L’Inde et le mythe de la nation végétarienne

Lors de dis­cus­sions por­tant sur la conve­nance du régime ali­men­taire végé­ta­rien (ou végé­ta­lien, bien que ces deux régimes soient très dif­fé­rents dans leurs effets) pour l’être humain, sou­vent, des défen­seurs du végé­ta­risme (ou du véga­nisme), sans doute peu ren­sei­gnés, évoquent l’Inde comme une sorte de preuve, d’argument en sa faveur. Cette men­tion de l’Inde est fran­che­ment hon­teuse. Notam­ment parce que, comme nous l’apprend une étude, « chaque jour, plus de 6 000 enfants de moins de cinq ans meurent en Inde. Plus de la moi­tié [les deux tiers, envi­ron, NdT] de ces décès sont dus à la mal­nu­tri­tion, prin­ci­pa­le­ment à une carence en vita­mine A, en fer, en iode, en zinc et en acide folique. 57 % des enfants d’âge pré­sco­laire et de leurs mères pré­sentent une carence sub­cli­nique en vita­mine A. » Plus de la moi­tié de la popu­la­tion souffre d’anémie. L’anémie fer­ri­prive est une des prin­ci­pales causes des pro­blèmes de mor­bi­di­té des femmes. 17% de la popu­la­tion souffre d’une carence en iode, 37% d’une carence en acide folique, 54% d’une carence en fer, 53% d’une carence en vita­mine B12, 61% d’une carence en vita­mine D, etc. On com­prend pour­quoi le jour­na­liste d’origine indienne Rit­wik Deo estime que « le végé­ta­risme est un fléau pour l’Inde ».

Syl­via Kar­pa­gam, une doc­to­resse indienne, sou­ligne que « ces carences, dont cer­taines pour­raient faci­le­ment être cor­ri­gées par un régime ali­men­taire riche en nutri­ments et com­pre­nant davan­tage d’a­li­ments d’o­ri­gine ani­male, contri­buent aux nom­breux pro­blèmes de san­té aux­quels le pays est confron­té, tels que les décès mater­nels et infan­tiles, le dia­bète, l’hy­per­ten­sion, les mala­dies car­diaques, la tuber­cu­lose, etc. ».

Le 6 mai 2022, le Ban­ga­lore Mir­ror, un quo­ti­dien indien, rap­por­tait qu’un « groupe de doc­teurs, de nutri­tion­nistes, de parents, d’avocats, de cher­cheurs et d’activistes ont écrit une lettre ouverte au minis­tère de la San­té, au minis­tère du Déve­lop­pe­ment de l’enfant et de la femme et au bureau du Pre­mier ministre afin d’exprimer leur inquié­tude concer­nant les récentes “attaques irra­tion­nelles contre les habi­tudes ali­men­taires et les droits nutri­tion­nels des citoyens, pre­nant la forme de lois, d’interdits et d’appels au boy­cott de la consom­ma­tion de viande, qui risquent d’affecter la nutri­tion et le bien-être des enfants et de nuire à leur croissance” ».

Ain­si que le rap­pellent les deux textes qui suivent, tra­duits depuis l’anglais, l’Inde n’est pas un pays de végé­ta­riens (et encore moins de végé­ta­liens). La majo­ri­té des Indiens mangent de la viande — même si, en maigre quan­ti­té (l’Inde est aujourd’­hui le prin­ci­pal pays expor­ta­teur de bœufs, mais les Indiens n’en béné­fi­cient guère). En outre, le végé­ta­risme, en Inde, résulte de la domi­na­tion d’une élite qu’impose le sys­tème des castes — autre­ment dit, comme le for­mule le socio­logue indien Surya­kant Wagh­more, en Inde, le végé­ta­risme est plu­tôt « lié à la hié­rar­chie des castes qu’à l’a­mour des animaux ».

