Énergie, domination et « emballement du monde » (par Zed)

À propos du livre L’Emballement du monde : énergie et domination dans l’histoire des sociétés humaines de Victor Court (Écosociété, 2022)

Un bou­quin de plus sur l’écologie, oui. Le monde va mal, le vivant est gra­ve­ment mena­cé et la civi­li­sa­tion indus­trielle pour­suit sans relâche son entre­prise de des­truc­tion. L’idée tend à s’imposer, main­te­nant que les pri­vi­lé­giés du sys­tème éco­cide (à savoir les habi­tants aisés des pays riches) com­mencent à en ima­gi­ner les réper­cus­sions pos­sibles sur leur confort per­son­nel. Et puisque le désastre com­mence à atteindre les domi­nants, il concerne désor­mais toute l’humanité : nous voi­ci dans l’Anthro­po­cène, « l’époque de l’humain ». L’impact de l’espèce humaine sur la pla­nète est tel­le­ment grand qu’il aurait pro­vo­qué l’avènement d’une nou­velle ère géo­lo­gique. Le choix du terme est mal­hon­nête et Vic­tor Court ne s’y trompe pas. Il choi­sit néan­moins de s’appuyer des­sus en tant que base d’une réflexion visant à déter­mi­ner com­ment l’humanité a pu en arri­ver au point de convo­quer un concept d’apparence aus­si puis­sante : « Com­ment rendre compte de l’évolution de notre espèce depuis l’état de chas­seurs-cueilleurs à celui de force bio­géo­phy­sique d’envergure glo­bale ? ». Quelles sont les dyna­miques qui ont sous-ten­du cette évo­lu­tion ? Peut-on impu­ter la res­pon­sa­bi­li­té de ce phé­no­mène à l’humanité en tant qu’ensemble homo­gène ? Ou bien le mode de pro­duc­tion capi­ta­liste est-il la source de tous nos maux ? La jus­tesse de l’analyse dépend de la per­ti­nence des ques­tions, fait encore trop oublié dans la pen­sée éco­lo­giste, et Vic­tor Court fait le choix sen­sé de ne pas s’arrêter aux 200 der­nières années de l’histoire humaine ou au simple taux d’émission de CO2 : L’emballement du monde est l’ambitieux pro­jet d’un exa­men socio­his­to­rique des dyna­miques qui ont ani­mé l’histoire de l’espèce humaine depuis l’apparition de la lignée homi­nine, il y a envi­ron 7 mil­lions d’années, jusqu’à nos jours. L’ouvrage est très dense, on s’attachera donc ici à n’en retrans­crire que la démarche glo­bale ain­si que les points les plus impor­tants du déve­lop­pe­ment et les élé­ments qui pour­raient éven­tuel­le­ment jus­ti­fier de son acqui­si­tion (27€, tout de même).

L’énergie comme fil conducteur

Un tel pro­jet n’est évi­dem­ment pas ori­gi­nal, de nom­breuses ten­ta­tives l’ont déjà pré­cé­dé. Mais si son pre­mier essai est déjà hau­te­ment ambi­tieux, l’auteur n’a cepen­dant pas l’arrogance de pré­tendre à l’écriture d’une his­toire de l’humanité. La par­ti­cu­la­ri­té de sa ten­ta­tive consiste à uti­li­ser le concept d’éner­gie comme prisme d’analyse des dyna­miques d’évolutions des socié­tés humaines, choix qu’il jus­ti­fie ain­si : « En véri­té, la mani­fes­ta­tion de l’énergie est abso­lu­ment omni­pré­sente, et même uni­ver­selle : de la rota­tion des galaxies aux réac­tions ther­mo­nu­cléaires dans les étoiles, du mou­ve­ment des plaques tec­to­niques à la dyna­mique des éco­sys­tèmes natu­rels, du fonc­tion­ne­ment des usines pro­dui­sant nos vête­ments à l’activité des ser­veurs et des réseaux dis­sé­mi­nant nos mes­sages élec­tro­niques, l’énergie est par­tout, tout le temps. Au sens phy­sique le plus élé­men­taire, tous les pro­ces­sus natu­rels et toutes les actions humaines sont des trans­for­ma­tions éner­gé­tiques, ce qui fait réel­le­ment de l’énergie la source de tous les chan­ge­ments. » Ambi­tieux, donc, mais justifié.

L’énergie peut ain­si être défi­nie comme « la capa­ci­té d’un sys­tème à pro­vo­quer un chan­ge­ment ». Elle se mani­feste par le biais de conver­sions, opé­rées par des conver­tis­seurs éner­gé­tiques : les plantes conver­tissent l’énergie solaire en éner­gie chi­mique, les muscles conver­tissent l’énergie chi­mique en éner­gie méca­nique, la machine à vapeur l’énergie ther­mique en éner­gie méca­nique, etc. Enfin, les sys­tèmes éner­gé­tiques dési­gnent des « com­bi­nai­sons ori­gi­nales de diverses filières de conver­tis­seurs qui se carac­té­risent par la mise en œuvre de cer­taines sources d’énergie et par leur inter­dé­pen­dance, à l’initiative et sous le contrôle de classes ou de groupes sociaux, les­quels se déve­loppent et se ren­forcent sur la base de ce contrôle ». Appré­hen­der la dyna­mique des chan­ge­ments socio­his­to­riques à par­tir de la mesure même du chan­ge­ment dans la nature semble per­ti­nent. Ain­si, en se fon­dant sur ces concepts éner­gé­tiques, Vic­tor Court pro­pose un décou­page his­to­rique en trois temps et deux tran­si­tions : « le temps des col­lec­teurs », « le temps des mois­son­neurs » et enfin « le temps des extrac­teurs ». Cette divi­sion est évi­dem­ment arbi­traire, sché­ma­tique et ins­tru­men­tale, mais recon­nue en tant que telle : on appré­cie­ra l’humilité de l’auteur face au carac­tère ambi­tieux de son pro­jet et les nom­breuses pré­cau­tions prises en intro­duc­tion au regard des limites et écueils qui en découlent néces­sai­re­ment. Les res­sources biblio­gra­phiques mobi­li­sées sont denses, variées et témoignent de l’intention d’interdisciplinarité au cœur de ce pro­jet. Et pour finir cette intro­duc­tion avec ses propres mots : « Ce livre n’est donc pas une his­toire de l’énergie, ni même une his­toire de l’humanité en tant que telle, mais bien un essai sur l’histoire des socié­tés humaines et sur la façon dont l’énergie et les rap­ports de domi­na­tion s’y entre­lacent. Par une syn­thèse ori­gi­nale et inter­dis­ci­pli­naire, nous tâche­rons de sai­sir les ten­dances les plus géné­rales de l’histoire, en fai­sant de l’utilisation des dif­fé­rentes formes de l’énergie notre fil conducteur. »

