Paysages industriels : comment la civilisation défigure la planète (Edward Burtynsky)

Le film docu­men­taire que nous vous pro­po­sons ici, ori­gi­nel­le­ment inti­tu­lé Manu­fac­tu­red Land­scapes, offi­ciel­le­ment tra­duit par Pay­sages manu­fac­tu­rés (titre fran­çais), mais que nous pré­fé­rons tra­duire par Pay­sages indus­triels, est sor­ti en 2007. Il a été réa­li­sé par un pho­to­graphe cana­dien rela­ti­ve­ment célèbre (tolé­ré et même appré­cié dans le cercle des médias grand public) : Edward Bur­tyns­ky. « Le tra­vail pho­to­gra­phique d’Ed­ward Bur­tyns­ky montre les dérives et les impacts de l’homme sur les pay­sages du monde entier » (France Culture).

Une des prin­ci­pales rai­sons pour les­quelles son tra­vail est appré­cié des ins­ti­tu­tions cultu­relles est qu’à l’ins­tar de Quen­tin Taran­ti­no (mais dans un autre registre), il esthé­tise la vio­lence — du moins une cer­taine forme de vio­lence : ses pho­to­gra­phies mettent en valeur la des­truc­tion de bio­topes par la socié­té indus­trielle. Edward Bur­tyns­ky est bien conscient du pro­blème que pose cette ambi­va­lence : lors­qu’une jour­na­liste de CBC News lui demande si cela le dérange que ses pho­tos soient par­fois sim­ple­ment accro­chées au mur par des per­sonnes qui les trouvent belles, sans que cela les amène à réflé­chir à ce qu’ils contemplent, il répond qu’il trouve ça dom­mage et qu’il espère que ces per­sonnes aillent au-delà.

Beni­dorm, Espagne, 2010.

L’am­bi­va­lence de son ouvrage, com­bi­né au fait qu’il ne prenne pas ouver­te­ment posi­tion, qu’il ne se déclare pas contre telle ou telle pra­tique, ou en oppo­si­tion avec l’in­dus­tria­lisme, est pré­ci­sé­ment ce qui lui per­met de flir­ter avec les médias grand public.

Quoi qu’il en soit, son film (Manu­fac­tu­red Land­scapes) est inté­res­sant dans la mesure où il montre ce que les cita­dins des pays riches ne voient que très rare­ment (voire jamais). Prin­ci­pa­le­ment parce que les consé­quences et les coûts de leur mode de vie leur sont dis­si­mu­lés (exter­na­li­sa­tion) : les indus­tries pol­luantes (anti-éco­lo­giques) qui fabriquent les objets du quo­ti­dien, à l’ins­tar des indus­tries extrac­ti­vistes char­gées de récu­pé­rer les matières pre­mières requises au préa­lable, sont délo­ca­li­sées dans les pays pauvres, dont elles exploitent impi­toya­ble­ment les habi­tants — à l’a­bri du regard des plus nantis.

Une car­rière au Portugal.

Il per­met de prendre de la hau­teur, et du recul, afin de réflé­chir sur le genre de monde que pro­duit la civi­li­sa­tion indus­trielle — et afin de réa­li­ser le coût de cette entre­prise : ce qui est détruit.

Construc­tion du bar­rage des Trois-Gorges en Chine.

Il expose aus­si l’ex­ploi­ta­tion des êtres humains que la civi­li­sa­tion indus­trielle réduit à l’é­tat de machines.

Voi­ci donc :

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
5 comments
  1. Bon­jour, mer­ci d’a­voir mis ce docu­men­taire a dis­po­si­tion il y a un moment, mal­heu­reu­se­ment celui-ci ne semble plus dis­po­nible, ou peut-on le récu­pé­rer a nouveau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

L’incendie de la cathédrale et l’embrasement nationaliste (par Nicolas Casaux)

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris a provoqué, et c’était attendu, une résurgence massive du sentiment nationaliste. Ainsi que l’écrivait Orwell, par nationalisme il faut entendre cette « propension à s’identifier à une nation particulière ou à tout autre entité, à la tenir pour étant au-delà du bien et du mal, et à se reconnaître pour seul devoir de servir ses intérêts. » Cette résurgence du nationalisme est également résurgence massive de l’hubris de l'Occident, de celui de la civilisation, plus largement, et de son culte de l’idée de progrès, et de son anthropocentrisme.
Lire

Comment le progrès technique déshumanise l’être humain et détruit le monde naturel (par Lewis Mumford)

La ligne possible de développement que je vais maintenant prolonger repose sur l’hypothèse que notre civilisation continuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accordera toujours plus d’importance aux pratiques introduites à l’origine par le capitalisme, la technique de la machine, les sciences physiques, l’administration bureaucratique et le gouvernement totalitaire ; et que de leur côté ces pratiques se combineront pour former un système parfaitement clos sur lui-même, dirigé par une intelligence délibérément dépersonnalisée. [...]
Lire

États de terreur (par Chris Hedges)

Il est quasiment certain que nous allons subir, dans un futur probablement assez proche, un autre attentat terroriste catastrophique sur le sol US. Le pillage du Moyen-Orient par notre armée; les États faillis ayant émergé de la gestion calamiteuse et du chaos de l'Irak et de l'Afghanistan; les millions d'innocents que nous avons chassés de leurs maisons, terrorisés ou massacrés; la faillite des régimes fantoches que nous avons équipés et entrainés et qui ne combattront pas; la quantité massive de munitions et d'équipement militaire que nous avons laissé atterrir entre les mains des djihadistes — les milliers d'entre eux détenant des passeports occidentaux; et la politique étrangère myope dont le seul précepte est que plus de violence industrielle nous sortira du marasme dans lequel la violence industrielle nous a entrainés, font que, comme la France, nous allons en prendre pour notre grade.