Lugubris Lamentatio (par Christophe Thro)

Lugubris Lamentatio

Il n’aura fal­lu que quelques jours pour pas­ser d’une dédai­gneuse insou­ciance à l’état de guerre sani­taire. L’immense orgueil d’une socié­té mon­dia­li­sée, d’une arro­gance à ce point illi­mi­tée qu’elle s’approprie une ère géo­lo­gique, l’anthropocène, sûre de sa maî­trise tech­no­lo­gique, repo­sant sur une pro­duc­ti­vi­té déme­su­rée, assu­rant une ges­tion mil­li­mé­trée des flux de mar­chan­dises, convain­cue de sa domi­na­tion pla­né­taire, est tota­le­ment bou­le­ver­sé par une autre espèce vivante dont la taille se mesure en nano­mètres. Cette espèce est très fra­gile, ne peut sur­vivre que quelques heures à l’air libre, est aisé­ment éli­mi­née par des pro­duits chi­miques que l’on peut fabri­quer en quan­ti­tés aus­si indus­trielles que notre civi­li­sa­tion d’êtres supé­rieurs. Les virus ont des struc­tures très simples ne pos­sé­dant aucun sys­tème d’énergie. Ils doivent donc trou­ver l’énergie de se repro­duire à l’extérieur en péné­trant des cel­lules dis­po­sant des condi­tions adé­quates leur per­met­tant de se répli­quer. Et pour­tant ces êtres minus­cules, négli­geables, ces plé­béiens côtoyant la sophis­ti­ca­tion, non seule­ment tuent mais désor­ga­nisent une socié­té d’êtres bien plus évo­lués et tel­le­ment conscients de l’être. Le colosse se rend compte que ses pieds sont d’argile.

Il y a une cer­taine iro­nie à consi­dé­rer que le coro­na­vi­rus qui a un besoin aus­si déses­pé­ré­ment rapide de se pro­cu­rer une source d’énergie pour sur­vivre et se déve­lop­per s’attaque à l’humain. Les hommes ont déve­lop­pé la socié­té dite « moderne » en se gavant d’énergie, fai­sant jaillir le sang noir des pro­fon­deurs, des mil­lions de seringues piquant la sur­face du sol des­ti­nées à ali­men­ter le déve­lop­pe­ment, le pro­grès, le confort, l’économie. Le bois avec son pro­lon­ge­ment le char­bon, le gaz, le nucléaire, le soleil, le vent, la cha­leur de la terre, l’eau sont domes­ti­qués grâce à des ouvrages de plus en plus gigan­tesques pour les trans­for­mer en éner­gie au ser­vice d’une fuite en avant démiur­gique. L’homme était deve­nu le nou­vel alpha­bet de la pla­nète, et sublime hybris, même sa des­truc­tion ne pou­vait pro­ve­nir que de lui. 

Or à l’aune des évé­ne­ments que nous endu­rons tous, il importe de nous inter­ro­ger sur la dicho­to­mie que l’on ren­contre entre les diverses pro­jec­tions que nous vou­lons asso­cier à l’évolution de la socié­té humaine et les mul­tiples niveaux de réa­li­tés objec­tives qui entrent de plus en plus sou­vent en contra­dic­tion avec ces iden­ti­fi­ca­tions men­tales et sociales. « La civi­li­sa­tion n’est qu’une mince pel­li­cule au-des­sus d’un chaos brû­lant » disait Frie­drich Nietzsche. On constate qu’il suf­fit de grat­ter quelques nano­mètres de cette pel­li­cule pour révé­ler la bar­ba­rie sous-jacente en toute trans­pa­rence. Ce virus est une cou­ronne de pro­jec­teurs qui illu­minent les couches stra­ti­gra­phiques de notre socié­té avec l’impavide féro­ci­té du non juge­ment. C’est à nous, les humains, de recon­si­dé­rer en pro­fon­deur le sens de ce qu’est la civilisation.

