Vie et mort du mot Anthropocène (par Thierry Sallantin)

Tout a com­men­cé par une excla­ma­tion sou­daine, le 26 février 2000, du chi­miste Paul Josef Crut­zen (1913–2021) à Cuer­na­va­ca au Mexique. Crut­zen, météo­ro­logue et chi­miste, Néer­lan­dais avait reçu le prix Nobel en 1995 pour ses décou­vertes au sujet de la dis­pa­ri­tion de la couche d’ozone. Il avait démon­tré que si les indus­triels conti­nuaient à émettre des gaz chlo­ro­fluo­ro­car­bones, c’est toute la vie sur Terre qui serait mena­cée, d’où la signa­ture du Pro­to­cole de Mont­réal en 1987 pour mettre fin à cette pol­lu­tion de la haute atmo­sphère. À Cuer­na­va­ca il s’é­tait sou­dain écrié devant une cin­quan­taine de ses col­lègues réunis dans le cadre du Pro­gramme Inter­na­tio­nal Géo­sphère-Bio­sphère (I.G.B.P.) : « Arrê­tez de par­ler d’Holocène ! Nous ne sommes plus dans l’Ho­lo­cène ! » Après quelques minutes de silence il conti­nue, et c’est alors qu’il a l’in­tui­tion d’un nou­veau mot : « Nous sommes main­te­nant dans l’Anthropocène. »

Peu après, l’in­ci­dent est rela­té pages 17–18 du bul­le­tin n°41 de mai 2000 (News­let­ter Glo­bal Change IGBP) dans l’ar­ticle signé  Paul Crut­zen et son col­lègue bio­lo­giste Eugène F. Stoer­mer : “The Anthro­po­cene” (le mot est entre guille­mets). L’i­dée, appa­rue presque par étour­de­rie, est ensuite déve­lop­pée début jan­vier 2002 dans la célèbre revue Nature n°415, page 23, dans un texte inti­tu­lé “Geo­lo­gy of Man­kind : the Anthro­po­cene” (« Géo­lo­gie de l’espèce humaine : l’anthropocène ») — paru en fran­çais dans le n°34 (2007) de la revue Éco­lo­gie et poli­tique.

Mais quelques mois plus tard, en août 2002 dans la revue Science, deux astro­nomes belges, André Ber­ger et Marie-France Loutre, démontrent que par­mi les 17 oscil­la­tions en 2,58 mil­lions d’an­nées fai­sant alter­ner époques gla­ciaires et inter­gla­ciaires, l’ac­tuel inter­gla­ciaire com­men­cé il y a 11 700 ans, nom­mé « époque Holo­cène » est par­ti pour être de la caté­go­rie des longs inter­gla­ciaires, comme l’autre long inter­gla­ciaire d’il y a 400 000 ans, nom­mé le MIS 11 (Marine Iso­to­pic Stage). Nous nous trou­vons donc, actuel­le­ment, du seul fait de l’ap­pli­ca­tion des règles éta­blies par Milan­ko­vitch, dans un inter­gla­ciaire de 50 000 ans. Aus­si, l’appellation « Holo­cène », fai­sant suite au Pléis­to­cène, est par­tie pour être valable pen­dant 50 000 ans.

Pléis­to­cène et Holo­cène sont les deux époques de la période géo­lo­gique nom­mée « Qua­ter­naire », com­men­cée il y a 2,58 mil­lions d’an­nées. La période Qua­ter­naire, pré­cé­dée des deux périodes nom­mées Néo­gène et Paléo­gène, s’inscrit dans la der­nière et actuelle ère nom­mée Céno­zoïque, jadis nom­mée « ère Ter­tiaire ». Avant cette ère Ter­tiaire, était l’ère « Secon­daire », ter­mi­née bru­ta­le­ment par cette météo­rite qui per­cu­ta la Terre il y a 66 mil­lions d’an­nées, pré­ci­pi­tant la dis­pa­ri­tion des dino­saures — à l’exception de ceux qui devien­dront les oiseaux.

