L’absurdité de la « vraie révolution » des smartphones bio (par Nicolas Casaux)

ou L’art de ne rien comprendre aux problèmes de notre temps
& de revendiquer n’importe quoi

Dif­fi­cile de pas­ser à côté de l’annonce de la sor­tie du nou­vel iPhone X d’Apple : les médias grand public en parlent qua­si­ment tous. En paral­lèle de cet évè­ne­ment, cer­tains médias grand public (Le Monde, Capi­tal), ou soi-disant « alternatifs/indépendants/libres » (Bas­ta Mag) et d’autres encore (comme Les Numé­riques) relaient l’appel d’un col­lec­tif réuni sous le hash­tag Ipho­ne­Re­volt (#Ipho­ne­Re­volt), qui consti­tue aus­si le nom de leur cam­pagne[1].

Voi­ci ce qu’on peut lire dans un article[2] du jour­nal Le Monde, consa­cré à cette cam­pagne, inti­tu­lé « « La vraie révo­lu­tion serait qu’Apple pro­duise des smart­phones socia­le­ment, éco­lo­gi­que­ment et fis­ca­le­ment soutenables » » :

« La sor­tie de l’iPhone X est l’occasion d’enquêter sur le côté obs­cur des der­nières nou­veau­tés technologiques.

C’est aus­si l’occasion pour les médias de dépas­ser le matra­quage mar­ke­ting qui accom­pagne la sor­tie des nou­veaux iPhone et d’enquêter sur le côté obs­cur de la pro­duc­tion des der­nières nou­veau­tés tech­no­lo­giques. Ce serait autant de grains de sable dans une méca­nique appa­rem­ment bien hui­lée et met­trait la pres­sion sur les pou­voirs publics afin qu’ils mettent un terme à la course au moins-disant fis­cal et aux atteintes aux droits humains et environnementaux.

Et pour­quoi pas d’amorcer un chan­ge­ment plus pro­fond de nos repré­sen­ta­tions et de nos atti­tudes par rap­port aux géants du web et des tech­no­lo­gies, pre­mier pas vers une reprise de contrôle sur nos vies. »

(Ne faites pas atten­tion aux fautes, aux mots oubliés et aux mau­vaises for­mu­la­tions, il ne s’agit ici que du plus célèbre quo­ti­dien français.)

Par­mi les signa­taires de cet appel qui sont mis en avant, on retrouve, comme sou­vent, des adeptes de l’objection déri­soire, ceux dont la cri­tique est tolé­rée et auto­ri­sée dans les médias grand public pré­ci­sé­ment parce qu’elle est super­fi­cielle : Chris­tophe Alé­vêque, Domi­nique Bourg, Guillaume Meu­rice, Ber­nard Stie­gler, Mr Mon­dia­li­sa­tion, la CGT, Attac, etc.

Leur espé­rance est à peu près celle du jour­na­liste de LCI qui se deman­dait, dans un article[3] récem­ment publié sur leur site : « Que faire en atten­dant l’ar­ri­vée du pre­mier télé­phone bio ? »

Image : Steve Cutts.

Comme toute cri­tique super­fi­cielle, celle-ci com­porte une part de véri­té : l’appel a le mérite de dénon­cer « les effets per­vers de l’omniprésence des écrans » sur le « déve­lop­pe­ment céré­bral » et les « rela­tions sociales », et quelques pro­blèmes liés à la pro­duc­tion des smart­phones : « extrac­tion pol­luante de métaux, exploi­ta­tion des travailleurs·euses, course à la consom­ma­tion, éva­sion fis­cale, obso­les­cence pro­gram­mée ». Il sou­ligne éga­le­ment à juste titre que « Leurs concepteurs·trices tra­vaillent dans des bureaux éco­lo­giques ultra­mo­dernes en Cali­for­nie, quand les ouvriers·ères chinois·e·s qui les fabriquent tra­vaillent dans des condi­tions indignes et mani­pulent des pro­duits toxiques. »

