Les enfants trans — Il est temps d’en parler (documentaire réalisé par Stella O’Malley)

Pour intro­duire ce docu­men­taire sur des ques­tions liées au phé­no­mène du trans­gen­risme, récem­ment réa­li­sé par Stel­la O’Mal­ley pour la chaîne de télé­vi­sion Chan­nel 4 au Royaume-Uni, qui l’a dif­fu­sé ce mer­cre­di 21 novembre 2018, et que vous trou­ve­rez sous-titré en fran­çais, ci-après, je vous pro­pose la cri­tique for­mu­lée à son sujet par Suzi Feay pour le Finan­cial Times :


Les enfants trans : il est temps d’en parler — un pas dans la bonne direction 

Com­pas­sion et contro­verse se ren­contrent dans ce docu­men­taire de Stel­la O’Malley

Éton­nam­ment, au cours des neuf der­nières années, l’on a assis­té à une aug­men­ta­tion de 2500 % du nombre d’enfants trai­tés par le ser­vice de genre la NHS [le sys­tème de san­té publique du Royaume-Uni, NdT]. Cette sta­tis­tique inquiète beau­coup la psy­cho­thé­ra­peute Stel­la O’Malley. Durant son enfance à Dublin, elle était per­sua­dée d’être un gar­çon, et vou­lait être trai­tée et accep­tée comme tel. À 43 ans, désor­mais une femme mariée heu­reuse, elle s’inquiète pour ces enfants aux­quels il se pour­rait que l’on pro­pose trop pré­ma­tu­ré­ment les options aux effets irré­ver­sibles sur le corps de la chi­rur­gie et de la médi­ca­tion hor­mo­nale à vie. Si elle était née une demi-décen­nie plus tard, se dit-elle : « Je suis abso­lu­ment cer­taine que j’aurais transitionné. »

Trans Kids : It’s Time to Talk [Les Enfants trans : il est temps d’en par­ler, NdT] s’intéresse à un sujet très sen­sible, ain­si qu’O’Malley le réa­lise tar­di­ve­ment lorsqu’aucun des groupes et acti­vistes trans qu’elle contacte n’accepte de par­ti­ci­per à son docu­men­taire. Elle ren­contre les parents de Matt, 12 ans, qui vivent dif­fi­ci­le­ment le choix qu’ils ont fait. Matt, qui souffre d’autisme, prend des inhi­bi­teurs de puber­té, parce que que le déve­lop­pe­ment sexuel dans le « mau­vais » corps est per­çu comme trop trau­ma­ti­sant. O’Malley confirme que sa propre puber­té a été un « cau­che­mar », mais qu’elle « a aus­si été la solu­tion » pour elle.

Ain­si qu’elle le découvre, l’Internet joue un rôle impor­tant dans toute cette his­toire, en rai­son des nom­breux blog­gers et vlog­gers trans qui par­tagent allè­gre­ment leurs expé­riences avec la « T » — la tes­to­sté­rone — et le ban­dage de poi­trine. O’Malley ren­contre l’un d’entre eux, le joyeux et très sym­pa­thique Cole, 24 ans, qui prend de la tes­to­sté­rone depuis qu’il en a 22. Cer­tains enfants outre­passent les trai­te­ments médi­caux conven­tion­nels et com­mandent des pilules d’hormones sur inter­net, et lui-même admet qu’il s’agit de médi­ca­ments dont les effets sont incer­tains pour cette « géné­ra­tion trans ». Cepen­dant, étant don­né sa « qua­li­té de vie actuelle », il est « d’accord pour être un cobaye ». Dans la même veine, elle ren­contre Ken­ny, qui a com­men­cé sa tran­si­tion il y a 8 ans parce qu’il ne se « recon­nais­sait pas dans la per­sonne » qu’il « voyait dans le miroir ».