« Le temps des collecteurs »

« Le temps des col­lec­teurs » cor­res­pond à la plus longue des trois périodes dis­tin­guées par l’auteur : elle s’étend de l’apparition d’Homo sapiens il y a envi­ron 300 000 ans avant l’ère com­mune (AEC), jusqu’à 10 000 ans AEC. Cela signi­fie que pen­dant 96% de son his­toire, l’espèce humaine a vécu, s’est orga­ni­sée, nour­rie, dépla­cée selon le même sys­tème éner­gé­tique : la chasse-cueillette et l’utilisation du feu. Cette pre­mière par­tie consti­tue une bonne intro­duc­tion anthro­po­lo­gique et paléon­to­lo­gique pour celle ou celui qui aurait la bonne idée de s’intéresser à la richesse et la com­plexi­té de l’histoire humaine dans son ensemble. De l’utilisation du feu à l’apparition d’homo sapiens jusqu’à l’émergence de l’agriculture comme sys­tème éner­gé­tique domi­nant, l’auteur démys­ti­fie un cer­tain nombre de pré­ju­gés sur le mode de vie de nos ancêtres, qui semble bien plus enviable que le nôtre à bien des égards.

L’émergence d’homo sapiens

Il est bon de rap­pe­ler qu’homo sapiens ne fût pas la seule espèce humaine à arpen­ter la Terre. L’espèce humaine est issue de la lignée homi­nine, qui se dis­tingue de celle des panines il y a envi­ron 9,3 à 6,5 mil­lions d’années. Elle se carac­té­rise d’abord par une loco­mo­tion de type bipède et une réduc­tion de la taille des canines. Le genre Aus­tra­lo­pi­the­cus appa­raît il y a au moins 4,2 mil­lions d’années et uti­lise déjà dif­fé­rents types d’outils. Le genre humain émerge quant à lui il y a envi­ron 2,8 mil­lions d’années alors que le cli­mat du conti­nent afri­cain devient plus aride et variable et que les savanes prennent pro­gres­si­ve­ment la place des forêts. Son pre­mier repré­sen­tant, homo ergas­ter, semble consti­tuer une réponse adap­ta­tive à ce chan­ge­ment envi­ron­ne­men­tal, en rai­son de son ali­men­ta­tion variée (com­pre­nant de la viande) et de son apti­tude à la pré­da­tion, qui com­bine les avan­tages de la course bipé­dique à l’utilisation d’outils. En s’appuyant sur les tra­vaux de Bap­tiste Mori­zot, l’auteur insiste sur l’importance qu’ont sans doute eue les pre­mières formes de chasse d’épuisement dans le déve­lop­pe­ment cog­ni­tif de l’espèce humaine, en per­met­tant l’élaboration d’un cer­tain nombre de com­pé­tences fon­da­men­tales telles que la com­mu­ni­ca­tion, l’induction, la déduc­tion, l’observation de signes ou la spé­cu­la­tion. Enfin, l’événement le plus mar­quant pré­cé­dant l’apparition d’homo sapiens, et peut-être le plus déter­mi­nant dans l’histoire de l’humanité, est évi­dem­ment la maî­trise du feu il y a envi­ron 400 000 ans. D’une part, son uti­li­sa­tion a pro­fon­dé­ment modi­fié le rap­port de nos ancêtres à leur envi­ron­ne­ment : cha­leur, lumière, pro­tec­tion, agen­ce­ment du pay­sage, etc. D’autre part, son uti­li­sa­tion pour la cuis­son des ali­ments a per­mis au cer­veau de se déve­lop­per davan­tage en com­pen­sant sa crois­sance par la réduc­tion de la demande éner­gé­tique du sys­tème diges­tif. Le feu repré­sente alors « une amé­lio­ra­tion du com­bus­tible pour le seul conver­tis­seur éner­gé­tique de l’époque : le muscle ».

La vie au Paléolithique

On estime l’apparition d’homo sapiens à 300 000 ans AEC envi­ron, et sa sta­bi­li­sa­tion ana­to­mique et géné­tique à 100 000 ans AEC. En attei­gnant les Amé­riques par la Sibé­rie, l’espèce humaine est pré­sente sur tous les conti­nents (sauf l’Antarctique) à par­tir de 25 000 ans AEC. Comme l’explique l’Annexe 2 du livre, il est extrê­me­ment dif­fi­cile de pré­sen­ter une image pré­cise et non tron­quée des socié­tés pre­mières, mais nous pou­vons tout de même nous en faire une idée en sui­vant cer­tains prin­cipes de pré­cau­tion. Tout porte à croire que ces grou­pe­ments humains étaient géné­ra­le­ment consti­tués de 25 à 50 indi­vi­dus et com­po­sés de plu­sieurs cel­lules fami­liales. La mise en com­mun et la redis­tri­bu­tion éga­li­taire des res­sources étaient très pro­ba­ble­ment la norme. L’enjeu prin­ci­pal de ces indi­vi­dus orga­ni­sés était évi­dem­ment la recherche de nour­ri­ture, d’abri et d’une source d’eau. Mais contre le pré­ju­gé com­mun d’une vie de labeur et de stress ali­men­taire per­ma­nent, Vic­tor Court rap­pelle que pour des anthro­po­logues comme Mar­shall Sah­lins, les chas­seurs-cueilleurs de cette époque vivaient davan­tage dans une forme « d’abondance sans richesse ». En effet, les moyens tech­niques étaient adap­tés à des besoins rapi­de­ment cou­verts qui lais­saient place à « de longues périodes de temps pour s’adonner à des acti­vi­tés moins immé­dia­te­ment vitales, comme l’apprentissage, les dis­cus­sions, les rituels, les céré­mo­nies et même la contem­pla­tion ». De plus, les affron­te­ments entre groupes étaient pro­ba­ble­ment rares du fait de la faible den­si­té démo­gra­phique et de la quan­ti­té de res­sources à dis­po­si­tion, de même que les meurtres intra­com­mu­nau­taires. Ce cha­pitre per­met éga­le­ment de remettre en ques­tion plu­sieurs idées reçues sur le par­tage sexué des tâches (les hommes à la chasse et les femmes au foyer), l’existence d’une néces­saire éco­no­mie de mar­ché basée sur le troc, l’existence de hié­rar­chies strictes, ou encore la vio­lence per­ma­nente du fameux « état de nature ».