Le pro­blème se situe au niveau de son exi­gence prin­ci­pale : « que des mul­ti­na­tio­nales de l’électronique comme Apple pro­duisent des smart­phones socia­le­ment, éco­lo­gi­que­ment et fis­ca­le­ment soutenables. »

Qu’est-ce que cette exi­gence sinon un énième plai­doyer en faveur du « déve­lop­pe­ment durable », une nou­velle illus­tra­tion de la croyance (et de l’espérance) pro­gres­siste en un ave­nir où l’éco-innovation aura per­mis de conser­ver la socié­té tech­no­lo­gique gros­so modo telle qu’elle est actuellement ?

Dans cet appel, la naï­ve­té qui consiste à croire qu’il est pos­sible de pro­duire indus­triel­le­ment (en masse) un objet, qui plus est hau­te­ment tech­no­lo­gique, de manière véri­ta­ble­ment sou­te­nable (c’est-à-dire qui res­pecte les équi­libres éco­lo­giques, le monde natu­rel) et socia­le­ment juste (qui res­pecte les êtres humains), va de pair avec la carence per­cep­tuelle qui consiste à ne pas se rendre compte que ce n’est, en pre­mier lieu, même pas souhaitable.

La recon­nais­sance des pro­blèmes éco­lo­giques et sociaux étant par­ti­cu­liè­re­ment lacu­naire dans la sphère média­tique grand public, quelques rap­pels s’imposent.

La socié­té indus­trielle sur­ex­ploite les « res­sources » non-renou­ve­lables de la pla­nète à un rythme extrê­me­ment rapide. Même chose en ce qui concerne les « res­sources » renou­ve­lables. La pro­duc­tion en masse d’objets est, du fait de cer­taines lois phy­siques élé­men­taires, néces­sai­re­ment des­truc­trice, insoutenable.

Le télé­phone por­table (y com­pris le Fair­phone, pro­mu dans l’appel) s’inscrit dans la caté­go­rie des « tech­niques auto­ri­taires » décrite par l’historien Lewis Mum­ford[4]. Les « tech­niques auto­ri­taires » sont celles « qui émergent de struc­tures de pou­voir auto­ri­taires et les ren­forcent » (Der­rick Jen­sen), celles qui requièrent des struc­tures sociales hié­rar­chiques à grande échelle. Les « tech­niques auto­ri­taires » s’opposent aux « tech­niques démo­cra­tiques » qui peuvent être entiè­re­ment contrô­lées (durant toutes les étapes de leur concep­tion) par une com­mu­nau­té à taille humaine.

L’industrie de la télé­pho­nie mobile, même consi­dé­rée iso­lé­ment, à l’image de la pro­duc­tion d’un télé­phone por­table, quel qu’il soit, même d’un Fair­phone, n’est pas sou­te­nable. Les matières pre­mières néces­saires à la fabri­ca­tion du Fair­phone pro­viennent de mines au Pérou (Or), au Congo (Cobalt), et ain­si de suite.

Il n’y a pas de mine res­pec­tueuse du monde natu­rel et le tra­vail dans une mine, même payé cor­rec­te­ment, reste une forme d’esclavage. L’asservissement sala­rial impo­sé qui oblige les êtres humains à vendre leur temps et leurs vies sur un mar­ché du tra­vail est une forme d’esclavage. « L’abolition du ser­vage et l’affranchissement des noirs mar­quèrent seule­ment la dis­pa­ri­tion d’une ancienne forme vieillie et inutile de l’esclavage, et l’avènement immé­diat d’une forme nou­velle plus solide, plus géné­rale et plus oppres­sive » (Tol­stoï, L’esclavage moderne).

Se conten­ter de récla­mer de meilleures condi­tions d’esclavage c’est tou­jours se sou­mettre à une orga­ni­sa­tion sociale impo­sée (et per­pé­tuée) de longue date dans la vio­lence et à l’aide de nom­breuses tech­niques de pro­pa­gande et d’ingénierie sociale, par des classes de pri­vi­lé­giées, des élites encore au pou­voir aujourd’hui.

