Imagine (par Derrick Jensen)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site d’O­rion en octobre 2011.


La des­truc­ti­vi­té de la culture domi­nante — la civi­li­sa­tion indus­trielle — repose sur tout un éven­tail de fac­teurs, par­mi les­quels figure le manque d’i­ma­gi­na­tion. J’ai beau­coup pen­sé à cela après la catas­trophe nucléaire de Fuku­shi­ma, notam­ment après avoir lu trois réac­tions assez typiques, dont cha­cune fai­sait montre de moins d’imagination que la précédente.

La pre­mière était celle de George Mon­biot, un fervent mili­tant du mou­ve­ment pour le cli­mat qui, dix jours, à peine, après le trem­ble­ment de terre et le tsu­na­mi, écri­vait dans le Guar­dian : « En consé­quence du désastre de Fuku­shi­ma, je ne suis plus neutre vis-à-vis du nucléaire. Je sou­tiens désor­mais cette tech­no­lo­gie. » D’après lui, cette catas­trophe — des émis­sions mas­sives de radia­tions hau­te­ment toxiques — n’était pas liée à la pro­duc­tion et au sto­ckage rou­ti­niers de maté­riaux hau­te­ment radio­ac­tifs, mais décou­lait d’une catas­trophe natu­relle com­bi­née à « un legs de mau­vaise concep­tion et d’économies de bouts de chan­delle ». Si les capi­ta­listes conce­vaient un peu mieux ce mons­trueux pro­ces­sus, semble-t-il croire, ils pour­raient conti­nuer à pro­duire et à sto­cker des maté­riaux hau­te­ment radio­ac­tifs sans géné­rer d’accident. Des affir­ma­tions simi­laires furent for­mu­lées après l’accident d’Oak Ridge, après celui de Wind­scale, après celui de Three Mile Island et celui de Tcher­no­byl. Depuis le temps, on aurait du com­prendre. Comme on aurait du com­prendre qu’il n’y a pas besoin de beau­coup d’imagination pour s’apercevoir que la repro­duc­tion rou­ti­nière d’actions aus­si incroya­ble­ment dan­ge­reuses que le sto­ckage inten­tion­nel de maté­riaux hau­te­ment toxiques et radio­ac­tifs implique que leur éven­tuelle fuite, catas­tro­phique, n’est pas tant acci­den­tel qu’inéluctable, et que la ques­tion de savoir si cela peut arri­ver se voit rem­pla­cée par quand, à quelle fré­quence, et avec quels impacts.

Le second com­men­taire que j’ai lu éma­nait de quelqu’un qui n’avait pas la chance qu’a George Mon­biot de vivre aux anti­podes de ce bour­bier radio­ac­tif. À la fin du mois de mars, un membre de l’organe de contrôle nucléaire japo­nais indi­qua au Wall Street Jour­nal que le Japon ne remet­trait pas en ques­tion l’énergie nucléaire à la suite de Fuku­shi­ma, parce que « le Japon ne pour­rait pas conti­nuer sans l’énergie nucléaire pour cou­vrir ses besoins éner­gé­tiques actuels ». Il expli­qua qu’une réduc­tion impor­tante de leur pro­duc­tion d’énergie nucléaire entrai­ne­rait des bla­ckouts, puis ajou­ta : « Je crois que per­sonne ne peut ima­gi­ner la vie sans élec­tri­ci­té ». Sa réac­tion est tout sauf sur­pre­nante. La plu­part des exploi­teurs ne peuvent ima­gi­ner leur vie sans les avan­tages qu’ils tirent de leur exploi­ta­tion, et, plus impor­tant encore, ils ne peuvent ima­gi­ner que qui­conque puisse conce­voir de vivre d’une manière moins abu­sive qu’eux. Beau­coup de pro­prié­taires d’esclaves ne peuvent pas ima­gi­ner leurs vies sans ceux qu’ils asser­vissent quo­ti­dien­ne­ment. Beau­coup de proxé­nètes ne peuvent pas ima­gi­ner leurs vies sans les femmes qu’ils pros­ti­tuent. Beau­coup d’agresseurs sexuels ne peuvent pas ima­gi­ner leurs vies sans ceux dont ils abusent quo­ti­dien­ne­ment. Et beau­coup de dro­gués ne peuvent ima­gi­ner leurs vies sans drogues, qu’il s’agisse d’héroïne, de crack, de télé­vi­sion, d’internet, de pri­vi­lèges, de pou­voir, de crois­sance éco­no­mique, d’escalade tech­no­lo­gique, d’électricité, ou de la civi­li­sa­tion industrielle.