(Rit­wik Deo sou­ligne en outre que « les vaches indiennes ne sont pas les vaches heu­reuses de la mytho­lo­gie ; pour la plu­part, elles sont sous-ali­men­tées et mal­trai­tées : leur ventre est gon­flé par des sacs en plas­tique coin­cés dans leur tube diges­tif et leurs côtes pitoyables res­sortent tel un xylo­phone sous une bâche ten­due. Celles qui n’ont plus de rai­son d’être sont subrep­ti­ce­ment expé­diées au Ban­gla­desh pour un voyage d’une semaine dans des camions et des trains pour être abat­tues. La peau brute est ensuite ren­voyée en Inde pour être tan­née et trans­for­mée en sacs à main et en bottes qui seront ven­dus dans les rues de Del­hi à Dal­las. » En Inde, le végé­ta­risme — encou­ra­gé, voire impo­sé par un ordre social hié­rar­chique, et fina­le­ment tout rela­tif — n’est pas non plus syno­nyme de bien­trai­tance animale.)

Men­tion­ner l’Inde comme exemple en faveur du végé­ta­risme, c’est donc, entre autres choses, men­tion­ner des enfants qui meurent de mal­nu­tri­tion comme preuve qu’un régime ali­men­taire est excellent.

Nico­las Casaux


I. Inde : le mythe de la nation végétarienne (par Soutik Biswas)

Article ini­tia­le­ment paru le 4 avril 2018 sur le site de la BBC.

Quels sont les mythes et les sté­réo­types les plus cou­rants concer­nant ce que mangent les Indiens ?

Le prin­ci­pal mythe, bien sûr, veut que l’Inde soit un pays lar­ge­ment végé­ta­rien. Mais ce n’est pas du tout le cas.

Des esti­ma­tions anté­rieures, dépour­vues de bases solides, sug­gé­raient que plus d’un tiers des Indiens étaient végé­ta­riens. À en croire trois enquêtes gou­ver­ne­men­tales, on estime que 23 % à 37 % des Indiens sont végé­ta­riens. En soi, cela n’a rien de remar­qua­ble­ment révélateur.

Mais de nou­velles recherches entre­prises par l’an­thro­po­logue Bal­mur­li Natra­jan, basé aux États-Unis, et l’é­co­no­miste Sur­aj Jacob, basé en Inde, mettent en évi­dence un ensemble de preuves indi­quant que ces esti­ma­tions sont exa­gé­rées en rai­son de « pres­sions cultu­relles et poli­tiques ». Ain­si, les gens sous-déclarent man­ger de la viande — en par­ti­cu­lier du bœuf — et sur-déclarent man­ger des ali­ments végétariens.

Selon les cher­cheurs, si l’on tient compte de tous ces élé­ments, seuls 20 %, envi­ron, des Indiens sont réel­le­ment végé­ta­riens, soit beau­coup moins que ne le laissent entendre les affir­ma­tions et les sté­réo­types cou­rants. Les hin­dous, qui repré­sentent 80 % de la popu­la­tion indienne, sont de gros man­geurs de viande. Et même par­mi les Indiens pri­vi­lé­giés, appar­te­nant aux castes supé­rieures, seule­ment un tiers sont végétariens.

Les don­nées gou­ver­ne­men­tales montrent que les ménages végé­ta­riens sont plus riches et consomment davan­tage que les ménages qui consomment de la viande. Les castes infé­rieures, les Dalits (autre­fois appe­lés intou­chables) et les popu­la­tions tri­bales sont prin­ci­pa­le­ment des man­geurs de viande.

Presentational grey line

Villes végé­ta­riennes en Inde

- Indore : 49%.

- Mee­rut : 36%.

- Del­hi : 30 %.

- Nag­pur : 22%.

- Mum­bai : 18 %.

- Hyde­ra­bad : 11 %.

- Chen­nai : 6 %.

- Kol­ka­ta : 4 %.

(Inci­dence moyenne du végé­ta­risme. Source : Natio­nal Fami­ly Health Sur­vey) Presentational grey line

D’autre part, Natra­jan et Jacob constatent que l’am­pleur de la consom­ma­tion de viande de bœuf est beau­coup plus impor­tante que ce que les affir­ma­tions et les sté­réo­types laissent entendre. Selon les enquêtes gou­ver­ne­men­tales, au moins 7 % des Indiens mangent du bœuf.

