Pour intro­duire ce docu­men­taire sur des ques­tions liées au phéno­mène du trans­gen­risme, récem­ment réalisé par Stella O’Mal­ley pour la chaîne de télé­vi­sion Chan­nel 4 au Royaume-Uni, qui l’a diffusé ce mercredi 21 novembre 2018, et que vous trou­ve­rez sous-titré en français, ci-après, je vous propose la critique formu­lée à son sujet par Suzi Feay pour le Finan­cial Times :


Les enfants trans : il est temps d’en parler — un pas dans la bonne direc­tion

Compas­sion et contro­verse se rencontrent dans ce docu­men­taire de Stella O’Mal­ley

Éton­nam­ment, au cours des neuf dernières années, l’on a assisté à une augmen­ta­tion de 2500 % du nombre d’en­fants trai­tés par le service de genre la NHS [le système de santé publique du Royaume-Uni, NdT]. Cette statis­tique inquiète beau­coup la psycho­thé­ra­peute Stella O’Mal­ley. Durant son enfance à Dublin, elle était persua­dée d’être un garçon, et voulait être trai­tée et accep­tée comme tel. À 43 ans, désor­mais une femme mariée heureuse, elle s’inquiète pour ces enfants auxquels il se pour­rait que l’on propose trop préma­tu­ré­ment les options aux effets irré­ver­sibles sur le corps de la chirur­gie et de la médi­ca­tion hormo­nale à vie. Si elle était née une demi-décen­nie plus tard, se dit-elle : « Je suis abso­lu­ment certaine que j’au­rais tran­si­tionné. »

Trans Kids: It’s Time to Talk [Les Enfants trans : il est temps d’en parler, NdT] s’in­té­resse à un sujet très sensible, ainsi qu’O’Mal­ley le réalise tardi­ve­ment lorsqu’au­cun des groupes et acti­vistes trans qu’elle contacte n’ac­cepte de parti­ci­per à son docu­men­taire. Elle rencontre les parents de Matt, 12 ans, qui vivent diffi­ci­le­ment le choix qu’ils ont fait. Matt, qui souffre d’au­tisme, prend des inhi­bi­teurs de puberté, parce que que le déve­lop­pe­ment sexuel dans le « mauvais » corps est perçu comme trop trau­ma­ti­sant. O’Mal­ley confirme que sa propre puberté a été un « cauche­mar », mais qu’elle « a aussi été la solu­tion » pour elle.

Ainsi qu’elle le découvre, l’In­ter­net joue un rôle impor­tant dans toute cette histoire, en raison des nombreux blog­gers et vlog­gers trans qui partagent allè­gre­ment leurs expé­riences avec la « T » — la testo­sté­rone — et le bandage de poitrine. O’Mal­ley rencontre l’un d’entre eux, le joyeux et très sympa­thique Cole, 24 ans, qui prend de la testo­sté­rone depuis qu’il en a 22. Certains enfants outre­passent les trai­te­ments médi­caux conven­tion­nels et commandent des pilules d’hor­mones sur inter­net, et lui-même admet qu’il s’agit de médi­ca­ments dont les effets sont incer­tains pour cette « géné­ra­tion trans ». Cepen­dant, étant donné sa « qualité de vie actuelle », il est « d’ac­cord pour être un cobaye ». Dans la même veine, elle rencontre Kenny, qui a commencé sa tran­si­tion il y a 8 ans parce qu’il ne se « recon­nais­sait pas dans la personne » qu’il « voyait dans le miroir ».

O’Mal­ley admet que repous­ser le problème jusqu’à l’âge adulte n’est pas vrai­ment souhai­table en consta­tant le cas de Debbie, marié, avec des enfants, dont la famille, et parti­cu­liè­re­ment sa femme, Stépha­nie, a été néga­ti­ve­ment affec­tée par sa tran­si­tion. Elle rencontre égale­ment un univer­si­taire, James Caspian, dont les recherches sur les « détran­si­tion­neurs » — ceux qui ont inversé le proces­sus — ont été inter­dites par une univer­sité au motif « qu’il vaut mieux n’of­fen­ser personne ». Les choses prennent une tour­nure plus problé­ma­tique encore lorsqu’elle se rend à un évène­ment fémi­niste accueillant plusieurs inter­ve­nants critiques du trans­gen­risme, dont une qui affirme qu’au­cune preuve médi­cale ne permet d’af­fir­mer que l’on puisse « naître dans le mauvais corps ». Ne serait-il pas mieux de trou­ver un moyen de vivre en paix avec son corps sans recou­rir à des médi­ca­ments et à des opéra­tions chirur­gi­cales qui altèrent irré­ver­si­ble­ment la vie des indi­vi­dus ? Une telle idée n’est appa­rem­ment pas tolé­rable, d’après les figures masquées qui tentent de pertur­ber l’évè­ne­ment. Néan­moins, cette conver­sa­tion devra avoir lieu, un jour ou l’autre, et le docu­men­taire compas­sion­nel d’O’Mal­ley semble être un pas dans la bonne direc­tion.

