Une brève contre-histoire du “progrès”, de la civilisation et de leurs effets sur la santé (par Nicolas Casaux)

Dif­fi­cile, dans la socié­té indus­trielle, de faire entendre la moindre cri­tique de l’idée de pro­grès, sans être immé­dia­te­ment qua­li­fié de pas­séiste, de réac­tion­naire, d’obscurantiste, de conser­va­teur, de rétro­grade, de toutes sortes de choses. Et pour­tant, notre san­té et notre qua­li­té de vie se sont dégra­dées et se dégradent encore actuel­le­ment en rai­son d’un grand nombre de pro­blèmes qui sont autant de consé­quences du pré­ten­du « pro­grès » et de la civi­li­sa­tion, et qui sont désor­mais recon­nus et étu­diés par les ins­ti­tu­tions scien­ti­fiques du monde entier (la Science étant l’autorité moderne ultime, même les plus aller­giques à la cri­tique du pro­grès, même les plus fer­vents pro­gres­sistes et tech­no­philes ont désor­mais des rai­sons de s’y inté­res­ser). Voyons donc.

Pieds et postures

Com­men­çons par les pieds. Le pro­grès nous a appor­té (et/ou impo­sé) la chaus­sure. Le port de chaus­sures, l’absence de contact direct entre l’être humain et le sol, et la Terre, est à l’origine d’un cer­tain nombre de dérè­gle­ments et de pro­blèmes de san­té, du stress à l’insomnie, en pas­sant par les mala­dies car­dio-vas­cu­laires et l’obésité. Mar­cher pieds nus per­met de sou­la­ger l’inflammation, de réduire le stress, de sou­la­ger les dou­leurs, de dimi­nuer les risques de mala­dies car­dio­vas­cu­laires, de réduire le risque d’obésité, et beau­coup d’autres choses. Voi­ci la conclu­sion d’une étude des effets de la marche pieds nus (et du contact direct avec le sol) :

« De nou­velles preuves montrent que le contact avec la Terre  —  qu’il s’agisse de mar­cher dehors pieds nus ou à l’intérieur en mar­chant sur des sur­faces connec­tées au sol  —  peut être une manière simple, natu­relle et très effi­cace de lut­ter contre le stress chro­nique, les dys­fonc­tion­ne­ments du sys­tème ner­veux, l’inflammation, la dou­leur, l’insomnie, les troubles car­diaques, l’hypercoagulabilité du sang, et de nom­breux troubles com­muns de la san­té, dont les mala­dies car­dio­vas­cu­laires. Les recherches montrent à ce jour que l’ancrage du corps peut consti­tuer un élé­ment essen­tiel de l’équation de la san­té, aux côtés du soleil, de l’air pur, de l’eau, d’une nour­ri­ture nutri­tive et de l’activité physique. »

Pour plus de ren­sei­gne­ments sur la noci­vi­té de la chaus­sure, vous pou­vez consul­ter l’excellent blog de Syl­vain Griot. Vous remar­que­rez qu’il expose éga­le­ment la noci­vi­té de la posi­tion moderne de défé­ca­tion, ain­si que du sys­tème de toi­lette moderne, dans un très bon billet inti­tu­lé « Com­ment chier ». En outre, il dénonce la tyran­nie — pareille­ment nocive — de la chaise, et la perte de la pos­ture accrou­pie chez les civilisés :

« L’accroupi est pour­tant la sta­tion de repos la plus natu­relle qui soit, celle qui nous est offerte par Mère Nature. Tous les jeunes enfants la pra­tiquent ins­tinc­ti­ve­ment, et on la retrouve chez les adultes aux quatre coins de la pla­nète, là où la chaise ne s’est pas encore impo­sée cultu­rel­le­ment. Les béné­fices de cette pos­ture sont nom­breux. Dit autre­ment, la perte de cette facul­té natu­relle peut entraî­ner de nom­breuses com­pli­ca­tions : dif­fi­cul­tés à accou­cher, hémor­roïdes, can­cer du côlon, consti­pa­tion, dou­leurs lom­baires, la liste est longue. »

Sa cri­tique de la chaise a d’ailleurs été publiée sur le site du quo­ti­dien de l’écologie Repor­terre, dans un article inti­tu­lé « Je vis sans chaise, et ça va beau­coup mieux ».

Écrans, lumière artificielle et vision

Dans un autre registre, les effets nocifs de la lumière élec­trique (arti­fi­cielle) sur la san­té humaine sont désor­mais avé­rés. En bref : per­tur­ba­tion de l’horloge bio­lo­gique (cycle cir­ca­dien), du som­meil, donc de l’humeur, aug­men­ta­tion du risque de cer­tains can­cers (notam­ment le can­cer du sein).

Les écrans omni­pré­sents de la socié­té indus­trielle (télé­vi­sions, ordi­na­teurs, télé­phones por­tables, tablettes, etc.), au tra­vers, notam­ment, de la lumière arti­fi­cielle qu’ils émettent, pro­duisent des effets très per­tur­bants pour le cer­veau, ce qui explique pour­quoi le Dr Peter Why­brow, direc­teur du pro­gramme de neu­ros­cience à l’Université de Cali­for­nie de Los Angeles, qua­li­fie les écrans de « cocaïne élec­tro­nique » et pour­quoi les cher­cheurs chi­nois parlent « d’héroïne numé­rique » (pour plus de pré­ci­sions à ce sujet, vous pou­vez lire cet article inti­tu­lé « « L’héroïne élec­tro­nique » : com­ment les écrans trans­forment les enfants en dro­gués psy­cho­tiques »). Ain­si que l’expliquent Michel Des­mur­get (direc­teur de recherche en neu­ros­ciences à l’Inserm), Laurent Bègue (pro­fes­seur de psy­cho­lo­gie sociale) et Bru­no Har­lé (pédo­psy­chiatre) dans un article publié sur le site du jour­nal Le Monde :

« Des mil­liers de recherches scien­ti­fiques signalent des influences délé­tères impor­tantes de la télé­vi­sion, d’Internet ou des jeux vidéo sur le déve­lop­pe­ment intel­lec­tuel, la socia­bi­li­té et la san­té, bien au-delà des pre­miers âges de la vie et pour des consom­ma­tions lar­ge­ment infé­rieures à deux heures quotidiennes. […] 

Éton­nam­ment, les effets mas­sifs et recon­nus des écrans sur plu­sieurs grands pro­blèmes de san­té publique sont, eux aus­si, presque tota­le­ment oubliés des aca­dé­mi­ciens. Rien sur la séden­ta­ri­té et ses effets sur l’espérance de vie, rien sur l’alcoolisation et le taba­gisme (la télé­vi­sion est le pre­mier fac­teur d’entrée dans le taba­gisme des ado­les­cents), rien sur les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire, rien sur la vio­lence sco­laire, etc.