Il n’existe pas d’exploitation sala­riale équi­table ou juste (les visages sou­riants sur les paquets de sucre issus du « com­merce équi­table » relèvent évi­dem­ment d’une pro­pa­gande par­ti­cu­liè­re­ment grotesque).

Le trans­port inter­na­tio­nal est une catas­trophe anti-éco­lo­gique, pour de mul­tiples rai­sons (parce qu’il émet des gaz à effet de serre et est une source de nom­breux autres types de pol­lu­tions, parce que les routes ter­restres frag­mentent actuel­le­ment les biomes au-delà de ce qu’ils peuvent sup­por­ter, parce qu’il par­ti­cipe au phé­no­mène des­truc­teur de la nou­velle Pan­gée[5], qu’il consomme des quan­ti­tés phé­no­mé­nales de res­sources, etc.).

Si tous ceux qui pos­sèdent un smart­phone déci­daient d’acheter un Fair­phone, toutes ses pré­ten­tions éco­lo­giques et sociales seraient fla­gramment expo­sées pour l’illusion qu’elles sont (ima­gi­nez ce « petit » pro­duc­teur de smart­phones « alter­na­tifs », « équi­tables » et « éco­los » face à une demande de 3 mil­liards de télé­phones… on com­prend immé­dia­te­ment que son indus­trie devien­drait, à l’image de cette demande, colos­sale, et qu’il devien­drait auto­ma­ti­que­ment le géant de la télé­pho­nie mobile qu’il se pro­po­sait de combattre).

Et quid des ondes 4G ? Quand est-ce que nos défen­seurs d’un monde meilleur exi­ge­ront que les ondes 4G (et 3G, et 5G, etc.) soient éco­lo­gi­que­ment sou­te­nables, bonnes pour la san­té, en un mot : bio ? Et quid des data cen­ters, de toutes les infra­struc­tures dont dépendent le fonc­tion­ne­ment de la télé­pho­nie mobile (antennes relais, satel­lites, etc.) et celui d’internet ? Et quid des brosses à dents, des éponges, des fours micro-ondes, des voi­tures, des routes, des trot­toirs, etc. ? Ils ne sont pas bio ! À quand une pro­duc­tion « socia­le­ment, éco­lo­gi­que­ment et fis­ca­le­ment sou­te­nable » pour les bal­lons de foot­ball, les tapis de yoga, les bières et les sty­los BIC ? La qua­si-tota­li­té des pro­duits et des objets que nous uti­li­sons au quo­ti­dien, au sein de nos socié­tés indus­trielles, ne sont ni fabri­qués de manière éco­lo­gique, ni de manière socia­le­ment juste ou équi­table. Et, par défi­ni­tion, dans cette socié­té de masse (dont la taille dépasse la mesure humaine, la mesure éco­lo­gique, la mesure démo­cra­tique), ils ne peuvent pas l’être. On en revient à l’impossibilité et à l’absurdité d’exiger d’un sys­tème intrin­sè­que­ment et struc­tu­rel­le­ment géné­ra­teur de nui­sances et de des­truc­tions qu’il fonc­tionne d’une manière « socia­le­ment, éco­lo­gi­que­ment et fis­ca­le­ment soutenable ».

Une socié­té de consom­ma­tion mon­dia­li­sée, hau­te­ment tech­no­lo­gique, à 8 mil­liards d’ha­bi­tants, véri­ta­ble­ment démo­cra­tique et éco­lo­gique, ça n’existe pas, ça ne peut pas exis­ter et ça n’est même pas souhaitable.

La « vraie révo­lu­tion » serait plu­tôt que les rédac­teurs et les signa­taires de cette cam­pagne com­prennent cela, qu’ils cessent de croire au mythe du pro­grès qui sous-tend leur rhé­to­rique, qu’ils réa­lisent qu’il « n’y a pro­ba­ble­ment pas de solu­tion au sein de la socié­té indus­trielle telle qu’elle nous est don­née [impo­sée, plu­tôt] » (Ber­nard Char­bon­neau), et qu’ils exigent dès lors l’arrêt des indus­tries pol­luantes (à peu près toutes) et le déman­tè­le­ment des struc­tures sociales inéga­li­taires, hié­rar­chiques et coercitives.

