Greta Thunberg, Extinction Rebellion et le mouvement pour le développement durable (par Nicolas Casaux)

Une com­pi­la­tion de quelques billets publiés sur les réseaux sociaux, au cours des der­niers mois, à pro­pos d’Extinction Rebel­lion, de Gre­ta Thun­berg et du « mou­ve­ment pour le cli­mat » qui est en réa­li­té, dans son immense majo­ri­té, un mou­ve­ment pour le déve­lop­pe­ment durable.


#

Cer­taines per­sonnes qui ne connaissent pas bien notre pers­pec­tive poli­tique nous demandent par­fois ce que nous pro­po­sons, ce que nous vou­lons, parce que cri­ti­quer « tout le monde » (Gre­ta Thun­berg, Auré­lien Bar­rau, Cyril Dion, Extinc­tion Rebel­lion, etc.), ça com­mence à bien faire. Pour faire court, j’au­rais pu reprendre la for­mule de mon ami Thier­ry Sal­lan­tin : « je fais par­tie des lud­dites, c’est-à-dire que […] je suis contre l’in­dus­tria­lisme, pour l’ar­ti­sa­na­lisme, ma posi­tion poli­tique, c’est que je veux tout cas­ser ». Mal­heu­reu­se­ment, en tant qu’explication, ça ris­que­rait de ne pas suf­fire, et/ou d’être mal per­çu ou mal compris.

Déve­lop­pons un peu. L’écologie est un mot et un cou­rant fourre-tout der­rière lequel on retrouve des choses contra­dic­toires. L’écologisme média­tique, celui qui est auto­ri­sé et même bien­ve­nu dans les médias de masse, se résume le plus sou­vent à un plai­doyer en faveur d’une socié­té tech­no-indus­trielle (un peu plus) verte, (un peu plus) durable, (un peu plus) renou­ve­lable, (un peu plus) cir­cu­laire, « neutre en car­bone », etc., et (un peu plus) démo­cra­tique. En bref, il s’agit d’un cou­rant de pen­sée qui affirme qu’il est pos­sible que nous gar­dions l’essentiel de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle actuelle, et que nous la ren­dions durable (dans le sens où elle n’épuiserait plus les res­sources, n’exterminerait plus les espèces vivantes, etc.), et (un peu plus) démo­cra­tique. Au moyen de divers ajus­te­ments tech­niques ou tech­no­lo­giques. Il s’agit gros­so modo de ce que sou­tiennent (mais de dif­fé­rentes manières) Cyril Dion, Auré­lien Bar­rau, Maxime de Ros­to­lan (et son An Zéro, fes­ti­val spé­cial green­wa­shing), le WWF, Green­peace, 350(.org), Extinc­tion Rebel­lion, Alter­na­ti­ba, ATTAC, les éco­so­cia­listes, le mou­ve­ment « pour le cli­mat », et beau­coup d’autres.

Et, oui, Extinc­tion Rebel­lion aus­si. La liste de leurs objec­tifs offi­ciels le sug­gère assez clai­re­ment. Et le petit livre que les prin­ci­paux ins­ti­ga­teurs du mou­ve­ment ont récem­ment publié en anglais, inti­tu­lé This Is Not a Drill (« Ceci n’est pas un exer­cice »), l’expose encore plus dis­tinc­te­ment. Notam­ment au tra­vers des contri­bu­tions de Farha­na Yamin, Kate Raworth, Clive Lewis et Paul Chatterton.

Farha­na Yamin est une avo­cate spé­cia­liste du droit envi­ron­ne­men­tal, membre du mon­dia­le­ment célèbre think tank bri­tan­nique Cha­tham House (« l’un des think tanks les plus influents du monde », selon L’Express), membre du Conseil sur le pro­gramme mon­dial concer­nant le chan­ge­ment cli­ma­tique du Forum éco­no­mique mon­dial (WEF), et éga­le­ment membre clé et coor­di­na­trice du mou­ve­ment Extinc­tion Rebel­lion au Royaume-Uni (où le mou­ve­ment est né).

À droite, Farha­na Yamin, au centre, Al Gore, et à gauche, Jen­ni­fer Mor­gan, de Greenpeace.

En paral­lèle, dans le contexte de l’UNFCC (la Conven­tion-cadre des Nations unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques), Farha­na Yamin four­nit des conseils juri­diques, stra­té­giques et poli­tiques à des ONG, des fon­da­tions et des pays en développement.

Elle a éga­le­ment fon­dé une ONG, « Track 0 », qui pro­meut le pas­sage à une éco­no­mie « à faible émis­sion de car­bone », et même à une éco­no­mie « neutre en car­bone », notam­ment au tra­vers d’une tran­si­tion au cours de laquelle les com­bus­tibles fos­siles seraient aban­don­nés et notre éner­gie devien­drait 100% issue des indus­tries des soi-disant « renou­ve­lables ». D’après son ONG, « inves­tir dans les infra­struc­tures des éner­gies renou­ve­lables est la clé pour relan­cer la croissance ».

Kate Raworth est une éco­no­miste anglaise, auteure du livre La théo­rie du donut. Elle pro­pose, accro­chez-vous bien, un « nou­veau modèle éco­no­mique » (qui cor­res­pond gros­so modo à ce qu’on appelle l’économie cir­cu­laire), stable, et affirme par exemple que : « Ce siècle, nous pou­vons conce­voir nos tech­no­lo­gies et ins­ti­tu­tions pour dis­tri­buer les richesses, le savoir et l’au­to­no­mie à beau­coup. Au lieu des éner­gies fos­siles et de la fabri­ca­tion à grande échelle, nous avons des réseaux d’éner­gie renou­ve­lable, des pla­te­formes numé­riques et des impri­mantes 3D. 200 ans de contrôle de la pro­prié­té intel­lec­tuelle par les entre­prises sont bou­le­ver­sés par l’ap­proche ascen­dante, open-source, en pair-à-pair des biens com­muns. » Elle s’extasie devant « l’extraordinaire trans­for­ma­tion à l’œuvre dans les tech­no­lo­gies : la blo­ck­chain, l’automatisation, l’imprimante 3D, les fablabs, le retour des com­muns, les entre­prises sociales et col­lec­tives… ». Une Isa­belle Delan­noy bri­tan­nique, en somme (voir : https://www.partage-le.com/2018/10/de-paul-hawken-a-isabelle-delannoy-les-nouveaux-promoteurs-de-la-destruction-durable-par-nicolas-casaux/).

Clive Lewis est un jour­na­liste et membre du par­le­ment bri­tan­nique qui par­ti­cipe à pro­mou­voir le fameux Green New Deal (déve­lop­pe­ment mas­sif d’infrastructures indus­trielles basées sur des sources d’énergie dites « vertes », « renou­ve­lables », déve­lop­pe­ment des indus­tries de cap­ture et sto­ckage du car­bone, etc.). Et Paul Chat­ter­ton est un géo­graphe et spé­cia­liste du « déve­lop­pe­ment urbain sou­te­nable », qui pro­meut le concept de « villes bio », « sou­te­nables », etc.

Cela dit, si le noyau cen­tral d’Extinction Rebel­lion s’inscrit dans la veine de ce cou­rant soi-disant éco­lo­giste qui pro­meut l’idée d’une civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle verte, bio, car­bo­neutre et démo­cra­tique, cer­tains groupes locaux ne par­tagent pas cette pers­pec­tive illu­soire et indé­si­rable. (Pers­pec­tive très utile, en revanche, pour ras­su­rer les foules : pas de panique, une civi­li­sa­tion indus­trielle bio et démo­cra­tique existe, elle fini­ra donc par s’imposer d’elle-même, ou grâce aux acti­vistes qui réus­si­ront à for­cer la main de nos dirigeants).

Ce qui m’amène à nous. Nous les pri­mi­ti­vistes, anar­cho­pri­mi­ti­vistes, lud­dites, anti-indus­triels, décrois­sants (radi­caux) et autres éco-anar­chistes. Mal­gré des diver­gences sur quelques points rela­ti­ve­ment impor­tants, nous avons en com­mun de com­prendre qu’une civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle bio et démo­cra­tique, ça n’existe pas. Que ça ne peut pas exis­ter. Et que même si la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle pou­vait deve­nir bio (ce qui est impos­sible), elle demeu­re­rait néces­sai­re­ment anti­dé­mo­cra­tique (la com­plexi­té tech­no­lo­gique repo­sant sur et requé­rant des struc­tures sociales anti­dé­mo­cra­tiques, contrai­re­ment à ce que sug­gère le bara­tin des nou­veaux apôtres du mythe des hautes tech­no­lo­gies libératrices/émancipatrices, qui glo­ri­fient les impri­mantes 3D, la blo­ck­chain, les fablabs, etc.). Et impo­se­rait tou­jours une forme de vie détestable.

Nous n’encourageons pas et ne nous réjouis­sons donc pas du déve­lop­pe­ment des indus­tries des éoliennes, des pan­neaux solaires, et des autres sources d’énergie soi-disant « vertes » ou « renou­ve­lables » (hydro­élec­trique, bio­masse, etc.), non seule­ment parce que ces indus­tries ne sont jamais « vertes », ni « neutres en car­bone » (elles impliquent tou­jours des des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales et reposent tou­jours sur dif­fé­rentes formes d’exploitation sociale, d’esclavage moderne), mais aus­si parce que l’ensemble du sys­tème tech­no­lo­gique qu’elles ali­mentent est éga­le­ment nui­sible, à tous les niveaux et pour des tas de rai­sons. Nous com­pre­nons que même si l’on pou­vait (on ne peut pas) rem­pla­cer toute la pro­duc­tion éner­gé­tique issue des com­bus­tibles fos­siles par de telles éner­gies faus­se­ment « vertes », la situa­tion socioé­co­lo­gique serait tou­jours désastreuse.

Nous com­pre­nons que de véri­tables démo­cra­ties ne peuvent exis­ter qu’à petite échelle — au-delà, il y a bien dif­fé­rentes pos­si­bi­li­tés de fédé­ra­tions, mais qui me semblent per­son­nel­le­ment dou­teuses —, qu’elles requièrent des socié­tés à taille humaine. Et qu’ainsi, « en réa­li­té, il n’y a pro­ba­ble­ment pas de solu­tion au sein de la socié­té indus­trielle telle qu’elle nous est don­née » (Ber­nard Char­bon­neau), ou plu­tôt imposée.

Au bout du compte, nous vou­drions que la mono­cul­ture domi­nante, la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle pla­né­taire, soit inté­gra­le­ment déman­te­lée et rem­pla­cée par une mul­ti­tude de socié­tés vivrières, à taille humaine, sou­te­nables (et donc uni­que­ment basées sur des tech­no­lo­gies douces, ou basses tech­no­lo­gies), res­pec­tueu­se­ment inté­grées à leurs envi­ron­ne­ments spé­ci­fiques. « La pro­tec­tion de la nature, de la varié­té et de la liber­té humaines ne sera assu­rée que si l’on dis­so­cie l’économie natio­nale ou mul­ti­na­tio­nale en petites uni­tés autar­ciques et auto­gé­rées » (Ber­nard Char­bon­neau). Voi­là pour l’idéal. En atten­dant, la désas­treuse situa­tion socioé­co­lo­gique actuelle nous contraint à des objec­tifs plus modestes, « non pas éta­blir le para­dis sur terre, mais y évi­ter l’enfer » (encore selon une for­mule de Ber­nard Charbonneau).

Et nous com­pre­nons éga­le­ment qu’il est absurde et inutile d’attendre des diri­geants de la civi­li­sa­tion indus­trielle qu’ils orga­nisent eux-mêmes le déman­tè­le­ment com­plet de la socié­té qu’ils imposent avec tant de vio­lence et d’acharnement, et dont ils sont les prin­ci­paux bénéficiaires.

#

À gauche, le bateau sur lequel Greta Thunberg a traversé l'Atlantique, à droite, Juncker en train de lui donner le baise-main.

