Paysages industriels : comment la civilisation défigure la planète (Edward Burtynsky)

Le film docu­men­taire que nous vous pro­po­sons ici, ori­gi­nel­le­ment inti­tu­lé Manu­fac­tu­red Land­scapes, offi­ciel­le­ment tra­duit par Pay­sages manu­fac­tu­rés (titre fran­çais), mais que nous pré­fé­rons tra­duire par Pay­sages indus­triels, est sor­ti en 2007. Il a été réa­li­sé par un pho­to­graphe cana­dien rela­ti­ve­ment célèbre (tolé­ré et même appré­cié dans le cercle des médias grand public) : Edward Bur­tyns­ky. « Le tra­vail pho­to­gra­phique d’Ed­ward Bur­tyns­ky montre les dérives et les impacts de l’homme sur les pay­sages du monde entier » (France Culture).

Une des prin­ci­pales rai­sons pour les­quelles son tra­vail est appré­cié des ins­ti­tu­tions cultu­relles est qu’à l’ins­tar de Quen­tin Taran­ti­no (mais dans un autre registre), il esthé­tise la vio­lence — du moins une cer­taine forme de vio­lence : ses pho­to­gra­phies mettent en valeur la des­truc­tion de bio­topes par la socié­té indus­trielle. Edward Bur­tyns­ky est bien conscient du pro­blème que pose cette ambi­va­lence : lors­qu’une jour­na­liste de CBC News lui demande si cela le dérange que ses pho­tos soient par­fois sim­ple­ment accro­chées au mur par des per­sonnes qui les trouvent belles, sans que cela les amène à réflé­chir à ce qu’ils contemplent, il répond qu’il trouve ça dom­mage et qu’il espère que ces per­sonnes aillent au-delà.

Beni­dorm, Espagne, 2010.

L’am­bi­va­lence de son ouvrage, com­bi­né au fait qu’il ne prenne pas ouver­te­ment posi­tion, qu’il ne se déclare pas contre telle ou telle pra­tique, ou en oppo­si­tion avec l’in­dus­tria­lisme, est pré­ci­sé­ment ce qui lui per­met de flir­ter avec les médias grand public.

Quoi qu’il en soit, son film (Manu­fac­tu­red Land­scapes) est inté­res­sant dans la mesure où il montre ce que les cita­dins des pays riches ne voient que très rare­ment (voire jamais). Prin­ci­pa­le­ment parce que les consé­quences et les coûts de leur mode de vie leur sont dis­si­mu­lés (exter­na­li­sa­tion) : les indus­tries pol­luantes (anti-éco­lo­giques) qui fabriquent les objets du quo­ti­dien, à l’ins­tar des indus­tries extrac­ti­vistes char­gées de récu­pé­rer les matières pre­mières requises au préa­lable, sont délo­ca­li­sées dans les pays pauvres, dont elles exploitent impi­toya­ble­ment les habi­tants — à l’a­bri du regard des plus nantis.

Une car­rière au Portugal.

Il per­met de prendre de la hau­teur, et du recul, afin de réflé­chir sur le genre de monde que pro­duit la civi­li­sa­tion indus­trielle — et afin de réa­li­ser le coût de cette entre­prise : ce qui est détruit.

Construc­tion du bar­rage des Trois-Gorges en Chine.

Il expose aus­si l’ex­ploi­ta­tion des êtres humains que la civi­li­sa­tion indus­trielle réduit à l’é­tat de machines.

Voi­ci donc :

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
5 comments
  1. Bon­jour, mer­ci d’a­voir mis ce docu­men­taire a dis­po­si­tion il y a un moment, mal­heu­reu­se­ment celui-ci ne semble plus dis­po­nible, ou peut-on le récu­pé­rer a nouveau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Avertissement à l’adresse des lycéennes et lycéens !

Nous, qui sommes de la génération qui vous précède, voudrions vous avertir de ce que nous avons mis bien du temps à réaliser : presque rien de ce qui compte réellement — PARCE QUE DÉTERMINANT CE QUI ARRIVE À NOS VIES — n’est plus décidé par des humains et encore moins soumis à leur suffrage. Ce qui s’appelait "citoyen" (un individu qui prend part aux orientations de la Cité) a cessé d’exister.
Lire

Nous vivons en kleptocratie (par Derrick Jensen)

Les États-Unis ne sont pas une démocratie. Il est plus rigoureux de dire que nous vivons dans une ploutocratie — un gouvernement des riches, par et pour les riches — ou plus exactement encore, dans une kleptocratie — un gouvernement qui a pour principe premier d’organisation le vol; qui vole les pauvres, qui vole la Terre, et qui vole le futur. Nous nous exprimons et agissons pourtant souvent publiquement comme si nous vivions en démocratie. [...]
Lire

Imposer le français, détruire les patois et les cultures locales, construire la France (par Eugen Weber)

Le texte qui suit est constitué d’extraits du livre d’Eugen Weber intitulé La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale (1870-1914). Il traite de la diffusion impérialiste de la langue française, de son expansion et de sa conquête du territoire France, et de la construction de la France en tant qu’État, plus généralement. [...]
Lire

Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique (par Arnaud Michon & J.-B. Fressoz)

L’éolien est rarement envisagé comme il devrait l’être, c’est-à-dire comme une modalité particulière de la réquisition totale du territoire à des fins de production, de circulation et d’anéantissement du monde non domestiqué, comme en attestent à leur façon d’autres projets comme les constructions d’autoroutes, d’aéroports, de lignes à grande vitesse ou les projets d’extraction de gaz de schiste (sans oublier le gaz de houille qui n’implique pas de fracturation hydraulique et dont les gisements seraient abondants en France, dans les anciennes régions minières).