La mondialisation et les ravages de la nouvelle Pangée (par Ray Grigg)

Image de cou­ver­ture : les routes mari­times internationales.
10 petits para­graphes qui exposent clai­re­ment l’in­sou­te­na­bi­li­té totale (le carac­tère anti-éco­lo­gique) de la mon­dia­li­sa­tion, de tout ce qui en dépend (le pro­grès tech­nique, le com­merce inter­na­tio­nal, etc.), et de tout ce qui la sus­cite (une culture humaine en expan­sion per­ma­nente : la civi­li­sa­tion). Article ori­gi­nal (en anglais) publié le 19 février 2012 à l’a­dresse sui­vante : http://commonsensecanadian.ca/globalization-the-new-pangea/


Il y a 250 mil­lions d’années, tous les conti­nents de la pla­nète étaient réunis en une large masse conti­nen­tale (un « super­con­ti­nent ») appe­lée la Pan­gée. Sur plu­sieurs mil­lions d’années, à une vitesse com­pa­rable à la pousse des ongles, la tec­to­nique des plaques a frac­tu­ré et sépa­ré la Pan­gée créant les conti­nents que nous connais­sons aujourd’hui. Cer­taines des pièces du puzzle s’emboîtent encore, bien que la plu­part des formes aient été remo­de­lées par de nom­breuses dyna­miques géo­lo­giques. La côte Est de l’Amérique du Sud, par exemple, s’emboîte bien dans la côte Ouest de l’Afrique, et l’Amérique du Nord peut être dépla­cée vers l’autre côté de l’Atlantique afin que les Caraïbes s’insèrent dans le Nord-Ouest du Maroc.

La divi­sion de la Pan­gée en conti­nents sépa­rés a eu d’énormes impli­ca­tions envi­ron­ne­men­tales. D’abord, et avant tout, cela signi­fiait que les espèces ne pou­vaient plus se dépla­cer libre­ment sur une seule masse ter­restre. Les frac­tures créant des océans les ont iso­lées, les seg­ments à la dérive ont len­te­ment déve­lop­pé des éco­sys­tèmes uniques et des plantes et ani­maux dis­tincts ont évo­lué en s’adaptant aux par­ti­cu­la­ri­tés locales.

C’est dans ce contexte que les humains ont com­men­cé à se dépla­cer sur la pla­nète, il y a des cen­taines de mil­liers d’an­nées. Il y a à peine 500 ans, dans un élan d’exploration et de colo­ni­sa­tion, l’Europe envoyait des navires vers le Nord et le Sud de l’Amérique, vers l’Asie, vers l’Afrique, et ailleurs. Les conti­nents, qui avaient été éco­lo­gi­que­ment iso­lés pen­dant des mil­lions d’années, furent alors recon­nec­tés — pas géo­lo­gi­que­ment, par le mou­ve­ment de la tec­to­nique des plaques, mais par les mou­ve­ments phy­siques des humains trans­por­tant des pro­duits com­mer­ciaux, des plantes, des ani­maux, des virus et leurs cultures par­ti­cu­lières. Le monde n’al­lait plus jamais être le même.

pangee

Mani­fes­te­ment, ce pro­ces­sus n’a pas sou­dai­ne­ment com­men­cé avec l’arrivée de Chris­tophe Colomb sur une île iso­lée des Caraïbes en 1492. Les pro­duits com­mer­ciaux et les idées voya­geaient déjà entre l’Europe et l’Asie avant cela. La peste bubo­nique a atteint Venise depuis un port mari­time orien­tal aux alen­tours de 1348, avant de rava­ger l’Europe en vagues d’épidémies mor­telles. Mais les mala­dies contre les­quelles les Euro­péens avaient déve­lop­pé une cer­taine immu­ni­té — la variole, la rou­geole, les oreillons, la vari­celle, la rubéole, le typhus et le cho­lé­ra — furent ensuite trans­por­tées vers le Nou­veau Monde par des explo­ra­teurs, ce qui eut un impact dévas­ta­teur sur les popu­la­tions natives. Ain­si com­men­ça la mondialisation.