À gauche, le bateau sur lequel Gre­ta Thun­berg a tra­ver­sé l’At­lan­tique, à droite, Jun­cker en train de lui don­ner le baise-main.

THE CHAUD MUST GO ON

La jeune Gre­ta Thun­berg, nou­velle égé­rie de la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, va donc tra­ver­ser l’Atlantique en bateau pour se rendre au som­met sur le cli­mat orga­ni­sé par l’ONU, le 23 sep­tembre, à New York. Elle effec­tue­ra sa tra­ver­sée à bord du Mali­zia II, un voi­lier qui appar­tient à l’équipe du même nom fon­dée par le vice-pré­sident du Yacht-Club de Mona­co, Pierre Casi­ra­ghi, un membre de la famille prin­cière de Mona­co. Mais un voi­lier éco­lo et « zéro car­bone », natu­rel­le­ment, puisqu’il est « équi­pé de pan­neaux solaires et de tur­bines sous-marines per­met­tant de pro­duire de l’élec­tri­ci­té sur le bateau », et qu’on ne prend en compte dans son « bilan car­bone » rien de ce que sa construc­tion a impli­qué (ou bien qu’on l’ignore parce que les entre­prises qui l’ont finan­cée ont payé pour « com­pen­ser », et qu’elles sont donc par­don­nées, blan­chies, ver­dies, innocentées).

Dans un article de Libé­ra­tion, on peut lire :

« De nom­breuses cri­tiques de Gre­ta Thun­berg pro­fitent aus­si de cette nou­velle pour poin­ter les spon­sors, tout sauf éco­los, de Mali­zia. L’hebdomadaire Valeurs Actuelles titre ain­si : “Le voi­lier de Gre­ta Thun­berg est spon­so­ri­sé par le Yacht-Club de Mona­co, BMW et une banque suisse.” L’hebdomadaire relève que Pierre Casi­ra­ghi, le vice-pré­sident du Yacht-Club de Mona­co, est un membre de la famille prin­cière du Rocher, et que l’équipe Mali­zia est spon­so­ri­sée par BMW. A quoi Gre­ta Thun­berg répond : “L’équipe Mali­zia a bien sûr des spon­sors. Mais pour ce voyage avec moi à New York, il n’y a aucun spon­sor com­mer­cial. Tous leurs logos ont été enle­vés. Il n’est pas ques­tion d’argent ou de paie­ments futurs. Ils m’ont pro­po­sé un voyage gra­tuit car ils sou­tiennent ma cause”. »

Tous les logos ? Appa­rem­ment pas. Le voi­lier arbo­re­ra fiè­re­ment celui des « Glo­bal Goals » (ou Objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable) de l’ONU (le cercle multicolore).

Les objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l’ONU, c’est une expres­sion qui désigne la cam­pagne de pro­pa­gande de l’ONU en faveur d’une socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste (soi-disant) plus verte (« durable ») et plus équi­table. C’est aus­si un plan de finan­ce­ment mas­sif d’infrastructures et de tech­no­lo­gies dites « vertes » ou « durables ». Le pro­lon­ge­ment du désastre socio-éco­lo­gique actuel.

La média­ti­sa­tion de Gre­ta sert à cela. Lors du One Pla­net Sum­mit du 26 sep­tembre 2018, à New York :

« La Com­mis­sion euro­péenne a pro­po­sé de consa­crer 25% du pro­chain bud­get de l’U­nion euro­péenne (2021–2027), soit 320 mil­liards d’eu­ros, aux objec­tifs cli­ma­tiques et pré­voit un sou­tien finan­cier dédié aux inves­tis­se­ments durables dans les infra­struc­tures grâce au pro­gramme “Inves­tEU” de 150 mil­liards d’euros. »

(La Com­mis­sion euro­péenne a aus­si « annon­cé des pro­grammes pilotes visant à relan­cer l’industrie à long terme dans les régions minières, avec un sou­tien sur mesure pro­ve­nant notam­ment des 68,8 mil­liards d’euros de fonds structurels ».)

Pour­tant, au début de l’année, de nom­breux médias grand public ont affir­mé que c’était grâce au dis­cours de Gre­ta Thun­berg du 21 février 2019 à Bruxelles que l’Union Euro­péenne allait consa­crer un quart de son bud­get aux objec­tifs cli­ma­tiques. Mani­fes­te­ment, cela avait été déci­dé bien avant. En outre, il ne s’agit pas d’une bonne nou­velle mais d’une mau­vaise (plus d’argent pour le déve­lop­pe­ment de plus de nou­velles indus­tries, toutes plus nui­sibles les unes que les autres en dépit des pré­ten­tions durables, vertes, bio, car­bo­neutres, etc.). Gre­ta Thun­berg, en tant que cam­pagne média­tique, sert à la fois de diver­tis­se­ment (quelle saga ! Plus pal­pi­tant que Game of Thrones : un jour elle est à l’As­sem­blée, un jour Michel Onfray l’in­sulte igno­ble­ment et n’im­porte com­ment, un jour c’est l’autre cin­glé de Laurent Alexandre qui s’en charge, un jour elle ren­contre le Pape…) et de rai­son d’espérer. Un sou­lè­ve­ment de la jeu­nesse pour un monde meilleur plus bio et plus vert est en cours ! Une ado­les­cente va « sau­ver la pla­nète » ! En réa­li­té, tout ce qui se passe, c’est que les capi­ta­listes ont déci­dé de consa­crer plein de thunes au déve­lop­pe­ment de nou­velles indus­tries pour pré­ser­ver la seule chose qu’ils cherchent à sau­ver, qui n’est pas la pla­nète, mais la socié­té indus­trielle, le capi­ta­lisme. Al Gore, ce cher éco­lo, dont Gre­ta Thun­berg est, selon ses propres dires, une grande fan, l’affirme clairement :

« Ces temps-ci sont cru­ciaux pour les inves­tis­seurs. C’est au cours des dix pro­chaines années que nous devons accé­lé­rer urgem­ment la tran­si­tion vers une éco­no­mie à faible émis­sion de car­bone. Nous pen­sons que le capi­ta­lisme court le risque de s’écrouler. En consé­quence, le com­merce, qui a été assez timide par le pas­sé en ce qui concerne la méca­nique de l’investissement dans la sou­te­na­bi­li­té, s’apprête à aug­men­ter sa visi­bi­li­té. Nous devons y aller à fond. Nous allons deve­nir plus agres­sif parce que nous n’avons pas le choix. »

La pauvre Gre­ta, embar­quée dans le mael­strom de la média­ti­sa­tion et des men­songes durables, semble fière du fait que des busi­ness­man ultra­riches comme Pierre Casi­ra­ghi « sou­tiennent sa cause ». En réa­li­té, c’est elle qui, bon gré mal gré, est ame­née à sou­te­nir la leur.

#

N’AYEZ PAS D’OPINION, ET ACCEPTEZ LE NUCLÉAIRE MÊME SI VOUS ÊTES CONTRE

Le conseil du jour, par Gre­ta Thunberg :

« Il faut que nous nous conten­tions de trans­mettre ce mes­sage, sans for­mu­ler de demandes, sans for­mu­ler aucune demande. Nous n’avons pas l’éducation qu’il faut pour nous per­mettre de for­mu­ler des demandes, il faut lais­ser cela aux scien­ti­fiques. Nous devrions sim­ple­ment nous concen­trer sur le fait de par­ler au nom des scien­ti­fiques, dire aux gens qu’il faut les écou­ter eux. Et c’est ce que j’essaie de faire. Ne pas avoir d’opinions vous-mêmes, mais tou­jours vous réfé­rer à la science. »

Ce qui donne :

« Per­son­nel­le­ment je suis contre le nucléaire, mais selon le GIEC, il peut consti­tuer une petite par­tie d’une grande solu­tion éner­gé­tique décar­bo­née, par­ti­cu­liè­re­ment dans les pays et les régions qui ne dis­posent pas de pos­si­bi­li­tés pour déve­lop­per mas­si­ve­ment les éner­gies renouvelables […]. »

Vous avez pigé tas d’ignares ? Vous ne pou­vez pas com­prendre. Vous pen­sez peut-être que le nucléaire est un désastre ultime à déman­te­ler au plus vite, au même titre que la civi­li­sa­tion indus­trielle dans son ensemble, mais en réa­li­té vous n’avez pas l’éducation qu’il faut pour vous for­mer une opi­nion sur le sujet. Vous ne savez pas. Vous ne pou­vez pas savoir. Les experts, eux, savent. Ils savent que la voi­ture élec­trique, les pan­neaux solaires, les éoliennes, le nucléaire (ou peut-être, l’éconucléaire, ou le bio­nu­cléaire), l’économie cir­cu­laire, l’agriculture bio, la géo-ingé­nie­rie, etc., vont nous sau­ver, endi­guer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et rendre sou­te­nable (et même juste et éga­li­taire !) la civi­li­sa­tion. Alors n’ayez crainte. Ayez foi en la science. Au pro­grès. Bande d’idiots pes­si­mistes, un ave­nir radieux se profile !

#

Tweet de Gre­ta Thunberg

GRETA THUNBERG ET LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tra­duc­tion du tweet de Gre­ta Thun­berg : « Pour nous accueillir [à New York], l’ONU a envoyé un bateau pour cha­cun des 17 objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable ! Merci ! »

Je sais, encore ! encore un post sur Gre­ta Thun­berg ! Oui, c’est pénible, mais en même temps, les médias de masse conti­nuent inlas­sa­ble­ment de nous bom­bar­der d’informations la concer­nant. Entre les Sar­ko­zy qui se moquent bête­ment d’elle et les innom­brables tri­bunes qui la sanc­ti­fient, d’Al Jazee­ra au New York Times, nous n’avons droit, comme d’habitude, qu’à une pathé­tique mascarade.

Que sont ces 17 objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable dont Gre­ta parle dans son tweet ? Il s’agit d’une liste de 17 objec­tifs éta­blis par l’ONU et qui sont ras­sem­blés dans l’A­gen­da 2030. Sur le site de l’ONU, on peut lire :

« Les objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable nous donnent la marche à suivre pour par­ve­nir à un ave­nir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mon­diaux aux­quels nous sommes confron­tés, notam­ment ceux liés à la pau­vre­té, aux inéga­li­tés, au cli­mat, à la dégra­da­tion de l’environnement, à la pros­pé­ri­té, à la paix et à la jus­tice. Les objec­tifs sont inter­con­nec­tés et, pour ne lais­ser per­sonne de côté, il est impor­tant d’atteindre cha­cun d’entre eux, et cha­cune de leurs cibles, d’ici à 2030. »

L’objectif numé­ro 7, par exemple, inti­tu­lé « Éner­gie propre, et d’un coût abor­dable », met l’accent sur « l’augmentation de l’efficacité éner­gé­tique et l’utilisation accrue des éner­gies renou­ve­lables grâce à de nou­velles oppor­tu­ni­tés éco­no­miques et pro­fes­sion­nelles », sur « l’accès à des tech­no­lo­gies et à des car­bu­rants propres », sur l’importance « d’accroître les inves­tis­se­ments publics et pri­vés dans l’énergie ». Il s’agit, « d’ici à 2030 », de « ren­for­cer la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale en vue de faci­li­ter l’accès à la recherche et aux tech­no­lo­gies rela­tives à l’énergie propre, notam­ment l’énergie renou­ve­lable, l’efficacité éner­gé­tique et les nou­velles tech­no­lo­gies rela­tives aux com­bus­tibles fos­siles propres », et de « pro­mou­voir l’investissement dans l’infrastructure éner­gé­tique et les tech­no­lo­gies rela­tives à l’énergie propre ».