Paléo­gène et Néo­gène sont des périodes divi­sées en époques dont tous les noms sont en « …cène » : Paléo­cène, Éocène, Oli­go­cène, Mio­cène, Plio­cène. Puis on change de période géo­lo­gique, tout en gar­dant les noms d’é­poque en « cène ». Après le Plio­cène, le Pléis­to­cène, avec ses 17 moments avec ou sans gla­cia­tion, et après la fin de la der­nière gla­cia­tion, il y a 11700 ans, l’ac­tuelle époque Holo­cène, une longue pause inter­gla­ciaire de 50 000 ans comme l’ont récem­ment démon­tré Ber­ger et Loutre.

La série des 7 noms d’é­poques géo­lo­giques se ter­mi­nant en « cène » est à l’o­ri­gine d’un tro­pisme, d’une atti­rance pour l’in­ven­tion de néo­lo­gismes en « cène » qui tous pré­tendent avan­ta­geu­se­ment rem­pla­cer le mot inven­té par Crut­zen lors de son excla­ma­tion sou­daine, ins­tinc­tive, irré­flé­chie, de février 2000 : « Anthro­po­cène ». Par­mi ces néo­lo­gismes, citons : Ther­mo­cène, Anglo­cène, Capi­ta­lo­cène, Tha­na­to­cène, Pha­go­cène, Indus­tria­lo­cène, Occi­den­ta­lo­cène, Méga­lo­cène, Tech­no­cène, Sta­to­cène… mais, bizar­re­ment, pas de Com­mu­nis­to­cène, curieux oubli alors que la ges­tion com­mu­niste de l’in­dus­tria­lisme est tout aus­si féro­ce­ment pro­duc­ti­viste que la ges­tion capi­ta­liste, et donc tout aus­si dan­ge­reuse pour les équi­libres de la biosphère !

Ces néo­lo­gismes en « cène » dési­gnent des « époques », cepen­dant que les créa­teurs de ces mots évoquent des « ères » ou des « périodes », mélan­geant les règles de nomi­na­tion des temps géo­lo­giques. Tout cela en pure perte, puisque dès 2002 les astro­nomes avaient démon­tré que l’in­ter­gla­ciaire nom­mé Holo­cène dure­rait 50 000 ans, et qu’il était donc absurde de créer un autre terme en « cène » pen­dant notre époque actuelle de 50 000 ans.

Les géo­logues sub­di­visent les époques en « âges » ou « étages géo­lo­giques ». À la suite du 35ème Congrès géo­lo­gique inter­na­tio­nal (2016), il a été déci­dé de nom­mer comme suit les trois étages de l’Holocène :

1. le Green­lan­dien, qui s’é­tend de 9700 à 6236 av. J.-C.

2. le Nor­th­grip­pien, qui s’é­tend de 6236 à 2250 av. J.-C.

3. le Mégha­layen, qui a débu­té en 4250 avant l’an 2000, c’est-à-dire en 2250 avant notre ère, et conti­nue actuellement.

Ce der­nier étage a été mar­qué par une sou­daine séche­resse attes­tée dans plu­sieurs endroits du monde et notam­ment suite à l’é­tude de sta­lac­tites au fond de la grotte de Mawm­luh, dans l’É­tat du nord-est de l’Inde nom­mé « Meghā­laya » — d’où le nom de cet « étage géologique ».