Applau­dir les équipes médi­cales à heures fixes depuis ses fenêtres relève d’un bon sen­ti­ment, d’une marque de soli­da­ri­té aux net­toyeurs d’un Tcher­no­byl viral. Pour­tant beau­coup de ceux qui témoignent ain­si leur recon­nais­sance ont voté pour un gou­ver­ne­ment qui n’arrête pas de déman­te­ler le sys­tème hos­pi­ta­lier. Oubliées les mul­tiples grèves des pro­fes­sions de san­té à cause de condi­tions de tra­vail dégra­dées, effa­cée la démis­sion de 1 200 chefs de ser­vices hos­pi­ta­liers de leurs fonc­tions admi­nis­tra­tives, obli­té­ré le départ de 30 % des infir­mières dans les cinq ans sui­vant l’obtention de leur diplôme, négli­gés les burn-out et les sui­cides, oubliés les ser­vices d’urgence sur­char­gés dans des locaux sous-équi­pés ou vétustes et les malades aban­don­nés durant des heures sur des lits ali­gnés dans des cou­loirs, dis­pa­rues les charges de CRS bas­ton­nant allè­gre­ment les per­son­nels médi­caux osant mani­fes­ter.1 Il faut se taire afin que les méde­cins se concentrent pour soi­gner et sau­ver des vies, comme si l’absence de cri­tique des déci­sions poli­tiques ayant entraî­né une telle déli­ques­cence pou­vait pré­ser­ver l’existence des êtres qui nous sont chers. Et tant pis si les masques manquent, éter­nuer dans le creux du coude est bien plus effi­cace ânonnent les fameux « experts » que l’on res­sort à chaque grande occa­sion. Des « spé­cia­listes » qui pour les uns ins­til­lent le spectre de la peur en agi­tant la menace d’un nombre invrai­sem­blable de morts et pour les autres égrènent un dis­cours ras­su­rant et pater­na­liste. Ces nom­breuses per­son­na­li­tés ins­tal­lées comme des tiques au sein du sys­tème jouent leur rôle d’opium auprès du peuple pour l’enfumer. Ils sont payés pour cela. Et tant mieux si l’on ne dis­pose pas de suf­fi­sam­ment de tests de dépis­tage du virus, car cela per­met de res­ter dans une ras­su­rante sous-éva­lua­tion du nombre de per­sonnes infec­tées. Le gou­ver­ne­ment fran­çais déclare que les tests « condui­raient à satu­rer la filière de dépis­tage » (un nou­vel aveu de manque de moyens), contrai­re­ment au direc­teur de l’OMS qui a recom­man­dé d’effectuer « un test pour chaque cas suspect ». 

La popu­la­tion se tourne avec un espoir dont la déme­sure a été orches­trée vers la figure du Chef, de l’État, du Gou­ver­ne­ment. Elle demande, elle sup­plie leur Chef, hier cri­ti­qué aujourd’hui glo­ri­fié, de leur concé­der encore davan­tage d’atteintes à leurs liber­tés indi­vi­duelles. Les inter­dic­tions, déjà par­ti­cu­liè­re­ment nom­breuses dans un état qui se déclare démo­cra­tique, se mul­ti­plient encore plus rapi­de­ment que le coro­na­vi­rus lui-même. Il y a quelques mois à peine, les forces de l’ordre avaient réus­si à main­te­nir le pou­voir d’un État chan­ce­lant par un déchaî­ne­ment pro­gram­mé de bru­ta­li­té et de vio­lence, ins­tal­lant une chape de ter­reur (on pour­rait légi­ti­me­ment par­ler de ter­ro­risme d’État) en por­tant notam­ment atteinte au droit de mani­fes­ter, embas­tillant, humi­liant, muti­lant, tuant impu­né­ment. La crise du coro­na­vi­rus mono­po­lise une fois de plus les forces de l’ordre qui doivent faire res­pec­ter toutes les inter­dic­tions sup­plé­men­taires. Mais cette fois, le risque de remise en cause du sys­tème étant inexis­tant, les forces de l’ordre sont consi­dé­rées par le pou­voir comme les poi­lus de 1917, de la chair à virus, des ser­vi­teurs sans masques ni dis­tance de sécu­ri­té. Les forces de l’ordre sont les garantes de la péren­ni­té du pou­voir, mais on voit bien qu’elles n’en sont que les muscles, alors que seule la sur­vie du cer­veau importe vrai­ment. La police dite « de base » va-t-elle enfin se rendre compte qu’elle est aus­si jetable que les masques qui encombrent les pou­belles des ministères ? 