L’objectif 8, « Tra­vail décent et crois­sance éco­no­mique », consiste à : « Pro­mou­voir une crois­sance éco­no­mique sou­te­nue, par­ta­gée et durable, le plein emploi pro­duc­tif et un tra­vail décent pour tous ». Il s’agit entre autres de : « Par­ve­nir à un niveau éle­vé de pro­duc­ti­vi­té éco­no­mique par la diver­si­fi­ca­tion, la moder­ni­sa­tion tech­no­lo­gique et l’innovation, notam­ment en met­tant l’accent sur les sec­teurs à forte valeur ajou­tée et à forte inten­si­té de main‑d’œuvre ».

L’objectif 9, « Indus­trie, inno­va­tion et infra­struc­tures », consiste à : « Bâtir une infra­struc­ture rési­liente, pro­mou­voir une indus­tria­li­sa­tion durable qui pro­fite à tous et encou­ra­ger l’innovation ». Selon l’ONU : « Le pro­grès tech­no­lo­gique est à la base des efforts entre­pris pour atteindre les objec­tifs envi­ron­ne­men­taux, tels que l’utilisation opti­male des res­sources et de l’énergie. Sans la tech­no­lo­gie et l’innovation, il n’y aura pas d’industrialisation, et sans indus­tria­li­sa­tion, il n’y aura pas de déve­lop­pe­ment. Il faut inves­tir davan­tage dans les pro­duits de haute tech­no­lo­gie qui dominent les pro­duc­tions manu­fac­tu­rières afin d’accroître l’efficacité et de se concen­trer sur les ser­vices de télé­pho­nie cel­lu­laire mobile qui aug­mentent les connexions entre les personnes. »

Bref, comme cer­tains l’auront com­pris, il s’agit sim­ple­ment d’un bara­tin visant à pro­mou­voir la conti­nua­tion de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste, sous cou­vert de « dura­bi­li­té », d’égalité, de san­té, de paix dans le monde et de bon­heur uni­ver­sel (c’est-à-dire sous cou­vert des mêmes men­songes et imbé­cil­li­tés ayant ser­vi à pro­mou­voir l’industrialisme et l’idéologie du « déve­lop­pe­ment », qui nous ont menés dans cette désas­treuse situa­tion où nous nous enli­sons chaque jour un peu plus).

Et c’est pour de tels objec­tifs, pour de tels vains espoirs, pour de telles inep­ties, que les fans de Gre­ta Thun­berg et beau­coup d’écolos pas bien ins­pi­rés, dont une par­tie du « mou­ve­ment pour le cli­mat », mani­festent ardemment.

#

EXTINCTION REBELLION EST DE MÈCHE AVEC LE GOUVERNEMENT

Lors d’une inter­view en direct sur la chaîne d’information bri­tan­nique Sky News, Gail Brad­brook, une des prin­ci­pales fon­da­trices d’Extinction Rebel­lion (qui tra­vaillait aupa­ra­vant pour un orga­nisme qui, entre autres choses, fai­sait la pro­mo­tion du déploie­ment du réseau 5G) a récem­ment expli­qué que :

« […] Les poli­ti­ciens, en cou­lisse, y com­pris le gou­ver­ne­ment actuel, nous disent qu’ils ont besoin d’un mou­ve­ment social comme le nôtre pour obte­nir la per­mis­sion sociale de faire le néces­saire. Ils n’ont pas, jusqu’ici, dit la véri­té. Nous disons la véri­té. Nous avons besoin que les gens se concentrent sur cette urgence, et nous avons besoin d’une action massive. »

Le pré­sen­ta­teur de Sky News lui a alors deman­dé : « Que les choses soient claires, vous dites que les poli­ti­ciens du gou­ver­ne­ment vous disent : nous avons besoin que vous veniez à Londres [pour effec­tuer diverses actions sym­bo­liques] ? Il y a des ministres du gou­ver­ne­ment qui vous disent que c’est ce qu’ils veulent ? »

Ce à quoi Gail Brad­brook a répon­du : « Je vais vous par­ler d’une anec­dote que j’ai enten­due aujourd’hui qui l’illustre : j’ai ren­con­tré deux per­sonnes, aujourd’hui, qui ont dis­cu­té avec des conseillers de The­re­sa May, qui leur ont dit qu’ils savent à quel point la situa­tion est mau­vaise, et qu’ils ont besoin que nous aidions. Donc, en gros, nous fai­sons le boulot […]. »

Extinc­tion Rebel­lion a ini­tia­le­ment été conçu comme un moyen d’aider à pré­ci­pi­ter l’avènement d’un Green New Deal, d’une nou­velle phase de déve­lop­pe­ment (mais « durable », évi­dem­ment) de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste. À la marge, Extinc­tion Rebel­lion est par­fois un peu plus, lorsque des mili­tants de diverses branches locales élar­gissent ou altèrent la contes­ta­tion qu’elles portent.

Mais dans l’ensemble, c’est une nou­velle opé­ra­tion de green­wa­shing — qui ne se pense pas néces­sai­re­ment ain­si elle-même, Farha­na Yamin, Gail Brad­brook, etc., sont peut-être per­sua­dées que des inves­tis­se­ments mas­sifs dans de nou­velles indus­tries « vertes » ou « renou­ve­lables » vont résoudre une grande par­tie des pro­blèmes éco­lo­giques actuels.

Une « rébel­lion » pour appuyer les nou­veaux plans de déve­lop­pe­ment (« durable », évi­dem­ment) d’une par­tie des gou­ver­nants. Sacrée novlangue.

#

EXTINCTION REBELLION EST FINANCÉ PAR LES CAPITALISTES

Un groupe de richis­simes phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes états-uniens a fait don de près d’un demi-mil­lion d’eu­ros à l’or­ga­ni­sa­tion bri­tan­nique Extinc­tion Rebel­lion et à d’autres groupes d’é­tu­diants en grève pour le cli­mat, et pro­met que des dizaines de mil­lions d’eu­ros de dons vont suivre dans les pro­chains temps.

En effet « l’homme d’af­faire, inves­tis­seur, entre­pre­neur et phi­lan­thrope » Tre­vor Neil­son s’est asso­cié à Rory Ken­ne­dy (la fille de Robert Ken­ne­dy) et à Aileen Get­ty (de la richis­sime famille Get­ty, dont la for­tune est issue de l’in­dus­trie pétro­lière), pour lan­cer le Cli­mate Emer­gen­cy Fund (Fonds pour l’ur­gence cli­ma­tique). Ce fonds vise « à sou­te­nir le rem­pla­ce­ment des infra­struc­tures liées aux com­bus­tibles fos­siles par des infra­struc­tures liées à des sources d’énergie non-fos­sile, et le déve­lop­pe­ment des solu­tions de cap­ture et sto­ckage du car­bone », ain­si que le for­mule le quo­ti­dien bri­tan­nique The Independent.

Neil­son, qui a tra­vaillé avec des per­son­na­li­tés comme Bill Gates et Richard Bran­son, explique que ce fonds a été ins­pi­ré par l’adolescente sué­doise Gre­ta Thun­berg et par les mani­fes­ta­tions d’Extinction Rebel­lion en avril au Royaume-Uni.

Neil­son a expli­qué que les trois fon­da­teurs de ce fonds allaient uti­li­ser leurs contacts par­mi les ultra-riches pour obte­nir « cent fois » plus dans les semaines et mois qui viennent. « Cela pour­rait être notre meilleure chance d’endiguer l’urgence cli­ma­tique sans pré­cé­dent à laquelle nous fai­sons face », a‑t-il confié au quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian.

Il a éga­le­ment ajou­té que ce fonds ser­vi­rait à sou­te­nir des actions non-vio­lentes légales : « Il four­ni­ra des res­sources aux acti­vistes popu­laires qui cherchent à dis­rup­ter [sic] le sta­tu quo de manière non-vio­lente afin de deman­der aux gou­ver­ne­ments de décla­rer un état d’urgence cli­ma­tique et de mettre en place les poli­tiques adé­quates pour gérer cette crise. »

Un porte-parole d’Extinction Rebel­lion s’est féli­ci­té de ce geste en expli­quant : « c’est un signe du fait que nous arri­vons à un point de bas­cu­le­ment. Par le pas­sé, la phi­lan­thro­pie se concen­trait sur l’intérêt per­son­nel, mais désor­mais les gens réa­lisent que nous sommes tous dans le même bateau et uti­lisent leur argent pour notre bien-être collectif. »

Pas­sons sur la naï­ve­té signi­fi­ca­tive de la décla­ra­tion du porte-parole d’Extinction Rebel­lion, qui nage mani­fes­te­ment dans une illu­sion com­plè­te­ment absurde, mais sans doute très ras­su­rante. Ce que tout cela nous montre, c’est sim­ple­ment que les ultra-riches, les domi­nants, conti­nuent de faire en sorte de contrô­ler et d’encourager une pseu­do-contes­ta­tion dans le cadre de la socié­té qu’ils dirigent. Rien de nou­veau sous les pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques. Les « poli­tiques adé­quates » qu’ils veulent que les gou­ver­ne­ments mettent en place ne chan­ge­ront gros­so modo rien du tout à la socié­té indus­trielle capi­ta­liste dans laquelle nous vivons, n’ont à peu près aucune chance d’endiguer le désastre en cours, mais rap­por­te­rons sans doute beau­coup d’argent à cer­tains inves­tis­seurs, entre­pre­neurs et hommes d’affaire ayant des inté­rêts dans les indus­tries des tech­no­lo­gies « vertes », « propres », « renou­ve­lables », dans le busi­ness de la com­pen­sa­tion, dans les mar­chés du car­bone, dans l’industrie de la mono­cul­ture d’arbres, ou autre chose du genre. Les objec­tifs offi­ciels d’Extinction Rebel­lion, de la branche ori­gi­nelle du moins (la bri­tan­nique), ne sont pas pour rien com­pa­tibles avec les objec­tifs de ces richis­simes phi­lan­thropes (« neu­tra­li­té car­bone », « poli­tiques adé­quates » que les gou­ver­ne­ments devraient prendre pour gérer la crise, décla­ra­tion d’un « état d’urgence cli­ma­tique »). Rien qui menace le moins du monde la socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste, ses États et ses entreprises.

#

GRETA THUNBERG ET LE VASTE RÉSEAU CAPITALISTE DE PROMOTION DES ILLUSIONS VERTES

Dans quelques jours, le 22 sep­tembre 2019, Gre­ta Thun­berg sera l’invitée d’honneur de l’édition 2019 du “Social Good Sum­mit” (« Som­met pour le bien com­mun »), une confé­rence qui se tient chaque année durant la semaine de l’assemblée géné­rale de l’ONU, orga­ni­sée par la Fon­da­tion des Nations Unies en par­te­na­riat avec la Fon­da­tion Bill et Melin­da Gates (ces chers phi­lan­thropes éco­los) et le PNUD (Le Pro­gramme des Nations unies pour le déve­lop­pe­ment), et spon­so­ri­sée par Pfi­zer, Veri­zon, UBS, et bien d’autres entreprises.

L’objectif de ce som­met consiste à pro­mou­voir les Objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l’ONU. Qui se résument en gros à diverses pré­ten­tions éco­lo­gistes s’inscrivant dans la veine des pré­ten­tions démo­dées (et ayant prou­vé leur inep­tie) du « déve­lop­pe­ment durable ». C’est-à-dire que l’objectif de ce som­met consiste à pro­mou­voir le mythe d’un capi­ta­lisme vert, d’une socié­té tech­no-indus­trielle éco­lo. Mythes qui servent à ratio­na­li­ser la conti­nua­tion de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle (si elle peut deve­nir verte et socia­le­ment juste, aucune rai­son de vou­loir la déman­te­ler intégralement).