La mon­dia­li­sa­tion est, en effet, un retour à la Pan­gée. En un clin d’œil géo­lo­gique, toutes les bar­rières qui sépa­raient autre­fois les conti­nents en enti­tés éco­lo­giques dis­tinctes ont été déman­te­lées par le mou­ve­ment inter­na­tio­nal des biens, des espèces et des gens. Les rats de Nor­vège ont atteint la plu­part des ports mari­times du monde, trau­ma­ti­sant chaque uni­té éco­lo­gique sur leur pas­sage — des efforts de remé­dia­tions ont par­fois endi­gué le pro­blème en intro­dui­sant d’autres espèces cen­sées être les pré­da­trices de ces rats. Des immi­grants excen­triques ont impor­té des lapins en Aus­tra­lie et des étour­neaux en Amé­rique du Nord, deux espèces qui ont infli­gé des dom­mages dévas­ta­teurs à ces conti­nents respectifs.

Assu­ré­ment, la mon­dia­li­sa­tion est une sorte de court-cir­cuit éco­lo­gique qui détraque consi­dé­ra­ble­ment les com­mu­nau­tés natu­relles. Plus de 250 espèces marines étran­gères habitent main­te­nant la baie de San Fran­cis­co, arri­vées-là dans les eaux de bal­last déchar­gées par les car­gos du monde entier. Le même pro­ces­sus a ame­né envi­ron 300 plantes et ani­maux exo­tiques dans les Grands Lacs. La carpe asia­tique qui menace aujourd’hui la diver­si­té tout entière du Mis­sou­ri et du Mis­sis­sip­pi pro­vient d’une poi­gnée de pois­sons qui se sont échap­pés de mares alen­tour durant une inon­da­tion — ces pois­sons voraces menacent main­te­nant d’atteindre les Grands Lacs, ce qui éten­drait encore la sphère de la catas­trophe éco­lo­gique qu’ils repré­sentent. Le sau­mon de l’Atlantique, qui appar­tient à l’océan Atlan­tique, a été déli­bé­ré­ment impor­té dans le Paci­fique pour des rai­sons com­mer­ciales, indui­sant des impacts com­plexes qui pour­raient endom­ma­ger l’en­semble d’un bio­tope marin.

La mon­dia­li­sa­tion a essen­tiel­le­ment sup­pri­mé les bar­rières spa­tio-tem­po­relles qui pro­té­geaient autre­fois les bio­topes. Les mala­dies, les cham­pi­gnons, les mam­mi­fères, les amphi­biens, les oiseaux et les plantes sont tous dis­sé­mi­nés n’importe com­ment sur toute la pla­nète par les navires, les avions, les voi­tures, les bagages, les babioles rame­nées en guise de sou­ve­nirs, les chaus­sures, les corps et tout ce qui bouge. Les diverses consé­quences en résul­tant sont des dépla­ce­ments d’espèces, des explo­sions de popu­la­tions et des extinctions.

Des biomes inca­pables de faire face au pétrole se retrouvent recou­verts de pipe­lines inter­na­tio­naux, et le tra­fic inter­na­tio­nal de navires pétro­liers dis­perse ces hydro­car­bures depuis les sites d’extractions vers les zones de demandes. Le SIDA, un meur­trier de masse mon­dial, s’est échap­pé d’un vil­lage iso­lé d’Afrique en rai­son de mou­ve­ments de popu­la­tions mas­sifs à tra­vers toute la pla­nète. Une mala­die obs­cure comme le virus du Nil occi­den­tal se pro­page en Amé­rique du Nord après y avoir été trans­por­tée par inad­ver­tance à cause d’un mous­tique arri­vé en avion à New York, en pro­ve­nance de l’Europe du Sud. Des grippes mor­telles sont épar­pillées dans le monde entier par les marées de voya­geurs internationaux.

Ce pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion ravage aus­si les dif­fé­rentes cultures humaines, à mesure que le voyage, la tech­no­lo­gie et les médias pro­pagent une pen­sée unique, et une unique inter­pré­ta­tion du monde. Des modes de vie bien adap­tés à des ter­ri­toires éco­lo­giques spé­ci­fiques sont détruits par ce pro­ces­sus d’homogénéisation. Les langues, essen­tielles à la pré­ser­va­tion et à la per­pé­tua­tion des cultures, sont obli­té­rées à rai­son d’une par semaine. En outre, la mon­dia­li­sa­tion embrouille et affai­blit les poli­tiques locales et natio­nales en rai­son de l’érosion démo­cra­tique qu’entrainent les accords com­mer­ciaux, en fai­sant dimi­nuer l’autonomie indi­vi­duelle et en volant aux popu­la­tions rési­dentes leur droit à l’auto-détermination.

