L’écobusiness de Darwin, leur évolution et la nôtre

L’écobusiness de Darwin, leur évolution et la nôtre

Un matin de décembre 2012, Bor­deaux se réveillait avec une nou­velle pus­tule sur sa rive droite. Dar­win, un « éco­sys­tème éco­lo », une « ruche dédiée aux acti­vi­tés éco­créa­tives » dans une « démarche de déve­lop­pe­ment durable », un « labo­ra­toire de la ville du XXIe siècle », s’était ins­tal­lé au sein de la métro­pole fran­çaise la plus en vogue, dans une caserne mili­taire désaf­fec­tée esti­mée à 2 mil­lions d’euros que la Com­mu­nau­té urbaine bra­da pour deux tiers de sa valeur à Phi­lippe Barre, riche héri­tier de la grande distribution.

Juteuse affaire immo­bi­lière maquillée par des publi­ci­taires en une étrange pro­messe de rédemp­tion éco­lo­gique, Dar­win n’est qu’un décor en trompe‑l’œil, qui peine à cacher les contra­dic­tions sur les­quelles il est édi­fié. Ses hérauts avaient d’ailleurs jugé néces­saire de prendre les devants en publiant sur leur site une longue page bour­rée de jus­ti­fi­ca­tions creuses : « Dar­win, face aux pré­ju­gés ». À notre tour de tirer les choses au clair.

Écos­pé­cu­la­tion et publi­ci­té durable

Alain Jup­pé, un des plus fer­vents pro­tec­teurs de Dar­win, nous met sur la voie : « Ce ne sont pas sim­ple­ment de doux rêveurs, ce sont des entre­pre­neurs qui inves­tissent leur argent. » Ain­si Phi­lippe Las­salle Saint-Jean. Cet agro-indus­triel qui a flai­ré les belles recettes pro­mises par le bio est l’un des barons de Dar­win. Saviez-vous que le res­tau­rant et l’épicerie de Dar­win sont tenus par ce membre du Medef, pré­sident du Club d’entreprises de la rive droite (CE2R), membre asso­cié de la Chambre de com­merce et d’industrie de Bor­deaux, entre autres res­pon­sa­bi­li­tés ? Dar­win lui donne l’occasion d’écouler à prix d’or de la bouffe en série sous label éco­lo. Ain­si, le visi­teur ren­contre dès l’entrée ce « lieu rem­pli du charme de la récup »… qui n’est autre qu’un super­mar­ché. Ses allures de squat camouflent avec peine les rayon­nages bio d’un Leclerc : tou­chant hom­mage, sans doute, aux ori­gines fami­liales de Phi­lippe Barre, inves­tis­seur en chef.

Saviez-vous que les patrons de Dar­win, Phi­lippe Barre et Jean-Marc Gan­cille, sont les piliers his­to­riques d’Inoxia (filiale d’Evolution, alias Dar­win), une agence de publi­ci­té au chiffre d’affaires annuel à six zéros ? Enga­gée dans le déve­lop­pe­ment durable, spé­cia­li­sée dans « la tran­si­tion éco­lo­gique de la socié­té », Inoxia se charge de ver­dir l’enseigne de pro­jets éco­lo­gi­que­ment et socia­le­ment nocifs. Elle compte de fameux béton­neurs par­mi ses clients (dont Bouygues Immo­bi­lier) et diverses chaînes com­mer­ciales. Sans oublier Eur­at­lan­tique, cette gigan­tesque opé­ra­tion d’aménagement urbain qui remo­dèle 730 hec­tares au sud de la métro­pole de Bor­deaux pour le plus grand pro­fit des tech­no­crates et des spé­cu­la­teurs… Arché­type du green­wa­shing, Dar­win se gave en don­nant une allure « durable » à la liqui­da­tion du monde. 