Par­mi les autres inter­ve­nants du Som­met, on retrouve Brune Poir­son, vice-pré­si­dente de l’As­sem­blée des Nations unies pour l’en­vi­ron­ne­ment (ANUE) et Secré­taire d’É­tat auprès du ministre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et soli­daire, qui a récem­ment affir­mé qu’il nous fal­lait déblo­quer 32 000 mil­liards d’euros pour finan­cer la « tran­si­tion éner­gé­tique » (c’est-à-dire pour finan­cer les men­songes verts que pro­meuvent les capi­ta­listes, qui vont ain­si s’en mettre plein les poches en finis­sant de détruire la pla­nète). Et Chris­tia­na Figueres, secré­taire exé­cu­tive de la Conven­tion-cadre des Nations unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques entre 2010 et 2016, et membre de la B‑Team, « une orga­ni­sa­tion à but non lucra­tif regrou­pant diri­geants d’en­tre­prise et membres de la socié­té civile en faveur d’un modèle éco­no­mique plus juste et plus res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment », selon Chal­lenges — en clair, une orga­ni­sa­tion dont le but est de pro­mou­voir un capi­ta­lisme vert et sym­pa —, créée par Richard Bran­son, fon­da­teur de Vir­gin, et Jochen Zeitz, l’ancien patron de Puma. La B‑Team compte éga­le­ment d’autres diri­geants fran­çais, comme Isa­belle Kocher, direc­trice géné­rale d’En­gie, Fran­çois-Hen­ri Pinault, PDG de Kering, et Emma­nuel Faber, PDG de Danone. Elle compte éga­le­ment par­mi ses membres Oli­ver Bäte, pré­sident du direc­toire d’Al­lianz, Andrew Live­ris, ex-PDG de Dow Che­mi­cal ou encore Paul Pol­man, direc­teur géné­ral d’Unilever.

Mais reve­nons-en à Chris­tia­na Figueres. En avril 2019, elle cosi­gnait une tri­bune avec Bill McKib­ben, le fon­da­teur de l’ONG éco­lo 350(.org), dans laquelle ils pro­mou­vaient de concert le mythe d’une socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste verte. Elle figure éga­le­ment par­mi les « cham­pions » de la cam­pagne du groupe Eve­ry Breath Mat­ter (« Chaque res­pi­ra­tion compte »), qui vise aus­si à pro­mou­voir dif­fé­rentes illu­sions vertes cen­sées per­mettre l’avènement d’une socié­té tech­no-indus­trielle verte, aux côtés de Leo­nar­do DiCa­prio et… de Gre­ta Thun­berg. Gre­ta Thun­berg avec laquelle Figueres a éga­le­ment cosi­gné une tri­bune, publiée en jan­vier 2019 sur le site du Washing­ton Post, dans laquelle elles font, comme tou­jours, la pro­mo­tion des illu­sions vertes cen­sées nous per­mettre de rendre « durable » ou « sou­te­nable » la civi­li­sa­tion techno-industrielle.

On n’en fini­rait pas de lis­ter les liens qui existent entre toutes les ONG, ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales, fon­da­tions de richis­simes capi­ta­listes, et célé­bri­tés sup­po­sé­ment éco­lo­gistes. Daniel Don­ner, l’agent « qui gère les rela­tions presse de Gre­ta Thun­berg », tra­vaille par exemple pour l’ECF, la Euro­pean Cli­mate Foun­da­tion, ou Fon­da­tion euro­péenne pour le cli­mat, une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale à but (soi-disant) non lucra­tif fon­dée en 2008, dont l’ob­jec­tif « est de pro­mou­voir des poli­tiques cli­ma­tiques et éner­gé­tiques qui per­met­traient [selon elle] de réduire les émis­sions de gaz à effet de serre en Europe et l’aideraient à jouer un rôle inter­na­tio­nal plus impor­tant dans la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique ». Cette Fon­da­tion euro­péenne pour le cli­mat est, entre autres, finan­cée par le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund (qui finance par ailleurs de nom­breuses orga­ni­sa­tions éco­los, dont l’ONG 350(.org)), la Fon­da­tion Ikea, Bloom­berg Phi­lan­thro­pies, ou encore la Fon­da­tion Cli­ma­te­Works — elle-même finan­cée par l’ONU, la Fon­da­tion Rocke­fel­ler, la Fon­da­tion Ford, etc. La Fon­da­tion euro­péenne pour le cli­mat est pré­si­dée par Lau­rence Tubia­na, qui a aupa­ra­vant tra­vaillé pour l’ONU, qui tra­vaille encore actuel­le­ment pour l’AFD (Agence fran­çaise de déve­lop­pe­ment), et qui siège au Haut conseil pour le cli­mat de notre cher Macron. L’AFD qui finance la fon­da­tion Good­Pla­net de Yann Arthus-Ber­trand et qui a finan­cé le film docu­men­taire « Demain » de Cyril Dion et Méla­nie Laurent.

ET AINSI DE SUITE. Ce qui pré­cède n’est qu’un minus­cule aper­çu d’une vaste toile d’intérêts capi­ta­listes, d’un vaste réseau inter­na­tio­nal de pro­mo­tion des illu­sions vertes, de pro­mo­tion du mythe d’un capi­ta­lisme vert et sym­pa, d’une socié­té tech­no-indus­trielle durable et équi­table. Pour un aper­çu un peu plus pous­sé, il faut lire les articles de Cory Mor­ning­star (celui-ci, par exemple : http://www.wrongkindofgreen.org/2019/09/17/the-manufacturing-of-greta-thunberg-for-consent-they-mean-business-volume-ii-act-iv/).

ALORS N’OUBLIEZ PAS. Si vous aus­si, vous vou­lez pro­mou­voir ces illu­sions, et si vous avez les bons contacts, et s’il se trouve qu’on a besoin de vous à ce moment-là pour quelque cam­pagne de diver­tis­se­ment mas­sive, on vous finan­ce­ra, et on vous ren­dra célèbre.

#

À PROPOS DES PROMOTEURS DES ILLUSIONS VERTES : DE NAOMI KLEIN À CYRIL DION

Peu après son arri­vée aux États-Unis à bord du bateau zéro car­bone du prince moné­gasque Pierre Casi­ra­ghi, qui arbo­rait, pour l’occasion, le logo des Objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l’ONU, Gre­ta Thun­berg a ren­con­tré la célèbre jour­na­liste Nao­mi Klein — une de ses idoles, à l’instar d’Al Gore.

Nao­mi Klein lui a pro­po­sé de par­ti­ci­per à une confé­rence orga­ni­sée par le média de gauche pro­gres­siste The Inter­cept, pour lequel elle tra­vaille. The Inter­cept est une créa­tion de l’organisation First Look Media, fon­dée par le mil­liar­daire Pierre Omi­dyar, à qui l’on doit eBay.

Nao­mi Klein siège éga­le­ment au conseil d’administration de l’ONG 350(.org). ONG fon­dée grâce à l’argent du Rocke­fel­ler Bro­thers Fund, qui conti­nue de la finan­cer. Par­mi les nom­breuses autres fon­da­tions qui la financent, on retrouve la Fon­da­tion Tides (elle-même finan­cée par de nom­breuses autres fon­da­tions, dont la Fon­da­tion Rocke­fel­ler, une autre fon­da­tion de la famille Rocke­fel­ler, la fon­da­tion du mil­liar­daire George Soros, etc.), la Oak Foun­da­tion du busi­ness­man et mil­liar­daire bri­tan­nique Alan Par­ker, et la Euro­pean Cli­mate Foun­da­tion (Fon­da­tion euro­péenne pour le cli­mat), pour laquelle tra­vaille Daniel Don­ner, l’agent de la famille Thun­berg. Si le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund de Vale­rie Rocke­fel­ler finance une ONG comme 350(.org), et si Susan Rocke­fel­ler est par­te­naire de la boite de pro­duc­tion du mari de Nao­mi Klein, Avi lewis, et co-pro­duc­trice exé­cu­tive du film docu­men­taire que ce der­nier a réa­li­sé à par­tir du livre Tout peut chan­ger, écrit par sa femme, c’est parce que la cri­tique que for­mule Nao­mi Klein ne menace en rien les inté­rêts Rockefeller.

Susan Rocke­fel­ler qui prend la pose pour la pro­mo­tion du livre This Changes Eve­ry­thing (Tout peut chan­ger) de Nao­mi Klein.

De la même manière, si ce livre de Nao­mi Klein est pro­mu par José Ángel Gurría, l’actuel secré­taire géné­ral de l’Or­ga­ni­sa­tion de coopé­ra­tion et de déve­lop­pe­ment éco­no­miques (OECD), ex-Secré­taire mexi­cain des Affaires étran­gères, et enne­mi des Zapa­tistes (que Klein a fré­quen­tés, à une époque), ce n’est pas pour rien.

Jose Angel Gur­ria qui prend la pose pour la pro­mo­tion du livre This Changes Eve­ry­thing (Tout peut chan­ger) de Nao­mi Klein.

Nao­mi Klein est aujourd’hui une fer­vente pro­mo­trice du Green New Deal, « un vaste plan d’in­ves­tis­se­ment dans les éner­gies décar­bo­nées visant à stop­per le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, tout en pro­mou­vant la jus­tice sociale ». En réa­li­té une vaste escro­que­rie, une mys­ti­fi­ca­tion, une carotte accro­chée au bout d’un bâton tenu par l’aile pro­gres­siste des inté­rêts éco­no­miques qui dirigent la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle (les entre­prises, médias, ONG, orga­ni­sa­tions, ins­ti­tu­tions et célé­bri­tés qui dépendent de ces inté­rêts éco­no­miques), afin de faire avan­cer les ânes. Toutes les tech­no­lo­gies dites « vertes », y com­pris les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte », « renou­ve­lable » ou « propre », impliquent des des­truc­tions et des pol­lu­tions envi­ron­ne­men­tales. Et toute l’énergie, verte, décar­bo­née, propre, renou­ve­lable ou non (c’est-à-dire l’énergie que pro­duisent les cen­trales nucléaires, les cen­trales à char­bon, les cen­trales solaires, les parcs éoliens, etc.), ne sert qu’à ali­men­ter des appa­reils et autres machines dont la pro­duc­tion, l’utilisation et la mise au rebut impliquent elles aus­si de nom­breuses dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales. Sans comp­ter que l’ensemble repose sur les régimes gou­ver­ne­men­taux anti­dé­mo­cra­tiques des États modernes, sur l’exploitation du grand nombre par le petit nombre (et de tous par tous), sur la ser­vi­tude moderne impo­sée par le capi­ta­lisme, lui-même impo­sé par l’État.

Bref, Nao­mi Klein pro­meut à peu près les mêmes âne­ries que Cyril Dion, qui la cite sou­vent, qui récu­père lui aus­si cette rhé­to­rique du New Deal, et qui est lui aus­si finan­cé, dans ses pro­jets, par dif­fé­rents orga­nismes farou­che­ment anti-déve­lop­pe­men­tistes, anti­ca­pi­ta­listes, décrois­sants et anar­chistes, comme l’AFD (Agence fran­çaise de déve­lop­pe­ment, une agence néo­co­lo­nia­liste qui finance l’industrialisation, appe­lée « déve­lop­pe­ment », du monde entier), ou France Télé­vi­sions. Cyril Dion qui tra­vaille désor­mais avec le gou­ver­ne­ment Macron autour d’une « Conven­tion citoyenne pour le cli­mat » qui, au mieux, ser­vi­ra à appuyer cette mys­ti­fi­ca­tion d’un Green New Deal. Dans la même veine, on trouve aus­si tous les Isa­belle Delan­noy, Maxime de Ros­to­lan, Yann Arthus-Ber­trand, etc.

En revanche, éton­nam­ment, les ONG, orga­ni­sa­tions et col­lec­tifs éco­lo­gistes qui s’opposent à l’État, au capi­ta­lisme, et/ou à l’industrialisme, ne reçoivent aucun finan­ce­ment de la part des ultra-riches et des orga­ni­sa­tions qu’ils contrôlent, et ne sont pas les bien­ve­nus dans les médias de masse. La dif­fé­rence entre un pseu­do-éco­lo­gisme sub­ven­tion­né par les riches et les ins­ti­tu­tions domi­nantes, et un véri­table mou­ve­ment d’op­po­si­tion contre ceux qui détruisent le monde.

#

Titre d’un article du Figaro.