Concer­nant ce der­nier sujet, les influences des images et jeux vidéo vio­lents sur les com­por­te­ments agres­sifs sont mini­mi­sées avec un aplomb désar­mant par les auteurs de l’avis, qui n’y voient “qu’un fac­teur par­mi des cen­taines d’autres”.

Des mil­liers d’études, de revues de la lit­té­ra­ture et de méta-ana­lyses (impli­quant jusqu’à 130 000 indi­vi­dus) confirment cette influence, dont l’ampleur est com­pa­rable à celle qui asso­cie can­cer du pou­mon et tabagisme. »

Une étude menée par des cher­cheurs de l’université de Tole­do dans l’Ohio, aux USA, et dont les résul­tats ont été publiés début juillet 2018 dans la revue Scien­ti­fic Reports, montre que la lumière bleue pro­duite par les écrans abî­me­rait sur le long terme la vue, au point qu’elle ren­drait aveugle les plus expo­sés d’entre nous.

Contrai­re­ment aux civi­li­sés, qui connaissent actuel­le­ment une épi­dé­mie mon­diale de myo­pie, entre autres troubles ocu­laires, les chas­seurs-cueilleurs avaient et ont une excel­lente vision, avec un très faible taux de troubles visuels, et une absence de déclin de la vision lors du vieillis­se­ment (Cf. les quelques études dis­po­nibles sur le sujet, par exemple celle-ci et celle-là).

Sédentarité

Dans une inter­view publiée le 18 octobre 2020 sur le site de la RTBF (Radio Télé­vi­sion Belge Fran­co­phone), Paul Menu, chi­rur­gien car­diaque et membre de la Fédé­ra­tion Fran­çaise de Car­dio­lo­gie, nous rap­porte qu’au­jourd’­hui, « la séden­ta­ri­té tue plus que le tabac » :

« On sait déjà que le tabac est très mau­vais. Eh bien le “sit­ting”, c’est encore pire. Les études montrent que la séden­ta­ri­té est deve­nue la pre­mière cause de mor­ta­li­té évi­table au monde. C’est plus grave que le tabac. La séden­ta­ri­té tue plus que le tabac. Et c’est notam­ment lié aux écrans, donc j’at­tends de fait qu’on mette des ins­crip­tions sur les tablettes du style “Dan­ge­reux pour la san­té” ou “La tablette tue” car c’est extrê­me­ment dangereux. »

En effet :

« La popu­la­tion mon­diale a été ame­née à moins bou­ger. Aupa­ra­vant, les enfants bou­geaient plus, ne serait-ce que pour aller à l’é­cole. Aujourd’­hui, ils y vont en car ou sont conduits par les parents, et les séances de sport ont été déva­lo­ri­sées. Dès qu’un enfant a un pro­blème, on lui fait une dis­pense d’é­du­ca­tion phy­sique mais il par­ti­cipe mal­gré tout à toutes les autres matières. C’est un ensemble d’élé­ments, accen­tué par le temps pas­sé devant les écrans, qui fait que les adultes et les enfants bougent beau­coup moins. Et c’est une évo­lu­tion mondiale. »

Ce qui a des inci­dences ter­ribles sur la san­té phy­sique, et notam­ment les capa­ci­tés cardiovasculaires :

« Cela a été consta­té et publié. En 1971, les enfants met­taient trois minutes pour faire 600 mètres ; aujourd’­hui, il leur faut plus de quatre minutes. Ils ont per­du 25% de leurs capa­ci­tés car­diaques. Ce n’est pas juste un res­sen­ti, ce sont des chiffres avé­rés. Le constat est le même pour le temps pas­sé devant les écrans, qui a consi­dé­ra­ble­ment aug­men­té. Aujourd’­hui, les jours sans école, les gar­çons âgés de 11 à 14 ans passent 5h48 par jour devant un écran, et les filles 6h13. Je ne sais pas si on mesure les consé­quences pour le futur. […] 

C’est un constat mon­dial. Il y a moins d’ac­ti­vi­té phy­sique dans le monde, même si cer­tains en font encore moins que d’autres. J’ai une étude sous les yeux qui dit que la Corée du Sud est à 94,2% d’en­fants de 11 à 17 ans qui ne font pas assez d’ac­ti­vi­té phy­sique tan­dis qu’ils sont 73% en Inde. En Asie et en Afrique, ils bougent éga­le­ment beau­coup moins aujourd’­hui qu’il y a plu­sieurs années. »

Et d’autres maux

La méde­cine moderne, hau­te­ment tech­no­lo­gique, main­tient en vie une huma­ni­té de plus en plus dépen­dante du sys­tème tech­no­lo­gique mon­dia­li­sé. Des gènes patho­lo­giques, qui auraient été évin­cés par la sélec­tion natu­relle, se mul­ti­plient grâce aux tech­no­lo­gies de repro­duc­tion arti­fi­cielle modernes. De plus, ain­si que l’explique le chi­rur­gien et obs­té­tri­cien fran­çais Michel Odent (cf. L’Humanité sur­vi­vra-t-elle à la méde­cine ?, Édi­tions Myria­dis), l’ac­cou­che­ment moderne, en rai­son, notam­ment, de la pra­tique de la césa­rienne, s’avère par­ti­cu­liè­re­ment nui­sible pour le déve­lop­pe­ment et l’évolution de l’être humain.

L’agriculture indus­trielle, avec ses innom­brables pro­duits chi­miques toxiques, et son corol­laire, la mal­bouffe indus­trielle, consti­tuent une des prin­ci­pales sources de pro­blèmes pour la san­té humaine. Par­mi ses consé­quences, on retrouve : l’obésité, le sur­poids, le stress, l’inflammation, le can­cer, divers troubles psy­cho­lo­giques divers, etc., la liste est longue des effets nocifs de cette mau­vaise ali­men­ta­tion sur l’être humain. Jeff Leach ,  un cher­cheur bri­tan­nique qui étu­die les chan­ge­ments dans les régimes ali­men­taires humains,  expose briè­ve­ment la catas­trophe que repré­sente l’alimentation moderne dans un récent article inti­tu­lé « Le micro­biome des Occi­den­taux est une catas­trophe éco­lo­gique com­pa­ré à celui de chas­seurs-cueilleurs ».