Le manque d’imagination dont cela témoigne est stu­pé­fiant. Les humains ont vécu sans géné­ra­tion indus­trielle d’électricité pen­dant la qua­si-tota­li­té de leur exis­tence. D’ailleurs, sans elle, nous avons pros­pé­ré sur tous les conti­nents, sauf en Antarc­tique. Et pen­dant presque tout ce temps, la majo­ri­té des humains ont vécu de manière sou­te­nable, et confor­table. N’oublions pas les nom­breux peuples indi­gènes tra­di­tion­nels (plus envi­ron 2 mil­liards d’autres per­sonnes) qui vivent aujourd’hui encore sans élec­tri­ci­té. Ce res­pon­sable japo­nais manque tel­le­ment d’imagination qu’ils ne par­vient même pas à conce­voir qu’ils existent.

Dans son article du Guar­dian, George Mon­biot pose d’importantes ques­tions concer­nant la vie sans élec­tri­ci­té indus­trielle : « Com­ment faire fonc­tion­ner nos usines tex­tiles, nos bri­que­te­ries, nos hauts four­neaux, et nos trans­ports fer­ro­viaires élec­triques — sans par­ler des pro­ces­sus indus­triels com­plexes ? En ins­tal­lant des pan­neaux solaires sur les toits ? » Mais il par­vient à une conclu­sion illo­gique : « Au moment où vous com­pre­nez les besoins de l’économie glo­bale, vous ces­sez de ché­rir la pro­duc­tion d’énergie locale. » Eh bien non. Au moment où vous com­pre­nez les besoins de l’économie glo­bale, c’est elle que vous ces­sez de ché­rir, ain­si que ses besoins sys­té­ma­tiques d’exploitation et de des­truc­tion qui ravagent la planète.

Il est dément de faire pas­ser des usines tex­tiles, des bri­que­te­ries, des hauts four­neaux, des trans­ports fer­ro­viaires élec­triques et des pro­ces­sus indus­triels com­plexes avant une pla­nète vivante. Notre capa­ci­té à ima­gi­ner est si atro­phiée que nous ne pou­vons pas même conce­voir ce qui se pro­duit sous nos yeux.

Pour­quoi est-il inima­gi­nable, impen­sable ou absurde de dis­cu­ter de l’élimination de l’électricité, et pour­quoi n’est-il pas inima­gi­nable, impen­sable ou absurde de dis­cu­ter de l’extinction des grands singes, des félins, des sau­mons, des colombes voya­geuses, des cour­lis esqui­maux, des ser­pents de mer à nez court, et des com­mu­nau­tés de récifs coral­liens ? Et pour­quoi l’extinction des humains autoch­tones, d’autres vic­times de ce mode de vie (qui, pour beau­coup, vivent sans ou avec très peu d’électricité), est-elle éga­le­ment conce­vable ? Ce manque d’imagination est non seule­ment dément, mais aus­si pro­fon­dé­ment immoral.

