Sur Theodore Kaczynski et sa prétendue folie (par Nicolas Casaux)

Au mois de sep­tembre de cette année 2021, aux Édi­tions Libre, nous publions une tra­duc­tion du der­nier livre de Theo­dore Kac­zyns­ki, Révo­lu­tion Anti-Tech : Pour­quoi et com­ment ? Imman­qua­ble­ment, machi­na­le­ment, d’aucuns nous repro­che­ront — à tort — de faire la pro­mo­tion d’un affreux « ter­ro­riste », d’un fou dangereux.

À tort, parce que si nous avons jugé per­ti­nent de pro­po­ser une ver­sion fran­çaise de cet ouvrage, ce n’est pas pour pro­mou­voir Theo­dore Kac­zyns­ki, mais pour faire connaître cer­taines de ses idées, son ana­lyse de la pré­sente situa­tion socio-éco­lo­gique et ses pro­po­si­tions. Celles-ci ne sont abso­lu­ment pas — ain­si que la lec­ture du livre vous le confir­me­ra — des encou­ra­ge­ments à assas­si­ner plus ou moins n’importe qui ou à poser des bombes dans des endroits pour la seule rai­son qu’ils nous énervent. Car, bien enten­du, les atten­tats et ten­ta­tives d’attentats de Kac­zyns­ki, les actes pour les­quels il fut condam­né, étaient à la fois stu­pides, licen­cieux, dan­ge­reu­se­ment hasar­deux et mora­le­ment indignes, donc condam­nables[1].

Cepen­dant, on note que si beau­coup consi­dèrent Kac­zyns­ki comme un « ter­ro­riste » c’est, très sim­ple­ment, parce qu’il a com­mis un cer­tain nombre de meurtres, infli­gés des bles­sures et des souf­frances. Les rai­sons de ses agis­se­ments et la qua­li­té de ses vic­times importent peu. Leur rai­son­ne­ment est plu­tôt quan­ti­ta­tif que qua­li­ta­tif. Kac­zyns­ki est un ter­ro­riste parce qu’il a tué ou bles­sé des gens (peu importe qui, peu importe pour­quoi). Soit. Seule­ment, sur ce même plan moral abs­trait, on remarque que Kac­zyns­ki a bien moins tué d’êtres humains que n’importe quel pré­sident des États-Unis[2] ou de France durant n’importe quel man­dat ordi­naire (au tra­vers de ses agis­se­ments, déci­sions poli­tiques, absence de déci­sion poli­tique [lais­ser mou­rir des gens dans les rues alors qu’on dis­pose du pou­voir de les aider, et par­fois qu’on a pro­mis de ce faire, par exemple], ventes d’armes, décla­ra­tions de guerre, inter­ven­tions mili­taires, etc.), que nombre de géné­raux ou de sol­dats des armées des États-Unis ou de France, ou encore que nombre de PDG de mul­ti­na­tio­nales (qui tra­fiquent des mar­chan­dises ou matières pre­mières issues de zones en guerre ou de régions dans les­quelles des conflits sociaux font rage, qui imposent à des employés des condi­tions de tra­vail can­cé­ri­gènes, qui ordonnent de mas­sa­crer en masse des « ani­maux d’élevages », dont les déci­sions induisent par­fois des guerres, des conflits sociaux, des des­truc­tions éco­lo­giques ter­ribles, etc.).

(Certes, les vic­times des guerres ini­tiées par des chefs d’État sont faci­le­ment ratio­na­li­sées. Il y a un motif valable, logique, res­pec­table, à ces meurtres : il s’agit de ter­ro­ristes, d’ennemis, de méchants — en tout cas de per­sonnes dési­gnées ain­si par le pou­voir. Tout comme les mas­sacres d’animaux d’élevage en abat­toirs sont faci­le­ment ratio­na­li­sés au moyen d’une cer­taine idéo­lo­gie, etc.)

