Comment le développement durable a ravagé le bassin du Congo (par Jerome Lewis)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, sur le site du Scien­ti­fic Ame­ri­can, en mai 2020.


Les Pyg­mées coexis­taient avec la faune et la flore depuis des mil­lé­naires – jusqu’à l’arrivée des pro­fes­sion­nels de la conser­va­tion asso­ciés aux indus­tries extractives.

Dans l’obscurité totale, assis sur le sol de la forêt avec nos corps si proches qu’ils se touchent, nous chan­tons, chaque voix pro­dui­sant une mélo­die dif­fé­rente et yodlée pour créer une dense har­mo­nie. Au fil des heures, les mélo­dies indi­vi­duelles se fondent les unes aux autres, et nous com­men­çons à nous perdre dans la fresque humaine et acous­tique que nous avons créée. L’intensité du chant se construit, sa coor­di­na­tion se per­fec­tion­nant jusqu’à ce que la musique devienne si belle que le soi se dis­sous. Une telle splen­deur attire les esprits de la forêt vers le camp pour qu’ils se joignent à nous, telle est la croyance des BaYa­ka. Comme de minus­cules points lumi­nes­cents, ils flottent autour de nous, s’approchent puis se réfu­gient dans la forêt, leurs voix sub­tiles sif­flant de douces mélo­dies se glis­sant occa­sion­nel­le­ment à tra­vers la poly­pho­nie. Sub­mer­gés par la beau­té que nous avons créée ensemble, cer­tains lancent « Njoor ! » (« Ma parole ! »), « Bisen­go » (« Quelle joie ! ») ou « To bona ! » (« Juste comme ça ! »).

Dans ces moments, vous avez l’impression d’être la forêt, votre conscience s’étendant pour englo­ber les arbres, les ani­maux et les per­sonnes autour de vous. Expé­ri­men­ter une telle géné­ro­si­té, comme j’en ai eu la chance durant ma recherche doc­to­rante par­mi les Pyg­mées BaYa­ka de la Répu­blique du Congo dans les années 1990, est pro­fon­dé­ment émou­vante. Une connexion gaie et affec­tueuse s’établit entre toutes les choses et tout le monde à proxi­mi­té. Durant ce « jeu des esprits », une forme intense de théâtre, les BaYa­ka se sentent com­mu­nier direc­te­ment avec la forêt ; ils lui com­mu­niquent leur consi­dé­ra­tion et leur atten­tion tout en réaf­fir­mant leur pro­fonde rela­tion mutuelle d’amour et de sou­tien. Comme disait mon ami Eme­ka : « Un BaYa­ka aime la forêt comme il aime son propre corps. »

Les BaYa­ka suivent des règles strictes dans la chasse et la cueillette. Ils récoltent les ignames sau­vages en veillant à leur pro­li­fé­ra­tion, ils évitent de tuer des femelles ges­tantes, et consomment ce qu’ils peuvent trou­ver à proxi­mi­té. Durant plu­sieurs mil­lé­naires, leurs acti­vi­tés et celle des autres tri­bus Pyg­mées du bas­sin du Congo ont sti­mu­lé la pro­duc­ti­vi­té de la forêt, pour toutes les créa­tures, humains com­pris. Les BaYa­ka n’ont pas de mot pour la famine. Un soir j’ai essayé d’expliquer à Eme­ka et à d’autres ras­sem­blés autour d’un feu qu’il existe des endroits où les gens meurent de faim, j’ai alors fait face à au scep­ti­cisme et à l’incrédulité.

Dans ces mêmes années 1990, des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales comme la Banque Mon­diale, tra­vaillant en par­te­na­riat avec les gou­ver­ne­ments natio­naux et les agences de conser­va­tion, mirent en œuvre des modèles de déve­lop­pe­ment durable dans le bas­sin du Congo. Ils divi­sèrent la forêt vierge en larges sec­tions pour l’exploitation fores­tière et d’autres acti­vi­tés tout en met­tant de côté des « aires pro­té­gées » comme refuge pour la faune et la flore. Selon une croyance née dans les poli­tiques états-uniennes du XIXe siècle – la nature pros­père quand les humains n’y touchent pas –, les gou­ver­ne­ments régio­naux ont ban­ni les groupes de Pyg­mées des réserves sauvages.

Dès lors, j’ai pu voir une jungle luxu­riante, grouillante d’éléphants, de gorilles, de chim­pan­zés, de san­gliers, de singes et d’antilopes deve­nir une zone boi­sée dégra­dée par les mar­chés natio­naux et inter­na­tio­naux englou­tis­sant les pro­duits de la forêt. Les popu­la­tions des élé­phants d’Afrique cen­trale ont chu­té de plus de 60 % entre 2002 et 2011, et le déclin se pour­suit. Aupa­ra­vant actifs, bien nour­ris et pleins de vie, les BaYa­ka aujourd’hui sont sou­vent des tra­vailleurs jour­na­liers sous-ali­men­tés, dépres­sifs et alcoo­liques logés en bor­dure de leurs anciens ter­ri­toires, ter­ro­ri­sés par les soi-disant éco-gardes, exploi­tés com­mer­cia­le­ment et sexuel­le­ment par les étran­gers. Ils ont pros­pé­ré dans le bas­sin du Congo pen­dant des dizaines de mil­liers d’années avant de suc­com­ber en quelques décen­nies à l’appétit de la civi­li­sa­tion indus­trielle pour les res­sources natu­relles et à son approche colo­niale pour sécu­ri­ser ces richesses – en expul­sant les indi­gènes de leurs terres natales.

Depuis les années 1990, les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales, les agences de conser­va­tion et les gou­ver­ne­ments locaux ont divi­sé le bas­sin du Congo en zones pour l’industrie fores­tière et d’autres acti­vi­tés, ain­si qu’en aires pro­té­gées des­ti­nées à la faune sau­vage. Les Pyg­mées sont auto­ri­sés à chas­ser pour leur sub­sis­tance dans cer­taines zones, mais en pra­tique, beau­coup sont trop effrayés par les attaques des éco-gardes pour s’aventurer dans la forêt. Inca­pables de per­pé­tuer leur mode de vie ori­gi­nel, ils sont nom­breux à errer aux abords des villes nées de l’exploitation fores­tière comme Poko­la dans l’espoir de trou­ver des petits boulots.

