Les travailleurs libres coûtent moins cher que les esclaves (par Nicolas Casaux)

James Hen­ry Ham­mond (1807–1864), avo­cat, homme poli­tique et pro­prié­taire de plan­ta­tions de Caro­line du Sud, gou­ver­neur de Caro­line du Sud de 1842 à 1844 et séna­teur des États-Unis de 1857 à 1860, « Lettres du gou­ver­neur Ham­mond sur l’esclavage dans le sud, adres­sées à l’abolitionniste anglais Tho­mas Clark­son » (1845) :

« Du point de vue éco­no­mique — que je n’o­met­trai pas — l’es­cla­vage pré­sente quelques dif­fi­cul­tés. En règle géné­rale, il faut admettre, j’en conviens, que les tra­vailleurs libres coûtent moins cher que les esclaves. C’est une erreur de sup­po­ser que notre main‑d’œuvre esclave n’est pas rému­né­rée. L’es­clave lui-même doit être payé, son tra­vail est donc ache­té tout en une seule fois, et pour une somme non négli­geable. Son prix a d’a­bord été payé en grande par­tie à vos com­pa­triotes, et a contri­bué à l’é­di­fi­ca­tion de quelques-unes de ces colos­sales for­tunes anglaises illus­trées depuis par des lettres de noblesse, et de splen­dides édi­fices d’ar­chi­tec­ture, peints et cimen­tés, si vous me pas­sez l’ex­pres­sion, avec le sang d’in­no­cents kid­nap­pés ; cepen­dant, ils ne sont points por­teurs de malé­dic­tions pires que celles que l’a­bo­li­tion et les fana­tismes qui l’ont engen­drée ont appor­tées sur votre pays — cer­taines d’entre elles accom­plies, d’autres à venir. Mais outre le pre­mier coût de l’es­clave, il faut le nour­rir et le vêtir ; bien le nour­rir et bien le vêtir, si ce n’est par huma­ni­té, pour qu’il puisse faire un bon tra­vail, conser­ver la san­té et la vie, et éle­ver une famille pour le rem­pla­cer. Lors­qu’il est vieux ou malade, il est une dépense évi­dente, de même que la par­tie impo­tente de sa famille. Aucune loi sur les pauvres ne sub­vient à ses besoins lors­qu’il est inca­pable de tra­vailler, ou n’é­lève ses enfants pour notre ser­vice lorsque nous en avons besoin. Ce sont là de lourdes charges liées à la main‑d’œuvre esclave. C’est pour­quoi, dans tous les pays où la den­si­té de la popu­la­tion nous garan­tit avec la plus haute cer­ti­tude que nous pou­vons trou­ver de la main-d’œuvre à volon­té, que le tra­vailleur est contraint par la seule néces­si­té d’accepter de tra­vailler pour une petite somme lui per­met­tant de gar­der son âme et son corps ensemble, de por­ter des haillons sur son dos pen­dant qu’il tra­vaille, et de dépendre, le reste du temps, de l’au­mône ou des allo­ca­tions réser­vées aux pauvres, dans tous ces pays, il est moins coû­teux de payer cette somme que de vêtir, de nour­rir, de soi­gner, d’en­tre­te­nir pen­dant l’en­fance et de pen­sion­ner dans la vieillesse une race d’es­claves. En effet, l’a­van­tage est si grand qu’il com­pense rapi­de­ment la perte de la valeur de l’es­clave. Et je n’hé­site pas à affir­mer que si je pou­vais culti­ver mes terres dans de telles condi­tions, je renon­ce­rais sans mot dire à mes esclaves, à condi­tion qu’on puisse en dis­po­ser conve­na­ble­ment. Mais la ques­tion est de savoir si le tra­vail libre ou esclave est le plus avan­ta­geux pour nous dans ce pays à l’heure actuelle, dans la situa­tion où nous sommes. Et la ques­tion est immé­dia­te­ment tran­chée par le fait que nous ne pou­vons nous pré­va­loir d’au­cun autre tra­vail que celui des esclaves. Nous n’a­vons ni ne pou­vons nous pro­cu­rer d’autre main-d’œuvre dans quelque mesure que ce soit, ou à des condi­tions simi­laires à celles sus­men­tion­nées. Nous devons donc nous conten­ter de cette coû­teuse force de tra­vail, sous la réflexion conso­lante que ce qui est per­du pour nous est gagné pour l’hu­ma­ni­té ; et que dans la mesure où notre esclave nous coûte plus que votre homme libre, il est d’au­tant mieux loti. Vous vous empres­se­rez de dire : éman­ci­pez vos esclaves, et alors vous aurez de la main-d’œuvre gra­tuite à des condi­tions conve­nables. Cela pour­rait être le cas s’il y avait cinq cents esclaves là où il n’y en a qu’un aujourd’­hui, si notre conti­nent, de l’At­lan­tique au Paci­fique, était aus­si den­sé­ment peu­plé que votre île. Mais en atten­dant que tel soit le cas, aucune main-d’œuvre ne sau­rait être obte­nue, en Amé­rique, aux condi­tions dont vous bénéficiez. »