Aus­si, en condam­nant la mal­fai­sance d’un ignoble « ter­ro­riste » dési­gné à la vin­dicte popu­laire par les auto­ri­tés, le res­pec­table citoyen peut-il se sen­tir ver­tueux à peu de frais. Lui n’a pas tué, bles­sé, lui n’est pas mau­vais, lui ne fait rien d’immoral — n’est-ce pas ? Pas vrai­ment. Mais ce qu’il y a de pra­tique avec la com­plexi­té, l’étendue et l’opacité des pro­ces­sus qui consti­tuent la civi­li­sa­tion indus­trielle, c’est que lorsqu’on en consomme les pro­duits, en bout de chaîne, en les col­lec­tant dans les rayons d’un super­mar­ché, par exemple, on n’a pas l’impression de com­mettre le moindre mal. C’est en toute incons­cience, ou igno­rance, que l’on achète des mar­chan­dises pro­duites grâce à l’exploitation d’êtres humains ici ou là, par­fois d’enfants dans des mines au Congo, par­fois issues de zones de guerre, ou d’endroits où des conflits sociaux font cou­ler le sang, etc. C’est pour­quoi les plus gros consom­ma­teurs (ceux qui dis­posent du pou­voir d’achat le plus consé­quent) sont aus­si ceux qui se retrouvent avec le plus de sang sur leurs mains. Qui connaît réel­le­ment les impacts sociaux et éco­lo­giques de tous ses choix de consom­ma­tion, de tous ses achats (les afflic­tions humaines conden­sées dans un iPhone, les dom­mages éco­lo­giques conden­sées dans une voi­ture élec­trique, etc.) ? Qui peut pré­tendre n’avoir jamais cau­tion­né la moindre inflic­tion de souf­france ? Avant de juger féro­ce­ment les agis­se­ments de Kac­zyns­ki, cha­cun devrait réflé­chir, essayer d’évaluer les consé­quences des siens. (Dif­fi­cile, presque impos­sible ? Oui. Cela fait par­tie des iné­luc­tables effets de la civi­li­sa­tion indus­trielle, du fait d’évoluer dans un sys­tème social ayant très lar­ge­ment dépas­sé la mesure de l’être humain, indui­sant le « déca­lage pro­mé­théen » dont par­lait Gün­ther Anders et que dénonce aus­si, à sa manière, Theo­dore Kaczynski.)

Quoi qu’il en soit, une der­nière chose. Les médias de masse et les ins­ti­tu­tions domi­nantes déci­dèrent — et conti­nuent — de pré­sen­ter Kac­zyns­ki comme un indi­vi­du lit­té­ra­le­ment atteint de sévères troubles men­taux. « L’auteur de La Socié­té indus­trielle et son ave­nir s’est éver­tué à plai­der cou­pable, afin de sou­li­gner la ratio­na­li­té de ses pro­pos », comme le rap­pelle Renaud Gar­cia, mais le « recours des ins­ti­tu­tions à la vieille tech­nique de psy­chia­tri­sa­tion de l’accusé (schi­zo­phrène, para­noïaque) a néan­moins fait son che­min dans l’opinion ». Kac­zyns­ki ne serait rien qu’un fou (contrai­re­ment aux très sains d’esprit ingé­nieurs, scien­ti­fiques, tech­ni­ciens qui conçoivent les bombes ato­miques, les bombes et les armes modernes en géné­ral, les drones, les « armes bac­té­rio­lo­giques » ou « bio­lo­giques » pour le compte de dif­fé­rents États, contrai­re­ment aux chefs‑d’État-marchands‑d’armes qui imposent d’ignobles inéga­li­tés et l’exploitation de tous par tous, aux PDG qui sacri­fient le monde pour leurs pro­fits immé­diats, etc.). Pour com­prendre la « psy­chia­tri­sa­tion » de Kac­zyns­ki, voi­ci quelques élé­ments de réflexion.

I.

Dans un texte inti­tu­lé “The Una­bom­ber Returns” (« Le retour de l’Unabomber »), publié le 20 mai 2011, William Fin­ne­gan, jour­na­liste de longue date pour le New Yor­ker — qui s’était char­gé, en 1998, de cou­vrir le pro­cès de Kac­zyns­ki, notam­ment au tra­vers d’un célèbre article —, résume l’affaire comme suit :

