« Civilisation » : l’origine d’un concept (par Seb d’Armissan)

Il est dit que les der­niers à décou­vrir l’eau seront les poissons.

Les humains auront échap­pé de jus­tesse à une sem­blable fata­li­té. Alors que la civi­li­sa­tion émer­gea il y a plus de 8 000 ans, la civi­li­sa­tion en tant que concept naquit tar­di­ve­ment, en 1756, lorsque le mot fut uti­li­sé pour la pre­mière fois avec son sens moderne par Vic­tor Rique­ti de Mira­beau dans son ouvrage L’Ami des hommes, ou Trai­té de la popu­la­tion. Il n’é­tait aupa­ra­vant qu’une notion confuse, plus appa­ren­té à la poli­tesse et à la civilité.

Le suc­cès extra­or­di­naire du livre impo­sa vite un nou­vel usage du mot dans la plu­part des langues euro­péennes (Zivi­li­sa­tion, Civi­li­za­tion, Civi­li­za­ción… etc.), et y atta­cha défi­ni­ti­ve­ment son poids his­to­rique, celui de la civi­li­sa­tion en tant que gloire et accom­plis­se­ment des hommes, pro­gres­sion logique et inévi­table de l’a­ven­ture humaine des­ti­née à quit­ter son état sau­vage pour se réa­li­ser plei­ne­ment dans la cité.

Si le mot est res­té, l’ou­vrage de Mira­beau est lui tom­bé dans l’ou­bli… Visi­ble­ment peu lu et pra­ti­que­ment pas cité, les cri­tiques d’au­jourd’­hui sont même sou­vent mau­vaises. Écrit et publié à la va-vite en six mois, l’au­teur rebrous­sa che­min sur plu­sieurs points dans ses ouvrages sui­vants, et renon­ça à cer­taines de ses posi­tions fon­da­men­tales, notam­ment en matière de phy­sio­cra­tie. Il est pour­tant inté­res­sant de fouiller dans les presque 700 pages du texte de Mira­beau et décou­vrir qu’il évoque dans le cha­pitre sur l’Argent et le Tra­vail, la notion impor­tante d’un « cercle natu­rel de la bar­ba­rie à la déca­dence par la civi­li­sa­tion et la richesse ».

L’acte de nais­sance de la civi­li­sa­tion contien­drait-il aus­si son autopsie ?

Cette cita­tion montre que Mira­beau envi­sage la civi­li­sa­tion comme un pro­ces­sus his­to­rique, que le reste du texte décrit comme ayant des racines pro­fon­dé­ment ancrées à la cam­pagne.  Tout son ouvrage est en effet une ode aux agri­cul­teurs, à leur labeur et leur vie simple, petites gens aux­quelles il oppose les gens riches et l’in­dus­trie du luxe, selon lui « un abus de la richesse, du temps et de l’in­dus­trie (indus­trie, ici au sens de tra­vail)».  L’argent et la cupi­di­té sont donc vus et défi­nis comme le contraire, voire même le poi­son de ce qu’il appelle la « socia­bi­li­té », c’est-à-dire la bonne entente et l’har­mo­nie sociale décou­lant de l’af­fec­tion envers son pro­chain. Les choses sont dites on ne peut plus clairement :

« [L’argent] rompt tous les liens de la socia­bi­li­té entre les citoyens et éta­blit la dure­té, l’in­té­rêt et la bassesse. »

Plus de cent ans avant le « Il n’y a de richesse que la vie » pro­cla­mé par John Rus­kin, Mira­beau défi­nit la vraie richesse ain­si : « La nour­ri­ture, les com­mo­di­tés et les dou­ceurs de la vie font la richesse. La terre la pro­duit, et le tra­vail de l’homme lui donne la forme. Le fond et la forme sont la terre et l’homme. Qu’y a‑t-il par-delà ? »

Dans le cha­pitre sur Les Mœurs, il pré­cise que la socia­bi­li­té d’une socié­té se mani­feste par l’af­fec­tion que chaque indi­vi­du porte envers sa famille, envers ses amis, envers son pays et son roi. L’absence de tels sen­ti­ments d’af­fec­tion pro­vo­quée par l’inté­rêt par­ti­cu­lier — selon lui, une cor­rup­tion de l’hon­neur — aurait comme consé­quence catas­tro­phique de dis­soudre la socié­té en une pré­ten­due socié­té. Il résume la ques­tion ainsi :

