L’étrange logique derrière la quête d’énergies « renouvelables » (par Nicolas Casaux)

Pour com­men­cer, quelques ques­tions, trop rare­ment posées :

La des­truc­tion en cours des dif­fé­rents biomes de la pla­nète, leur conta­mi­na­tion par d’innombrables sub­stances et pro­duits toxiques, les pol­lu­tions mas­sives des milieux natu­rels sont-elles davan­tage les consé­quences de la manière dont la civi­li­sa­tion indus­trielle pro­duit l’éner­gie qu’elle consomme ou les consé­quences de ce qu’elle fait de cette éner­gie (ou les deux) ? Et en quelles proportions ?

Autre­ment dit, la pla­nète est-elle en train d’être détruite par les consé­quences directes de la pro­duc­tion éner­gé­tique indus­trielle mon­diale ou l’est-elle davan­tage par ses consé­quences indirectes ?

Le déver­se­ment annuel de mil­lions de tonnes de plas­tique qui asphyxient les océans dépend-il du type d’énergie uti­li­sée par les usines et les zones industrielles ?

Les mil­lions de tonnes de déchets toxiques annuel­le­ment géné­rées par les dif­fé­rentes indus­tries (cos­mé­tique, élec­tro­nique, chi­mique, agri­cole, ves­ti­men­taire, fores­tière, de la construc­tion navale, de la construc­tion auto­mo­bile, etc.) sont-elles les consé­quences de la manière dont est pro­duite l’énergie qu’elles utilisent ?

La des­truc­tion d’écosystèmes, leur pol­lu­tion, et l’extirpation de mil­lions de tonnes de res­sources non-renou­ve­lables (métaux, mine­rais en tous genres) des entrailles de la pla­nète par l’industrie des extrac­tions minières sont-elles liées à la manière dont est pro­duite l’énergie qu’elle utilise ?

L’abattage des der­nières forêts d’Afrique (et d’ailleurs) afin de four­nir du bois d’œuvre (ou l’abattage des forêts d’Amérique du Sud afin de déga­ger de l’espace pour l’élevage et d’autres acti­vi­tés indus­trielles) est-il lié à la manière dont est pro­duite l’énergie uti­li­sée par les usines de trai­te­ment du bois ?

Le monde est-il en train d’être détruit par manque d’une pro­duc­tion indus­trielle d’énergie « verte » ou « propre » ou « renouvelable » ?

Inver­se­ment, si toute la pro­duc­tion d’énergie indus­trielle était, ou plu­tôt, pou­vait être, « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », l’humanité indus­trielle ces­se­rait-elle de détruire, pol­luer, conta­mi­ner, et épui­ser la planète ?

En l’état des choses, les dif­fé­rentes indus­tries qui consti­tuent nos socié­tés indus­tria­li­sées sur­ex­ploitent et épuisent déjà lar­ge­ment les res­sources natu­relles (renou­ve­lables et non-renou­ve­lables) de la pla­nète. Qu’en sera-t-il lorsque l’industrialisation (élec­tri­fi­ca­tion, moder­ni­sa­tion, urba­ni­sa­tion, etc.) de tous les pays dits en déve­lop­pe­ment sera ache­vée ? Lorsque tous les habi­tants de la pla­nète consom­me­ront autant qu’un européen ?

Étant don­né que les pays du monde pro­duisent actuel­le­ment envi­ron 50 mil­lions de tonnes de déchets élec­tro­niques (ou e‑déchets) par an, dont l’immense majo­ri­té (90%) ne sont pas recyclées.

Étant don­né qu’ils pro­duisent éga­le­ment plus de 3,5 mil­lions de tonnes de déchets solides par jour (d’après un rap­port de la Banque mon­diale).

Étant don­né que cela suf­fit à par­ler de désastre.

Étant don­né que c’est loin d’être le seul pro­blème (et que c’est d’ailleurs un pro­blème dont l’ampleur va aug­men­ter expo­nen­tiel­le­ment au cours des pro­chaines décen­nies, comme nous allons le voir).

Étant don­né que les extrac­tions mon­diales de res­sources en métaux et mine­rais des­ti­nés aux dif­fé­rentes indus­tries s’élèvent actuel­le­ment à plus de 40 mil­liards de tonnes par an.

Étant don­né qu’en 1970, d’après un rap­port de l’ONU, la quan­ti­té totale des matières pre­mières extraites à tra­vers la pla­nète par l’humanité indus­trielle avoi­si­nait les 22 mil­liards de tonnes, et qu’en 2010, elle dépas­sait les 70 mil­liards de tonnes (ce qui cor­res­pond à un tri­ple­ment en 40 ans).

Étant don­né qu’il nous fau­dra en extraire 180 mil­liards de tonnes en 2050 si nous conti­nuons à consom­mer comme nous consom­mons aujourd’hui et si la course au « déve­lop­pe­ment » se poursuit.