Ima­gi­nez un moment que nous ne souf­frions pas de ce manque d’imagination. Ima­gi­nez un membre du gou­ver­ne­ment décla­rer non pas qu’il ne peut pas ima­gi­ner vivre sans élec­tri­ci­té, mais qu’il ne peut pas ima­gi­ner vivre avec elle, qu’il ne peut pas ima­gi­ner vivre dans un monde sans ours polaires, dont la mère peut nager des cen­taines de kilo­mètres aux côtés de son petit, puis, lorsqu’il fatigue, d’autres cen­taines de kilo­mètres en le por­tant sur son dos. Ima­gi­nez un membre du gou­ver­ne­ment… non, ima­gi­nez plu­tôt que nous soyons tous d’accord pour dire que nous ne pou­vons pas ima­gi­ner vivre sans gor­fous sau­teurs (au moment où j’écris ces lignes, la plus grande aire de repro­duc­tion des gor­fous, qui sont en voie d’extinction, est mena­cée par un déver­se­ment d’hy­dro­car­bures). Ima­gi­nez que nous affir­mions ne pas pou­voir ima­gi­ner vivre sans les incroyables bat­te­ments d’ailes et les incroyables plon­geons des chauves-sou­ris, et que nous ne pou­vons ima­gi­ner vivre sans entendre les chants des gre­nouilles au prin­temps. Ima­gi­nez que nous affir­mions que nous ne pou­vons pas vivre sans la grâce solen­nelle des tri­tons, sans le vol enjoué des bour­dons (cer­taines régions de la Chine sont tel­le­ment pol­luées que tous les pol­li­ni­sa­teurs sont morts, ce qui signi­fie que toutes les plantes à fleurs sont mortes, ce qui signi­fie que des cen­taines de mil­lions d’années d’évolution ont été détruites). Ima­gi­nez que ce ne soit pas de cette culture des­truc­trice — et de ses usines tex­tiles, de ses bri­que­te­ries, de ses hauts four­neaux, de ses trans­ports fer­ro­viaires élec­triques et de ses pro­ces­sus indus­triels com­plexes — dont nous ne pou­vions nous pas­ser, mais du monde phy­sique réel.

Com­ment agi­rions-nous, et réagi­rions-nous, si non seule­ment nous disions cela, mais si nous le pen­sions sérieu­se­ment ? Com­ment agi­rions-nous, et réagi­rions-nous, si nous n’étions pas fous (c’est-à-dire décon­nec­tés de la réa­li­té phy­sique) ? Pour­quoi est-ce si dif­fi­cile de com­prendre que les humains peuvent sur­vivre (et ont sur­vé­cu) rela­ti­ve­ment bien sans éco­no­mie indus­trielle, mais qu’une éco­no­mie indus­trielle — et n’importe quelle éco­no­mie, d’ailleurs — ne peut sur­vivre sans une pla­nète vivante ?

En véri­té, le res­pon­sable japo­nais, ain­si que tous ceux qui affirment ne pas pou­voir ima­gi­ner vivre sans élec­tri­ci­té, feraient bien de com­men­cer à essayer, sur­tout parce que la pro­duc­tion indus­trielle d’électricité n’est pas sou­te­nable — que l’on parle de char­bon, d’hydroélectricité, de solaire ou d’éolien indus­triels —, ce qui signi­fie qu’un jour, qui plus est rela­ti­ve­ment proche, les gens devront non seule­ment ima­gi­ner vivre sans élec­tri­ci­té, mais qu’ils devront éga­le­ment vivre sans élec­tri­ci­té, aux côtés des 2 mil­liards et plus qui s’en passent déjà. À pro­pos de cette pers­pec­tive, voi­ci ce qu’un Hapa (une per­sonne à moi­tié d’origine hawaïenne) m’a récem­ment expli­qué : « Beau­coup d’entre nous ne font que prendre leur mal en patience en atten­dant de retour­ner aux modes de vie des anciens. Il ne peut res­ter que quelques décen­nies à attendre, tout au plus. Ici, nous nous en sommes très bien sor­tis sans micro-ondes, sans pop­corn, sans ton­deuses et sans jet skis ».