Il est tel­le­ment ras­su­rant de répondre à une situa­tion excep­tion­nelle par des dis­po­si­tions excep­tion­nelles. Chaque pays s’y emploie avec zèle, doté de ses spé­ci­fi­ci­tés socio-poli­tiques. L’Italie avec un sys­tème médi­cal légè­re­ment plus atro­phié que le sys­tème fran­çais, en paye le prix fort, mal­gré une réac­ti­vi­té poli­tique rapide. L’Allemagne avec des stocks médi­caux bien four­nis, des tests pour chaque cas sus­pect, 25 000 lits dis­po­nibles pour les cas graves (5 500 en France) n’a pas cher­ché à plon­ger ses citoyens dans un état de panique. Les États-Unis avec les habi­tuelles rodo­mon­tades dignes d’un débile men­tal (au sens psy­chia­trique du terme) de leur pré­sident actuel, et un sys­tème de san­té néo­li­bé­ral dimen­sion­né pour les riches vont souf­frir. La Grande-Bre­tagne est reve­nue tar­di­ve­ment sur sa doc­trine ini­tiale d’immunité de groupe, une stra­té­gie typi­que­ment néo­li­bé­rale du « faire et lais­ser-faire » qui se serait sol­dée en cen­taines de mil­liers de morts. Le Bré­sil, dont le pré­sident est encore plus irres­pon­sable que celui des États-Unis, va subir la cri­mi­nelle incon­sé­quence d’une poli­tique indi­gente. La Chine dont l’autoritarisme bru­tal a jugu­lé la mala­die exporte ses méde­cins géné­raux en Europe en don­neurs de leçons lar­ge­ment média­ti­sés comme des sau­veurs et assure la pro­mo­tion de l’impitoyable effi­ca­ci­té de son régime impé­ria­liste (les Droits de l’Homme qui consti­tuaient déjà un sujet évo­qué avec une par­ci­mo­nie toute diplo­ma­tique seront jetés dans un cul de basse fosse). 

La France avec son sys­tème pyra­mi­dal doté à son som­met d’une aris­to­cra­tie éli­tiste domi­née par un Chef Pro­vi­den­tiel et tout puis­sant s’ordonne sur la fas­ci­na­tion de l’autoritarisme à la chi­noise et vote des lois d’exception qui ont pour effet de limi­ter très dras­ti­que­ment des liber­tés fon­da­men­tales. Certes, leur but est prio­ri­tai­re­ment de jugu­ler la pan­dé­mie. Mais, on l’a déjà consta­té après les atten­tats de 2015, la ten­ta­tion de main­te­nir et de recon­duire des mesures res­tric­tives est loin d’être négli­geable. Étran­ge­ment (…), il est tou­jours plus dif­fi­cile de rendre au peuple des liber­tés dont il a accep­té de se démettre durant un temps de crise, plu­tôt que de sup­pri­mer des limi­ta­tions et d’attribuer davan­tage de liber­tés. Le Grand Timo­nier veut envoyer les serfs indo­lents récol­ter les champs, assis­té des maîtres de la FNSEA comme de zélés sup­plé­tifs munis du fouet de la « sécu­ri­té ali­men­taire natio­nale ». Le sys­tème fran­çais croule sous les contraintes, il en vacille comme un marin ivre. Nul doute que le gou­ver­ne­ment en appel­le­ra au civisme pour « recons­truire » le pays après la crise, pan­ser ses plaies et se remettre au tra­vail comme de bons petits sol­dats du capi­ta­lisme. Les médias y veille­ront. Cer­taines mesures d’exception seront enté­ri­nées comme fai­sant désor­mais par­tie du cadre social nor­mal. Le peuple fran­çais n’est pas pour autant com­plè­te­ment lobo­to­mi­sé et reste réfrac­taire, les gueux ont conser­vé le germe de la révolte. Qui peut savoir com­bien de citoyens auront pris le temps de réflé­chir à ce qu’ils sou­haitent faire de leur vie, retrou­vant une cer­taine indé­pen­dance de pen­sée avant, peut-être, d’amorcer une nou­velle direc­tion vers l’être et non plus stag­ner dans l’avoir. Une réflexion sur le sens de leur exis­tence alors que le souffle de la mort et de la mala­die pas­sait et repas­sait devant leur porte, et par­fois péné­trait dans leur foyer.

La pan­dé­mie attise éga­le­ment les symp­tômes de nos défi­ciences au niveau indi­vi­duel. Déva­li­ser les rayons de super­mar­ché avec la rage de l’apprenti sur­vi­va­liste. Quit­ter les grandes villes pour rejoindre une rési­dence secon­daire et don­ner ain­si l’occasion au virus d’atteindre le moindre vil­lage. Fan­fa­ron­ner l’inconséquence de sa jeu­nesse per­sua­dé que le virus ne touche que les « vieux », alors que simul­ta­né­ment il est inter­dit aux plus proches d’accompagner celui ou celle qui se meurt. Cra­cher sur les bou­tons d’ascenseur dans les quar­tiers afro-amé­ri­cains pour des supré­ma­cistes blancs néo-nazis débor­dant d’une mala­dive haine bien plus sinistre qu’une épi­dé­mie. Des cré­ma­tions et enter­re­ments acca­blants, sans fleurs, ni cou­ronnes, ni veillées, ni familles nom­breuses, ni embras­sades, assor­tis d’une mul­ti­tude d’interdictions pour les céré­mo­nies. Des parents qui découvrent la coha­bi­ta­tion avec leurs enfants alors qu’ils avaient pris l’habitude de s’en débar­ras­ser en les sous-trai­tant à l’éducation natio­nale, une ins­ti­tu­tion qui en pro­fite pour les for­ma­ter à deve­nir les dociles rouages de la cyclo­péenne machine éco­no­mique capi­ta­liste. Se plaindre depuis sa vil­la avec pis­cine à débor­de­ment que le débit inter­net est moindre qu’à Paris pour sup­por­ter ses séances de télé­tra­vail et de yoga online (vive­ment la 5G).2