En oppo­si­tion à une telle vision hié­rar­chique de la conser­va­tion, sou­vent asso­ciée aux indus­tries extrac­tives et qui échoue régu­liè­re­ment à rem­plir ses objec­tifs ini­tiaux, une approche plus popu­laire de la défense des forêts et de la faune sau­vage gagne régu­liè­re­ment du ter­rain. Un rap­port de 2019 pro­duit par la Pla­te­forme Inter­gou­ver­ne­men­tale Scien­ti­fique et Poli­tique sur la Bio­di­ver­si­té et les Ser­vices éco­sys­té­miques [IPBES, équi­valent du GIEC pour la bio­di­ver­si­té] des Nations Unies affirme que les peuples indi­gènes sont concrè­te­ment les meilleurs pour main­te­nir la bio­di­ver­si­té sur leur terre. 80 % de la bio­di­ver­si­té ter­restre sur la pla­nète coïn­cident avec les 65 % de la sur­face de la Terre gérés par des indi­gènes ou des com­mu­nau­tés locales. Ce nou­veau para­digme de la conser­va­tion cherche à don­ner les moyens aux com­mu­nau­tés locales de résis­ter aux forces mar­chandes enva­his­sant leurs territoires.

Les BaYa­ka eux-mêmes m’ont aidé dans cet effort. Le pro­gramme de la « Science Extrême des Citoyens » (Extreme Citi­zen Science ou ExCiteS) per­met aux locaux de car­to­gra­phier leurs res­sources et les dan­gers les mena­çant et de par­ta­ger leurs connais­sances éco­lo­giques avec les étran­gers. Les outils et métho­do­lo­gies que nous avons conçus dans le bas­sin du Congo se sont révé­lés utiles dans diverses par­ties du monde. Le réseau com­mu­nau­taire dans la forêt de Prey Lang au Cam­bodge a ren­con­tré un tel suc­cès en uti­li­sant la der­nière ver­sion de notre outil car­to­gra­phique – l’application Sapel­li – pour pro­té­ger la forêt – qu’elle a rem­por­té le pres­ti­gieux Prix Équa­teur des Nations Unies en 2015, le Prix de l’Innovation de la Socié­té Inter­na­tio­nale des Forêts Tro­pi­cales de Yale en 2017 et l’Energy Globe Award en 2019.

L’homme bayaka idéal

Lorsque ma femme, Ingrid, notre fils de trois ans, Nan­do, et moi sommes des­cen­dus avec appré­hen­sion du canoë sur les rives sableuses de la Rivière San­gha dans le nord-ouest du Congo en 1994, ce fut Eme­ka qui nous accueillit avec un large sou­rire. Homme cha­ris­ma­tique dans la tren­taine, il était l’un des membres d’un groupe d’environ qua­rante Pyg­mées qui cam­paient là. Vivant à tra­vers le bas­sin du Congo – de l’Ouganda en pas­sant par le Rwan­da et le Burun­di à l’est jusqu’à l’océan Atlan­tique à l’ouest – les bandes de chas­seurs-cueilleurs pyg­mées parlent un éven­tail de dif­fé­rentes langues et leur nombre est esti­mé entre 300 000 et un mil­lion. Tout tend à prou­ver que ce sont les habi­tants ori­gi­nels de la forêt ; les études ADN indiquent que leurs ancêtres ont vécu dans la région pen­dant au moins 55 000 ans.

Mal­gré leurs dif­fé­rences super­fi­cielles, ces groupes de Pyg­mées vivant tou­jours dans des forêts intactes par­tagent des approches simi­laires pour bien vivre dans cet envi­ron­ne­ment – leurs huttes en forme d’igloo faites de lianes et de feuilles, les outils qu’ils uti­lisent pour chas­ser ou col­lec­ter le miel, les carac­té­ris­tiques de leurs chants pour com­mu­nier avec les esprits de la forêt. Durant les trois années sui­vantes, Ingrid, Nan­do et moi avons par­cou­ru plu­sieurs mil­liers de kilo­mètres à voya­ger à tra­vers la forêt avec Eme­ka, sa femme, Mam­bu­la, et de nom­breux autres membres de sa famille élar­gie. Nous par­ta­gions leur mode de vie ani­mé et éga­li­taire. Nos com­pa­gnons nous apprirent à vivre comme des chas­seurs-cueilleurs : com­ment mar­cher et pro­gres­ser à tra­vers des maré­cages ; se repé­rer en uti­li­sant la piste des élé­phants ; chas­ser des ani­maux ; récol­ter des fruits, des tuber­cules, des feuilles comes­tibles et des insectes sai­son­niers ; construire une digue sur les ruis­seaux de la forêt pour pié­ger des pois­sons ; et jouer avec les esprits de la forêt.

Eme­ka — chas­seur cou­ra­geux et fort, père et mari atten­tion­né, indul­gent et appli­qué, média­teur d’humeur constante, sage conseiller, talen­tueux ora­teur, chan­teur, conteur et direc­teur de pro­duc­tions théâ­trales impro­vi­sées sur le camp, et géné­reux de sur­croît — était notre guide. L’économie des BaYa­ka repose sur le prin­cipe sui­vant ; si quelqu’un pos­sède une chose que vous dési­rez, vous lui deman­dez, tout sim­ple­ment. Vivre dans une telle éco­no­mie du par­tage et de la demande (comme les anthro­po­logues l’appellent) s’apparente à vivre dans un monde où les biens sont gra­tuits. Même si vous y contri­buez rare­ment – par exemple, si vous êtes un enfant ou une per­sonne âgée, ou si vous êtes men­ta­le­ment ou phy­si­que­ment han­di­ca­pé – per­sonne ne remet jamais en ques­tion votre droit de deman­der une part de tout ce qui est rap­por­té au camp. Eme­ka don­nait inva­ria­ble­ment tout ce qui était en sa possession.

Les bandes de Pyg­mées au sein du bas­sin du Congo par­tagent des solu­tions simi­laires pour la vie dans la forêt, dont leur pro­pen­sion au « jeu de l’esprit » et leurs abris en feuilles et en lianes. Dans un nou­veau site de cam­pe­ment en 1997, Ingoyo couvre le toit de sa hutte avec des feuilles. Cré­dits : Nico Lewis

Les BaYa­ka rejettent avec véhé­mence la réduc­tion du monde natu­rel à une pro­prié­té pri­vée. « Kom­ba [le créa­teur] a créé la forêt pour qu’elle puisse être par­ta­gée par toutes les créa­tures », disait Eme­ka. Une fois, durant une chasse noc­turne, nous avons cam­pé près d’un groupe de gorilles. Le mâle au dos argen­té, sen­tant la fumée de notre feu, s’est mis à rugir et à éruc­ter pour nous inti­mi­der. Eme­ka était furieux. Criant et inju­riant, il répri­man­da le dos argen­té qui ima­gi­nait que la forêt était sienne : elle est là pour satis­faire les besoins de toutes les créa­tures. Une autre fois, mon ami Tuba, dési­gnant son jeune fils, me dit alors : « Regarde, il mange la nour­ri­ture de la forêt, et son corps devient plus fort. » En effet, les Baya­ka se voient comme la forêt trans­for­mée en per­sonnes – si bien qu’ils ne peuvent ima­gi­ner en vendre une par­tie comme je suis inca­pable de vendre mon pouce ou mon pied.