O’Malley admet que repous­ser le pro­blème jusqu’à l’âge adulte n’est pas vrai­ment sou­hai­table en consta­tant le cas de Deb­bie, marié, avec des enfants, dont la famille, et par­ti­cu­liè­re­ment sa femme, Sté­pha­nie, a été néga­ti­ve­ment affec­tée par sa tran­si­tion. Elle ren­contre éga­le­ment un uni­ver­si­taire, James Cas­pian, dont les recherches sur les « détran­si­tion­neurs » — ceux qui ont inver­sé le pro­ces­sus — ont été inter­dites par une uni­ver­si­té au motif « qu’il vaut mieux n’offenser per­sonne ». Les choses prennent une tour­nure plus pro­blé­ma­tique encore lorsqu’elle se rend à un évè­ne­ment fémi­niste accueillant plu­sieurs inter­ve­nants cri­tiques du trans­gen­risme, dont une qui affirme qu’aucune preuve médi­cale ne per­met d’affirmer que l’on puisse « naître dans le mau­vais corps ». Ne serait-il pas mieux de trou­ver un moyen de vivre en paix avec son corps sans recou­rir à des médi­ca­ments et à des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales qui altèrent irré­ver­si­ble­ment la vie des indi­vi­dus ? Une telle idée n’est appa­rem­ment pas tolé­rable, d’après les figures mas­quées qui tentent de per­tur­ber l’évènement. Néan­moins, cette conver­sa­tion devra avoir lieu, un jour ou l’autre, et le docu­men­taire com­pas­sion­nel d’O’Malley semble être un pas dans la bonne direction.

***

Pour aller plus loin, vous pou­vez regar­der cet autre docu­men­taire sur le sujet, éga­le­ment sous-titré en fran­çais, réa­li­sé par la BBC en 2017 :

***

& vous pou­vez aus­si lire ces autres articles de notre site, por­tant éga­le­ment sur ces sujets ou des sujets connexes :

  1. Les Prin­cipes de Jog­ja­kar­ta : une menace inter­na­tio­nale contre les droits des femmes (par Han­nah Harrison) 
  2. « Nous devons être plus cou­ra­geuses » — la remise en ques­tion de « l’i­den­ti­té de genre » et le mutisme impo­sé au fémi­nisme (par Meghan Murphy)
  3. La dys­pho­rie de genre, le trans­gen­risme, le trans­sexua­lisme et l’en­fance (par Michael K. Laidlaw) 

Print Friendly, PDF & Email
Total
31
Shares
5 comments
  1. Quand des gens n’ont que des insultes pour contrer des faits, on sait ce que ça vaut.
    Bra­vo et mer­ci d’a­voir fait cette tra­duc­tion aus­si rapidement !

