À propos de « La face cachée des énergies vertes » (par Nicolas Casaux)

La vidéo ci-avant est un petit mon­tage réa­li­sé à par­tir du docu­men­taire La face cachée des éner­gies vertes. Mais avant d’en venir au docu­men­taire lui-même, deux choses concer­nant cet extrait :

1. « Puri­fient l’air en Europe » : quelle for­mule absurde, en soi, rou­ler en voi­ture élec­trique ou ins­tal­ler des éoliennes ou des pan­neaux solaires ne puri­fie évi­dem­ment pas l’air en Europe (sachant qu’on res­pire tous dans la même atmo­sphère, si leur pro­duc­tion et trans­port, etc., pol­luent l’air ailleurs, c’est pour nous aussi).

2. « Il n’y a pas de pro­duits qui soient zéro impact zéro CO2 100% éco­lo », « tout a tou­jours un impact » (Bihouix), sous-enten­du : un impact néga­tif sur le monde. C’est exact, dans la civi­li­sa­tion indus­trielle, tout a tou­jours un impact néga­tif sur le monde. Toutes les indus­tries pol­luent, toutes, toutes ont des effets délé­tères sur la bio­sphère. C’est pour cette rai­son que même si l’on trou­vait une source d’énergie et notam­ment d’électricité abon­dante et réel­le­ment non-pol­luante, n’ayant aucun impact néga­tif sur l’environnement [ça n’existera jamais, mais admet­tons], le pro­blème éco­lo­gique de la civi­li­sa­tion serait très loin d’être réglé. Cela pour­rait même le faire empi­rer : cette éner­gie serait mas­si­ve­ment uti­li­sée dans divers pro­ces­sus, pour diverses choses tou­jours nui­sibles pour le monde natu­rel. Mais en dehors de la civi­li­sa­tion, nombre de cultures, de peuples savent (savaient, pour ceux que la civi­li­sa­tion a détruits) vivre, pro­duire des den­rées ali­men­taires, se diver­tir, etc., sans nuire au monde. Au contraire, le sys­tème tech­no­lo­gique, issu du capi­ta­lisme et de l’État, est fon­ciè­re­ment incom­pa­tible avec la nature et la liber­té humaine.

Le prin­ci­pal mérite de ce docu­men­taire (à voir ou télé­char­ger en sui­vant ce lien) coréa­li­sé par Guillaume Pitron et Jean Louis Pérez, pro­duit par JL Mil­lan et JL Pérez (Grand angle Pro­duc­tions), et ins­pi­ré du livre de Pitron inti­tu­lé La Guerre des métaux rares, est d’exposer des réa­li­tés évi­dentes et pour­tant lar­ge­ment occul­tées par les médias de masse (et les éco-célé­bri­tés, les éco-ministres, etc.) concer­nant les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’éner­gies pré­ten­du­ment « vertes », « propres » ou « renou­ve­lables », et les tech­no­lo­gies dites « vertes » plus géné­ra­le­ment. À savoir que la fabri­ca­tion indus­trielle de tous ces appa­reils — pan­neaux solaires, éoliennes, voi­tures élec­triques, etc. — implique elle-même diverses pra­tiques pol­luantes, nui­sibles pour le monde natu­rel — extrac­tions minières de cuivre, de gra­phite, de lithium, trans­ports et trai­te­ments de ces matières pre­mières, etc.

Le pro­blème, c’est que la pers­pec­tive qu’il adopte est celle de tech­no­crates dési­reux de gérer au mieux la civi­li­sa­tion indus­trielle. C’est-à-dire que ses réa­li­sa­teurs et inter­ve­nants se fichent pas mal du fait que la fabri­ca­tion de quoi que ce soit en usine, et plus lar­ge­ment que tout tra­vail, dans la civi­li­sa­tion indus­trielle, repose sur l’entr’exploitation géné­ra­li­sée des êtres humains entre eux, et plus par­ti­cu­liè­re­ment sur l’exploitation du plus grand nombre par le petit nombre que per­mettent aus­si bien les États pré­ten­du­ment démo­cra­tiques que ceux qui ne s’embarrassent pas d’une telle prétention.

Les deux prin­ci­pales cri­tiques que for­mulent Pitron et Pérez, ain­si que Bihouix et les nom­breux inter­ve­nants (Mon­te­bourg, etc.), c’est d’une part que les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’éner­gies dites vertes et les tech­no­lo­gies dites vertes plus géné­ra­le­ment ne sont pas exac­te­ment vertes, et d’autre part que leur pro­duc­tion implique un extrac­ti­visme et des pol­lu­tions délo­ca­li­sées plu­tôt que locales. Non seule­ment ils n’ont rien à dire sur le sys­tème d’exploitation de l’humain par l’humain et de mar­chan­di­sa­tion de tout qu’on appelle capi­ta­lisme, mais en plus ils n’ont rien à dire sur l’usage de l’énergie faus­se­ment verte pro­duite, sur le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique — la tech­no­lo­gie — et ses effets (sur les impli­ca­tions socio­po­li­tiques de la tech­no­lo­gie, l’antinomie entre démo­cra­tie et technologie).