« Une pan­dé­mie du for­mat de celle d’aujourd’hui est le test fatal pour toute la logique du néo­li­bé­ra­lisme. Elle met à l’arrêt ce que ce capi­ta­lisme demande de gar­der constam­ment en mou­ve­ment fré­né­tique.3 » Il n’est pas nou­veau d’observer que le néo­li­bé­ra­lisme se trouve empor­té dans une spi­rale de para­doxes intrin­sèques à son fonc­tion­ne­ment. Cepen­dant la marche lente infli­gée par le virus per­met à tous ceux qui sont volon­tai­re­ment ou non plon­gés dans la fré­né­sie par le sys­tème capi­ta­liste de prendre le temps d’élargir leur champ de connais­sance et de réflexion, mal­gré les dévo­reurs de temps de cer­veau dis­po­nible (télé-tra­vail, enfants, jeux en ligne, télé­vi­sion, por­no­gra­phie, applis des télé­phones por­tables, réseaux sociaux). Il est pos­sible de (re)découvrir ce que l’aristocratie poli­ti­co-média­tique consi­dère à juste titre comme une prise de conscience dan­ge­reuse pour sa péren­ni­té de classe : le capi­ta­lisme est voué à la faillite parce que ses mul­tiples contra­dic­tions internes ne sont pas viables. On vou­dra nous faire croire que le coro­na­vi­rus en est res­pon­sable, alors qu’il n’est que le révé­la­teur de la ban­que­route du sys­tème tout entier. Cette crise n’abattra pas le sys­tème capi­ta­liste, il s’en relè­ve­ra comme un boxeur son­né qui conti­nue­ra son com­bat contre son adver­saire, le prin­cipe de réa­li­té, lequel lui mar­tè­le­ra encore et encore son incom­pa­ti­bi­li­té exis­ten­tielle jusqu’au knock-out définitif. 

Le bouc émis­saire est-il une espèce sau­vage en voie de dis­pa­ri­tion, pan­go­lin ou chauve-sou­ris ? (Avec sa logique déna­tu­rée le capi­ta­lisme n’avait pas atten­du cette pan­dé­mie pour s’attaquer aux ani­maux, sym­boles d’une exis­tence libre, contraires à la bureau­cra­tie comp­table et au ren­de­ment éco­no­mique, la déno­mi­na­tion même de « sau­vage » étant une insulte à la civi­li­sa­tion). Non. Les zoo­noses (trans­fert de mala­dies par des ani­maux aux humains) sont direc­te­ment sus­ci­tées par l’exploitation fores­tière et minière, par la construc­tion de routes sup­po­sant la migra­tion des hommes dans les espaces les plus recu­lés, par la débauche pan­ta­grué­lique de cui­si­ner et de com­mer­cer tout ce qui vit. C’est l’une des branches de la civi­li­sa­tion, à savoir le bou­le­ver­se­ment des éco­sys­tèmes afin d’alimenter la machine en matières pre­mières, qui est res­pon­sable de l’émergence de mala­dies nou­velles.4

Il y aura un avant et un après. Quel sera le nombre final de morts du coro­na­vi­rus ? Com­bien de vies épar­gnées grâce à la dimi­nu­tion de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique, aux acci­dents de voi­ture et de tra­vail n’ayant pas eu lieu ? Puisque cette civi­li­sa­tion adore s’emmitoufler de chiffres, se pour­rait-il que le bilan des morts après cette crise soit moindre que le nombre de morts entraî­nés par le fonc­tion­ne­ment « nor­mal » du monde capitaliste ? 

Chris­tophe Thro

Relec­ture : Lola Bearzatto

3 Fré­dé­ric Lor­don, Les connards qui nous gouvernent

Print Friendly, PDF & Email
Total
178
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Une autre histoire du vandalisme révolutionnaire (par Daniel Hermant)

En ces temps de lamentations collectives relativement encouragées voire organisées et orchestrées (par les médias de masse, notamment, y compris via internet), en ces temps de déploration de la dégradation d’un « symbole de la nation », ou « de l’Occident », ou « de la foi chrétienne », d’un bâtiment qui ferait partie du « patrimoine national », à savoir la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris, il semble opportun de republier un texte de 1978 de l’historien Daniel Hermant portant sur le vandalisme (ou iconoclasme) révolutionnaire. [...]