LE « MOUVEMENT POUR LE CLIMAT », MASCARADE MÉDIATIQUE AUTORISÉE PAR LES AUTORITÉS

« Les auto­ri­tés new-yor­kaises ont don­né ce jeu­di 12 sep­tembre leur béné­dic­tion aux élèves qui veulent rater l’é­cole pour par­ti­ci­per à la grande mani­fes­ta­tion pour le cli­mat pré­vue le 20 sep­tembre, emme­née par la jeune Sué­doise Gre­ta Thunberg. »

Hier, par curio­si­té, parce que cela fait des mois que je remarque que toutes les inter­views de — et tous les articles sur — Gre­ta Thun­berg sont d’un vide sidé­ral, qu’on n’y apprend rien, qu’on n’y dit qua­si­ment rien, j’ai lu la retrans­crip­tion de l’en­tre­tien d’une heure (!) que Gre­ta a accor­dé à Demo­cra­cy Now, un média de gauche états-unien (finan­cé par les mêmes fonds phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes qui financent le « mou­ve­ment pour le climat »).

En une heure, j’es­pé­rais qu’ils par­vien­draient à lui faire dire des choses un peu plus pré­cises. À lui faire dis­cu­ter plus en détail les pro­blèmes de notre temps. Mais non. Rien. Le néant. On découvre, tenez-vous bien, que cer­taines per­sonnes pro­noncent mal le nom de Gre­ta. Disent Tun­berk, ou Teu­ne­berg, au lieu de Thun­berg. Les inca­pables. On (re)découvre l’his­toire per­son­nelle de Gre­ta, son his­toire fami­liale, lon­gue­ment. Puis, Amy Good­man, la jour­na­liste de Demo­cra­cy Now, l’in­ter­roge sur son autisme. Puis sur ce qu’est le véga­nisme. Puis lui demande de décrire en détail sa tra­ver­sée éco­lo de l’At­lan­tique en bateau. Enfin, elle l’in­ter­roge sur la grève pour le cli­mat pré­vue en sep­tembre. Fin de l’en­tre­tien. Pas un mot sur le capi­ta­lisme, l’in­dus­tria­lisme, sur la nature et les causes du désastre socioé­co­lo­gique en cours.

Bien sûr, les slo­gans habi­tuels, les phrases creuses et insi­gni­fiantes qui carac­té­risent l’é­co­lo­gisme média­tique, ponc­tuent l’in­ter­view. On rap­pelle ici que « nous vivons une crise exis­ten­tielle », là que « les règles doivent chan­ger », ou encore, là, que « nous devrions nous réveiller et réveiller les adultes […], nous mettre en colère et com­prendre ce qui est en jeu. Puis trans­for­mer cette colère en action pour agir à l’u­nis­son et ne pas abandonner. »

Tout un programme.

Quoi qu’il en soit, Gre­ta conti­nue d’é­cu­mer les médias de gauche et pro­gres­sistes des US (le Dai­ly Show de Tre­vor Noah, hier, etc.) où elle pro­page la bonne parole : la néces­si­té de mettre un coup de boost au déve­lop­pe­ment du « déve­lop­pe­ment durable » (ou capi­ta­lisme vert, ou indus­tria­lisme vert, c’est la même chose), de déve­lop­per mas­si­ve­ment les illu­sions vertes pour tout sau­ver, la civi­li­sa­tion indus­trielle, le cli­mat et les oiseaux.

Cela dit, il est impor­tant de rap­pe­ler que mani­pu­lée (ou, du moins, for­te­ment influen­cée) par son entou­rage, par ceux qui ont orches­tré sa pro­mo­tion et par le sys­tème tech­no-indus­triel capi­ta­liste dans son ensemble (en l’oc­cur­rence, par son aile déve­lop­pe­ment durable), comme nous le sommes un peu tous, il ne s’a­git pas de la blâ­mer per­son­nel­le­ment. Les prin­ci­paux res­pon­sables de cette mas­ca­rade sont les diri­geants et les pro­mo­teurs des illu­sions vertes, du sec­teur du déve­lop­pe­ment durable. États, entre­prises, fon­da­tions pri­vées, richis­simes capi­ta­listes (verts), médias de masse leur appartenant.

Ain­si que la der­nière enquête de Cory Mor­ning­star l’ex­pose, depuis des années, de nom­breuses et richis­simes fon­da­tions phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes financent lour­de­ment, à hau­teur de cen­taines de mil­lions de dol­lars, voire plus, le déve­lop­pe­ment du « mou­ve­ment pour le cli­mat » dans le monde entier. Mou­ve­ment dont les reven­di­ca­tions sont (donc) le plus sou­vent tout à fait com­pa­tibles avec la socié­té indus­trielle capi­ta­liste et son déve­lop­pe­ment (durable). Tan­dis que d’autres fon­da­tions pri­vées, liés à d’autres richis­simes capi­ta­listes, financent le cli­ma­tos­cep­ti­cisme : l’aile déve­lop­pe­ment durable et l’aile cli­ma­tos­cep­tique se rejoi­gnant sur l’im­por­tance et la néces­si­té de la conti­nua­tion de la socié­té tech­no-indus­trielle, pré­misse fon­da­men­tale, indis­cu­table et indis­cu­tée, sur laquelle ils s’ac­cordent tous.

Pen­dant que cer­tains sont inter­dits de mani­fes­ta­tion, d’autres reçoivent la béné­dic­tion des auto­ri­tés pour défi­ler dans les rues. La récu­pé­ra­tion du mou­ve­ment éco­lo­giste continue.

#

QUAND GRETA THUNBERG ET GEORGE MONBIOT FONT LA PROMOTION DE CONSERVATION INTERNATIONAL (ET DE SES PARTENAIRES DOUTEUX)

Dans une vidéo publiée très récem­ment, Gre­ta Thun­berg et George Mon­biot (jour­na­liste pro-nucléaire qui tra­vaille pour le quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian, un des sites d’informations les plus consul­tés au monde) font la pro­mo­tion de ce qu’ils appellent des “Natu­ral Cli­mate Solu­tions” ou “Nature-based Solu­tions”, c’est-à-dire des « solu­tions natu­relles au pro­blème cli­ma­tique ». À savoir, plan­ter des arbres. Fort bien. Mais « plan­ter des arbres » où, quand, com­ment, quels arbres, qui plante, sur des terres appar­te­nant à qui, ou à quoi ? On ne sait pas. Et on ne sau­ra pas. Parce que l’objectif n’est pas tant de nous inci­ter à plan­ter des arbres — sachant que plan­ter des arbres, c’est très vague, sachant que cela peut être une très bonne chose comme une très mau­vaise, ain­si que Fran­cis Hal­lé le rap­pelle ; les mono­cul­tures indus­trielles d’arbres qui se mul­ti­plient par endroit sont une cala­mi­té éco­lo­gique (lire aus­si : https://www.lejdd.fr/Societe/planter-des-arbres-pour-sauver-la-planete-pas-toujours-une-bonne-idee-3914391 et https://theconversation.com/ces-arbres-qui-cachent-des-forets-de-greenwashing-105744) —, que de nous encou­ra­ger à finan­cer les orga­nismes et ins­ti­tu­tions par­te­naires de l’organisation vers laquelle ren­voie la vidéo, qui nous invite éga­le­ment à « voter pour des gens qui défendent la nature », à « par­ta­ger cette vidéo » et à « en parler ».

Vidéo qui a été réa­li­sée en col­la­bo­ra­tion avec une grande ONG éco­lo inter­na­tio­nale, “Conser­va­tion Inter­na­tio­nal”, elle-même par­te­naire de nom­breuses entre­prises comme Bank of Ame­ri­ca, Apple, Hew­lett-Packard, HSBC, McDonald’s, Mit­su­bi­shi, Toyo­ta, etc.

Le site du pro­jet Natu­ral Cli­mate Solu­tions, vers lequel la vidéo nous ren­voie, nous pro­pose de « sou­te­nir » leurs « alliés », à savoir Conser­va­tion Inter­na­tio­nal, le PNUE (Pro­gramme des Nations unies pour l’en­vi­ron­ne­ment »), Avaaz, Les Amis de la Terre, Green­peace, le WWF, la Fon­da­tion Leo­nar­do DiCa­prio, et beau­coup d’ONG ou orga­ni­sa­tions du même genre. Le pro­blème, c’est que si cer­taines d’entre elles font par­fois du bon bou­lot, notam­ment au niveau de la base, des mili­tants les plus sur le ter­rain, beau­coup, au niveau de la direc­tion, à l’instar de Conser­va­tion Inter­na­tio­nal, versent dans le green­wa­shing de manière industrielle.

Sur Twit­ter, Ste­phen Cor­ry, le direc­teur de l’ONG Sur­vi­val Inter­na­tio­nal, une orga­ni­sa­tion mon­diale de sou­tien aux peuples indi­gènes — bien moins connue que Green­peace, le WWF, Avaaz, Leo­nar­do DiCa­prio, ou Gre­ta Thun­berg ; sans doute parce que les peuples indi­gènes, ça n’intéresse pas les inté­rêts éco­no­miques domi­nants, ça n’in­té­resse pas la bour­geoi­sie nar­cis­si­que­ment pré­oc­cu­pée par son ave­nir cli­ma­tique —, a réagi ain­si à la vidéo de Thun­berg et Monbiot :

« Gre­ta Thun­berg dit que “tout compte”, alors pour­quoi a‑t-elle par­ti­ci­pé, avec George Mon­biot, à un film pro­duit par Conser­va­tion Inter­na­tio­nal ? Qui est par­te­naire de Che­vron, Toyo­ta, Paci­fic Gas & Elec­tri­ci­ty (res­pon­sable de rejets de pro­duits toxiques, cri­mi­nel­le­ment condam­nable pour incen­dies volon­taires), etc. Qui se fait mener en bateau ? »

Une ancienne sala­riée de Conser­va­tion Inter­na­tio­nal, Chris­tine Mac­Do­nald, jour­na­liste et auteur du livre “Green. Inc.”, accuse d’ailleurs Conser­va­tion Inter­na­tio­nal de favo­ri­ser l’« éco­blan­chi­ment » en per­met­tant à de nom­breuses mul­ti­na­tio­nales pol­luantes comme BP, Shell ou Nor­throp Grum­man de faire par­tie des par­te­naires de l’ONG moyen­nant finance et sans réelle contre­par­tie. Ces fonds servent notam­ment à payer les très hauts salaires de Conser­va­tion Inter­na­tio­nal, son PDG, Peter Selig­mann, a gagné plus de 470 000 dol­lars en 2010. (Pour creu­ser le sujet : https://www.bastamag.net/Comment-les-plus-gros-pollueurs-de)

Ste­phen Cor­ry ajoute ensuite :

« Oups, j’ai oublié de rap­pe­ler que le pré­sident du comi­té exé­cu­tif de Conser­va­tion Inter­na­tio­nal [Wes Bush], tra­vaille pour Nor­throp Grum­man, une des plus impor­tantes entre­prises d’armement au monde. Sur­pris ? Vous ne le seriez pas si vous sui­viez le tra­vail de Sur­vi­val Inter­na­tio­nal sur les dégâts que génèrent les grandes ONG du domaine de la conservation. »

Bref, une fois de plus, Gre­ta Thun­berg se retrouve à faire la pro­mo­tion d’une éco­lo­gie plus que douteuse.

#

Tweet du Ceres

DES CENTAINES D’INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS SONT AVEC TOI, GRETA

La CERES (Coa­li­tion for Envi­ron­men­tal­ly Res­pon­sible Eco­no­mies, soit « Coa­li­tion pour des éco­no­mies éco­lo­gi­que­ment res­pon­sables ») est une ONG amé­ri­caine qui tra­vaille « avec les inves­tis­seurs et les entre­prises les plus influentes pour s’at­ta­quer aux défis du déve­lop­pe­ment durable, comme le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ». Son réseau d’investisseurs com­prend plus de 170 inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels (par­mi les­quels : Bla­ckRock, BNP Pari­bas Asset Mana­ge­ment, etc.) qui gèrent plus de 26 bil­lions de dol­lars d’actifs. Son réseau d’entreprises compte plus de 50 com­pa­gnies (par­mi les­quelles Bank of Ame­ri­ca, Coca-Cola, Ford, JPMor­gan, etc.), dont 75% font par­tie du top 500 du maga­zine Fortune.