S’ils déplorent le fait qu’en matière d’énergies et de tech­no­lo­gies dites « vertes », des patrons chi­nois l’aient empor­té sur des patrons fran­çais, autre­ment dit que ce soit des pro­los chi­nois et non pas fran­çais qui aient pré­sen­te­ment l’honneur de fabri­quer des pan­neaux solaires en usine ou de tra­vailler dans des mines, s’ils déplorent le manque à gagner en termes d’emplois, de tra­vail (de ser­vi­tude sala­riale) que cela repré­sente, ils se moquent éper­du­ment du fait que tout cela implique, en pre­mier lieu, qu’il y ait des patrons et des tra­vailleurs, une immense divi­sion hié­rar­chique du tra­vail, etc. Le capi­ta­lisme et l’É­tat — ces deux sys­tèmes imbri­qués de dépos­ses­sion, d’ex­ploi­ta­tion et d’a­lié­na­tion, qui se com­binent pour for­mer la tech­no­cra­tie mon­dia­li­sée — ne leur posent aucun pro­blème. À ce titre, ils rejoignent la plu­part des éco­lo­gistes, par­don, la plu­part des élec­tro­lo­gistes — de Gre­ta Thun­berg à Cyril Dion.

En outre, leur cri­tique de la non-ver­ti­tude des tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie pré­ten­du­ment verte débouche sur un plai­doyer à la fois en faveur de l’innovation-technologique-qu’elle-pourrait-nous-sauver (plus de recy­clage, meilleur recy­clage, même si Phi­lippe Bihouix recon­nait qu’en l’état des choses, les terres rares, on ne sait pas les recy­cler, nou­velles tech­no­lo­gies, etc.), « il faut faire ce pari » (de l’innovation tech­no­ca­pi­ta­liste) nous dit Oli­vier Vidal, direc­teur de recherche au CNRS, et en faveur de quelque « sobrié­té », dimi­nu­tion ou ration­ne­ment pla­ni­fié et impo­sé par l’État dans la consom­ma­tion (sorte de décrois­sance, pure­ment maté­rielle, mais ils n’emploient pas le terme parce que Pitron ne l’aime pas).

C’est-à-dire que les tech­no­lo­gies dites « vertes » ça pol­lue, oui, certes, mais on s’améliore, elles pour­raient pol­luer moins à l’avenir (peut-être), ou du moins émettre moins de CO2 (peut-être) — et puis, ain­si que l’explique le docu­men­taire, toute acti­vi­té humaine pol­lue ou nuit for­cé­ment à l’environnement (« tant qu’il y aura des acti­vi­tés humaines, il y aura de la pol­lu­tion » nous dit le secré­taire adjoint de la socié­té chi­noise des terres rares, en assi­mi­lant, en bon civi­li­sé, acti­vi­té humaine et acti­vi­té indus­trielle), alors bon, un moindre mal comme objec­tif, une des­truc­ti­vi­té plus douce, un meurtre plus lent, c’est bien tout ce qu’on peut faire, contraints que nous sommes de conti­nuer avec le mode de vie tech­no-indus­triel, avec la civilisation.

On peut donc tou­jours recon­naître à Pitron & Co. le mérite — que n’ont pas les élec­tro­lo­gistes type Thun­berg, Dion, YAB & Co. — d’ad­mettre que de toute façon il n’existe pas vrai­ment de civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle capi­ta­liste sou­te­nable, bio, propre ou renou­ve­lable. Même si, au bout du compte, ils se retrouvent à encou­ra­ger à peu près la même chose qu’eux : inno­va­tion, tech­no­lo­gie, sobriété‑s’il-vous-plait.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Nous sommes ceux qui sont du côté du vivant — et nous allons gagner ! (par Derrick Jensen)

Nous sommes ceux qui ne se résignent pas au destin qu’on nous présente trop souvent comme inéluctable. Nous sommes ceux qui refusent de continuer en tant qu’esclaves. Nous sommes ceux qui se souviennent comment être humain. Nous sommes ceux qui sont prêts à reprendre en main leurs vies, et à les défendre, ainsi que celles de ceux que nous aimons, et donc de la terre.