Du nouveau maccarthysme en milieu « radical » (par Tomjo)

Nous repro­dui­sons ici un texte publié par Tom­jo sur le site de sa revue, Hors-Sol, en octobre 2019. Le titre (du nou­veau mac­car­thysme en milieu « radi­cal ») est un ajout. De même que les quelques images.


Du coup

Lille, 2014 – 2019 :

Insultes, rumeurs et calom­nies consé­cu­tives aux débats sur la PMA
Post-scrip­tum à mon pas­sage en milieu ridicule

Par Tom­jo
Lille, octobre 2019

« Le Par­ti n’a jamais tort, dit Rou­ba­chov. Toi et moi, nous pou­vons nous trom­per. Mais pas le Par­ti. Le Par­ti, cama­rade, est quelque chose de plus grand que toi et moi, et que mille autres comme toi et moi. Le Par­ti, c’est l’in­car­na­tion de l’i­dée révo­lu­tion­naire dans l’His­toire. L’His­toire ne connaît ni scru­pules ni hési­ta­tions. Inerte et infaillible, elle coule vers son but. A chaque courbe de son cours, elle dépose la boue qu’elle char­rie et les cadavres des noyés. L’His­toire connaît son che­min. Elle ne com­met pas d’er­reurs. Qui­conque n’a pas une foi abso­lue dans l’His­toire n’a pas sa place dans les rangs du Parti. »

Arthur Koest­ler, Le zéro et l’in­fi­ni, 1940.

***

Mises bout à bout, les peti­tesses des indi­vi­dus révèlent un milieu, ses fins et ses moyens. Voi­ci quelques épi­sodes de mon pas­sage dans ce qui s’autodésigne noble­ment comme le « milieu radi­cal ». S’il s’a­git bien d’un « milieu », par sa struc­ture lâche et ses juges offi­cieux, il fonc­tionne néan­moins comme un par­ti – sup­po­sé­ment « liber­taire », mais un par­ti quand même. S’il se pré­tend « radi­cal », c’est pour son verbe haut, son esthé­tique et ses pos­tures détèr, son goût du coup de poing. Rare­ment pour ses idées. Le terme qui convient est donc « extré­miste ». Quant aux idées, disons « libé­rales-liber­taires ». Les insultes et menaces que l’on m’a adres­sées depuis le débat sur l’ou­ver­ture de la PMA aux les­biennes et aux femmes seules à par­tir de 2014 en consti­tuent une illustration.

Si je publie ce témoi­gnage aujourd’hui, c’est en rai­son du calen­drier. Il me plaît de rap­pe­ler aux « radi­caux » que la PMA est sur le point d’être votée par une assem­blée « Répu­blique En Marche », sur pro­po­si­tion d’Em­ma­nuel Macron, le même qui a ébor­gné gilets jaunes et K‑ways noirs tous les same­dis de l’année écou­lée. Ce retour de la PMA dans l’es­pace public me valant une nou­velle salve d’in­sultes et de calom­nies depuis cet été, des tags « Tom­jo gros mas­cu », une BD sur le net, une inter­dic­tion de par­ti­ci­per à une conférence.

Ce témoi­gnage, cha­cun l’en­ten­dra à sa guise, mais les pires sourds, désor­mais, ne pour­ront faire comme si je n’avais rien dit, ni por­té les faits à la connais­sance de tout un chacun.

***

Quand on arrive en ville…

J’entre en milieu radi­cal lil­lois en 2006, au moment du CPE. J’ar­rive d’A­miens, un peu seul dans cette grande ville et mes ques­tions. Je souffre, confu­sé­ment, de cirer les bancs de l’U­ni­ver­si­té. Ils m’en­voient droit vers un bon diplôme, un bon tra­vail, une bonne voi­ture, un bon ménage, une bonne réus­site sociale attes­tée par l’a­chat de bre­loques ; bref, vers un ennui pro­fond – qui de sur­croît pré­ci­pite la date de péremp­tion de l’Hu­ma­ni­té par les mar­chan­dises qui le com­pensent. Les années 90 m’a­vaient empor­té de leur ambiance punk fin-de-siècle, plus éner­vées par l’ab­sence de pers­pec­tives et le refus de par­ve­nir que par la gagne. Nir­va­na, Pixies, Thié­faine, Mano Solo en furent la bande sonore, Fight Club, Trains­po­ting, The Big Lebows­ki, Ame­ri­can Beau­ty la mise en images. Au milieu des assem­blées et des blo­cages de cette année 2006, je ren­contre une bande de cyclistes qui s’a­musent, de nuit, à détour­ner ou détruire des pan­neaux publi­ci­taires. Leur truc m’en­thou­siasme tout de suite : il existe sur cette Terre des gens qui sortent des rails du bon­heur que me tra­çaient jusque-là famille, école, publi­ci­tés et poli­ti­ciens. Je trouve des gens et des mots avec les­quels for­mu­ler mes ques­tions, à défaut de tou­jours y répondre. J’adhère à une asso­cia­tion de jeunes éco­los, liber­taires sur les bords, qui refusent et cri­tiquent plus géné­ra­le­ment le nihi­lisme de la socié­té indus­trielle. C’est le moment de mes pre­mières manifs anti­nu­cléaires en Alle­magne, des manifs anti-OGM en Lozère, et des camps d’é­té entre éco­los che­ve­lus. On est entre 2006 et 2010.

Cette effer­ves­cence me libère la parole. Je soigne ma dépres­sion par l’ex­pres­sion, du moins par écrit. Je pro­pose des articles à La Brique, un jeune jour­nal de cri­tique sociale, puis à d’autres comme CQFD, la revue Z, etc. Je découvre mes pre­miers squats, où s’in­vente une vie la plus éloi­gnée pos­sible de l’u­sine ou du bureau, « sec­tion squat-tout nik-tout » puis­qu’il n’y a rien à gar­der de ce monde. Je navigue quelques années entre éco­los rigo­los et anar­chistes en rup­ture. J’a­vale le cata­logue des édi­tions de l’En­cy­clo­pé­die des nui­sances, des situa­tion­nistes deve­nus anti-indus­triels ; c’est avec leurs écrits que je me trouve le mieux accom­pa­gné. Des anars, je regrette par­fois l’inconséquence sur cette nou­velle donne qu’est le désastre éco­lo­gique (nou­velle par rap­port à la guerre d’Es­pagne). Des éco­los, je regrette le « citoyen­nisme », l’aliénation au Par­ti de l’État et à ses solu­tions (éner­gies renou­ve­lables, trans­ports « doux », ratio­na­li­sa­tion infor­ma­tique de la socié­té). Je ren­contre les Gre­no­blois de Pièces et main d’œuvre qui publient mon enquête, L’En­fer vert, un pro­jet pavé de bonnes inten­tions, sur leur site et dans leur col­lec­tion Néga­tif, à L’Échappée (2013). Une cri­tique de cet éco­lo­gisme qui m’exas­père à Lille.

Che­min fai­sant, et pour entrer dans le vif du sujet, j’ac­com­pagne le signa­taire d’un livre cri­tique de la tech­no­lo­gie PMA dans une tour­née de librai­ries. Il s’a­git de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’hu­main d’A­lexis Escu­de­ro, co-écrite avec Pièces et main d’œuvre, éga­le­ment publiée sur le site de PMO, puis aux édi­tions du Monde à l’en­vers. J’or­ga­nise une pré­sen­ta­tion du livre dans une librai­rie que je squatte et habite. Il ne m’a pas échap­pé que la France est secouée depuis deux ans par le mariage et la Manif pour tous. J’en­rage qu’au­cun débat n’existe autour des tech­no­lo­gies de repro­duc­tion. S’il y a des méchants, les gen­tils doivent faire front. Quand le bou­quin débarque sur les étals, il rap­pelle aux mili­tants contre la mar­chan­di­sa­tion du monde, à ceux qui mani­fes­taient contre les OGM dix ans plus tôt, que la PMA est une tech­nique de sélec­tion, de mar­chan­di­sa­tion et d’augmentation géné­tique de l’es­pèce humaine. Les indus­triels de la géné­tique sont en passe de faire avec les humains ce qu’ils ont fait avec le soja et les vaches Hol­stein. Aucune consi­dé­ra­tion sur qui peut bai­ser avec qui, ni qui peut se marier avec qui. Et pour cause : on s’en fout, tant que les gens prennent du plaisir…

Page 1 du livre : « Même si tous les mar­cheurs [de la Manif pour tous] ne sont pas homo­phobes, nombre de ceux qui pro­testent contre le mariage, l’adoption homo­sexuelle, la PMA ou la GPA défilent en fait contre l’homosexualité. » Nous n’en sommes pas. Le pro­cès en « homo­pho­bie », en « réac­tion » et en « fas­cisme » qui m’est fait, ain­si qu’à l’au­teur et aux édi­teurs, pour­rait s’ar­rê­ter là : page 1.