Le pro­cès se ter­mi­na d’une mau­vaise manière. Je fus ame­né à pen­ser, du moins, qu’une alliance de conve­nance entre les pro­cu­reurs, les psy­chiatres, les spé­cia­listes de la pré­ven­tion de la peine de mort, les avo­cats de Kac­zyns­ki et même le juge char­gé de l’af­faire, contrai­gnit Kac­zyns­ki à plai­der cou­pable et à être condam­né à la pri­son à vie sans pos­si­bi­li­té de libé­ra­tion condi­tion­nelle. Pour diverses rai­sons, per­sonne ne sou­hai­tait que l’U­na­bom­ber béné­fi­cie de la pos­si­bi­li­té d’expliquer, au tri­bu­nal, pour­quoi il avait fait ce qu’il avait fait. Un psy­chiatre enga­gé par la défense me confia que ses opi­nions anti-tech­no­lo­gie étaient en elles-mêmes une preuve de schi­zo­phré­nie para­noïde. D’ailleurs, ces opi­nions avaient été ample­ment expo­sées dans un essai de trente-cinq mille mots inti­tu­lé La Socié­té indus­trielle et son ave­nir, que le Times et le Washing­ton Post avaient été contraints de publier en 1995, en échange de la pro­messe de l’au­teur d’ar­rê­ter ses atten­tats à la bombe. Cet essai — plus connu sous le nom de Mani­feste — n’é­tait pas d’une lec­ture aisée, mais assez convain­cante. James Q. Wil­son, spé­cia­liste conser­va­teur des sciences sociales, écri­vit dans une tri­bune libre du Times : « S’il s’agit de l’œuvre d’un fou, alors les écrits de nom­breux phi­lo­sophes poli­tiques — Jean Jacques Rous­seau, Tom Paine, Karl Marx — ne sont guère plus sains d’esprit. »

II.

Alston Chase, ex-pro­fes­seur de phi­lo­so­phie diplô­mé d’Harvard, Oxford et Prin­ce­ton, est l’auteur d’un livre inti­tu­lé Har­vard and the Una­bom­ber : The Edu­ca­tion of an Ame­ri­can Ter­ro­rist (« Har­vard et l’Unabomber : l’éducation d’un ter­ro­riste amé­ri­cain »). Dans un article publié dans le numé­ro de juin 2000 du men­suel amé­ri­cain The Atlan­tic, inti­tu­lé “Har­vard and the Making of the Una­bom­ber” (« Har­vard et la fabrique de l’Unabomber »), il com­mente la pré­ten­due folie de Theo­dore Kaczynski :

Michael Mel­lo, pro­fes­seur à la Ver­mont Law School (école de droit du Ver­mont), est l’au­teur d’un livre inti­tu­lé The Uni­ted States of Ame­ri­ca vs. Theo­dore John Kac­zyns­ki (« Les États-Unis d’Amérique vs. Theo­dore Kac­zyns­ki »). De concert avec William Fin­ne­gan, jour­na­liste au New Yor­ker, il affirme que le frère de Kac­zyns­ki, David, sa mère, Wan­da, et leur avo­cat, Tony Bis­ce­glie, ain­si que les avo­cats de la défense de Kac­zyns­ki, per­sua­dèrent de nom­breux médias de dépeindre Kac­zyns­ki comme un schi­zo­phrène para­noïaque. Dans une cer­taine mesure, c’est exact. Sou­cieux d’éviter l’exécution de Theo­dore Kac­zyns­ki, David et Wan­da accor­dèrent une série d’in­ter­views, à par­tir de 1996, au Washing­ton Post, au New York Times et à Six­ty Minutes, entre autres, dans les­quelles ils cher­chèrent à dépeindre Kac­zyns­ki comme men­ta­le­ment per­tur­bé et patho­lo­gi­que­ment anti­so­cial depuis l’enfance. En contre­point, contre sa volon­té et à son insu, affirme Theo­dore Kac­zyns­ki, ses avo­cats recou­rurent à l’argument de la san­té men­tale défaillante pour le défendre.