Ain­si, pour l’auteur, si l’on doit rete­nir quelque chose des socié­tés de cette époque, c’est avant tout leur grande diver­si­té cultu­relle. On pour­rait ima­gi­ner autant de règles, de com­por­te­ments, de rituels, de céré­mo­nies et de formes d’alimentations que de grou­pe­ments humains dans l’espace et dans le temps. Mais tout por­te­rait à croire que ces socié­tés, capables d’une grande varia­tion dans leurs orga­ni­sa­tions poli­tiques et d’une éton­nante plas­ti­ci­té ins­ti­tu­tion­nelle, auraient pour point com­mun leurs stra­té­gies d’empêchement d’émergence de l’autorité (Clastres), com­bi­née à une capa­ci­té de mise en place de hié­rar­chies contex­tuelles tem­po­raires. (On rap­pel­le­ra néan­moins que ces images de la vie au paléo­li­thique, bien que sédui­santes, pos­sibles, voire pro­bables, relèvent néan­moins de l’hypothèse et de l’interprétation.)

La « révolution néolithique »

Ce que l’on nomme tra­di­tion­nel­le­ment « révo­lu­tion néo­li­thique », et qui repré­sente la pre­mière tran­si­tion éner­gé­tique iden­ti­fiée par l’auteur, désigne géné­ra­le­ment l’adoption de la pra­tique de domes­ti­ca­tion des plantes et des ani­maux par l’humain, qui se serait géné­ra­li­sée il y a envi­ron 10 000 ans AEC. Mais plu­tôt qu’un évé­ne­ment daté et loca­li­sé, cette « révo­lu­tion » est en réa­li­té « un pro­ces­sus pro­gres­sif et chao­tique » qui s’étend sur plu­sieurs mil­lé­naires. La tran­si­tion vers l’agriculture est le résul­tat d’une conver­gence d’éléments tech­niques, cog­ni­tifs, cultu­rels, géo­gra­phiques et cli­ma­tiques comme autant de pré­re­quis, tels que la capa­ci­té de sto­ckage (Alain Tes­tart) et la séden­ta­ri­té, la « révo­lu­tion cog­ni­tive » et ses consé­quences sur la manière de se figu­rer le vivant, ou encore la période de réchauf­fe­ment cli­ma­tique qui fait suite à un refroi­dis­se­ment à la fin de la période gla­ciaire de Würm. Pris iso­lé­ment, ces quelques élé­ments ne per­mettent pas d’expliquer ce chan­ge­ment majeur de sys­tème éner­gé­tique : c’est leur com­bi­nai­son inédite à l’échelle de l’histoire du vivant qui mène à ce deuxième temps de l’histoire humaine, celui des « mois­son­neurs ». Et si ce nou­veau modèle est en par­tie une réponse adap­ta­tive au chan­ge­ment envi­ron­ne­men­tal, per­met­tant une cer­taine sécu­ri­té ali­men­taire, Vic­tor Court rap­pelle à juste titre ses nom­breuses consé­quences dra­ma­tiques pour les socié­tés humaines : déve­lop­pe­ment de nou­velles mala­dies et épi­dé­mies, dimi­nu­tion de la diver­si­té du régime ali­men­taire et aug­men­ta­tion des carences, « déqua­li­fi­ca­tion » des indi­vi­dus (James Scott), tra­vail répé­ti­tif, aug­men­ta­tion de la mor­ta­li­té et baisse de la san­té, sécu­la­ri­sa­tion des inéga­li­tés de sexe et de classe et ain­si de suite…

« Le temps des moissonneurs »

Le « temps des mois­son­neurs » cor­res­pond à la deuxième période éner­gé­tique de l’histoire humaine. Elle s’étend de la révo­lu­tion néo­li­thique il y a envi­ron 10 000 ans jusqu’à la révo­lu­tion indus­trielle aux alen­tours de 1800, et est carac­té­ri­sée par la pré­do­mi­nance de l’agriculture comme sys­tème éner­gé­tique et les débuts de l’exploitation des forces du vent et de l’eau. Bien que courte à l’échelle de l’histoire humaine (envi­ron 4%), cette période est ryth­mée par l’émergence des pre­mières socié­tés éta­tiques, la nais­sance et la mort d’empires, un foi­son­ne­ment d’innovations éner­gé­tiques et ins­ti­tu­tion­nelles et par les débuts de l’interconnexion mon­diale et de la colonisation.

Naissance de l’État

Plu­sieurs mil­lé­naires séparent l’avènement des socié­tés séden­taires et agraires de la nais­sance des pre­mières formes éta­tiques. On peut donc ima­gi­ner l’existence d’une plu­ra­li­té de formes hybrides sur cette période. On pren­dra tout de même soin de res­ter pru­dent quant aux nom­breuses réfé­rences faites par l’auteur aux tra­vaux de Grae­ber et Wen­grow, qui sou­tiennent par exemple que « de très nom­breuses preuves archéo­lo­giques et anthro­po­lo­giques démontrent que les humains sont capables de s’organiser en très grand nombre sans recou­rir à une forme de gou­ver­ne­ment cen­tra­li­sé et auto­ri­taire ». (L’historien Wal­ter Schei­del ain­si que d’autres spé­cia­listes ont sou­li­gné un cer­tain nombre d’incohérences et d’erreurs dans le der­nier livre de Grae­ber et Wen­grow, Au com­men­ce­ment était… Une nou­velle his­toire de l’humanité ; la très bonne chaine You­Tube anglo­phone What Is Poli­tics dis­cute des prin­ci­paux pro­blèmes de l’ouvrage dans plu­sieurs pod­casts d’environ une heure cha­cun.)