S’il fal­lait insis­ter, et appa­rem­ment il le faut, lisons la page 2 : « L’insémination pra­ti­quée à domi­cile avec le sperme d’un proche n’est pas la PMA. La pre­mière n’exige qu’un pot de yaourt et une seringue. Elle sou­lève essen­tiel­le­ment la ques­tion de l’accès aux ori­gines pour l’enfant : lui dire qui est son père ? La PMA en revanche, pra­ti­quée en labo­ra­toire, sou­met les couples à l’expertise médi­cale, trans­forme la pro­créa­tion en mar­chan­dise, place les embryons sous la coupe du bio­lo­giste et entraîne leur sélec­tion : l’eugénisme. C’est la PMA que réclame la gauche et la mou­vance LGBT. » Le livre est une attaque de la PMA, non du pot de yaourt uti­li­sé par cer­taines les­biennes. Le pro­cès en « homo­pho­bie » pour­rait se conclure ici : page 2.

Page 3, ce slo­gan en guise de reven­di­ca­tion, enfonce le clou : « Ni pour les homos, ni pour les hété­ros : la PMA pour personne ! »

Ce n’est pas com­pli­qué à com­prendre. Encore faut-il lire trois pages.

Le livre ne s’en prend jamais au fémi­nisme. Pas une fois. Comme cha­cun le sait et le rap­pelle, les mou­ve­ments fémi­nistes et homo­sexuels sont divers. Cer­tains sont de droite, d’autres libé­raux, de gauche, d’ex­trême gauche, éco­los ou liber­taires. C’est comme dans la vie. Or, le livre s’en prend exclu­si­ve­ment aux défen­seurs de la PMA qui viennent majo­ri­tai­re­ment des fémi­nismes dits de la « troi­sième vague », queer, cyborg et ultra-libé­raux. Le pro­blème est qu’ils noyautent, pro­ba­ble­ment sur un mal­en­ten­du, le dit « milieu radi­cal » où j’é­vo­lue nez au vent.

Le mau­vais pro­cès en « anti­fé­mi­nisme » aurait pu s’ar­rê­ter là. Il s’est pour­tant achar­né contre moi et mes proches. Par­fois vio­lem­ment, sou­vent comme une rumeur, presque tou­jours sous cou­vert de l’anonymat. En voi­ci un compte ren­du approximatif.

Le livre en question

***

15 octobre 2014 – Course au point Godwin

Au début de l’affaire, j’ha­bite depuis un an dans un squat-librai­rie, L’In­sou­mise. Dans cette vieille bâtisse de briques du quar­tier Mou­lins, nous nous pro­po­sons d’animer un squat ouvert à la diver­si­té des gens et des opi­nions, le plus popu­laire et mixte pos­sible. On avait déjà orga­ni­sé des dizaines de dis­cus­sions et de pro­jec­tions, un bal du 1er mai, et accueilli des dizaines de col­lec­tifs, des frau­deurs, des inter­mit­tents, des Kurdes, des can­tines, etc. Un espace de vie, quoi, mal­gré le risque d’être réveillés un matin par les dingues du GIGN.

Quelques jours avant le débat sur la PMA, la librai­rie est qua­li­fiée d’« Insou­mi­so­gyne » (c’est un jeu de mots) dans un com­mu­ni­qué ano­nyme publié, et accep­té, par les admi­nis­tra­teurs du site de publi­ca­tion coopé­ra­tif Indy­me­dia Lille, le repaire numé­rique des anars à l’é­poque. C’est un site ano­nyme qui per­met toute dis­cré­tion vis-à-vis des flics, je ne connais pas l’i­den­ti­té de ses admi­nis­tra­teurs, et ne pour­rai jamais dis­cu­ter in real life de ce qui s’y déverse contre mes amis et moi. Cette librai­rie dans laquelle j’or­ga­nise la ren­contre avec Escu­de­ro serait com­plice de la « les­bo­pho­bie, l’ho­mo­pho­bie et la trans­pho­bie » de l’au­teur. Sur quoi nous serions toutes et tous des « anar­cho­pres­seurs » (nou­veau jeu de mots) ne valant pas mieux que des « fas­cistes ». Je vous ai annon­cé du verbe haut… Cette pre­mière inter­pel­la­tion a la déli­ca­tesse d’une bouse explo­sive sur le crâne d’un nouveau-né.

Le fas­cisme est, comme on sait, un mou­ve­ment poli­tique ita­lien tota­li­taire, natio­na­liste, par­ti­san d’un État fort et d’une éco­no­mie pla­ni­fiée. À mesure qu’il conquiert l’Éthiopie (1935) et se rap­proche du Par­ti natio­nal-socia­liste des tra­vailleurs alle­mands (NSDAP), il auto­rise les publi­ca­tions racistes et anti­sé­mites, et finit par adop­ter en 1938 plu­sieurs lois raciales dont un Mani­feste de la race. Par­mi les scien­ti­fiques signa­taires et les prin­ci­pales influences intel­lec­tuelles de ce Mani­feste anti­sé­mite, l’en­do­cri­no­logue eugé­niste Nico­la Pende défend une poli­tique nata­liste et « l’a­mé­lio­ra­tion rai­son­née de l’homme », après celle des semences agricoles.

Note aux « anti­fas­cistes » d’Indy­me­dia : nos argu­ments contre le trans­hu­ma­nisme et la PMA sont donc eux aus­si, par défi­ni­tion et en tous points, anti­fas­cistes. Mais je vous laisse la jouis­sance du Point God­win, aus­si appe­lé « Reduc­tio ad hit­le­rum ».

***

Début octobre 2014 – L’exclusion comme mode de régulation des conflits

Quelques jours avant le débat, et mal­gré les pre­mières dou­ceurs pro­fé­rées par voie numé­rique, je me rends à une soi­rée karao­ké orga­ni­sée par le centre LGBT dans le cadre d’un fes­ti­val fémi­niste, avec ate­liers sur les « conforts affec­tifs » et séances de taï­chi. C’est l’oc­ca­sion d’in­vi­ter quelques amis, par­don quelques ami-e‑s, et de dis­cu­ter de la PMA. Je n’en aurai pas le temps. Je me fais virer au seuil du lieu par Marie-Cécile, la com­mis­saire poli­tique[1]. D’a­près cette socio­logue du genre diplô­mée de sciences-po, ce n’est pas le moment de cri­ti­quer la PMA alors qu’il y a tant d’a­gres­sions homo­phobes. Le « contexte » ne se prête pas à la cri­tique. Au pire cela fait de moi un piètre stra­tège, mais pas un homo­phobe. Je suis tout de même exclu pour Défaut d’ap­pré­cia­tion des condi­tions his­to­riques – c’est ain­si que je l’en­tends. Je me sou­viens d’avoir rétor­qué à ladite com­mis­saire qu’un jour ou l’autre la PMA serait léga­li­sée ; que ce n’est pas la Manif pour tous qui fait l’his­toire mais la Sili­con Val­ley. C’est un rac­cour­ci, hein, mais j’a­vais rai­son. Après que Fran­çois Hol­lande a lan­cé l’i­dée (celui de la loi Tra­vail), le plus tech­no­crate et libé­ral des pré­si­dents de la Ve Répu­blique est en passe de léga­li­ser la PMA. J’en par­le­rai à la contex­to­logue au pro­chain ate­lier « conforts affec­tifs », après ses heures de cher­cheuse en « épis­té­mo­lo­gie fémi­niste du point de vue sur les théo­ries politiques ».

***

27 octobre 2014 – La bêtise militante fait obstruction

Le grand soir est arri­vé. Quelques copains de L’In­sou­mise com­mencent à grin­cer des dents sous la pres­sion des calom­nia­teurs ano­nymes, et pro­ba­ble­ment de leurs potes. À mon arri­vée, un groupe com­plote au coin de la rue. Je les vois de loin en train de peau­fi­ner leur inter­ven­tion – qui parle ?, qui dis­tri­bue le tract ?, com­bien de temps on reste dans la salle ? Ils ont l’air grave des jours « d’ac­tion », appe­san­ti par l’i­dée qu’ils se font de leur inter­ven­tion, proche de l’af­faire d’État. J’ai bien com­pris ce qui allait se dérou­ler et j’ai envie de me mar­rer devant le ridi­cule de la situa­tion. Ils sont une petite dizaine, mili­tantes et mili­tants du Centre cultu­rel liber­taire (CCL) et du centre LGBT. Cer­tains sont encore des copains même si mes liens avec le CCL sont depuis quelques temps dis­ten­dus. Le CCL abrite depuis 1987 une biblio­thèque, une salle de concerts, et une salle de réunion pour les asso­cia­tions. Des punks, des anars, des végans, des fémi­nistes… J’y suis donc pas­sé sou­vent, mais j’en avais ras la capuche de leurs airs consti­pés, peine-à-jouir et fla­gel­lant, de leur liste de com­por­te­ments et de mots inter­dits longue comme le bras (sexistes, racistes, homo­phobes, vali­distes, trans­phobes, spé­cistes, etc) ; bref : comme disent les pom­peux, de leur ortho­praxie de curés. Un an plus tôt, avec La Brique, nous avions pro­gram­mé le concert d’un groupe potache, The Gen­darme, qui met­tait en scène des femmes potiches, des poli­ciers beaufs et des ton­fas détour­nés de leur usage nor­mal (inutile de faire un des­sin, vous connais­sez l’af­faire Théo). Ce troi­sième degré n’é­tait pas du goût des com­mis­saires artis­tiques (alias gar­diens du bon goût) qui ne voyaient là que des pro­pos « sexistes et homo­phobes » et le ren­for­ce­ment des « assi­gna­tions sociales ». Il aurait fal­lu leur expli­quer le rôle de la cari­ca­ture et du théâtre, mais ça aurait pris des plombes, genre réunion hyper ten­due avec tours de parole à double liste gen­rée et éta­lage de « res­sen­tis » : « Moi, tu vois, je trouve ça vache­ment violent ce que tu dis… » On a pré­fé­ré annu­ler le concert.