Inoxia se pro­longe donc avec Dar­win sui­vant une recette qui rap­porte : un habillage vert sur mesure pour cou­vrir l’habituel fonds de com­merce du mer­chan­di­sing le plus créa­tif. En la matière, Dar­win ajoute la spé­cu­la­tion immo­bi­lière à la gabe­gie publi­ci­taire. Mais « on n’est pas dans l’hyper-spéculation », fan­fa­ron­nait Phi­lippe Barre en 2015. Belle façon d’admettre qu’il s’agit de spé­cu­la­tion ordi­naire. Car Dar­win ne cesse de s’étendre, au gré des oppor­tu­ni­tés, for­cé­ment pris dans la logique du sys­tème capi­ta­liste où il nage comme un pois­son dans l’eau…

Dar­win : desi­gn ten­dance, façon café groo­vy de Cali­for­nie, où les éco­ci­toyens modèles peuvent pas­ser du bon temps (payant), l’é­co-conscience tran­quille. Rien de tout cela n’est véri­ta­ble­ment éco­lo­gique. Rien de tout cela ne par­ti­cipe à rendre la civi­li­sa­tion indus­trielle plus éco­lo­gique, bien évidemment.

Un éco­ba­ra­tin de margoulins

For­més dans les meilleures écoles de com­mu­ni­ca­tion et de com­merce, les dar­wi­niens, éco­ba­ra­ti­neurs de talent, réa­lisent à Bor­deaux le grand œuvre de l’alchimie éco­no­mique post-désastre : trans­mu­ter des entre­pre­neurs ultra­li­bé­raux en mili­tants éco­lo. Chaque inves­tis­se­ment immo­bi­lier de Dar­win est habillé d’une bonne cause. Lorsqu’ils rachètent la guin­guette Chez Alriq, il s’agit de sau­ver de la faillite une entre­prise fami­liale. Quand ils inves­tissent dans Les Chan­tiers de la Garonne, c’est pour fon­der un « lieu alter­na­tif ». Quand Dar­win colo­nise Cenon, c’est évi­dem­ment pour déve­lop­per « l’agriculture urbaine ». Quand ils déposent un per­mis de construire à Saint-Vincent-de-Paul, c’est bien sûr pour fon­der un « vil­lage en tran­si­tion » et refour­guer du bio indus­triel. Etc. Et la Gironde ne suf­fit plus aux appé­tits de nos éco-indus­triels : les friches que Dar­win cherche à rache­ter sur l’île du Ramier à Tou­louse sont pro­mises à un « tiers-lieu » consa­cré à la vie étu­diante… L’essentiel, disent les mar­gou­lins de Dar­win, c’est de « racon­ter une his­toire ras­sem­bleuse, [de] faire rêver ». Le degré de véri­té d’une telle his­toire importe peu. Ils plongent le « public » dans un fatras de contra­dic­tions, dans une phra­séo­lo­gie attrape-tout, où cha­cun trou­ve­ra ce qu’il veut entendre.

Dar­win cultive ain­si l’art de faire pas­ser le tech­no­ca­pi­ta­lisme avec de la vase­line éco­lo­gique. Lorsque leur expan­sion est mena­cée par d’autres chas­seurs de friches, les dar­wi­niens ins­tru­men­ta­lisent des asso­cia­tions qu’ils envoient squat­ter en pre­mière ligne et en appellent à la « socié­té civile » avec comi­té de sou­tien et péti­tion. Dénués de scru­pules, ces mil­lion­naires excellent dans la pos­ture de vic­times en pro­met­tant « un urba­nisme dif­fé­rent, fou­traque et alter­na­tif », qu’on leur refu­se­rait, et menacent même de mon­ter une ZAD pour faire cou­ler du béton, leur béton… Squat­tez, signez, sou­te­nez, indi­gnez-vous ! La crois­sance du patri­moine immo­bi­lier Dar­win est aus­si votre affaire ! Ses béné­fi­ciaires vous remer­cient bien !

