ON VOULAIT DÉJÀ PAS DU TÉLÉGRAPHE, ALORS LA 5G… (par Nicolas Casaux)

Dans son ouvrage inti­tu­lé Une his­toire de la com­mu­ni­ca­tion moderne : espace public et vie pri­vée, Patrice Fli­chy rap­pelle que c’est au cours du XIXème siècle « que sont nées les machines qui res­tent encore la base de nos sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion : le télé­graphe puis le télé­phone, la pho­to­gra­phie, le disque, le ciné­ma, la radio ». Ain­si, « les tech­niques contem­po­raines (la télé­vi­sion par satel­lite ou le télé­phone mobile par exemple) ne peuvent être étu­diées sans être repla­cées dans cette lignée historique ».

Une même lignée, en effet, car à l’instar de la 5G (et de la 4G, 3G, 2G, 1G, du réseau fer­ro­viaire, des fron­tières géo­gra­phiques des États-nations, et d’à peu près tout ce qui fait la socié­té dans laquelle on vit), le télé­graphe (optique, puis élec­trique) fut impo­sé et déve­lop­pé par et pour les auto­crates à la tête de l’État et leurs col­lègues, indus­triels et finan­ciers. C’est-à-dire que son déploie­ment n’est aucu­ne­ment le fruit d’une volon­té démo­cra­tique ou d’un consen­sus popu­laire, seule­ment le pro­duit des volon­tés des diri­geants éta­tiques et entrepreneuriaux.

Ain­si que le rap­porte le pro­fes­seur James Fore­man-Peck dans un article inti­tu­lé « L’É­tat et le déve­lop­pe­ment du réseau de télé­com­mu­ni­ca­tions en Europe à ses débuts » :

« Les nou­velles tech­no­lo­gies de com­mu­ni­ca­tion — le che­min de fer et le télé­graphe — étaient consi­dé­rées comme pou­vant contri­buer de manière vitale à la sécu­ri­té interne et externe des États de l’Eu­rope Conti­nen­tale. Ain­si, la plu­part des États pla­ni­fiaient soi­gneu­se­ment, réglaient et, si pos­sible, admi­nis­traient ces réseaux. Plus tard, les gou­ver­ne­ments euro­péens du XIXe siècle se sen­tirent concer­nés aus­si par le déve­lop­pe­ment éco­no­mique natio­nal. Leur contrôle sur les réseaux natio­naux de com­mu­ni­ca­tion, dont l’o­ri­gine rési­dait dans la poli­tique de sécu­ri­té, leur don­na le moyen d’in­fluer sur la com­pé­ti­ti­vi­té des indus­tries natio­nales des télécommunications. »

C’est-à-dire que le déve­lop­pe­ment du télé­graphe s’inscrit typi­que­ment dans la dyna­mique auto­ri­taire et des­truc­trice du « Pro­grès tech­no­lo­gique » impo­sée par le petit nombre (« ayant com­pris com­ment s’accaparer les moyens de puis­sance et de coer­ci­tion », comme dira le Freud) au plus grand nombre, laquelle nous a menés dans la catas­tro­phique situa­tion où nous sommes ren­dus. Le déploie­ment de la 5G, idem. Sa poten­tielle dan­ge­ro­si­té (que les auto­ri­tés ne dai­gne­ront recon­naître, comme tou­jours, qu’une fois son ins­tal­la­tion ache­vée et les dégâts, peut-être irré­pa­rables, com­mis) est donc loin d’être le seul motif valable de s’y oppo­ser. Les rai­sons les plus signi­fi­ca­tives de le contes­ter devraient éga­le­ment nous ame­ner à contes­ter le déploie­ment de toute nou­velle tech­no­lo­gie de pointe, ou haute tech­no­lo­gie, ain­si que l’existence tout entière de la socié­té tech­no-indus­trielle, de l’État et du capitalisme.