Au début de l’in­ter­ven­tion d’Es­cu­de­ro, le groupe de citoyens vigi­lants se pose devant l’au­di­toire et lit son tract avant d’in­vi­ter les gens à quit­ter la salle. Sans ren­con­trer un grand suc­cès. À les croire, l’au­teur de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’hu­main n’au­rait pas droit à la parole ni même de « pro­duire une cri­tique des tech­no­lo­gies de repro­duc­tion », étant sup­po­sé qu’il est « homme blanc cis hété­ro uni­ver­si­taire ». Avant d’é­crire, celui-ci aurait dû faire son auto­cri­tique à la sta­li­nienne en « interroge[ant] les pri­vi­lèges dont il béné­fi­cie ». Les cathos diraient : confes­ser ses péchés, faire œuvre de péni­tence et de contrition.

Les auteurs du tract ne cri­tiquent pas le livre qu’ils n’ont semble-t-il pas lu, ni à l’é­poque, ni depuis. Ils sont pour­tant bien édu­qués. Je recon­nais un his­to­rien des sciences de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, un infor­ma­ti­cien, plu­sieurs socio­logues, mais seule l’iden­ti­té de l’auteur leur suf­fit. Il ne serait per­mis de par­ler de la PMA-GPA qu’a­près – pre­nez une longue ins­pi­ra­tion – la « cri­tique des pri­vi­lèges blancs, mas­cu­lins, cis­genre, hété­ro­sexuels, valides, bour­geois, âgiste et d’autres qu’on oublie sûre­ment à cause de nos propres pri­vi­lèges ». Le lan­gage alam­bi­qué des radi­caux de labos nomme cela « démarche inter­sec­tion­nelle », soit le « croi­se­ment » de dif­fé­rentes « oppres­sions » et « pri­vi­lèges » iden­ti­taires jusque là ran­gés en silos. Cette façon de voir le réel vient des cam­pus amé­ri­cains, c’est vous dire si c’est chic et radi­cal. Plus exac­te­ment, c’est la juriste noire amé­ri­caine Kim­ber­lé Cren­shaw, prof à Colum­bia, qui inven­ta le terme en 1989 après sa thèse de droit à Har­vard. Le terme a quit­té les cam­pus pour se retrou­ver chez les can­di­dats démo­crates Hil­la­ry Clin­ton et, dans une moindre mesure, Ber­nie San­ders, lors des pri­maires en 2016[2]. Notre « milieu » a donc ceci de « radi­cal » qu’il a au moins deux ans d’a­vance sur le Par­ti démocrate.

Selon les socio­logues post­mo­dernes, la valeur d’un mes­sage se mesure à l’aune de son émet­teur (ici, son pro­fil, son « iden­ti­té »). Rien ne sert d’ap­prendre à lire, à com­prendre, dis­tin­guer, com­pa­rer, hié­rar­chi­ser les idées. Rien ne sert de faire preuve d’intel­li­gence, ain­si que l’a­voue le post-scrip­tum du tract : « ce texte est per­fec­tible mais nous consi­dé­rons que nous avons pas­sé déjà suf­fi­sam­ment de temps à contrer les pro­blèmes cau­sés par ce livre, son auteur et ce débat. » La lec­ture et la pen­sée sont choses négli­geables. L’iden­ti­té du locu­teur suf­fit à le décla­rer cou­pable ou innocent.

***

8 novembre 2014 – Insultes en quelques cases

L’au­teure de BD Mawy, qui me reste incon­nue à ce jour, rend compte sur son blog de la soi­rée à L’In­sou­mise dans une bande des­si­née inti­tu­lée « Anar­couilles 7 »[3]. Mawy est une auteure et mili­tante LGBT++ dont le tra­vail consiste, comme l’in­dique le nom de la bédé, à tra­quer les com­por­te­ments non « safes » et oppres­seurs à l’in­té­rieur de son bocal. Rien n’in­dique, dans ses pro­duc­tions, qu’elle se confronte à autre chose qu’à son milieu, genre des gilets jaunes mal édu­qués qui scandent, après les leçons de la Com­mis­sion « Slo­gans bien­veillants » : « Les insultes, dans ton cul ! Les insultes, dans ton cul ! »

Dans sa bédé, je reçois entre autres épi­thètes bien­veillantes des « Alain Soral », « connards », « dégueu­lis », « raclure de fond de bidet », aug­men­tés de la menace de voir mes « tes­ti­cules audes­sus de [sa] che­mi­née. » Je ne prends pas la menace de mon émas­cu­la­tion au tra­gique. Com­ment se sou­cier de quel­qu’un qui ne lit pas la pre­mière page d’un livre avant de le conchier, et qui peine à ali­gner un sujet, un verbe et un com­plé­ment afin d’articuler un argu­ment sous la forme d’une phrase. Pour toute cri­tique lit­té­raire, Mawy cite quelques extraits de la qua­trième de cou­ver­ture de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’humain qu’elle ponc­tue de « ! ! ! », « Mais wow ! », « What what what ! », « Super classe… », et de traits d’i­ro­nie tels que « Pas fun­ky ». Au contraire, selon Mawy, la revue post-fémi­niste Timult serait une « super revue ».

Deux mois plus tôt, la super revue fémi­niste et inter­sec­tion­nelle gre­no­bloise se deman­dait si Fri­gide Bar­jot, lea­deuse de la Manif pour tous, ne serait pas « membre de PMO ? ». La revue défen­dait la PMA et les mères por­teuses (GPA) face aux « glis­se­ments vers des posi­tions homo­phobes, anti-fémi­nistes et réac­tion­naires » de PMO et Escu­de­ro, ain­si que, bien­veillance oblige, leurs idées « mépri­santes et blessantes ».

***

9 novembre 2014 – Complotiste comme un antisémite

L’au­teur du site d’in­for­ma­tion confi­den­tiel Guer­rier nomade publie lui aus­si son compte ren­du de la soi­rée[4]. Je croise le mec de temps en temps, ancien gau­chiste deve­nu mili­tant des droits des chô­meurs et des ani­maux. Lui est res­té jus­qu’au bout de la soi­rée à L’In­sou­mise, et semble avoir lu le début du livre. Appa­rem­ment sans bien le com­prendre, car selon lui, « Escu­de­ro croit à des lois de la nature qui s’imposent à l’homme. L’émancipation selon lui ne consis­te­rait pas à s’en affran­chir mais à s’y confor­mer. Pour illus­trer son pro­pos il dit plu­sieurs fois  »je ne serai jamais enceinte. » La phrase peut faire son effet devant une assem­blée cis­genre du Rota­ry mais elle est fausse. » En effet, comme l’es­père l’au­teur du compte-ren­du, l’hu­ma­ni­té fera peut-être un jour des bébés dans des machines, des uté­rus arti­fi­ciels, sans corps, sans sexe et sans « nature », ce concept néces­sai­re­ment réac­tion­naire pour les trans­hu­ma­nistes. Mais à ce stade, les cri­tiques de la PMA ne sont encore que des « réac­tion­naires », juste bons à ani­mer des soi­rées de cha­ri­té. Passe encore.

Ça se gâte ensuite. D’a­près notre guer­rier, les « tech­no­cri­tiques » que nous sommes voient des trans­hu­ma­nistes par­tout, tout comme les « anti­sé­mites » voient par­tout des Juifs : « les néo-lud­dites collent l’étoile  »trans­hu­ma­niste » sur des tas de gens pour mieux dénon­cer un com­plot ima­gi­naire. » Nous voi­là deve­nus com­plo­tistes et anti­sé­mites en quatre lignes. Encore un peu et nous serons cou­pables d’a­voir rem­pli des trains. Pour finir nous sommes trai­tés d’« anti-huma­nistes ». Fau­drait savoir. Quelques lignes plus haut nous étions cou­pables de défendre la nature contre la machine. Mais qu’im­porte, le « milieu radi­cal » est connu pour se payer de mots. Des salades et des nuages de mots. Un pseu­do-pédan­tisme de demi-cultivés.