Dar­win ren­ta­bi­lise ses locaux en louant des bureaux à des entre­prises. Mais atten­tion ! des entre­prises triées sur le volet : « On sélec­tionne les occu­pants, il faut qu’ils aient la fibre coopé­ra­tive et éco­lo. Un gars qui fait de la ges­tion de patri­moine n’a rien à faire ici », pré­tend Barre. On trouve pour­tant des pro­mo­teurs immo­bi­liers spé­cia­li­sés dans le « conseil d’affaires et dans le conseil de ges­tion », comme Novaxia, sans comp­ter la néces­saire ges­tion des affaires immo­bi­lières de Dar­win soi-même. À se deman­der pour­quoi, sui­vant l’éthique prô­née par Barre, Dar­win loge encore à Dar­win… Une anec­dote illus­tre­ra au mieux la saine morale des dar­wi­niens. Par­tis dra­guer dans les milieux radi­caux en 2016, Barre et Gan­cille avaient ral­lié quelques zadistes qui s’opposaient à un pro­jet de golf immo­bi­lier à Villenave‑d’Ornon afin de sau­ver les der­nières terres agri­coles et une zone natu­relle clas­sée aux portes de Bor­deaux. Belle prise « alter­na­tive » ! En récom­pense de leur com­pro­mis­sion, les­dits zadistes dis­po­sèrent de quelques minutes de parole dans une salle oppor­tu­né­ment vidée durant la pause de midi. Plus tard, des rabat-joie révé­lèrent que Dar­win héber­geait la socié­té Over­drive, maître d’œuvre de ce même pro­jet immo­bi­lier, à ce jour le plus éco­lo­gi­que­ment des­truc­teur de la métro­pole… Réac­tion éhon­tée du baron Gan­cille : « Com­ment pen­sez-vous qu’on puisse suivre les pro­jets des presque 300 orga­ni­sa­tions qui sont héber­gées chez nous ? Pen­sez-vous qu’on puisse déci­der des choix de cha­cun de nos loca­taires ? Et selon les cri­tères édic­tés par qui ? » Bref, busi­ness is busi­ness. À ce jour, Over­drive est tou­jours logée à Dar­win, un bailleur fina­le­ment pas plus regar­dant que d’autres.

Par­mi ces quelque 300 entre­prises loca­taires à Dar­win, busi­ness deve­lop­pers et experts en mar­ke­ting côtoient une arma­da de pro­mo­teurs du numé­rique et du com­merce en ligne. Dar­win pré­tend avoir créé plus de 1000  emplois, mais garde le silence sur le fait que ces indi­vi­dus qui œuvrent à l’automatisation du tra­vail humain en réduisent des mil­liers d’autres à l’inutilité. Ce n’est pas un hasard si Dar­win a accueilli cha­leu­reu­se­ment les Bor­deaux Fin­tech (« tech­no­lo­gies de la finance » en nov­langue), un évé­ne­ment natio­nal de véné­ra­tion des tech­no­lo­gies numé­riques appli­quées à la spé­cu­la­tion finan­cière où l’on ven­dait sans honte, par exemple, des algo­rithmes capables d’évaluer à dis­tance et en moins de quinze secondes la sol­va­bi­li­té d’un emprun­teur. Vou­lez-vous du « lien social » ? Dar­win en tisse au kilomètre.

Chaque année, Dar­win fait peau neuve grâce à son fes­ti­val Cli­max, paran­gon du libé­ra­lisme cultu­rel, avec têtes d’affiche inter­na­tio­nales et musique tech­no pour une débauche de déci­bels, où nos éco­ca­pi­ta­listes font montre de leur indu­bi­table talent de pro­mo­teurs de spec­tacles. Bien évi­dem­ment tra­ves­ti en « éco­mo­bi­li­sa­tion incon­tour­nable de la ren­trée », Cli­max invite quelques pan­tins de l’écologie offi­cielle pour dire la messe. Vitrine de l’économie cir­cu­laire, Dar­win montre cette année l’exemple en recy­clant, outre le pré­re­trai­té José Bové, Nico­las Hulot et sa fon­da­tion, vieille cliente de l’agence de publi­ci­té Inoxia de Barre et géné­reu­se­ment spon­so­ri­sée par le nucléa­riste EDF. Sou­te­nus par le nui­sible groupe agro-indus­triel Sofi­pro­téol-Avril, nul doute que le désor­mais ministre d’État et ses employés trou­ve­ront le mot juste et l’indépendance requise pour dis­cou­rir sur l’alimentation, le thème du fes­ti­val de cette année. Grâce à Dar­win, les fleu­rons du can­cer indus­triel fran­çais s’adresseront direc­te­ment à vous !