Dans le même esprit, les BaYa­ka sou­tiennent que la forêt conserve son abon­dance aus­si long­temps que cha­cun res­pecte cer­tains prin­cipes. La rare­té ou le manque sont les consé­quences des agis­se­ments d’individus qui ne par­tagent pas cor­rec­te­ment, et de la dis­har­mo­nie qui s’ensuit – pas seule­ment de l’incapacité de la nature à sub­ve­nir aux besoins. Un ensemble de règles appe­lé eki­la assure la plé­ni­tude. Si une par­celle de forêt devient impro­duc­tive, par exemple, les BaYa­ka en inter­disent l’accès pour que plus per­sonne n’y chasse et col­lecte ; l’interdiction est levée quand la zone se réta­blit. Cha­cun, dans le camp, doit rece­voir une por­tion de viande de la chasse et trai­ter la car­casse de l’animal avec res­pect. La forêt se sou­cie de ses habi­tants et désire entendre des sons agréables éma­nant d’eux ; par­ta­ger des chants et des rires avec la forêt l’incitera à être muni­fi­cente. Ain­si, les ins­ti­tu­tions sociales clés des BaYa­ka n’assurent pas seule­ment l’abondance mais célèbrent et génèrent aus­si la joie.

Notre temps pas­sé à vaga­bon­der dans la forêt durant les années 1990 fut idyl­lique. Nous man­gions des ali­ments sau­vages et nous nous dépla­cions libre­ment et sans crainte. Nous dan­sions et pra­ti­quions les scènes d’esprits pen­dant des jours, par­fois des semaines. « C’était un peuple qui avait trou­vé dans la forêt quelque chose qui ren­dait la vie plus que digne d’être vécue, quelque chose qui en fai­sait, avec toutes ses dif­fi­cul­tés, ses pro­blèmes et ses tra­gé­dies, une chose mer­veilleuse, pleine de bon­heur et exempte de tra­cas », écri­vait il y a trois décen­nies l’anthropologue Colin Turn­bull au sujet des Pyg­mées BaM­bu­ti du nord-est du Congo, à presque 1 400 kilo­mètres de là. Je res­sens à peu près la même chose au sujet des BaYaka.

Mais les pro­blèmes cou­vaient. En 1993, la Wild­life Conser­va­tion Socie­ty (WCS) avait tra­vaillé avec la Banque Mon­diale pour éta­blir le parc natio­nal de Noua­ba­lé-Ndo­ki en Répu­blique Démo­cra­tique du Congo. Cou­vrant 4 000 kilo­mètres car­rés à la fron­tière du pays avec la Répu­blique Cen­tra­fri­caine, il était cen­sé pro­té­ger les élé­phants, les anti­lopes bon­go, les chim­pan­zés et les gorilles. Comme les Pyg­mées lais­saient très peu de traces de leur pré­sence, les auto­ri­tés et les scien­ti­fiques de la WCS ont décla­ré que la zone était inha­bi­tée. Lorsque les patrouilles de gardes fores­tiers ont croi­sé des chas­seurs-cueilleurs dans la réserve, ils les ont expul­sés. En résul­tat, les clans BaYa­ka du Congo ont été sépa­rés de leurs proches de Répu­blique Cen­tra­fri­caine et ont per­du l’accès à de larges par­celles de forêts qu’ils connais­saient inti­me­ment depuis des générations.

Les fron­tières du parc se trouvent à quelques 150 kilo­mètres au nord de l’endroit où je me trou­vais avec le clan d’Emeka, nous n’avions donc pas res­sen­ti l’impact de sa créa­tion. Mais nous nous trou­vions dans l’immense « zone tam­pon » qui com­pre­nait de vastes conces­sions dédiées à l’exploitation fores­tière autour de la zone pro­té­gée. Ain­si débu­tait la fin d’un espace d’abondance et flo­ris­sant où une large diver­si­té d’espèces s’épanouissait.

Des enfants BaYa­ka se balancent avec une corde en liane. La forêt leur four­nit tout ce dont ils ont besoin.

L’arbre Sapele

Je me sou­viens de la pre­mière fois où nous sommes tom­bés sur une route fores­tière, en 1994. Mes com­pa­gnons BaYa­ka se plai­gnaient de la dure­té de la sur­face sous la plante de leurs pieds, de la cha­leur sans l’ombre des arbres, et des nom­breuses mouches qui nous impor­tu­naient. Eme­ka et moi avons ri lorsque les femmes se réfu­gièrent loin dans la forêt, comme si un buffle les chas­sait, lorsque le pre­mier camion gru­mier pas­sa sur la route. Avec le temps, les routes en sont venues à qua­driller la forêt, faci­li­tant l’extraction de la viande de brousse, des plantes comes­tibles et d’autres mar­chan­dises à des­ti­na­tion des mar­chés urbains.

Le magni­fique sapele (Entan­dro­phrag­ma cylin­dri­cum) [autres déno­mi­na­tions : sapel­li ou sapa­li] pré­sen­tait un inté­rêt par­ti­cu­lier pour les entre­prises du bois. Imper­méable, incroya­ble­ment solide, résis­tant aux para­sites et pos­sé­dant un beau grain iri­sé, ce bois dur est très deman­dé sur les mar­chés inter­na­tio­naux. Mais le sapele était essen­tiel au mode de vie des Pyg­mées. Un jour, après un trek de 60 kilo­mètres, alors que je me plai­gnais de mes pieds endo­lo­ris, Eme­ka a décou­pé une plaque d’écorce en forme de dia­mant dans un sapele non loin de là – une couche de sa peau, juste au-des­sous de l’écorce, consti­tue un puis­sant agent anal­gé­sique et anti­bac­té­rien. Eme­ka l’a pla­cée à l’envers sur le feu de camp pour chauf­fer les huiles de la couche aux ver­tus médi­ci­nales. Puis il la posa sur le sol et me deman­da d’appliquer mes pieds des­sus. Le sou­la­ge­ment fut ins­tan­ta­né, et mer­veilleux. J’ai sou­vent vu des enfants BaYa­ka atteints du palu­disme inha­ler des vapeurs d’eau chaude infu­sée avec de l’écorce de sapele pour réduire la fièvre.