Étant don­né que notre consom­ma­tion actuelle glo­bale d’eau douce (ima­gi­nez donc ce qu’il en sera demain !), pour prendre un autre exemple, est elle aus­si d’ores et déjà lar­ge­ment insou­te­nable (c’est-à-dire que nous consom­mons l’eau des nappes phréa­tiques et des aqui­fères plus rapi­de­ment qu’ils ne se rem­plissent, ain­si qu’un rap­port de la NASA le sou­li­gnait en 2015 : 21 des 37 aqui­fères les plus impor­tants sont pas­sés en-des­sous du seuil de dura­bi­li­té — ils perdent plus d’eau qu’ils n’en accumulent).

 

Étant don­né qu’en rai­son de la course au « déve­lop­pe­ment » (élec­tri­fi­ca­tion, indus­tria­li­sa­tion, moder­ni­sa­tion, « pro­grès ») des conti­nents qui ne l’étaient pas encore entiè­re­ment (Afrique, Asie, Amé­rique du Sud, notam­ment), il est pré­vu que la pro­duc­tion annuelle glo­bale déjà fara­mi­neuse (50 mil­lions de tonnes) de déchets élec­tro­niques (ou e-déchets) croisse de 500%, envi­ron, au cours des décen­nies à venir (en rai­son d’explosions des ventes de télé­phones por­tables, d’ordinateurs, de télé­vi­sions, de tablettes, etc.). Et étant don­né qu’il est aus­si pré­vu que la quan­ti­té totale des déchets solides pro­duits chaque jour dans le monde triple d’ici 2100, pour atteindre plus de 11 mil­lions de tonnes par jour.

Étant don­né que la majo­ri­té des déchets élec­tro­niques des pays dits « déve­lop­pés » (ces 90% qui ne sont pas recy­clés, mais qui sont char­gés en métaux lourds et autres sub­stances plus toxiques les unes que les autres) sont envoyés dans ces pays dits « en déve­lop­pe­ment », où ils s’entassent dans des « cime­tières élec­tro­niques » et autres « e-décharges », où ils pol­luent gra­ve­ment les sols, l’air et les cours d’eaux (comme à Agbog­blo­shie au Gha­na, ce que vous pou­vez consta­ter dans le docu­men­taire Toxi­Ci­té, ci-après, ou comme à Guiyu en Chine, à Sher­shah au Pakis­tan, à Dha­ka au Ban­gla­desh, et en Inde, et en Thaï­lande, et aux Phi­lip­pines, et ailleurs), où ils détruisent la san­té des humains qui tra­vaillent à les trier (c’est-à-dire qui les brûlent n’importe où et n’importe com­ment, sans pro­tec­tion, à l’air libre afin d’en sor­tir du cuivre et d’autres métaux qu’ils revendent ensuite pour une bou­chée de pain), et la san­té des ani­maux non-humains qui vivent sur place.

https://www.youtube.com/watch?v=MYzf6idjmik

Étant don­né que l’utilisation mas­sive de res­sources non-renou­ve­lables néces­saire à la fabri­ca­tion de ces pro­duits high-tech est d’ores et déjà lar­ge­ment insou­te­nable et qu’elle le sera d’autant plus lorsque tous les habi­tants du monde en consom­me­ront autant que les habi­tants des pays riches, ce qui entrai­ne­ra une mul­ti­pli­ca­tion par 5 ou plus de la consom­ma­tion d’appareils électroniques.

Étant don­né que l’utilisation de ces pro­duits élec­tro­niques est sou­vent nocive pour le « consom­ma­teur » (écrans qui abîment les yeux, qui altèrent les capa­ci­tés cog­ni­tives, qui nuisent au som­meil, télé­phones por­tables qui génèrent des can­cers, des tumeurs, etc.) et qu’elle nuit bien plus aux rela­tions sociales qu’elle ne les enrichit.

Étant don­né que pour sub­ve­nir à ces besoins crois­sants en mine­rais, métaux et autres « res­sources natu­relles », la civi­li­sa­tion indus­trielle (l’ensemble de nos socié­tés indus­trielles) va conti­nuer à s’étendre (comme elle le fait depuis son avè­ne­ment, par défi­ni­tion, puisque c’est ce qu’impliquent les concepts de « crois­sance » et de « développement »).

Étant don­né que cette expan­sion se fera comme tou­jours au détri­ment du monde natu­rel, des biomes, des der­niers peuples tri­baux et des espèces non-humaines de la planète.

Étant don­né que l’expansion de la civi­li­sa­tion indus­trielle se fait éga­le­ment au nom de ces tech­no­lo­gies soi-disant « vertes », comme au Groen­land, où des terres rares et autres mine­rais (comme l’uranium), récem­ment ren­dus acces­sibles (quelle chance !), grâce au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, vont être extraits du sous-sol afin de pour­voir aux besoins de « la nou­velle éco­no­mie verte mon­diale ».

Étant don­né, en effet, que toutes les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’électricité dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », les bar­rages, les éoliennes, les pan­neaux solaires, etc., requièrent éga­le­ment des extrac­tions minières mas­sives de maté­riaux par­fois hau­te­ment toxiques, et qu’elles impliquent donc éga­le­ment des déchets miniers en grande quantité :

L’industrie des pan­neaux solaires, pour prendre l’industrie per­çue comme la plus « propre », requiert, entre autres, les maté­riaux sui­vants, lis­tés en avril 2016 par le site Resource Inves­tor : l’arsenic (semi-conduc­teur), l’aluminium, le bore (semi-conduc­teur), le cad­mium (uti­li­sé dans cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le cuivre (câblage et cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le gal­lium, l’indium (uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques), le mine­rai de fer (acier), le molyb­dène (uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques), le phos­phore, le sélé­nium, le sili­cium, l’argent, le tel­lure et le titane.