***

Pour aller plus loin, vous pouvez regar­der cet autre docu­men­taire sur le sujet, égale­ment sous-titré en français, réalisé par la BBC en 2017 :

***

& vous pouvez aussi lire ces autres articles de notre site, portant égale­ment sur ces sujets ou des sujets connexes :

  1. Les Prin­cipes de Jogja­karta : une menace inter­na­tio­nale contre les droits des femmes (par Hannah Harri­son)
  2. « Nous devons être plus coura­geuses » — la remise en ques­tion de “l’iden­tité de genre” et le mutisme imposé au fémi­nisme (par Meghan Murphy)
  3. La dyspho­rie de genre, le trans­gen­risme, le trans­sexua­lisme et l’en­fance (par Michael K. Laid­law)
Vous avez réagi à cet article !
Afficher les commentaires Hide comments
Comments to: Les enfants trans – Il est temps d’en parler (docu­men­taire réalisé par Stella O’Mal­ley)
  • 26 novembre 2018

    Quand des gens n’ont que des insultes pour contrer des faits, on sait ce que ça vaut.
    Bravo et merci d’avoir fait cette traduction aussi rapidement!

    Reply
  • 12 décembre 2018

    Bonjour
    Je suis assidûment votre site depuis 3 ans, j’ai lu le livre “Deep Green Resistance” avec passion, bref, je ne viens pas commenter ici en ayant lu l’article après une visite qui serait ponctuelle par ici.
    Je suis transgenre (voilà pourquoi j’ai précisé ci-dessus que ce n’est pas que je suis tombé dessus parce que je suis trans, mais à l’inverse que je lis vos articles et que je rebondis sur celui-ci parce que je suis concerné!). J’ai 22 ans, je prends de la testostérone depuis mes 18 ans, et j’ai réalisé que j’étais un garçon à 16 ans. Cela fait un laps de temps entre réalisation et transition qui est très court, mais je n’ai depuis ce jour eu aucun regret. Beaucoup d’appréhension (la veille de ma première piqûre, peur de faire une erreur et de me tromper, justement). Depuis que la société me considère comme un homme, je suis enfin bien dans ma peau.
    Je vous cite : “Ne serait-il pas mieux de trouver un moyen de vivre en paix avec son corps sans recourir à des médicaments et à des opérations chirurgicales qui altèrent irréversiblement la vie des individus ?”
    Aaaaah, si seulement c’était possible, ce serait magnifique n’est ce pas ?
    Mais justement, certaines personnes y parviennent, je connais des trans* qui ne prennent pas d’hormones mais qui se font enlever la poitrine, ou des trans qui prennent des hormones mais ne feront aucune opération, bref on ne peut pas résumer la transition à un schéma unique et universel. Aucune personne transgenre ne fait le même parcours.
    Pour ma part, je suis à l’aise avec mon sexe (l’organe sexuel j’entends), et ne prévois donc aucune opération au niveau de cet organe-là. D’autres ont besoin d’avoir un pénis pour se sentir bien.
    Je pense pour ma part que le malaise est en grande partie dû à la société actuelle : notre sexisme permanent, notre caricature des genres, c’est terrible, ça enferme littéralement. On n’a le droit à aucune expression de genre qui soit différente de ‘fille/femme’ ou ‘garçon/homme’. C’est déjà compliqué d’être un homme qui fait de la danse classique ou une femme qui fait du rugby, alors imaginez être reconnu comme un homme sans faire aucune transition ?? C’est tout bonnement impossible dans notre société. On serait éternellement regardé de travers, jugé, critiqué, traité de fou et j’en passe. Bref, toute la transphobie qu’on peut vivre justement avant une transition et qui fait qu’on finit par sauter le pas des hormones/opérations pour ne pas sauter dans le vide….
    Donc oui, j’espère qu’un jour nous parviendrons à une société qui acceptera toutes les expressions d’identité, mais ne nous leurrons pas, c’est mal barré et on se sera auto-détruits par d’autres manières bien avant !
    Donc voilà, peut-être que le transgendérisme (j’en profite pour vous notifier qu’on ne dit pas transgenrisme mais transgendérisme) est pris en charge trop rapidement dans l’enfance, pour certains, mais pour les autres qui auront besoin de transitionner et maudiront à vie de ne pas avoir pu le faire enfant, ce n’est pas trop rapidement… alors que faire ? Le débat est ouvert.
    Peut-être que le transgendérisme n’existe que parce que notre société est comme telle d’ailleurs : “tu es Femelle ou Mâle et selon ce que tu es tu dois répondre à un schéma précis”, forcément ça induit des malaises d’identité.
    J’ai personnellement fait le choix de prendre des hormones d’une part pour être bien dans ma TÊTE (cesser d’être regardé avec dégoût, d’être appelé “madame” partout où j’allais, d’avoir des envies suicidaires à chaque “mégenrage”, à chaque regard de travers…) et d’autre part pour être bien dans ma PEAU (cesser de pleurer en me regardant dans le miroir, aimer mon corps, être fier de lui). Pour cette raison, je pense que même dans une société bienveillante, j’aurais ressenti ce rejet physique de moi-même, j’aurais envié les personnes de sexe masculin.
    La question est difficile. Très bon article en tout cas.
    Bien à vous.