La vie en ville à res­pi­rer un air can­cé­ri­gène (dixit l’OMS), le tra­vail dans un envi­ron­ne­ment urbain, sou­vent en inté­rieur, l’alimentation indus­trielle, le manque d’activité phy­sique  —  en bref, le mode de vie que l’on asso­cie au pro­grès et à la civi­li­sa­tion  —  engendrent éga­le­ment tout un éven­tail de mala­die très jus­te­ment dites de civi­li­sa­tion : dia­bète, asthme, aller­gies, mala­dies car­dio-vas­cu­laires, can­cer, obé­si­té, schi­zo­phré­nie et autres troubles men­taux, etc., qui prennent des pro­por­tions épidémiques.

L’OMS recon­naît d’ailleurs que la dépres­sion —  qui fait par­tie des mala­dies dites de civi­li­sa­tion — est désor­mais la pre­mière cause d’incapacité dans le monde et qu’elle touche envi­ron 322 mil­lions de per­sonnes, un taux qui a aug­men­té de plus de 18% depuis 2005 : un pro­blème effec­ti­ve­ment épi­dé­mique qui ne cesse d’empirer, ain­si que d’autres pro­blèmes liés au stress (angoisses, suicides…).

Mâchoire et dentition

Retour au niveau phy­sique. Depuis la tran­si­tion vers l’agriculture comme prin­ci­pal mode d’alimentation, d’in­nom­brables pro­blèmes den­taires liés à la consom­ma­tion de sucres, de céréales et, plus récem­ment, à la nour­ri­ture indus­trielle, ont vu le jour. Voi­ci un extrait d’un article publié sur le site du Smith­so­nian Ins­ti­tute (la tra­duc­tion entière est à lire ici) :

« Nos bouches n’ont sou­vent pas assez de place pour accueillir nos dents — les chevau­che­ments den­taires, la cause la plus com­mune de trai­te­ments ortho­don­tiques avec les maloc­clu­sions (mau­vais aligne­ment des dents), affectent une per­sonne sur cinq.

Nos loin­tains ancêtres ne souf­fraient pas de ces pro­blèmes. Au contraire, comme une nou­velle étude l’a démon­tré, jusqu’à il y a 12 000 ans, les humains béné­fi­ciaient de ce que l’un des prin­ci­paux auteurs de l’étude appelle “une harmo­nie par­faite entre leur mâchoire infé­rieure et leurs dents”. »

Un extrait d’un article de la BBC sur le même sujet :

« Obser­vez les dents de la plu­part des fos­siles des pre­miers humains, vous y trou­ve­rez peu de caries. […] Pen­dant les mil­lions d’an­nées de la préhis­toire de l’hu­ma­nité, nos ancêtres béné­fi­ciaient d’une san­té buc­cale géné­ra­le­ment bonne — bien que leurs soins den­taires dépas­saient rare­ment l’usage de simples cure-dents.

D’ailleurs, les caries ne sont deve­nus des pro­blèmes cou­rants que très récem­ment — il y a envi­ron 10 000 ans — au début du Néoli­thique, lors de la tran­si­tion vers l’agri­cul­ture. La dentis­te­rie sophis­tiquée émer­gea par la suite. »

En com­plé­ment, un extrait du livre Evolution’s Bite : A Sto­ry of Teeth, Diet, and Human Ori­gins (« La mor­sure de l’évolution : Une his­toire de dents, de régimes et des ori­gines de l’humanité ») publié en avril 2017 et écrit par le paléoan­thro­po­logue et bio­lo­giste amé­ri­cain Peter Ungar. Extrait ini­tia­le­ment publié en anglais sous forme d’article sur le site du maga­zine Aeon, le 30 juin 2017 :

« Nous pos­sé­dons dans nos bouches l’héritage de notre évo­lu­tion. Nous ne réa­li­sons pas com­bien nos dents sont incroyables. Elles broient les ali­ments sans se bri­ser elles-mêmes, jusqu’à des mil­lions de fois au cours d’une vie ; et elles se fabriquent à par­tir des mêmes matières pre­mières que les ali­ments qu’elles broient. […] 

Cela dit, nos dents sont aujourd’­hui en pagaille. Pensez‑y. Avez-vous eu un pro­blème de dents de sagesse ? Vos dents fron­tales infé­rieures sont-elles tor­dues ou mal ali­gnées ? Est-ce que vos dents du haut passent devant celles du bas lors de la fer­me­ture de la mâchoire ? Nous pou­vons tous répondre “oui” à au moins une de ces ques­tions, à moins que nous ayons subi des soins den­taires. C’est comme si nos dents étaient trop grandes pour s’adapter cor­rec­te­ment à nos mâchoires, comme si elles man­quaient de place, soit à l’avant, soit à l’arrière. Il n’est tout sim­ple­ment pas logique qu’un sys­tème aus­si bien conçu soit aus­si mal réalisé.

Les autres ani­maux ont les dents par­fai­te­ment ali­gnées. Il en va de même de nos loin­tains ancêtres homi­ni­nés ain­si que des der­niers chas­seurs-cueilleurs actuels. Je suis un anthro­po­logue den­taire de l’Université de l’Arkansas et je tra­vaille avec les four­ra­geurs Had­za de Tan­za­nie. La pre­mière chose que vous remar­quez lorsque vous obser­vez une bouche Had­za, c’est qu’elle contient beau­coup de dents. La plu­part pos­sèdent 20 dents pos­té­rieures contre 16 chez la majo­ri­té d’entre nous. Leurs dents fron­tales supé­rieures et infé­rieures s’ajustent éga­le­ment bord à bord lors de la fer­me­ture de la mâchoire ; et l’arc ain­si for­mé pré­sente un ali­gne­ment par­fait. En d’autres termes, les tailles des dents et des mâchoires des Had­za sont en par­faite correspondance. […] 

Alors, pour­quoi nos dents ne cor­res­pondent-elles pas cor­rec­te­ment à notre mâchoire ? Tout d’a­bord, ce n’est pas que nos dents sont trop grandes, mais que nos mâchoires sont trop petites. Per­met­tez-moi de vous expli­quer. Les dents humaines sont recou­vertes d’un capu­chon d’émail qui se forme de l’intérieur. Les cel­lules qui font migrer ce capu­chon de l’intérieur vers la sur­face, au fur et à mesure de la for­ma­tion de la dent, lais­sant une trace d’émail en arrière. Si les dents ne peuvent pas gran­dir ou se répa­rer lorsqu’elles se cassent ou déve­loppent des cavi­tés, c’est parce que les cel­lules qui fabriquent l’émail sont éli­mi­nées lors de l’éruption den­taire. Donc, la taille et la forme de nos dents sont géné­ti­que­ment pré­pro­gram­mées. Elles ne peuvent pas s’a­dap­ter à l’environnement buc­cal que nous leur faisons.

