La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

Quelques réflexions sur la civi­li­sa­tion, le supré­ma­cisme humain et l’écologie :

Les plantes existent pour les ani­maux, et les autres ani­maux pour l’homme, les ani­maux domes­tiques pour son usage et sa nour­ri­ture, les ani­maux sau­vages, sinon tous du moins la plu­part, pour sa nour­ri­ture et d’autres secours puisqu’il en tire vête­ments et autres ins­tru­ments. Si donc la nature ne fait rien d’inachevé ni rien en vain, il est néces­saire que ce soit pour les hommes que la nature ait fait tout cela. C’est pour­quoi, en un sens, l’art de la guerre est un art natu­rel d’acquisition (car l’art de la chasse est une par­tie de cet art) auquel nous devons avoir recours contre les bêtes et les hommes qui sont nés pour être com­man­dés mais n’y consentent pas : cette guerre-là est juste par nature.

— Aris­tote (384–322, AEC)

La culture domi­nante, la civi­li­sa­tion indus­trielle, et ses formes pré­cé­dentes (diverses civi­li­sa­tions), ont en com­mun cer­taines carac­té­ris­tiques fon­da­men­tales, rai­son pour laquelle est aujourd’hui éta­blie une sorte de conti­nui­té tem­po­relle concep­tuelle appe­lée His­toire, basée sur une idée de pro­grès (de pro­gres­sion). Des peuples pré-indus­triels deviennent ain­si indus­triels, puis post-indus­triels. On peut repé­rer cette conti­nui­té au fait que l’on uti­lise tou­jours l’appellation Homo Sapiens (Homme savant, ou sage ou intel­li­gent) attri­buée à Carl von Lin­né (1707–1778) — par ailleurs un par­ti­san du racisme scien­ti­fique (il pla­çait les blancs au som­met d’une sorte d’échelle de races, et l’homme noir en bas).

Mais on peut sur­tout repé­rer cette conti­nui­té par la per­pé­tua­tion d’une idéo­lo­gie dont cette appel­la­tion d’Homo Sapiens par­ti­cipe, et qui est aujourd’hui encore au centre de la culture domi­nante : celle du supré­ma­cisme humain, fla­grant dans la cita­tion du Grec Aris­tote pla­cée en introduction.

À cet effet, nous aurions éga­le­ment pu citer la Genèse :

Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, mul­ti­pliez, rem­plis­sez la terre, et l’assujettissez ; et domi­nez sur les pois­sons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout ani­mal qui se meut sur la terre.

Ou le Romain Cicé­ron (106–43, AEC) :

Ce que la nature a fait de plus impé­tueux, la mer et les vents, nous seuls avons la facul­té de les domp­ter, pos­sé­dant l’art de la navi­ga­tion ; aus­si pro­fi­tons-nous et jouis­sons-nous de beau­coup de choses qu’offre la mer. Nous sommes éga­le­ment les maîtres abso­lus de celles que pré­sente la Terre. Nous jouis­sons des plaines, nous jouis­sons des mon­tagnes ; c’est à nous que sont les rivières, à nous les lacs ; c’est nous qui semons les blés, nous qui plan­tons les arbres ; c’est nous qui condui­sons l’eau dans les terres pour leur don­ner la fécon­di­té : nous arrê­tons les fleuves, nous les gui­dons, nous les détour­nons ; nos mains enfin essaient, pour ain­si dire, de faire dans la nature une nature nouvelle.