Dar­win doit être par­tout, tout le temps, quand ça rap­porte, en fric ou en image de marque (c’est équi­valent). À Bor­deaux, Cli­max s’intègre dans l’opération de com­mu­ni­ca­tion cyni­que­ment nom­mée « Pay­sages » qui vise à célé­brer pen­dant quatre mois la ligne à grande vitesse Paris-Bor­deaux, laquelle a irré­mé­dia­ble­ment bala­fré la cam­pagne et trans­for­mé la ville en ban­lieue chic de Paris. Aux pre­mières loges des nui­sances, les rive­rains de la LGV peuvent témoi­gner de ce que les dar­wi­niens entendent par « sobrié­té éner­gé­tique, inclu­sion sociale, dépla­ce­ments doux, consom­ma­tion responsable ».

La construc­tion de la LGV.

« Able to adapt »… au désastre

Dar­win doit d’abord être jugé sur ses actes, à com­pa­rer ensuite aux dis­cours tenus par ses pro­mo­teurs afin de mesu­rer leur niveau de dupli­ci­té. Gan­cille lui-même nous y encou­rage : « Le mar­ke­ting bien uti­li­sé, c’est-à-dire quand il y a de la cohé­rence entre le fond et la forme, est utile. » Après cinq années d’un dif­fi­cile grand écart entre le « fond » et la « forme », Dar­win traîne déjà une belle série de cas­se­roles qui effi­lochent sa « fibre éco­lo » et révèlent sa véri­table nature. Le suc­cès de Dar­win repose sur le faux-sem­blant d’une vie col­lec­tive : ses concep­teurs nous vendent le sub­sti­tut d’une exis­tence poli­tique dont se trouve pri­vé chaque indi­vi­du noyé dans la masse de la conur­ba­tion bor­de­laise. Notre socié­té man­que­rait-elle de grands récits, de croyances, pour conti­nuer sa course mor­ti­fère ? Vous trou­ve­rez ce qu’il faut à Dar­win… On s’y abreuve de belles paroles, on débat un peu, on ritua­lise quelque « éco­geste », on « com­mu­nie » dans la per­pé­tuelle « tran­si­tion », etc., mais jamais la moindre déci­sion démo­cra­tique ne s’est prise à Dar­win ! Évi­dem­ment, car le bluff Dar­win ne vise que le pro­fit de quelques-uns. Les dar­wi­niens jettent le voile sur cette évi­dence en se gar­ga­ri­sant d’une « approche de bot­tom up », de « copro­duc­tion », « plus hori­zon­tale », pour mieux dis­si­mu­ler qui, des inves­tis­seurs ou des « usa­gers », aura le der­nier mot.

Il est déso­lant de nous obser­ver, métro­po­li­tains natu­rel­le­ment angois­sés par la catas­trophe en cours, par­tir quê­ter un ersatz de bonne conscience auprès de ceux-là mêmes qui pro­voquent cette catas­trophe, l’entretiennent et s’en nour­rissent. Ne pen­sez-vous pas qu’il y aurait bien mieux à faire que s’attrouper dans la caserne de ces busi­ness angels ? Ils sont nos nou­veaux maîtres, digne relève de la vieille garde qui se retire en lais­sant un champ de ruines. Faux rebelles, ils accé­lèrent le refa­çon­nage du monde à la conve­nance d’une mino­ri­té et le les­si­vage de la conscience poli­tique des foules. Si cer­tains jugent encore que Dar­win, « c’est tou­jours mieux que rien », nous pen­sons au contraire que Dar­win annonce le pire avec son slo­gan pla­car­dé dans le doux dia­lecte des busi­ness schools : « Able to adapt ». S’adapter ? Mais adap­ter qui, et à quoi ?