L’histoire de la mâchoire est dif­fé­rente. Sa taille dépend à la fois de la géné­tique et de l’environnement ; elle se déve­loppe pen­dant plus long­temps lorsque son uti­li­sa­tion est intense, en par­ti­cu­lier pen­dant l’enfance, en rai­son de la façon dont les os répondent au stress. Le bio­lo­giste de l’évolution Daniel Lie­ber­man de l’Université de Har­vard a conçu une élé­gante étude en 2004 en com­pa­rant des hyrax (damans) nour­ris avec des ali­ments doux et cuits avec d’autres nour­ris d’aliments crus et durs. Ceux qui devaient mas­ti­quer le plus connais­saient une crois­sance accrue de l’os au niveau de l’ancrage des dents. Il a aus­si mon­tré que la lon­gueur défi­ni­tive de la mâchoire dépend du stress pen­dant la mastication.

La  lon­gueur opti­male de la mâchoire se base sur une cer­taine crois­sance atten­due, qui elle-même est fonc­tion de la dure­té des ali­ments. Ain­si, le régime ali­men­taire déter­mine l’a­dé­qua­tion entre la lon­gueur de la mâchoire et la taille des dents. Il s’a­git d’un bel équi­libre façon­né au cours de 200 000 ans d’adaptation. Seule­ment, pen­dant l’immense majo­ri­té de ces années, nos ancêtres n’ont pas nour­ri leurs enfants de la façon dont nous les nour­ris­sons aujourd’hui. Si nos dents posent pro­blème, c’est qu’elles ont évo­lué pour cor­res­pondre à une mâchoire plus longue, que nous aurions pu déve­lop­per en gran­dis­sant dans un envi­ron­ne­ment dif­fé­rent. Si nôtre mâchoire est trop courte, c’est parce que nous ne lui pro­cu­rons pas le signal de crois­sance qu’elle attend, parce que nous ne la sti­mu­lons pas assez durant notre enfance.

Il existe de nom­breuses preuves de cela. L’anthropologue den­taire Robert Cor­ruc­ci­ni en a consta­té les effets en com­pa­rant les régimes de cita­dins et de ruraux de la région de Chan­di­ga­rh en Inde du nord : pains mous et purée de len­tilles d’une part, gros mil et légumes durs de l’autre. Il l’a éga­le­ment consta­té sous forme de chan­ge­ment géné­ra­tion­nel dans une réserve de Pimas en Ari­zo­na, suite à l’ouverture d’un maga­sin d’aliments trans­for­més. Le régime ali­men­taire fait une énorme dif­fé­rence. Je me sou­viens avoir deman­dé à ma femme de ne pas cou­per la viande de nos filles en petits mor­ceaux quand elles étaient jeunes. Elle m’a répon­du qu’elle pré­fé­rait payer les soins d’orthodontiste plu­tôt que de les étouf­fer. J’ai per­du cette controverse !

Les dents tor­dues, mal ali­gnées et mal join­tives consti­tuent un énorme pro­blème aux consé­quences esthé­tiques claires, pou­vant éga­le­ment affec­ter la mas­ti­ca­tion et cau­ser des patho­lo­gies den­taires. La moi­tié d’entre nous pour­raient béné­fi­cier d’un trai­te­ment ortho­don­tique. Mais cette approche est-elle vrai­ment logique d’un point de vue évo­lu­tif ? Cer­tains cli­ni­ciens pensent que non. L’un de mes col­lègues de l’Ar­kan­sas, le bio­ar­chéo­logue Jer­ry Rose, s’est asso­cié à un ortho­don­tiste local, Richard Roblee, afin de répondre à cette ques­tion. Leur recom­man­da­tion ? Que les cli­ni­ciens se concentrent davan­tage sur la crois­sance des mâchoires, sur­tout chez les enfants. Pour les adultes, les options chi­rur­gi­cales per­met­tant de sti­mu­ler la crois­sance osseuse gagnent éga­le­ment du ter­rain et peuvent conduire à des trai­te­ments plus courts.

Enfin, ce pro­blème den­taire n’est pas la seule consé­quence des mâchoires plus courtes. L’apnée du som­meil en est une autre. Une bouche plus petite signi­fie moins d’espace pour la langue, ce qui fait qu’elle peut plus faci­le­ment retom­ber dans la gorge pen­dant le som­meil, obs­truant poten­tiel­le­ment les voies aériennes. Il n’est pas sur­pre­nant que les appa­reils et inter­ven­tions visant à tirer la mâchoire vers l’avant soient les meilleurs trai­te­ments du SAOS (Syn­drome d’apnée obs­truc­tive du sommeil).

Pour le meilleur et pour le pire, nous avons dans nos bouches l’héritage de notre évo­lu­tion. Nous pour­rions res­ter coin­cés dans cet envi­ron­ne­ment nou­veau et incon­nu de nos ancêtres, mais en recon­nais­sant ce pro­blème, nous serons en mesure de mieux l’af­fron­ter. Pensez‑y la pro­chaine fois que vous sou­ri­rez en vous regar­dant dans un miroir. »

Des os et un squelette plus fragiles

Ce pas­sage à l’agriculture a aus­si engen­dré des modi­fi­ca­tions et des dys­fonc­tion­ne­ments de la mâchoire, sa fra­gi­li­sa­tion, ain­si que celle des os du sque­lette humain en géné­ral, ain­si que l’ex­plique cet extrait d’un article publié sur le quo­ti­dien bri­tan­nique The Tele­graph :

« Le pas­sage à l’agri­cul­ture n’a pas seule­ment entrai­né des chan­ge­ments au niveau de la mâchoire. Deux études publiées l’an der­nier sou­lignent que l’émer­gence de l’agri­cul­ture a proba­ble­ment préci­pité d’autres chan­ge­ments sque­let­tiques chez l’hu­main, dont des os plus légers, moins denses, parti­cu­liè­re­ment au niveau des arti­cu­la­tions. De tels déve­lop­pe­ment semblent être liés à la fois au chan­ge­ment de régime alimen­taire et d’ac­ti­vité phy­sique, parti­cu­liè­re­ment au mode de vie plus séden­taire ren­du pos­sible grâce à l’agri­cul­ture et aux ani­maux domestiques.