Mais des preuves sug­gèrent que cer­taines des don­nées offi­cielles sont « consi­dé­ra­ble­ment » sous-décla­rées, notam­ment parce que le bœuf se trouve « au cœur de conflits cultu­rels, poli­tiques et iden­ti­taires en Inde ».

Le BJP de Naren­dra Modi, le par­ti natio­na­liste hin­dou au pou­voir, prône le végé­ta­risme et estime que la vache doit être pro­té­gée, car la popu­la­tion majo­ri­tai­re­ment hin­doue du pays la consi­dère comme sacrée. Plus d’une dou­zaine d’É­tats ont déjà inter­dit l’a­bat­tage des bovins. Sous le règne de Modi, des groupes de défense des vaches, agis­sant en toute impu­ni­té, tuent des per­sonnes trans­por­tant du bétail [à ce sujet, il faut lire le texte « Le ter­ro­risme de la vache » publié sur le site de la revue La Vie des idées, NdT].

En réa­li­té, des mil­lions d’In­diens, y com­pris des Dalits, des musul­mans et des chré­tiens, consomment du bœuf. Quelque 70 com­mu­nau­tés du Kera­la, par exemple, pré­fèrent le bœuf à la viande de chèvre, qui est plus chère. Natra­jan et Jacob concluent qu’en réa­li­té, près de 15 % des Indiens — soit envi­ron 180 mil­lions de per­sonnes — consomment du bœuf. Soit 96 % de plus que les esti­ma­tions officielles.

Et puis il y a les sté­réo­types sur la nour­ri­ture indienne. Del­hi, dont seule­ment un tiers des habi­tants seraient végé­ta­riens, mérite cer­tai­ne­ment sa répu­ta­tion de capi­tale indienne du pou­let au beurre.

Mais le sté­réo­type selon lequel Chen­nai serait « la ville végé­ta­rienne du sud de l’Inde » est tota­le­ment infon­dé. Selon une enquête, seuls 6 % des habi­tants de la ville sont végé­ta­riens. De même, beau­coup conti­nuent de croire que le Pend­jab est le pays de « l’a­mour du pou­let ». En réa­li­té, 75 % des habi­tants de cet État du nord sont végétariens.

Com­ment le mythe selon lequel l’Inde est un pays lar­ge­ment végé­ta­rien s’est-il répan­du aus­si efficacement ?

D’a­bord, m’ont confié Natra­jan et Jacob, dans une « socié­té très diver­si­fiée où les habi­tudes ali­men­taires et les cui­sines changent tous les quelques kilo­mètres et en fonc­tion des groupes sociaux, toute géné­ra­li­sa­tion concer­nant de larges seg­ments de la popu­la­tion est fonc­tion de qui parle au nom du groupe ».

« Ce pou­voir de repré­sen­ter des com­mu­nau­tés, des régions, voire le pays tout entier, est ce qui crée les stéréotypes. »

Aus­si, ajoutent-ils, « la nour­ri­ture des puis­sants passe pour la nour­ri­ture du peuple ».

« L’expression “non-végé­ta­rien” l’illustre bien. Elle signale le pou­voir social des classes végé­ta­riennes, y com­pris leur pou­voir de clas­ser les ali­ments, pour créer une “hié­rar­chie ali­men­taire” dans laquelle la nour­ri­ture végé­ta­rienne consti­tue la valeur par défaut et pos­sède un sta­tut supé­rieur à la viande. Il s’ap­pa­rente donc au terme “non-Blancs » inven­té par les “Blancs » pour dési­gner la popu­la­tion incroya­ble­ment diverse qu’ils ont colonisée. »

Migration

Deuxiè­me­ment, selon les cher­cheurs, une par­tie du sté­réo­type est favo­ri­sée par le phé­no­mène de la migra­tion. Ain­si, lorsque des Indiens du Sud migrent vers le nord et le centre de l’Inde, leur nour­ri­ture devient syno­nyme de toute la cui­sine sud-indienne. Il en va de même pour les Indiens du Nord qui migrent vers d’autres régions du pays.