Plus impor­tant encore sont les grands sapeles, s’élevant bien au-des­sus de la cano­pée. Juste avant la sai­son des pluies, ils attirent des hordes de papillons (Imbra­sia oye­men­sis) qui pondent des œufs sur les feuilles. À l’é­clo­sion, les larves se trans­forment rapi­de­ment en de grosses che­nilles tout à fait déli­cieuses et très nutri­tives, si abon­dantes qu’elles recouvrent le sol d’un épais tapis au pied de ces grands arbres. Les Pyg­mées appré­cient les che­nilles non seule­ment pour leur saveur mais aus­si parce qu’elles arrivent au bon moment : les pluies dis­persent les ani­maux qui ne se ras­semblent plus autour des mêmes points d’eau, ren­dant la chasse impré­vi­sible. « Kom­ba envoie les che­nilles pour nour­rir les gens quand la chasse est dif­fi­cile », m’a un jour dit Eme­ka alors que nous en fai­sions rôtir en bro­chette sur des braises chaudes et que nous savou­rions leur goût authen­tique et leur tex­ture charnue.

Bien que les BaYa­ka aient été pro­fon­dé­ment bou­le­ver­sés lorsque des bûche­rons ont abat­tu des arbres « che­nilles » qu’ils exploi­taient depuis des géné­ra­tions, leur puis­sante éthique du par­tage les ame­nait à ne pas res­sen­tir le besoin de résis­ter ou de s’y oppo­ser. « Il y a beau­coup d’arbres dans la forêt, pour tout le monde ; nous pou­vons en par­ta­ger cer­tains », décla­raient ini­tia­le­ment plu­sieurs d’entre eux.

Ma famille et moi avons quit­té le Congo en 1997, au début de la guerre civile, mais j’ai conti­nué à régu­liè­re­ment me rendre dans la région pour mon tra­vail de recherche. Après la fin du conflit, en 2000, un nou­veau gou­ver­ne­ment a ouvert toutes les forêts res­tantes aux bûche­rons, pour rai­sons lucra­tives. Ils ont construit de nom­breuses routes, ce qui leur a per­mis d’at­teindre des régions de plus en plus recu­lées. En 2003, la pro­duc­tion annuelle de grumes avait plus que dou­blé par rap­port aux années 1990, pour atteindre plus de 1,3 mil­lion de mètres cubes, et elle conti­nuait à augmenter.

En décou­vrant cette ten­dance, les éco­lo­gistes ont fait pres­sion sur les socié­tés d’ex­ploi­ta­tion fores­tière opé­rant dans le bas­sin du Congo afin qu’elles suivent les direc­tives du Forest Ste­ward­ship Coun­cil (FSC). Cette cer­ti­fi­ca­tion oblige les socié­tés à res­pec­ter les lois natio­nales, à mini­mi­ser leurs impacts envi­ron­ne­men­taux, à se tenir à l’é­cart des zones à haute valeur de conser­va­tion (comme les par­celles où la den­si­té de chim­pan­zés est plus éle­vée) et à res­pec­ter les droits des tra­vailleurs et des popu­la­tions habi­tant la forêt. La mul­ti­na­tio­nale Congo­laise Indus­trielle des Bois (CIB) qui opé­rait depuis son siège situé à Poko­la – une ville fores­tière sur la rivière San­gha – sur 1,3 mil­lion d’hec­tares dans la forêt des BaYa­ka, a déci­dé de ten­ter d’ob­te­nir la cer­ti­fi­ca­tion FSC.

Selon moi, la socié­té allait pro­ba­ble­ment conti­nuer à abattre des arbres avec ou sans le label FSC – ce qui offrait une occa­sion rare et pré­cieuse de pro­té­ger les droits et les res­sources des Pyg­mées. Ayant aupa­ra­vant étu­dié com­ment mettre en œuvre les prin­cipes du « consen­te­ment libre, préa­lable et infor­mé » lorsque des popu­la­tions vul­né­rables sont confron­tées à la pers­pec­tive de pro­jets de déve­lop­pe­ment sur leurs ter­ri­toires, je suis deve­nu consul­tant rému­né­ré auprès du Tro­pi­cal Forest Trust (actuel­le­ment appe­lé Ear­th­worm), une orga­ni­sa­tion non gou­ver­ne­men­tale que la CIB avait enga­gée pour l’ai­der à résoudre les pro­blèmes sociaux liés à la cer­ti­fi­ca­tion FSC. Le trust m’a char­gé de mettre en place un sys­tème per­met­tant aux Pyg­mées habi­tant les conces­sions de la CIB de déter­mi­ner s’il fal­lait auto­ri­ser l’ex­ploi­ta­tion fores­tière sur leurs territoires.

Lorsque j’ai dis­cu­té de l’im­por­tance sociale et éco­no­mique du sapele pour les Pyg­mées avec les diri­geants de la CIB, ils se sont inquié­tés d’un conflit avec les quelque 10 000 BaYa­ka qui habi­taient leurs conces­sions, ce qui les aurait empê­ché d’obtenir le cer­ti­fi­cat FSC. Des réunions ten­dues entre les BaYa­ka et le per­son­nel de l’ex­ploi­ta­tion fores­tière ont sui­vi, lors des­quelles je ser­vais de média­teur, mais le fos­sé cultu­rel s’est avé­ré insur­mon­table. Les chas­seurs-cueilleurs étaient extrê­me­ment mal à l’aise dans les immeubles de bureaux : des actes appa­rem­ment ano­dins, comme ouvrir des portes, leur sem­blaient inti­mi­dants, sans par­ler de tâches plus spé­cia­li­sées, comme com­prendre les ordres du jour et les for­mu­laires. Dans leurs cam­pe­ments, cepen­dant, Eme­ka et d’autres ont expli­qué que seuls les sapeles dont la cou­ronne émer­geait de la cano­pée accueillaient de manière cer­taine les che­nilles. Les BaYa­ka ont deman­dé que les bûche­rons pro­tègent ces arbres, ain­si que les sources natu­relles, les tombes de leurs ancêtres, les bos­quets sacrés, les arbres médi­ci­naux et quelques autres res­sources importantes.

J’ai pro­po­sé aux res­pon­sables de la CIB de sou­te­nir les BaYa­ka dans la car­to­gra­phie de ces sites et, à mon grand sou­la­ge­ment, ils ont accep­té. Ingrid, qui tra­vaillait dans le domaine de la san­té publique, avait conçu un ensemble d’i­cônes pour aider les gué­ris­seurs BaYa­ka à lire les éti­quettes des médi­ca­ments à uti­li­ser dans une phar­ma­cie mobile qu’elle avait mise en place avec eux pour trai­ter les vers, le palu­disme et d’autres patho­lo­gies. Cela m’a don­né une idée. En col­la­bo­ra­tion avec les BaYa­ka et une socié­té pri­vée de logi­ciels appe­lée Hel­ve­ta, qui déve­lop­pait des outils pour suivre les chaînes d’ap­pro­vi­sion­ne­ment de maté­riaux rares (dans ce cas, des bois durs), nous avons conçu une inter­face gra­phique pour l’é­cran tac­tile d’un ordi­na­teur de poche équi­pé d’un GPS. L’un des BaYa­ka se ren­dait sur un site à pro­té­ger – par exemple, un sapele émergent de la cano­pée – et tou­chait sim­ple­ment le sym­bole de la « che­nille » pour mar­quer son emplacement.