Ou encore Des­cartes et son Dis­cours de la méthode (1637) :

Or, par ces deux mêmes moyens, on peut aus­si connaître la dif­fé­rence qui est entre les hommes et les bêtes. Car c’est une chose bien remar­quable, qu’il n’y a point d’hommes si hébé­tés et si stu­pides, sans en excep­ter même les insen­sés, qu’ils ne soient capables d’arranger ensemble diverses paroles, et d’en com­po­ser un dis­cours par lequel ils fassent entendre leurs pen­sées ; et qu’au contraire, il n’y a point d’autre ani­mal, tant par­fait et tant heu­reu­se­ment né qu’il puisse être, qui fasse le sem­blable. […] Et ceci ne témoigne pas seule­ment que les bêtes ont moins de rai­son que les hommes, mais qu’elles n’en ont point du tout. […] 

Sitôt que j’ai eu acquis quelques notions géné­rales tou­chant la phy­sique, et que com­men­çant à les éprou­ver en diverses dif­fi­cul­tés par­ti­cu­lières, j’ai remar­qué jusques où elles peuvent conduire, et com­bien elles dif­fèrent des prin­cipes dont on s’est ser­vi jusqu’à pré­sent, j’ai cru que je ne pou­vais les tenir cachées sans pécher gran­de­ment contre la loi qui nous oblige à pro­cu­rer, autant qu’il est en nous, le bien géné­ral de tous les hommes. Car elles m’ont fait voir qu’il est pos­sible de par­ve­nir à des connais­sances qui soient fort utiles à la vie, et qu’au lieu de cette phi­lo­so­phie spé­cu­la­tive, qu’on enseigne dans les écoles, on peut en trou­ver une pra­tique, par laquelle connais­sant la force et les actions du feu, de l’eau, de l’air, des astres, des cieux et de tous les autres corps qui nous envi­ronnent, aus­si dis­tinc­te­ment que nous connais­sons les divers métiers de nos arti­sans, nous les pour­rions employer en même façon à tous les usages aux­quels ils sont propres et ain­si nous rendre comme maîtres et pos­ses­seurs de la nature. […] 

Ou bien l’influent phi­lo­sophe fran­çais Saint-Simon, qui, en 1820, décla­rait que :

L’objet de l’industrie est l’exploitation du globe, c’est-à-dire l’appropriation de ses pro­duits aux besoins de l’homme, et comme, en accom­plis­sant cette tâche, elle modi­fie le globe, le trans­forme, change gra­duel­le­ment les condi­tions de son exis­tence, il en résulte que par elle, l’homme par­ti­cipe, en dehors de lui-même en quelque sorte, aux mani­fes­ta­tions suc­ces­sives de la divi­ni­té, et conti­nue ain­si l’œuvre de la création.

Sous des nuances et des for­mu­la­tions rela­ti­ve­ment dif­fé­rentes, on retrouve tou­jours une même idée de supé­rio­ri­té de l’homme sur toutes les autres espèces vivantes (et sa sépa­ra­tion vis-à-vis d’elles) : le supré­ma­cisme humain.

Un des prin­ci­paux signes de la folie de ceux qui se sont auto­pro­cla­més Homo Sapiens (ancien­ne­ment Homo Sapiens Sapiens) c’est d’ailleurs cette auto-qua­li­fi­ca­tion supré­ma­ciste d’Homme « savant » (ancien­ne­ment savant savant), ou intel­li­gent, ou sage. Fon­der un rap­port au monde sur une telle pré­ten­tion ori­gi­nelle, sur un tel nar­cis­sisme, voi­là qui annonce la couleur.

Est-ce éton­nant que l’espèce qui s’est auto­dé­cla­rée Sapiens — qui a consi­dé­ré le monde entier comme une créa­tion qui lui était offerte par LE dieu de l’univers (et qui consi­dère que Dieu, LE DIEU de tout l’univers, est à son image, nar­cis­sisme oblige), qui consi­dère qu’elle est la seule à être consciente (selon ses propres cri­tères, sa propre construc­tion idéo­lo­gique, évi­dem­ment), qui se consi­dère à part, spé­ciale, supé­rieure — se com­porte mal vis-à-vis de toutes les autres espèces, qu’elle asser­vit, qu’elle mas­sacre (sixième extinc­tion de masse), et vis-à-vis du vivant en général ?

