L’Islande est un désastre écologique, contrairement à ce qu’affirme Arte (par Nicolas Casaux)

« Les îles du futur : Islande, un para­dis vert à la croi­sée des che­mins ». C’est le titre d’un docu­men­taire réa­li­sé par Daniel Mün­ter, sor­ti en 2015 et régu­liè­re­ment dif­fu­sé par la chaîne Arte, qui s’inscrit dans la longue série des docu­men­taires visant à pro­mou­voir le mythe d’une socié­té indus­trielle éco­lo­gique. Ma cri­tique sera brève. Il s’agit d’un men­songe gro­tesque. Le foyer islan­dais moyen émet bien plus[1] de CO2 (10,4 tCO2eq) que le foyer fran­çais moyen (7,4 tCO2eq). Et si c’est le cas, c’est parce que le cal­cul de ces émis­sions prend en compte les impor­ta­tions (pro­duits fabri­qués à l’étranger pour répondre à notre demande inté­rieure) et l’ensemble du cycle de vie (pro­duc­tion, fabri­ca­tion, trans­port, consom­ma­tion…). Les impor­ta­tions de biens de consom­ma­tion des Islan­dais, en rai­son de leur éloi­gne­ment géo­gra­phique, sont très émet­trices de gaz à effet de serre. Elles comptent pour 71 % de leurs émis­sions de CO2.

Oui, l’élec­tri­ci­té qu’utilisent les Islan­dais pro­vient prin­ci­pa­le­ment de la géo­ther­mie et des bar­rages. Mais non, ce n’est pas éco­lo­gique. D’abord parce que la construc­tion de l’infrastructure néces­saire à la pro­duc­tion d’électricité géo­ther­mique n’est pas éco­lo­gique. De même que les bar­rages nuisent par­ti­cu­liè­re­ment aux éco­sys­tèmes dans les­quels ils sont implan­tés (ce qui est très expli­ci­te­ment expo­sé dans le repor­tage dif­fu­sé par Arte). Ensuite parce que l’utilisation de cette élec­tri­ci­té pas vrai­ment « verte », qui ali­mente des appa­reils et des machines dont la pro­duc­tion et l’utilisation sont tout sauf éco­lo­giques, ne doit donc pas non plus être consi­dé­rée comme éco­lo­gique. En Islande comme ailleurs, et même plus qu’ailleurs, on uti­lise des smart­phones, des ordi­na­teurs, des télé­vi­sions, et toute la pano­plie des gad­gets élec­tro-infor­ma­tiques modernes. Gad­gets dont l’importation, en plus de la pro­duc­tion et de l’utilisation, n’est pas éco­lo­gique (l’impact envi­ron­ne­men­tal de l’industrie des trans­ports mari­times est désastreux).

Gad­gets qui, en outre, et au même titre que la high-tech en géné­ral, dépendent d’une orga­ni­sa­tion sociale intrin­sè­que­ment anti­dé­mo­cra­tique, celle de la civi­li­sa­tion indus­trielle, qui requiert une impor­tante stra­ti­fi­ca­tion sociale, notam­ment parce qu’elle néces­site une spé­cia­li­sa­tion très mar­quée (de l’ingénieur qui conçoit à l’ouvrier qui exécute).

D’ailleurs, si l’on se réfère à un autre indi­ca­teur (dont le cal­cul est plus que dis­cu­table, à cause de ce qu’il prend en compte, et sur­tout de ce qu’il ne prend pas en compte, c’est-à-dire qu’il s’a­git d’un indi­ca­teur qui sous-estime ce qu’il mesure), à savoir la fameuse « empreinte éco­lo­gique », on remarque que l’Islandais moyen uti­lise 6,84 gha (hec­tares glo­baux) contre 5,01 pour le Fran­çais moyen (une autre esti­ma­tion sug­gère que l’Is­lan­dais moyen uti­lise 12,7 gha, ce qui ferait de l’Is­lande un des pays les plus anti­éco­lo­giques du monde).

En plus de cela, l’Is­lande ne gère pas elle-même ses déchets. Les papiers et plas­tiques sont expor­tés res­pec­ti­ve­ment vers la Hol­lande et la Suède (prin­ci­pa­le­ment). Les métaux sont éga­le­ment expor­tés. Là encore, l’é­loi­gne­ment géo­gra­phique de l’île implique que l’empreinte éco­lo­gique du trans­port mari­time de ses déchets est très élevée.