Une psy­cho­logue tra­vaillant pour la défense, Karen Bronk Fro­ming, conclut que Kac­zyns­ki pré­sen­tait une « pré­dis­po­si­tion à la schi­zo­phré­nie ». Un autre, David Ver­non Fos­ter, per­çut en lui « une image claire et cohé­rente de schi­zo­phré­nie, de type para­noïaque ». Un autre encore, Xavier F. Ama­dor, décri­vit Kac­zyns­ki comme « typique de cen­taines de patients atteints de schi­zo­phré­nie ». Com­ment ces experts étaient-ils par­ve­nus à leurs conclu­sions ? Si des tests objec­tifs, seuls, avaient sug­gé­ré à Fro­ming que les réponses de Kac­zyns­ki étaient « com­pa­tibles avec » la schi­zo­phré­nie, elle confia à Fin­ne­gan que c’étaient ses écrits — en par­ti­cu­lier ses opi­nions « anti-tech­no­lo­gie » — qui l’avaient ame­née à cette conclu­sion. Fos­ter, qui ren­con­tra Kac­zyns­ki à quelques reprises mais ne l’examina jamais for­mel­le­ment, cita ses « thèmes déli­rants » comme preuve de sa mala­die. Ama­dor, qui ne ren­con­tra jamais Kac­zyns­ki, fon­da son juge­ment sur les « croyances déli­rantes » qu’il avait détec­tées dans les écrits de Kac­zyns­ki. Quant au diag­nos­tic pro­vi­soire de Sal­ly John­son, selon lequel Kac­zyns­ki souf­frait d’une schi­zo­phré­nie de type para­noïaque, il repo­sait en grande par­tie sur sa convic­tion qu’il entre­te­nait des « croyances déli­rantes » au sujet des menaces posées par la tech­no­lo­gie. Les experts trou­vèrent éga­le­ment des preuves de la folie de Kac­zyns­ki dans son refus d’ac­cep­ter leurs diag­nos­tics ou de les aider à les établir.

Le der­nier livre de Theo­dore Kaczynski.

La plu­part des allé­ga­tions de mala­die men­tale à son encontre repo­saient sur les diag­nos­tics d’ex­perts dont les juge­ments, par consé­quent, décou­laient en grande par­tie de leurs opi­nions concer­nant la phi­lo­so­phie de Kac­zyns­ki et ses habi­tudes per­son­nelles — il s’agissait d’un ermite, d’un homme en appa­rence sau­vage, qui ne fai­sait pas beau­coup le ménage, d’un céli­ba­taire — et de son refus d’ad­mettre qu’il était malade. En effet, Fro­ming affir­ma que « l’in­cons­cience de sa mala­die » était un signe de sa mala­die. Fos­ter se plai­gnit du « refus [de l’accusé] de coopé­rer plei­ne­ment à l’é­va­lua­tion psy­chia­trique, décou­lant de ses symp­tômes ». Ama­dor décla­ra que l’accusé souf­frait « de défi­cits sévères dans la conscience de sa maladie ».

Mais Kac­zyns­ki n’é­tait pas plus négli­gé que beau­coup d’autres per­sonnes qui vivent aujourd’hui dans nos rues. Sa cabane n’é­tait pas plus en désordre que les bureaux de nom­breux pro­fes­seurs d’u­ni­ver­si­té. Le Mon­ta­na sau­vage est rem­pli de déser­teurs comme Kac­zyns­ki (et moi). Le céli­bat et la misan­thro­pie ne sont pas des mala­dies. Kac­zyns­ki n’é­tait même pas un véri­table ermite. N’im­porte quel jour­na­liste pour­rait rapi­de­ment décou­vrir, comme je l’ai fait en inter­ro­geant des dizaines de per­sonnes l’ayant connu (cama­rades de classe, pro­fes­seurs, voi­sins), qu’il n’é­tait pas le soli­taire extrême que les médias dépei­gnirent. En outre, il serait pas­sa­ble­ment absurde de sérieu­se­ment consi­dé­rer le refus d’ad­mettre que l’on est fou ou de coopé­rer avec des per­sonnes payées pour nous décla­rer fou comme une preuve de folie.