***

19 novembre 2014 – Parole aux opposantes

La petite équipe venue à L’In­sou­mise le 27 octobre avec son tract était emme­née par Aude Vidal, la seule « pri­vi­lé­giée » à avoir lu le bou­quin. Je connais Aude depuis presque dix ans, nous nous sommes côtoyés à Chiche !, une orga­ni­sa­tion de jeu­nesse éco­lo. Aude a beau­coup tra­vaillé, béné­vo­le­ment, pour des revues, pas­sant par Eco­Rev’, proche des Verts, avant de fon­der L’An 02, une autre revue éco­lo, de pas­ser par CQFD, jour­nal anar mar­seillais, et Pan­thère Pre­mière, revue entiè­re­ment réa­li­sée par des femmes et située à « l’intersection entre ce qui est ren­voyé à l’intime […] et les phé­no­mènes qui cherchent à faire sys­tème. » Ce qui sem­blait cohé­rent tant Aude se plai­gnait des rap­ports de pou­voir dans ces milieux, notam­ment ceux exer­cés par les hommes – ce qu’elle me confiait chaque fois qu’on se voyait, et tar­ti­nait sur son blog. Je l’ai tou­jours vue cla­quer la porte des groupes mili­tants et des revues en allé­guant du même grief. Plus tard, elle quit­te­ra La Brique avec fra­cas (au sens propre) à cause d’un édi­to qui selon elle, et peut-être à rai­son, par ses réflexes insur­rec­tion­nels faciles et gra­tuits, était « mar­tial et viri­liste » et « sen­tait la bite ». Ce qu’elle vécut comme une « agres­sion sexiste » – je ne fais que relater.

À la publi­ca­tion de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle, elle ne tarit pas de cri­tiques à son encontre, le jugeant « anti­fé­mi­niste », « réac », « essen­tia­liste », « machiste », voire enga­gé sur un ter­rain glis­sant vers l’ex­trême droite « voi­sine[5] » — selon les lois de la gra­vi­té, pro­ba­ble­ment. L’é­di­tion du livre serait par ailleurs bâclée et mal fou­tue. Ce qui ne l’empêche nul­le­ment de publier trois ans plus tard, chez ce même édi­teur, Égo­lo­gie, une cri­tique de l’in­di­vi­dua­lisme éco­lo, et en 2020 une cri­tique du reve­nu uni­ver­sel. – Non il ne s’agit pas d’une auto­cri­tique, ni même d’un aveu incons­cient. Mal­heu­reu­se­ment pour vous, ama­teurs de retour­ne­ments scé­na­ris­tiques, toutes ses cri­tiques les plus véhé­mentes ont dis­pa­ru du forum de dis­cus­sion « Seen­this » où elle sévis­sait à outrance. Le Minis­tère de la véri­té a effa­cé ses traces non cor­rectes. On sup­pose que cela fai­sait par­tie du mar­ché plus ou moins tacite avec les édi­teurs du Monde à l’Envers, qui ne sont pas fiers ni ran­cu­niers. À moins qu’ils n’aient leurs rai­sons de faire amende hono­rable envers le « milieu ». On sup­pose éga­le­ment que ces innom­brables dia­tribes sont pré­cieu­se­ment sto­ckées dans quelque mémoire d’ordinateur, n’attendant qu’une occa­sion pro­pice pour reparaître.

Quelques jours après le pre­mier débat, Aude m’en pro­pose un nou­veau à L’In­sou­mise, qu’elle intro­dui­rait avec Aude Vincent, contri­bu­trice de la revue Offen­sive liber­taire et sociale et auteure d’un livre contre le « publi­sexisme ». Elles avaient co-signé un article dans L’An 02 : « Pour une cri­tique éman­ci­pa­trice de la PMA ». Il devait s’agir, dans ce nou­veau débat, de dis­tin­guer insé­mi­na­tion arti­sa­nale et PMA, d’in­ter­dire les cri­tères raciaux sur les cata­logues de gamètes et la détec­tion pré-implan­ta­toire (l’eu­gé­nisme), bref : d’emballer le busi­ness des banques de sperme et d’o­vo­cytes dans une couche d’é­thique. Comme si les eugé­nistes et la libre entre­prise allaient man­quer une occa­sion de faire du pro­fit et de la sélec­tion d’embryons. Mais gros­so modo, en défen­dant l’in­sé­mi­na­tion arti­sa­nale contre la repro­duc­tion arti­fi­cielle, les deux Aude rejoignent Escu­de­ro (page 2). Alors pour­quoi tant de hargne et de calom­nies ? Logique de dis­tinc­tion ? De ter­ri­toire ? Sen­ti­ment de pro­prié­té exclu­sive sur le sujet, au moins dans le milieu anar­cho-éco­lo, et fureur de voir d’autres s’en empa­rer ? Jalou­sie devant un livre qu’elles auraient aimé écrire ? Vidal s’é­tait fait écon­duire trois ans plus tôt par PMO quand elle leur avait pro­po­sé ses ser­vices d’é­cri­ture, lors d’un salon du livre liber­taire orga­ni­sé par la librai­rie lyon­naise La Gryphe.

La rai­son « de fond » (s’il faut en trou­ver une à tout prix) serait que le livre d’Es­cu­de­ro expé­die – même s’il en défend la pos­si­bi­li­té – la ques­tion du droit des couples homo­sexuels à adop­ter ou à pra­ti­quer l’in­sé­mi­na­tion du pot de yaourt. Ce n’est pas l’ob­jet de son livre. Mais il n’empêche per­sonne d’en publier un à ce pro­pos. Reste que dans un milieu affli­gé d’un taux alar­mant de cré­ti­nisme mili­tant, il n’était que trop facile et ten­tant, pour Aude Vidal et consorts, de l’assimiler à la Manif pour tous. Aujourd’­hui encore, la seule lec­ture de Vidal suf­fit à bien des rédac­teurs pour qua­li­fier la cri­tique de la PMA d’« homo­phobe », comme vient de le faire le site d’in­for­ma­tion éco­lo­giste Repor­terre[6].

J’ac­cepte néan­moins cette soi­rée à L’In­sou­mise dont le rôle est jus­te­ment de faire en sorte que des gens se ren­contrent, dis­cutent, s’ac­cordent, ou non. La salle est pleine comme un œuf, les auteurs du pre­mier tract sont pré­sents, la mine ren­fro­gnée comme il se doit. J’en garde le sou­ve­nir d’un de ces « débats » typiques du milieu où il s’a­git de par­ler avec le moins de convic­tion pos­sible de crainte d’ap­pa­raître comme auto­ri­taire. J’ai sur­tout la mémoire de Jean-Benoît, cis-hété­ro-blanc à lunettes, diplô­mé de Sciences-po, thé­sard en socio­lo­gie du mas­cu­li­nisme et aus­si « liber­taire » que son centre cultu­rel, me repro­chant de par­ler à la place des incon­tour­nables « pre­miers concer­nés ». Comme si la PMA n’en­ga­geait pas l’en­semble de l’hu­ma­ni­té à venir, sa mar­chan­di­sa­tion dès son stade embryon­naire, son orga­ni­sa­tion géné­ti­co-sociale. Faut-il encore leur lire Le Meilleur des mondes et leur pro­je­ter Bien­ve­nue à Gat­ta­ca ?

Je ne parle pour­tant jamais qu’en mon nom, j’or­ga­nise cette soi­rée pour que des gens comme lui puissent s’ex­pri­mer, quand bien même ils n’ont rien d’autre à me dire que « tais-toi ! ». Éton­nants liber­taires, qui, pour la troi­sième fois, inter­viennent pour inter­dire la discussion.

À Lyon, lors d’un salon d’é­di­tions liber­taires, d’autres iront jus­qu’à bous­cu­ler, inter­dire un débat et la vente du livre. Le 22 novembre 2014, des mili­tants anar­chistes agressent le stand du Monde à l’en­vers, dénon­çant son « idéo­lo­gie nau­séa­bonde » (comme on le dit des nos­tal­giques du Troi­sième Reich). Un mois plus tard, une tri­bune « Contre la cen­sure et l’intimidation dans les espaces d’expression liber­taire[7] » dénonce ces « com­por­te­ments auto­ri­taires emprun­tés à la pire tra­di­tion sta­li­nienne ». Tri­bune que je signe. L’his­to­rienne anar­chiste Anne Stei­ner, à l’i­ni­tia­tive du texte, explique com­ment l’hys­té­rie col­lec­tive se nour­rit de « comptes-ren­dus de comptes-ren­dus de comptes-ren­dus.[8] » De glis­se­ments en pentes glis­santes, d’i­dées voi­sines en récu­pé­ra­tions, voi­là la recette de la rumeur : PMO, Escu­de­ro, La Décrois­sance, la Manif pour tous, tous seraient des « défen­seurs de la famille tra­di­tion­nelle9 ». À la sor­tie du salon lyon­nais, un témoin entend les cen­seurs s’a­vouer que « Ça serait quand même bien de pou­voir lui répondre sur le fond. » Ça serait bien, oui, mais leur forme tra­hit l’absence de fond, leur vacui­té bruyante, alors n’en par­lons plus.