« L’intérêt par­ti­cu­lier dégé­nère donc néces­sai­re­ment en inté­rêt per­son­nel : de là la dis­so­lu­tion de toute socié­té ; car comme on sait, le vice a ses cal­culs et sa philosophie. »

Dans une ins­pi­ra­tion com­mune et qua­si pré­mo­ni­toire à la décence com­mune de Gorge Orwell il prêche la décence des mœurs en tant que condi­tion à la cohé­sion et à la pros­pé­ri­té du Royaume de France, et donc comme ins­tru­ment de pou­voir. « Tous les atta­che­ments, tous les liens entre citoyens sont pré­cieux à main­te­nir et à avi­ver », dit-il, en par­ti­cu­lier contre ce qu’il iden­ti­fie comme la plus sûre manière de cor­rompre cet équi­libre social, à savoir la pré­émi­nence de l’or, que l’on pour­ra sim­ple­ment tra­duire ici par l’a­mour de l’argent.

Tou­jours vision­naire, Mira­beau constate aus­si l’in­sou­te­na­bi­li­té des villes nom­breuses, et milite pour ce qu’il appelle un rever­se­ment, en l’occurrence un trans­fert (sans vio­lence) de 200 000 per­sonnes hors de Paris vers les cam­pagnes, et l’instauration de cir­cuits courts pour l’a­li­men­ta­tion, c’est-à-dire pour que les « ter­ri­toires à por­tée de la capi­tale soient employés à la pro­duc­tion des den­rées comes­tibles jour­nel­le­ment et qui ne sau­raient être ame­nées de loin ». Au final, ce qu’il veut c’est sai­gner la ville pour déli­vrer le pays de la fré­né­sie.

Il se pré­oc­cupe aus­si beau­coup des excès de fumiers pro­duits dans Paris, et du fait que cette fer­ti­li­té per­due devrait être ache­mi­née dans des ter­ri­toires aux terres maigres.

Avec L’A­mi des hommes, Mira­beau sou­hai­tait sau­ver la civi­li­sa­tion d’elle-même, sur la base d’une intui­tion, un diag­nos­tic non expri­mé mais qui trans­pa­raît clai­re­ment au fil des pages ; la consta­ta­tion que l’argent sup­porte un flux de res­sources et de richesses arra­chées aux cam­pagnes et qui s’ac­cu­mule immo­ra­le­ment et dan­ge­reu­se­ment dans les capitales.

En résu­mé, contre cette accu­mu­la­tion et la déca­dence qu’elle pré­ci­pite, le salut vien­dra d’un exode mas­sif hors des villes, du rejet du culte de l’argent et enfin, de la vraie vie dans la com­mu­nau­té des hommes.

« Ouvrez les annales de l’hu­ma­ni­té, vous y ver­rez que de tous les peuples et dans tous les temps, aucun n’ont vécu plus dure­ment, n’ont cepen­dant été plus atta­chés à leurs façons d’être, et ne se sont en consé­quence esti­més plus riches que ceux qui ont vécu le plus en commun. »

C’est donc ain­si que sur­vi­vra la civi­li­sa­tion, d’après celui-là même qui lui don­na son nom.

Hélas, tout le tra­vail de Mira­beau se heurte à la logique his­to­rique contre laquelle il ne peut rien, et qui explique que L’A­mi des hommes est un texte dont le conte­nu n’au­ra jamais eu aucun impact. Cette logique c’est que la civi­li­sa­tion est bien plus qu’un pro­ces­sus. C’est une culture qui à la fois conduit à, et émerge de la crois­sance des villes. Mira­beau croyait sim­ple­ment poser les bases d’un pro­gramme poli­tique, sans réa­li­ser plei­ne­ment qu’il expri­mait le sou­hait d’un ren­ver­se­ment cultu­rel, et d’un retour­ne­ment de l’histoire.