Enfin, cer­tains sté­réo­types sont per­pé­tués par les étran­gers — les Indiens du Nord géné­ra­lisent sur les Indiens du Sud sim­ple­ment en en ayant ren­con­tré quelques-uns, sans égard pour la diver­si­té de la région, et vice versa.

Les médias étran­gers, affirment les cher­cheurs, sont éga­le­ment com­plices « parce qu’ils cherchent à iden­ti­fier les socié­tés au moyen de quelques carac­té­ris­tiques essentielles ».

Par ailleurs, l’é­tude met en évi­dence les dif­fé­rences d’ha­bi­tudes ali­men­taires entre les hommes et les femmes. Les femmes, par exemple, sont plus nom­breuses à se décla­rer végé­ta­riennes que les hommes. Selon les cher­cheurs, cela pour­rait s’ex­pli­quer en par­tie par le fait que les hommes sont plus nom­breux à man­ger en dehors de chez eux et avec « une plus grande impu­ni­té morale que les femmes », même si le fait de man­ger à l’ex­té­rieur n’en­traîne pas néces­sai­re­ment la consom­ma­tion de viande.

Le patriar­cat — et la poli­tique — pour­raient y être pour quelque chose. « Le far­deau de la per­pé­tua­tion d’une tra­di­tion de végé­ta­risme pèse de manière dis­pro­por­tion­née sur les femmes », affirment Natra­jan et Jacob. 65% des couples consomment de la viande, et seule­ment 20% sont végé­ta­riens. Mais dans 12 % des cas, le mari est un man­geur de viande, tan­dis que la femme est végé­ta­rienne. L’in­verse ne se retrouve que dans 3% des cas.

Il est clair que la majo­ri­té des Indiens consomment de la viande — du pou­let et du mou­ton, prin­ci­pa­le­ment — régu­liè­re­ment ou occa­sion­nel­le­ment, et que le végé­ta­risme n’est pas pra­ti­qué par la majorité.

Alors pour­quoi le végé­ta­risme est-il si pré­émi­nent dans les repré­sen­ta­tions de l’Inde et des Indiens ? Cela a‑t-il à voir avec le « contrôle » des choix ali­men­taires et la per­pé­tua­tion des sté­réo­types ali­men­taires dans une socié­té extrê­me­ment com­plexe et multiculturelle ?

Sou­tik Biswas


II. « Les Indiens végétariens ne mangent pas de légumes »

Article ini­tia­le­ment paru le 29 mai 2022 sur le site du maga­zine indien Down To Earth. Il s’agit d’une inter­view de Mano­shi Bhat­ta­cha­rya, une his­to­rienne de l’a­li­men­ta­tion et méde­cin indienne.

Vous avez étu­dié 2 000 ans d’histoire des régimes ali­men­taires indiens. Avez-vous consta­té une impor­tante foca­li­sa­tion poli­tique ou publique sur l’a­li­men­ta­tion dans le passé ?

Nos ancêtres sui­vaient lar­ge­ment un régime méso­li­thique (8000–2700 avant notre ère) fru­gal, qui com­pre­naient des légumes et de la viande. En Inde, l’ap­port ali­men­taire géné­ral était limi­té, entre­cou­pé de jours de jeûne. Les pré­lè­ve­ments sur le monde végé­tal et ani­mal étaient faibles. Il y avait cepen­dant quelques aberrations.

En 500 avant notre ère, lorsque le jaï­nisme est appa­ru, ses adeptes sont deve­nus végé­ta­riens. C’é­tait le choix des riches et de l’é­lite qui pou­vaient man­ger fru­ga­le­ment, tout en main­te­nant un régime végé­tal. Ce n’é­tait pas popu­laire. Aujourd’­hui, les jaïns sont une com­mu­nau­té mino­ri­taire, bien que la plu­part d’entre eux soient des conver­tis récents à la foi.