D’où cette remarque de Tol­stoï (L’Es­cla­vage de notre temps, 1900) :

« L’abolition du ser­vage et l’affranchissement des noirs mar­quèrent seule­ment la dis­pa­ri­tion d’une ancienne forme vieillie et inutile de l’esclavage, et l’avènement immé­diat d’une forme nou­velle plus solide, plus géné­rale et plus oppressive. »

Ou ce mot du baron de Bess­ner, alors admi­nis­tra­teur de Cayenne (1768) :

« Des tra­vailleurs libres, mieux entre­te­nus et mieux trai­tés que des esclaves, seraient plus dis­pos, plus vigou­reux. Ils join­draient à la force méca­nique l’intelligence et la bonne volon­té qui manquent à la plu­part des esclaves. »

Ou ce com­men­taire d’Adam Smith (La Richesse des nations, 1776) :

« L’expérience de toutes les époques et de toutes les nations montre donc, me semble-t-il, que l’ouvrage fait par des hommes libres revient en défi­ni­tive moins cher que celui exé­cu­té par des esclaves. »

La logique est élé­men­taire. Der­rick Jen­sen note (dans son excellent livre inti­tu­lé The Culture of Make Believe, soit « La socié­té du faux-sem­blant », paru en 2002) :

« Mais si l’es­cla­vage est si peu ren­table (et de récentes études sug­gèrent que l’es­cla­vage n’é­tait, effec­ti­ve­ment, pas si ren­table que cela, avec un taux de ren­de­ment annuel moyen d’en­vi­ron 5 % par esclave), pour­quoi, alors, pos­sé­der des esclaves ? Il s’a­vère que, du point de vue de la pro­duc­tion, la pos­ses­sion d’es­claves est un choix ration­nel lors­qu’il se trouve beau­coup de terres et peu de gens pour les tra­vailler. Lorsque la terre se fait plus rare et les indi­vi­dus plus nom­breux (on parle de “main-d’œuvre excé­den­taire »), le pro­duc­teur a tout inté­rêt à ne pas pos­sé­der d’es­claves et à se déchar­ger ain­si de la res­pon­sa­bi­li­té de leur entre­tien. Voi­ci la logique. L’ac­cès à la terre per­met l’au­to­suf­fi­sance. La terre per­met de man­ger, de se vêtir et de se loger. Si quel­qu’un (ou une com­mu­nau­té) a accès à la terre et aux com­pé­tences requises (que presque tout le monde pos­sé­dait durant toute l’histoire de l’exis­tence humaine, jus­qu’à récem­ment), il n’y a aucune rai­son pour que cette per­sonne (ou les membres de cette com­mu­nau­té) vende son tra­vail à un autre. »

La pri­va­ti­sa­tion (l’accaparement) anti­dé­mo­cra­tique de la terre, par des orga­ni­sa­tions ou des par­ti­cu­liers n’ayant jamais eu la moindre légi­ti­mi­té pour ce faire, est une (voire, la) condi­tion essen­tielle de l’asservissement et de l’exploitation des êtres humains par d’autres. Avec, bien sûr, la capa­ci­té d’imposer et de faire res­pec­ter cette pri­va­ti­sa­tion, cet acca­pa­re­ment, au moyen de la vio­lence (d’où les forces de l’ordre, les polices). Aujourd’hui comme hier, si nous sommes tous contraints de nous vendre sur le pré­ten­du « mar­ché » du tra­vail, c’est parce que nous n’avons aucun moyen d’avoir accès à la terre. Dans diverses régions du monde, nombre d’esclaves ont d’ailleurs réa­li­sé, lors de l’abolition de l’esclavage, qu’ils n’avaient d’autre choix, ne pos­sé­dant aucune terre et aucun moyen d’en acqué­rir, que de vendre leur « force de tra­vail » à leur ancien « maître » (deve­nu « patron »). Cepen­dant, désor­mais, pro­pa­gande ins­ti­tu­tion­nelle aidant (endoc­tri­ne­ment sco­laire, média­tique, etc.), les esclaves modernes (« hommes libres ») se croient « libres » pour la seule rai­son qu’on leur assure qu’ils le sont — cela dit, beau­coup ont conscience de ne pas l’être vraiment.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

« Avant le déluge » : la confirmation de la catastrophe & l’apologie des illusions vertes

Leonardo DiCaprio, star internationale, icône de mode et idole intergénérationnelle, vient de produire un documentaire ("Avant le déluge") mondialement relayé, sur le réchauffement climatique et ses conséquences pour la société industrielle, ses membres, et, accessoirement, pour la planète et ce qui reste de ses autres habitants. [...]