Toutes les cultures humaines ayant exis­té n’étaient pas fon­dées sur ce prin­cipe supré­ma­ciste, qui carac­té­rise la civi­li­sa­tion. Et par­mi les quelques cultures indi­gènes, tri­bales, qui existent encore, beau­coup ne le sont pas. Chose atten­due : les cultures non-basées sur ce concept de supré­ma­tie ne tendent pas à détruire le monde natu­rel, qu’elles ne cherchent pas à domi­ner ou à sou­mettre, mais qu’elles res­pectent et au sein duquel et avec lequel elles apprennent sim­ple­ment à vivre. Autre chose atten­due : la culture humaine supré­ma­ciste n’a que faire de ces autres cultures humaines, qu’elle juge infé­rieures et qu’elle détruit (et/ou assi­mile, avale, engloutit).

Il devrait être clair que la socié­té dont nous par­ti­ci­pons aujourd’hui consi­dère tou­jours l’être humain (civi­li­sé) comme une créa­ture spé­ciale, à laquelle la pla­nète (et ses « res­sources ») appar­tient, supé­rieure aux autres espèces, pour les­quelles elle n’a aucun res­pect — sinon com­ment expli­quer la sixième extinc­tion de masse ? La conta­mi­na­tion de tous les milieux par des pro­duits toxiques ? La des­truc­tion des habi­tats natu­rels, des bio­topes de mil­lions d’espèces ? L’élevage indus­triel ? La pêche indus­trielle ? Le béton­nage du monde entier et la frag­men­ta­tion (et la des­truc­tion) des biomes qui s’ensuivent ? L’agriculture indus­trielle (et les des­truc­tions d’écosystèmes qu’elle exige : le rem­pla­ce­ment de ter­ri­toires riches en bio­di­ver­si­té par des mono­cul­tures des­ti­nées à l’humanité industrielle) ?

99% des livres publiés, 99% des films, 99% du conte­nu de toutes ses pro­duc­tions cultu­relles est fon­dé sur la pers­pec­tive du supré­ma­cisme humain. Cette pers­pec­tive est consti­tu­tive de l’ensemble de la culture dominante.

Et pour­tant, même la Science de la civi­li­sa­tion (celle des expé­riences en labo­ra­toire, de la vivi­sec­tion, de la tor­ture des rats, lapins, singes, etc.) tend de plus en plus à appuyer une pers­pec­tive selon laquelle les autres ani­maux, et même les plantes, par­tagent avec l’homme bien plus que ce qui est géné­ra­le­ment ima­gi­né. En témoignent quelques titres récents d’articles de médias grand public : Les cor­beaux comme les humains et les grands singes capables d’anticiper (Le Pari­sien) ; Les plantes parlent entre elles : vers une révo­lu­tion agri­cole ? (RTL) ; Les plantes sont intel­li­gentes (et méritent même d’avoir des droits) (Slate) ; etc.

Le supré­ma­cisme humain est tel­le­ment ancré dans la culture domi­nante qu’il infecte jusqu’aux réac­tions vis-à-vis du désastre éco­lo­gique qu’il génère lui-même. C’est-à-dire qu’une bonne par­tie de ceux qui s’offusquent de ses consé­quences éco­lo­giques des­truc­trices le font en son nom :

Sau­vons le cli­mat, l’homme (ou pire, « notre éco­no­mie ») en dépend !

Sau­vons les espèces ani­males et végé­tales, l’homme (ou pire, « notre éco­no­mie ») en dépend !

Ou encore :

Si on conti­nue à sur­pê­cher ain­si, on n’aura plus rien à man­ger (et c’est mau­vais pour « notre économie ») !

En pol­luant les rivières, on pol­lue l’eau que nous buvons (et c’est mau­vais pour « notre économie ») !

L’agroécologie (ou la per­ma­cul­ture) est ren­table (bonne pour « notre éco­no­mie »), adoptons-là !