En effet, une étude de l’Uni­ver­sité de Cam­bridge montre que depuis le pas­sage à l’agri­cul­ture, et l’abandon progres­sif de la chasse-cueillette, le sque­lette humain est deve­nu plus léger et plus fra­gile : tan­dis que les chas­­seurs-cueilleurs d’il y a 7 000 ans, envi­ron, avaient des os compa­rables, en termes de soli­dité, à ceux d’orangs-outans, 6 000 ans plus tard, les agri­cul­teurs de la même zone géogra­phique possé­daient un sque­lette nette­ment plus léger, nette­ment plus fra­gile et nette­ment plus suscep­tible de casser. »

Sur le sommeil

Concer­nant le som­meil, le neu­ros­cien­ti­fique Mat­thew Wal­ker note, dans son livre Pour­quoi nous dor­mons : Le pou­voir du som­meil et des rêves, ce que la science nous révèle :

« Les humains ne dorment pas comme la nature l’a vou­lu, la vie moderne étant venue cham­bou­ler le nombre d’épisodes, la durée et les moments de sommeil.

Dans les pays déve­lop­pés, la plu­part des adultes dorment de manière mono­pha­sée, ce qui signi­fie que nous essayons de dor­mir en une seule fois, pen­dant très long­temps, la nuit, avec une moyenne aujourd’hui infé­rieure à sept heures. Lorsqu’on voyage dans des pays où les popu­la­tions vivent sans élec­tri­ci­té, on découvre que la situa­tion dif­fère. Les tri­bus de chas­seurs-cueilleurs, comme les Gab­bra du nord du Kénya ou les San du désert du Kala­ha­ri, dont le style de vie a très peu chan­gé depuis plu­sieurs mil­liers d’années, dorment de manière bipha­sée. Ces deux tri­bus dorment plus long­temps la nuit, de sept à huit heures, et font une sieste de trente à soixante minutes dans l’après-midi.

Nous avons éga­le­ment consta­té que ces deux façons de dor­mir peuvent se mêler selon la période de l’année. Les tri­bus pré­in­dus­trielles, comme les Had­za du nord de la Tan­za­nie ou les San de Nami­bie, dorment ain­si de manière bipha­sée pen­dant les mois les plus chauds l’été, fai­sant notam­ment une sieste de trente à qua­rante minutes lorsque le soleil est à son zénith. Ils reprennent ensuite un mode de som­meil en grande par­tie mono­pha­sique pen­dant les mois d’hiver, plus froids.

Même dans le cadre d’un som­meil mono­pha­sique, la durée de som­meil obser­vée au sein des cultures pré­in­dus­trielles n’a pas subi autant de défor­ma­tions que la nôtre. Ces tri­bus s’endorment en moyenne deux à trois heures après le cou­cher du soleil, vers neuf heures du soir, et se réveillent juste avant, ou très peu après le lever du soleil. Ne vous êtes-vous jamais deman­dé ce que signi­fiait le terme “minuit” ? Il désigne bien sûr le milieu de la nuit, ou plus tech­ni­que­ment du cycle solaire. Il en va de même du cycle de som­meil des peuples de chas­seurs-cueilleurs, et vrai­sem­bla­ble­ment de toutes les cultures qui les ont pré­cé­dés. Consi­dé­rez à pré­sent nos normes cultu­relles de som­meil : minuit ne signi­fie plus le milieu de la nuit, mais désigne pour beau­coup d’entre nous le moment où nous allons véri­fier nos cour­riels une der­nière fois – et nous savons où cela nous mène bien sou­vent. Pour ne rien arran­ger au pro­blème, nous ne com­pen­sons pas ces heures de nuit per­dues en dor­mant plus long­temps le matin. Cela nous est impos­sible. Notre bio­lo­gie cir­ca­dienne cou­plée à la néces­si­té sans cesse renou­ve­lée de nous lever tôt le matin, impo­sée par le mode de vie post­in­dus­triel, nous prive du som­meil dont nous avons pro­fon­dé­ment besoin. À une cer­taine époque, nous nous cou­chions après le cré­pus­cule pour nous réveiller au chant du coq. Aujourd’hui, beau­coup d’entre nous se réveillent encore au chant du coq, mais le cré­pus­cule n’est plus que le moment où nous sor­tons du bureau, alors loin d’être prêts à dor­mir. Nous sommes en outre peu nom­breux à pou­voir jouir d’une bonne sieste pen­dant l’après-midi, ce qui aggrave notre manque de sommeil.

Le som­meil bipha­sé n’est pas une pra­tique cultu­relle, mais bien une carac­té­ris­tique bio­lo­gique. Tous les humains, quelles que soient leur culture ou leur situa­tion géo­gra­phique, sont géné­ti­que­ment pro­gram­més pour res­sen­tir une fatigue en milieu d’après-midi. Cela saute aux yeux de qui­conque observe une réunion d’après déjeu­ner. Comme des marion­nettes dont on relâche les ficelles avant de les tirer brus­que­ment, les par­ti­ci­pants piquent du nez, puis se relèvent sou­dain. Je suis cer­tain que vous avez déjà été la proie de cet état de som­no­lence invo­lon­taire en plein après-midi, comme si votre cer­veau res­sen­tait le besoin d’aller dor­mir plus tôt.