Aus­si large que la Pan­gée ait pu être, elle était com­po­sée de val­lées, de déserts, de mon­tagnes et de rivières qui restrei­gnaient le mou­ve­ment des espèces. Mal­heu­reu­se­ment, aucun obs­tacle n’est de taille pour conte­nir la marée des mou­ve­ments mas­sifs de la Nou­velle Pan­gée qui balaient la pla­nète. Les per­tur­ba­tions éco­lo­giques que cela crée sont sans pré­cé­dent dans l’histoire de la Terre.

Ray Grigg


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delau­nay & Eli­za­beth G.

[NdT : Ce détra­que­ment de tous les équi­libres éco­lo­giques, véri­table expé­ri­men­ta­tion d’un savant fou (la civi­li­sa­tion indus­trielle et son pro­grès) qui prend la pla­nète entière pour labo­ra­toire, est d’ores et déjà une catas­trophe pour les innom­brables espèces vivantes qui sont détruites dans le pro­ces­sus (sixième extinc­tion de masse) ; à plus ou moins court terme, il garan­tit éga­le­ment l’autodestruction de l’être humain. Au tra­vers de ce phé­no­mène de la nou­velle Pan­gée, qui induit des mou­ve­ments et des per­tur­ba­tions d’espèces, de bac­té­ries, de virus, etc., sans doute bien plus nom­breux et rapides qu’à l’époque de la Pan­gée, appa­raissent les prin­ci­paux pro­blèmes inhé­rents à la civi­li­sa­tion indus­trielle : la déme­sure, l’excès, l’ir­res­pon­sa­bi­li­té, l’in­cons­cience, etc. Au pas­sage, on rap­pel­le­ra que la volon­té d’u­ni­fier le monde n’est pas l’a­pa­nage des capi­ta­listes. Beau­coup de gens de gauche, y com­pris des anar­chistes, sont de fer­vents défen­seurs de la néces­si­té, de l’in­té­rêt et de l’im­por­tance (selon eux) de vivre dans un monde ultra-connec­té, inté­gra­le­ment rac­cor­dé, maillé de part en part. De gauche à droite, l’au­tar­cie est une hérésie.] 

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
13
Shares
8 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Extinction de l’espèce humaine — le suicide de la civilisation industrielle (par Guy McPherson)

Comme souligné par l'étude de Tim Garrett publiée il y a quelques années, seul l'effondrement de la civilisation pourrait éviter un emballement du changement climatique. La civilisation est un moteur thermique, qui requiert des débits massifs de ressources et d'énergies afin de maintenir la croissance de notre économie mondialisée et la complexité que nous prenons pour un acquis. La seule façon d'arrêter ce réchauffement c'est de couper le moteur. [...]
Lire

Une autre histoire du vandalisme révolutionnaire (par Daniel Hermant)

En ces temps de lamentations collectives relativement encouragées voire organisées et orchestrées (par les médias de masse, notamment, y compris via internet), en ces temps de déploration de la dégradation d’un « symbole de la nation », ou « de l’Occident », ou « de la foi chrétienne », d’un bâtiment qui ferait partie du « patrimoine national », à savoir la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris, il semble opportun de republier un texte de 1978 de l’historien Daniel Hermant portant sur le vandalisme (ou iconoclasme) révolutionnaire. [...]
Lire

L’origine de notre révolte (par Bernard Charbonneau & Jacques Ellul)

Un monde s’était organisé sans nous. Nous y sommes entrés alors qu’il commençait à se déséquilibrer. Il obéissait à des lois profondes que nous ne connaissions pas – qui n’étaient pas identiques à celles des Sociétés antérieures. Personne ne se donnait la peine de les chercher, car ce monde était caractérisé par l’anonymat : personne n’était responsable et personne ne cherchait à le contrôler. Chacun occupait seulement la place qui lui était attribuée dans ce monde qui se faisait tout seul par le jeu de ces lois profondes. [...]