Reporterre, Mr Mondialisation, Les Échos et la promotion des illusions vertes (par Nicolas Casaux)

Article mis à jour le 15 avril 2020.


Par­mi les nom­breuses bali­vernes col­por­tées afin d’encourager le déve­lop­pe­ment des indus­tries des éner­gies dites « vertes », « propres » ou « renou­ve­lables », dans l’optique de don­ner à croire qu’il pour­rait exis­ter une civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle « verte », « propre » ou « renou­ve­lable » (et par­tant du prin­cipe que ce serait chose sou­hai­table), on retrouve cette idée selon laquelle, au sur­plus, recou­rir à ces tech­no­lo­gies per­met­trait aux petites gens de récu­pé­rer « le pou­voir », ou « du pouvoir ».

Ain­si peut-on lire, dans un article inti­tu­lé « Auto­con­som­ma­tion : un mou­ve­ment citoyen qui pour­rait rabattre les cartes de l’industrie », publié en octobre 2017 dans Les Échos (média ultra-sub­ver­sif s’il en est), que le déve­lop­pe­ment des éner­gies dites « renou­ve­lables » ou « vertes » consti­tue « une occa­sion pour les citoyens de reprendre les pleins pou­voirs sur leur consom­ma­tion ». Ou dans un article du média alternatif/indépendant Repor­terre, que l’achat de pan­neaux solaires (ou d’autres appa­reils de pro­duc­tion d’énergie dite « verte »), c’est : « L’appropriation des outils de pro­duc­tion et de dis­tri­bu­tion par les citoyens ». Ou encore, dans un article inti­tu­lé « Des citoyens s’organisent pour four­nir de l’énergie renou­ve­lable et locale dans toute la Wal­lo­nie », publié par Mr Mon­dia­li­sa­tion (un autre for­mi­dable média alternatif/indépendant), que ces « ini­tia­tives » consis­tant à finan­cer et orga­ni­ser eux-mêmes le déve­lop­pe­ment de tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » per­mettent à des citoyens de se réap­pro­prier « les com­pé­tences stra­té­giques de pro­duc­tion et de four­ni­ture d’électricité à un niveau régio­nal et local ». Comme quoi, Repor­terre, Les Échos, Mr Mon­dia­li­sa­tion, c’est la même soupe avariée.

En réa­li­té, en ache­tant un (ou plu­sieurs) pan­neau solaire pho­to­vol­taïque, ou en ayant des parts dans un parc éolien, ou un bar­rage hydro­élec­trique, « les citoyens » ne reprennent le pou­voir sur rien du tout. Ils ne se réap­pro­prient aucu­ne­ment « les com­pé­tences stra­té­giques de pro­duc­tion et de four­ni­ture d’électricité à un niveau régio­nal et local ». C’est com­plè­te­ment absurde, et faux. Ils achètent des pan­neaux solaires. Ou prennent des parts dans un parc éolien. C’est tout. Une par­tie de l’énergie qu’ils consomment sera désor­mais pro­duite par ces appa­reils. Mais ils ne fabriquent pas eux-mêmes les­dits pan­neaux ou éoliennes, ni tous les appa­reils qui vont avec (ondu­leurs, bat­te­ries, câbles, etc.) qui sont les pro­duits de la civi­li­sa­tion indus­trielle glo­ba­li­sée, et des orga­ni­sa­tions auto­ri­taires que sont les États-nations, et du capi­ta­lisme. Ils ne contrôlent pas ni n’ont eux-mêmes fabri­qué les outils ayant ser­vi à construire les­dits pan­neaux solaires ou éoliennes. Ils ne savent sans doute pas grand-chose de tout ce qu’implique leurs pro­duc­tions. En quoi sont-ils faits ? D’où pro­viennent les matières pre­mières ? Qui les a extraites ? Trai­tées ? Trans­por­tées ? Où ses com­po­sants ont-ils été fabri­qués ? Où ont-ils été assem­blés ? Par qui ? À l’aide de quels outils, ou appa­reils ? etc. La tota­li­té de leur pro­jet s’inscrit dans le cadre des règles impo­sées par l’État-capitaliste. Ils deviennent sim­ple­ment eux-mêmes promoteurs/financeurs de pro­jets indus­triels. La belle affaire, n’est-ce pas.