L’Islande pro­duit beau­coup d’aluminium (11ème nation du monde dans le domaine), dans des fon­de­ries pour les­quelles elle a construit des bar­rages dans des zones sau­vages aupa­ra­vant rela­ti­ve­ment pré­ser­vées. La bauxite uti­li­sée par cette indus­trie de l’aluminium pro­vient de Gui­née ou d’Australie (là encore, au niveau du trans­port, on retrouve des pro­ces­sus mani­fes­te­ment anti-éco­lo­giques), où son extrac­tion implique toutes sortes de dom­mages environnementaux.

Dans un article de cour­rier inter­na­tio­nal, en date de 2011, on apprend que :

« En 2008, l’Islande a pro­duit envi­ron 870 000 tonnes d’aluminium, dont la qua­si-tota­li­té était des­ti­née à l’étranger. Cette année-là, les expor­ta­tions du métal ont dépas­sé celles des pro­duits de la pêche pour la pre­mière fois dans l’histoire du pays. L’Islande ne pro­duit pas de bauxite. Les métal­lur­gistes importent le mine­rai d’aluminium des États-Unis, d’Irlande et d’Australie. Mais l’activité des hauts-four­neaux per­met au pays, riche en rivières, chutes d’eau, sources chaudes et vol­cans, d’exploiter ses propres res­sources natu­relles en four­nis­sant aux forges de l’énergie hydrau­lique ou géo­ther­mique à des prix com­pé­ti­tifs. […] Pour ser­vir la plus grande fon­de­rie, ouverte en 2007 dans l’est du pays, l’État a construit une série de bar­rages et un immense réser­voir qui, redoutent les éco­lo­gistes, accé­lé­re­ra l’érosion des terres et sera dom­ma­geable aux popu­la­tions locales de cer­vi­dés et d’oies à bec court (Anser bra­chy­rhyn­chus) [la mère de la chan­teuse Björk, l’une des figures de proue de l’opposition contre l’industrie de l’aluminium, avait fait une grève de la faim pour ten­ter de blo­quer le projet]. »

Sur la ban­de­role est écrit : « La fon­de­rie d’aluminium engendre des mal­for­ma­tions congé­ni­tales, des can­cers et des défor­ma­tions des os » / Straum­svík, Islande, 2007.

Des pol­lu­tions aux métaux lourds et au soufre sont obser­vées aux envi­rons des fon­de­ries. Et, dans cer­taines zones indus­trielles du pays, les niveaux de pol­lu­tions esti­més sont du même ordre que ceux des régions les plus pol­luées de l’Europe de l’Est.

Par ailleurs, les Islan­dais roulent, aus­si éton­nant que cela puisse paraître, en voi­ture. Leurs voi­tures (impor­tées, dont la pro­duc­tion et le trans­port ne sont pas éco­lo­giques) fonc­tionnent grâce au pétrole (impor­té, pas super éco­lo non plus). D’ailleurs, l’association de l’île qui compte le plus de membres est… un club de pas­sion­nés de 4x4.

Les Islan­dais importent éga­le­ment une bonne par­tie de ce qu’ils mangent. Cli­mat et envi­ron­ne­ment obligent. L’Islande importe effec­ti­ve­ment la grande majo­ri­té de sa consom­ma­tion de fruits et de légumes (près de 70%), un phé­no­mène qui ne fait et qui ne va faire que croître, étant don­né que la consom­ma­tion de fruits et légumes par indi­vi­du aug­mente, et que la popu­la­tion elle-même augmente.

Katrín Jakobsdót­tir, l’ac­tuelle pre­mière ministre de l’Is­lande, recon­nait d’ailleurs que « si tout le monde vivait comme les Islan­dais, il nous fau­drait au moins six pla­nètes, voire plus ».

L’Islande est fina­le­ment un par­fait exemple d’une éco­no­mie inté­gra­le­ment pré­caire, tout sauf rési­liente, abso­lu­ment dépen­dante du com­merce mon­dia­li­sé. Le « man­ger local », s’il y a un jour été pos­sible, à une époque où ses habi­tants se nour­ris­saient des pro­duits de la mer, de l’élevage et des autres den­rées adap­tées au cli­mat islan­dais, est deve­nu impen­sable. Main­te­nant que, comme dans beau­coup d’endroits, les Islan­dais se sont habi­tués aux pro­duits d’importations tro­pi­caux (fruits, cacao, sucre, etc.), leur ali­men­ta­tion repose en grande par­tie sur l’agrobusiness inter­na­tio­nal. Leur dépen­dance à d’autres indus­tries par­ti­cu­liè­re­ment anti­éco­lo­giques (et anti­dé­mo­cra­tiques), comme toutes celles du domaine des high-tech, ain­si que leurs impor­ta­tions de com­bus­tibles fos­siles (pour leurs 4x4), finissent de faire de l’Islande un bel exemple de désastre envi­ron­ne­men­tal (et social).