Dar­win, agent de la ville totale

On trouve en effet, à Dar­win, les deux caté­go­ries en deve­nir qui peuplent une métro­pole : les accu­mu­lants (les habi­tés) et les accu­mu­lés (les habi­tants). Les pre­miers, spé­cu­la­teurs en chef ou jeunes requins des start-up, avant-garde ultra-connec­tée du capi­ta­lisme débri­dé, vivent au tra­vail soixante heures par semaine dans une atmo­sphère évi­dem­ment cool, tou­jours convi­viale, et vont pas­ser leur reste de temps dans des réserves. Les pauvres de tou­jours, les accu­mu­lés métro­po­li­tains, atteignent quant à eux au stade ultime de la dépos­ses­sion. Jusqu’à nos temps aug­men­tés, ils vivaient par­fois dans la péri­phé­rie des villes où ils fabri­quaient eux-mêmes leurs gîtes avec tout ce qu’ils pou­vaient récu­pé­rer. Dans ces bidon­villes de l’aube des temps modernes, ils régnaient : royau­té de misère mais royau­té tout de même. Sens du pro­grès aidant, ils ont main­te­nant à dis­po­si­tion des endroits pour eux, pen­sés, ratio­na­li­sés, inté­grés à la ville totale. Ils y ont per­du toute liber­té. Ils cuisent donc l’été dans des boîtes en plas­tique (les « tétro­dons ») où Dar­win daigne les loger et sont réduits à culti­ver des légumes « hors sol » ou sur des terres géné­reu­se­ment enri­chies en divers pol­luants par un siècle d’activité mili­taire. Et c’est Dar­win qui nous aide à pen­ser posi­ti­ve­ment ces condi­tions de « tétro­don­villes » modernes que pro­met une concen­tra­tion urbaine tou­jours plus inte­nable ; à tenir sa place dans une huma­ni­té à deux vitesses dont la métro­pole est l’incubateur.

S’adapter, c’est d’abord accep­ter son rôle de rouage dans le monde-machine. La « ville du XXIe siècle » en offre le pro­to­type et Dar­win s’impose comme il est dit en « véri­table labo­ra­toire ». Jamais avares de contra­dic­tions, ces maqui­gnons qua­li­fient de « mirage » la « smart city hyper­tech­no­lo­gique » tout en l’expérimentant chez eux sans le moindre scru­pule. Afin de mesu­rer fine­ment les com­por­te­ments de ses loca­taires, le bailleur Dar­win a déve­lop­pé une inter­face numé­rique « intel­li­gente » qui « per­met de res­ti­tuer en toute trans­pa­rence et en temps réel les impacts éco­lo­giques de la vie sur le site : consom­ma­tions de fluides, pro­duc­tions de déchets et taux de recy­clage, éco­no­mies d’eau […], consom­ma­tion ali­men­taire et part du bio/local […], émis­sions conso­li­dées de ges poste par poste… Cette vision glo­bale des impacts est ren­due pos­sible par un cou­plage de l’interface à la GTB (ordi­na­teur cen­tral du bâti­ment), à une infra­struc­ture de cap­teurs ». Même le nombre de cafés ven­dus est comp­ta­bi­li­sé chaque mois sur Inter­net. Un clic et vous voi­là relié à l’« ordi­na­teur cen­tral » de Big Dar­win. Les dar­wi­niens bana­lisent la sur­veillance élec­tro­nique des foules. Lors de leur fes­ti­val, ils contrôlent ain­si les allées et venues des par­ti­ci­pants – et sur­tout leur porte-mon­naie – en leur col­lant une puce élec­tro­nique. En 2016, ils avaient pous­sé le cynisme jusqu’à leur faire applau­dir, iden­ti­té élec­tro­nique au poi­gnet, une ode à la liber­té enton­née par le sénile Edgar Morin, sans doute venu à Dar­win pour « huma­ni­ser le trans­hu­ma­nisme », comme il en appe­lait dans un papier du Monde.