On n’a jamais vu per­sonne sor­tir d’un maga­sin Ikea, après y avoir ache­té un cou­teau de cui­sine, se van­ter d’être pro­prié­taire d’un outil de pro­duc­tion, pré­tendre par-là se réap­pro­prier des « com­pé­tences stra­té­giques de pro­duc­tion et de four­ni­ture d’alimentation à un niveau régio­nal et local ».

En outre :

1. L’énergie soi-disant « verte » que pro­duisent et pro­dui­ront ces cen­trales (solaires, éoliennes, peu importe) s’ajoute et s’a­jou­te­ra sim­ple­ment au « mix éner­gé­tique » glo­bal, elle ne sup­plante pas la pro­duc­tion d’énergie offi­ciel­le­ment non-verte.

2. Cette éner­gie, dont le carac­tère « vert » est déjà un fameux men­songe[1], pro­duite par des appa­reils issus du sys­tème tech­no-indus­triel capi­ta­liste qui détruit la pla­nète, sert à ali­men­ter tout un éven­tail d’appareils (autant de futurs e‑déchets) eux-mêmes issus du sys­tème tech­no-indus­triel capi­ta­liste mon­dia­li­sé qui détruit la pla­nète. Voi­là pour l’écologie.

Pour le dire autre­ment : les éoliennes et les pan­neaux solaires ne poussent pas dans les arbres et ne servent pas à faire fleu­rir les jon­quilles ; ils sont construits à l’aide de maté­riaux obte­nus ou extraits ici et là, dans des usines dis­per­sées ici et là, au moyen de tout un ensemble d’infrastructures et de machines indus­trielles, le tout repo­sant sur les régimes gou­ver­ne­men­taux (tout sauf démo­cra­tiques) des États-nations du monde et sur le capi­ta­lisme qu’ils imposent ; et ils servent à ali­men­ter des télé­vi­seurs, des réfri­gé­ra­teurs, des ordi­na­teurs, et tout un tas d’autres machines.

Les médias, groupes et indi­vi­dus qui font la pro­mo­tion des tech­no­lo­gies vertes en géné­ral n’ont en géné­ral aucune ana­lyse des impli­ca­tions poli­tiques des ins­tru­ments tech­niques, de la tech­no­lo­gie. Sans État et sans capi­ta­lisme (sans l’or­ga­ni­sa­tion sociale hié­rar­chique qu’il consti­tue, avec d’im­menses spé­cia­li­sa­tions et divi­sions du tra­vail, etc.), impos­sible de pro­duire le moindre pan­neau solaire pho­to­vol­taïque ou la moindre éolienne. Pour­tant, par­mi les­dits médias, groupes et indi­vi­dus,  plu­sieurs n’hé­sitent pas à se décla­rer anti­ca­pi­ta­listes, et à affir­mer, de manière par­fai­te­ment irré­flé­chie, que ces tech­no­lo­gies ne posent aucun pro­blème en elles-mêmes, que le pro­blème, c’est sim­ple­ment qu’elles ne sont pas encore au point et qu’elles se déve­loppent selon les « logiques du mar­ché » (alors, encore une fois, que sans le capi­ta­lisme, elles ne pour­raient tout bon­ne­ment pas exis­ter). Pour une dis­cus­sion plus appro­fon­die des liens entre le degré de com­plexi­té tech­no­lo­gique d’une socié­té et son poten­tiel démo­cra­tique, des liens entre cer­taines caté­go­ries de tech­no­lo­gies et cer­tains types d’or­ga­ni­sa­tion sociale, entre hautes tech­no­lo­gies et auto­ri­ta­risme, notam­ment, je vous ren­voie à cet article, et à celui-là.

Les escro­lo­gistes qui font la pro­mo­tion de ces illu­sions vertes de la socié­té tech­no­ca­pi­ta­liste ne valent pas mieux que le Gaël Giraud, idole des col­lap­so­logues (Pablo Ser­vigne chante régu­liè­re­ment ses louanges), ex-cra­pule (« éco­no­miste ») en chef de l’AFD, selon lequel un « capi­ta­lisme viable » est pos­sible, à condi­tion qu’il y ait « un ser­vice public fort » (un État fort, un État-pro­vi­dence fort), et que celui-ci ait pour ambi­tion de « relo­ca­li­ser et de lan­cer une réin­dus­tria­li­sa­tion verte de l’économie fran­çaise ».