La mot d’ordre du mou­ve­ment éco­lo­giste mains­tream (grand public) se résume à :

Nous sommes en train d’épuiser les res­sources natu­relles de la pla­nète, de détra­quer son cli­mat et ses cycles natu­rels ; notre éco­no­mie ne pour­ra pas conti­nuer ain­si encore très long­temps. Mais nous avons une solu­tion pour bâtir une éco­no­mie plus verte, qui gère­ra plus dura­ble­ment les res­sources et les exploi­te­ra bien mieux !

Ain­si que Mark Boyle le formule :

La plu­part d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martre des pins, sans abeilles mel­li­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans cap­puc­ci­nos, sans vols éco­no­miques et sans lave-vais­selle. Même l’écologisme, qui a un temps été moti­vé par l’amour du monde natu­rel, semble désor­mais plus concer­né par la recherche de pro­cé­dés un peu moins des­truc­teurs qui per­met­traient à une civi­li­sa­tion sur­pri­vi­lé­giée de conti­nuer à sur­fer sur inter­net, à ache­ter des ordi­na­teurs por­tables et des tapis de yoga, que par la pro­tec­tion de la vie sauvage.

En d’autres termes, et pour faire court, l’écologie grand public s’inquiète aujourd’hui du fait que la civi­li­sa­tion soit en train de détruire la pla­nète pour la rai­son que cela la menace elle : nous détrui­sons les espèces vivantes, c’est mau­vais, car nous avons besoin d’elles ! Sauvons-les !

Son seul objec­tif est de se sau­ver elle-même (et la civi­li­sa­tion dont elle par­ti­cipe). Il s’agit d’une entre­prise de sau­ve­tage de l’humanité (ou pire, de « notre éco­no­mie »). Cette optique est celle qui pousse Ste­phen Haw­king à décla­rer que si l’humanité veut sur­vivre elle doit quit­ter la Terre et colo­ni­ser d’autres pla­nètes, et celle qui motive éga­le­ment Elon Musk et son obses­sion martienne.

Les éco­lo­gistes grand public se fichent pas mal de la valeur intrin­sèque des espèces vis-à-vis d’elles-mêmes, ce n’est pas l’empathie qui sti­mule leur inté­rêt pour elles, mais l’utilitarisme. Ils ne cherchent pas à dépol­luer une rivière pour les sau­mons (ou pour la rivière), à défendre les sau­mons pour les ours (ou pour les sau­mons), et les ours pour la forêt (ou pour les ours), et la forêt pour les innom­brables espèces qu’elle abrite (ou pour la forêt elle-même) — tous ceux-là n’ont de valeur qu’en fonc­tion de leur uti­li­té pour l’homme (civi­li­sé). Pour eux, tout se rap­porte tou­jours et encore à l’homme, et d’ailleurs à l’homme indus­triel (rare­ment aux autoch­tones, aux pyg­mées Baka ou aux Abo­ri­gènes d’Australie). Ce qui nous ramène à ce qu’explique Satish Kumar dans la vidéo suivante :

 

Et ce qui nous amène aus­si à une des­crip­tion com­mune du psy­cho­pathe : « Le psy­cho­pathe n’est abso­lu­ment pas pré­oc­cu­pé par ce que peut res­sen­tir et vivre autrui. Il est indif­fé­rent, froid, insen­sible. Peu doué pour les émo­tions et encore moins pour l’empathie. » Et à une carac­té­ris­tique du nar­cis­sique : « exploite l’autre dans les rela­tions inter­per­son­nelles : uti­lise autrui pour par­ve­nir à ses propres fins. » En cela, le supré­ma­ciste humain se rap­proche du psy­cho­pathe et du nar­cis­sique : il ne s’intéresse guère au sort des innom­brables espèces vivantes vic­times de son mode de vie. Il ne s’y inté­resse que dans la mesure où la conti­nua­tion de son mode de vie (ou de son éco­no­mie), ou sa sur­vie, c’est-à-dire lui-même, en dépend.