Le boud­dhisme a connu un déve­lop­pe­ment simi­laire. Le Boud­dha man­geait de la viande. Aujourd’­hui encore, les boud­dhistes du monde entier mangent de la viande. Mais lorsque Hiuen Tsang (un moine et éru­dit boud­dhiste chi­nois) s’est ren­du en Inde en 630 de notre ère, il a été stu­pé­fait de consta­ter que les boud­dhistes indiens étaient deve­nus végé­ta­riens. Dans les monas­tères, ils man­geaient copieu­se­ment plu­sieurs fois par jour et buvaient de l’a­mi­don de riz tout au long de la journée.

En 600 avant Jésus-Christ, l’empereur Har­sha­vard­ha­na, qui régnait sur l’Ha­rya­na, a ten­té d’im­po­ser le végé­ta­risme. Il n’y par­vint pas. À la même époque, Megha­va­ha­na, roi du Gand­ha­ra (aujourd’­hui appe­lé Afgha­nis­tan), qui régnait sur le Cache­mire, a éga­le­ment ten­té, sans suc­cès, d’in­tro­duire le végétarisme.

Com­ment le com­merce et les migra­tions ont-ils modi­fié nos habi­tudes alimentaires ?

Par­tout où les humains voyagent, ils emportent leur nour­ri­ture avec eux. Ils consomment éga­le­ment de nou­veaux types d’a­li­ments qui, au fil du temps, se voient inté­grés dans leur régime ali­men­taire. Par exemple, il y a envi­ron 80 000 ans, des per­sonnes ori­gi­naires d’A­frique ont migré et se sont ins­tal­lées en Inde, ce qui a eu une influence sur notre cuisine.

L’aubergine est ori­gi­naire d’Inde. Lorsque les habi­tants de la Méso­po­ta­mie, en Asie occi­den­tale, ont visi­té la civi­li­sa­tion Harap­pan dans la val­lée de l’In­dus, ils y ont man­gé de l’aubergine frite, l’ont rame­née chez eux, y ont ajou­té du lait caillé et ont ain­si inven­té ce qu’on appelle aujourd’­hui le Bora­ni Badem­jam iranien.

Les Méso­po­ta­miens ont peut-être décou­vert le riz par le biais des Harap­pans. Les oignons pous­saient en Méso­po­ta­mie. L’a­jout d’oi­gnons au pulao pour faire du birya­ni pour­rait avoir eu lieu à Harap­pa ou en Méso­po­ta­mie. Il s’agit de ter­ri­toires voi­sins qui ont par­ta­gé leurs recettes tout en conser­vant leurs identités.

Le régime colo­nial bri­tan­nique a‑t-il eu une influence sur notre alimentation ?

Le régime bri­tan­nique a indi­rec­te­ment impo­sé le végé­ta­risme aux masses en aug­men­tant les taxes sur la viande et le pois­son. Ils ont intro­duit la loi sur les forêts de 1865 afin de prendre le contrôle total des forêts, des terres com­munes, des rivières et des mers. Cela a obli­gé les habi­tants des forêts et les com­mu­nau­tés tri­bales à cher­cher du tra­vail. Les Bri­tan­niques les payaient en céréales, qui ne fai­saient pas par­tie de leur régime alimentaire.

Les pro­duits agri­coles et les ani­maux étaient lour­de­ment taxés et deve­naient inabor­dables. Les gens ne pou­vaient plus offrir de la viande à leurs dieux pen­dant les fes­ti­vals, ils y ont donc renoncé.

Au cours des 200 années de domi­na­tion colo­niale, les céréales et les plantes sau­vages sont subrep­ti­ce­ment deve­nues la base de l’a­li­men­ta­tion. Les famines sont deve­nues endé­miques et ont conduit à la créa­tion d’une nou­velle cui­sine, fon­dée sur les saveurs pour com­pen­ser le manque de nutri­ments. Toutes les célèbres cui­sines indiennes dont nous par­lons aujourd’­hui sont issues de la « cui­sine de la famine ».