En pro­mou­vant le déve­lop­pe­ment des éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables », ces cham­pions de l’é­co­lo­gie et de l’an­ti­ca­pi­ta­lisme font la pro­mo­tion : du capi­ta­lisme, du « déve­lop­pe­ment », de l’in­dus­tria­lisme. C’est-à-dire de tous les fléaux contre les­quels nous devrions lutter.

Nico­las Casaux

(L’i­mage qui accom­pagne cette publi­ca­tion est tirée de l’ar­ticle de Mr Mon­dia­li­sa­tion que je mentionne).


  1. Voir : https://www.partage-le.com/2017/07/04/letrange-logique-derriere-la-quete-denergies-renouvelables-par-nicolas-casaux/ ou : https://www.partage-le.com/2017/02/06/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/ ou bien : https://www.partage-le.com/2016/12/14/le-mythe-des-energies-renouvelables-par-derrick-jensen/, ou encore : https://www.partage-le.com/2016/06/29/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/

Mise à jour du 15 avril 2020 :

MR MONDIALISATION ET LA PROMOTION DES ÉNERGIES DITES « RENOUVELABLES » — SUITE

Ou comment les écolos se retrouvent à jouer les idiots utiles des industriels et du capitalisme en favorisant « l’acceptabilité sociale » de « l’industrialisme vert »

À la suite de ma cri­tique, l’équipe de Mr Mon­dia­li­sa­tion a légè­re­ment amen­dé son article de pro­mo­tion du déploie­ment des tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable ». Il pré­cise désor­mais que :

« la réa­li­sa­tion [?] de tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergie renou­ve­lable n’est pas vrai­ment sans impact éco­lo­gique. De l’extraction des matières pre­mières à la trans­for­ma­tion en pas­sant par les trans­ports et la main­te­nance, aucune éner­gie n’est 100% propre, d’autant plus que les filières d’extraction et de fabri­ca­tion actuelles, prin­ci­pa­le­ment cen­tra­li­sées en Chine, ne sont pas des plus durables faute de régle­men­ta­tion effi­cace et éco­lo­gique. Par ailleurs, dans le modèle actuel axé sur la crois­sance, l’énergie durable pro­duite à ten­dance à s’ajouter au total de l’offre éner­gé­tique glo­bale sans vrai­ment la rem­pla­cer (para­doxe de Jevons).

Cepen­dant, l’énergie grise liée au cycle de pro­duc­tion des renou­ve­lables est pro­ba­ble­ment celle qui est la plus à même d’évoluer posi­ti­ve­ment et d’être contrô­lée à l’avenir. C’est d’ailleurs l’esprit de Coci­ter : redon­ner aux citoyens une forme de contrôle sur la pro­duc­tion d’énergie, aus­si impar­faite soit-elle. Contrai­re­ment aux éner­gies fos­siles dont le poten­tiel d’évolution a déjà été exploi­té et appar­tient à de grands groupes indus­triels, les renou­ve­lables, depuis les condi­tions d’extraction au spectre tech­nique (maté­riaux, recy­cla­bi­li­té,..), conti­nuent d’évoluer de manière spec­ta­cu­laire chaque année. Suf­fi­sant pour enrayer la méga-machine mon­dia­li­sée et l’effondrement ? Pro­ba­ble­ment pas sans une pro­fonde remise en ques­tion du champ éco­no­mique. Mais pour absor­ber les chocs socié­taux à venir, semble-t-il inévi­tables, et ain­si pré­ser­ver un sem­blant de paix sociale dans les com­mu­nau­tés les mieux pré­pa­rées, conti­nuer d’explorer les pistes du renou­ve­lable tout en optant pour une sobrié­té heu­reuse semble un moindre mal à ce stade. »

Plusieurs remarques :