Cet été 2019, le jour­nal La Décrois­sance a publié un dos­sier sur « la grande confu­sion » ali­men­tée par les mou­ve­ments libé­raux et post­mo­dernes entre Enfant/Adulte, Humain/Animal, Masculin/Féminin, Humain/Machine, etc. Le dos­sier est dis­cu­table, c’est-à-dire qu’il ne demande qu’à être dis­cu­té. Aude Vidal, elle, publie aujourd’­hui un livre chez Syl­lepse, une mai­son d’é­di­tion cryp­to-trots­kyste, contre les « dérives libé­rales » des « nou­veaux fémi­nismes radi­caux » (queer, déco­lo­niaux, non-binaires, etc)[9], elle n’en défend pas moins ses repré­sen­tants les plus extré­mistes quand ils appellent à brû­ler La Décrois­sance et à « per­tur­ber [leurs] confé­rences[10] ». C’est-à-dire qu’elle dénonce tour à tour ce qu’elle fait et fait ce qu’elle dénonce, au gré de ses manœuvres tor­tueuses pour publier à tout prix. A‑t-elle oublié les pages « Débat » du men­suel éco­lo­giste dans les­quelles elle a pour­tant don­né par deux fois son point de vue en 2012 et 2018 ? Depuis 2014, cette « tech­no­cri­tique » se trouve tou­jours du côté des calom­nia­teurs, des par­ti­sans de l’au­to­da­fé et des ultras du cyber-fémi­nisme quand bien même elle s’en défen­drait dans son pro­chain bou­quin. Bon, il ne fau­drait pas non plus se tordre les méninges à expli­quer un mys­tère d’une banale bana­li­tude.

Aude bouffe à tous les râte­liers tant que c’est bon pour le film qu’elle se fait et dont elle est l’héroïne. Elle fait car­rière dans l’éco-féminisme (rayon autrices), et elle revien­dra pré­ci­pi­tam­ment s’asseoir à la table de La Décrois­sance pour peu qu’on lui ouvre assez la porte pour y glis­ser le pied, comme elle s’est fait publier par Le Monde à l’Envers, mal­gré les pou­belles qu’elle a ver­sées des­sus, ou par L’Échappée. Vous vou­lez avoir la paix avec elle ? Publiez-la et vous êtes tran­quille pour un moment. Et puis il faut bien que les librai­ries et les mai­sons d’édition « alter­na­tives » aient des bou­quins à vendre. Aude est tout à fait capable d’entasser des lieux com­muns, des ersatz de consom­ma­tion intel­lec­tuelle à des­ti­na­tion du « milieu ».

Free Speech = liber­té d’ex­pres­sion / Col­lege = Uni­ver­si­té (milieu uni­ver­si­taire) // Aux États-Unis (et au Cana­da, et dans les pays anglo-saxons en géné­ral), on observe un phé­no­mène simi­laire. Ou, plu­tôt, le phé­no­mène vient de là-bas. Il y est qua­si­ment impos­sible de cri­ti­quer l’i­déo­lo­gie queer. Der­rick Jen­sen, par exemple, qui a publié des dizaines de livres en appe­lant à détruire la civi­li­sa­tion, s’est fait reje­ter par sa mai­son d’é­di­tion après lui avoir pro­po­sé un livre cri­tique de l’i­déo­lo­gie queer. Il figure désor­mais sur une liste noire de ceux qui sont inter­dits de prise de parole. Ses confé­rences ou inter­ven­tions, peu importe leur sujet (même s’il s’a­gis­sait pour lui de dis­cu­ter de la des­truc­tion de la nature), sont régu­liè­re­ment et auto­ma­ti­que­ment annu­lées, déprogrammées.

***

7 février 2015 – Insulte par la bande

La Brique est un jour­nal lil­lois de cri­tique sociale, du genre anar-auto­nome, dans lequel j’é­cris depuis 2008. Quand il décide de s’in­té­res­ser à la PMA, j’en suis déjà par­ti depuis quelques semaines, aga­cé par un cer­tain pen­chant post­mo­derne pour la décons­truc­tion. Pour cari­ca­tu­rer, La Brique tro­quait ses pré­ten­tions radi­cales contre celles de la gauche bour­dieu­sienne (nous y revien­drons). Le jour­nal était le fruit de quatre-cinq potes qui s’é­taient ren­con­trés dans un squat, étu­diants en rup­ture et chô­meurs pro­fes­sion­nels, il deve­nait peu à peu un jour­nal de thé­sards en sciences humaines ren­con­trés dans des col­loques – ce qui n’est pas une tare en soi : « y’en a des biens », comme dirait le phi­lo­sophe et poète Didier Super.

Par feinte poli­tesse, les bri­queux Law­rence et Diol­to, res­pec­ti­ve­ment libraire et thé­sard en science-po récem­ment débar­qués dans le jour­nal, m’in­ter­viewent lon­gue­ment avant d’é­crire leur papier. Rien de mes pro­pos ne sera publié. L’ar­ticle remâche les récri­mi­na­tions des deux Aude. Au pas­sage, on me fait com­prendre que je fais désor­mais par­tie de leurs « anciens amis », puisque dans la « lignée » de Pièces et main d’œuvre. Peut-être aus­si parce que, comme l’au­teur de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’hu­main, je suis moi-même « un homme, blanc, hété­ro­sexuel, et valide », un « mec pri­vi­lé­gié » qui n’a pas suf­fi­sam­ment décons­truit sa posi­tion de « gar­dien de l’u­ni­ver­sa­lisme » – oui, parce que « uni­ver­sa­liste » est deve­nu une insulte. J’é­vo­quais les ten­dances post­mo­dernes, en voi­ci une illus­tra­tion, appor­tée par deux hommes blancs hété­ro­sexuels et valides. Aurait-il fal­lu que l’au­teur de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle soit une trans­sexuelle han­di­ca­pée voi­lée et habi­tante d’un « quar­tier popu­laire » pour avoir la légi­ti­mi­té d’é­crire à pro­pos de la PMA ? Oui.

Je m’é­tais déjà fait insul­ter et calom­nier sans que ça n’é­meuve qui que ce soit dans mon ancien jour­nal. L’in­dé­cence en milieu bien­veillant aurait pu faire l’ob­jet d’un article. Mais La Brique pré­fé­ra illus­trer son papier d’un des­sin de la même Mawy qui m’a­vait pré­cé­dem­ment insul­té et mena­cé. Com­ment a‑t-elle débar­qué là, pré­ci­sé­ment à ce moment-là ? Elle nous en donne l’ex­pli­ca­tion sur son blog : selon elle, ce sont les ani­ma­teurs du jour­nal qui sont venus la cher­cher – et non l’in­verse – tant ils avaient « kif­fé Anar­couilles 7 », la bédé qui me menace expli­ci­te­ment. Je com­prends mieux désor­mais les sima­grées de la fausse inter­view : comme chez le mar­chand de voi­tures d’oc­caz, le boni­ment rodé cache le vice qui ne tar­de­ra pas à se déclarer.

Depuis, les bri­queux de cette époque ont sou­te­nu leurs thèses de sciences sociales et mon­té leur mai­son d’é­di­tion, Les Étaques, pour y publier leurs pro­duc­tions et celles de leurs amis socio­logues de ten­dance quar­tié­riste. Tel Julien Tal­pin[11], cher­cheur au CNRS à Lille et col­la­bo­ra­teur béné­vole de l’an­cien ban­quier spé­cia­li­sé en tra­ding algo­rith­mique Mar­wan Muham­mad[12]. Celui-là même dont l’is­la­miste Tariq Rama­dan dit qu’il est sa « relève ». Tal­pin est aus­si l’im­por­ta­teur en France de la boîte à outils citoyenne et anglo-saxonne dite « Méthode Alins­ky ». Ladite méthode s’est fait connaître le 23 juin der­nier quand l’Al­liance citoyenne de Gre­noble impo­sa le port du bur­ki­ni, dans une pis­cine muni­ci­pale. Ce sym­bole de « pudeur » que les isla­mistes en Occi­dent et en Orient exigent des bai­gneuses, comme ils exigent le port du voile, sous peine de n’être, sui­vant leur rude lan­gage, que des putes ou des salopes.

