Empreinte : comment la civilisation industrielle détruit les écosystèmes aquatiques

Dans un pré­cé­dent article, nous avons publié le pre­mier film docu­men­taire (Manu­fac­tu­red Land­scapes / Pay­sages manu­fac­tu­rés) du pho­to­graphe cana­dien Edward Bur­tyns­ky, sor­ti en 2007. En 2013, tou­jours avec la réa­li­sa­trice Jen­ni­fer Baich­wal, il sor­tait un deuxième long-métrage inti­tu­lé Water­mark (L’empreinte), qui nous entraîne aux quatre coins du monde afin d’explorer la manière dont la socié­té indus­trielle se com­porte vis-à-vis des cours d’eau (fleuves, rivières, etc.) et des eaux souterraines.

Affiche du film.

Entre la construc­tion de gigan­tesques bar­rages qui entravent l’é­cou­le­ment libre de cours d’eau et détruisent ain­si d’in­nu­mé­rables éco­sys­tèmes en amont comme en aval — voir notre article « Com­ment les bar­rages détruisent le monde natu­rel (& non, le Cos­ta Rica n’est pas un para­dis éco­lo­gique) » —, impac­tant par­fois jus­qu’aux plages situées à des cen­taines de kilo­mètres (en rete­nant le sable qui leur était des­ti­né), le détour­ne­ment du débit des fleuves et la sur­ex­ploi­ta­tion de nappes phréa­tiques (ain­si qu’un rap­port de la NASA le sou­li­gnait en 2015 : 21 des 37 aqui­fères les plus impor­tants sont pas­sés en-des­sous du seuil de dura­bi­li­té  —  ils perdent plus d’eau qu’ils n’en accu­mulent), la civi­li­sa­tion indus­trielle repose en effet sur un cer­tain nombre de pra­tiques anti-éco­lo­giques (insou­te­nables), rien qu’au niveau de sa ges­tion de l’eau.

Voi­ci donc (en ver­sion française) :

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
7 comments
  1. Il y a un pro­blème pour lan­cer la vidéo, même pro­blème que celle de l’ar­ticle précédent.
    « un petit pro­blème est sur­ve­nu lors du lan­ce­ment de cette video »
    En cli­quant sur télé­char­ger, sous le mes­sage d’er­reur, on nous envoie un lien Google Drive, mais cela ne fonc­tionne pas non plus. J’ai essayé sur deux dif­fé­rents navigateurs.

    En pas­sant, je trouve bien dom­mage d’u­ti­li­ser les ser­vices de Google, étant don­né les sujets abor­dés sur ce site!!
    Pour héber­ger des docu­ments de toute taille, uti­li­sez l’al­ter­na­tive libre : Framadrive.org
    Vous pour­rez aus­si héber­ger vos docu­men­taires sur Framatube.org (ce sera bien­tôt opé­ra­tion­nel comme alter­na­tive à youtube).
    Exemple : https://framatube.org/media/les-matinales-despace-2-degooglisons-internet

    Mer­ci encore pour tous vos articles ! Continuez.

    1. Bizarre. J’ai tes­té sur plu­sieurs sup­ports dif­fé­rents, ça semble fonc­tion­ner. Vous êtes en France (sans indis­cré­tion) ? Quant à Google, bien d’ac­cord avec vous mais : 1. on uti­lise inter­net alors que c’est de la merde (tech­ni­que­ment, éco­lo­gi­que­ment), 2. si j’a­vais une meilleure alter­na­tive, je l’u­ti­li­se­rais (je vais regar­der fra­ma­tube, merci).

    2. Bon­jour, étrange, j’ai tes­té sur dif­fé­rents sup­ports ça semble fonc­tion­ner. Vous êtes en France (sans indis­cré­tion) ? Quant à Google, oui je sais bien, seule­ment je n’ai pas trou­vé mieux (je vais regar­der fra­ma­tube, merci).

      1. Bon­jour. Je crois avoir com­pris. Sur la page Goo­gle­drive où est sto­ckée la vidéo, il est dit qu’elle fait 4.2G, et celle de l’ar­ticle pré­cé­dent fait 3.4G. Le fichier doit être trop lourd pour ma petite connexion.
        Enfin, c’est éton­nant comme taille de vidéo…
        Ce sont peut-être les mys­tères de l’informatique ! 🙂
        Je rées­saie­rai ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

PMO : « Que la technologie impose ses procédures, des types de comportements et d’organisation sociale est une évidence »

PMO : Plus qu'industriel, le capitalisme d'aujourd'hui est technologique. Certes, des pans de l'économie reposent encore sur l'industrie (ne serait-ce que pour produire les outils et machines numériques), mais la « quatrième révolution industrielle » — suivant les importants de Davos —, celle de la robotique et du numérique, vient déjà chasser la « troisième », la révolution informatique. Autrement dit, l'économie de la connaissance — en fait les technologies de l'information et des données —, transforme l'ancien monde industriel et propulse le capitalisme dans l'ère post-industrielle. La vente de services immatériels et l'économie des « usages » accroissent leur part du PIB — voyez Google, Facebook, Uber. [...]