Cer­tains indi­vi­dus et cer­tains cou­rants de pen­sée de la civi­li­sa­tion indus­trielle (dont le champ d’étude qua­li­fié de col­lap­so­lo­gie), qui per­çoivent son insou­te­na­bi­li­té com­plète en termes d’utilisation de res­sources finies, de pol­lu­tions, etc., qui s’intéressent aux concepts de déclin, d’effondrement, d’épuisement, ne s’en inquiètent que pour la rai­son que cela risque de per­tur­ber la conti­nua­tion du mode de vie des humains civi­li­sés. Bien loin de s’inquiéter des consé­quences d’ores et déjà catas­tro­phiques (létales), de leur mode de vie pour de nom­breuses espèces vivantes (cf. la sixième extinc­tion de masse), ils se pré­oc­cupent uni­que­ment de ce qu’il advien­dra d’eux lorsque la civi­li­sa­tion indus­trielle com­men­ce­ra à s’effondrer. En d’autres termes, ils se demandent seule­ment : qu’adviendra-t-il de nous lorsque notre mode de vie (qui est en train de détruire tous les biomes de la pla­nète et de tuer toutes ses espèces vivantes) ne pour­ra plus conti­nuer ? Le psy­cho­pathe n’est abso­lu­ment pas pré­oc­cu­pé par ce que peut res­sen­tir et vivre autrui. Cette remarque est déve­lop­pée plus en détails dans l’article suivant :

https://partage-le.com/2017/05/la-vie-a-la-fin-de-lempire-effondrement-supremacisme-et-lamentations-narcissiques/

La pers­pec­tive idéo­lo­gique qui consiste à tout rame­ner à l’homme (à soi-même) ne semble pas très Sapiens. Par défi­ni­tion, elle ne peut pas mener à un diag­nos­tic équi­li­bré de la situa­tion. Une culture saine devrait se baser sur une pers­pec­tive bien dif­fé­rente, esquis­sée ci-après à tra­vers un extrait de l’Alma­nach d’un com­té des sables (1949) d’Aldo Leopold :

Toutes les éthiques éla­bo­rées jusqu’ici reposent sur un seul pré­sup­po­sé : que l’individu est membre d’une com­mu­nau­té de par­ties inter­dé­pen­dantes. Son ins­tinct le pousse à concou­rir pour prendre sa place dans cette com­mu­nau­té, mais son éthique le pousse aus­si à coopé­rer (peut-être afin qu’il y ait une place en vue de laquelle concourir).

L’éthique de la terre élar­git sim­ple­ment les fron­tières de la com­mu­nau­té de manière à y inclure le sol, l’eau, les plantes et les ani­maux ou, col­lec­ti­ve­ment, la terre.

Cela paraît simple : ne chan­tons-nous pas déjà l’amour et les devoirs qui nous lient à notre sol patrio­tique, terre de liber­té ? Oui, mais qui et quoi au juste aimons-nous ? Cer­tai­ne­ment pas le sol, que nous envoyons à vau‑l’eau, au fil des fleuves. Cer­tai­ne­ment pas ces fleuves eux-mêmes, dont nous pen­sons qu’ils n’ont d’autre fonc­tion que de faire tour­ner nos tur­bines, por­ter nos péniches et char­rier nos déchets. Cer­tai­ne­ment pas les plantes, que nous exter­mi­nons sans cil­ler par com­mu­nau­tés entières. Certaine­ment pas les ani­maux, dont nous avons déjà exter­mi­né bien des espèces, par­mi les plus grandes et les plus belles. Une éthique de la terre ne sau­rait bien enten­du pré­ve­nir l’altération ni l’exploitation de ces « res­sources », mais elle affirme leur droit à conti­nuer d’exister et, par endroits du moins, à conti­nuer d’exister dans un état naturel.

En bref, une éthique de la terre fait pas­ser l’Homo sapiens du rôle de conqué­rant de la com­mu­nau­té-terre à celui de membre et citoyen par­mi d’autres de cette com­mu­nau­té. Elle implique le res­pect des autres membres, et aus­si le res­pect de la com­mu­nau­té en tant que telle.