Si le mot « Anthro­po­cène », en tant qu’é­poque géo­lo­gique né d’un excla­ma­tion d’un chi­miste en 2000, puis mort peu après, en août 2002, suite aux astro­nomes obser­vant la varia­tion de l’ex­cen­tri­ci­té de l’el­lipse de l’or­bite ter­restre autour du Soleil, l’obliquité de l’axe des pôles ain­si que la pré­ces­sion des équi­noxes et concluant que nous res­te­rons dans l’Ho­lo­cène pen­dant 50 000 ans (appli­ca­tions des cycles de Milan­ko­vitch), si ce mot n’a plus de sens depuis presque vingt années, il reste tou­te­fois d’ac­tua­li­té de créer, éven­tuel­le­ment, un nom pour dési­gner un qua­trième « étage », afin de sub­di­vi­ser la très longue époque Holo­cène dont nous sommes les contemporains.

Pour ce faire, inutile de retom­ber dans le piège d’un nom basé sur le mot grec « anthro­pos » : ce serait à nou­veau com­mettre l’er­reur du chi­miste Crut­zen, tel­le­ment igno­rant en sciences humaines qu’il croyait que tous les hommes étaient des urbains modernes, tous liés à ce monde indus­triel des­truc­teur de la bio­sphère et émet­teurs de mul­tiples pol­luants, dont les gaz à effet de serre.

Non !

Impos­sible de mettre dans le même sac les modernes, les occi­den­ta­li­sés, les adeptes orien­taux ou occi­den­taux de « l’en­cra­va­te­ment du monde », avec les Pyg­mées, les Toua­reg, les Papous, les Toun­gouses, les Inuits ou les Indiens d’A­ma­zo­nie : ces peuples non embri­ga­dés dans le mode de vie dif­fu­sé par les États modernes obsé­dés par une course à la puis­sance et esclaves d’un appé­tit inex­tin­guible d’accumulation de richesse, ces peuples aux près de 7 000 langues vivent selon des phi­lo­so­phies, des visions du monde, des onto­lo­gies que l’eth­no­logue des Jiva­ros Achuar Phi­lippe Des­co­la nomme ani­misme, toté­misme et ana­lo­gisme. Bref, des phi­lo­so­phies bio­cen­triques contraires à l’an­thro­po­cen­trisme des « modernes ». 90% des langues par­lées du monde véhi­culent des phi­lo­so­phies bio­cen­triques ! Le médié­viste Lynn White Jr. avait mon­tré, dès sa confé­rence du 26 décembre 1966 inti­tu­lé « Les racines his­to­riques de notre crise éco­lo­gique », à quel point le texte biblique de la Genèse était à l’o­ri­gine d’un com­por­te­ment hos­tile envers la nature. Ce n’est pas donc pas la faute de « l’homme », comme le pen­sait Crut­zen, seule­ment de cer­tains hommes, ces hommes épris de folie des gran­deurs, de fait à l’o­ri­gine des pre­mières cités-État ou des pre­miers empires, de la Chine au Moyen-Orient.

La solu­tion, pour retrou­ver un mode de vie qui main­tien­dra l’ha­bi­ta­bi­li­té de notre bio­sphère, vien­dra des Peuples Pre­miers, ces Peuples Autoch­tones qui tournent de plus en plus le dos aux notions de « pro­grès », de « crois­sance » et de « déve­lop­pe­ment », par exemple les Saa de l’île de Bun­lap au Vanua­tu ; ou vien­dra de ces peuples qui ont réus­si, jus­qu’à aujourd’­hui, à évi­ter toute colo­ni­sa­tion, soit en se cachant, comme cette cen­taine d’ethnies à l’ouest de l’A­ma­zo­nie, au pied des Andes, soit en com­bat­tant comme cette tri­bu de l’île de North Sen­ti­nele, au sud de l’ar­chi­pel des Anda­mans, ou ces « sau­vages insur­gés » du sud de Suma­tra se reven­di­quant d’un « Front de Libé­ra­tion de la Terre » et pro­cla­mant : « Nous sommes sau­vages et nous sommes enne­mis de la civi­li­sa­tion. Pas seule­ment de l’É­tat et du capi­tal (selon les vieux termes de l’a­nar­chisme): nous sommes contre toute civi­li­sa­tion. À nos cama­rades de l’In­ter­na­tio­nal Conspi­ra­cy for Revenge : Feu à la misère et à l’es­cla­vage ! Jus­qu’à l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion, jus­qu’à la liber­té totale, jus­qu’à la vie sau­vage ! » (cité page 153 du livre de Mar­co Came­nisch, Rési­gna­tion est com­pli­ci­té, édi­tions entre­monde 2013). Mais ces peuples qui parlent 6909 langues sont très mena­cés : 2574 langues risquent de dis­pa­raître, actuel­le­ment au rythme de 25 langues par an. Or, s’il est désor­mais com­mun de dénon­cer l’ex­ter­mi­na­tion de la bio­di­ver­si­té, qui pro­teste contre la dis­pa­ri­tion de l’eth­no­di­ver­si­té ? 228 langues ont tota­le­ment dis­pa­ru très récemment !