Le mar­quage a per­mis de pas­ser outre les bar­rières lin­guis­tiques et cultu­relles. Lors­qu’ils ont super­po­sé les cartes que les BaYa­ka avaient faites sur celles des sapeles qu’ils avaient mar­qués pour l’a­bat­tage, les bûche­rons ont réa­li­sé qu’ils pou­vaient encore abattre suf­fi­sam­ment d’arbres pour réa­li­ser un béné­fice. En col­la­bo­ra­tion avec les chas­seurs-cueilleurs et les direc­teurs d’en­tre­prises, j’ai mis au point un ensemble de pro­cé­dures (par exemple, emme­ner des familles entières en excur­sion car­to­gra­phique, car les hommes et les femmes BaYa­ka ne s’inquiètent pas de pro­té­ger les mêmes enti­tés) visant à déter­mi­ner les condi­tions aux­quelles les dif­fé­rents groupes BaYa­ka auto­ri­se­raient les bûche­rons à entrer dans leur forêt. En 2006, la CIB est deve­nue la pre­mière grande socié­té d’ex­ploi­ta­tion fores­tière à obte­nir un cer­ti­fi­cat FSC dans le bas­sin du Congo. D’autres socié­tés de cette vaste région ont éga­le­ment uti­li­sé ce modèle, par la suite, dans leurs efforts de pro­tec­tion des droits des Pyg­mées et d’obtention de la cer­ti­fi­ca­tion FSC.

Bûcherons, braconniers, conservationnistes

Au fil des ans, j’ai vu tous ces efforts échouer. Le per­son­nel sur­me­né de l’en­tre­prise a enta­mé un pro­ces­sus lent mais inexo­rable de déman­tè­le­ment de toutes ces pro­cé­dures – en contour­nant des obli­ga­tions pesantes (en n’emmenant qu’un seul homme BaYa­ka pour réa­li­ser la car­to­gra­phie d’une zone, par exemple) ou en igno­rant les pro­blèmes tech­niques qui affec­taient le maté­riel. Pour­tant, les res­sources mar­quées par les Pyg­mées étaient lar­ge­ment pro­té­gées. Si les chas­seurs-cueilleurs – ou moi-même, en tant que média­teur avec le monde exté­rieur – avions anti­ci­pé ces impacts col­la­té­raux impor­tants de l’ex­ploi­ta­tion fores­tière, les BaYa­ka auraient peut-être refu­sé de don­ner leur consentement.

Aupa­ra­vant, si quel­qu’un vou­lait entrer dans la forêt, il devait avoir des guides Pyg­mées avec lui, et si les chas­seurs-cueilleurs n’approuvaient pas le visi­teur, ils refu­saient de l’accompagner. Mais le réseau de routes d’ex­ploi­ta­tion fores­tière a per­mis aux bra­con­niers com­mer­ciaux – qui chas­saient non pas pour leur propre consom­ma­tion mais pour des mar­chés inté­rieurs et inter­na­tio­naux insa­tiables – d’ac­cé­der à des zones vierges sans que les Pyg­mées puissent les contrô­ler. Ils ont uti­li­sé les nou­velles routes pour effec­tuer des raids inten­sifs dans la forêt afin d’y trou­ver de la viande pour nour­rir les consom­ma­teurs urbains. Le com­merce de la viande de brousse était si lucra­tif qu’il a engen­dré des réseaux de bra­con­nage bien orga­ni­sés avec à leur tête des com­man­di­taires appar­te­nant aux élites éta­tiques com­pre­nant des mili­taires ou des poli­ciers. De plus, comme les camps d’ex­ploi­ta­tion fores­tière se sont déve­lop­pés au plus pro­fond de la forêt, ils ont atti­ré les vil­la­geois ban­tous de sa péri­phé­rie qui sont arri­vés pour four­nir de la nour­ri­ture et d’autres ser­vices aux tra­vailleurs. Les bidon­villes qui en ont résul­té se sont déve­lop­pés pour conte­nir cha­cun des cen­taines de colons, dont beau­coup ont éga­le­ment com­men­cé à chas­ser des ani­maux pour la viande de brousse.

Frus­trés par la situa­tion, les pro­fes­sion­nels de la conser­va­tion de la WCS, du Fonds mon­dial pour la nature (WWF) et d’autres orga­ni­sa­tions ont réagi en employant des escouades d’é­co-gardes afin de répri­mer les crimes contre les espèces sau­vages, créant sans le vou­loir des milices qu’ils ne pou­vaient pas contrô­ler. Beau­coup de ces gardes ont com­men­cé à extraire des richesses de la forêt, coopé­rant par­fois avec les réseaux de bra­con­nage. Ils bat­taient et tor­tu­raient les Pyg­mées qu’ils trou­vaient avec de la viande sau­vage, même si cette der­nière avait été chas­sée léga­le­ment. Après que les orga­ni­sa­tions de défense des droits de l’homme aient ren­du publics ces abus dans les années 2000, les orga­ni­sa­tions de pro­tec­tion de la nature ont offi­ciel­le­ment pris leurs dis­tances avec les éco-gardes en encou­ra­geant les gou­ver­ne­ments locaux à les inté­grer dans leurs minis­tères des forêts res­pec­tifs. Elles ont conti­nué à sou­te­nir les éco-gardes finan­ciè­re­ment et logis­ti­que­ment, mais elles ne pou­vaient plus les dis­ci­pli­ner ou les licen­cier, ce qui rédui­sait leurs obli­ga­tions à rendre des comptes.

Autour de 2010, les agences de conser­va­tion ont com­men­cé à col­la­bo­rer avec les socié­tés d’ex­ploi­ta­tion fores­tière pour contrô­ler le bra­con­nage dans les conces­sions bor­dant les zones pro­té­gées. Les bûche­rons ont audi­té le tra­vail des éco-gardes afin d’estimer le nombre d’ar­res­ta­tions et de sai­sies de pro­duits de contre­bande (comme la viande de brousse). Inca­pables d’a­gir contre les puis­sants res­pon­sables du com­merce illé­gal d’a­ni­maux sau­vages, les éco-gardes ont com­men­cé à s’at­ta­quer à des cibles plus faciles : les chas­seurs-cueilleurs et les vil­la­geois. Bien que les popu­la­tions locales aient été léga­le­ment auto­ri­sées à chas­ser cer­taines espèces pour leur sub­sis­tance en uti­li­sant des méthodes tra­di­tion­nelles, dans la pra­tique, les éco-gardes consi­dé­raient tout mor­ceau de viande comme preuve d’un acte de bra­con­nage pour jus­ti­fier des inti­mi­da­tions, des tor­tures et des pas­sages à tabac.

