Empreinte : comment la civilisation industrielle détruit les écosystèmes aquatiques

Dans un pré­cé­dent article, nous avons publié le pre­mier film docu­men­taire (Manu­fac­tu­red Land­scapes / Pay­sages manu­fac­tu­rés) du pho­to­graphe cana­dien Edward Bur­tyns­ky, sor­ti en 2007. En 2013, tou­jours avec la réa­li­sa­trice Jen­ni­fer Baich­wal, il sor­tait un deuxième long-métrage inti­tu­lé Water­mark (L’empreinte), qui nous entraîne aux quatre coins du monde afin d’explorer la manière dont la socié­té indus­trielle se com­porte vis-à-vis des cours d’eau (fleuves, rivières, etc.) et des eaux souterraines.

Affiche du film.

Entre la construc­tion de gigan­tesques bar­rages qui entravent l’é­cou­le­ment libre de cours d’eau et détruisent ain­si d’in­nu­mé­rables éco­sys­tèmes en amont comme en aval — voir notre article « Com­ment les bar­rages détruisent le monde natu­rel (& non, le Cos­ta Rica n’est pas un para­dis éco­lo­gique) » —, impac­tant par­fois jus­qu’aux plages situées à des cen­taines de kilo­mètres (en rete­nant le sable qui leur était des­ti­né), le détour­ne­ment du débit des fleuves et la sur­ex­ploi­ta­tion de nappes phréa­tiques (ain­si qu’un rap­port de la NASA le sou­li­gnait en 2015 : 21 des 37 aqui­fères les plus impor­tants sont pas­sés en-des­sous du seuil de dura­bi­li­té  —  ils perdent plus d’eau qu’ils n’en accu­mulent), la civi­li­sa­tion indus­trielle repose en effet sur un cer­tain nombre de pra­tiques anti-éco­lo­giques (insou­te­nables), rien qu’au niveau de sa ges­tion de l’eau.

Voi­ci donc (en ver­sion française) :

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
7 comments
  1. Il y a un pro­blème pour lan­cer la vidéo, même pro­blème que celle de l’ar­ticle précédent.
    « un petit pro­blème est sur­ve­nu lors du lan­ce­ment de cette video »
    En cli­quant sur télé­char­ger, sous le mes­sage d’er­reur, on nous envoie un lien Google Drive, mais cela ne fonc­tionne pas non plus. J’ai essayé sur deux dif­fé­rents navigateurs.

    En pas­sant, je trouve bien dom­mage d’u­ti­li­ser les ser­vices de Google, étant don­né les sujets abor­dés sur ce site!!
    Pour héber­ger des docu­ments de toute taille, uti­li­sez l’al­ter­na­tive libre : Framadrive.org
    Vous pour­rez aus­si héber­ger vos docu­men­taires sur Framatube.org (ce sera bien­tôt opé­ra­tion­nel comme alter­na­tive à youtube).
    Exemple : https://framatube.org/media/les-matinales-despace-2-degooglisons-internet

    Mer­ci encore pour tous vos articles ! Continuez.

    1. Bizarre. J’ai tes­té sur plu­sieurs sup­ports dif­fé­rents, ça semble fonc­tion­ner. Vous êtes en France (sans indis­cré­tion) ? Quant à Google, bien d’ac­cord avec vous mais : 1. on uti­lise inter­net alors que c’est de la merde (tech­ni­que­ment, éco­lo­gi­que­ment), 2. si j’a­vais une meilleure alter­na­tive, je l’u­ti­li­se­rais (je vais regar­der fra­ma­tube, merci).

    2. Bon­jour, étrange, j’ai tes­té sur dif­fé­rents sup­ports ça semble fonc­tion­ner. Vous êtes en France (sans indis­cré­tion) ? Quant à Google, oui je sais bien, seule­ment je n’ai pas trou­vé mieux (je vais regar­der fra­ma­tube, merci).

      1. Bon­jour. Je crois avoir com­pris. Sur la page Goo­gle­drive où est sto­ckée la vidéo, il est dit qu’elle fait 4.2G, et celle de l’ar­ticle pré­cé­dent fait 3.4G. Le fichier doit être trop lourd pour ma petite connexion.
        Enfin, c’est éton­nant comme taille de vidéo…
        Ce sont peut-être les mys­tères de l’informatique ! 🙂
        Je rées­saie­rai ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La « philanthropie » : moteur discret de l’impérialisme et de l’ingénierie sociale (par Arundhati Roy)

[...] Ce qui suit dans cet essai apparaîtra peut-être aux yeux de certains comme une critique assez sévère. D’un autre côté, dans le respect de la tradition qui veut que l'on honore son adversaire, cela pourrait être interprété comme une reconnaissance de la vision, de la souplesse, de la subtilité et de la ferme détermination de ceux qui ont consacré leurs existences à débarrasser le monde de tout danger pour le capitalisme.
Lire

L’accord de Paris : ne rien changer, compter sur la technologie, s’adapter et, surtout, vive la croissance (par Clive Spash)

À l’issue de la 21e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ayant eu lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 en France, à Paris, les 195 pays de la communauté internationale sont finalement parvenus à un accord, considéré, tant par les participants que par les médias, comme un tournant politique majeur dans la difficulté de s’attaquer au changement climatique provoqué par l’humain. Le texte suivant est un bref commentaire critique dans lequel j’explique succinctement en quoi l’accord de Paris ne change rien. J’y souligne comment cet accord ignore pratiquement toutes les questions de fond concernant les causes du changement climatique d’origine anthropique, et en quoi ce même accord n’offre aucun plan d’action concret. [...]
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.