouille de madame Le Pen n’envahit pas les écrans. Seule­ment, la ques­tion posée n’est pas celle du confort moral, men­tal et quo­ti­dien d’une par­tie de la popu­la­tion. La ques­tion est : où va-t-on main­te­nant ? J’ai eu l’occasion d’écrire — encore dans mon der­nier livre, Ce qui compte vrai­ment — sur les migra­tions humaines en cours. Des études concor­dantes indiquent qu’une bande de terre peu­plée de 550 mil­lions d’habitants, cou­rant du Maroc à l’Iran, via l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Pales­tine, l’Irak, la Syrie, l’Arabie saou­dite, devient peu à peu inha­bi­table sur fond de dérè­gle­ment cli­ma­tique. Les tem­pé­ra­tures diurnes vont atteindre 50 degrés, celles noc­turnes ne des­cen­dront plus sous les 30 degrés.

En clair, des dizaines de mil­lions d’humains, peut-être des cen­taines de mil­lions à terme, quit­te­ront des ter­ri­toires grillés par la cha­leur. Regar­dez une carte, et dites-moi, je vous prie, où ils iront en prio­ri­té. Ce cata­clysme désor­mais si proche — encore dix ans, encore trente ans ? — repré­sente un dan­ger abys­sal pour les valeurs qui sont les nôtres, et ramè­ne­rait le Front Natio­nal à bien peu de choses. Car de vous à moi, com­ment des peuples habi­tués à com­man­der le monde — comme le nôtre, depuis le conseil de sécu­ri­té de l’ONU — réagi­raient-il à des arri­vées en masse ? Essayons d’être tous sin­cères, cela chan­ge­ra des mau­vaises habi­tudes. De ce point de vue, le Front Natio­nal de 2017 est hélas, hélas, hélas, bien peu de choses.

Le dérè­gle­ment cli­ma­tique est la mère des batailles, car il porte en germe la dis­lo­ca­tion de toutes les socié­tés humaines, et la guerre de tous contre tous. Or n’est-il pas cer­tain que l’aggravation conti­nuelle de l’effet de serre est intrin­sè­que­ment lié à l’explosion du com­merce mon­dial ? Et que cette explo­sion est fata­le­ment sou­te­nue par cette divine crois­sance que la plu­part des pays sont déci­dés, comme naguère ce pauvre imbé­cile de Sar­ko­zy, à aller cher­cher avec les dents ?

La crois­sance, c’est bien sûr de l’effet de serre concen­tré. La crois­sance de biens maté­riels, c’est inévi­ta­ble­ment des émis­sions de gaz sup­plé­men­taires. Mon sata­né ordi­na­teur en a pro­duit, mais aus­si la moindre chaus­sette si bon mar­ché fabri­quée au Viet­nam par des gueux. Mais aus­si le moindre bal­lon de foot cou­su par des gosses dans un entre­pôt sans lumière du Pakis­tan. Mais encore tout ce que vous por­tez, tout ce que vous pos­sé­dez, tout ce que vous sou­hai­tez pos­sé­der un jour. Et je parle de cli­mat, mais je pour­rais par­ler aus­si de notre contri­bu­tion nette, par nos impor­ta­tions, à la désa­gré­ga­tion de tant d’écosystèmes. Et d’ailleurs de l’appétit de tant de classes dites supé­rieures, dans les pays du Sud, pour nos propres signes exté­rieurs de richesse : bagnoles, par­fums, alcools, fringues, bijoux.

Tel est en trois mots le com­merce mon­dial, lar­ge­ment domi­né par la sur­puis­sance des trans­na­tio­nales, qui n’ont plus à prou­ver leur amo­ra­li­té. Celles du tabac, de l’amiante, des pes­ti­cides et de mil­liers de pro­duits chi­miques tous dif­fé­rents, ont ample­ment mon­tré ce qu’étaient leurs buts, et leurs actions. Moi, je crois bien que c’est dans ce cadre, car c’est celui de la réa­li­té, qu’il faut juger l’arrivée au pou­voir suprême d’Emmanuel Macron. Faut-il une fois de plus rado­ter ? Oui, visiblement.