À par­tir de 2007, la Chine a aggra­vé le pro­blème en construi­sant des routes et d’autres infra­struc­tures au Congo […]. Des cen­taines de tra­vailleurs chi­nois sont arri­vés pour la construc­tion des routes, un afflux qui a coïn­ci­dé avec une aug­men­ta­tion impor­tante du bra­con­nage des élé­phants. Les routes construites par les bûche­rons étaient reliées aux routes natio­nales construites par les entre­pre­neurs chi­nois afin d’é­ta­blir un réseau de trans­port effi­cace pour l’i­voire et la viande de brousse.

Les pro­tec­teurs de la vie sau­vage ont réagi à l’intensification du bra­con­nage en met­tant les bou­chées doubles sur la « conser­va­tion for­te­resse », comme l’appelle Vic­to­ria Tau­li-Cor­puz, rap­por­teuse spé­ciale des Nations unies sur les droits des peuples indi­gènes. D’autres acteurs font une ana­lyse simi­laire. La WCS, le WWF et d’autres orga­ni­sa­tions ont éten­du les parcs natio­naux exis­tants en les reliant à des « zones de conser­va­tion trans­fron­ta­lière », tels que le parc tri­na­tio­nal de la San­gha, avec ses 750 000 hec­tares com­pre­nant le parc natio­nal de Noua­ba­lé-Ndo­ki. Tra­vaillant sou­vent de concert avec les indus­triels de l’extractivisme, les agences de déve­lop­pe­ment et les orga­ni­sa­tions de conser­va­tion ont conti­nué créer de nou­velles zones pro­té­gées dans le bas­sin du Congo, sans le consen­te­ment des popu­la­tions locales. En mars der­nier, des enquê­teurs du Pro­gramme des Nations unies pour le déve­lop­pe­ment ont rap­por­té que les Pyg­mées Baka du nord-ouest du Congo accu­saient les éco-gardes super­vi­sés et finan­cés par le WWF « de vio­lences gra­tuites, d’humiliations et d’intimidations ». Les éco-gardes expul­saient les Baka en dehors des fron­tières du pro­jet de parc natio­nal de Mes­sok Dja, une situa­tion dénon­cée par les cher­cheurs : « En consé­quence, les acti­vi­tés de chasse tra­di­tion­nelle des Baka ont été criminalisées ».

Peur, faim et alcool

La qua­si-tota­li­té de la forêt étant divi­sée en zones de conser­va­tion et en conces­sions fores­tières, où les Pyg­mées sont per­sé­cu­tés pour la chasse et la cueillette, les BaYa­ka ne peuvent plus pros­pé­rer ni conser­ver leur iden­ti­té, qui se fonde sur la forêt, qui est liée à la forêt. « Oh, c’é­tait bien, tel­le­ment bien ! Du miel pour tout le monde ! Plus d’ignames sau­vages que vous ne pou­viez en trans­por­ter ! », décla­rait Mon­gem­ba, le frère aîné han­di­ca­pé d’E­me­ka, en 2013. « Main­te­nant tout est fini, ter­mi­né ! Main­te­nant, il n’y a plus que de la tris­tesse ! Nous avons tel­le­ment faim. La peur, la peur ! Les gar­çons ont peur d’al­ler dans la forêt. » Maind­ja, une grand-mère de 45 ans, explique : « Si nous allons dans la forêt, nous sommes cap­tu­rés par des éco-gardes. C’est pour­quoi nous ne met­tons plus notre corps dans la forêt. Main­te­nant, nous res­tons dans les vil­lages, pas dans les camps de la forêt. Et c’est ain­si que la sagesse des ancêtres et de leurs pra­tiques disparaissent. »

Crai­gnant de cam­per dans la forêt comme ils le fai­saient aupa­ra­vant et contraints par la néces­si­té éco­no­mique, de nom­breux BaYa­ka traînent autour des camps de bûche­rons ou des vil­lages de pay­sans agri­cul­teurs, cher­chant du tra­vail comme ouvriers agri­coles, ou ser­vant d’aide à domi­cile. La plu­part des hommes sont trop effrayés pour aller chas­ser. Étant don­né que la valeur cultu­relle et sociale de ces hommes a tou­jours été condi­tion­née par le fait qu’ils rap­portent de la viande pour nour­rir leur famille – ce qu’ils ne peuvent plus faire – leur estime de soi s’est effon­drée. Exer­çant désor­mais comme tra­vailleurs mar­gi­naux et sou­vent payés uni­que­ment en alcool dis­til­lé illé­ga­le­ment, beau­coup deviennent alcoo­liques, avec tous les pro­blèmes psy­cho­lo­giques, sociaux et éco­no­miques que cette dépen­dance entraîne. De nom­breuses femmes BaYa­ka souffrent de vio­lences domes­tiques, et celles qui vivent autour des camps d’ex­ploi­ta­tion fores­tière sont sou­vent exploi­tées sexuel­le­ment par des étrangers.

Du point de vue des Pyg­mées, leur forêt a été conver­tie en une gamme de biens flo­raux et fau­niques acca­pa­rés par des étran­gers pour en tirer des pro­fits mys­té­rieux. La logique du déve­lop­pe­ment durable – répondre à la demande mon­diale de res­sources en ouvrant la forêt aux indus­tries extrac­tives tout en com­pen­sant les dégâts par des zones pro­té­gées mili­ta­ri­sées – leur échappe com­plè­te­ment. Les exploi­tants fores­tiers jus­ti­fient la pour­suite de l’a­bat­tage comme une forme de déve­lop­pe­ment, mais les popu­la­tions de la forêt en béné­fi­cient rare­ment. Les pro­fes­sion­nels de la conser­va­tion mettent l’accent sur les dom­mages cau­sés aux espèces mena­cées par l’ex­ploi­ta­tion fores­tière, les routes et les pres­sions du mar­ché pour jus­ti­fier les res­tric­tions dra­co­niennes impo­sées aux chas­seurs-cueilleurs et les abus des éco-gardes. Mais d’après l’ex­pé­rience des Pyg­mées, les élé­phants, les léo­pards, les gorilles et les chim­pan­zés étaient autre­fois com­muns dans leur forêt – et leur rare­té actuelle découle direc­te­ment de la pré­sence d’étrangers.