Vous comme les par­ti­ci­pants à la réunion êtes les vic­times d’un assou­pis­se­ment inhé­rent à l’évolution, favo­ri­sant la sieste d’après-midi. C’est un phé­no­mène que l’on nomme “vigi­lance mini­male post­pran­diale” (du latin pran­dium, qui signi­fie “repas”). Cette brève chute d’un degré d’éveil éle­vé à un degré de vigi­lance bas est le signe du besoin inné de faire une sieste l’après-midi plu­tôt que de tra­vailler. Cela semble une carac­té­ris­tique nor­male de notre rythme de vie quo­ti­dien. Si vous devez un jour pro­duire une pré­sen­ta­tion dans le cadre de votre tra­vail, je vous conseille d’éviter de le faire en début d’après-midi, pour votre bien comme pour celui de votre auditoire.

Lorsqu’on prend du recul, il devient évident que la socié­té moderne nous a cou­pés d’une orga­ni­sa­tion pré­dé­ter­mi­née du som­meil en deux phases, som­meil que notre code géné­tique tente par ailleurs de ravi­ver chaque après-midi. La scis­sion s’est pro­duite au moment du pas­sage de la vie agraire à la vie indus­trielle, voire avant.

Cer­taines études anthro­po­lo­giques consa­crées aux chas­seurs-cueilleurs pré­in­dus­triels ont per­mis de dis­si­per un autre mythe popu­laire quant à la façon dont les humains devraient dormir3. Les textes his­to­riques sug­gèrent qu’au moment où se ter­mine la pre­mière période de l’ère moderne (de la fin du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle), les habi­tants d’Europe occi­den­tale dor­maient chaque nuit sur deux longues périodes, sépa­rées par plu­sieurs heures d’éveil. Entre ces deux périodes de som­meil jumelles, ils lisaient, écri­vaient, priaient, fai­saient l’amour, voire socialisaient.

Cette pra­tique est peut-être née à ce moment pré­cis de l’histoire, dans cette région géo­gra­phique, mais le fait qu’aucune culture pré­in­dus­trielle étu­diée jusqu’à pré­sent ne semble dor­mir de cette façon, sur deux périodes sépa­rées, sug­gère que ce n’est pas pour les humains la forme de som­meil natu­relle pro­gram­mée par l’évolution. Cette façon de dor­mir semble plu­tôt un phé­no­mène cultu­rel né et popu­la­ri­sé au cours des migra­tions vers l’Europe occi­den­tale. En outre, il n’existe pas de rythme bio­lo­gique (acti­vi­té céré­brale, neu­ro­chi­mique ou méta­bo­lique) sug­gé­rant un désir humain de se réveiller pen­dant plu­sieurs heures au milieu de la nuit. La véri­table ten­dance au som­meil bipha­sé, dont il existe des preuves anthro­po­lo­giques, bio­lo­giques et géné­tiques et que l’on peut aujourd’hui éva­luer chez tous les êtres humains, consiste plu­tôt à pro­fi­ter d’une longue période de som­meil conti­nu pen­dant la nuit, sui­vie par une sieste plus courte au milieu de l’après-midi.

Consi­dé­rant que c’est là notre ten­dance natu­relle en matière de som­meil, pour­rons-nous un jour savoir avec cer­ti­tude quels effets cet aban­don du som­meil bipha­sé a cau­sés sur notre san­té ? Des traces de som­meil bipha­sé sont encore visibles dans les socié­tés pra­ti­quant la culture de la sieste, notam­ment en Amé­rique du Sud et dans l’Europe médi­ter­ra­néenne. Dans les années 1980, lorsque j’étais enfant, je suis par­ti en vacances avec ma famille en Grèce : lors de nos pro­me­nades et visites dans les rues des grandes villes du pays, les pan­neaux des vitrines des maga­sins dif­fé­raient lar­ge­ment de ceux que j’avais l’habitude de voir en Angle­terre : “Ouvert de 9 heures à 13 heures. Fer­mé de 13 heures à 17 heures. Ouvert de 17 heures à 21 heures.”

Ces pan­neaux se font rares aujourd’hui dans les vitrines grecques, car la pres­sion pour aban­don­ner la pra­tique de la sieste s’était déjà ren­for­cée bien avant le tour­nant du nou­veau mil­lé­naire. Une équipe de cher­cheurs de l’école de san­té publique de l’université de Har­vard a entre­pris de mesu­rer les effets de ce chan­ge­ment radi­cal sur la san­té de plus de 23 000 hommes et femmes grecs âgés entre vingt et quatre-vingt-trois ans. Ils se sont atta­chés plus par­ti­cu­liè­re­ment aux consé­quences car­dio­vas­cu­laires, sui­vant le groupe sur une période de six ans, au cours de laquelle la plu­part des par­ti­ci­pants mirent un terme à leur pra­tique de la sieste.

Comme dans d’innombrables tra­gé­dies grecques, les résul­tats étaient à vous bri­ser le cœur, mais cette fois de façon dan­ge­reu­se­ment lit­té­rale. Au début de l’étude, aucun des indi­vi­dus étu­diés ne pré­sen­tait d’antécédents de mala­die coro­na­rienne ou d’AVC, signe d’une absence de mala­die car­dio­vas­cu­laire. Au cours des six ans de durée de l’étude, le risque de mou­rir d’une mala­die car­diaque a aug­men­té de 37 % chez les indi­vi­dus ayant ces­sé de faire la sieste par rap­port à ceux qui avaient main­te­nu cette pra­tique. Les effets étaient par­ti­cu­liè­re­ment nui­sibles chez les hommes actifs, dont le risque de mor­ta­li­té a aug­men­té de bien plus de 60 % en rai­son de l’abandon de la sieste.

Cette étude remar­quable met en lumière le phé­no­mène sui­vant : si l’on nous prive de la pra­tique innée du som­meil bipha­sé, notre espé­rance de vie dimi­nue. Il n’est donc pas sur­pre­nant que dans cer­taines petites enclaves grecques où la sieste reste pra­ti­quée, comme sur l’île d’Ikaria, les hommes ont presque quatre fois plus de chances que les hommes amé­ri­cains d’atteindre l’âge de quatre-vingt-dix ans. On désigne par­fois ces com­mu­nau­tés adeptes de la sieste comme les lieux où les gens oublient de mou­rir. D’après l’ordonnance pres­crite il y a bien long­temps par notre code géné­tique ances­tral, pra­ti­quer le som­meil natu­rel bipha­sé et suivre un régime ali­men­taire sain sont les clés de la longévité. »

Vis medicatrix naturae

En 1914, il y a donc plus d’un siècle, le pro­fes­seur d’histoire natu­relle et zoo­lo­giste écos­sais J. Arthur Thom­son, pro­non­çait un dis­cours inti­tu­lé « Vis Medi­ca­trix Natu­rae » (for­mule latine que l’on peut tra­duire par « le pou­voir de gué­ri­son de la nature »), lors de l’ouverture de la réunion annuelle de la Bri­tish Medi­cal Asso­cia­tion. En voi­ci un extrait :

« Le pou­voir de gué­ri­son de la nature, Vis Medi­ca­trix Natu­rae. Un sujet si vaste que je suis obli­gé d’en occul­ter de larges pans et de ne faire qu’en effleu­rer certains.