Le mot « anthro­po­cène » a du suc­cès parce qu’il sonne bien. On espé­rait s’en ser­vir d’a­larme dans l’es­poir de réveiller les « modernes », endor­mis dans la socié­té de consom­ma­tion, per­fi­de­ment dor­lo­tés par l’in­dus­trie publi­ci­taire et les bali­vernes de la Start-up Nation. Il nous faut donc trou­ver un mot tout aus­si cho­quant, en vue de sti­mu­ler une prise de conscience.

Pour nom­mer le qua­trième étage de l’Holocène, qui suc­cè­de­rait aux 4250 années de l’ac­tuel Mégha­layen, je pro­pose l’Exter­mi­na­cien, afin d’insister sur la Sixième Extinc­tion de masse des Espèces — du jamais vu depuis la Cin­quième Extinc­tion il y a 66 mil­lions d’an­nées, et la Qua­trième il y a 200 mil­lions d’an­nées, entre le Trias et le Jurassique !

Pour le cli­ma­to­logue James Han­sen, en brû­lant à peine le tiers des réserves prou­vées de gaz, pétrole et char­bon au rythme actuel, en moins d’un siècle, on aug­men­te­rait d’i­ci 2100 la tem­pé­ra­ture moyenne de la pla­nète de plus 16 degrés, ce qui signi­fie plus 30 degrés aux deux pôles et plus 20 degrés sur les continents.

À la vitesse à laquelle ce phé­no­mène se pro­dui­ra, aucun ver­té­bré ne pour­ra sur­vivre. À la fin, il ne res­te­ra plus que des micro-orga­nismes uni­cel­lu­laires. Retour à l’ère du Pré­cam­brien, il y a près de 550 mil­lions d’an­nées ! Quel désastre ! Toute l’é­vo­lu­tion de la vie à recom­men­cer ! Presque repar­tir à zéro ! Et tout cela parce que cer­tains hommes ont cru qu’on « n’ar­rête pas le pro­grès », qu’il serait signe d’in­tel­li­gence de tou­jours accé­lé­rer et de tou­jours inno­ver ! Mal­gré les mul­tiples alertes des sages de l’An­ti­qui­té, des phi­lo­sophes taoïstes — qui cri­ti­quaient la civi­li­sa­tion, la tech­no­lo­gie, et célé­braient la juste mesure, la sim­pli­ci­té, le natu­rel —, mal­gré les Anciens Grecs dénon­çant la folie des gran­deurs, l’hubris, comme le dan­ger suprême, les choses semblent avoir lar­ge­ment explo­sé aux alen­tours de 1705 avec l’a­po­lo­gie des vices, de la cupi­di­té, de l’a­va­rice dans la Fable des Abeilles de Ber­nard de Man­de­ville. Cette stu­pé­fiante immo­ra­li­té sera applau­die par Adam Smith en 1776 dans son Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations. Le moteur de l’His­toire, ce qui per­met le pro­grès, c’est le vice, l’ap­pât du gain, l’é­goïsme, la méchan­ce­té. Donc le contraire de la gen­tillesse, de la man­sué­tude, de la cha­ri­té chré­tienne faite de rete­nue et d’a­mour du pro­chain. Intel­li­gence de flat­ter les bas ins­tincts ?! Intel­li­gence que de lais­ser les riches s’en­ri­chir tou­jours plus ?! Et tant pis pour les ter­ribles dégâts éco­lo­giques engen­drés par le pro­duc­ti­visme effréné !