On pour­rait sim­ple­ment se conten­ter de dire que si le lien de cau­sa­li­té entre agriculture/sédentarité et déve­lop­pe­ment d’un pou­voir cen­tra­li­sé est avé­ré (dans plu­sieurs régions du monde), il n’est peut-être pas nécessaire.

Quoiqu’il en soit, la séden­ta­ri­sa­tion de plu­sieurs socié­tés humaines, désor­mais tota­le­ment dépen­dantes de l’agriculture, dans diverses régions, a plu­sieurs consé­quences. Face à l’augmentation de la den­si­té des popu­la­tions et donc à la pres­sion démo­gra­phique sur le ter­ri­toire, ces socié­tés déve­loppent de nou­velles tech­niques basées sur l’exploitation du cuivre, du bronze, puis du fer, qui servent tant aux champs qu’à la guerre. Les échanges et les conflits s’intensifient, tout comme les hié­rar­chies et les mul­tiples formes d’inégalités. Et, « sous la conjonc­tion de plu­sieurs fac­teurs bien par­ti­cu­liers – forte den­si­té de popu­la­tion, pré­sence de res­sources métal­liques, guerres fré­quentes, pos­si­bi­li­té d’une céréa­li­cul­ture intense, aug­men­ta­tion tem­po­raire de l’aridité – de nou­velles formes d’organisation sociale, regrou­pées sous le nom d’État, appa­raissent ». Cette par­tie du livre com­porte un tra­vail inté­res­sant de déve­lop­pe­ment des fac­teurs d’apparition de l’État, de ses prin­cipes fon­da­men­taux et de ses ins­tru­ments ins­ti­tu­tion­nels, tech­niques et idéo­lo­giques de coer­ci­tion. Il serait trop long de le détailler ici mais il peut valoir la peine de s’y pen­cher plus en détail.

Essor et effondrement des États et des empires.

C’est au cours du 1er mil­lé­naire que les pre­miers empires émergent (la « période axiale » de Karl Jas­pers). Il s’agit d’États qui sont par­ve­nus à pro­je­ter leur domi­na­tion « sur des espaces addi­tion­nels de gran­deur variable », géné­ra­le­ment por­tés « par une reli­gion ou une phi­lo­so­phie dont la voca­tion est d’être uni­ver­selle ». Au-delà de son espace géo­gra­phique, l’empire se carac­té­rise par les trois tâches de son centre poli­tique : « affron­ter et conte­nir les enne­mis exté­rieurs, pré­ve­nir et écra­ser les forces internes qui menacent la sur­vie de l’empire, et entre­te­nir la dimen­sion sacrée du pou­voir ». Ces tâches reposent sur quatre fonc­tions car­di­nales : « mili­taire, idéo­lo­gique, admi­nis­tra­tive et fis­cale ». Mais cette forme poli­tique est intrin­sè­que­ment instable et doit recou­rir à diverses stra­té­gies pour se main­te­nir dans le temps. En s’appuyant sur dif­fé­rents tra­vaux (prin­ci­pa­le­ment ceux de Joseph Tain­ter), l’auteur pro­pose une ana­lyse éner­gé­tique des dyna­miques des socié­tés éta­tiques avec pour étude de cas l’Empire romain et l’Empire byzan­tin. Pour Tain­ter, la socié­té éta­tique est constam­ment confron­tée à divers pro­blèmes et doit éla­bo­rer des stra­té­gies (tech­niques, fis­cales, ins­ti­tu­tion­nelles, etc.) pour y remé­dier. Ces stra­té­gies, sources de chan­ge­ments socio­his­to­riques, ont des coûts éner­gé­tiques et repré­sentent une forme d’investissement qui vise à déga­ger davan­tage d’énergie utile afin de répondre à un pro­blème contex­tuel par­ti­cu­lier. Mais celles-ci sont en réa­li­té une fuite en avant, ne pou­vant abou­tir qu’au déli­te­ment de ces socié­tés, du fait de la « loi des ren­de­ments mar­gi­naux décrois­sants » qui sti­pule que « les inves­tis­se­ments néces­saires à la mise en place et à l’entretien d’innovations tech­niques, d’outils éco­no­miques ou d’institutions poli­tiques ont géné­ra­le­ment des coûts qui croissent plus vite que leurs béné­fices ». Ain­si, l’organisation éta­tique, exa­cer­bée sous sa forme impé­riale, court néces­sai­re­ment à sa perte et doit faire face à des pro­blèmes de plus en plus com­plexes à mesure qu’elle repousse l’inévitable par l’innovation tech­nique, orga­ni­sa­tion­nelle, ou par de nou­velles conquêtes (par la guerre ou par le mar­ché). Une fois le rap­port coût-béné­fice nul ou néga­tif, de mul­tiples fac­teurs sont sus­cep­tibles de pro­vo­quer un effon­dre­ment ou une désa­gré­ga­tion (attaque exté­rieure, épi­dé­mie, révolte, pro­blème envi­ron­ne­men­tal, etc.)