Au cours de l’histoire humaine, nous avons appris (je l’espère) que le rôle du conqué­rant contient en lui-même sa propre défaite. Pour­quoi ? Parce qu’il implique que le conqué­rant sache, ex cathe­dra, ce qui, pré­ci­sé­ment, fait tour­ner la machine com­mu­nau­taire ; qui est utile ou nui­sible à sa sub­sis­tance ; ce qui, dans cette pers­pec­tive, a de la valeur et ce qui n’en a pas. Il s’avère tou­jours qu’il ne sait ni l’un ni l’autre, et c’est la rai­son pour laquelle ses conquêtes finissent par se défaire d’elles-mêmes.

La com­mu­nau­té bio­tique pré­sente une situa­tion parallèle. […] 

Le citoyen ordi­naire d’aujourd’hui part du prin­cipe que la science sait ce qui fait tour­ner la machine com­mu­nau­taire ; le scien­ti­fique, lui, est convain­cu du contraire. Il sait que le méca­nisme bio­tique est si com­plexe que nous n’en com­pren­drons peut-être jamais plei­ne­ment les rouages.

Le fait que l’homme ne soit qu’un membre par­mi d’autres d’une équipe bio­tique, c’est ce que montre une inter­pré­ta­tion éco­lo­gique de l’Histoire.

En dénon­çant le « rôle de conqué­rant » que s’est attri­bué l’Homo Sapiens, l’éthique de la Terre ain­si for­mu­lée par Aldo Leo­pold rejette clai­re­ment le supré­ma­cisme humain sur lequel toute la culture domi­nante est fondée.

Le carac­tère fon­da­men­tal — vis-à-vis de la culture domi­nante, de la civi­li­sa­tion — et fon­da­men­ta­le­ment toxique de l’idéologie supré­ma­ciste était éga­le­ment dénon­cé par un des plus célèbres anthro­po­logues fran­çais, Claude Lévi-Strauss, à qui je laisse le mot de la fin en deux cita­tions (la pre­mière, issue d’une inter­view qu’il accor­da au jour­nal Le Monde en 1979, la seconde, issue de son livre Mytho­lo­giques 3 : L’origine des manières de table) :

Ce contre quoi je me suis insur­gé, et dont je res­sens pro­fon­dé­ment la noci­vi­té, c’est cette espèce d’humanisme déver­gon­dé issu, d’une part, de la tra­di­tion judéo-chré­tienne, et, d’autre part, plus près de nous, de la Renais­sance et du car­té­sia­nisme, qui fait de l’homme un maître, un sei­gneur abso­lu de la création.

J’ai le sen­ti­ment que toutes les tra­gé­dies que nous avons vécues, d’abord avec le colo­nia­lisme, puis avec le fas­cisme, enfin les camps d’extermination, cela s’inscrit non en oppo­si­tion ou en contra­dic­tion avec le pré­ten­du huma­nisme sous la forme où nous le pra­ti­quons depuis plu­sieurs siècles, mais, dirais-je, presque dans son pro­lon­ge­ment natu­rel. Puisque c’est, en quelque sorte, d’une seule et même fou­lée que l’homme a com­men­cé par tra­cer la fron­tière de ses droits entre lui-même et les autres espèces vivantes, et s’est ensuite trou­vé ame­né à repor­ter cette fron­tière au sein de l’espèce humaine, sépa­rant cer­taines caté­go­ries recon­nues seules véri­ta­ble­ment humaines d’autres caté­go­ries qui subissent alors une dégra­da­tion conçue sur le même modèle qui ser­vait à dis­cri­mi­ner espèces vivantes humaines et non humaines. Véri­table péché ori­gi­nel qui pousse l’humanité à l’autodestruction.