« L’électricité qui a pro­duit, par la créa­tion du télé­graphe, une sorte d’é­lar­gis­se­ment de la patrie, lui don­ne­ra l’é­ten­due du globe », affirme Vic­tor Hugo en 1881, qui ne s’y est pas trom­pé. L’électricité consti­tue tou­jours le nerf de la guerre que la tech­no­sphère livre contre le monde. Alain Bel­tran et Patrice Car­ré le sou­lignent dans leur livre La vie élec­trique : « Auxi­liaire des trans­ports, auxi­liaire de la Bourse et de la presse, le télé­graphe élec­trique en s’in­ter­na­tio­na­li­sant a donc contri­bué à la créa­tion de mar­chés nou­veaux et à cette forme nou­velle de capi­ta­lisme que l’on a pu dési­gner sous l’ap­pel­la­tion d’im­pé­ria­lisme, pré­mices d’une mon­dia­li­sa­tion à venir ». Mon­dia­li­sa­tion ou impé­ria­lisme, colo­nia­lisme, stan­dar­di­sa­tion du monde, eth­no­cides, géno­cides et éco­cides — c’est tout un. L’électricité et tout son envi­ron­ne­ment tech­no-indus­triel ont en effet démul­ti­plié la vitesse de crois­sance et d’expansion du Lévia­than. Chris­tophe Colomb se dépla­çait encore au moyen d’éner­gies renou­ve­lables. La colo­ni­sa­tion de l’Afrique, elle, fut pro­pul­sée par des bateaux à vapeur, par­fois dotés de l’électricité, l’aviation, le télé­graphe élec­trique et bien d’autres tech­no­lo­gies modernes. (La colo­ni­sa­tion de l’Afrique, la mis­sion civi­li­sa­trice, se pour­suit d’ailleurs aujourd’hui, par exemple au tra­vers de cette course à l’électrification du conti­nent que mènent les États-nations afri­cains — créa­tions de toutes pièces du colo­nia­lisme, du « par­tage de l’Afrique » — de concert avec les États déjà industrialisés/développés et d’importantes trans­na­tio­nales, et notam­ment au moyen du déploie­ment d’installations indus­trielles de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « renouvelable »).

Mais bien enten­du, plu­sieurs siècles après les débuts de la pro­duc­tion en masse par l’État (le Lévia­than) des sujets ser­viles dont il avait (et dont il a tou­jours) besoin au moyen de diverses ins­ti­tu­tions (notam­ment l’école), une majo­ri­té de la popu­la­tion mon­diale asso­cie ces tech­no­lo­gies à de néces­saires et géniaux « acquis » — tout en igno­rant confor­ta­ble­ment ou en déplo­rant les des­truc­tions et pol­lu­tions envi­ron­ne­men­tales, les inéga­li­tés sociales colos­sales et crois­santes qui vont de pair avec leur déve­lop­pe­ment, la ser­vi­tude, la dépos­ses­sion et l’aliénation que requiert leur pro­duc­tion (le capi­ta­lisme, son escla­vage sala­rial, ses divi­sions du tra­vail, ses spé­cia­li­sa­tions, sa stra­ti­fi­ca­tion sociale, son carac­tère hié­rar­chique), d’une part, et qu’induit par ailleurs leur utilisation.

Si tel est le cas, c’est, entre autres, parce qu’outre l’école, l’imaginaire des sujets du Lévia­than est éga­le­ment façon­né par les indus­tries et les tech­no­lo­gies qu’il déve­loppe, par l’idéologie qui pré­side à leur déve­lop­pe­ment comme par ce qu’elles pro­duisent. Pierre Mus­so le rap­pelle dans son livre L’imaginaire indus­triel :

« Dans ce pro­ces­sus per­ma­nent et inten­sif d’innovations hybri­dant tech­nos­ciences et créa­tion, l’imaginaire se trouve à son tour indus­tria­li­sé, tech­no­lo­gi­sé, voire usi­né. L’anthropologue Georges Balan­dier parle à ce pro­pos de “tech­no-ima­gi­naire”, parce que, constate-t-il, “c’est sans doute la pre­mière fois dans l’histoire des hommes que l’imaginaire est aus­si for­te­ment bran­ché sur la tech­nique, dépen­dant de la tech­nique et cela mérite une consi­dé­ra­tion attentive”.