Aujourd’­hui, 70 % des Indiens mangent de la viande, du pois­son ou des œufs, mais en moindre quan­ti­té ou de manière peu fré­quente. Il s’agit d’une aber­ra­tion dont nous héri­tons du pas­sé, qui montre que nous avons tou­jours l’esprit colonisé.

[Dans un autre article, paru en avril 2022, trai­tant éga­le­ment du tra­vail de Mano­shi Bhat­ta­cha­rya, on peut lire : « Il y a quelques siècles, le bœuf puis la viande ont dis­pa­ru des régimes ali­men­taires des brah­manes et de cer­taines autres castes supé­rieures. Les rai­sons sont diverses, mais la foi n’é­tait pas le seul moteur. D’après Mano­shi Bhat­ta­cha­rya, les brah­manes du sud de l’Inde ont man­gé de la viande au moins jus­qu’au XVIe siècle. Dans le nord, ils ne l’ont aban­don­née, de même que d’autres castes supé­rieures, qu’à la fin du 19e siècle.

Elle pense que le colo­nia­lisme, qui a modi­fié l’u­ti­li­sa­tion des terres, la concep­tion de l’a­gri­cul­ture et le com­merce, et pro­vo­qué des famines, a joué un rôle impor­tant dans la mise en place du pro­gramme ali­men­taire indien actuel — une pré­do­mi­nance de riz, de blé et de dals (len­tilles). »

Il semble que Mano­shi Bhat­ta­cha­rya cherche à mettre l’accent sur le colo­nia­lisme plu­tôt que sur l’hindouisme. Mais les deux semblent avoir joué un rôle dans l’essor — tout rela­tif — du végé­ta­risme en Inde. (NdT)]

Vos recherches montrent un chan­ge­ment pro­gres­sif du régime ali­men­taire indien, pas­sant d’une ali­men­ta­tion riche en fibres au début de l’ère pas­to­rale à une ali­men­ta­tion pauvre en fibres, en graisses et en pro­téines à par­tir de 1947. Com­ment cela s’est-il produit ?

Nos cultures, sur­tout après la révo­lu­tion verte, ont per­du la plu­part de leurs fibres. Les ali­ments sont deve­nus plus tendres et plus gou­teux, un chan­ge­ment qui est tou­jours en cours.

La consom­ma­tion de lait, le seul pro­duit ani­mal qui contient des glu­cides, a aug­men­té depuis la révo­lu­tion blanche. Nous consom­mons aus­si main­te­nant de la viande d’a­ni­maux domes­ti­qués, qui est assez chère.

La consom­ma­tion de graisses a été déli­bé­ré­ment réduite au moyen d’une publi­ci­té agres­sive dans les années 1900, qui pré­ten­dait que la graisse était mau­vaise pour la san­té et que la consom­ma­tion de pro­duits végé­taux était bonne pour la santé.

Aujourd’­hui, les Indiens végé­ta­riens ne mangent pas de légumes. Ils mangent du blé, du riz, du dal, des pro­duits lai­tiers, des pommes de terre et des sucre­ries. Ils rejettent la mar­gose, la cale­basse, l’aubergine et les légumes à feuilles. Tout au plus, ils mangent un peu de gom­bo. Ils consomment plu­tôt des fruits char­gés en fructose.

Vous vous êtes éga­le­ment pen­ché sur le lien his­to­rique entre ali­men­ta­tion et dia­bète. Quels indices le pas­sé fournit-il ?

L’in­dé­pen­dance de l’Inde et les révo­lu­tions verte et blanche qui ont sui­vi ont pro­vo­qué une aug­men­ta­tion très rapide du diabète.