Le res­pect de l’homme par l’homme ne peut pas trou­ver son fon­de­ment dans cer­taines digni­tés par­ti­cu­lières que l’humanité s’attribuerait en propre, car, alors, une frac­tion de l’humanité pour­ra tou­jours déci­der qu’elle incarne ces digni­tés de manière plus émi­nente que d’autres. Il fau­drait plu­tôt poser au départ une sorte d’humilité prin­ci­pielle ; l’homme, com­men­çant par res­pec­ter toutes les formes de vie en dehors de la sienne, se met­trait à l’abri du risque de ne pas res­pec­ter toutes les formes de vie au sein de l’humanité même.

&

[…] « L’enfer, c’est les autres » ne consti­tue pas une pro­po­si­tion phi­lo­so­phique, mais un témoi­gnage eth­no­gra­phique sur une civi­li­sa­tion. Car on nous a habi­tués dès l’enfance à craindre l’impureté du dehors.

Quand ils pro­clament, au contraire, que « l’enfer, c’est nous-même », les peuples sau­vages donnent une leçon de modes­tie qu’on vou­drait croire que nous sommes encore capables d’entendre. En ce siècle où l’homme [la civi­li­sa­tion, ou l’homme civi­li­sé] s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de socié­tés dont la richesse et la diver­si­té consti­tuaient de temps immé­mo­rial le plus clair de son patri­moine, jamais, sans doute, il n’a été plus néces­saire de dire, comme font les mythes, qu’un huma­nisme bien ordon­né ne com­mence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme ; le res­pect des autres êtres avant l’amour-propre ; et que même un séjour d’un ou deux mil­lions d’années sur cette terre, puisque de toute façon il connaî­tra un terme, ne sau­rait ser­vir d’excuse à une espèce quel­conque, fût-ce la nôtre, pour se l’approprier comme une chose et s’y conduire sans pudeur ni discrétion.

Nico­las Casaux

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2017/08/la-demesure-lignorance-systemique-et-la-destruction-du-monde-naturel-par-nicolas-casaux/

https://partage-le.com/2016/06/le-mythe-de-la-suprematie-humaine-extrait-1-par-derrick-jensen/

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. Ce texte est la preuve de la capa­ci­té réflexive de l’humain
    Qu’au­cun autre ani­mal ne sau­rait élaboré
    Un peu par hasard, j’ap­par­tiens à ceux qui veulent le comprendre
    Dans un monde en voie de guérison
    Il devien­drait un marche-pieds d’accès
    Au titre d’ho­mo sapiens

    1. « éla­bo­rer » ? « Qu’aucun autre ani­mal ne sau­rait éla­bo­reR » : ce n’est cer­tai­ne­ment pas ce que prouve ce texte. Il sou­ligne sim­ple­ment que le supré­ma­cisme humain est une idio­tie mor­ti­fère. Nous ne savons rien de la capa­ci­té réflexive des autres ani­maux, et rien n’in­dique ce que que vous dési­gnez par ce concept implique une échelle de valeur per­met­tant de conclure à une supé­rio­ri­té. Bref, il faut ces­ser de vou­loir pla­cer l’homme au-des­sus. Vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Il y a trop d’éléphants ! (par Armand Farrachi)

Ce massacre d’une ampleur inégalée depuis 65 millions d’années révèle de façon on ne peut plus criante la façon dont l’agression contre la vie s’accomplît sous des prétextes politiques, économiques ou culturels, et l’animal, représentant le plus légitime de la vie naturelle, ne serait-ce que par son besoin vital d’un monde grand, divers et vrai, nous montre, encore une fois, la voie sans issue où nous pousse la formidable avancée du saccage technologique. La disparition des espèces vivantes, engagée voilà cent cinquante ans, est en passe de s’achever, et la première moitié du XXIe siècle restera probablement dans l’Histoire, si tant est que cette Histoire se poursuive, comme l’époque de la désanimalisation du monde, en tous points comparable à la dératisation des égouts, mais à grande échelle. Car sur l’arche de Noé des temps industriels, la consigne, on l’a compris, est de passer par-dessus bord les rescapés du désastre.