De Pékin à Ber­lin en pas­sant par Syd­ney et Washing­ton, c’est contre le Puis­san­cisme qu’il faut s’in­sur­ger, et cela va bien plus loin que la clas­sique cri­tique du seul capitalisme.

S’in­sur­ger au plus vite pour jeter à terre cet étage de l’Ex­ter­mi­na­cien en train de détruire tous les équi­libres bio-géo-chi­miques de notre fra­gile biosphère.

Heu­reu­se­ment que le terme « Anthro­po­cène » est mort : en accu­sant de tous les maux « l’homme » (anthro­pos) il était lui-même une mani­fes­ta­tion du pro­blème qu’il pré­ten­dait dénon­cer. Toutes les phrases où l’on peut lire : « l’homme ceci, l’homme cela », « l’homme, force géo­lo­gique », relèvent de cette erreur de diag­nos­tic et ne nous aident pas à trou­ver le bon remède.

Ce n’est qu’un cer­tain mode de vie qui est en cause, celui qu’en 1855 Bau­de­laire poin­te­ra sous le nom d’« amé­ri­ca­ni­sa­tion ». Il ne faut donc pas accu­ser « l’homme » en géné­ral. Cette accu­sa­tion menant au terme « anthro­po­cène » ne peut être pro­fé­rée que par des racistes, qui méprisent les peuples peu ou pas conver­tis par les « races supé­rieures » lors de la colo­ni­sa­tion et qui vivent tou­jours de façon com­pa­tible avec l’é­pa­nouis­se­ment de toutes les autres espèces vivantes grâce à un mode de vie simple, peu pré­da­teur. Ce mépris relève d’un orgueil anthro­po­cen­trique : croire que « tous les hommes » vivent comme je vis, moi l’Oc­ci­den­tal, ou moi le fils de « l’Em­pire du Milieu » dont le des­tin, selon Xi Jin­ping, est de reprendre la pre­mière place au royaume des Puis­sances du monde.

Tant que per­sis­te­ra ce racisme, nous serons inca­pables de trou­ver le remède : nous mettre hum­ble­ment à l’é­cole des « sau­vages » et admettre que la « civi­li­sa­tion » (Mira­beau, 1756) fut une erreur.

Thier­ry Sallantin

Juillet 2020


sources

André Ber­ger and Marie-France Loutre : An excep­tio­nal­ly long inter­gla­cial ahead ?  Science 2002 vol. 297

Marie-Antoi­nette Mélières, Chloé Maré­chal : Cli­mats, pas­sé, pré­sent, futur. ed. Belin 2015 (évoque l’Ho­lo­cène de 50 000 ans de Ber­ger et Loutre)

Clive Hamil­ton : Les appren­tis sor­ciers du cli­mat, Seuil 2013= par­mi les adeptes de la géo-ingé­nié­rie dénon­cés : Paul Crutzen !