  1. Affir­mer que le déve­lop­pe­ment des « tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergie renou­ve­lable n’est pas vrai­ment sans impact éco­lo­gique », c’est un euphé­misme. En réa­li­té, ledit déve­lop­pe­ment est, de bout en bout, nui­sible pour le monde natu­rel, et repose inté­gra­le­ment sur bien d’autres indus­tries, sur tout un tas d’infrastructures indus­trielles toutes plus nui­sibles les unes que les autres pour la pla­nète. Pour un petit aper­çu des nui­sances liées au déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies dites « vertes » en géné­ral, on se tour­ne­ra, pour prendre un exemple par­mi plein d’autres, vers les luttes de ces vil­lages du nord du Por­tu­gal qui sont mena­cés par l’industrie du lithium (qui espère éta­blir des mines de lithium sur leur territoire).
  2. Ils ne disent stric­te­ment rien de l’utilisation de cette éner­gie faus­se­ment verte. On pro­duit de l’énergie faus­se­ment verte, you­pi, mais pour quoi faire ? Pour ali­men­ter quoi ? Des appa­reils bio ?
  3. Ils conti­nuent d’affirmer que le fait d’acheter un pan­neau solaire (ou d’avoir des parts dans un parc éolien), c’est avoir « une forme de contrôle sur la pro­duc­tion d’énergie ». Ain­si que je le rap­pe­lais, c’est fran­che­ment grotesque.
  4. Ils affirment que le « poten­tiel d’évolution » des éner­gies dites « renou­ve­lables » ne repose pas sur « de grands groupes indus­triels », ce qui est lar­ge­ment faux, puisque le déve­lop­pe­ment des­dites éner­gies repose sur l’industrie minière, l’industrie du trans­port, l’industrie de la construc­tion d’infrastructures (routes, etc.), et bien d’autres indus­tries. Et sur­tout parce que les dif­fé­rentes indus­tries de la construc­tion d’appareils de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » sont — évi­dem­ment ! — domi­nées par de grands groupes indus­triels (pour le solaire : Tri­na Solar, Cana­dian, Solar, Jin­ko­So­lar, etc. ; pour l’éolien : Ves­tas, Game­sa, Ener­con, etc.). La coopé­ra­tive dont ils chantent les louanges se four­nit cer­tai­ne­ment auprès d’un ou plu­sieurs de ces grands groupes indus­triels du capitalisme.
  5. Ils opposent « éner­gies fos­siles » et « renou­ve­lables », alors que le déve­lop­pe­ment des secondes repose inté­gra­le­ment sur l’utilisation des pre­mières (extrac­tions minières, construc­tion et main­te­nance des infra­struc­tures de trans­port, etc.).
  6. Ils jus­ti­fient leur apo­lo­gie de ce déve­lop­pe­men­tisme vert par un espoir absurde. Je para­phrase : à l’avenir, peut-être que le déploie­ment de ces appa­reils de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » pol­lue­ra moins. Il s’agit donc de miser sur une expec­ta­tive hau­te­ment impro­bable, et de toute façon indé­si­rable, absurde (comme si des des­truc­tions moindres, comme si détruire le monde, mais un peu moins, c’était un hori­zon dési­rable, comme si une moindre des­truc­tion du monde par le capi­ta­lisme indus­triel pou­vait consti­tuait un objec­tif digne de ce nom). Ce fai­sant, ils font fi des réa­li­tés pré­sentes, occultent les innom­brables rami­fi­ca­tions du déve­lop­pe­ment de ces tech­no­lo­gies (éner­gie pour quoi faire ? Dépen­dance d’autres indus­tries ; nui­sances envi­ron­ne­men­tales très réelles actuel­le­ment ; par­ti­ci­pa­tion au déve­lop­pe­ment de la socié­té indus­trielle ; etc.)
  7. Ils se demandent, étran­ge­ment, si le déve­lop­pe­ment de ces tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » suf­fi­ra à « enrayer la méga-machine mon­dia­li­sée et l’effondrement ». « Enrayer la méga-machine mon­dia­li­sée », est-ce que ça ne désigne pas pré­ci­sé­ment l’effondrement de ladite « méga-machine » ? Donc enrayer à la fois la méga-machine et son effon­dre­ment, qu’est-ce que cela peut bien vou­loir dire ? En outre, cela semble signi­fier que, selon eux, le déve­lop­pe­ment d’un nou­veau sec­teur indus­triel du capi­ta­lisme consti­tue une dyna­mique propre à nuire à la socié­té indus­trielle capi­ta­liste mon­dia­li­sée (en termes de n’importe quoi, dif­fi­cile de faire mieux).
  8. Au bout du compte, ils jus­ti­fient leur défense de ce déve­lop­pe­men­tisme vert par l’idée selon laquelle il per­met­tra d’ « absor­ber les chocs socié­taux à venir » et ain­si de « pré­ser­ver un sem­blant de paix sociale dans les com­mu­nau­tés les mieux pré­pa­rées ». Quoi que cela puisse vou­loir dire, ça me semble une très mau­vaise jus­ti­fi­ca­tion, notam­ment en rai­son de tout ce qui pré­cède. Ain­si qu’un ami qui étu­die le sujet le rap­pelle : « la majo­ri­té des pro­jets dits « par­ti­ci­pa­tifs » ou « citoyens » sont en réa­li­té inves­ti par des agri­cul­teurs conven­tion­nels, par­fois de la FNSEA, pour pro­fi­ter du tarif de rachat en sou­tien de ces filières. » C’est-à-dire que « l’investissement citoyen dans les parcs éoliens pro­fitent à… ceux qui ont les moyens de mettre de l’argent dedans ».