Dans un article publié sur le site de l’entreprise Ethi­cal Cor­po­ra­tion, Sue Reid, vice-pré­sident du CERES, affirme son sou­tien à Gre­ta Thun­berg, et au mou­ve­ment pour le cli­mat, plus généralement :

« Tan­dis que la jeune acti­viste sué­doise de 16 ans Gre­ta Thun­berg se pre­pare à mener des cen­taines de mil­liers de gens lors de la grève géné­rale pour le cli­mat d’aujourd’hui, […] elle dis­pose d’un allié puis­sant dans sa quête pour décar­bo­ni­ser l’économie mon­diale : les inves­tis­seurs institutionnels. »

L’article se pour­suit en citant les nom­breux inves­tis­seurs et groupes d’investisseurs qui se mobi­lisent pour que les États et les entre­prises s’attèlent à endi­guer le pro­blème du réchauf­fe­ment climatique.

C’était un exemple du sou­tien ins­ti­tu­tion­nel dont béné­fi­cie Gre­ta Thun­berg — sou­tien qui est évident, mais il sem­ble­rait que cer­tains aient du mal à com­prendre ce qui se passe sous leurs yeux. Des exemples, il y en beau­coup d’autres. L’invitation de Gre­ta Thun­berg au forum de Davos, par exemple, puis au som­met de l’ONU (deux orga­ni­sa­tions farou­che­ment anti­ca­pi­ta­listes, anti-sys­tème, qui s’apprêtent à tout chan­ger, à redis­tri­buer les richesses et le pou­voir qu’accaparent les puis­sants). Son voyage en bateau avec un prince moné­gasque. La cou­ver­ture média­tique en sa faveur (pané­gy­riques dans le New York Times, dans le New York Mag, d’innombrables articles louan­geurs dans le Guar­dian, dans Le Monde, etc.) — bien que cer­tains médias de masse par­ti­cipent éga­le­ment à dif­fu­ser quelques cri­tiques à son encontre, toutes plus pathé­tiques les unes que les autres (celles des Fin­kiel­kraut, Sar­ko­zy, Onfray). On peut aus­si rap­pe­ler les nom­breuses entre­prises qui, dans le monde entier, ont auto­ri­sé et encou­ra­gé leurs employés à par­ti­ci­per aux marches « pour le cli­mat ». Et pour de nom­breuses autres illus­tra­tions de ce sou­tien mas­sif, il faut lire les enquêtes (en anglais) de Cory Mor­ning­star (http://www.wrongkindofgreen.org/2019/09/11/the-manufacturing-of-greta-thunberg-for-consent-volume-ii-act-i-a-design-to-win-a-multi-billion-dollar-investment/).

Cela dit, ce sou­tien est réci­proque. Gre­ta pro­meut les absur­di­tés habi­tuelles du capi­ta­lisme vert (les Objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l’ONU, par exemple, l’« éco­no­mie cir­cu­laire », les indus­tries des éner­gies dites « vertes », etc.). Bien entendu.

#

Tweet de George Mon­biot (« Le black bloc a plus ou moins détruit les mani­fes­ta­tions pour la jus­tice mon­diale au début de ce siècle. Nous devons faire tout ce que nous pou­vons pour les exclure de nos mani­fes­ta­tions pour le climat. »)

GEORGE MONBIOT DÉTESTE LE BLACK BLOC ET DÉFEND UNE NON-VIOLENCE ABSOLUE

George Mon­biot, l’é­di­to­crate pro-nucléaire du Guar­dian, avec lequel Gre­ta Thun­berg a récem­ment tour­né une vidéo pro­mou­vant les Nature-Based Solu­tions de l’O­NU et autres ins­ti­tu­tions domi­nantes du capi­ta­lisme, s’est fen­du d’un sym­pa­thique tweet dans lequel il s’in­digne du fait qu’un black bloc et des gilets jaunes aient per­tur­bé la « marche pour le cli­mat » pari­sienne, et explique aux mar­cheurs « pour le cli­mat » qu’ils devraient faire tout ce qu’ils peuvent pour exclure de tels mani­fes­tants de leur manifestation

George Mon­biot est l’exemple même du pseu­do-contes­ta­taire au dis­cours inco­hé­rent et insi­dieux qui sert à pro­mou­voir une illu­sion d’op­po­si­tion dans les médias de masse. Il se dit désor­mais anti­ca­pi­ta­liste — après avoir pas­sé la qua­si-tota­li­té de son exis­tence de jour­na­liste à ne fus­ti­ger que cer­tains excès du capi­ta­lisme, ce qu’il recon­nait. Sauf qu’en réa­li­té, rien n’a chan­gé. Le type de chan­ge­ment social qu’il pro­meut s’ins­crit tou­jours exac­te­ment dans le cadre du capi­ta­lisme (emplois verts, indus­tries des éner­gies dites vertes, etc.). Dans cette caté­go­rie des pseu­do-contes­ta­taires bien­ve­nus dans les médias de masse, des idiots utiles qui per­mettent d’o­rien­ter une par­tie de la popu­la­tion vers une oppo­si­tion absurde, illu­soire, qui per­mettent de faire adhé­rer une par­tie de la popu­la­tion à diverses fausses solu­tions, on retrouve Cyril Dion, Nao­mi Klein, et autres per­son­na­li­tés similaires.

Pour ceux qui ne sont pas fami­liers avec ce qu’est un black bloc, il y a un livre de Fran­cis Dupuis-Déri, ici pré­sen­té par Pierre Madelin​, qui traite du sujet : https://comptoir.org/2019/04/09/faut-il-avoir-peur-des-black-blocs/

#

Titre d’un article du jour­nal Le Soir

FACE À GRETA, LES CAPITALISTES TREMBLENT DE PEUR

OUI, JE SAIS, Gre­ta, encore. Mais cer­tains l’au­ront com­pris. Gre­ta n’est pas le sujet prin­ci­pal de mes remarques. Gre­ta Thun­berg est juste un phé­no­mène tem­po­raire per­met­tant de mettre en lumière cer­taines choses. Et si notre cher Bill l’ap­pré­cie, c’est parce qu’elle ne menace pas le moins du monde le sys­tème dont il est un des prin­ci­paux tenanciers.

Cer­taines per­sonnes, pas­sant outre ou igno­rant le fait que Gre­ta Thun­berg sou­tienne expli­ci­te­ment les pro­messes et objec­tifs du capi­ta­lisme vert (les objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l’O­NU, par exemple), et occul­tant toute l’or­ches­tra­tion de sa média­ti­sa­tion, se concentrent uni­que­ment sur les slo­gans — aus­si révo­lu­tion­naires que vides de sens — qu’elle pro­clame régu­liè­re­ment. Comme lors­qu’elle affirme qu’il nous fau­drait « chan­ger les règles du jeu », ou « chan­ger de système ».

Ain­si que l’a remar­qué Kwame Ture :

« Le capi­ta­lisme, sys­tème insi­dieux, cherche non seule­ment à fonc­tion­ner sur l’ex­ploi­ta­tion de notre labeur et d’autres res­sources, mais aus­si à rendre confuse notre réflexion. Il cherche à nous faire croire que nous pen­sons, quand, en réa­li­té, nous ne fai­sons que réagir à quelque stimuli. »

Voi­ci ce qu’on peut lire dans un article publié le 16 sep­tembre 2019, sur le site du Finan­cial Times (jour­nal capi­ta­liste s’il en est) :

« VOICI LE NOUVEAU PROGRAMME

La pros­pé­ri­té du capi­ta­lisme de libre entre­prise dépen­dra de sa capa­ci­té à faire du pro­fit, mais du pro­fit avec un objectif. […] 

Le capi­ta­lisme de libre-entre­prise s’est mon­tré remar­qua­ble­ment capable de se réin­ven­ter lui-même. De temps à autre, ain­si que l’his­to­rien et poli­ti­cien Tho­mas Babing­ton Macau­lay l’a intel­li­gem­ment remar­qué, il est néces­saire de le réfor­mer afin de mieux le pré­ser­ver. Nous sommes aujourd’­hui dans un tel moment. Le temps est venu de le relancer. »

Ce que l’on constate aujourd’­hui, en effet, c’est que le capi­ta­lisme cherche à assu­rer son ave­nir, à se réfor­mer pour mieux se pré­ser­ver. Ain­si que le sou­haite Al Gore :

« Ces temps-ci sont cru­ciaux pour les inves­tis­seurs. C’est au cours des dix pro­chaines années que nous devons accé­lé­rer urgem­ment la tran­si­tion vers une éco­no­mie à faible émis­sion de car­bone. Nous pen­sons que le capi­ta­lisme court le risque de s’écrouler. En consé­quence, le com­merce, qui a été assez timide par le pas­sé en ce qui concerne la méca­nique de l’investissement dans la sou­te­na­bi­li­té, s’apprête à aug­men­ter sa visi­bi­li­té. Nous devons y aller à fond. Nous allons deve­nir plus agres­sif parce que nous n’avons pas le choix. »

Et ce que l’on constate aus­si, c’est que le « mou­ve­ment pour le cli­mat », sou­te­nu par tout un pan des inté­rêts capi­ta­listes (y com­pris par le Finan­cial Times, qui le pro­meut régu­liè­re­ment) par­ti­cipe à l’ef­fer­ves­cence cen­sée sti­mu­ler cette relance du capi­ta­lisme. Sous cou­vert de toutes sortes de pro­messes, pré­ten­tions vertes à sau­ver le cli­mat ou la pla­nète, c’est son ave­nir à lui qu’il espère préserver.

D’où l’en­thou­siasme de ce cher Bill.

#

PAS CONTRE LA CROISSANCE, PAS POLITIQUE, ET VIVE LA SCIENCE (encore)

Dans une inter­view accor­dée au Dagens Nyhe­ter, un quo­ti­dien sué­dois, inter­view qui se déroule dans la voi­ture élec­trique de Schwar­ze­neg­ger (si, si, c’est sérieux, il a gra­cieu­se­ment pro­po­sé à Gre­ta Thun­berg et son équipe de la leur prê­ter durant leur séjour aux Amé­riques), Gre­ta Thun­berg met les choses au clair concer­nant ce qu’elle pense de la crois­sance, et répète son refrain habi­tuel de sou­mis­sion durable vis-à-vis des Auto­ri­tés Scien­ti­fiques (et rien de tout cela n’est poli­tique, c’est juste LA Véri­té, car Scien­ti­fique, bien évi­dem­ment). Mor­ceaux traduits :

« Ils font de cela un sujet poli­tique, mais je ne parle jamais de poli­tique, tout ce que je dis, c’est que nous devons écou­ter la Science. […]

Je n’ai jamais fait de décla­ra­tion poli­tique. Je n’ai jamais sou­te­nu de par­ti poli­tique et je n’ai jamais for­mu­lé d’o­pi­nion politique. […] 

Je n’ai jamais dit que nous ne devrions pas avoir de crois­sance éco­no­mique. J’ai sim­ple­ment dit qu’au lieu de nous concen­trer avant tout sur la crois­sance éco­no­mique et de par­ler argent, nous devrions par­ler des vies humaines et des écosystèmes. »

#

GRETA THUNBERG ET LE CAPITALISME VERT (encore)

La média­ti­sa­tion de Gre­ta Thun­berg consti­tue, assez clai­re­ment, et depuis son com­men­ce­ment, une récu­pé­ra­tion de plus, un détour­ne­ment de plus des inquié­tudes éco­lo­gistes ain­si que des inquié­tudes qu’on pour­rait dire col­lap­so­lo­giques (des inquié­tudes vis-à-vis du futur de la socié­té tech­no-indus­trielle qu’elle est mena­cée par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ouin, ouin), qui tra­versent une par­tie de la popu­la­tion des pays riches, déjà « déve­lop­pées », industrialisées.