Étant don­né que le déploie­ment des tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergie dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable » implique une forte crois­sance de ces extrac­tions minières ; pour prendre un seul exemple, sou­li­gné par Oli­vier Vidal (le direc­teur de recherches CNRS au labo­ra­toire de l’Institut des sciences de la terre de Gre­noble dont les tra­vaux ont fait l’objet d’un article dans la revue Nature Geos­cience), dans une inter­view parue sur le site de l’Université Joseph-Fou­rier : « D’ici 2050, il fau­dra six ou sept fois la pro­duc­tion mon­diale d’acier actuelle pour les seuls sec­teurs des éner­gies renouvelables ».

Étant don­né qu‘il s’agit d’une évi­dence sou­li­gnée par la Banque mon­diale, elle-même, dans un récent com­mu­ni­qué de presse (18 juillet 2017), inti­tu­lé « La tran­si­tion vers les éner­gies propres fera aug­men­ter la demande de miné­raux », dont voi­ci un extrait :

Il faut s’attendre à une aug­men­ta­tion de la demande d’acier, d’aluminium, d’argent, de cuivre, de plomb, de lithium, de man­ga­nèse, de nickel et de zinc, ain­si que de cer­taines terres rares, telles que l’indium, le molyb­dène et le néo­dyme. Cette hausse pour­rait être par­ti­cu­liè­re­ment mar­quée sur le seg­ment des accu­mu­la­teurs élec­triques, où l’augmentation de la demande de métaux (alu­mi­nium, cobalt, fer, plomb, lithium, man­ga­nèse et nickel) pour­rait être mul­ti­pliée par plus de 1 000 % si les pays prennent les mesures néces­saires pour main­te­nir les tem­pé­ra­tures à ou en deçà de 2° C.

(Sauf que la Banque mon­diale y voit des « oppor­tu­ni­tés » pour les « pays riches en miné­raux » qui auront alors la chance et l’honneur de pou­voir et de devoir extraire tou­jours plus de res­sources de leurs sols et de leurs sous-sols — et donc de tou­jours plus détruire le monde natu­rel, ce que la Banque mon­diale ne dit pas, au contraire, puisqu’elle conti­nue, comme elle l’a tou­jours fait, à pré­tendre que les extrac­tions minières peuvent êtres res­pec­tueuses de l’environnement.)

Étant don­né que de toutes manières, une étude menée par l’ingénieur Phi­lippe Bihouix évoque trente à soixante ans de réserve pour la plu­part des grands métaux indus­triels que sont le zinc, le cuivre, le nickel ou le plomb, et que les réserves acces­sibles d’indium, notam­ment uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques, se limi­te­raient, elles, à vingt ans, et celles de cuivre à trente ans. (Cf., la vidéo suivante 🙂

Étant don­né, rap­pe­lons-le encore, que les extrac­tions minières sont des acti­vi­tés par­ti­cu­liè­re­ment nui­sibles pour l’environnement (avez-vous déjà vu à quoi res­semble et en quoi consiste une zone d’exploitation minière ? Pré­tendre que cette pra­tique pour­rait être res­pec­tueuse de l’environnement, c’est pré­tendre qu’une coupe rase pour­rait être res­pec­tueuse d’une forêt), parce qu’elles impliquent en pre­mier lieu de détruire des éco­sys­tèmes entiers, et parce qu’elles rejettent ensuite d’importantes quan­ti­tés de déchets (pour exemple, voir cet article du Monde, inti­tu­lé « En Chine, les terres rares tuent des vil­lages »). Et étant don­né que le tra­vail dans les mines est un très bon exemple du carac­tère néces­saire et intrin­sèque des inéga­li­tés et de la hié­rar­chie dans une socié­té de masse (quel plai­sir d’aller tra­vailler à la mine, n’est-ce pas ? Qui n’en rêve pas ? D’ailleurs on se demande pour­quoi on n’y trouve pas plus de PDG, de mil­lion­naires et de milliardaires).

Étant don­né que, comme le for­mule Phi­lippe Bihouix, ingé­nieur cen­tra­lien et auteur de L’Âge des low tech, dans l’ouvrage col­lec­tif Crime cli­ma­tique stop ! (éd. du Seuil) :

Avec la crois­sance « verte » […] ce qui nous attend à court terme, c’est une accé­lé­ra­tion dévas­ta­trice et mor­ti­fère de la ponc­tion de res­sources, de la consom­ma­tion élec­trique, de la pro­duc­tion de déchets ingé­rables, avec le déploie­ment géné­ra­li­sé des nano­tech­no­lo­gies, des big data, des objets connec­tés. Le sac­cage de la pla­nète ne fait que commencer.

Étant don­né que toutes les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’électricité dite « verte », les bar­rages, les éoliennes, les pan­neaux solaires, etc., sont prin­ci­pa­le­ment déployées par des grandes mul­ti­na­tio­nales (Engie, Vin­ci, Total, BP, etc. ; pour plus de détails, lire la Note de Tra­duc­tion en fin de cet article).