Dans l’en­semble, les médias qui, à l’ins­tar de Mr Mon­dia­li­sa­tion ici, pro­meuvent ce genre de déve­lop­pe­men­tisme vert, par­ti­cipent très pré­ci­sé­ment à mettre en pra­tique les recom­man­da­tions de cette étude inti­tu­lée « Exa­mi­ner l’ac­cep­ta­bi­li­té sociale de l’éner­gie éolienne : Guide pra­tique pour le déve­lop­pe­ment de pro­jets éoliens ter­restres en France », réa­li­sée par Peter Ene­vold­sen et Ben­ja­min K.Sovacool, du Cen­ter for Ener­gy Tech­no­lo­gies, Depart­ment of Busi­ness Tech­no­lo­gy and Deve­lop­ment (Centre pour les tech­no­lo­gies éner­gé­tiques, dépar­te­ment du busi­ness de la tech­no­lo­gie et du déve­lop­pe­ment) de l’université d’Aarhus au Dane­mark. Uni­ver­si­té qui compte par­mi ses conseillers externes le direc­teur des recherches de Sie­mens Wind Power et par­mi les entre­prises par­te­naires à l’embauche Sie­mens, encore une fois, et Ves­tas (la plus impor­tante entre­prise au monde de l’industrie de l’éolien).

Le résu­mé de l’étude :

« Cette étude exa­mine les méthodes per­met­tant d’ac­croître l’acceptabilité sociale locale des pro­jets éoliens ter­restres en France. Elle s’ap­puie sur des entre­tiens de recherche semi-struc­tu­rés et sur les obser­va­tions d’une entre­prise fran­çaise d’éner­gie éolienne. Cette socié­té a consta­té que le manque d’acceptabilité sociale locale des pro­jets éoliens aug­men­tait le risque d’é­chec, d’es­ca­lade des coûts et de retard dans les pro­jets. Dans cette étude, nous résu­mons d’a­bord les études récentes concer­nant l’op­po­si­tion sociale locale et l’acceptabilité de l’éner­gie éolienne à tra­vers une sélec­tion de lit­té­ra­ture sur le sujet et des études de cas de pro­jets éoliens à tra­vers l’Eu­rope. Nous uti­li­sons ensuite ces don­nées pour déga­ger des lignes direc­trices sur la manière d’aug­men­ter la pro­ba­bi­li­té d’acceptabilité sociale dans le déve­lop­pe­ment de pro­jets éoliens ter­restres en France, et pour infor­mer les débats actuels dans la lit­té­ra­ture des études sur l’éner­gie, sur l’acceptabilité de l’éner­gie éolienne et les tran­si­tions énergétiques. »

Quelques extraits de la conclusion :

« Nous avons consta­té qu’il existe une oppo­si­tion sociale contre les parcs éoliens en France, en effet les déci­deurs poli­tiques locaux et les habi­tants sont sus­cep­tibles de s’op­po­ser aux pro­jets éoliens. Cepen­dant, l’acceptabilité sociale de l’éner­gie éolienne peut être obte­nue par toute une série d’ac­ti­vi­tés, géné­ra­le­ment en infor­mant et en impli­quant un large consor­tium d’investisseurs [l’énergie renou­ve­lable « citoyenne », coopé­ra­tive, pro­mue par Mr Mondialisation].