For­mée à la Méthode Alins­ky par Julien Tal­pin et son Ins­ti­tut Alins­ky, la diri­geante de l’Al­liance citoyenne et mili­tante isla­miste, Taous Ham­mou­ti, consi­dère que Char­lie Heb­do l’a bien cher­ché, pleure la mort du frère musul­man et ancien pré­sident égyp­tien Moham­med Mor­si, sou­tient les frères Tariq et Hani Rama­dan (notam­ment quand ce der­nier est expul­sé de France en rai­son de ses décla­ra­tions en faveur de la lapi­da­tion des femmes adul­tères), sou­tient le dic­ta­teur turc et isla­miste Erdo­gan[13]. Voyez-vous, pour les mili­tants post­mo­dernes, les « quar­tiers » se défi­nissent désor­mais par les ori­gines eth­no-reli­gieuses de leurs habi­tants. Que des isla­mistes – qu’on clas­se­rait à l’extrême-droite s’ils étaient cathos-fran­çais – soient poin­tés du doigt par des libres pen­seurs, anti­sexistes et anti-clé­ri­caux, le réflexe isla­mo-gau­chiste réclame de gla­pir au « racisme ».

Reve­nons à nos mou­tons. Au sein de La Brique, le ménage est fait. L’or­ga­ni­sa­teur du débat local contre la PMA, par ailleurs auteur d’une enquête sur le rôle des éco­lo­gistes dans la tech­no­pole lil­loise (L’En­fer vert), ne nui­ra plus à la répu­ta­tion du jour­nal. De toute façon, L’En­fer vert n’est jamais entré dans le cadre bour­di­vin-mar­xiste de La Brique qui n’a men­tion­né sa sor­tie que par une brève. Pas plus qu’il n’entre dans celui des Étaques aujourd’­hui qui, vingt-cinq ans après leur édi­fi­ca­tion, se posi­tionnent Contre Eur­alille et la « bifur­ca­tion ter­tiaire » de la « métro­pole »[14]. Soit je suis infré­quen­table, et il est impos­sible de citer la seule enquête publiée à pro­pos de l’é­poque pré­sente, L’En­fer vert ; soit je ne parle pas assez de la « gen­tri­fi­ca­tion » des « quar­tiers popu­laires », et les Étaques pré­fèrent rabâ­cher le sem­pi­ter­nel « Droit à la ville » quand je trouve absurde de récla­mer tout « Droit à la technopole ».

Bref, la place est libre pour des col­la­bo­ra­teurs moins « cli­vants » et Aude Vidal peut se radi­ner à la rédac­tion de La Brique – du moins après ses heures de bou­lot comme char­gée de com’ pour la cam­pagne régio­nale d’Eu­rope Éco­lo­gie – Les Verts de 2015. Ce dont elle ne dira rien, pré­fé­rant la sous-cri­tique cultu­relle de l’é­go­lo­gie, des petits gestes et de l’in­di­vi­dua­lisme mili­tant, plu­tôt que la cri­tique concrète de ses employeurs. Cha­cun sauve la face et les appa­rences, La Brique-EELV, et Aude peut conti­nuer à faire l’an­guille chez les éco­los, les anars, les fémi­nistes, les trots­kystes, etc.

***

11 mai 2015 – Diffamation

Deux nanas et un mec du Centre Cultu­rel Liber­taire et du centre LGBT, à qui je n’ai jamais par­lé et dont j’ai déjà oublié les pré­noms, viennent jouer les « lan­ceurs d’a­lerte » alors que j’in­ter­viens au ciné­ma le Kino après un docu­men­taire sur Edward Snow­den. Je serais « contre l’a­vor­te­ment », accusent-ils devant la salle et ma com­pagne enceinte jus­qu’aux dents. Sans argu­ment, sans preuve. Et pour cause : ni moi ni mes cama­rades de PMO ni Escu­de­ro n’a­vons jamais dit un mot là-dessus.

Au contraire même, nous sommes plu­tôt du genre anti-nata­liste, comme les fémi­nistes qui, début XXème, refu­saient de mettre au monde de la chair à caserne (indus­trielle ou mili­taire). Cette rumeur, qui vient d’un groupe « anti-mas­cu­li­niste » gre­no­blois et fait de nous par symé­trie des « mas­cu­li­nistes », abou­tit, de sup­pu­ta­tion en sup­pu­ta­tion, à cette conclu­sion lumi­neuse : ils sont contre l’ar­ti­fi­ciel, donc pour la nature, donc contre l’a­vor­te­ment, CQFD. Les « anti-mas­cu­li­nistes », comme d’autres avec eux, n’ont pas com­pris que notre attaque de la PMA est poli­tique. Nulle part il est écrit que nous don­nons une valeur morale et de sur­croît supé­rieure à la nature, ni qu’elle est ou bonne ou mau­vaise en soi. Nous refu­sons qu’elle dis­pa­raisse et soit mar­chan­di­sée, c’est tout (si vous n’ai­mez pas le mot « nature », pre­nez celui des tech­no­crates, « bio­di­ver­si­té »). Il n’a par ailleurs jamais été écrit que le genre n’exis­tait pas, ni que la dif­fé­rence bio­lo­gique des sexes sup­po­sait une hié­rar­chie entre eux.

En quit­tant la salle, ma com­pagne est témoin de la scène du debrief des lan­ceurs d’a­lerte. Elle les entend s’a­vouer que : « La pro­chaine fois, fau­drait quand même qu’on ait des arguments. »

Un peu plus tard, début juin, je croise ces fameux « anti-mas­cus » gre­no­blois dans un débat orga­ni­sé par la CNT, rue des Vignolles à Paris. Cinq ou six per­sonnes de noir vêtues, selon l’u­ni­forme « radi­cal », dis­tri­buent reli­gieu­se­ment un tract juste avant mon inter­ven­tion pour aver­tir l’au­di­toire de ma proxi­mi­té avec des gens connus pour leur « mas­cu­li­nisme ». L’au­di­toire lit le tract, le plie en deux, puis en quatre, le range dans sa poche et attend que je com­mence. Les « anti­mas­cus » se placent au fond de la salle, espèrent un esclandre, quittent la salle, repartent en métro. Quant à moi, je finis ma pré­sen­ta­tion, je prends une bière au frais, je la des­cends, puis j’en prends une deuxième.

***

Juin 2015 – Puisque « le privé est politique »

Trois semaines après l’al­ter­ca­tion du Kino, ma com­pagne accouche. « C’est un mec, blond, aux yeux bleus, il n’y a plus qu’à espé­rer qu’il soit pédé », me lance une vague connais­sance, diplô­mée de science-po et fémi­niste, en guise de féli­ci­ta­tions. Mon fils n’a qu’un mois mais est déjà cata­lo­gué blanc hété­ro cis-genre, en plus d’être le fils d’un mec « pas clair sur le fémi­nisme ». Pour être sûre de cocher au moins une case domi­née, elle aurait aus­si bien pu lui sou­hai­ter d’être né borgne et han­di­ca­pé après un accou­che­ment per­tur­bé par des complications.

Pour reprendre Arthur Koest­ler, cité en exergue, à pro­pos des sta­li­niens de son époque : « Nous res­sem­blions aux grands Inqui­si­teurs parce que nous per­sé­cu­tions les germes du mal non seule­ment dans les actes des hommes mais aus­si dans leurs pen­sées. Nous n’ad­met­tions l’exis­tence d’au­cun sec­teur pri­vé, pas même dans le cer­veau d’un indi­vi­du. » L’i­déal res­tant de pré­ve­nir tout dévia­tion­nisme idéo­lo­gique dès le berceau.

Quant à ma com­pagne, met­teuse en scène avec qui j’é­cris par­fois, elle a le tort impar­don­nable d’a­voir eu un enfant avec un « mas­cu­li­niste », dont il paraî­trait qu’il est contre l’a­vor­te­ment – il paraî­trait est le condi­tion­nel d’il paraît, c’est-à-dire qu’il paraît qu’il paraît, ou encore qu’il paraît au car­ré. Bref… Cer­taines fémi­nistes s’é­loignent d’elle aus­si et sup­putent qu’elle s’est fait « retour­ner le cer­veau par Tom­jo ». Étrange concep­tion du fémi­nisme qui nie la pos­si­bi­li­té pour une femme de dis­po­ser de son libre-arbitre. Peut-être devrait-elle laver l’in­jure en mon­tant une pièce cou­ra­geuse sur les mens­trua­tions, les sor­cières ou les canons de beau­té pour méri­ter le tam­pon « féministe ».

Toutes ces allé­ga­tions d’an­ti­fé­mi­nisme découlent, de proche en proche, d’autres sup­pu­ta­tions d’an­ti­fé­mi­nisme. Par capil­la­ri­té. Les indices s’agrègent au condi­tion­nel, finis­sant par éta­blir un fais­ceau de pré­somp­tions, comme disent les juristes, et conduire à une sen­tence. La méca­nique de la rumeur col­lec­tive fait son office et le poids des « on dit » finit par convaincre ceux qui n’a­vaient pas d’avis.