Mais d’abord un petit détour par le rap­port Rueff-Armand, bible des tech­no­crates, publié en 1960. Il insiste beau­coup sur les « retards »  de l’agriculture, l’« archaïsme des struc­tures par­cel­laires » et le manque de pro­duc­ti­vi­té de ce qu’on n’appelle déjà plus des fermes. Ce texte déci­sif et lim­pide « ne peut se dis­si­mu­ler […] que le pro­grès des ren­de­ments ten­dra à accen­tuer la contrac­tion des effec­tifs de main‑d’œuvre ». Tout est dit en peu de mots. Il va fal­loir remem­brer, c’est-à-dire aug­men­ter les sur­faces moyennes par la loi, et chas­ser de leurs terres les pay­sans « sur­nu­mé­raires ». Le rap­port Rueff-Armand n’est pas la seule cause du grand mas­sacre des pay­sans et des cam­pagnes, mais il leur ser­vi de cadre expli­ca­tif. De jus­ti­fi­ca­tif auprès des puis­sants qui allaient dyna­mi­ter la civi­li­sa­tion pay­sanne. Tout devait dis­pa­raître, et tout a dis­pa­ru avec : outre les mares et les tas de fumier dans la cour, outre les haies, les talus, le bocage, outre les abeilles, les gre­nouilles, les oiseaux, outre le nom des combes, des fos­sés, des champs, des bois, outre la len­teur et l’épaisseur du temps, la beau­té d’un monde encore possible.

Si je parle de ce texte, c’est tout sim­ple­ment parce qu’il a ser­vi de repère, expli­ci­te­ment, à un autre rap­port, connu sous le nom de Rap­port Atta­li. À son arri­vée en 2007, Sar­ko­zy a aus­si­tôt confié à son ami — de gauche, on s’en doute — le soin de réunir de toute urgence une « Com­mis­sion pour la libé­ra­tion de la crois­sance fran­çaise ». Par­di ! il fal­lait relan­cer la machine. Ces cor­niauds, qui de droite, qui de gauche, pro­mettent depuis 1974 la fin du chô­mage de masse, et comme ils échouent à en pleu­rer, ils rêvassent de retrou­ver l’élan per­du de ces fou­tues 30 Glo­rieuses — une par­tie de notre vrai drame en vient —, quand la crois­sance attei­gnait 8% — en 1960 — ou encore 7,1 % en 1969.

Donc, une Com­mis­sion de plus. J’en extrais les lignes direc­trices suivantes :

  • Pré­pa­rer la jeu­nesse à l’économie du savoir et de la prise de risque ;
  • Par­ti­ci­per plei­ne­ment à la crois­sance mon­diale et deve­nir cham­pion de la nou­velle croissance ;
  • Construire une socié­té de plein-emploi ;
  • Ins­tau­rer une nou­velle gou­ver­nance au ser­vice de la croissance.

Et j’y ajoute, pour faire bon poids, la fin du prin­cipe de pré­cau­tion vou­lu par Chi­rac en 2005, pour­tant si frêle garde-fou contre les délires « déve­lop­pe­men­tistes ». Par­mi les 20 mesures-phares du rap­port, pas une ne parle même de la crise éco­lo­gique pla­né­taire. Le dérè­gle­ment cli­ma­tique n’est seule­ment pas évo­qué. Ces gens sont irres­pon­sables,  au point d’en deve­nir criminels.

Or, et j’y arrive enfin, qui est le rap­por­teur de ce funeste docu­ment, appe­lé à révo­lu­tion­ner la France au ser­vice de la crois­sance ? Emma­nuel Macron, comme cer­tains de vous le savent. Il était alors, à 29 ans, déjà l’ami d’Attali, et l’est res­té. Ce qu’est Atta­li et ce que j’en pense, je l’ai écrit la der­nière fois ici, après bien d’autres papiers. Ce type est pro­fon­dé­ment détes­table. Il sera peut-être ministre.