On le voit, les dar­wi­niens recyclent à tour de bras les élé­ments du lan­gage éco­lo-citoyen, voire « éco­lo-radi­cal ». Mais le seul aspect du sys­tème actuel qu’ils se gardent bien de contes­ter s’avère des plus déci­sifs : l’invasion tech­no­lo­gique indé­fi­nie dont ils sont les chantres infa­ti­gables. Ils ont beau bran­dir quelques gris-gris à la mode (sobrié­té, low tech, etc.), ils pro­jettent bien d’établir un « labo­ra­toire digi­tal pour le ter­ri­toire » visant à « uti­li­ser le numé­rique comme moyen, comme source d’efficacité, comme enri­chis­se­ment de nos ate­liers de fabri­ca­tion clas­sique ». Dans la caserne, ce sera l’affaire du lieu­te­nant Auré­lien Gau­che­rand, ancien busi­ness ana­lyst char­gé à la fois (ce qui en dit long) de la « vie asso­cia­tive » et de « l’innovation digi­tale ». Au-delà de la nature par­fai­te­ment insou­te­nable de la pro­duc­tion numé­rique (qu’ils aillent donc s’installer près d’un sous-trai­tant d’Apple en Chine, où sont fabri­qués leurs gad­gets), c’est la nature cen­tra­li­sa­trice de ce tech­no-pou­voir que nous devons contes­ter. À l’ère du big data, qui amasse les don­nées détient ce pou­voir que maté­ria­lisent les objets connec­tés, puces, cap­teurs qui pul­lulent à Dar­win. Ce pou­voir, qui s’infiltre et se mêle tou­jours plus inti­me­ment à nos exis­tences, s’oppose à toute éco­lo­gie véri­table. En pré­pa­rant la « ville de demain », Dar­win coule ses usa­gers dans le béton du milieu tech­ni­cien. Et ceux-là s’y pré­ci­pitent, croyant y trou­ver une issue éco­lo­gique. Cette année encore, afin de faire tour­ner leur Cli­max, des béné­voles affluent par cen­taines pour s’« éco-mobi­li­ser » : tou­jours ça d’éco-nomisé en charges sala­riales, se disent nos heu­reux comptables…

Les dar­wi­niens sont blancs comme neige, ils incarnent néces­sai­re­ment le Bien. Qui se risque désor­mais à cri­ti­quer Dar­win, à se mettre en tra­vers de sa crois­sance, passe pour un dan­ge­reux irres­pon­sable, un réac­tion­naire aveugle devant l’« urgence éco­lo­gique », ou un irréa­liste qui manque sim­ple­ment de « prag­ma­tisme ». « Pirates », « hackers », ils peuvent donc tout se per­mettre et le reven­diquent : « Gagner du temps (et de l’argent) sans plus attendre sur les auto­ri­sa­tions et les sub­ven­tions. Déci­der de faire, sans per­mis si néces­saire. » Tout est per­mis, plus de comptes à rendre à la socié­té, car la socié­té c’est eux. Pupilles de l’idéologie liber­ta­rienne, ils incarnent le renou­veau éco­lo­gique du capi­ta­lisme que pré­di­sait Ber­nard Charbonneau :

« Un beau jour, le pou­voir sera bien contraint de pra­ti­quer l’écologie. Une pros­pec­tive sans illu­sion peut mener à pen­ser que, sauf catas­trophe, le virage éco­lo­gique ne sera pas le fait d’une oppo­si­tion très mino­ri­taire, dépour­vue de moyens, mais de la bour­geoi­sie diri­geante, le jour où elle ne pour­ra faire autre­ment. Ce seront les divers res­pon­sables de la ruine de la terre qui orga­ni­se­ront le sau­ve­tage du peu qui en res­te­ra, et qui après l’abondance gére­ront la pénu­rie et la sur­vie. Car ceux-là n’ont aucun pré­ju­gé, ils ne croient pas plus au déve­lop­pe­ment qu’à l’écologie ; ils ne croient qu’au pou­voir, qui est celui de faire ce qui ne peut être fait autre­ment. »

Jup­pé, lors d’une visite à Darwin.