Ils ont rai­son. Fio­na Mai­sels de l’u­ni­ver­si­té de Stir­ling en Écosse et ses col­lègues ont esti­mé en 2013 que les popu­la­tions d’é­lé­phants dans le bas­sin du Congo ne repré­sentent plus qu’un tiers de leur effec­tif du début du mil­lé­naire. Le nombre de gorilles des plaines occi­den­tales a éga­le­ment for­te­ment dimi­nué. Le U.S. Fish and Wild­life Ser­vice rap­porte qu’en­vi­ron cinq mil­lions de tonnes d’a­ni­maux sau­vages sont extraites chaque année de ces forêts, ce qui pro­voque des extinc­tions locales. Et selon le Pro­gramme des Nations Unies pour l’en­vi­ron­ne­ment (PNUE), 80 % des grands mam­mi­fères de nom­breux parcs natio­naux de la Répu­blique Démo­cra­tique du Congo (qui est voi­sine de la Répu­blique du Congo) avaient dis­pa­ru en 2010.

La décon­nexion entre les chas­seurs-cueilleurs et les défen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment résulte en fin de compte de leurs phi­lo­so­phies contra­dic­toires. Pour les BaYa­ka, l’a­bon­dance, l’é­tat natu­rel des choses, est assu­rée par un par­tage équi­table entre toutes les par­ties pre­nantes. La forêt est un être sen­sible avec lequel ils entre­tiennent des rela­tions sociales d’en­traide et de sou­tien par le biais de tabous, de rituels, de chants et de danses. La kyrielle d’a­ni­maux ren­con­trés dans cette région jus­qu’à très récem­ment témoi­gnait du suc­cès et de la sou­te­na­bi­li­té, sur le long terme, de cet art de vivre. En revanche, les conser­va­tion­nistes et les experts en déve­lop­pe­ment repré­sentent un sys­tème éco­no­mique mon­dial réi­fiant la nature, encou­ra­geant sa trans­for­ma­tion en mar­chan­dise et per­met­tant à des élites de déci­der de la dis­tri­bu­tion des res­sources, ce qui entraîne la raré­fac­tion des espèces.

Un nouveau paradigme

Cepen­dant, un nou­veau para­digme, dans la conser­va­tion de la nature, est en train de se consti­tuer dans le monde entier. Des cher­cheurs, des mili­tants et d’autres per­sonnes issues de la socié­té civile en géné­ral com­prennent que les com­mu­nau­tés locales sont les meilleurs pro­tec­teurs de la nature et cherchent à les aider. Bien que le concept de car­to­gra­phie qu’E­me­ka et d’autres m’ont aidé à conce­voir n’ait fina­le­ment pas pu sau­ver le mode de vie des Pyg­mées, il s’a­vère plus effi­cace dans des endroits moins com­pli­qués sur les plans ins­ti­tu­tion­nel et tech­no­lo­gique – ceux où il y a moins de cor­rup­tion, plus de démo­cra­tie et une gou­ver­nance plus forte, par exemple, ou un meilleur accès aux réseaux de télé­pho­nie mobile.

Mes expé­riences dans le bas­sin du Congo m’ont fina­le­ment conduit au groupe de recherche ExCiteS à l’U­ni­ver­si­ty Col­lege Lon­don. Nous avons depuis déve­lop­pé Sapel­li, une appli­ca­tion modi­fiable pour smart­phone per­met­tant de col­lec­ter des infor­ma­tions sur les res­sources vitales, les acti­vi­tés des bra­con­niers et d’autres variables ; Geo­key, un sys­tème de sto­ckage de don­nées ; Com­mu­ni­ty Maps, des cartes uti­li­sées pour visua­li­ser les don­nées dans un contexte appro­prié ; et une métho­do­lo­gie pour la concep­tion conjointe de pro­jets avec les com­mu­nau­tés indi­gènes et vil­la­geoises basée sur les pré­oc­cu­pa­tions et les besoins qu’elles iden­ti­fient. Ces outils aident les popu­la­tions locales à gérer les res­sources en col­lec­tant des don­nées, en sur­veillant les chan­ge­ments et les défis, en déter­mi­nant com­ment y répondre et en les asso­ciant à des par­te­naires exté­rieurs afin qu’elles atteignent leurs objectifs.

Grâce à ces dis­po­si­tifs, les Ju/‘hoan San de Nami­bie docu­mentent les dépla­ce­ments illé­gaux de bétail de leurs voi­sins étran­gers vers les points d’eau de leur réserve qui sont uti­li­sés par les ani­maux sau­vages. Les Ju/‘hoan San contri­buent aus­si à sur­veiller les popu­la­tions d’animaux sau­vages qu’ils chassent pour leur sub­sis­tance. Au Kenya, les Mas­saïs du Maa­sai Mara s’in­quiètent de la rare­té crois­sante des plantes médi­ci­nales sau­vages qu’ils uti­lisent. Afin de com­prendre l’origine des dom­mages, ils ont recen­sé 123 espèces de plantes médi­ci­nales dont 52 % sont saines et indemnes. Il s’est avé­ré que le nombre crois­sant de camps de tou­ristes était res­pon­sable d’une grande par­tie des dégâts cau­sés aux 48 % de plantes dégra­dées. Les Mas­saïs étendent main­te­nant le pro­jet au com­plexe de la forêt de Mau. Mieux encore, un groupe de l’u­ni­ver­si­té de Copen­hague a tra­vaillé avec la com­mu­nau­té de Prey Lang au Cam­bodge pour mettre fin à l’ex­ploi­ta­tion fores­tière illé­gale. En com­mu­ni­quant par télé­phone por­table, les volon­taires traquent les bûche­rons illé­gaux, tombent sur eux en nombre, pho­to­gra­phient et géo­lo­ca­lisent leurs acti­vi­tés avec Sapel­li et confisquent les tron­çon­neuses. Avec le sou­tien des admi­nis­tra­teurs locaux, ils ont pu mettre fin à toutes les coupes de bois non autorisées.

Ces tra­vaux reposent sur une réa­li­té ; de nom­breuses régions du monde sont riches en bio­di­ver­si­té grâce aux com­mu­nau­tés qui y vivent depuis des cen­taines ou des mil­liers d’an­nées, et non pas mal­gré elles. Les popu­la­tions locales sont éga­le­ment les plus ardents défen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment, car ce sont elles qui ont le plus à perdre lorsque celui-ci est dégradé.