Étant don­né qu’une socié­té en mesure de mettre en place tout ce sys­tème indus­triel de pro­duc­tion de hautes tech­no­lo­gies est néces­sai­re­ment mas­sive (c’est-à-dire que sa taille est exces­sive au point qu’elle en devient inhu­maine), inéga­li­taire, coer­ci­tive, hau­te­ment hié­rar­chi­sée et spécialisée.

Étant don­né que toutes les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’électricité dite « verte », les bar­rages, les éoliennes, les pan­neaux solaires, etc., qui sont des hautes tech­no­lo­gies, requièrent et dépendent donc éga­le­ment de ce type de société.

Étant don­né que la pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », issue des bar­rages, des éoliennes, des pan­neaux solaires, etc., ne rem­place pas du tout l’utilisation des com­bus­tibles fos­siles (on assiste actuel­le­ment au déve­lop­pe­ment de l’exploitation indus­trielle des hydrates de méthane, une nou­velle manière d’exploiter des com­bus­tibles fos­siles ; des cen­trales nucléaires sont en construc­tion dans plu­sieurs pays du monde, ain­si que des cen­trales au char­bon ; la frac­tu­ra­tion hydrau­lique pour l’exploitation du gaz de schiste se déve­loppe éga­le­ment, tout comme la pro­duc­tion de pétrole à par­tir des sables bitu­mi­neux) ; étant don­né qu’elle n’est qu’une nou­velle manière, sup­plé­men­taire, ou com­plé­men­taire, de pro­duire de l’énergie industrielle.

Afin d’illustrer ce der­nier point, quelques gra­phiques tirés d’un article publié le 13 juillet 2017 dans le Natio­nal Obser­ver :

Étant don­né que la pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », issue des bar­rages, des éoliennes, des pan­neaux solaires, etc., dépend de l’utilisation des com­bus­tibles fos­siles (au mini­mum : au niveau des extrac­tions minières, de l’infrastructure des trans­ports indus­triels, de la maintenance).

Étant don­né que toutes les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’électricité dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », les bar­rages, les éoliennes, les pan­neaux solaires, etc., servent, entre autres, à ali­men­ter en élec­tri­ci­té non seule­ment les pro­ces­sus de fabri­ca­tion mais aus­si l’usage des pro­duits high-tech pré­cé­dem­ment men­tion­nés (ceux dont 90% finissent dans des pays pauvres où ils détruisent l’environnement et tous ses habi­tants, ceux qui détruisent la san­té men­tale et phy­sique de leur uti­li­sa­teur, ceux dont la consom­ma­tion va for­te­ment croître mon­dia­le­ment, etc.), et par­ti­cipent ain­si de la conti­nua­tion du sys­tème éco­no­mique et tech­no­lo­gique en place (c’est-à-dire de la per­pé­tua­tion du désastre éco­lo­gique et social en cours).

Étant don­né qu’actuellement, d’après le der­nier rap­port de l’IEA (Inter­na­tio­nal Ener­gy Agen­cy, ou Agence inter­na­tio­nale de l’énergie) sur la pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable » (publié en 2016), celle-ci ne repré­sente qu’environ 13.8% de l’énergie consom­mée par la civi­li­sa­tion indus­trielle (c’est-à-dire que les 86.2% res­tants pro­viennent des com­bus­tibles fos­siles et du nucléaire), et qu’au sein de ces 13.8% d’énergie dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », les deux pre­mières et prin­ci­pales sources de pro­duc­tion sont :

  1. L’industrie des bio­car­bu­rants et de la bio­masse, qui désigne d’un côté le fait d’utiliser des terres arables pour faire pous­ser des plantes qui pour­raient ser­vir de nour­ri­ture (maïs, canne à sucre, soja, col­za et pal­miers à huile) de manière agro-indus­trielle (c’est-à-dire en détrui­sant les sols) afin de faire fonc­tion­ner des machines, et de l’autre, l’incinération mas­sive d’arbres, dont les forêts d’Europe, d’Amérique et d’ailleurs (plus de détails par ici), et d’autres soi-disant « déchets » orga­niques (ou leur métha­ni­sa­tion), et qui repré­sente 72.8% de la pro­duc­tion mon­diale d’énergie qua­li­fiée de « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable ». (Un récent article de Libé­ra­tion explique d’ailleurs qu’aujourd’hui, « à tra­vers le monde et en France aus­si, le bois est la pre­mière des éner­gies renou­ve­lables. Il repré­sente 40% du mix éner­gé­tique renou­ve­lable, loin devant l’hydraulique (20%), l’éolien (8%) ou le pho­to­vol­taïque (3%) »).
  2. L’industrie des bar­rages et sa pro­duc­tion d’hydroélectricité (une autre catas­trophe éco­lo­gique et sociale, entre des­truc­tions d’écosystèmes et dépla­ce­ments mas­sifs de popu­la­tions, ce qui est détaillé dans cet article) qui compte pour 17.7% de la pro­duc­tion mon­diale d’énergie qua­li­fiée de « verte » ou « propre » ou « renouvelable ».