Pour­quoi les médias et le public furent-ils si prompts à consi­dé­rer Kac­zyns­ki comme fou ? Kac­zyns­ki tenait de volu­mi­neux jour­naux. Dans l’un d’entre eux, datant appa­rem­ment d’a­vant le début des atten­tats, il anti­ci­pait cette question :

« Je compte com­men­cer à assas­si­ner des gens. Si j’y par­viens, et si l’on me cap­ture (pas vivant, j’espère for­te­ment !), il est pos­sible que les médias spé­culent sur les rai­sons m’ayant inci­té à tuer. […] Le cas échéant, il est cer­tain qu’on me fera pas­ser pour un luna­tique, qu’on m’at­tri­bue­ra des motifs de type sor­dide ou qu’on me fera pas­ser pour un “malade”. Bien évi­dem­ment, le terme “malade”, dans un tel contexte, repré­sente un juge­ment de valeur. […] les médias d’in­for­ma­tion auront peut-être quelque chose à dire sur moi lorsque je serai tué ou attra­pé. Ils essaie­ront cer­tai­ne­ment d’a­na­ly­ser ma psy­cho­lo­gie et de me pré­sen­ter comme un “fou”. Ce biais majeur devra être pris en compte dans toute ten­ta­tive d’a­na­lyse de ma psychologie. »

Michael Mel­lo sug­gère que le public pré­fé­rait qu’on lui pré­sente Kac­zyns­ki comme un fou parce que ses idées sont trop extrêmes pour que nous puis­sions les contem­pler sans malaise. Il remet en ques­tion nos croyances les plus chères. Mel­lo écrit,

« Le mani­feste [La Socié­té indus­trielle et son ave­nir] remet en ques­tion les croyances élé­men­taires de pra­ti­que­ment tous les groupes d’in­té­rêt impli­qués dans l’af­faire : les avo­cats, les experts en san­té men­tale, la presse et les poli­tiques, de gauche comme de droite. […] L’é­quipe de défense de Kac­zyns­ki per­sua­da les médias et le public que Kac­zyns­ki était fou, même en l’ab­sence de preuves cré­dibles […] [parce que] nous avions besoin de le croire. […] Ils déci­dèrent que l’U­na­bom­ber était un malade men­tal et que ses idées étaient folles. Puis ils oublièrent l’homme et ses idées, et fabri­quèrent un conte rassurant. »

III.

Dans un livre paru en 2004 et inti­tu­lé Psy­cho­lo­gi­cal Juris­pru­dence : Cri­ti­cal Explo­ra­tions in Law, Crime, and Socie­ty (« Juris­pru­dence psy­cho­lo­gique : explo­ra­tions cri­tiques de la loi, du crime et de la socié­té »), Michael P. Are­na, ana­lyste et for­ma­teur pour une impor­tante agence gou­ver­ne­men­tale, et Bruce A. Arri­go, pro­fes­seur de cri­mi­no­lo­gie à l’université de Char­lotte en Caro­line du Nord, aux États-Unis, consacrent un cha­pitre[3] au pro­cès de Theo­dore Kac­zyns­ki. Ils y exposent « la façon dont Kac­zyns­ki fut lin­guis­ti­que­ment et socia­le­ment mar­gi­na­li­sé, se vit refu­ser l’op­por­tu­ni­té d’u­ti­li­ser une stra­té­gie de défense de son propre choix, et fut empê­ché de s’ex­pri­mer à tra­vers l’au­to-repré­sen­ta­tion ». Quelques extraits de leur enquête :

Le 5 jan­vier, les décla­ra­tions pré­li­mi­naires furent retar­dées lorsque Kac­zyns­ki deman­da le droit de ren­voyer ses avo­cats et d’en enga­ger un qui orga­ni­se­rait une défense basée sur ses convic­tions poli­tiques et non sur sa pré­ten­due mala­die men­tale. Par déses­poir, Kac­zyns­ki ten­ta de se sui­ci­der en se pen­dant dans sa cel­lule. Il expli­qua qu’il se sen­tait frus­tré et dépri­mé par la façon dont son affaire se dérou­lait, et qu’il pré­fé­rait être mis à mort plu­tôt que d’endurer ce pro­cès avec une stra­té­gie de défense dont il ne vou­lait pas (John­son, 1998).