Ain­si que notre étude l’a mon­tré, les pro­jets éoliens ont besoin de sou­tien public, par­ti­cu­liè­re­ment de celui des habi­tants locaux et du maire. En sus, la pro­prié­té com­mu­nau­taire [là encore, les fameuses coopé­ra­tives] favo­rise l’acceptabilité sociale locale, de même que l’inclusion d’actionnaires locaux favo­rise l’acceptabilité communautaire. »

Print Friendly, PDF & Email
Total
88
Shares
2 comments
  1. Je suis d’ac­cord avec l’ar­ticle : j’ai ins­tal­lé chez moi un pan­neau solaire (qui est asia­tique) cou­plé à un ondu­leur (qui est amé­ri­cain) relié à un disjoncteur/compteur (fran­çais avec des pièces asia­tiques). Je n’ai pas pris \« l’op­tion\ » du sui­vi de la pro­duc­tion sur mon por­table ou mon ordi­na­teur (qui n’a aucun sens : je sais lire et j’ai des jambes pour aller voir direc­te­ment sur le compteur/disjoncteur).
    Bien sûr, quand je parle de mon pan­neau solaire, tout le monde me parle d’é­co­lo­gie et que je suis super en avance et tout le monde pense indépendance.
    Mais… voilà…l’installation ne peut pas mar­cher si le four­nis­seur d’élec­tri­ci­té décide de me cou­per le cou­rant. Ce n’est pas autonome.
    Ai-je fait çà pour être éco­lo ? Non, j’ai fait çà parce que les fac­tures d’élec­tri­ci­té n’ar­rêtent pas d’aug­men­ter et que les 15% à 50% que j’ar­rive à pro­duire moi-même selon les mois et l’en­so­leille­ment, c’est tou­jours çà que je ne donne pas à des connards qui contrôlent le busi­ness de l’énergie.
    Et puis, le pan­neau sans se poser de ques­tions sur sa consom­ma­tion, çà n’a stric­te­ment aucun intérêt. 

    Donc, le pan­neau n’a rien d’é­co­lo en soi, c’est les ques­tions que vous déci­dez de vous poser sur votre consom­ma­tion élec­trique qui sont la vraie démarche éco­lo­gique. Le pan­neau n’est pas une fin, et à peine un moyen.
    Le pan­neau, ce n’est pas de l’in­dé­pen­dance car il est sou­mis au fil à la patte géré par EDF et consorts. C’est juste un tout petit peu plus d’au­to­no­mie, mais dans le monde capi­ta­liste que nous avons, l’in­dé­pen­dance n’exis­te­ra jamais.

  2. Mer­ci Nico­las pour cet article.
    Je lis depuis plu­sieurs années vos écrits sur ce site et je trouve la cri­tique radi­cale tou­jours très inté­res­sante. Dans un monde de \« déve­lop­pe­ment durable\ » la cri­tique radi­cale est une bous­sole qui per­met de ne pas perdre le Nord et de som­brer dans l’ab­surde croyance que le pro­grès dit vert sau­ve­ra les pauvres et l’environnement.
    La fabrique du consen­te­ment est intense. Les illu­sions et mani­pu­la­tions sont nom­breuses pour for­cer l’ins­tal­la­tion d’ aéro­gé­né­ra­teurs de 220m de haut, de parcs pho­to­vol­taiques et d’autres faux pro­jets pour rem­pla­cer le nucléaire. Ces indus­tries n’ont pour l’ins­tant qu’un seul avan­tage : ven­ti­ler effi­ca­ce­ment d’é­normes sub­ven­tions. 120 milliards !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La dépression est une maladie de civilisation (par Sara Burrows)

Mais la dépression n’est pas une maladie naturelle. Ce n’est pas une inéluctabilité liée au fait d’être humain. Ildari déclare qu’à l’instar de beaucoup de maladies, la dépression est une maladie de civilisation. C’est une maladie causée par un mode de vie moderne industrialisé hautement stressant incompatible avec notre évolution génétique.