Pas­sé l’orage déclen­ché par le bou­quin d’Escudero, l’af­faire se tasse. Plus per­sonne ne veut en entendre par­ler, ce serait remuer la merde au sein du « milieu ». Les ques­tions sou­le­vées par le livre ne sont tou­jours pas dis­cu­tées. Pour­tant, le pou­voir pour­suit sa poli­tique de mar­chan­di­sa­tion du vivant et de sélec­tion eugéniste.

En 2015, l’An­gle­terre auto­rise la pro­duc­tion d’en­fants à trois ADN, c’est-à-dire pro­duits à par­tir du « maté­riel géné­tique » de trois « parents ». Les Pays-Bas (2016) puis l’An­gle­terre (2018) auto­risent la fécon­da­tion d’embryons humains géné­ti­que­ment modi­fiés à des fins de recherche. En 2017, le bre­vet des « ciseaux à ADN » CRISPR-CAS9 est dépo­sé. Cette tech­nique per­met d’« édi­ter » du génome pour pro­duire des êtres vivants en dehors de toute réa­li­té géné­tique. En 2018, un méde­cin chi­nois fait naître des jumelles géné­ti­que­ment modi­fiées grâce à la tech­no­lo­gie CRISPR et confirme qu’un autre bébé OGM est en ges­ta­tion. Un cher­cheur amé­ri­cain s’in­quiète dans la MIT Review que le méde­cin chi­nois ait modi­fié leurs capa­ci­tés cog­ni­tives – le rêve des trans­hu­ma­nistes et des fas­cistes ita­liens. En 2019, le Japon auto­rise la fécon­da­tion d’embryons ani­maux-humains (un cer­veau humain dans un crâne de sou­ris par exemple – soit l’in­verse de mes calomniateurs).

Cet automne 2019, l’As­sem­blée macron­noise vote sa loi de bioé­thique, un package d’au­to­ri­sa­tions qui vise à mettre la France au niveau d’États plus « avan­cés » en la matière pour ne pas perdre en « com­pé­ti­ti­vi­té ». Étant enten­du que des « mar­chés se déve­loppent, des pra­tiques pros­pèrent dans d’autres pays et que les fron­tières s’effacent ». La loi donne désor­mais accès à la repro­duc­tion arti­fi­cielle à toutes les femmes, fer­tiles ou infer­tiles ; elle auto­rise l’autoconservation des ovo­cytes en vue de futurs « pro­jets paren­taux », la recherche sur la fabri­ca­tion de gamètes arti­fi­ciels et la pro­duc­tion d’embryons trans­gé­niques, la créa­tion de chi­mères humain-ani­mal (rêve anti­spé­ciste), l’utilisation de l’intelligence arti­fi­cielle dans les diag­nos­tics, les tech­niques de « neu­ro-modu­la­tion […] visant à modi­fier l’activité céré­brale de sujets sains en vue d’améliorer leurs capa­ci­tés céré­brales, d’augmenter la concen­tra­tion, le bien-être, le som­meil, les per­cep­tions ou d’améliorer leur humeur. »

Ain­si, ce n’é­tait pas le « bon moment », en 2014, de cri­ti­quer la PMA. Il était urgent d’at­tendre et d’er­go­ter sur la bonne et la mau­vaise PMA. Et sur­tout de ne pas « col­ler l’é­toile trans­hu­ma­niste » aux per­sé­cu­tés de la Recherche publique. Tout ce qui pré­cède reste donc, pen­dant cinq ans, un non-sujet pour le « milieu radi­cal », tou­jours en retard d’un métro sur le cours des choses.

Désor­mais, les regards se détournent à mon approche. Ma pré­sence paraît aus­si lourde qu’un cadavre. Le bal­let des corps s’é­loi­gnant à mon arri­vée est presque comique : ris­que­rais-je de salir la répu­ta­tion d’un lieu ou d’un indi­vi­du par ma seule pré­sence ? Je peux gar­der des amis, mais faut pas que ça se voie. J’en­tends par­fois que « Tom, il s’est esseu­lé », « Je pen­sais que Tom s’é­tait calmé ».

Le temps passe. Et avec lui, espère-t-on, les idées, comme il en est des cou­leurs. Même s’il a reje­té l’un des siens, le trou­peau aime plus que tout s’attrouper. On attend que je « lâche l’af­faire », que je fasse mon auto­cri­tique, que je me range du côté de la force ou que je me taise à jamais. Au détour d’un article sur le trans­hu­ma­nisme ou les villes flot­tantes, j’évoque encore la PMA, mais jamais je ne réponds aux insultes et à la bêtise. Je prends les coups. Je ne les rends pas. Je n’ai jamais tagué un local asso­cia­tif, ni insul­té ou mena­cé qui que ce soit, encore moins ano­ny­me­ment der­rière un cla­vier – je n’y ai même jamais son­gé. Je prends note de mes excom­mu­ni­ca­tions, tou­jours offi­cieuses, jamais argu­men­tées. Désor­mais, peu de mes anciens amis conti­nuent de me lire, et encore moins de me par­ler après m’a­voir lu en secret.

***

Printemps 2018 – Les mauvais jours n’en finissent pas (#1)

En 2016, j’a­vais lan­cé avec mes copains de L’In­sou­mise un fes­ti­val dans le quar­tier Mou­lins inti­tu­lé « Les Mau­vais jours fini­ront ». Quelques asso­cia­tions du quar­tier et un syn­di­cat d’o­ri­gine liber­taire, la CNT, se regrou­paient face au fes­ti­val muni­ci­pal des­ti­né à allé­cher de futurs et hypo­thé­tiques habi­tants fri­qués : « Bien­ve­nue à Moulins ».

Deux ans plus tard, en 2018, j’ap­prends que je ne suis plus le bien­ve­nu au salon du livre orga­ni­sé pen­dant le fes­ti­val. Qui me reproche quoi ? J’en appren­drai davan­tage lors d’une réunion au local du syn­di­cat, déco­ré des tra­di­tion­nels pos­ters cla­mant que « Le monde n’est pas une mar­chan­dise ». L’am­biance est pesante, comme tou­jours au sujet du « fémi­nisme » ou des « luttes LGBT ». À mon arri­vée, tout le monde feint de ne pas être vrai­ment au cou­rant de ce qu’on me reproche et s’empresse de m’as­su­rer que l’a­na­thème n’est le fait que d’une per­sonne dont j’i­gnore tou­jours l’i­den­ti­té. Nous l’at­ten­dons. Elle ne vient pas. La per­sonne ayant levé le lièvre de mon « homo­pho­bie » ne s’est pas dépla­cée pour argu­men­ter. Ma place au salon du livre est conser­vée. En sursis.

***

4 février 2019 – Les mauvais jours n’en finissent pas (#2)

Alors que la ville de Lille célèbre l’an­née du Mexique, je pro­pose aux « Mau­vais jours » de célé­brer le cen­te­naire de la mort de Zapa­ta sur la friche Saint-Sau­veur. Je ne suis pas tou­jours le mec le plus per­ti­nent, certes, mais j’i­ma­gine que ma pro­po­si­tion, envoyée à un syn­di­cat liber­taire, de com­mé­mo­rer un révo­lu­tion­naire pay­san, et par là-même de défendre un parc plu­tôt que la béton­ni­sa­tion d’une friche, devrait rece­voir un écho. Je reçois pour toute réponse, mais en lou­ce­dé, ce mail d’une cer­taine Marie-Gon­trande, que je ne connais pas :

« Sinon, par rap­port à Tom-Jo et Hors-Sol : per­so les deux me révulsent pro­fon­dé­ment. Que ce soient les com­por­te­ments de l’un ou le conte­nu des textes de l’autre. J’ai pas du tout envie de voir un anti­fé­mi­niste de base asso­cié au fes­toche, ou pire, de devoir me col­ti­ner sa face pen­dant. On pour­ra en repar­ler à l’oc­caz mais voi­là moi ça me gênerait. »

Cette fois mon exclu­sion porte une signa­ture. Sans réponse de la part des orga­ni­sa­teurs, je dois com­prendre qu’ils se sont ran­gés der­rière l’a­vis, non moti­vé, de cette Marie-Gon­trande. En plus de mes « textes », ce sont désor­mais mes « com­por­te­ments » qui sont « anti­fé­mi­nistes de base ». Que me reproche la dame ain­si révul­sée ? J’i­ma­gine la plus sor­dide des rumeurs, mais je dois conti­nuer à subir cette para­noïa sans pou­voir réagir – je rap­pelle que j’ai reçu ce mail en « off ». Je pose tout de même la ques­tion à des potes de la CNT, comme ça, entre deux Jupis. Mais rien. Per­sonne n’est au cou­rant, les regards feignent l’é­ton­ne­ment avant de plon­ger vers le sol. Un mail scan­da­li­sé, outra­gé, indi­gné, que dis-je, offus­qué, suf­fit à m’ex­clure d’un fes­ti­val que j’ai contri­bué à créer. J’y pen­se­rai la pro­chaine fois qu’une gueule ne me revient pas, c’est moins fati­gant que de s’évertuer à écrire des textes rai­son­nés. Quelques mots-clés et une indi­gna­tion bien pesée suffisent.