Le 8 jan­vier 1998, Kac­zyns­ki deman­da s’il pou­vait s’auto-représenter (pro se). En réponse à cette demande, le Juge Bur­rell ordon­na qu’une éva­lua­tion psy­chia­trique soit menée afin de déter­mi­ner s’il était apte à être jugé et s’il était prêt à se repré­sen­ter lui-même. Le 17 jan­vier 1998, la psy­chiatre du Bureau des Pri­sons, le Dr. Sal­ly John­son, décla­ra que Kac­zyns­ki était apte à être jugé mais lui diag­nos­ti­qua une poten­tielle schi­zo­phré­nie para­noïde. Cinq jours plus tard, au mépris de cette éva­lua­tion, le Juge Bur­rell reje­ta la demande de Kac­zyns­ki de s’auto-représenter en accord avec le Sixième Amen­de­ment de la consti­tu­tion des USA.

[…]

Le Dr. John­son esti­mait que Kac­zyns­ki était en mesure d’être jugé direc­te­ment. Elle nota :

« M. Kac­zyns­ki pos­sède une intel­li­gence supé­rieure ; il dis­pose de la capa­ci­té de lire et d’in­ter­pré­ter des écrits com­plexes, il peut contri­buer à l’exa­men de docu­ments ; il com­prend par­fai­te­ment le rôle des dif­fé­rents membres du per­son­nel du tri­bu­nal ; il com­prend les accu­sa­tions por­tées contre lui et les peines poten­tielles s’il est recon­nu cou­pable ; il appré­cie la nature de la pro­cé­dure et com­prend la séquence pro­bable des évé­ne­ments dans un pro­cès. […] Il com­prend que le fait de conti­nuer à faire appel à [ses avo­cats] pour sa défense lui assu­re­rait un meilleur niveau de repré­sen­ta­tion que l’au­to­re­pré­sen­ta­tion. Il conti­nue à vou­loir prendre les déci­sions cru­ciales qui le concerne, quand bien même elles pour­raient mener à une peine moins clé­mente. » (John­son, 1998, p. 45)

[…]

La des­crip­tion de Kac­zyns­ki comme malade men­tal com­men­ça presque immé­dia­te­ment après son arres­ta­tion. Des pho­tos de son appa­rence ébou­rif­fée et négli­gée, avec ses che­veux longs et sa barbe enva­his­sante, enva­hirent les jour­naux, les maga­zines et les jour­naux télé­vi­sés du soir (Gla­ber­son, 1998b ; Klaid­man & King, 1998). Convain­cus qu’une défense fon­dée sur l’idée d’une défi­cience men­tale était le seul moyen de lui évi­ter la peine de mort, les avo­cats de la défense de Kac­zyns­ki et sa famille tra­vaillèrent ensemble afin d’organiser une cam­pagne média­tique visant à le pré­sen­ter comme un idéa­liste com­plexe atteint d’une incu­rable mala­die men­tale (Fin­ne­gan, 1998).

[…]

Les médias acce­ptèrent aveu­glé­ment l’i­mage de Kac­zyns­ki comme malade men­tal ; cepen­dant, ils sem­blèrent aus­si don­ner leur propre inter­pré­ta­tion de la schi­zo­phré­nie para­noïaque du per­son­nage. Dans un article du New York Times, Cooper (1998) écrit : « Theo­dore J. Kac­zyns­ki, l’er­mite accu­sé d’être l’U­na­bom­ber, a décla­ré à son équipe de défense qu’il croit que des satel­lites contrôlent les gens et placent des élec­trodes dans leur cer­veau. Il a éga­le­ment dit à ses avo­cats qu’il était lui-même contrô­lé par une orga­ni­sa­tion omni­po­tente [à laquelle] il ne pou­vait résis­ter. C’est donc avec une cer­taine réti­cence qu’ils [ses avo­cats] ont fina­le­ment accep­té la semaine der­nière de ne pas pré­sen­ter une défense basée sur l’aliénation men­tale » (p. 5). Fin­ne­gan (1998) contes­ta caté­go­ri­que­ment la véra­ci­té de ces décla­ra­tions, affir­mant qu’il s’agissait d’un col­lage de dif­fé­rents frag­ments de conver­sa­tion pro­ve­nant de diverses sources, visant à pro­duire des phrases qui n’avaient jamais été for­mu­lées. En outre, si Kac­zyns­ki avait tenu de tels pro­pos, ils auraient cer­tai­ne­ment été pro­té­gés par le pri­vi­lège avo­cat-client. Néan­moins, les com­men­taires de Fin­ne­gan n’empêchèrent pas la fabri­ca­tion de l’image d’un Theo­dore Kac­zyns­ki men­ta­le­ment per­tur­bé. Dans un article publié ulté­rieu­re­ment dans le New York Times, Gla­ber­son (1998b) écrit : « La modi­fi­ca­tion de son image publique, qui a com­men­cé avec l’ar­res­ta­tion de Kac­zyns­ki, lequel avait mené dix-huit années durant une cam­pagne d’at­ten­tats à la bombe qui a fait 3 morts et 28 bles­sés, s’est accé­lé­ré après que ses avo­cats ont décla­ré qu’il était un schi­zo­phrène para­noïaque déli­rant, qui croyait que les gens avaient des élec­trodes implan­tées dans le cer­veau. » (p. 6)