La socié­té indus­trielle n’est pas viable et ne peut pas l’être. Elle ne peut pas être ren­due éco­lo­gique. Une socié­té éco­lo­gique (et démo­cra­tique) est néces­sai­re­ment une socié­té la plus auto­nome pos­sible et repo­sant sur des basses tech­no­lo­gies[2].

Nico­las Casaux

P.S. : Ces remarques à pro­pos de l’Islande et des Islan­dais sont aus­si valables pour la Suède et les Sué­dois, et pour le soi-disant modèle nor­dique en géné­ral. Qui est tout sauf un modèle. Ou alors un modèle néga­tif. Les pays du Nord incarnent pré­ci­sé­ment ce qui ne va pas dans la socié­té industrielle.


  1. https://english.hi.is/news/the_first_analysis_of_the_icelandic_consumption_based_carbon_footprint
  2. Voir : http://biosphere.ouvaton.org/vocabulaire/2769-techniques-dualisme-des-techniques

Print Friendly, PDF & Email
Total
3
Shares
7 comments
    1. Parce que les émis­sions de CO2 d’un foyer dépendent en grande par­tie (70 % il me semble) de leur consom­ma­tion de biens. Si leurs habi­tudes de consom­ma­tion impliquent qu’ils achètent des objets impor­tés de très loin, leurs émis­sions de CO2 seront éle­vées. Je ne l’ai pas pré­ci­sé, effec­ti­ve­ment, je vais le faire.

  1. Mer­ci de cet éclairage.

    Sans chiffres à l’ap­pui pour étayer mon com­men­taire, je dirais que nous fai­sons face à des contra­dic­tions simi­laires en Nor­vège. Le « Green washing » bat son plein.

    Auriez-vous un source per­met­tant de com­pa­rer les CO2eq/habitant/pays.

  2. Comme sou­vent je trouve vos textes très per­ti­nent et intéressant.
    Tou­te­fois dans le cas de la Suède, et sauf erreur, il me semble qu’au moins au niveau de l’a­li­men­ta­tion des efforts sont fait pour être autonome.
    Des restes de la seconde guerre mon­diale, qui leur a appris, par la famine, que ne pas pro­duire de nour­ri­ture peut poser de gros problèmes…
    Dans les super­mar­chés on trouve donc beau­coup de pro­duit locaux (en tout cas qui y res­semble), et l’a­gri­cul­ture (qui n’est pas éco­lo­gique, on est d’ac­cord) y est « protégée ».
    Pour ce coté là, recherche d’au­to­no­mie ali­men­taire, on pour­rait s’ins­pi­rer de ce pays.

      1. Je peine à conce­voir une ali­men­ta­tion auto­nome à fort accent éco­lo­gique dans un pays du nord au XXI ème siècle, Lorialet.
        Comme on le sait — et Nico­las nous le rap­pelle ici — les végé­taux et les pro­duits trans­for­més ont pris une place impor­tante dans la consom­ma­tion (tous azimuts).
        La pro­duc­tion de viandes néces­site aus­si un capi­tal végé­tal, qui ne peut être entiè­re­ment four­ni par un pays froid.
        Faut pas res­ter assis sur des idées anciennes. Le monde bouge, le temps passe et cha­cun veut satis­faire ses dési­rs, les sué­dois ne sont pas en reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Contre la société de masse (par Chris Wilson)

Beaucoup de gens souhaitent mener une existence exempte d’autorité coercitive, où nous serions tous libre de donner à nos vies les formes que nous voulons en fonction de nos besoins personnels, de nos valeurs et de nos désirs. Pour qu’une telle liberté soit possible, aucun individu ne doit pouvoir étendre la sphère de ce qu’il contrôle à la vie d’autres sans leur consentement. [...]
Lire

Les marchands d’illusions vertes occidentaux, des USA à la France, de Bill McKibben à Cyril Dion (par Nicolas Casaux)

Dans les États occidentaux — mais ailleurs aussi, selon toute probabilité — il existe un microcosme de personnalités écologistes autorisées et régulièrement invitées dans les médias de masse, assez appréciées des autorités de leur pays respectif, et qui, pour ces raisons, représentent à elles seules, aux yeux du grand public, la mouvance écologiste. « La » mouvance, parce que ces écologistes font grosso modo la promotion des mêmes idées, des mêmes croyances. Ils se congratulent d’ailleurs régulièrement les uns les autres, faisant immanquablement référence aux travaux des uns et des autres dans leurs différents ouvrages — édités par d’importantes maisons d’édition, ou produits par d’importantes boites de production, et chroniqués dans les plus grands quotidiens. [...]