Moyen Âge, innovations énergétiques et interconnexion des mondes

Contre un cer­tain nombre d’idées reçues, l’auteur s’attache à mon­trer que l’époque médié­vale, qui s’étend sur envi­ron dix siècles, est en réa­li­té une période d’importants bou­le­ver­se­ments tech­niques, éner­gé­tiques et socio­po­li­tiques (opé­rés pour la plu­part en Chine avec un mil­lé­naire d’avance). En Europe de l’Ouest, les nou­veaux royaumes déve­loppent le sys­tème féo­dal en réponse aux pres­sions exer­cées aux fron­tières (Vikings, Sara­zins, Magyars, etc.) et connaissent une impor­tante crois­sance démo­gra­phique suite à l’introduction de nou­velles tech­niques agri­coles. « Cette impor­tante crois­sance de la popu­la­tion et la mon­tée en puis­sance des élites féo­dales ont deux consé­quences majeures sur le plan maté­riel : une pres­sion accrue sur les res­sources fores­tières et minières, ain­si qu’une ges­tion plus inten­sive de l’environnement et des aléas cli­ma­tiques. » C’est dans ce contexte que se géné­ra­lise l’utilisation des roues à aubes et des mou­lins à vent (déjà connus depuis plu­sieurs siècles dans diverses régions du monde), qui entraîne d’importants gains de pro­duc­ti­vi­tés dans des domaines variés (« broyage des mine­rais, acti­va­tion des souf­flets de forge, pom­page de l’eau », etc.). Le dyna­misme éco­no­mique issu de ces gains de pro­duc­ti­vi­té pro­voque une expan­sion inédite du com­merce inter­na­tio­nal et fait pro­gres­si­ve­ment émer­ger les condi­tions d’avènement du capi­ta­lisme et de la socié­té de consom­ma­tion. Un nou­veau cap est fran­chi lorsque Chris­tophe Colomb pose le pied (par acci­dent) sur le conti­nent amé­ri­cain. « L’Échange colom­bien » (Alfred Cros­by) qui s’ensuit, et qui débute par le mas­sacre de dizaines d’autochtones, donne lieu à une réor­ga­ni­sa­tion éco­lo­gique d’une inten­si­té sans pré­cé­dent : « Ce bras­sage inter­con­ti­nen­tal de dizaines d’espèces végé­tales et ani­males a per­mis aux humains d’augmenter de façon consi­dé­rable la pro­duc­ti­vi­té des sys­tèmes agri­coles de l’Ancien et du Nou­veau Monde, et donc d’exploiter encore plus qu’auparavant l’énergie solaire par­ve­nant à la sur­face de la Terre. En consé­quence, le capi­ta­lisme mar­chand de l’Ancien Monde s’est déve­lop­pé dans des pro­por­tions inédites, au détri­ment bien évi­dem­ment des res­sources humaines et natu­relles d’une grande par­tie de l’Asie, de l’Afrique et des Amé­riques ». Enfin, L’État moderne émerge en Europe sous la contrainte des guerres mul­ti­la­té­rales inces­santes, qui poussent ses pro­ta­go­nistes à pro­duire de nou­velles inno­va­tions tech­no­lo­giques, mili­taires, fis­cales, bureau­cra­tiques et poli­tiques. L’État moderne et la sédi­men­ta­tion conjointe du capi­ta­lisme mar­chand et de la socié­té de consom­ma­tion consti­tuent alors un ter­reau fer­tile pour la « Révo­lu­tion indus­trielle » à venir.

« Le temps des extracteurs »

La révo­lu­tion indus­trielle, seconde grande tran­si­tion éner­gé­tique de l’histoire, donne nais­sance à un nou­veau sys­tème éner­gé­tique d’une puis­sance extra­or­di­naire repo­sant sur l’exploitation d’immenses gise­ments d’énergie solaire fos­si­li­sée : le char­bon, puis le gaz et le pétrole. C’est le « temps des extracteurs ».

La naissance de l’économie fossile

À par­tir du XVIe siècle, la Grande-Bre­tagne com­mence à man­quer de bois sur son ter­ri­toire et doit trou­ver un sub­sti­tut pour ali­men­ter les forges et chauf­fer les foyers. L’exploitation du char­bon, dont elle dis­pose en grandes quan­ti­tés, prend rapi­de­ment d’importantes dimen­sions (tout comme les nui­sances qui l’accompagnent). Mais contrai­re­ment à la Chine ou aux Pays-Bas qui ont connu le même phé­no­mène, la Grande-Bre­tagne voit naître sur ses terres un nou­veau conver­tis­seur éner­gé­tique déter­mi­nant : la machine à vapeur de Tho­mas New­co­men, per­fec­tion­née par James Watt. La machine à vapeur, qui per­met d’abord une exploi­ta­tion accrue des mines de char­bon en pom­pant l’eau, connaît très rapi­de­ment de nom­breuses inno­va­tions qui per­mettent son appli­ca­tion à de nom­breux domaines : indus­trie tex­tile, che­mins de fer, bateaux à vapeur, fabri­ca­tion de briques et d’acier, pro­duits manu­fac­tu­rés, etc. Cette expan­sion n’aurait évi­dem­ment jamais été pos­sible sans l’existence d’immenses sources de capi­taux finan­ciers et de matières pre­mières issues de la domi­na­tion du com­merce inter­na­tio­nal, de la colo­ni­sa­tion et de l’esclavage. Par ailleurs, Vic­tor Court rap­pelle avec jus­tesse le rôle de l’État moderne dans le déve­lop­pe­ment du capi­ta­lisme par l’investissement public, la créa­tion d’infrastructures, la pro­duc­tion d’un pro­lé­ta­riat dis­ci­pli­né au sein du sys­tème édu­ca­tif (Hart­mut Rosa), les mesures pro­tec­tion­nistes, etc. L’industrialisation a bien sûr de nom­breuses consé­quences sociales et envi­ron­ne­men­tales plus que connues : inten­si­fi­ca­tion de l’urbanisation, pro­lé­ta­ri­sa­tion, pol­lu­tions mul­tiples, entre autres. Ce modèle est rapi­de­ment assi­mi­lé et repro­duit par les autres nations euro­péennes, qui s’en ser­vi­ront pour asseoir leur domi­na­tion bru­tale sur le reste du monde.

L’évolution des mégamachines fossiles

Rapi­de­ment, la machine capi­ta­liste indus­trielle occi­den­tale trouve de nou­veaux moyens d’étendre sa vora­ci­té éner­gé­tique. Elle mono­po­lise les res­sources en matières pre­mières du reste du monde et endigue le déve­lop­pe­ment tech­nique des autres socié­tés par la force ou par le mar­ché et les prin­cipes de « libre-échange » (impo­sés par la force de toute façon). Sur leurs ter­ri­toires res­pec­tifs, les États euro­péens éla­borent de nou­veaux outils fis­caux pour sou­te­nir la folle course du capi­tal, et inves­tissent dans un appa­reil de pro­pa­gande visant à main­te­nir leur légi­ti­mi­té face aux bou­le­ver­se­ments socio­po­li­tiques rapides. Cette pro­pa­gande s’incarne à tra­vers le concept (ou le mythe) de la nation, por­té notam­ment par le sys­tème édu­ca­tif de masse et l’administration natio­nale. Pro­gres­si­ve­ment, à la dépen­dance au char­bon s’ajoute la dépen­dance à d’autres sources d’énergie comme le gaz natu­rel, mais sur­tout le pétrole. Et tan­dis que le moteur à com­bus­tion révo­lu­tionne le domaine des trans­ports (voi­tures, bateaux, puis avions), l’utilisation de l’électricité, d’abord pour l’éclairage, change pro­fon­dé­ment le mode de consom­ma­tion et le pay­sage urbain. En effet, la « fée élec­tri­ci­té », au-delà d’éclairer les villes, ate­liers, usines et foyers, per­met sur­tout, en tant que vec­teur éner­gé­tique, de dis­so­cier la pro­duc­tion d’énergie de son uti­li­sa­tion. Cette dis­so­cia­tion à des consé­quences tant maté­rielles que men­tales, puisque les nui­sances asso­ciées à l’extraction de char­bon, de gaz ou de pétrole peuvent désor­mais être expor­tées et masquées.