Ce qui me mène au troi­sième article que j’ai lu, inti­tu­lé « Qu’êtes-vous prêt à sacri­fier pour aban­don­ner l’énergie nucléaire ? ». Son auteur par­lait, à l’ins­tar du res­pon­sable japo­nais et de George Mon­biot, de l’importance de garan­tir une source d’éner­gie bon mar­ché pour l’économie indus­trielle. Mais il avait tout faux. La vraie ques­tion est : qu’êtes-vous prêt à sacri­fier pour per­mettre la conti­nua­tion de la pro­duc­tion d’éner­gie nucléaire ? Et, plus géné­ra­le­ment : qu’êtes-vous prêt à sacri­fier pour per­mettre la conti­nua­tion de ce mode de vie industriel ?

Étant don­né que la pro­duc­tion indus­trielle d’électricité est insou­te­nable, et étant don­né que beau­coup de non-humains et beau­coup d’humains meurent et mour­ront à cause d’elle, une autre ques­tion se pose : que res­te­ra-t-il du monde lorsque le réseau s’éteindra ? Je ne sais pas pour vous, mais je pré­fère vivre sur une pla­nète saine et en mesure de sou­te­nir la vie plu­tôt que sur une pla­nète qui res­semble aux régions déso­lées où sont extraites les terres rares et les autres matières pre­mières néces­saires à la construc­tion des routes, des gratte-ciels, des pan­neaux solaires, des éoliennes, des cen­trales nucléaires, etc.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Faus­to Giudice

Pour aller plus loin :

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
1
Shares
3 comments
  1. Mer­ci pour l’ar­ticle et pour la tra­duc­tion qui lui donne for­cé­ment, cette brillance.
    Des textes révo­lu­tion­naires se suc­cèdent depuis l’an 2000, une date de départ « pra­tique » pour abor­der l’u­ni­ver­sa­li­té des connais­sances sur les nui­sances via les réseaux sociaux que l’on pour­rait croire utiles pour struc­tu­rer un solide écha­fau­dage visant à bâtir une pen­sée com­mune pour le seul bien de l’hu­ma­ni­té dont le sub­strat ori­gi­nel est à jamais indissociable.
    Alors pour­quoi, plus les concepts s’é­pais­sissent à tra­vers des réflexions struc­tu­rées et abou­ties à visée sal­va­trice pour l’en­semble des espèces, dans l’es­poir de retrou­ver les odeurs d’hu­mus des forêts et des prai­ries en fleurs, plus il est facile d’ac­cé­der sans for­cer à un pro­fond déses­poir ? Car si on com­pi­lait l’en­semble des envo­lées mer­veilleu­se­ment natu­relles, la tota­li­té des appels à la vie éter­nelle via une décrois­sance heu­reuse, les hur­le­ments néces­saires visant à lut­ter contre les ten­ta­cules empoi­son­nées du capi­tal, on écri­rait LE livre, celui qui ser­vi­rait de consti­tu­tion, de charte uni­ver­selle, de code des lois, de code civil, de code du tra­vail … Des études à foi­son dont aucune méthode ne se dégage, hor­mis nos « petites manies indi­vi­duelles » de coli­bris déplumés …
    Je ne peux m’empêcher de citer un pas­sage étayant mon pro­pos me ren­voyant iné­luc­ta­ble­ment à la radi­ca­li­té et m’empêchant défi­ni­ti­ve­ment de « faire socié­té » sui­vant l’ex­pres­sion consa­crée : « Beau­coup d’entre nous ne font que prendre leur mal en patience en atten­dant de retour­ner aux modes de vie des anciens. Il ne peut res­ter que quelques décen­nies à attendre, tout au plus ». Si j’a­vais des décen­nies, j’a­chè­te­rais volon­tiers cette idée géniale avec ma mon­naie locale …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

[...] Pour inverser la tendance, nous sommes pour la résistance directe — mais une résistance plus intelligente, plus stratégique, plus décisive, qui ne se soucie pas d’essayer de convaincre les masses ou de pétitionner le gouvernement (bien que ces méthodes soient tout de même importantes, et devraient être utilisées en parallèle). Cette stratégie soutient la formation de groupes clandestins hautement organisés qui prendraient la tête de la résistance, sabotant les nœuds cruciaux de l’infrastructure industrielle afin de sectionner les artères du capitalisme mondial. [...]