  2. Bon­jour
    Je suis assi­dû­ment votre site depuis 3 ans, j’ai lu le livre « Deep Green Resis­tance » avec pas­sion, bref, je ne viens pas com­men­ter ici en ayant lu l’ar­ticle après une visite qui serait ponc­tuelle par ici.
    Je suis trans­genre (voi­là pour­quoi j’ai pré­ci­sé ci-des­sus que ce n’est pas que je suis tom­bé des­sus parce que je suis trans, mais à l’in­verse que je lis vos articles et que je rebon­dis sur celui-ci parce que je suis concer­né!). J’ai 22 ans, je prends de la tes­to­sté­rone depuis mes 18 ans, et j’ai réa­li­sé que j’é­tais un gar­çon à 16 ans. Cela fait un laps de temps entre réa­li­sa­tion et tran­si­tion qui est très court, mais je n’ai depuis ce jour eu aucun regret. Beau­coup d’ap­pré­hen­sion (la veille de ma pre­mière piqûre, peur de faire une erreur et de me trom­per, jus­te­ment). Depuis que la socié­té me consi­dère comme un homme, je suis enfin bien dans ma peau.
    Je vous cite : « Ne serait-il pas mieux de trou­ver un moyen de vivre en paix avec son corps sans recou­rir à des médi­ca­ments et à des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales qui altèrent irré­ver­si­ble­ment la vie des individus ? »
    Aaaaah, si seule­ment c’é­tait pos­sible, ce serait magni­fique n’est ce pas ?
    Mais jus­te­ment, cer­taines per­sonnes y par­viennent, je connais des trans* qui ne prennent pas d’hor­mones mais qui se font enle­ver la poi­trine, ou des trans qui prennent des hor­mones mais ne feront aucune opé­ra­tion, bref on ne peut pas résu­mer la tran­si­tion à un sché­ma unique et uni­ver­sel. Aucune per­sonne trans­genre ne fait le même parcours.
    Pour ma part, je suis à l’aise avec mon sexe (l’or­gane sexuel j’en­tends), et ne pré­vois donc aucune opé­ra­tion au niveau de cet organe-là. D’autres ont besoin d’a­voir un pénis pour se sen­tir bien.
    Je pense pour ma part que le malaise est en grande par­tie dû à la socié­té actuelle : notre sexisme per­ma­nent, notre cari­ca­ture des genres, c’est ter­rible, ça enferme lit­té­ra­le­ment. On n’a le droit à aucune expres­sion de genre qui soit dif­fé­rente de ‘fille/femme’ ou ‘garçon/homme’. C’est déjà com­pli­qué d’être un homme qui fait de la danse clas­sique ou une femme qui fait du rug­by, alors ima­gi­nez être recon­nu comme un homme sans faire aucune tran­si­tion ?? C’est tout bon­ne­ment impos­sible dans notre socié­té. On serait éter­nel­le­ment regar­dé de tra­vers, jugé, cri­ti­qué, trai­té de fou et j’en passe. Bref, toute la trans­pho­bie qu’on peut vivre jus­te­ment avant une tran­si­tion et qui fait qu’on finit par sau­ter le pas des hormones/opérations pour ne pas sau­ter dans le vide.…
    Donc oui, j’es­père qu’un jour nous par­vien­drons à une socié­té qui accep­te­ra toutes les expres­sions d’i­den­ti­té, mais ne nous leur­rons pas, c’est mal bar­ré et on se sera auto-détruits par d’autres manières bien avant !
    Donc voi­là, peut-être que le trans­gen­dé­risme (j’en pro­fite pour vous noti­fier qu’on ne dit pas trans­gen­risme mais trans­gen­dé­risme) est pris en charge trop rapi­de­ment dans l’en­fance, pour cer­tains, mais pour les autres qui auront besoin de tran­si­tion­ner et mau­di­ront à vie de ne pas avoir pu le faire enfant, ce n’est pas trop rapi­de­ment… alors que faire ? Le débat est ouvert.
    Peut-être que le trans­gen­dé­risme n’existe que parce que notre socié­té est comme telle d’ailleurs : « tu es Femelle ou Mâle et selon ce que tu es tu dois répondre à un sché­ma pré­cis », for­cé­ment ça induit des malaises d’identité.
    J’ai per­son­nel­le­ment fait le choix de prendre des hor­mones d’une part pour être bien dans ma TÊTE (ces­ser d’être regar­dé avec dégoût, d’être appe­lé « madame » par­tout où j’al­lais, d’a­voir des envies sui­ci­daires à chaque « mégen­rage », à chaque regard de tra­vers…) et d’autre part pour être bien dans ma PEAU (ces­ser de pleu­rer en me regar­dant dans le miroir, aimer mon corps, être fier de lui). Pour cette rai­son, je pense que même dans une socié­té bien­veillante, j’au­rais res­sen­ti ce rejet phy­sique de moi-même, j’au­rais envié les per­sonnes de sexe masculin.
    La ques­tion est dif­fi­cile. Très bon article en tout cas.
    Bien à vous.

    1. Mer­ci. Et mer­ci pour ton témoi­gnage. C’est noté pour trans­gen­dé­risme. Par contre tu écris « Je vous cite : » mais ce n’est pas notre texte, seule­ment la tra­duc­tion du texte de pré­sen­ta­tion du docu­men­taire par le Finan­cial Times.