La com­pé­ti­tion éco­no­mique et impé­ria­liste entre États (l’Europe contrôle 85% du monde en 1914), ani­mée par une idéo­lo­gie raciste et eugé­niste, culmine avec les deux guerres mon­diales qui exposent de manière bru­tale le poten­tiel des­truc­teur atteint par la civi­li­sa­tion indus­trielle. « Les excès de capa­ci­té résul­tant de la mobi­li­sa­tion indus­trielle pour la guerre sont alors absor­bés par de nou­veaux mar­chés, que ce soit au tra­vers du pro­duc­ti­visme sovié­tique ou du consu­mé­risme occi­den­tal ». Et le pétrole, qui s’était pro­gres­si­ve­ment impo­sé comme une res­source stra­té­gique car­di­nale pen­dant la guerre, s’impose comme la clef de voûte du capi­ta­lisme fos­sile mon­dial. Par ailleurs, le pétrole pos­sède un autre atout pour les élites du fait de ses pro­prié­tés phy­siques : faci­le­ment trans­por­table par bateaux ou oléo­ducs, et géné­ra­le­ment extrait en sur­face par des ouvriers qua­li­fiés davan­tage contrô­lables, « le pétrole comme source pré­do­mi­nante d’énergie a donc consi­dé­ra­ble­ment réduit la capa­ci­té de per­tur­ba­tion du monde ouvrier sur les flux d’énergie. Ce sont au contraire les grandes com­pa­gnies pétro­lières qui ont acca­pa­ré ce pou­voir, et elles se sont ain­si retrou­vées à pou­voir dic­ter la poli­tique des pays dans les­quelles elles opèrent, notam­ment en ce qui concerne les affaires étran­gères. » (Sont cités à ce sujet les tra­vaux de Timo­thy Mit­chell et Michel Cal­lon). Enfin, la « Grande accé­lé­ra­tion » de l’après-guerre est évi­dem­ment accom­pa­gnée de nom­breux phé­no­mènes nui­sibles éga­le­ment bien connus : pol­lu­tions en tous genres, mon­dia­li­sa­tion effré­née, méca­ni­sa­tion, aug­men­ta­tion de la consom­ma­tion, éco­cide, etc.

Les métamorphoses de la modernité tardive

Les deux chocs pétro­liers de 1973 et 1978–79 mettent fin à la période dite des « Trente glo­rieuses ». L’annexe III, en se basant sur les tra­vaux de Mat­thieu Auzan­neau, pro­pose un éclair­cis­se­ment inté­res­sant des véri­tables causes de cette crise éner­gé­tique (qu’on ne trouve évi­dem­ment pas dans les manuels sco­laires). Quoiqu’il en soit, l’économie occi­den­tale en subit lour­de­ment les consé­quences et la consom­ma­tion éner­gé­tique chute, mais pour un temps seule­ment. Des éner­gies de sub­sti­tu­tion sont déployées ou revi­ta­li­sées (char­bon, gaz, nucléaire) et l’efficacité éner­gé­tique connaît d’importantes avan­cées, notam­ment grâce à l’électronique. Et même si les popu­la­tions subissent le coût social du nou­veau para­digme néo­li­bé­ral (infla­tion, dette, chô­mage, inéga­li­tés crois­santes, dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, etc.), la consom­ma­tion reprend (ain­si que le sac­cage du vivant qui lui est direc­te­ment asso­cié). La chute de l’URSS contri­bue à la créa­tion du mythe d’une « fin de l’histoire » et du mirage d’un monde meilleur et fini. La moder­ni­té trouve son para­digme dans la com­bi­nai­son entre socié­té capi­ta­liste de consom­ma­tion, « démo­cra­tie » repré­sen­ta­tive et culte du pro­grès. Cette socié­té idéale est en fait le théâtre absurde de l’aliénation et de la dépres­sion de l’individu ato­mi­sé, pié­gée dans un état de com­pé­ti­tion per­ma­nente. L’exploitation du « Sud glo­bal » prend de nou­velles formes, tout comme celle des mino­ri­tés au sein des popu­la­tions occi­den­tales, tan­dis que le désastre éco­lo­gique pro­gresse invariablement.

Conclusion et perspectives

L’analyse his­to­rique des socié­tés humaines du point de vue éner­gé­tique esquis­sée par Vic­tor Court per­met donc de rendre visibles des dyna­miques com­munes et des varia­tions par­ti­cu­lières. Ain­si, on peut dire que « la dyna­mique de déve­lop­pe­ment des socié­tés sur le très long terme a été régie par une boucle de rétro­ac­tion posi­tive agis­sant en quelques géné­ra­tions de la manière sui­vante : plus d’énergie dis­po­nible auto­rise plus de pro­duc­tion éco­no­mique avec moins de tra­vail humain (gain de pro­duc­ti­vi­té), ce qui per­met d’allouer des tra­vailleurs à des tâches plus spé­cia­li­sées ou même com­plè­te­ment nou­velles (divi­sion du tra­vail) ; les tra­vailleurs deve­nant plus spé­cia­li­sés ont alors plus d’occasions pour mieux réa­li­ser les tâches qui leur incombent (“chan­ge­ment tech­nique par appren­tis­sage”), au point que cer­tains d’entre eux par­viennent même à faire des décou­vertes impor­tantes si on leur laisse assez de temps et de moyens pour cela (“chan­ge­ment tech­nique par recherche et déve­lop­pe­ment”) et, au bout du compte, tout cela per­met d’aller exploi­ter des types plus variés et des quan­ti­tés plus impor­tantes de maté­riaux et d’énergie ; et on retourne ensuite au début du cycle. » Ce cycle connaît évi­dem­ment des varia­tions de rythme et de condi­tions en fonc­tion des socié­tés dans l’espace et dans le temps. Cette vision de la dyna­mique des socié­tés humaine par leur déve­lop­pe­ment tech­ni­co-éco­no­mique est com­plé­tée par la mobi­li­sa­tion d’un second concept emprun­té à Richard Lip­sey, les « tech­niques à but géné­raux » : « Une TBG est une tech­no­lo­gie géné­rique unique, recon­nais­sable comme telle sur toute sa durée de vie, qui a ini­tia­le­ment beau­coup de pos­si­bi­li­tés d’amélioration et finit par être lar­ge­ment uti­li­sée, dans des sec­teurs très divers et en géné­rant de nom­breux effets d’entrainement. »