Macron est un être radi­ca­le­ment petit. Je ne dis­cute pas qu’il est doté de ce que cer­tains appellent « l’intelligence logi­co-mathé­ma­tique ». Il a fait des études, dont l’ENA. Appa­rem­ment fort bien. À ce stade, cela prouve que son cer­veau fonc­tionne, ce qui est bien le moins lorsque vos deux parents sont méde­cins, dont l’un une som­mi­té. Et puis ? Mais rien du tout ! On sait qu’il a été ban­quier d’affaires, ce qui pré­dis­pose assu­ré­ment à consi­dé­rer le sort des humi­liés de ce monde. On se sou­vient, mais on ne se sou­vien­dra jamais assez, de cette phrase pro­non­cée en mai 2016 en face d’un gré­viste : « Vous n’allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un cos­tard, c’est de tra­vailler ». Tra­vailler. Par­ler de tra­vailler, quand cela veut dire pour lui lire des textes, rece­voir, bla­bla­ter, contre­si­gner des ordres. Il a lu des livres, certes, mais sur­tout pas­sé 99 % de son temps dis­po­nible en com­pa­gnie de gens riches, en bonne san­té, échan­geant de plai­sants pro­pos avant que de pas­ser à table. Que sait-il du monde réel ? Une infime rumeur du sort de mil­liards d’êtres humains dont la vie est une plainte.

Ne par­lons pas même de la France. Par­lons une fois au moins du monde. Des pay­sans de par­tout, chas­sés de chez eux par le mar­ché mon­dial et les satrapes locaux, qui fini­ront dans des bidon­villes sans eau ni chiottes. Des grands singes qui meurent, comme meurent les fabu­leuses forêts de notre Terre. Des océans dont nous sommes sor­tis un jour, et aux­quels nous ren­dons ce cadeau par l’empoisonnement et l’hécatombe. Des sols dont tout dépend, gor­gés de toutes les bon­tés chi­miques estam­pillés Mon­san­to ou Bayer, entre­prises si per­for­mantes que Macron les porte au pinacle. Des élé­phants, des Pyg­mées d’Afrique, des lions et des tigres, des Bochi­man, des Yano­ma­mi, des îles Anda­man, des habi­tants de Lagos, de Mexi­co, de Mum­bai, des gosses d’Agbogbloshie brû­lant le plas­toc de nos vieux ordi­na­teurs pour en reti­rer un fil de cuivre [cf. la vidéo ci-des­sous, NdE], de la puan­teur, de la sale­té, des mala­dies qui ne gué­ri­ront jamais, des plaies aux jambes, au nez, aux yeux, aux mains qui ne se refer­me­ront jamais. Il fau­drait par­ler de ceux qui « soufflent vides les bou­teilles que d’autres boi­ront pleines ». Macron se tait et se tai­ra tou­jours, car il ne sait rien, mais le dit avec ce sou­rire ken­né­dien qui plaît tant aux com­men­ta­teurs et aux cuistres, si sou­vent les mêmes.

Voyez-vous, quelqu’un qui, en 2017, ne voit pas l’abîme qui vient, est à mes yeux irré­cu­pé­rable. Et tel le cas de Macron, à ce point immer­gé dans l’idéologie de la machine, de la puis­sance maté­rielle, des droits de l’homme indus­triel à tout salo­per, et pour tout dire du capi­ta­lisme débri­dé, qu’il ne rêve que d’une chose : encore plus. Encore plus loin, encore plus vite, tou­jours plus loin, tou­jours plus vite. Ne vous y trom­pez pas : son élec­tion a son impor­tance. Elle en aura dans le domaine clé de l’économie réelle, quand il s’agira de se par­ta­ger les parts de mar­ché comme on décou­pait jadis le ter­ri­toire futur des colo­nies. Je vous le dis en toute cer­ti­tude : Macron sera l’homme de la fuite en avant, car il l’est déjà.