Boris Koma­rov : Le rouge et le vert : la des­truc­tion de la nature en URSS . Le Seuil 1981

Ber­trand Binoche : Les équi­voques de la civi­li­sa­tion. ed. Champ-Val­lon 2005

Lucien Febvre : Civi­li­sa­tion : le mot et l’i­dée. 1930, accès avec inter­net depuis 2006

James Han­sen : Cli­mate sen­si­ti­vi­ty, sea level and atmos­phe­ric car­bon dioxide, article 35 pages 2013 accès libre sur inter­net. Cité par Ser­vigne et Ste­vens 2015 page 75 in « Com­ment tout peut s’effondrer »

Nicho­las Evans : Ces mots qui meurent. La Décou­verte 2012 (p. 321=les Saa)

Alexan­der Fede­rau : Pour une phi­lo­so­phie de l’An­thro­po­cène. PUF 2017 = contient un his­to­rique de la notion d’an­thro­po­cène depuis 1780 (Buf­fon) et évoque la réflexion de Jacques Gri­ne­vald à ce sujet p. 191

Phi­lippe Des­co­la : Par-delà nature et culture. Gal­li­mard 2005

Phi­lippe Des­co­la : La com­po­si­tion des mondes. 2014 et poche Flam­ma­rion 2017

Michel Magny : Aux racines de l’An­thro­po­cène. Le Bord de l’eau 2019

Michel Magny : L’An­thro­po­cène. Que-sais-je 2020

Chris­tophe Bon­neuil, Jean-Bap­tiste Fres­soz : L’é­vè­ne­ment anthro­po­cène. Seuil 2013

Jean-Bap­tiste Fres­soz, Fabien Locher : Les révoltes du ciel. Seuil 2020

Dic­tion­naire cri­tique de l’an­thro­po­cène. CNRS 2020

Atlas de l’an­thro­po­cène. Presses de Scien­ces­po, 2019

Rémi Beau, Cathe­rine Lar­rère : Pen­ser l’An­thro­po­cène. Pres­sesS­cien­ces­Po 2018, avec p. 141–155 l’ar­ticle anti anthro­po­cène de l’eth­no­logue des abo­ri­gènes Bar­ba­ra Glowczewski.

N. Wal­len­horst : L’An­thro­po­cène déco­dé pour les humains. le Pom­mier 2019

D.Bourg : Crise éco­lo­gique, crise des valeurs. Labor et Fides 2010, avec pages 13 à 67 sur Lynn White Jr com­men­té par Jacques Grinevald

Lynn White Jr : Les racines his­to­riques de notre crise éco­lo­gique. PUF 2019

Sur les Amé­rin­diens des Andes qui remettent en cause le « développement » :

Artu­ro Esco­bar : Sen­tir-pen­ser avec la terre. Seuil 2018

Tris­tan Lefort-Mar­tine : Des droits pour la nature ?  L’Har­mat­tan 2018

Miriam Lang, Dunia Mokra­ni : Au-delà du déve­lop­pe­ment. Amster­dam 2014

Nico­las Pinet : Être comme eux ? Paran­gon 2013 : textes de Majid Rah­ne­ma, Ivan Illich, Gus­ta­vo Esteva…

Alber­to Acos­ta : Le Buen Vivir. Uto­pia 2014

Artu­ro Esco­bar : L’in­ven­tion du déve­lop­pe­ment. in Pinet 2013 pages 5–16

Dimi­tri de Bois­sieu : Boli­vie : l’illu­sion éco­lo­giste. Eco­so­cié­té 2019

Nico­las Pinet : Le piège de l’a­bon­dance. L’é­co­lo­gie popu­laire face au pillage de la nature en Amé­rique du Sud. (avec textes A. Acos­ta, E. Gudy­nas…) ed. de L’A­te­lier 2019

Print Friendly, PDF & Email
Total
116
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les quatre cavaliers (avec Noam Chomsky, Joseph Stiglitz, John Perkins, etc.)

Les quatre cavaliers ("Four Horsemen") est un film indépendant réalisé par Ross Ashcroft, qui dévoile les rouages du système économique dominant actuellement la planète. La croissance infinie et la recherche du profit ont poussé l’humanité au bord du précipice. Et les quatre cavaliers d’aujourd’hui sont la violence, la dette, l’inégalité et enfin la pauvreté. Si leurs galops infernaux ne sont pas arrêtés, ils risquent de compromettre la pérennité des futures générations. [...]