(En effet, tou­jours d’après les der­niers chiffres publiés par l’IEA, le solaire et l’éolien repré­sentent envi­ron 1% de la pro­duc­tion d’éner­gie mon­diale, l’hydroélectrique 2.4% et les bio­car­bu­rants et la bio­masse 10.1%, ce qui signi­fie que lorsque vous enten­dez des poli­ti­ciens ou des patrons par­ler d’énergie « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », ou que vous lisez des articles à ce sujet dans les médias grand public, sauf pré­ci­sion, ne pen­sez pas pan­neaux solaires et éoliennes, pen­sez inci­né­ra­teur, métha­ni­seur, bio­car­bu­rants et bar­rages).

Étant don­né que le pro­blème (vous l’aurez pro­ba­ble­ment com­pris) des tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergie soi-disant « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable » est non seule­ment lié à la faus­se­té de ces qua­li­fi­ca­tifs (puisqu’en effet, toutes les indus­tries de pro­duc­tion d’énergie soi-disant « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable » sont en réa­li­té nui­sibles pour le monde natu­rel, comme toutes les indus­tries qui s’inscrivent dans le cadre de l’économie high-tech mon­dia­li­sée) mais éga­le­ment à l’utilisation de l’énergie produite.

Étant don­né que tout ceci (plus ou moins) est expli­qué par quelques per­sonnes et dans quelques ouvrages que l’immense majo­ri­té des habi­tants de la civi­li­sa­tion indus­trielle ne connaissent pas et n’ont pas lu, et, pour l’immense majo­ri­té de cette majo­ri­té, dont ils n’ont pas même enten­du par­ler (à ma connais­sance, en fran­çais, il existe en tout et pour tout trois livres qui traitent de cela : L’Âge des low tech de Phi­lippe Bihouix, Com­ment tout peut s’effondrer : Petit manuel de col­lap­so­lo­gie à l’usage des géné­ra­tions pré­sentes de Pablo Ser­vigne et Raphaël Ste­vens, & Le soleil en face de Fré­dé­ric Gaillard ; en anglais, il en existe davan­tage, comme Green Illu­sions : The Dir­ty Secrets of Clean Ener­gy and the Future of Envi­ron­men­ta­lism d’Ozzie Zeh­ner, les ouvrages de Der­rick Jen­sen, ceux de John Michael Greer, et d’autres encore).

Étant don­né que l’anonymat rela­tif de ces ouvrages et de leurs auteurs s’explique par la simple rai­son que l’analyse et la pers­pec­tive qu’ils exposent ne plaisent pas aux indi­vi­dus les plus for­tu­nés (à la classe diri­geante), puisqu’elles repré­sentent une menace pour la péren­ni­té de leur inté­rêts finan­ciers et de leur pouvoir/puissance, et qu’ils n’ont donc aucun inté­rêt à les pro­mou­voir dans les grands médias et au sein de la sphère cultu­relle domi­nante, qu’ils contrôlent.

Pen­sez-vous que les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’électricité dite « verte » ou « propre » ou « renou­ve­lable », les bar­rages, les éoliennes, les pan­neaux solaires, etc., puissent résoudre les innom­brables pro­blèmes extrê­me­ment graves aux­quels nous fai­sons face ?

Pen­sez-vous que leur déve­lop­pe­ment puisse résoudre le pro­blème de la sur­ex­ploi­ta­tion des res­sources non-renou­ve­lables (et de la sur­ex­ploi­ta­tion des res­sources renouvelables) ?

Pen­sez-vous que leur déve­lop­pe­ment puisse résoudre le pro­blème des inéga­li­tés sociales croissantes ?

Pen­sez-vous que leur déve­lop­pe­ment puisse résoudre le pro­blème de la sixième extinc­tion de masse, prin­ci­pa­le­ment liée à l’étalement urbain de la socié­té indus­trielle qui détruit les habi­tats natu­rels des ani­maux non-humains (et qui détruit tous les biomes et tous les habi­tats sains en géné­ral, donc ceux des humains) ?

Ou pen­sez-vous que la seule solu­tion cohé­rente au conglo­mé­rat des pro­blèmes que nous connais­sons relève avant tout d’une dimi­nu­tion dras­tique à la fois de la pro­duc­tion (et donc de la consom­ma­tion) de pro­duits indus­triels high-tech, de la pro­duc­tion d’électricité, des extrac­tions minières, et des extrac­tions de com­bus­tibles fossiles ?

(Avec en ligne de mire un aban­don pro­gres­sif de l’utilisation des — et de la dépen­dance aux — pro­duits indus­triels high-tech et de l’électricité indus­trielle ; un retour à un mode de vie simple, low-tech, basé sur un arti­sa­nat local, éco­lo­gique, per­met­tant un maxi­mum d’autonomie, un res­pect com­plet des équi­libres bio­lo­giques, et des espèces vivantes non-humaines).

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
26 comments
  1. Une réduc­tion dras­tique ou un aban­don complet !
    Il y aura peut-être des cir­cons­tances qui ne nous lais­se­rons même pas le choix — la dépen­dance à l’éner­gie [élec­trique] de cer­tains comme source de pou­voir et tout recom­mence. La pro­duc­tion, la « col­lec­tiv­sa­tion », même à petite échelle, je n’y crois plus.