Car la « vraie révo­lu­tion » ce ne sont pas ces impos­sibles et indé­si­rables smart­phones « socia­le­ment, éco­lo­gi­que­ment et fis­ca­le­ment sou­te­nables » ; ce serait plu­tôt le renon­ce­ment au délire des­truc­teur et incon­trô­lé qu’on appelle « déve­lop­pe­ment », « pro­grès » ou « crois­sance », la réa­li­sa­tion du fait que si la sou­te­na­bi­li­té éco­lo­gique et la jus­tice sociale sont nos objec­tifs, alors nous devons lut­ter pour rien de moins que la dis­so­lu­tion de la socié­té industrielle.

La « vraie révo­lu­tion » serait sur­tout que les gens réa­lisent qu’ils n’ont pas besoin et qu’ils ne veulent pas d’un smart­phone ; qu’ils n’ont plus envie d’obéir aux régimes anti-démo­cra­tiques de notre époque[6] ; qu’il est injuste de devoir se sou­mettre à l’asservissement sala­rial, à l’idéologie du tra­vail[7] ; que le déve­lop­pe­ment « durable » ou « sou­te­nable » est un leurre[8] ; que toutes les tech­no­lo­gies et tous les types de tech­no­lo­gie ne se valent pas ; que cer­tains types de tech­no­lo­gie (notam­ment les hautes tech­no­lo­gies) ne peuvent être conçus que par des socié­tés très hié­rar­chiques, très inéga­li­taires, au tra­vers, en outre, d’innombrables pra­tiques anti-éco­lo­giques[9] (qui nuisent à la vie sur Terre) ; que cer­tains types de tech­no­lo­gies (notam­ment les tech­no­lo­gies-écrans) nuisent au bien-être, à la san­té[10], à la vie en socié­té, etc.

Mais, bien sûr, tout cela relève éga­le­ment du fan­tasme, de la même manière que les smart­phones bio. Le sys­tème média­tique fonc­tionne de sorte que seules des cri­tiques super­fi­cielles, insuf­fi­santes, incom­plètes ou sim­ple­ment absurdes peuvent être dif­fu­sées (de temps en temps). Les cri­tiques radi­cales, trop sub­ver­sives, sont auto­ma­ti­que­ment ignorées.

Au point où nous en sommes ren­dus du désastre éco­lo­gique mul­ti­sé­cu­laire, de l’aliénation tech­no­lo­gique qui se pro­page inexo­ra­ble­ment à tra­vers la pla­nète, tan­dis que l’Inde devient le deuxième mar­ché mon­dial du smart­phone avec 300 mil­lions d’utilisateurs (sur les 650 mil­lions d’habitants qui ont un télé­phone mobile), que les déchets élec­tro­niques s’accumulent en mil­lions de tonnes dans des décharges tou­jours plus nom­breuses (au Gha­na, en Chine, en Inde, au Bré­sil, au Ban­gla­desh, etc.) en pol­luant les sols, l’air, les cours d’eau et tous les êtres vivants qui vivent près de ces immon­dices, tan­dis que les mis­sion­naires de la reli­gion toxique et tota­li­taire du pro­grès embri­gadent tou­jours plus d’êtres humains, ceux qui cherchent la révo­lu­tion dans des smart­phones bio ne se situent pas, contrai­re­ment à ce qu’ils ima­ginent et à ce que sug­gère leur rhé­to­rique, du côté de l’opposition, du côté de ceux qui se battent pour mettre un terme à la catas­trophe. Au contraire, ceux-là accom­pagnent le « déve­lop­pe­ment », le per­fec­tion­ne­ment, de la socié­té indus­trielle, ils garan­tissent l’hégémonie de son idéo­lo­gie en incar­nant une pseu­do-contes­ta­tion qui ava­lise la plu­part de ses pré­misses (le smart­phone est une bonne chose, et donc tout ce qui va avec, la high-tech, inter­net, et donc l’industrialisme, et donc la socié­té hyper-hié­rar­chique et mon­dia­li­sée qui l’organise, etc.).