    Reply
    • 12 décembre 2018

      Merci. Et merci pour ton témoignage. C’est noté pour transgendérisme. Par contre tu écris “Je vous cite :” mais ce n’est pas notre texte, seulement la traduction du texte de présentation du documentaire par le Financial Times.

      Reply
    • 18 mars 2019

      Bonjour,
      Ce qui est dommage, c’est que vous justifiez une idéologie mortifère, d’autant que vous suivez un site de réinformation, vous savez que la nov langue mortifère est destinée à un tout autre usage que de vous défendre vous, avec votre particularité personnelle… L’idéologie du pseudogenre est destinée a être entendue par les femmes ‘normales’ trop normales pour ne pas se sentir mères. L’idée est de dissuader les femmes de faire des enfants. L’idéologie du pseudogenre n’a aucune réalité scientifique, le cerveau est sexué bien avant la naissance et sans doute votre propre cerveau a été masculinisé in-utéro, ce qui explique amplement votre propre inversion de l’identité sexuée inaliénable, et non sociétale. Cela fait de vous un homme à part entière, juste cela. Après, la question d’une chirurgie, c’est un peu différent pour les hommes comme vous, j’en connais en effet pour qui c’était vital dans leur schéma corporel, et d’autres pour qui le sexe est mal vécu , donc secondaire. Mais attention, la situation d’une poignée de personnes ne peut aucunement justifier une idéologie généralisée et institutionnalisée, qui s’impose à 99% de la population, et qui plus est empoisonne le féminisme depuis des décennies, le rendant inaudible. Pour ma part, si j’exprime librement ce que j’ai appris de la connaissance scientifique, c’est que je suis née fille intersexuée avec cette inversion de la sexuation cérébrale prénatale, et que j’ai dû me battre déjà pour ne pas préférer la mort, et retrouver mon corps véritable, entier et ma reconnaissance juridique en tant que ma féminité pleine et entière. J’espère que je pourrai vous convaincre, le trans truc est un combat perdu d’avance car il est artificiel et sans fondement. L’identité sexuée découle dès la naissance de la sexuation du cerveau, c’est votre noyau inaliénable et votre chair ,et votre peau est un costume qui se choisit, comme tout un chacun choisit sa mode, mais rien ne nous donne le droit de refuser les milliard d’identités cohérentes comme un simple stéréotype imposé a chaque enfant qui naît. C’est juste faux, la sexuation du cerveau est un spectre, certes, une courbe normale de Gauss, et bien sûr il y a des exceptions, des ambiguïtés, des inversions, il y a des troubles de l’identité sexuée psychologiques, mais elles ne sont que ça, des exceptions qui confirment la normale de la communauté humaine.