  2. Mer­ci ! Je suis ravi que Phi­lippe Bihouix et son « Age des low-tech » soit cité ! Ce bou­quin m’a mer­veilleu­se­ment bou­le­ver­sé et mal­gré une approche déjà bien orien­tée de ma part. J’ai mili­té dans ma micro-sphère pour sa lec­ture. S’il rem­pla­çait Zola dans les écoles, affaire d’ur­gence abso­lue, on ne pour­rait pas crier au scan­dale … Mais n’en res­sort-il pas iné­luc­ta­ble­ment, au fur et à mesure que le constat appa­raît, que les aber­ra­tions du genre humain s’é­grènent, que nos contem­po­rains nous appa­raissent dans leurs tra­vers quo­ti­diens plas­ti­fiés et car­bo­nés, une pro­fonde déso­la­tion pous­sant à une future misan­thro­pie aïgue ? La véri­té fait mal …

  3. « L’home naît bon, la socié­té le cor­rompt » ! On peut tou­jours appor­ter des nuances et des adap­ta­tions d’é­poque mais sur le fond, cela reste vrai. Ne soyons pas misan­thropes mais nous pou­vons ou nous devons détes­ter, exé­crer les rouages de nos socié­tés capi­ta­listes industrielles.
    Celles-ci ont comme moteur, la pos­ses­sion, l’in­di­vi­dua­li­sa­tion jus­qu’à la peur ou la haine de l’autre. Inutile je crois de vou­loir oppo­ser le cli­ché « capi­ta­lisme » au cli­ché « com­mu­nisme » comme s’il n’exis­tait d’autres routes ; nos socié­tés actuelles nous volent notre imagination.

  4. Toutes les élites (éco­lo­gistes aus­si) sont des para­sites à éli­mi­ner, les éner­gies alter­na­tives nous pro­posent de ne rien chan­ger au sys­tème, seule­ment de rem­pla­cer l’e­ner­gie soit disant pol­luante par une autre éner­gie soit disant moins pol­luante, mais de conti­nuer dans notre délire de consom­ma­tion alors que toutes per­sonnes cen­sées sait que consom­mer c’est pol­luer, que consom­mer c’est detruire la pla­nète et la vie.
    Les élites sont le seul pro­bleme de notre délire col­lec­tif, elle ne sont rien sans les tra­vailleurs mais elle nous font croire exac­te­ment le contraire.
    Sans votre patron vous n’etes rien ? NON c’est votre patron, votre pre­sident, votre chef qui n’est rien sans vous.
    Mais au delà de cette per­cep­tion il faut voir où ce genre de com­por­te­ment mène le pou­voir des elites.

    Notre civi­li­sa­tion est fon­dée sur la haine.
    1984 c’est maintenant.

    Com­ment assure-t-on le pou­voir sur un autre ? En le fai­sant souf­frir. L’o­béis­sance ne suf­fit pas. Com­ment, s’il ne souffre pas, peut-on être cer­tain qu’il obéit, non à sa volon­té, mais à la nôtre ?

    Le pou­voir est d’in­fli­ger des souf­frances et des humi­lia­tions. Le pou­voir est de déchi­rer l’es­prit humain en mor­ceaux que l’on ras­semble ensuite sous de nou­velles formes que l’on a choi­sies. Com­men­cez-vous à voir quel sorte de monde nous créons ? Un monde de crainte, de tra­hi­son, de tour­ment. Un monde d’é­cra­seurs et d’é­cra­sés, un monde qui au fur et à mesure qu’il s’af­fi­ne­ra devien­dra plus impi­toyable. Le pro­grès dans notre monde sera le pro­grès vers plus de souf­france. Notre civi­li­sa­tion est fon­dée sur la haine ; il n’y aura pas d’autres émo­tions que la crainte, la rage, le triomphe et l’hu­mi­lia­tion. Nous détrui­rons tout le reste.

    Nous avons cou­pé les liens entre l’en­fant et les parents, entre l’homme et l’homme, entre l’homme et la femme. Mais plus tard, il n’y aura ni femme ni ami. Les enfants seront à leur nais­sance enle­vés aux mères, comme on enlève leurs oeufs aux poules. La pro­créa­tion sera une for­ma­li­té annuelle, comme le renou­vel­le­ment de la carte d’a­li­men­ta­tion. Il n’y aura plus de loyau­té que pour le pou­voir. Tous les plai­sirs de l’é­mu­la­tion seront détruits rem­pla­cés par l’i­vresse tou­jours crois­sante du pou­voir, qui s’af­fi­ne­ra de plus en plus. Il y aura à chaque ins­tant, le fris­son de la vic­toire, la sen­sa­tion de pié­ti­ner un enne­mi impuis­sant… Autant qu’un monde de triomphe ce sera un monde de ter­reur… Nous com­man­de­rons à la vie à tous ses niveaux.

    Vous ima­gi­nez qu’il y a quelque chose qui s’ap­pelle la nature humaine qui sera outra­gée par ce que nous fai­sons et se retour­ne­ra contre nous. Mais nous créons la nature humaine. L’homme est infi­ni­ment malléable.