    2. Bon­jour,
      Ce qui est dom­mage, c’est que vous jus­ti­fiez une idéo­lo­gie mor­ti­fère, d’au­tant que vous sui­vez un site de réin­for­ma­tion, vous savez que la nov langue mor­ti­fère est des­ti­née à un tout autre usage que de vous défendre vous, avec votre par­ti­cu­la­ri­té per­son­nelle… L’i­déo­lo­gie du pseu­do­genre est des­ti­née a être enten­due par les femmes ‘nor­males’ trop nor­males pour ne pas se sen­tir mères. L’i­dée est de dis­sua­der les femmes de faire des enfants. L’i­déo­lo­gie du pseu­do­genre n’a aucune réa­li­té scien­ti­fique, le cer­veau est sexué bien avant la nais­sance et sans doute votre propre cer­veau a été mas­cu­li­ni­sé in-uté­ro, ce qui explique ample­ment votre propre inver­sion de l’i­den­ti­té sexuée inalié­nable, et non socié­tale. Cela fait de vous un homme à part entière, juste cela. Après, la ques­tion d’une chi­rur­gie, c’est un peu dif­fé­rent pour les hommes comme vous, j’en connais en effet pour qui c’é­tait vital dans leur sché­ma cor­po­rel, et d’autres pour qui le sexe est mal vécu , donc secon­daire. Mais atten­tion, la situa­tion d’une poi­gnée de per­sonnes ne peut aucu­ne­ment jus­ti­fier une idéo­lo­gie géné­ra­li­sée et ins­ti­tu­tion­na­li­sée, qui s’im­pose à 99% de la popu­la­tion, et qui plus est empoi­sonne le fémi­nisme depuis des décen­nies, le ren­dant inau­dible. Pour ma part, si j’ex­prime libre­ment ce que j’ai appris de la connais­sance scien­ti­fique, c’est que je suis née fille inter­sexuée avec cette inver­sion de la sexua­tion céré­brale pré­na­tale, et que j’ai dû me battre déjà pour ne pas pré­fé­rer la mort, et retrou­ver mon corps véri­table, entier et ma recon­nais­sance juri­dique en tant que ma fémi­ni­té pleine et entière. J’es­père que je pour­rai vous convaincre, le trans truc est un com­bat per­du d’a­vance car il est arti­fi­ciel et sans fon­de­ment. L’i­den­ti­té sexuée découle dès la nais­sance de la sexua­tion du cer­veau, c’est votre noyau inalié­nable et votre chair ‚et votre peau est un cos­tume qui se choi­sit, comme tout un cha­cun choi­sit sa mode, mais rien ne nous donne le droit de refu­ser les mil­liard d’i­den­ti­tés cohé­rentes comme un simple sté­réo­type impo­sé a chaque enfant qui naît. C’est juste faux, la sexua­tion du cer­veau est un spectre, certes, une courbe nor­male de Gauss, et bien sûr il y a des excep­tions, des ambi­guï­tés, des inver­sions, il y a des troubles de l’i­den­ti­té sexuée psy­cho­lo­giques, mais elles ne sont que ça, des excep­tions qui confirment la nor­male de la com­mu­nau­té humaine.