Que la vraie fête commence

Ces tech­no­bour­geois n’ont à offrir que l’adaptation au désastre qu’ils causent. Dar­win nous donne à voir par anti­ci­pa­tion cette éco­lo­gie de caserne qui se réa­li­se­ra au béné­fice d’une petite mino­ri­té et au détri­ment de la liber­té de tous. Mais il n’y a pas de fata­li­té : qui refuse de s’adapter à leur monde pour­ra s’attaquer à la source du désastre, afin de les faire tom­ber, eux et leur sys­tème. Seule la sor­tie du capi­ta­lisme tech­no­lo­gique inter­rom­pra une logique tota­li­taire où nos vies sont réduites aux ter­mi­naux de quelque ordi­na­teur cen­tral. Voi­là bien un pro­jet à hau­teur d’homme, autre­ment plus enthou­sias­mant que deve­nir cet éco­ci­toyen pucé, tech­no­so­cia­li­sé et ultra­con­nec­té façon­né par Darwin.

Com­men­çons par déser­ter l’illusion tech­no­to­ta­li­taire des publi­ci­taires et des spé­cu­la­teurs de Dar­win et d’ailleurs, ces­sons de croire en ces offres com­mer­ciales maquillées en pro­phé­ties « éco­res­pon­sables ». Nous, simples humains, n’avons jamais eu besoin des experts en mar­ke­ting ni de leurs illu­sions vir­tuelles pour nous édu­quer, nous ras­sem­bler et déci­der de l’avenir à don­ner aux lieux où nous vivons.

Hors de nos consciences qu’ils veulent régenter !

Hors de nos villes qu’ils pré­tendent réinventer !

Refu­sons de dan­ser au rythme de leur musique et repre­nons, avec notre liber­té, le cours de cette aven­ture humaine qui nous attend toujours.

Des oppo­sants à l’incarcération technologique
Bor­deaux, le 7 sep­tembre 2017


Source : https://lesamisdebartleby.wordpress.com/2017/09/09/lecobusiness-de-darwin-leur-evolution-et-la-notre/

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
3 comments
  1. Bra­vo pour votre luci­di­té… et la qua­li­té du verbe !

    Il y a peu, j’é­cri­vais dans un com­men­taire pos­té sur un autre site, que le plus redou­table dans le sys­tème capi­ta­liste, est sa capa­ci­té à TOUT récupérer…

    on en a une nou­velle démons­tra­tion avec l’écologie… 

    rai­son pour laquelle je pense que ce sys­tème sera sans doute impos­sible à ren­ver­ser et qu’il fini­ra par som­brer, nous entraî­nant mal­gré nous avec lui…

  2. Ter­rible, cette pho­to de la LGV.
    Et celle d’A­lain Jup­pé buvant dans une eco­cup une bière bio à Dar­win, accom­pa­gné de la tech­no­fu­rieuse Vir­gi­nie Cal­mels, vaut tous les discours !
    Mer­ci de par­ta­ger ce pam­phlet, et d’a­voir croi­sé le fer contre ce pauvre Gan­cille, si vite désarmé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La farce électorale états-unienne (Chris Hedges)

L’État-entreprise cherche à nous faire participer à la mascarade politique des élections chorégraphiées. Il cherche à ce que nous jouions selon ses règles. Nos médias corporatistes, rincés par les dollars de la publicité politique, inondent les ondes de ridicule et de trivial. Les candidats, les sondeurs, les analystes politiques, les commentateurs et les journalistes célèbres fournissent des boucles infinies de bla-bla "politique" banal et absurde, qui n’est en réalité qu’une grotesque forme d’anti-politique. Nous serons bombardés par cette propagande, largement centrée sur les personnalités fabriquées des candidats, pendant plusieurs mois. Éteignez tout cela. Ça n’a aucun sens.