L’in­dus­trie du télé­phone por­table est une cala­mi­té, à l’ins­tar de toutes les indus­tries. Il n’y a pas de bonne exploi­ta­tion en usine, pas plus que de pro­duc­tion éco­lo­gique de smart­phone. Qu’Apple paie ou non l’in­té­gra­li­té de ses impôts, elle reste une cor­po­ra­tion, une machine à exploi­ter et à pro­duire du pro­fit, sans égard pour le monde vivant. La lutte pour une socié­té juste et éco­lo­gi­que­ment sou­te­nable n’a rien à voir avec des smart­phones bio.

Nico­las Casaux


  1. https://www.iphonerevolt.org/
  2. http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/27/la-vraie-revolution-serait-qu-apple-produise-des-smartphones-socialement-ecologiquement-et-fiscalement-soutenables_5206614_3232.html?xtmc=iphone&xtcr=1
  3. VIDÉO — Pour­quoi le smart­phone que nous avons dans la poche est un désastre éco­lo­gique pour la pla­nète ! : http://www.lci.fr/high-tech/le-smartphone-que-vous-avez-dans-votre-poche-est-un-desastre-ecologique-pour-la-planete-2066176.html
  4. Tech­niques auto­ri­taires et démo­cra­tiques (par Lewis Mum­ford) : https://partage-le.com/2015/05/techniques-autoritaires-et-democratiques-lewis-mumford/
  5. La mon­dia­li­sa­tion et les ravages de la nou­velle Pan­gée (par Ray Grigg) : https://partage-le.com/2015/07/la-mondialisation-les-ravages-de-la-nouvelle-pangee-ray-grigg/
  6. Vidéo — « Démo­cra­tie : his­toire d’un mal­en­ten­du » avec le pro­fes­seur Fran­cis Dupuis-Déri : https://www.youtube.com/watch?v=KVW5ogGDlts
  7. Jacques Ellul sur l’idéologie du tra­vail : https://partage-le.com/2016/02/lideologie-du-travail-par-jacques-ellul/
  8. https://partage-le.com/2017/09/7654/
  9. « Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nou­velles et des hautes tech­no­lo­gies » : https://partage-le.com/2016/12/les-ravages-de-lindustrialisme-les-impacts-des-nouvelles-et-des-hautes-technologies/ & « Les nou­velles tech­no­lo­gies : impacts sociaux et éco­lo­giques » (par Toby Mil­ler et Richard Max­well) : https://partage-le.com/2016/05/quels-sont-les-couts-humains-et-environnementaux-des-nouvelles-technologies-par-richard-maxwell-toby-miller/
  10. https://partage-le.com/2016/09/lheroine-electronique-comment-les-ecrans-transforment-les-enfants-en-drogues-psychotiques/

Print Friendly, PDF & Email
Total
8
Shares
3 comments
  1. Cher Nico­las,
    j’ai­me­rais tant — et vous aus­si je sup­pose — lire un com­men­taire de conver­ti, à la suite d’un de vos textes pugnaces.
    Hélas, les vraies bonnes choses se font rares…
    Je constate d’autre part que la résis­tance s’a­moin­drit (en nombre) tan­dis qu’elle aug­mente en véhé­mence, fri­sant par­fois le har­cè­le­ment. Preuve de volon­té et de carac­tère, qua­li­tés qui foutent le camp tan­dis que la mol­lesse gangrène.
    Je n’ai pas de smart­phone, pas de télé, je pense actuel­le­ment au moyen de trans­port qui rem­pla­ce­ra ma vieille auto­mo­bile, à la place que tient l’in­ter­net dans ma vie.
    J’a­chète très peu de nour­ri­ture, très peu d’ob­jets. Je tra­vaille par­fois, dans le sec­teur du papier cultu­rel prin­ci­pa­le­ment. J’é­vite de man­ger des ani­maux et uti­lise mes mains du mieux que je peux.
    Et ma foi, je vis bien.
    J’es­père que votre atten­tion se porte par­fois sur d’autres thèmes, tel le survivalisme.
    Bien cordialement !