En mobi­li­sant ces deux concepts, l’auteur choi­sit d’expliquer trois faits majeurs : « 1) le très lent déve­lop­pe­ment tech­ni­co-éco­no­mique de toutes les socié­tés jusqu’au XVIIIe siècle ; 2) le décol­lage éco­no­mique pré­coce de la Grande-Bre­tagne au moment de la révo­lu­tion indus­trielle ; et 3) la très forte crois­sance per­mise par le régime indus­triel fos­sile, ain­si que son essouf­fle­ment dans la période plus récente. » On pour­rait pour­tant remar­quer autre chose de tout à fait évident, mis en lumière par la qua­li­té du déve­lop­pe­ment de cet essai, mais qui n’apparaît pour­tant qu’en fili­grane dans sa conclu­sion. En effet, ce modèle du déve­lop­pe­ment tech­ni­co-éco­no­mique des socié­tés humaines ne s’applique pas à toutes les socié­tés humaines dans l’espace et dans le temps, puisqu’il repose sur un cer­tain nombre de carac­té­ris­tiques propres à un type par­ti­cu­lier d’organisation socio­po­li­tique : la socié­té éta­tique. De fait, le sur­plus de pro­duc­tion, la divi­sion et spé­cia­li­sa­tion du tra­vail et l’existence de formes de « recherche et déve­lop­pe­ment » n’existent que (et ne peuvent exis­ter que) dans des socié­tés séden­taires, avec une impor­tante den­si­té de popu­la­tion, des hié­rar­chies per­ma­nentes et une auto­ri­té cen­tra­li­sée et auto­ri­taire : autre­ment dit au sein d’une orga­ni­sa­tion humaine nom­mée État. Consi­dé­rer que les grou­pe­ments humains du paléo­li­thique (qui repré­sente, on le rap­pelle, 96% de l’histoire de l’humanité) pour­raient être inclus dans ce modèle néces­si­te­rait de s’appuyer sur une idéo­lo­gie ban­cale de sens de l’histoire, pour­tant plu­sieurs fois reje­tée avec jus­tesse par l’auteur. Une telle vision serait de toute manière réfu­tée par la per­sis­tance jusqu’à nos jours de socié­tés qui échappent à ce modèle, à moins de ver­ser dans le racisme et l’ethnocentrisme en affir­mant que celles-ci sont sim­ple­ment arrié­rées ou primitives.

Pour­tant, en reve­nant sur le débat de la per­ti­nence du terme « anthro­po­cène », qui consti­tuait le point de départ de l’essai, Vic­tor Court écrit : « Quels sont ceux qui mettent en mou­ve­ment la des­truc­tion du sys­tème Terre ? Et depuis quand ? À l’issue de ce livre, la réponse qui devrait nous venir en tête est : tous ceux qui ont gou­ver­né les États agraires du début de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, qui animent les éco­no­mies fos­siles depuis les 200 der­nières années, et qui conti­nue­ront dans le futur à être agi­tés par leur volon­té d’accaparement de la nature, que ce soit ou non dans un sys­tème capi­ta­liste, et à l’aide ou non de l’énergie fos­sile. » Il ajoute : « Ce livre a en effet mon­tré que, si l’idéologie extrac­ti­viste se mani­feste clai­re­ment depuis l’émergence du capi­ta­lisme fos­sile, on ne peut pas nier que cer­tains indi­vi­dus aient com­men­cé à se pen­ser expli­ci­te­ment supé­rieurs à la nature peu après l’émergence des pre­miers États – en véri­té, cette concep­tion de la dicho­to­mie nature/culture a sans doute émer­gé avec l’agriculture, mais il est très dif­fi­cile, sinon impos­sible, de le prou­ver. » Avec ce constat, dont on ne peut que par­ta­ger la per­ti­nence, il sou­tient que le terme d’« oli­gan­thro­po­cène » (Erik Swyn­ge­douw) serait plus appro­prié afin de sou­li­gner que le désastre éco­lo­gique est en réa­li­té la res­pon­sa­bi­li­té d’une frac­tion de l’humanité et non de sa tota­li­té. Il déclare fina­le­ment pré­fé­rer conser­ver le terme « impar­fait » d’Anthropocène, « désor­mais bien ins­tal­lé dans le jar­gon uni­ver­si­taire » et « plus com­pré­hen­sible pour le grand public », en le sub­di­vi­sant en deux sous-époques : « l’Agroligarkhien » (l’époque des oli­gar­chies agraires) et le « Ther­mo­li­gar­khien » (l’époque des oli­gar­chies ther­mo-indus­trielles). Mal­gré cela, Vic­tor Court ne par­vient éton­nam­ment pas à remettre expli­ci­te­ment en ques­tion l’organisation éta­tique et abou­tit à une conclu­sion dont l’absurdité contraste avec la per­ti­nence de l’analyse, en sou­te­nant que « la seule piste réel­le­ment envi­sa­geable pour l’avenir des socié­tés humaines [est] celle de la sobriété ».