Le texte, écrit sous le règne de Louis XV, un an après Le Dis­cours sur l’o­ri­gine et les fon­de­ments de l’i­né­ga­li­té par­mi les hommes de Rous­seau et trois ans avant le Can­dide de Vol­taire, n’est pas un texte radi­ca­le­ment anar­chiste comme pour­rait le lais­ser entendre l’enchaînement des cita­tions ci-des­sus. Mira­beau reste atta­ché à l’É­tat et à l’ar­mée, ain­si qu’à son Roi.

C’est pour­tant un texte sou­vent vision­naire, par­se­mé de moments émou­vants (« nous sommes tous frères »), par­fois éton­nam­ment actuels (« il y a quatre fois plus de voi­tures en France qu’il n’en fau­drait ») et qui par cer­tains côtés pour­rait rap­pe­ler — en tenant compte de son ana­chro­nisme, dans un temps hors de la révo­lu­tion indus­trielle — le Kro­pot­kine du Champs, Usines et Ate­liers publié en 1898.

La grande intel­li­gence de Mira­beau est d’a­voir réus­si à décrire quelques-uns des méca­nismes ren­dant les civi­li­sa­tions humaines impos­sibles avant même que le capi­ta­lisme indus­triel ne trans­forme leur dyna­mique en une furie de tous les lieux et tous les ins­tants — ce que Karl Marx décri­ra un siècle plus tard.

À cet égard, quelques-unes des ful­gu­rances de L’Ami des hommes, telle que : « La finance res­semble à ces monstres de la fable, qui dévo­raient leurs propres entrailles », pour­raient sem­bler extraites du Capi­tal, et expriment déjà la même cri­tique radi­cale contre la socié­té de l’argent.

Ce qu’il est aus­si par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant de rele­ver ici, c’est que La richesse des nations d’A­dam Smith, paru à peine 17 ans plus tard en 1776, pré­co­nise de faire tout à fait le contraire de ce qui est pro­po­sé dans L’Ami des hommes, c’est-à-dire qu’il pro­meut l’intérêt et le gain per­son­nel, l’ab­sence d’at­ta­che­ment affec­tif au pays ou à ses occu­pants, et la néces­si­té d’une crois­sance des villes comme gage de pros­pé­ri­té et sta­bi­li­té poli­tique. Les deux ouvrages s’ac­cordent sur­tout sur le rôle de l’a­gri­cul­ture à la base de toute richesse, c’est leur point com­mun le plus évident. Mais la démarche de Mira­beau allait en sens inverse de la pro­gres­sion iné­luc­table de la civi­li­sa­tion et don­na un livre pas­sé à la pos­té­ri­té pour un seul mot.

Le tra­vail d’A­dam Smith en embras­sait le mou­ve­ment et devint l’ou­vrage à la base de la théo­rie éco­no­mique clas­sique, qui racon­tait l’his­toire à venir de la civi­li­sa­tion indus­trielle nais­sante.  L’un don­na son nom à la civi­li­sa­tion, l’autre lui écri­vit son roman.

Le temps est venu de lui écrire sa nécrologie.

Sébas­tien d’Ar­mis­san – Février 2018.

Révi­sion : Lola Bearzatto


Télé­char­ger le PDF de L’A­mi des hommes :

https://app.box.com/s/lf8jlvngkdu7ba9yb73n3p8rt4gc5gw4

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. La civi­li­sa­tion en tant que concept est très bien décrite en page 2 de la bible. Après avoir tout créé et avant d’al­ler se repo­ser, dieu donne à l’homme son ordre de mis­sion : « Tu domi­ne­ras la terre et toutes ses créatures. »

    On en est tou­jours là aujourd’­hui, par contre nous voyons bien où une tel concept supré­ma­tiste de civi­li­sa­tion nous mène : à la des­truc­tion de la vie supérieure.

    Or la page 2 des bibles actuelle date de la bible de 70, soit du moment ou 70 rab­bins juifs se sont ren­du dans la biblio­thèque d’A­lexan­drie. La biblio­thèque à cra­mé, la bible ori­gi­nale avec, et vu le nombre d’er­reurs fac­tuelles pré­sentes dans ce livre, nous ne pou­vons pas com­pa­ré avec la bible ori­gi­nale et donc savoir avec cer­ti­tude si ce concept est antérieur. 