Dans Dia­betes : The Bio­gra­phy, Robert Tat­ter­sall écrit : « La plu­part des preuves que le dia­bète était une mala­die de riches pro­viennent de l’Inde […]. L’ex­pé­rience indienne sug­gé­rait que le tra­vail men­tal et la consom­ma­tion exces­sive de fécu­lents et de sucres, aggra­vés par une vie com­plè­te­ment séden­taire, étaient à blâ­mer. C’é­tait cer­tai­ne­ment le cas du ‘Ben­ga­li Babu’ (un com­mis qui savait écrire en anglais), dont la cir­con­fé­rence avait une grande ten­dance à aug­men­ter en pro­por­tion directe de toute aug­men­ta­tion de son salaire. »

En revanche, le dia­bète était « presque incon­nu chez les veuves hin­doues, qui menaient une vie des plus banales et ne se livraient pas à des excès de sac­cha­rine ou d’autres ali­ments fari­neux », écri­vait le méde­cin CL Bose en 1907. C’est pour­quoi l’his­toire est importante.

Vous pré­co­ni­sez des quan­ti­tés modé­rées d’a­li­ments non végé­ta­riens. Plu­sieurs autres per­sonnes pro­meuvent le végé­ta­risme. Com­ment envi­sa­gez-vous ce débat ?

Être végé­ta­rien est une bonne chose tant que l’on mange fru­ga­le­ment. Les Indiens qui, autre­fois, pra­ti­quaient le végé­ta­risme man­geaient un repas par jour. Ils jeû­naient éga­le­ment plu­sieurs jours par mois, et ne gri­gno­taient pas.

Si nous com­pa­rons 100 grammes de dal cru avec 100g de viande crue, les deux contiennent 20 g de pro­téines. Mais 100g de dal cru contiennent 46g de glu­cides, qui se trans­forment en glu­cose san­guin et rendent dia­bé­tique. En revanche, 100g de viande crue ne contiennent aucun glu­cide. L’aug­men­ta­tion de la consom­ma­tion de glu­cides a fait de l’Inde la capi­tale mon­diale du diabète.

D’une popu­la­tion de per­sonnes grandes et gra­ciles avec une vie saine et longue, comme l’ont docu­men­té des voya­geurs en com­pa­rant les Indiens à leur propre peuple, nous sommes deve­nus petits, dia­bé­tiques, obèses et avons une durée de vie plus courte. Dans le même temps, le dia­bète, les mala­dies car­diaques, la mala­die d’Alz­hei­mer et d’autres syn­dromes méta­bo­liques sont deve­nus communs.

Print Friendly, PDF & Email
Total
20
Shares
1 comment
  1. Ce com­men­taire juste pour don­ner un lien vers une page Wiki­pé­dia, rela­tive à la lutte des ‘pay­sans-agri­cul­teurs’ en Inde (pay­sans ? Agri­cul­teurs méca­ni­sés ? Un peu de tout en fait) :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Manifestations_des_agriculteurs_indiens_de_2020-2021

    Ils ont fait plier M le Modi et le capi­tal indien les ploucs ! Dans cette page, une impro­bable image, visi­ble­ment de ‘pay­sans’, en cos­tume tra­di­tion­nel, assis avec le poing levé ! Magni­fique (‘mérite le détour’). Ils ne veulent pas (trop) se faire concur­rence entre eux, ils veulent contrô­ler leurs prix, pas cons les pay­sans-agri­cul­teurs. Ils n’ont pas encore une FNSEA pour les bai­ser et ils n’en veulent pas. Mais la route est longue et gagner une bataille ça n’est pas gagner la guerre. Bra­vo les pay­sans-agri­cul­teurs indiens. La lutte paie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.
Lire

Contrainte numérique : l’« antivirus » des pompiers-pyromanes (par Lucas Magnat)

Dans un rapport daté du 3 juin 2021 (« Sur les crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés ») trois sénateurs expliquent à leurs pairs en quoi l’identification et le traçage numériques généralisés représentent notre unique chance de salut face à l’épidémie de COVID-19 — et à plus forte raison face aux catastrophes futures qu’on nous promet. [...]
Lire

Trois jours chez les transhumanistes (Par n°0670947011009)

C’est ainsi que grâce au compte-rendu de n° 0 67 09 47 011 009, nous découvrons à la fois les propagandistes du transhumanisme, leurs discours, leurs tactiques et surtout leur idéologie, qui n’est autre que l’idéologie dominante à l’ère des technologies convergentes : soit ce produit des universités américaines répandu sous le label de French Theory.