Je ne doute pas qu’il offri­ra des coli­fi­chets à ceux des sup­po­sés éco­lo­gistes qui lui auront fait suf­fi­sam­ment de lèche. Ici, un poste de dépu­té, là des stra­pon­tins au Conseil éco­no­mique, social et envi­ron­ne­men­tal (CESE), ailleurs quelque poste ou fro­mage répu­bli­cains. Et les heu­reux réci­pien­daires iront comme de juste van­ter le fort enga­ge­ment « éco­lo­giste » de leur maître, avant de pour­fendre les sec­taires et fon­da­men­ta­listes de mon espèce. Je ne les plains pas, je les vomis.

Moi, en ne votant pas pour ce sale type au second tour de la pré­si­den­tielle, je savais ce que je fai­sais. Moi, je pen­sais au monde et à ses êtres. Moi, je ne fan­tas­mais pas un péril fas­ciste pour mieux cacher que je défends à mon pro­fit un monde mori­bond, aus­si dan­ge­reux que peuvent l’être cer­tains bles­sés déchaî­nés. Moi, je suis un écologiste.

Fabrice Nico­li­no

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
28
Shares
14 comments
  1. Superbe billet, mer­ci d’ex­pri­mer si bien mon indi­gna­tion ! (et la votre et celle de nom­breuses personnes)

  2. « Je ne doute pas qu’il offri­ra des coli­fi­chets à ceux des sup­po­sés éco­lo­gistes qui lui auront fait suf­fi­sam­ment de lèche. »
    Belle pré­dic­tion : Lepage, de Rugy, et peut-être Hulot.
    Qui nous dira enfin le mal qu’au­ront fait ces types et leurs sem­blables à l’écologie ?

  3. Bra­vo Fabrice ! Belle et triste luci­di­té sur cet ave­nir qui se pré­pare. Tous ces poli­tiques type « Macron » sortent du même moule avec un seul mot à la bouche « crois­sance ! » Le manque de hau­teur, de pers­pec­tive, de vision à long terme les caractérisent.
    En atten­dant, Macron et les médias ont réus­si à enfu­mer le cer­veau d’une grande par­tie des gens avec leurs sem­pi­ter­nelles ren­gaines de compétitivité,concurrence, flexi­bi­li­té qui vont enfin appor­ter le bon­heur sur Terre !

  4. Salut,

    je ne sai­sis pas exac­te­ment ce que veux dire Fabrice par :
    […]Macron sera l’homme de la fuite en avant[…] il y a plu­sieurs sens pos­sibles, sans jeu de mots.
    J’ap­pré­cie tou­jours autant Nico­li­no, et sa prose. Par­di ! on voit ici que le bon­homme est vénère, belle envo­lée pleine de sens et de carac­tère, et sug­ges­tive comme je les aime.
    Je le com­prends, connais­sant moi-même une per­sonne qui a voté Macron au pré­texte de sau­ve­gar­der son emploi, affi­chant sans honte sur un réseau social trop connu :
    « Ren­dez-vous compte, si on sort de l’Eu­ro, on est foutus ! »

    Pour les com­men­taires, Patrick Sourbier :
    ces gens, type Macron ne manquent pas de vision à long terme. C’est une vision méca­nique qu’ils ont, dif­fé­rente de la vôtre, de la mienne. Ces gens sont des grands malades qui ne vivent que par et pour les arti­fices — Fabrice d’ailleurs com­pare brillam­ment leur intel­li­gence à celle d’une cal­cu­lette de poche.
    Et si Macron, médias et forces obs­cures ont enfu­mé, je ne crois pas que ce soit avec leurs his­toires de gros sous mais par la dis­si­mu­la­tion de leur poten­tiel tota­li­taire, et sur­tout par la dési­gna­tion d’une sorcière.

    Je n’aime aucun par­ti poli­tique. Pour moi, la véri­table démo­cra­tie ne peut être vécue que par des humains anar­chistes, res­pec­tueux et simples.

    Et moins nombreux.