  3. Je vien­drai com­men­ter pro­chai­ne­ment avec mon com­pu­ter. J’ai beau­coup tra­vaillé sur l’in­ver­sion de la sexua­tion céré­brale pré­na­tale, on sait que le cer­veau est sexué au niveau de la neu­ro­lo­gie, mais cette réa­li­té a été nié et com­bat­tue sur les cam­pus d’A­mé­rique du Nord, ces vingt der­nières années. Cepen­dant dès que l’a­gence mon­diale du médi­ca­ment a été obli­gé de faire effec­tuer les recherches sur les deux sexes, il y a eu un déclic, qui com­mence à faire taire les men­teurs de ces idéo­lo­gies de pseudogenre.
    Le trans­genre n’existe pas plus. Il y a de rares inver­sions de la sexua­tion céré­brale qui sont pré­na­tales et bio­lo­giques, bio­chi­miques. La Nature est en soi une varia­tion, et il faut bien aus­si par­ler des per­tur­ba­teurs endo­cri­niens, en par­ti­cu­lier, chez le fœtus fille qui vont pas­ser la bar­rière des hor­mones anti tes­to­sté­rone, et mas­cu­li­ni­ser par­tiel­le­ment le cer­veau. Concer­nant l’au­tisme en par­ti­cu­lier Asper­ger, consul­ter les tra­vaux du Pr Simon Baron-Cohen, de Cam­bridge, et de l’au­tism­re­sear­ch­cen­ter sur inter­net. Il y a une dif­fi­cul­té pour 5% d’au­tistes à se situer dans le sexe, et c’est lié à leur sen­si­bi­li­té exa­cer­bée en regard de la ques­tion e la sexuation.
    Tout le reste des reven­di­ca­tions trans sont des troubles clas­sique de l’i­den­ti­té sexuée, trai­tables par psy­cho­thé­ra­pie fami­liale si on s’y prend tôt, et si on apprend, en tant que méde­cin, et parent concer­né, à dis­tin­guer ces enfants, de ceux dont la sexua­tion est bio­lo­gi­que­ment inver­sée, de nais­sance et à vie, pour qui les trai­te­ments sont adap­tés, blo­quant la puber­té entre 11 et 14 ans, réver­sible, et un trai­te­ment hor­mo­nal ensuite de 14 à 18 ans voire chi­rur­gi­cal, défi­ni­tif, mais à ce stade, bien sûr, le diag­nos­tic doit être posé et sûr à 100%, et c’est un diag­nos­tique médi­cal col­lec­tif, exclu­si­ve­ment en asso­cia­tion avec un enfant sain, qui sait qui il ou elle est, sans équi­voque, et des parents sans trouble per­son­nel qui puisse avoir inter­fé­ré dans ce diagnostic.
    Aucune chi­rur­gie, aucun trai­te­ment médi­cal ne doit être envi­sa­gé dans d’autres cas. Ce qui est lamen­table, c’est l’in­ca­pa­ci­té du corps médi­cal, à dire non aux idéo­lo­gies mor­ti­fères qui leur sont impo­sées, sans base scien­ti­fique, eux qui tirent leurs connais­sances de la Science, y com­pris des Neu­ros­ciences. Le pro­blème est que le pseu­do­genre est impo­sé poli­ti­que­ment et passe dans la loi comme un ‘droit’ humain, et gare à qui s’y oppose, il devient ‘trans­phobe’… Voir le Cana­da, on retire aux parents un enfant en trouble, parce que les parents ne sont pas ‘trans­friend­ly’ , mais en fait ce sont des parents écar­te­lés entre le bon sens, par­fois leur dogme reli­gieux ‚et l’in­sis­tance de leur propre enfant à se dire ‘de l’autre sexe’ … Mais jamais ces mêmes ins­ti­tu­tion fas­cistes, ne diront aux parents la réa­li­té scien­ti­fique : Leur enfant est peut être en trouble de l’i­den­ti­té en pleine crise ado­les­cente, ou en trouble de l’i­den­ti­té sexuée, psy­cho­lo­gique et fami­lial de cause, peut-être né avec une inver­sion bio­lo­gique irré­mé­diable de la sexua­tion céré­brale, et que là où ils ont par­fai­te­ment rai­son, ces parents, ce n’est aucu­ne­ment un droit humain à chan­ger de sexe, ce qui est d’ailleurs impos­sible. Les enfants nés avec une inver­sion de la sexua­tion du cer­veau réparent leur corps et leur acte de nais­sance juri­dique, tout au plus, mais, pour eux, c’est vital au sens strict, pas au regard de la socié­té, mais pour eux mêmes en leur corps, en leur âme, en leur moyen de s’é­pa­nouir en tant qu’eux mêmes.
    C’est de nais­sance, cela concerne une nais­sance sur 50.000, une goutte d’eau, et c’est amal­ga­mé par des lob­bies. Je conseille for­te­ment aux mou­ve­ments fémi­nistes de se déso­li­da­ri­ser du pseu­do­genre, et de l’é­ga­li­té filles gar­çons, parce que c’est la néga­tion des femmes en tant que leur nature de mère poten­tielle. L’é­ga­li­té se fait dans la dif­fé­rence et non une uni­for­mi­té comp­table ! A bien­tôt et mer­ci d’a­voir lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Qu’est-ce que l’écologie radicale ? (par Thierry Sallantin)

A bas l'industrialisme, lequel est incompatible avec le retour urgent aux 280 ppm de CO2 dans l'atmosphère : si on continue avec un type de société demandant trop d'énergie, on est parti pour bouleverser le climat de façon irrémédiable pendant 500 000 ans (source: les deux livres de Clive Hamilton: "Requiem pour l'espèce humaine" et "Les apprentis sorciers du climat" et mes discussions avec lui lors de son passage à Paris).
Lire

C’est la faute à Rousseau : lettre à mes amish à propos des « Lumières » de Macron (par Jacques Luzi)

Je n'ai qu'une connaissance superficielle de qui sont les amish, aussi ne parlerai-je que des « amish », à la fois au sens méprisant donné par Macron et au sens d'« amis ». J'ai, par contre, une conscience un peu plus fouillée de l'enseignement des Lumières, qui est sans rapport avec l'injonction à l'innovation technologique systématique. [...]
Lire

Remarques sur l’usage du concept de « civilisation » chez Marx et Engels (par Nicolas Casaux)

Pour alimenter davantage la critique de la civilisation développée dans différents articles publiés sur notre site, voici quelques brèves citations de Marx et Engels traitant de l’idée de civilisation, qui permettront de mettre en lumière deux, trois choses — et par exemple qu’ils percevaient bien un certain nombre des problèmes liés à la civilisation (mais, pour eux, cela s’inscrivait simplement dans l’ordre des choses). D’abord, deux citations tirées du Manifeste du Parti communiste :