    Tel est le monde que nous pré­pa­rons. Un monde où les vic­toires suc­cè­de­ront aux vic­toires et les triomphes aux triomphes, un monde d’é­ter­nelle pres­sion, tou­jours renou­ve­lée, sur la fibre de la puis­sance. Vous com­men­cez à réa­li­ser ce que sera ce monde. A la fin vous ferez plus que le com­prendre, vous l’ac­cep­te­rez, vous l’ac­cueille­rez avec joie, vous en deman­de­rez votre part en ido­lâ­trant vos propres bourreaux.

    1. Quoi qu’on dise, George Orwell était un pro­phète. Aldous Hux­ley aussi.

      Cette réplique de O’Brien est mémorable !

  5. Assez d’ac­cord avec vous Bill. Néan­moins, il ne faut pas oublier (au contraire) que devant la machine mons­trueuse de la sur­pro­duc­tion et celle qui glo­ri­fie le pou­voir d’a­chat et donc la sur­con­som­ma­tion, il y a des gens, sans élites qui vivent autre­ment dans le res­pect de la pla­nète. Sans impo­ser quoi que ce soit, ils font des dis­ciples non ado­ra­teurs, peut-être por­teurs d’un vrai chan­ge­ment. Il nous appar­tient d’en faire par­tie, sans se faire pié­ger dans des dogmes, ni être la proie de ceux qui vou­draient pro­fi­ter de notre éven­tuelle crédulité. 

    Notre mère âgée de 4,4 mil­liards d’an­nées envi­ron est mise à mort par 150 ans d’in­dus­tria­li­sa­tion, d’o­pu­lence écœu­rante, de pillage et de gas­pillage. Si nous devons tous dis­pa­raître, il faut rap­pe­ler aux puis­sants (les géno­ci­daires) qu’ils péri­ront aus­si et que la pla­nète s’en remet­tra sans problème.

    Les repré­sen­tants de la socié­té deviennent en effet trop sou­vent des élites avides de pou­voir créant ain­si le désordre social, la divi­sion, la peur, le règne…(de la gauche à la droite, des éco­los par­fois aus­si). Quel­qu’un disait que : « l’a­nar­chie c’est l’ordre sans le pou­voir ». Très vrai s’il n’est pas deve­nu lui-même une élite.

    A l’in­verse de la peur, de la haine, rien ne nous empêche de mon­trer qu’il existe d’autres choses, ce qui me fait pen­ser à ce mes­sage de sagesse amé­rin­dienne qu’un ami (que je remer­cie encore) m’a envoyé lorsque je broyait du noir. 

    Le voi­ci donc ce message : 

    « UN INDIEN EXPLIQUE A SON PETIT-FILS QUE CHACUN DE NOUS A EN LUI DEUX LOUPS QUI SE LIVRENT BATAILLE.
    LE PREMIER REPRÉSENTE LA VÉRITÉ, L’AMOUR ET LA GENTILLESSE.
    LE SECOND REPRÉSENTE LA PEUR, L’AVIDITÉ ET LA HAINE.
    « LEQUEL DES DEUX GAGNE ? » DEMANDE L’ENFANT.
    « CELUI QUE L’ON NOURRIT » RÉPOND LE GRAND-PÈRE. »

    D’ac­cord qu’il ne faut pas être naïf, mais si nous avons des enfants et petits enfants (les nôtres et ceux des autres, c’est pareil je crois), un autre ins­tinct, un « devoir » nous auto­rise à déso­béir à la haine et au mépris que les puis­sants portent à l’humanité.

    Nul n’est par­fait, à com­men­cer par moi, mais ten­tons, pour­quoi pas, de nour­rir le gen­til loup.

    1. « Si nous devons tous dis­pa­raître, il faut rap­pe­ler aux puis­sants (les géno­ci­daires) qu’ils péri­ront aus­si et que la pla­nète s’en remet­tra sans problème. »
      Je crois bien qu’ils s’en foutent et pré­parent même leur retraite. C’est pour cela qu’un mil­liar­daire mise sur la colo­ni­sa­tion de mars et d’autres études pous­sées sur les voyages spa­ciaux ou com­ment ne pas se faire démo­lir par les rayon­ne­ments co[s]miques. Solu­tion de repli comme une autre (et on ouvre ça à tous, comme ça on embarque quand même une petite clique de tra­vailleurs et de cadres supé­rieurs pour faire le sale bou­lot sur place comme en 40) au lieu de res­ter sur place et prendre le risque cer­tains de ter­mi­ner la tête sur une pique devant des mil­lions enragés.
      En bref, ce que eux voient pour y mettre les moyens et que per­sonne d’autre (hor­mis une tri­po­tée de scien­ti­fiques, des bio­lo­gistes aux cli­ma­to­logues) ici bas ne veut voir : no way

      Mer­ci, j’aime par­ti­cu­liè­re­ment l’al­lé­go­rie du loup. 🙂

    2. Si cela vous inté­resse, un artiste-confé­ren­cien qui s’ap­pelle Jean-Michel Wizenne a fait une chan­son de cette his­toire. Il parle la langue des Lakota/Sioux.

      Cher­chez sur You­tube « Ozuye Wan » (« un com­bat » en langue Lakota).