  5. Anciens pecheur je sais qu’ils sont nom­breux les petits macron(S)… Je sen­tais bien qu’il ne fal­lait pas le pro­mou­voir, celui-ci, pour ce siège…Pas plus lui que la plu­part de ceux qui pensent  »devoir » s’y assoir, d’ailleurs… Si bien que je n’ai pas voté. Existe-t-il en ce monde un seul groupe, dont l’i­dée pour­rait abou­tir au par­tage d’une vision com­mune géné­rale ? Pour le moment, la réponse à cette ques­tion est non. Pauvre anar­chiste, dic­ta­teur de moi-même, vas­sal du sys­tème en place, quelque soit ce sys­tème, à la fois sou­mis et rebelle… Car, comme le disait ma grand-mère, les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.
    Mer­ci de si bien expri­mer des pen­sées si dif­fi­ciles à canaliser.

  6. Jolie prose qui illustre vos croyances à vous. Je res­pecte tout à fait.
    À contra­rio mr Macron a réus­si, en un an, ce que les poli­ti­ciens habi­tuels n’ont pas réus­si en 40 ans : faire bou­ger les lignes à savoir mettre fin à un sys­tème droite-gauche cli­vant et.….qui freine tout !
    Grâce à lui, la droite, la gauche et le fn ont explose et doivent se réinventer !
    Rien que ça c’est grandiose !
    Juste gran­diose. Des gens de gauche et de droite qui, enfin, se disent « et si on arrê­tait nos chi­ca­ne­ries et qu’on s’as­so­ciait pour faire avancer.…la France ! »
    Énorme.
    Mr Macron pour­rait arrê­ter demain, il a déjà fait faire à la France…un pas enorme !

    1. Êtes-vous bien sérieux ? On en reparle dans quelques années, quand l’air sera encore plus char­gé en pol­luants et en GES, quand les eaux seront plus char­gées encore en pes­ti­cides, en her­bi­cides et en métaux lourds, quand les sur­faces arables dont il ne reste pas grand-chose auront encore été atta­quées, quand les sols auront été encore plus béton­nés, les­si­vés, conta­mi­nés, quand le com­merce mon­dia­li­sé aura encore aug­men­té au détri­ment de la vie, et tout ça avec l’ap­pui de Macron et de son gou­ver­ne­ment à par­ti unique, car c’est aus­si ça qu’il a réus­si à faire : détruire la mas­ca­rade droite-gauche et faire accep­ter un tota­li­ta­risme de par­ti unique. Le drame jus­te­ment, c’est que plus rien ne freine le capi­ta­lisme débri­dé et la finan­cia­ri­sa­tion du monde qu’in­carne Macron 1er. Je ne sais pas dans quel monde vous vivez pour vous réjouir de la dis­pa­ri­tion des freins au déve­lop­pe­men­tisme et à la mar­chan­di­sa­tion de tout, mais cer­tai­ne­ment pas dans le vivant.

  7. Je vou­drai par­ta­ger cet article avec vous ici sur ce site.
    au début ça semble un blog comme un autre, mais ça se trans­forme vite en ana­lyse qui nous met sur des pistes sérieuses.
    il fau­drait que vous le lisiez, il révèle un tra­vers incroyable de notre socié­té qui affecte clai­re­ment notre quotidien.
    J’es­saie de le relayer par­tout où je peux.

    http://matinpremiere.com/2017/05/19/cle-capitalisme-ou-le-culte-de-la-souffrance/

  8. Un texte d’une extrême luci­di­té… et que l’on pour­rait désor­mais qua­li­fier, avec le recul, de pré­mo­ni­toire. Ce por­trait de Macron, être cynique et fuyant, il fau­drait le dif­fu­ser à tous ceux qui doutent encore de la légi­ti­mi­té des gilets jaunes, his­toire d’é­veiller les consciences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La mondialisation et les ravages de la nouvelle Pangée (par Ray Grigg)

Les continents, ayant été écologiquement isolés pendant des millions d’années, étaient alors reconnectés — pas géologiquement par le mouvement de la tectonique des plaques mais par les mouvements physiques des humains transportant des produits commerciaux, des plantes, des animaux, des virus et leurs cultures particulières. Le monde n'allait plus jamais être le même.