Il y a bien long­temps que le sys­tème indus­triel et capi­ta­liste (les prin­ci­paux groupes d’intérêts qui le dirigent) a com­pris qu’une des condi­tions pour que les gens croient aux pré­ten­tions démo­cra­tiques dont il se pare désor­mais implique, en son sein, une sorte d’opposition, la mise en scène d’une pseu­do-conflic­tua­li­té — en véri­té, par­fai­te­ment inof­fen­sive. Ce n’est pas par hasard que Gre­ta Thun­berg est invi­tée au Forum de Davos, à tous les évè­ne­ments inter­na­tio­naux en lien avec le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, qu’on lui pro­pose des tri­bunes dans les médias de masse les plus pres­ti­gieux, etc.

Et, comme une fois n’est pas cou­tume, une fois de plus, une bonne par­tie de ceux qui, en temps nor­mal, com­prennent à peu près les nui­sances que consti­tuent ledit Forum, les­dits médias de masse, la mas­ca­rade anti­dé­mo­cra­tique sur laquelle repose les grands som­mets inter­na­tio­naux, etc., ont néan­moins pla­cé beau­coup d’espoir dans la jeune Gre­ta Thun­berg, pré­sen­tée comme une figure de proue d’une sorte de rébel­lion en faveur d’une trans­for­ma­tion qui ren­drait sou­te­nable — qui assu­re­rait l’avenir de — la socié­té tech­no-indus­trielle. Notam­ment parce qu’ils par­tagent, en fin de compte, cette aspiration.

(Le fait que Gre­ta Thun­berg soit atta­quée par une par­tie des médias de masse, de l’intelligentsia média­tique, des poli­ti­ciens, cette par­tie qui se fiche pas mal du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ou le nie, illustre bien la pseu­do-conflic­tua­li­té que met en scène le sys­tème tech­no­ca­pi­ta­liste pour assu­rer sa per­pé­tua­tion. Les deux camps (les pro et anti-Gre­ta des médias de masse) par­tagent, quoi qu’il en soit, un même objec­tif : la conti­nua­tion de la civi­li­sa­tion indus­trielle. Seule­ment, les anti-Gre­ta consi­dèrent qu’elle n’est pas mena­cée, que tout va bien, que le réchauf­fe­ment cli­ma­tique est un canular).

L’époque étant à la confu­sion, si la prin­ci­pale reven­di­ca­tion du « mou­ve­ment des jeunes pour le cli­mat », à savoir « s’il vous plait, sau­vez nos vies et notre futur » (voir ici), relève d’un com­plet nar­cis­sisme, d’une inquié­tude auto­cen­trée, socio­cen­trée, pou­vant être tra­duite par « s’il vous plait, sau­vez l’avenir de notre uni­vers, la socié­té indus­trielle, faites en sorte qu’elle ne s’écroule pas, qu’elle ne soit pas détruite par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique », le même mou­ve­ment lui adjoint des reven­di­ca­tions concer­nant un peu toutes les luttes sociales du moment, en sou­te­nant par exemple les luttes des peuples indi­gènes (les­quels sont, para­doxa­le­ment, détruits par la socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste dont les jeunes « pour le cli­mat » cherchent à assu­rer l’avenir), le fémi­nisme (mais le fémi­nisme capi­ta­liste, celui qui réclame l’égalité dans l’exploitation, dans la domi­na­tion, dans les inéga­li­tés), etc.

Quoi qu’il en soit, lorsque j’ai cri­ti­qué la média­ti­sa­tion et le dis­cours de Gre­ta Thun­berg, affir­mé qu’il s’agissait d’une mani­fes­ta­tion de plus d’une fausse oppo­si­tion au ser­vice du ver­dis­se­ment du capi­ta­lisme, d’une nou­velle phase de déve­lop­pe­ment indus­triel, sup­po­sé­ment verte, cer­tains ont insis­té pour me dire que je me trom­pais, que c’était une sorte d’opposition vraie, spon­ta­née, authen­tique, ou que sais-je. En plus de tout ce que je rap­porte dans quelques articles publiés sur notre site, voi­ci quelques cita­tions tirées du livre inti­tu­lé ‘Scènes du cœur’, écrit par la famille Thun­berg (Gre­ta Thun­berg, Svante Thun­berg, Bea­ta Ern­man, Mal­e­na Ernman) :

« Les solu­tions existent, elles fonc­tionnent très bien. Avec des sources d’énergies renou­ve­lables comme le solaire et l’éolien, nous avons d’ores et déjà la pos­si­bi­li­té d’entamer une éli­mi­na­tion très rapide de la socié­té des éner­gies fos­siles. Tout avance, mais les inves­tis­se­ments sont encore trop lents. Beau­coup trop lents.

Tout le monde a l’air de croire que la tech­nique va nous sau­ver. Mais les pro­duc­teurs d’énergie freinent l’évolution et nous, les indi­vi­dus qui avons la chance de pou­voir por­ter cette évo­lu­tion, nous n’avons pas l’air de croire à la tech­nique. Ou plus exac­te­ment : nous n’avons pas l’air de croire que nous avons besoin d’être sauvés. »

« La réduc­tion dra­co­nienne de nos émis­sions sera envi­sa­geable lorsque nous déci­de­rons de fer­mer aus­si vite que pos­sible les puits de pétrole et de nous adap­ter à la nou­velle réa­li­té à laquelle les équipes de recherche à tra­vers le monde nous ren­voient invariablement.
Ce qui ne veut pas dire qu’une crois­sance verte et durable n’est pas sou­hai­table, pos­sible ou bienvenue.

Mais pour l’heure, nous ne pou­vons avoir d’autre prio­ri­té, car toutes nos marges de manœuvre ont pris fin. »

La rela­tive oppo­si­tion des Thun­berg au nucléaire est un des seuls points posi­tifs de leur discours :

« OK, on a besoin de beau­coup de nou­velles éner­gies non fos­siles. Et on en a besoin main­te­nant, reprend Gre­ta. Alors on doit miser sur l’alternative la moins chère et la plus rapide, la meilleure. Alors pour­quoi miser sur une chose qui néces­site plus de dix années de construc­tion alors qu’on a le vent et le soleil dis­po­nibles en quelques mois seule­ment ? Pour­quoi miser sur une chose si chère, alors que le vent et le soleil le sont beau­coup moins – et le sont de moins en moins à chaque minute qui passe ? Pour­quoi miser sur une chose extrê­me­ment ris­quée quand on peut miser sur une qui ne l’est pas du tout ? »

Mais le déve­lop­pe­ment mas­sif des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite verte, propre ou renou­ve­lable demeure leur prin­ci­pal che­val de bataille :

« Et au lieu de dépen­ser plus de 4 000 mil­liards de cou­ronnes par an pour sub­ven­tion­ner les éner­gies fos­siles, le monde devrait consa­crer cet argent à déve­lop­per les éner­gies éolienne et solaire. Un chiffre que nous pour­rions cer­tai­ne­ment mul­ti­plier par beaucoup. »

S’ils cri­tiquent les concepts de l’avion « vert » et du char­bon « propre » au motif qu’ils sont loin d’être des réa­li­tés abou­ties, il s’agit tout de même de concepts « prometteur » :

« L’avion vert est à peu près comme le char­bon propre de Trump, ou ce qu’on appelle le Car­bon Cap­ture and Sto­rage (CCS). C’est pro­met­teur, mais ça ne fonc­tion­ne­ra jamais à temps. Sauf pour les entre­prises qui ont les yeux ban­dés, bien sûr.

Ces entre­prises qui pré­tendent que tout va s’arranger, à condi­tion que nous conti­nuions à ache­ter leurs pro­duits verts. »

On note­ra qu’ils se moquent des « pro­duits verts » de cer­taines entre­prises tout en pro­mou­vant ver­te­ment le déve­lop­pe­ment des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie soi-disant « verte ».

On note­ra aus­si la dépo­li­ti­sa­tion qu’ils pro­meuvent au tra­vers de leur ido­lâ­trie de « la science » :

« Nous vou­lons que vous res­pec­tiez l’accord de Paris et les pré­co­ni­sa­tions des rap­ports du GIEC. Nous n’avons aucun autre mani­feste poli­tique ou demande que celle-là : écou­tez la science ! »

« Il y a un autre argu­ment contre lequel je ne peux rien, le fait que « je suis juste une enfant et que nous ne devrions pas écou­ter les enfants ». Cela peut faci­le­ment se résoudre : écou­tez la science à la place. Parce que si tout le monde écou­tait les scien­ti­fiques et les faits aux­quels je me réfère tout le temps, per­sonne n’aurait à m’écouter moi ou les cen­taines de mil­liers d’enfants en grève de l’école pour le cli­mat, et ce par­tout dans le monde. Alors nous pour­rions tous retour­ner à l’école. Je suis juste une mes­sa­gère. […] Je ne dis rien de nou­veau, seule­ment ce que les scien­ti­fiques répètent depuis des années. »

En cela, ils rejoignent l’élite diri­geante du tech­no­ca­pi­ta­lisme, les capi­taines d’industrie de la Sili­con Val­ley, à l’instar de Bill Gates, dont la recom­man­da­tion numé­ro 1, pour le futur, est : « Lais­ser la science et l’innovation nous guider ».

L’apologie de la Science et des indus­tries des soi-disant « renou­ve­lables » ne met­tra ni un terme au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ni à la des­truc­tion du monde natu­rel. Le déve­lop­pe­ment de nou­velles indus­tries n’a jamais été une solu­tion pour lut­ter contre la des­truc­tion du monde par l’industrie. Les indus­tries de pro­duc­tion de pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques, d’éoliennes, de construc­tion de bar­rages hydro­élec­triques, etc., sont syno­nymes de dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales de bout en bout, ain­si que d’exploitation des êtres humains réduits au rang de « res­sources humaines » par le capitalisme.

Ceux qui se sou­cient du monde natu­rel, de la san­té de la bio­sphère, des com­mu­nau­tés bio­tiques, des autres espèces vivantes, de même que ceux qui se sou­cient de la liber­té, de l’égalité, de la joie et de la digni­té humaines, ont à com­battre leurs prin­ci­paux enne­mis : le capi­ta­lisme, l’industrialisme, la tech­no­lo­gie (c’est-à-dire le déve­lop­pe­ment tech­nique de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste), les tech­no­lo­gies auto­ri­taires plus géné­ra­le­ment, la Science (l’institution de recherche for­mée par et pour la socié­té capi­ta­liste), l’État, c’est-à-dire aus­si la déme­sure, la délé­ga­tion ins­ti­tu­tion­na­li­sée et obli­ga­toire du pou­voir indi­vi­duel, etc. Rien de tout cela n’est ne serait-ce que ques­tion­né par les Thun­berg. Au contraire.

En atten­dant, au nom de la lutte pour conser­ver un cli­mat adap­té à la socié­té indus­trielle, on rase des forêts pour ali­men­ter des cen­trales à bio­masse ou ins­tal­ler des cen­trales pho­to­vol­taïques, on fait tour­ner l’industrie des extrac­tions minières pour obte­nir les maté­riaux néces­saires à la construc­tion des pan­neaux, d’éoliennes, ou de bar­rages hydro­élec­triques, mais aus­si l’industrie du BTP (grâce à Cyril Dion et à la Conven­tion Citoyenne pour le Cli­mat, en France, qui veulent refaire l’isolation de tous les loge­ments), on fait de l’argent, on exploite des tra­vailleurs un peu par­tout, bref, busi­ness-as-usual. Vive la Science. Vive le Pro­grès. Vive Gre­ta Thunberg.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
6
Shares
14 comments
  1. Bon­jour,
    Ne vous inquié­tez pas, vos idées vont s’ins­tal­ler toutes seules ! En com­bien de temps, je ne sais pas.
    Pre­nez le voca­bu­laire des 50 der­nières années et écri­vez les contraires pour les 50 qui viennent.
    Mais, la marche arrière ne se fera pas sur la route de la marche avant car les res­sources ne seront pas les mêmes et le savoir glo­bal a augmenté.
    Dans le voca­bu­laire, on va trouver :
    Pénu­rie, ration­ne­ment, manque, maladie,cherté, délai, récu­pé­ra­tion, local, débrouillar­dise, mar­ché noir, vol, manuel, savoir faire, par­tage, et tant d’autres.
    Donc, il faut changer :
    Avoir en être
    Consom­mer en faire
    Indi­vi­duel en partagé 

    On peut com­men­cer demain !