Ain­si, le titre pour­rait assez bien évo­quer les ver­tus cura­tives que l’on trouve dans de nom­breuses sub­stances natu­relles, dans les vieux et fas­ci­nants simples [remèdes] que les peuples (et les gens) simples uti­lisent encore. Mais j’éviterai de digres­ser trop lon­gue­ment à pro­pos de ce thème pas­sion­nant. Je me conten­te­rai de faire remar­quer que nous ne devrions pas trop nous moquer des anciennes prescriptions.

[…] À quoi fais-je donc réfé­rence ce soir par “pou­voir de gué­ri­son de la nature” ? À la manière dont la Nature régé­nère nos esprits, tous plus ou moins malades de l’a­gi­ta­tion et du vacarme de la civi­li­sa­tion, nous aidant ain­si à équi­li­brer et enri­chir nos vies.

Je com­men­ce­rai par sou­li­gner qu’il existe entre l’être humain et la Nature des rela­tions pro­fon­dé­ment enra­ci­nées, ances­trales et éten­dues, que nous ne sau­rions igno­rer sans dom­mages. L’être humain a été ber­cé et éle­vé au contact de la Nature, et il doit tou­jours reve­nir à elle, comme les oiseaux migra­teurs dont la vie n’est jamais ache­vée tant que, pous­sés par un mal du pays ances­tral, ils ne reviennent pas nicher dans le vieux foyer où ils sont nés. […] L’être humain s’af­fai­blit lors­qu’il est tenu à l’é­cart de la terre — que ce soit par la pau­vre­té ou par la richesse — mais il acquiert une force nou­velle lors­qu’il reprend pied sur le sol immuable de la nature. […] Dans cette période de déve­lop­pe­ment qui a été prin­ci­pa­le­ment urbaine, nous man­quons de contact avec la Nature ; sur­tout, peut-être, la jeu­nesse, car il demeure vrai, pour l’en­fant qui sort chaque jour, que ce qu’il voit devient une par­tie de lui pour un jour ou pour une année, ou pour des cycles qui s’allongent. Connaître le ter­ri­toire et les sai­sons, les col­lines et le lever du soleil, les oiseaux et les fleurs ; connaître — et pas seule­ment lire à leur sujet — le mor­dant de la tem­pête de neige et la musique chan­geante de la mer, est une condi­tion de la san­té men­tale. Il y aurait moins de “psy­cho­pa­tho­lo­gie de la vie quo­ti­dienne » si nous conti­nuions à être fami­lier du buis­son de bruyère et du cri du cour­lis dans la lande.

Nous devons res­ter en contact avec la nature afin de nous impré­gner de ses éma­na­tions fon­da­men­tales de puis­sance, de gran­deur, d’ordre uni­ver­sel, de mou­ve­ment conti­nuel, de com­plexi­té et d’intrication. Nous en avons besoin pour gar­der vivante en nous cette lumière de vie que nous appe­lons sens de l’é­mer­veille­ment. Nous nous pri­vons d’un vis medi­ca­trix très puis­sant lorsque nous ces­sons d’être capables de nous émer­veiller devant la splen­deur du vaste ciel par­se­mé d’é­toiles, le mys­tère des mon­tagnes, le flot per­pé­tuel de la mer, le vol de l’aigle dans les airs, la flo­rai­son de la fleur la plus simple ou le regard d’un chien. »

*

Il y aurait bien plus à dire concer­nant les mul­tiples façons dont le pro­grès et la civi­li­sa­tion nuisent à la san­té de l’être humain. Nous aurions pu, entre autres choses, dis­cu­ter de cette étude qui nous apprend, ain­si que Le Monde l’a titré, que « Vivre près des axes rou­tiers accroît le risque de démence » ; ou de « l’érosion récente des capa­ci­tés cog­ni­tives des popu­la­tions occi­den­tales […] en par­tie au moins, liée à l’exposition à cer­tains per­tur­ba­teurs endo­cri­niens », ain­si qu’on peut le lire dans un autre article du jour­nal Le Monde à pro­pos d’un docu­men­taire co-pro­duit avec la chaîne Arte et inti­tu­lé Demain, tous cré­tins ? ; ou de cette nou­velle étude, publiée lun­di 27 août 2018 sur la revue amé­ri­caine Pro­cee­dings of the Natio­nal Aca­de­my of Sciences, qui rap­porte que la pol­lu­tion de l’air entraî­ne­rait une « réduc­tion consi­dé­rable de l’intelligence » ; ou de ces scien­ti­fiques qui « évoquent désor­mais la soli­tude comme d’autres par­le­raient d’une affec­tion chro­nique », affir­mant « qu’elle est aus­si nocive que de fumer 15 ciga­rettes par jour », qu’elle « tue plus de gens que l’obésité », et qu’elle « pro­voque une hausse des niveaux de cor­ti­sol – hor­mone du stress –, aug­mente le risque d’ichtus et de car­dio­pa­thies, affecte le sys­tème immu­ni­taire et favo­rise l’apparition de dépres­sions et de démences », ce que « la Croix Rouge a nom­mé une ‘épi­dé­mie silen­cieuse’, fruit d’une socié­té bipo­laire, qui nous connecte en même temps qu’elle nous isole » (en rap­pe­lant au pas­sage que la soli­tude est un fléau moderne qui ne cesse de croître et qui prend désor­mais des pro­por­tions éga­le­ment épi­dé­miques, avec 44 mil­lions de per­sonnes seules en Europe, en don­nant l’exemple du Royaume-Uni où « le rap­port de la Com­mis­sion Jo Cox sur la soli­tude, en 2017, a révé­lé que 9 mil­lions de per­sonnes […] vivaient seules et que près de 200.000 d’entre elles n’avaient plus par­lé à per­sonne depuis un an […] la majo­ri­té d’entre elles [n’étant] pas des per­sonnes âgées mais des jeunes de 16 à 24 ans, des ado­les­cents », et où on trouve désor­mais un minis­tère de la Soli­tude) ; etc., etc., ad nau­seam, mais tenons-nous en aux quelques para­graphes précédents.