      Reply
  • 18 mars 2019

    Je viendrai commenter prochainement avec mon computer. J’ai beaucoup travaillé sur l’inversion de la sexuation cérébrale prénatale, on sait que le cerveau est sexué au niveau de la neurologie, mais cette réalité a été nié et combattue sur les campus d’Amérique du Nord, ces vingt dernières années. Cependant dès que l’agence mondiale du médicament a été obligé de faire effectuer les recherches sur les deux sexes, il y a eu un déclic, qui commence à faire taire les menteurs de ces idéologies de pseudogenre.
    Le transgenre n’existe pas plus. Il y a de rares inversions de la sexuation cérébrale qui sont prénatales et biologiques, biochimiques. La Nature est en soi une variation, et il faut bien aussi parler des perturbateurs endocriniens, en particulier, chez le fœtus fille qui vont passer la barrière des hormones anti testostérone, et masculiniser partiellement le cerveau. Concernant l’autisme en particulier Asperger, consulter les travaux du Pr Simon Baron-Cohen, de Cambridge, et de l’autismresearchcenter sur internet. Il y a une difficulté pour 5% d’autistes à se situer dans le sexe, et c’est lié à leur sensibilité exacerbée en regard de la question e la sexuation.
    Tout le reste des revendications trans sont des troubles classique de l’identité sexuée, traitables par psychothérapie familiale si on s’y prend tôt, et si on apprend, en tant que médecin, et parent concerné, à distinguer ces enfants, de ceux dont la sexuation est biologiquement inversée, de naissance et à vie, pour qui les traitements sont adaptés, bloquant la puberté entre 11 et 14 ans, réversible, et un traitement hormonal ensuite de 14 à 18 ans voire chirurgical, définitif, mais à ce stade, bien sûr, le diagnostic doit être posé et sûr à 100%, et c’est un diagnostique médical collectif, exclusivement en association avec un enfant sain, qui sait qui il ou elle est, sans équivoque, et des parents sans trouble personnel qui puisse avoir interféré dans ce diagnostic.
    Aucune chirurgie, aucun traitement médical ne doit être envisagé dans d’autres cas. Ce qui est lamentable, c’est l’incapacité du corps médical, à dire non aux idéologies mortifères qui leur sont imposées, sans base scientifique, eux qui tirent leurs connaissances de la Science, y compris des Neurosciences. Le problème est que le pseudogenre est imposé politiquement et passe dans la loi comme un ‘droit’ humain, et gare à qui s’y oppose, il devient ‘transphobe’… Voir le Canada, on retire aux parents un enfant en trouble, parce que les parents ne sont pas ‘transfriendly’ , mais en fait ce sont des parents écartelés entre le bon sens, parfois leur dogme religieux ,et l’insistance de leur propre enfant à se dire ‘de l’autre sexe’ … Mais jamais ces mêmes institution fascistes, ne diront aux parents la réalité scientifique: Leur enfant est peut être en trouble de l’identité en pleine crise adolescente, ou en trouble de l’identité sexuée, psychologique et familial de cause, peut-être né avec une inversion biologique irrémédiable de la sexuation cérébrale, et que là où ils ont parfaitement raison, ces parents, ce n’est aucunement un droit humain à changer de sexe, ce qui est d’ailleurs impossible. Les enfants nés avec une inversion de la sexuation du cerveau réparent leur corps et leur acte de naissance juridique, tout au plus, mais, pour eux, c’est vital au sens strict, pas au regard de la société, mais pour eux mêmes en leur corps, en leur âme, en leur moyen de s’épanouir en tant qu’eux mêmes.
    C’est de naissance, cela concerne une naissance sur 50.000, une goutte d’eau, et c’est amalgamé par des lobbies. Je conseille fortement aux mouvements féministes de se désolidariser du pseudogenre, et de l’égalité filles garçons, parce que c’est la négation des femmes en tant que leur nature de mère potentielle. L’égalité se fait dans la différence et non une uniformité comptable! A bientôt et merci d’avoir lu.

    Reply
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Login

Welcome to Typer

Brief and amiable onboarding is the first thing a new user sees in the theme.
Join Typer
Registration is closed.