  6. C’est une évi­dence. Je suis d’ac­cord avec vous. Je ne vois tout sim­ple­ment pas com­ment il pour­rait en être autre­ment… cela me peine au-delà de tout car ce qui semble LE PLUS impor­tant : la bio-diver­si­té (en tout cas c’est mon avis), est à la mer­ci de ce que nous fai­sons. Je ne vois pas d’is­sue. Le sabo­tage et la résis­tance prô­née par DGR est bien une voie… qui ne me plait qu’à moi­tié, parce qu’elle demande une forme de sacri­fice. C’est du « en déses­poir de cause ». Voi­là ce monde, déses­pé­rant, déses­pé­ré. C’est à se ficher par la fenêtre. Je n’ai pas d’autre ques­tion, pas de solu­tion. Ma seule ques­tion serait : com­ment vous, qui avez cette conscience, Nico­las (et je suis bien sûre que d’autres l’ont aus­si, même si mino­ri­taires), com­ment sur­vi­vez-vous à tout ça ? Votre rôle est de lan­cer l’a­lerte (et vous le faites bien, bon cou­rage), est ce que cela vous suf­fit ? Conti­nuons à cher­cher… pen­dant ce temps le monde s’écroule(ra). Mon seul regret per­son­nel est d’être née si tard… pour voir ça. Et que les ten­ta­tives de vie « près de la nature » res­semblent à un der­nier souffle. Presque une mas­ca­rade. Les humains n’ont pas assez de recul. Pas assez de conscience. Ils sont comme des chiens qu’on nour­rit trop bien, ou qu’on parque. Je vous salue bien.

    1. Bon­jour Joelle,

      Je com­prends votre tris­tesse, la « bio-diver­si­té » est notre tout. Sans elle, nous ne sommes rien. Sachez que ceux qui sabotent n’ont rien à perdre, et c’est ce qui fait leur force. Il est vrai qu’il est très facile de dépri­mer quand on se confronte à la véri­té et aux faits sans fard. Ce moment de déprime peut avoir pour consé­quence un rebond inté­rieur, et c’est ce que je vous sou­haite. Il est inutile de se pré­sen­ter avec une mal­lette à outils de solu­tions, on est fait pour l’in­tros­pec­tion, en par­ti­cu­lier en ces temps de nar­cis­sisme. L’in­tros­pec­tion donne des voies éthiques puis­santes, car per­sonne ne les a déci­dées pour nous. Intros­pec­tion et action, voi­là ma maxime !

      Salu­ta­tions sincères.

    2. C’est effec­ti­ve­ment une stra­té­gie pro­po­sée parce que tout le reste est inef­fi­cace ou insuf­fi­sant. Et non, « lan­cer l’alerte », cela ne me suf­fit pas, mais ça m’a­nime. Je sur­vis et je vis parce que j’aime, vivre, ce monde, cette exis­tence, en dépit de la catas­trophe que la civi­li­sa­tion pro­page actuel­le­ment. Nous vivons effec­ti­ve­ment dans un désastre déses­pé­rant, mais pas seule­ment. J’aime beau­coup cet article de Der­rick, qui vous ins­pi­re­ra peut-être : https://partage-le.com/2015/03/lespoir-derrick-jensen/

    3. ça me rap­pelle la phrase de Madame Mit­ter­rand (Danièle) rap­pe­lant la para­bole du nénu­phar. On ne s’in­quiète pas de sa sur­face qui double tous les ans, la der­nière année il reste encore une moi­tié de lac libre donc tout va encore assez bien, l’an­née d’a­près c’est la fin, la mort instantanée.
      Nous y sommes c’est une évidence.
      Je peux même vous pré­dire une chose que peu de nous pour­ront véri­fier, nous serons exter­mi­nés par de grands moyens.
      Bombes ato­miques ou mieux épi­dé­mies qui lais­se­ront entre 0 et 1% de survivants.
      Seule solu­tion pour sau­ver une extrême mino­ri­té d’ul­tra-riches qui auront pris leurs pré­cau­tions pour tenir quelques mois à l’abri.
      Je n’ai pas le moindre début de preuve de ce que j’a­vance, j’ai la logique de sur­vie et de salo­pe­rie des hommes qui auront acquis la convic­tion qu’il faut sau­ver l’hu­ma­ni­té contre elle-même, mal­gré elle avant de dévas­ter toute la terre pour des mil­lé­naires comme nous y allons sans le moindre doute.

      Il n’existe pas de pos­si­bi­li­té autre qu’une for­mi­dable héca­tombe. Notre sys­tème poli­ti­co-éco­no­mi­co-finan­cier ne peut pas se réfor­mer, il est basé sur la fuite en avant, le pre­mier qui change est dévo­ré, et si trop changent on crèvent tous …
      La seule chose que je ne sais pas encore, si je vis assez long­temps, c’est quand cela adviendra.

  7. Ping : Le Partage
  8. Oui, tout comme Pouet, je pense qu’on sera obli­gés de reve­nir à une civi­li­sa­tion faite de sim­pli­ci­té, de sobrié­té éner­gé­tique dras­tique. On n’au­ra pas le choix ! En espé­rant que la terre résis­te­ra jusque là !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]