Ain­si les liens sont tou­jours plus étroits entre l’imaginaire, la tech­nos­cience et l’industrie. Non seule­ment du fait de la pro­duc­tion crois­sante de tech­no­lo­gies de l’esprit qui ont scan­dé toute l’histoire de l’industrialisation depuis deux siècles, mais plus en pro­fon­deur, parce que l’industrie pro­cède elle-même d’un ima­gi­naire puis­sant, d’une vision du monde consti­tu­tive de l’Occident. Indus­trie et ima­gi­naire sont indis­so­ciables. L’industrie est née de la cris­tal­li­sa­tion d’un ima­gi­naire tech­ni­co-scien­ti­fique et en se réa­li­sant, elle a géné­ré de nou­veaux ima­gi­naires, et même des indus­tries de l’imaginaire, à l’instar du ciné­ma dans la phase for­diste. Le ciné­ma et l’audiovisuel sont deve­nus l’industrie de l’imaginaire la plus popu­laire et la plus universelle. »

Autre­ment dit, l’environnement tech­no­lo­gique et indus­triel ini­tia­le­ment impo­sé par l’État fabrique ensuite les êtres humains à son image, dési­reux de tou­jours plus de tech­no­lo­gies et d’industries, per­sua­dés que tech­no­lo­gie et indus­trie leur sont essen­tielles, inca­pables désor­mais d’imaginer une exis­tence dif­fé­rente, dési­rable, en-dehors de ce cadre tech­no-indus­triel — et donc éta­tique et capitaliste.

Pour­tant, on nous pro­met de moins en moins, aujourd’hui, l’avenir incroya­ble­ment génial, heu­reux, juste, éga­li­taire et libre autre­fois asso­cié[1] au déve­lop­pe­ment des pre­mières indus­tries, de l’électricité, des pre­mières machines. Avec le recul dont nous dis­po­sons, et au vu de l’état des choses, il devrait être clair que c’est tout sauf une vie heu­reuse, libre, tout sauf une vie bonne et saine qu’offre (ou plu­tôt, impose) le pro­grès tech­nique au plus grand nombre. Le mal-être est épi­dé­mique dans la socié­té tech­no-indus­trielle, alcoo­lisme, toxi­co­ma­nies en tous genres, dépres­sions, stress, angoisses, bur­nouts, bore-out, etc. Bien­tôt un « minis­tère de la soli­tude » (elle aus­si épi­dé­mique) en France aussi ?

MAIS PAS TOUCHE À NOTRE « CONFORT », ON A L’EAU COURANTE ET DES DOUCHES CHAUDES, ça vaut bien une misère humaine, une dépos­ses­sion et une alié­na­tion uni­ver­selles, et la des­truc­tion du monde. Pour rien au monde on n’accepterait de renon­cer à ces tech­no­lo­gies, besoins pri­maires, nou­veau socle de la pyra­mide de Mas­low. Alors vive « la machi­ne­rie pour nous emme­ner tous en enfer ; les riches et les gou­ver­nants pour la conduire. […] Au nom de la Science, du Pro­grès et du bon­heur humain ! Amen, et allons‑y plein gaz ! » (Aldous Huxley)

Ceux qui résistent à l’imaginaire tech­no­lâtre domi­nant, ceux que l’autonomie, la liber­té, la digni­té humaine, l’équité, la pré­ser­va­tion du monde inté­ressent davan­tage, ont toutes les rai­sons du monde de s’opposer à la 5G et à son monde.