***

C’est sou­vent dans la par­tie pers­pec­tives et solu­tions pos­sibles que le bât blesse dans la pen­sée éco­lo­giste (dans le meilleur des cas). Vic­tor Court n’échappe pas à la règle. Plu­tôt que de s’arrêter sur une ana­lyse ori­gi­nale, riche en infor­ma­tions et plu­tôt per­ti­nente, il fait le choix de s’aventurer sans grande convic­tion dans une ébauche de solu­tion qui ne résulte qu’en une série de contra­dic­tions. Il revient d’abord dans cette der­nière par­tie sur le constat du désastre éco­lo­gique en cours, sur lequel nous ne nous attar­de­rons pas. Il explique ensuite avec jus­tesse l’imposture des « éner­gies vertes » et du tech­no­so­lu­tion­nisme, en ne les abor­dant tou­te­fois que sous le prisme éco­lo­gique et non des condi­tions poli­tiques et sociales néces­saires à leur pro­duc­tion (ce qui est déjà pas mal, il faut le recon­naître). Fina­le­ment, après une brève cri­tique de la col­lap­so­lo­gie et des « éco­ca­tas­tro­phistes », Vic­tor Court abou­tit à une obser­va­tion d’une étin­ce­lante absur­di­té : « Plu­tôt que de tom­ber dans le piège des fausses solu­tions tech­no­cra­tiques, et plu­tôt que de tout miser sur une révo­lu­tion aus­si verte que rouge qui ris­que­rait de sim­ple­ment se sol­der par un “chan­ge­ment de pro­prié­taire” (on ne sait pas trop pour­quoi ni com­ment), il se pour­rait que ce soit d’abord à cha­cun, indi­vi­duel­le­ment ou entou­ré de sa famille et de ses amis, de faire le choix de la sobrié­té heu­reuse. » On en reste sans voix. Mais ce n’est pas fini, le sus­pense est réali­men­té lorsqu’il explique qu’en fait « ini­tier ces choix indi­vi­duels ne sera jamais suf­fi­sant » (ouf !), et qu’il faut « arra­cher du pou­voir aux méga­ma­chines tech­no­cra­tiques par­tout où cela est pos­sible, en pas­sant s’il le faut par de la déso­béis­sance civile » (car­ré­ment !).

On alterne ain­si sur plu­sieurs pages entre des conseils coli­bristes telles que « trou­ver la force d’ignorer cette envie de voyage en avion », « dimi­nuer les loi­sirs éner­gi­vores (kar­ting, scoo­ter des mers, ski, etc.) » ou « s’opposer à ces for­mu­laires inutiles de sui­vi de pro­jet et de ges­tion du temps » ; et des retours à la réa­li­té qui viennent démon­ter les affir­ma­tions qui les pré­cèdent ou les suivent, comme : « avouons d’ailleurs qu’il paraît illu­soire de pen­ser que la tota­li­té de l’humanité pour­rait arri­ver à sur­mon­ter les contra­dic­tions de la moder­ni­té pour opé­rer col­lec­ti­ve­ment une décrois­sance rapide et équi­table de son empreinte éco­lo­gique », et « il paraît inen­vi­sa­geable qu’un pro­jet de socié­té basé sur une décrois­sance consen­tie de la consom­ma­tion maté­rielle puisse abou­tir ». Il abou­tit fina­le­ment à la conclu­sion que : « Dans un monde idéal en phase avec les limites de la bio­géo­sphère, il fau­drait que l’État, les entre­prises et les ter­ri­toires joignent leurs forces au sein d’une pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique à long terme. » Un pro­jet qui ne pour­rait être accom­pli que sur la base « d’un réveil citoyen » (Phi­lippe Bihoux) et d’un « sur­saut moral de la part de chaque individu ».

Vic­tor Court aurait peut-être dû relire son livre un fois ou deux avant de se lan­cer dans sa conclu­sion, à moins qu’il ne faille en fait le lire à l’envers et com­men­cer par la fin. Essayons tou­te­fois de ne pas prendre son exemple et de finir sur une bonne note, en rap­pe­lant que L’Emballement du monde pro­pose une ana­lyse per­ti­nente, riche en détails sur dif­fé­rentes périodes et évè­ne­ments de l’histoire, impos­sible à tous retrans­crire ici, et qui s’appuie sur une grande varié­té de res­sources biblio­gra­phiques issues de dif­fé­rentes dis­ci­plines (avec peut-être par­fois un manque de recul cri­tique). Enfin, on appré­cie­ra par­ti­cu­liè­re­ment la pre­mière par­tie consa­crée au « temps des col­lec­teurs » qui consti­tue une bonne intro­duc­tion, claire et acces­sible, tout en per­met­tant démon­ter de nom­breux pré­ju­gés sur cette période encore trop peu connue de l’histoire de l’humanité, et qui pour­rait pour­tant bien se révé­ler être la plus importante.

Zed

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. Hel­lo Zed,
    Il y a un bou­quin dont mon élan à le lire fut bri­sé rapi­de­ment par d’autres dis­trac­tions, c’est le « Ther­mo­dy­na­mique de l’é­vo­lu­tion » de F.Roddier. L’é­crit de Vincent semble plus plus cen­tré sur l’é­vo­lu­tion des pre­miers homininés/hominidés jus­qu’à ce jour alors que l’autre est plus géné­ral et débute avec des prin­cipes phy­siques et les pro­ces­sus bio­lo­giques « bas niveau » jus­qu’à nos socié­tés actuelles. Est-il donc plus exaus­tif et à jour mais l’angle d’a­na­lyse reste-t-il le même ?

    1. Salut,
      Je ne connais pas ce livre, je ne suis donc pas en mesure de réel­le­ment répondre à ta ques­tion. L’angle a néan­moins l’air d’être assez dif­fé­rent : Vic­tor Court, en étant géné­ral et plu­ri­dis­ci­pli­naire tente d’é­vi­ter (et l’ex­prime dans l’in­tro­duc­tion) de pro­duire une expli­ca­tion mono­cau­sale de l’é­vo­lu­tion des socié­tés humaines, même s’il s’a­git tou­jours d’en tirer des traits com­muns. Au contraire, ce livre de Rod­dier semble ten­ter d’ex­pli­quer l’in­té­gra­li­té de ce pro­ces­sus par les lois de la ther­mo­dy­na­mique, qui, une fois connues, résou­draient tous les pro­blèmes (d’a­près ce que j’ai pu en lire sur l’internet).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.