Lors de ma der­nière visite au Congo, en décembre 2019, Eme­ka m’a don­né un mes­sage à trans­mettre aux lec­teurs de Scien­ti­fic Ame­ri­can : « Nous sommes les gar­diens de la forêt. Nous avons tou­jours été là, à prendre soin de la forêt. Depuis le com­men­ce­ment, nous avons tué des ani­maux, et ils ont tou­jours été là pour nous. Nous tuons des ani­maux pour nour­rir nos enfants. Nous ne pra­ti­quons pas l’a­gri­cul­ture ! Nous ne pêchons pas ! Mais main­te­nant, les éco-gardes nous arrêtent, notre forêt nous est inter­dite… Nous vou­lons que nos enfants n’aient pas à aller loin pour trou­ver des ani­maux – mais qu’ils en trouvent tout près de chez nous, comme c’é­tait le cas avant, quand nous nous occu­pions de la forêt. Mais notre monde a été pillé. C’est un gros pro­blème. Nous vou­lons être en bonne san­té. Tâchez de régler ces pro­blèmes, afin que nous puis­sions à nou­veau connaître la joie ! »

Jerome Lewis


Tra­duc­tion : Phi­lippe Oberlé

Relec­ture : Lola Bearzatto

Nota bene : L’en­thou­siasme de ce Jerome Lewis pour des ini­tia­tives tech­no-gou­ver­ne­men­tales n’ayant aucu­ne­ment prou­vé leur uti­li­té, et par­fai­te­ment inté­grées au déve­lop­pe­ment de la socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste, celle-là même qui détruit les com­mu­nau­tés qu’il espère pré­ser­ver, est plus que dou­teux. L’in­té­rêt de cet article est bien plu­tôt l’illus­tra­tion qu’il nous four­nit de l’ab­sur­di­té, de l’é­chec, de la nui­sance que consti­tue le déve­lop­pe­ment durable.

Print Friendly, PDF & Email
Total
218
Shares
2 comments
  1. Mer­ci, temoi­gnage et deve­lop­pe­ment tres inter­res­sant mais ce titre et ce Nota Bene on est a 2 doigts d’ap­pe­ler la Police des moeurs pour racolage.
    Tres sen­sa­tio­na­liste ; il est tres peu ques­tion de deve­lop­pe­ment durable dans l’ar­ticle, excepte un vague constat d’e­chec a la fin, c’est dom­mage c’est mal conclu et ca pour­rait aller tel­le­ment plus loin.
    C’est encore un exemple du fait qu’on s’of­fusque de la colo­ni­sa­tion quand elle est visible dans sa vio­lence mais qu’on refuse de remettre en ques­tion nos modes de vie, qu’on refuse de s’at­ta­quer a l’o­ri­gine du pro­bleme qui est la consom­ma­tion de bois tro­pi­caux en Occi­dent, notre maniere d’etre au monde, notre confort d’in­di­vi­dus avec nos meubles Ikea ou Roche Bobois mis au des­sus de celui du groupe que nous for­mons tous avec les vivants.
    La grande majo­rite des archi­tectes, concep­teurs et marques de mobi­lierque l’on trouve n’en ont aucune conscience. Ils se disent que c’est pas pos­sible que du bois de foret pri­maire puisse arri­ver lega­le­ment sur leur eta­bli : les gou­ver­ne­ments sont cor­rom­pus et les labels sont soient tout petes (voir FSC qui etait pour­tant le plus exi­geant) soient falsifies.
    Ce qu’on peut orga­ni­ser faci­le­ment c’est deja d’ar­re­ter les pro­duits indus­triels qui contiennent de l’huile de palme (soit 50% de ce qui se retrouve en super­marche), arre­ter d’a­che­ter des ter­rasses et meubles a usage unique en pla­cage Wenge de chez Leroy Mer­lin, ache­ter des pro­duits locaux et des beaux meubles anciens en seconde main ou au pire du neuf en feuillus ou coni­feres plantes et trans­formes en France et creer des adresses mails sur pro­ton et bom­bar­der en argu­men­taires, posts Twit­ter ou Ins­ta­gram, orga­ni­ser un bon gros lyn­chage media­tique et actions sur les grandes enseignes de meubles, bri­co­lage, four­nis­seur de bois ou desi­gners c’est pro­ba­ble­ment bien plus effi­cace que d’en­voyer des doc­to­rants dans le basin du Congo pour y deve­lop­per des apps sur iPad pour Pygmees.

    Pour faire simple, du bois exo­tique (en pla­cage ou en mas­sif) exploite dura­ble­ment ca n’existe pas. Qqs exemples de pays d’o­ri­gine ou il n’y a pra­ti­que­ment aucune plan­ta­tion d’arbres, que de l’ex­ploi­ta­tion de foret :
    Pins pour ter­rasses ven­dues en grande sur­face ou chez Ikea : une par­tie pro­vient des forets pri­maires de Suede et Russie.
    Teck : Birmanie
    Acajou/mahogany, Noyer du Paci­fique : Papouasie
    Pal­dao, Tali, Oka, Ebene, Wenge/Palissandre : Congo
    Kapur : Malai­sie, Indonésie
    Cuma­ru (teck) : Amazonie
    etc, etc

  2. Bon­jour,
    Article très inté­res­sant reflé­tant les contra­dic­tions de notre monde moderne. Ce M. LEWIS ne voit pas qu’il défend l’a­gres­seur avec ses appli­ca­tions mobiles. On ne défend pas la nature avec ce qui la détruit.

    Sans saintes valeurs point de salut !
    Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de prolonger notre critique du mot et de l’idée de civilisation (voir aussi cet article), nous vous proposons ce court extrait du livre La fin des terroirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on perçoit de manière flagrante l’idéologie suprémaciste et raciste qu’implique l’idée de civilisation, idée qui ne sert pas qu’à dénigrer les « primitifs » de quelque pays exotique, puisqu’elle sert également à inférioriser les « sauvages » de notre propre nation (en devenir, qui doit être construite en éradiquant, en civilisant lesdits sauvages). La civilisation, la ville, le Progrès, l'école, l’État, des idées qui se recoupent et se complètent, et qui nous ont menés au désastre social et écologique en cours.
Lire

Comment tout va s’effondrer — La fin des énergies industrielles (et le mythe des renouvelables)

La présentation de Pablo Servigne et Raphael Stevens du 13 avril 2015, à la maison des métallos, à l'occasion de la parution de leur (excellent) livre: "Comment tout peut s'effondrer: Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes," sorti le 9 avril 2015 (éditions du Seuil), suivie d'un texte tiré de ce même livre. Un livre qui présente de manière assez détaillée les multiples raisons qui font que notre civilisation, qui n'a jamais été soutenable, approche aujourd'hui des nombreuses limites inévitables auxquelles elle était appelée à se heurter.