(À pro­pos de l’i­mage de cou­ver­ture : il s’a­git du fameux tableau de John Gast, réa­li­sé en 1872 pour le compte de George Cro­futt, un ven­deur de guides de voyages aux Amé­rique. Tableau inti­tu­lé Ame­ri­can Pro­gress qui repré­sente une allé­go­rie de la « Des­ti­née mani­feste » : la femme au centre est appe­lée « Pro­grès », et cor­res­pond au « déve­lop­pe­ment », à la « moder­ni­sa­tion », et sur sa tête se trouve ce que Cro­futt appelle « L’É­toile de l’Em­pire ». Le Pro­grès (la femme au centre), en pro­ve­nance du ter­ri­toire lumi­neux que l’on aper­çoit à l’est, se dirige vers l’ouest, sombre, téné­breux, condui­sant les colons blancs à pied, à che­val, en dili­gence, ou en train à vapeur. Le Pro­grès déploie un fil télé­gra­phique avec une main et porte un livre d’é­cole dans l’autre. Alors qu’elle se déplace vers l’ouest, des autoch­tones et un trou­peau de bisons la fuient, alors que les colons pro­gressent. Telle est la marche du Pro­grès, détruire les com­mu­nau­tés, détruire le monde naturel.)

Nico­las Casaux


  1. Fran­çois Jar­rige, dans son livre Tech­no­cri­tiques : « Dans la lignée des dis­cours saint-simo­niens, le che­min de fer et le télé­graphe élec­trique cris­tal­lisent ces espé­rances. Fré­dé­ric Pas­sy, par exemple – qui fut à la fois juriste, éco­no­miste, ministre des Tra­vaux publics sous la Monar­chie de Juillet avant de deve­nir le pro­mo­teur des mou­ve­ments paci­fistes et le fon­da­teur, en 1867, de la Ligue inter­na­tio­nale pour la paix –, défend abon­dam­ment la mis­sion paci­fi­ca­trice de la géné­ra­li­sa­tion des che­mins de fer sur le globe : « Oui, tout est machine, tout est pro­grès, et la vie humaine ne se sou­tient, ne s’agrandit qu’à mesure que l’homme […] par­vient à faire tra­vailler davan­tage pour son usage la nature d’abord rebelle, mais peu à peu domp­tée et asser­vie » ; « oui, conclut-il, le pro­grès des machines est un pro­grès vers la liber­té, vers l’égalité, vers la concorde ». »

Print Friendly, PDF & Email
Total
145
Shares
1 comment
  1. Mer­ci pour cette mise en pers­pec­tive. L’ar­gu­ment sani­taire contre la 5G, s’il n’est pas à négli­ger et fon­da­men­ta­le­ment vital (sic), est un peu un cul-de-sac stra­té­gique, car enfer­me­ment direct dans la case « com­plo­tiste », « fake news » (par­fois à rai­son, malheureusement).

    Comme uti­le­ment rap­pe­lé dans l’ar­ticle, il y a de nom­breux autres argu­ments à faire valoir pour s’op­po­ser à la marche for­cée vers la 5G (et les sui­vantes). P‑ê un des prin­ci­paux étant l’u­ti­li­té du bazar… quand les seuls appli­ca­tions van­tées auprès du consom­ma­teur sont voi­ture auto­nome, méde­cine à dis­tance, jeux vidéo et réa­li­té vir­tuelle, tan­dis que der­rière on pré­pare « smart cities » et sur­veillance, méde­cine et école numé­riques, bref encore un peu moins d’hu­main dans nos vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Coronavirus : Le gouvernement agit en pervers narcissique (par Christophe Thro)

Il aura fallu 4 jours à la 6e puissance économique mondiale pour interdire à la plus grande partie de sa population de sortir de chez elle. Le déconfinement, quant à lui sera bien plus long, et très certainement assorti de nombreuses limitations aux libertés que nous connaissions auparavant, des libertés qui restent fondamentales (quoi qu’en disent les thuriféraires de l’hygiénisme qui veulent réduire une société humaine aux seules préconisations sanitaires) pour un régime dont la qualification de démocratique est sérieusement malmenée par nos dirigeants (ceux-là même qui théoriquement devraient être les garants et les gardiens des libertés fondamentales de chacun)…