    Cepen­dant, même s’il n’y avait pas de juif en Pales­tine quand la page 2 ori­gi­nale a été écrite, ceci car il n’y avait pas de juif en Pales­tine avant que les romains ne les y déplacent depuis une région com­prise entre le Yémen et l’A­ra­bie (aujourd’­hui des Saoud), région qui est aus­si le ber­ceau du sala­fisme, il est cer­tain que ce concept est anté­rieur à cette (mau­vaise) tra­duc­tion et qu’il date des pre­mières villes, soit de la civi­li­sa­tion de Méso­po­ta­mie, la pre­mière, laquelle dans son pre­mier mythe exalte sa fier­té d’a­voir rasé les forêts pour y construire des villes.

    De toute façon, la bible n’in­vente rien. Le Christ ven­geur de l’a­po­ca­lypse, ce pro­to­type par­fait de super­man, n’est qu’un remake de dieux de la guerre anté­rieurs comme Thor ou Indra. Même le royaume des cieux n’est pas une inven­tion de la bible, les vikings l’a­vaient inven­té bien avant avec la Wal­hal­la, ce royaume des cieux où les wal­ky­ries menaient les héros morts au com­bat pour qu’ils rejoignent les dieux et les aident dans leur com­bat contre les géants. 

    Bien plus que de dieu, d’a­mour ou de res­pect, les gens qui ont écrit la bible étaient obsé­dés par l’i­dée de pos­sé­dé la terre. Un wordle du pre­mier cha­pitre, la page 2, donne comme résul­tat que le mot qui y revient le plus sou­vent est le mot terre, loin devant des mots comme dieu, amour ou res­pect. Et pour pou­voir la pos­sé­der, il faut domi­ner toutes ses créa­tures. Nous retrou­vons cette obses­sion de la terre à la fin quand, lors de l’a­po­ca­lypse, après que le Christ ven­geur eut liqui­dé tout le monde sauf les 7 tri­bus du début, dieu donne Jéru­sa­lem et ses rues cou­vertes d’or à ces tri­bus. Jésus, ce dieu fait homme qui chasse les mar­chands du temple est vite oublié, d’a­bord on le cru­ci­fie et ensuite on le trans­forme en dieu de la guerre char­gé de livrer la der­nière bataille lors de laquelle il liquide tout le monde, l’hu­ma­ni­té entière, ceci à l’ex­cep­tion des 7 salo­pards du début.

    Le hic est que même si ceux qui ont écrit ce bou­quin aurait du chan­ger de dea­ler avant de le rédi­ger, et que si les his­toires qu’elle raconte sont du délire his­to­rique, le concept de civi­li­sa­tion de sa page 2 colle tou­jours par­fai­te­ment à notre civi­li­sa­tion indus­trielle de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La dissimulation de l’écocide : le triomphe du mensonge et de la propagande (par Nicolas Casaux)

Le regard que l’on choisit de porter sur le monde qui nous entoure découle de notre éducation — de notre conditionnement, de nos connaissances. Ce qui explique pourquoi, malgré le déroulement actuel d'un véritable drame socio-écologique, celui-ci soit si peu discuté, à peine aperçu, et à peine dénoncé. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi ce drame peut se produire en premier lieu.
Lire

Le Système et le Chaos (par Bernard Charbonneau)

La croissance technique et économique indéfinie est à la fois le fait et le dogme fondamental de notre temps, comme l'immutabilité d'un ordre à la fois naturel et divin fut celle du passé. La grande mue qui travaille les sociétés industrielles, et les autres à leur suite, est à la fois la réalité immédiate que nous pouvons appréhender dans le quotidien de notre vie et le moteur profond d’une Histoire que religions et idéologies s’époumonent à suivre ; chacun l’expérimente à chaque instant, et pourtant, par-delà classes et frontières, elle met en jeu l’humanité. [...]
Lire

Deux intelligences artificielles ravagent d’ores et déjà la planète (par Nicolas Casaux)

Les futurologues qui nous mettent en garde contre les menaces liées à l’Intelligence Artificielle ne regardent pas au bon endroit. La majorité des espèces vivantes font déjà face à une menace existentielle à cause de deux intelligences artificielles créées il y a des centaines d’années : la corporation et l’État. [...]