    1. Bien­ve­nu au club !
      J’ai four­gué ma télé à Emmaüs il y a vingt ans, je ne renou­velle plus depuis plu­sieurs années ce qui tombe en panne (aspi­ra­teur, four à micro-ondes, etc.) quand je peux m’en pas­ser, pro­ces­sus qui s’ac­cé­lère avec l’ob­so­les­cence pro­gram­mée, et je n’ai pas ni ne veux de smart­phone, sauf si mon inté­gri­té phy­sique se met­tait à dépendre direc­te­ment de son uti­li­sa­tion, et dans ce cas ce sera de l’oc­ca­sion, ce qui est déjà le cas pour ma voi­ture. On appelle ça la créa­tion des condi­tions d’o­bli­ga­tion, ce que la Stan­dard Oil (deve­nue depuis Exxon Mobil et Che­vron), Mack Trucks, Gene­ral Motors et Fires­tone ont su si bien faire aux USA en se coa­li­sant pour ache­ter les com­pa­gnies de tram­ways pour ensuite les lais­ser volon­tai­re­ment se déla­brer, for­çant ain­si les gens à recou­rir aux bus et aux voi­tures brû­lant du pétrole et des pneus. Constat, rien ne change, car le sys­tème est stric­te­ment le même, que ce soit pour les tram­ways ou les smart­phones, bio ou pas.
      Quant au sur­vi­va­lisme, oui, il y a plein de choses inté­res­santes allant bien au-delà de la cari­ca­ture du GGG (Guns, Gold and Gate­way), ou Cans & Guns, et per­met­tant d’être rési­lient à titre indi­vi­duel ou en petits groupes — ce n’est donc pas une solu­tion glo­bale qui pour­rait fon­da­men­ta­le­ment chan­ger quoi que ce soit, mais je ne peux m’empêcher de pen­ser à deux choses : sur­vivre, pour quoi faire si tout est mort autour ? Si c’est la soli­tude et le silence qui attend les « heu­reux élus », les prep­pers qui auront su pas­ser entre le gros des gouttes ? Voir de moins en moins de pas­se­reaux au fil des années m’at­triste, et je com­prends aujourd’­hui que j’a­vais tort de râler quand il fal­lait que je net­toie à la raclette mon pare-brise constel­lé d’in­sectes. Et sur­vi­vrons-nous tout court si le « syn­drome vénu­sien » (voir James Han­sen, ex cli­ma­to­logue de la NASA) devient fina­le­ment réa­li­té, c’est à dire si le réchauf­fe­ment cli­ma­tique s’emballe ? 450° sur Vénus, même les sur­vi­va­listes n’y sur­vi­vraient pas ! (Pas plus que les uto­pistes tech­no­philes qui sont déjà per­sua­dés qu’ils pour­ront émi­grer sur une autres pla­nète). Un récent rap­port par­lait de zones de la pla­nète qui allait deve­nir inha­bi­tables ; s’il faut au final se battre avec des mil­lions d’autres pour habi­ter au pôle nord, per­so ça ne m’in­té­resse abso­lu­ment pas.
      Bonne chance quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La disparition des géants des forêts (par Bill Laurance)

A travers la planète, les arbres les plus grands et les plus vieux du monde se meurent. Pourquoi? David Lindenmayer, de l'université nationale australienne, et Bill Laurance, directeur du site ALERT, viennent de publier un article en ligne, dans lequel ils soulignent les nombreuses raisons pour lesquelles ces grands arbres anciens sont si vulnérables. Certaines sont évidentes, mais d'autres sont des énigmes biologiques.