  2. Mer­ci pour cette ana­lyse que je par­tage entie­re­ment. J’ai rejoins Extinc­tion rebel­lion au Royaume Unis en toute connais­sance de cause de ce green­wa­shing. Cepen­dant c’est un mou­ve­ment qui per­met a de nom­breux acti­vistes en herbe de se culti­ver, de creer des reseaux, de s’au­to orga­ni­ser dans une societe ultra indi­vi­dua­liste consu­me­riste cari­ca­tu­rale (j’ha­bite Londres). C’est donc un bon debut qui va per­mettre de poli­ti­ser et de radi­ca­li­ser une par­tie de la popu­la­tion. Inde­pen­de­ment de se que peuvent pen­ser les diri­geants d’ER. A la base, on trouve aus­si de nom­breux acti­vistes qui s’op­posent a la civi­li­sa­tion indus­trielle, et peuvent pro­pa­ger cette cri­tique au sein des mili­tants. N’ou­blions pas que , par ana­lo­gie, le mou­ve­ment des gilets jaunes a com­mence par la cri­tique du prix de l’es­sence pour finir par une remise en ques­tion pro­fonde de notre societe.

    1. oui je suis d accord avec les com­men­taires d atchoum et nico­las ; ces idees sont en train de s ins­tal­ler, tout cela ; les actions diverses et sabo­tages per­mettent d inter­pel­ler la popu­la­tion qui ne s en sou­ciait guère avant qu elle ne soit tou­chée elle même mal­heu­reu­se­ment, tou­chée dans sa chair. En s’im­mis­çant dans une manif clas­sique cli­mat, les gens s’intéressaient aux pan­cartes pla­cées au sol avant le départ du cor­tège, sur­tout celles concer­nant la conta­mi­na­tion radio­ac­tive (tirées d’i­ci http://independentwho.org/fr/tracts-materiel-exposition/) et aus­si quelques une sur la sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire d ici http://souverainetealimentaire.org/wp-content/uploads/2018/11/SOUVERAINETE_ALIMENTAIRE_expo_70x100cm_Eline.pdf et aus­si les slo­gans un peu iro­niques comme ici : https://bellaciao.org/fr/spip.php?article162386 (l’i­ro­nie est une arme aus­si, Jan­ke­le­vitch a écrit un livre là des­sus). Pour moi on doit s’o­rien­ter selon nos affi­ni­tés et moyens, mais sur­tout le plus urgent et grave de la folie tech­no capi­tal civi­lis etc. est le nuc et ce qui se passe à Bure (Nan­cy ce 28 Sep­tembre et par la suite sera le point névral­gique pour la sur­vie ou pas de ce doux dingue d homo­sa­piens. C’est un peu Lon­guet gérard comme ils disent dans la Meuse (avec les fau­cheurs les pro­cès conti­nuent aus­si cet hiver pour des actions à décou­vert mais on s’o­riente plus sur le fau­chages reven­di­qués sans don­ner les noms ; l’u­ni­vers du pro­cès a ses limites aus­si) mais tant que l’on voit de l’a­mour et de la fra­ter­ni­té non pas mal­gré nos dif­fé­rences mais avec nos dif­fé­rences comme j’ai vu avec les vigies, les fau­cheurs, à Bure Nddl, Sivens Anti Jo Anne­cy etc, cela vaut la peine de lut­ter et de vivre pour aus­si trans­mettre cela et ain­si de suite. Si on essaye rien on a rien, c’est ce que j’ai dit au cdt dubois qui me rem­bar­rait lors d’une gav. On doit les mettrent devant leurs contra­dic­tions ces flics bidasses et poli­ti­cars ; « le culte imbé­cile et san­glant de la Nation » décrit par Char­bon­neau, car ils se font pipi des­sus et c’est du glyphosate.

  3. Et encore, vous n’a­vez pas rele­vé le point le plus ter­ri­fiant du dis­cours de Gre­ta Thun­berg. C’est écrit en grand sur la voile du bateau qui l’a ame­née à New-York, et cela a été répé­té devant les dépu­tés fran­çais lors de sa venue à l’As­sem­blée Natio­nale : « Unite behind the science ».
    Cela rejoint un leit­mo­tiv qui se répand insi­dieu­se­ment ces temps-ci dans la bouche de tous les éco­los de salon et autres acteurs du show-biz repeints en vert : d’a­près eux, ce qu’il nous faut, c’est le par­ti unique (Phi­lippe Tor­re­ton, par­mi d’autres), char­gé d’ap­pli­quer le pro­gramme décré­té par les experts pour « sau­ver le cli­mat ». L’en­fer Vert de Ber­nard Char­bon­neau n’est plus loin, et c’est vers lui que che­minent les « mar­cheurs du climat ».
    Dans cette pers­pec­tive, il est assez étrange de lire les appels rituels à la « conver­gence des luttes » de la part d’or­ga­ni­sa­tions inves­ties dans le mou­ve­ment des gilets jaunes : com­ment peut-on faire conver­ger une aspi­ra­tion à la ges­tion éta­tique du désastre et des insur­gés qui rejettent fausse repré­sen­ta­tion et petits chefs ?

    1. Effec­ti­ve­ment. Je l’a­vais sou­li­gné dans un billet que je n’ai pas publié ici. Le voici :

      Le conseil du jour, par Gre­ta Thunberg :

      « Il faut que nous nous conten­tions de trans­mettre ce mes­sage, sans for­mu­ler de demandes, sans for­mu­ler aucune demande. Nous n’avons pas l’éducation qu’il faut pour nous per­mettre de for­mu­ler des demandes, il faut lais­ser cela aux scien­ti­fiques. Nous devrions sim­ple­ment nous concen­trer sur le fait de par­ler au nom des scien­ti­fiques, dire aux gens qu’il faut les écou­ter eux. Et c’est ce que j’essaie de faire. Ne pas avoir d’opinions vous-mêmes, mais tou­jours vous réfé­rer à la science. »

      Ce qui donne : « Per­son­nel­le­ment je suis contre le nucléaire, mais selon le GIEC, il peut consti­tuer une petite par­tie d’une grande solu­tion éner­gé­tique décar­bo­née, par­ti­cu­liè­re­ment dans les pays et les régions qui ne dis­posent pas de pos­si­bi­li­tés pour déve­lop­per mas­si­ve­ment les éner­gies renouvelables […]. »

      Vous avez pigé tas d’i­gnares ? Vous ne pou­vez pas com­prendre. Vous pen­sez peut-être que le nucléaire est un désastre ultime à déman­te­ler au plus vite, au même titre que la civi­li­sa­tion indus­trielle dans son ensemble, mais en réa­li­té vous n’a­vez pas l’é­du­ca­tion qu’il faut pour vous for­mer une opi­nion sur le sujet. Vous ne savez pas. Vous ne pou­vez pas savoir. Les experts, eux, savent. Ils savent que la voi­ture élec­trique, les pan­neaux solaires, les éoliennes, le nucléaire (ou peut-être, l’é­co­nu­cléaire, ou le bio­nu­cléaire), l’é­co­no­mie cir­cu­laire, l’a­gri­cul­ture bio, la géo-ingé­nie­rie, etc., vont nous sau­ver, endi­guer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et rendre sou­te­nable (et même juste et éga­li­taire !) la civi­li­sa­tion. Alors n’ayez crainte. Ayez foi en la science. Au pro­grès. Bande d’i­diots pes­si­mistes, un ave­nir radieux se profile !

      1. Ce slo­gan, « Unite behind science », rap­pelle furieu­se­ment les délires de Saint Simon, qui vou­lait fon­dée une nou­velle Eglise dont les scien­ti­fiques consti­tue­raient le cler­gé appuyé sur les maîtres des forces pro­duc­tives (indus­triels et finan­ciers). J’a­vais publié il y a quelques temps ce texte : 

        lemoinedefroque.home.blog/2019/03/07/saint-simon-et-la-religion-industrielle/

        Mal­heu­reu­se­ment, je crains qu’au­jourd’­hui les esprits soient presque mûrs pour ce genre de dys­to­pie. Les mar­cheurs du cli­mat l’ap­pellent de leurs vœux, et pour en avoir dis­cu­té avec pas mal de gilets jaunes en manif, c’est leur cas aus­si (c’est l’acte de foi habi­tuel : « t’in­quiète, la science aura bien la solution »).

  4. Tout à fait d’ac­cord avec ça ! ça me fait pen­ser à l’é­pi­sode Char­lie où nous sommes tous frères ! En tout cas ça marche du feu de dieu, il est rare de ne pas avoir dans son entou­rage quel­qu’un qui n’en soit pas convaincu.
    Je râlais toute seule dans ma cui­sine ou dehors j’ar­gu­men­tais gen­ti­ment ; je sens que je vais m’au­to­ri­ser à hurler!!
    Mer­ci donc

  5. J’ai pas aimé auteure. On dit AUTEUR n’en déplaise aux fémi­nistes eux aus­si acteurs de la décom­po­si­tion et de l ‘effon­dre­ment de notre société !

    1. On dit « je n’ai pas aimé », n’en déplaire aux viri­listes ortho­gra­pho­ma­niaques qui se décom­posent face à toute ten­ta­tive de décons­truc­tion lin­guis­tique des rap­ports de domi­na­tion de genre…

      1. Tu pren­dras le temps de nous expli­quer en détail ta ver­sion des « rap­ports de domi­na­tion de genre » dans l’or­tho­graphe fran­çaise, qu’on rigole un peu.

  6. Bon­jour, article très bien construit et détaillé sur la situa­tion et les rouages du pou­voir mon­dial actuel.
    Après avoir lu plu­sieurs articles de Nico­las tou­jours bien écris et struc­tu­rés je suis en par­tie en accord avec la clar­té de la cri­tique struc­tu­relle qu’il fait de la socié­té industrielle.
    En revanche là où c’est beau­coup moins clair, c’est sur l’al­ter­na­tive proposée.
    Qu’elle est elle exactement ?
    Déman­te­ler cen­trales usines agroindustries..?
    Le pro­blème étant que nous sommes plus de 7,5 mil­liards d’hu­mains à l’heure actuelle et qu’un déman­tè­le­ment rapide et non orga­ni­sé de cette socié­té risque d’en­traî­ner des pro­blèmes d’une com­plexi­té inso­luble à court terme.
    Avez vous un plan un peu plus détaillé que « faire des com­mu­nau­tés à taille humaine et pas­ser à l’artisanalisme » ?

  7. Nico­las je vous aime. Vous appor­tez tou­jours des lumières sur mes doutes. C’est un immense tra­vail de recherches que vous m’é­par­gnez et comme je vous reçois 5/5 c’est parfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

11 novembre, le triomphe de l’amnésie (par Fausto Giudice et Nicolas Casaux)

Nous sommes le 11 novembre 2018, et ce sont quelque 72 chefs d'État et de gouvernement qui sont réunis à Paris pour célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. L'hypocrisie est insupportable, quand on sait que ce massacre à entre autres choses été organisé, délibérément, par les classes dominantes, pour conjurer la menace de la révolution sociale (et nationale dans certaines situations) et mettre fin au processus de démocratisation en cours dans les puissances occidentales. [...]