Depuis quand une mau­vaise manière de mar­cher, de se tenir, une mau­vaise ali­men­ta­tion, une dégra­da­tion du som­meil, une vie pleine de stress en tous genres, une acti­vi­té phy­sique inadé­quate, l’u­ti­li­sa­tion de tech­no­lo­gies délé­tères pour le cer­veau, les yeux, etc., des mal­for­ma­tions sque­let­tiques, et ain­si une mau­vaise san­té, une atro­phie géné­rale de l’or­ga­nisme, consti­tuent-elles un progrès ?

Les par­ti­sans de l’idée de pro­grès ne man­que­ront pas de men­tion­ner ce qui, à leurs yeux, est un argu­ment, voire l’argument prin­ci­pal de sa défense, à savoir l’augmentation de l’espérance de vie. Bien que plus ou moins exacte (elle est sou­vent exa­gé­rée ou mal com­prise, ce qu’ex­plique cet article), elle ne consti­tue­rait un argu­ment valable que si la durée de vie pri­mait sur sa qua­li­té. Ain­si que Sénèque le remar­quait déjà en son temps : « Pas un ne se demande s’il vit bien, mais s’il aura long­temps à vivre. Cepen­dant tout le monde est maître de bien vivre ; nul, de vivre long­temps. » C’est pour­quoi : « L’essentiel est une bonne et non une longue vie. »

J’ai eu l’occasion, il y a quelques temps, de m’entretenir avec Mary­lène Patou-Mathis, une pré­his­to­rienne fran­çaise, vice-pré­si­dente du conseil scien­ti­fique du Muséum natio­nal d’Histoire natu­relle, qui a pas­sé du temps par­mi les Sans, des chas­seurs-cueilleurs vivant (ou sur­vi­vant encore), entre autres, sur le ter­ri­toire du Bots­wa­na (bien que l’expansion de la civi­li­sa­tion indus­trielle soit en train de les détruire à petit feu). Je me sou­viens encore de sa des­crip­tion de leurs apti­tudes phy­siques incroyables, de leur dex­té­ri­té, de leur agi­li­té, de leur endu­rance, de leur vita­li­té et de leur jovia­li­té. Il sem­blait clair, à ses yeux, que les Sans incar­naient, bien plus en tout cas que les civi­li­sés, le déve­lop­pe­ment du plein poten­tiel de l’être humain. Beau­coup d’anthropologues, d’ethnologues et de scien­ti­fiques ayant étu­dié (et/ou vécu par­mi) un ou des peuples de chas­seurs-cueilleurs par­tagent cette perspective.

Wall‑E, en vrai.

De bien des manières, le « pro­grès » et la civi­li­sa­tion consti­tuent une entre­prise de débi­li­ta­tion et de des­truc­tion de l’être humain. Et c’est tout sauf une coïn­ci­dence si, de mul­tiples façons, le « pro­grès » et la civi­li­sa­tion consti­tuent éga­le­ment une entre­prise de constric­tion de la liber­té humaine autant que de des­truc­tion du monde natu­rel, de tous ses équi­libres et de tous ses cycles bio­géo­chi­miques, un véri­table bio­cide à l’origine d’une sixième extinc­tion — et plu­tôt exter­mi­na­tion — de masse. Mais ce sont là d’autres his­toires qui dépassent l’ob­jet de cet exposé.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
74
Shares
11 comments
  1. Cher Nico­las Casaux,
    J’i­ma­gine que tu dois pas­ser pas mal de temps à bos­ser sur tes articles et traductions.
    Ton tra­vail est excellent.
    Mer­ci à toi.
    Salut et accolade.

  2. Bon­jour, super article.
    Pour ce qui est de la par­tie sur le contact avec la terre, c’est dû à la réso­nance de Schu­mann, nor­ma­le­ment 7,83hz. Notre cer­veau est en phase avec ce champ ter­restre et toutes nos cel­lules en sont dépen­dantes. La décon­nexion de l’homme de la terre, comme expli­qué dans cet article, fait des hommes hors sol en mau­vaise santé.
    Si vous deman­dez à quel­qu’un qui dort très mal, de se pro­me­ner pieds nus dans son jar­din, il vous dira le len­de­main qu’il a bien dor­mi. Les effets sont ins­tan­ta­nés et puis­sant, pas besoin de médi­ca­ment pour retrou­ver un bon équi­libre, juste besoin de rede­ve­nir un terrien !
    Mer­ci à vous de nous per­mettre de lire des articles intéressants.

  3. Ping : Le Partage
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Contre le fatalisme & le statu quo : l’activisme (par Derrick Jensen)

[...] dernièrement, je remarque une excuse particulièrement frustrante que beaucoup de gens semblent utiliser pour justifier leur inaction : ils disent que c'est trop tard, que divers points de basculement ont déjà été franchis en matière d'accélération du réchauffement planétaire, et ceci en raison du temps de latence entre les émissions de carbone et l'augmentation de la température ; nous sommes déjà condamnés, à quoi servirait donc de riposter ?
Lire

« Nous nous battons pour NE PAS avoir de routes ou d’électricité » (Ati Quigua)

Un extrait — tiré d’un article publié par l’Associated Press (une agence de presse mondiale et généraliste dont le siège est aux États-Unis) — qui en dit long. Beaucoup de gens — même des gens de gauche — continuent à croire que ce soi-disant “développement” est une chose positive. Nous, chez Deep green Resistance, ainsi que de nombreux indigènes et critiques de la vie moderne, nous opposons à cette idée erronée.
Lire

Comment le progrès technique déshumanise l’être humain et détruit le monde naturel (par Lewis Mumford)

La ligne possible de développement que je vais maintenant prolonger repose sur l’hypothèse que notre civilisation continuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accordera toujours plus d’importance aux pratiques introduites à l’origine par le capitalisme, la technique de la machine, les sciences physiques, l’administration bureaucratique et le gouvernement totalitaire ; et que de leur côté ces pratiques se combineront pour former un système parfaitement clos sur lui-même, dirigé par une intelligence délibérément dépersonnalisée. [...]