[…]

Si Kac­zyns­ki tenait à la vie, il semble que son inté­gri­té, son hon­neur et ses prin­cipes lui impor­taient plus encore. Comme il l’expliqua au Dr John­son (1998), contre­car­rer les efforts des psy­chiatres visant à déni­grer et reje­ter ses choix poli­tiques et de style de vie comme étant le fait d’un malade men­tal ou d’un déran­gé aurait été, en soi, une « vic­toire sym­bo­lique » sur la tech­no­lo­gie. Kac­zynk­si était prêt à renon­cer à la vie pour y parvenir.

IV.

Dans un célèbre article pour le New Yor­ker inti­tu­lé “Defen­ding the Una­bom­ber” (« Défendre l’Unabomber »), en date du 16 mars 1998, William Fin­ne­gan rap­porte ces pro­pos du Juge Bur­rell (celui-là même qui refu­sa à Kac­zyns­ki la pos­si­bi­li­té de se repré­sen­ter lui-même) au sujet de Kaczynski :

« Je le trouve lucide, calme. Il a l’air intel­li­gent. D’après moi, il com­prend très bien les enjeux. Il m’a tou­jours paru concen­tré sur les pro­blé­ma­tiques durant ses contacts avec moi. Ses manières et ses contacts visuels ont été appro­priés. Je sais qu’il existe un conflit dans les élé­ments médi­caux concer­nant si oui ou non sa conduite, du moins dans le pas­sé, a pu être contrô­lée par quelque trouble men­tal, mais je n’ai rien per­çu durant mes contacts avec lui qui puisse témoi­gner d’un tel trouble. Si une telle chose est pré­sente, je ne par­viens pas à la détecter. »

Nico­las Casaux


  1.  « Même si l’on trouve légi­time de frap­per le spec­tacle de l’horreur tech­no­lo­gique en ter­ro­ri­sant ses indis­pen­sables ingé­nieurs, les dom­mages subis par des per­sonnes non impli­quées dans ce pro­ces­sus sont injus­ti­fiables », note à rai­son John Zer­zan (Futur pri­mi­tif, p. 25)
  2. Un seul exemple (on pour­rait en don­ner d’innombrables, de quoi rem­plir des ency­clo­pé­dies), tout à fait anec­do­tique : en une seule jour­née, le 23 jan­vier 2009, Barack Oba­ma ordon­na une frappe de drone qui tua 9 civils au Pakis­tan. Voir : https://www.theguardian.com/world/2016/jan/23/drone-strike-victim-barack-obama
  3. Cha­pitre 4 : « Media Images, Men­tal Health Law, and Jus­tice — A Consti­tu­tive Res­ponse to the “Com­pe­ten­cy” of Theo­dore Kac­zyns­ki » (« Images média­tiques, droit de la san­té men­tale et jus­tice — Une réponse consti­tu­tive à la ques­tion de la “com­pé­tence” de Theo­dore Kac­zyns­ki »)

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Énergies renouvelables : développe-t-on vraiment le solaire comme il le faudrait ?

Doit-on débrancher des énergies concentrées telles que le pétrole et le charbon pour concentrer et brancher des énergies bien plus diffuses comme le solaire ? Pour l’expert américain du pic pétrolier, John Michael Greer, il serait autrement plus efficace de développer le solaire en valorisant et en optimisant ses propres atouts: produire localement de la chaleur, pour l’eau, le chauffage des logements, la cuisson, l’activité économique qui en besoin... Question de thermodynamique.