***

Aparté

Ça me rap­pelle cette his­toire d’un des­si­na­teur de la scène punk accu­sé de viol en 2008. Huit ans après une cou­che­rie de fin de soi­rée, dans l’ivrognerie par­ta­gée, la fille s’es­time vic­time d’un viol. Le mot est lâché. Une bro­chure cir­cule dans les squats et salles de concert et finit en ligne (Indy­me­dia, Paris-luttes.infos, Info­kiosques). Sans remettre en cause le récit de la nana, le mec deve­nu le « punk vio­leur » estime quant à lui qu’il ne s’agissait pas d’un viol. Mon his­toire ne mérite pas un pro­cès au pénal, et la qua­li­fi­ca­tion de viol n’est pas ici mon pro­pos. Je m’in­té­resse aux cou­tumes du « milieu radical ».

Le mec se fait donc virer des salles de concert qu’il fré­quente (le CCL par exemple). Il se fait agres­ser, pré­sen­té par­tout comme un « pré­da­teur sexuel ». L’af­faire prend de l’am­pleur quand il signe l’af­fiche d’un fes­ti­val anti­fas­ciste à Lyon en 2013. Plu­sieurs com­mu­ni­qués s’en prennent alors au « vio­leur » et à ses « com­plices » qui repro­dui­raient les « pro­jets de socié­té prô­nés par les fas­cismes » — tou­jours cette finesse d’a­na­lyse. L’ac­cu­sa­tion de viol est enté­ri­née, sans que jamais la ver­sion de mon­sieur ne soit confron­tée à celle de madame. Aucun des sites pré­cé­dem­ment cités n’a accep­té de publier sa réponse. C’est de toute façon inutile, selon les « anarkaféministes » :

« Nous ne cau­tion­nons pas la jus­tice bour­geoise et patriar­cale et c’est pour cette rai­son que la parole de la vic­time nous suf­fit ! […] La parole de la vic­time n’a jamais à être remise en question. »

Mais la « vic­time » n’a que sa parole, huit ans après les faits, pour éta­blir sa qua­li­té de vic­time. Et si tous les « plans cul » un peu éthy­liques et foi­reux peuvent se trans­for­mer, à plus ou moins longue échéance et sans confron­ta­tion avec les faits, en « affaires de viols », ô com­bien crous­tillantes pour les bignoles du milieu et pour la « vic­time » qui se rend si inté­res­sante, la fête va tour­ner au goû­ter de bonne famille sous la sur­veillance des chaperons.

La copine de l’ac­cu­sé doit prendre la parole pour stop­per l’a­char­ne­ment collectif :

« Quelques mois après que le scan­dale ait écla­té, j’ai com­men­cé à rece­voir, de temps en temps, des mes­sages ano­nymes ordu­riers sur mon site, m’ac­cu­sant d’a­voir des rela­tions avec un VIOLEUR, me deman­dant quel effet ça fai­sait de cou­cher avec un VIOLEUR. […] Je vous laisse ima­gi­ner l’hor­reur psy­cho­lo­gique de se trou­ver dans une telle situa­tion, dans ce tor­rent de merde, quand le ver­nis du mili­tan­tisme ne couvre plus la volon­té de nuire… »

On sait com­bien Inter­net, les réseaux sociaux, et leur ano­ny­mat, favo­risent les lyn­chages publics. Mais le « milieu radi­cal », plu­tôt que de s’en éloi­gner et d’en faire la cri­tique, s’en délecte et se joint aux lyn­cheurs. Bien que des calom­nies col­por­tées sur Twit­ter puissent détruire quel­qu’un, le « milieu radi­cal » lui inter­dit de se défendre. Ce serait faire le jeu de la jus­tice bour­geoise et du patriar­cat qui, depuis des siècles et des siècles, etc, vous connais­sez la chanson.

Cette affaire révèle le mode de pen­sée « radi­cal », la mau­vaise jouis­sance et l’état d’esprit para­to­ta­li­taire qui règne dans le milieu. Des sché­mas pré-éta­blis s’a­battent sur les faits. Des cases abs­traites enferment et mutilent les indi­vi­dus réels. Une his­toire mil­lé­naire (ou sup­po­sée telle) d’op­pres­sion sert à acca­bler des per­sonnes, pri­vées ensuite de tout droit de se défendre ; sans que la réa­li­té ne puisse, ni n’ait le droit, d’in­ter­fé­rer. Il faut bien le dire, les « liber­tés for­melles » ont du bon et à côté de la « jus­tice bour­geoise », la « jus­tice » anar­co-fémi­niste du milieu est tout au plus une sorte de bar­ba­rie régres­sive et brouillonne.

***

8 mars 2019 – Sur la friche

Jour­née des droits des femmes. Je sors d’une heure d’embouteillages pen­dant laquelle les jour­na­listes de France Inter et les ministres macron­niens m’ont bour­ré le crâne avec leurs « femmes qui ont réus­si » dans la science et dans la tech depuis que Marie Curie a décou­vert le radium.

Lors de l’al­ter­ca­tion dont je m’ap­prête à vous nar­rer les meilleurs moments, je suis déjà enga­gé depuis quelques temps contre l’ur­ba­ni­sa­tion de la friche Saint-Sau­veur, vingt-trois hec­tares ven­dus à la pro­mo­tion immo­bi­lière pour y construire un quar­tier de la créa­tion et du desi­gn : des bureaux, des loge­ments, des com­merces, et leurs 9 000 voi­tures sup­plé­men­taires par jour. Comme je l’ai déjà dit, j’ai un petit gar­çon. Et comme d’autres enfants que je ren­contre chez des amis, à la crèche, à l’é­cole, il souffre de pro­blèmes res­pi­ra­toires. Rien qu’en 2018, les méde­cins lui ont pres­crit cinq fois des anti­bio­tiques. Toutes ces grues avec leurs pro­messes de « pics de pol­lu­tion » me dégoûtent. Nous avons créé une asso­cia­tion, contes­té le pro­jet devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, occu­pé le lieu, et retar­dé l’un des plus gros pro­jets immo­bi­liers de ces der­nières décen­nies à Lille.

J’in­siste un peu, non pour m’au­to-décer­ner quelque tro­phée, mais pour faire la leçon à cel­leux dont l’ac­ti­vi­té mili­tante se résume à mili­ter en milieu militant.

Ce jour-là, j’ar­rive sur la friche Saint-Sau­veur avec mon cama­rade d’Hors-sol, notre « super revue ». Deux mecs en uni­formes de zadistes, sweats à capuche et godillots, se pointent et me demandent (je la fais courte) :

— C’est toi Tomjo ?
— Heu, ouais…
— C’est toi qui es contre les transsexuels ?
— Vous devez par­ler des transhumanistes ?
— Euh…
— …
— T’es un mec cis-genre hété­ro, alors tu fermes ta gueule au sujet de la PMA. Tu laisses par­ler les gens concer­nés (il doit pen­ser aux lesbiennes).
— Vous savez ce que je dis à pro­pos de la PMA ?
— (L’un) Non mais mes potes m’ont racon­té, et je leur fais confiance parce que c’est des gens que j’aime, ça suffit.
— (L’autre) Moi j’ai lu Hors-sol, et vous vous fou­tez des han­di­ca­pés, vous vou­lez pas qu’ils aient des pro­thèses, vous êtes validistes !
— Je n’ai jamais dit un truc pareil.
— Ouais bah fau­drait que je relise mais bon…

L’un n’a rien lu mais sait ce que je pense, l’autre a lu mais ne se sou­vient plus. Les deux exigent pour­tant que je me taise, me trai­tant au pas­sage de fas­ciste et d’ho­mo­phobe. Com­ment réagir ? Je me suis long­temps posé la ques­tion, je me la pose encore. Sur l’ins­tant, j’ai bien essayé d’ar­gu­men­ter, un peu, mais la bêtise asso­ciée à la méchan­ce­té m’use assez vite. Leur mettre sur la gueule ? Ce serait s’attirer la vio­lence du trou­peau qui ne s’en tenait qu’aux mots pour l’ins­tant. Une tarte aux pha­langes aurait tôt fait de me rendre cou­pable de « viri­lisme », ce qui à leurs yeux aggra­ve­rait mon cas.

***

26 juin 2019 – Le Retour de Mawy

Mawy, sou­ve­nez-vous, c’est cette auteure de bédé sans gram­maire ni talent qui m’a­vait insul­té et mena­cé cinq ans plus tôt. À l’oc­ca­sion d’un compte ren­du de la Gay Pride, elle prend à par­tie je-ne-sais-qui dont elle dit qu’il est un « Tom­jo pédé, un bon gros mas­cu ». Pour les non-ini­tiés des sub­ti­li­tés du « milieu radi­cal », un « mas­cu » est un mili­tant de la cause des hommes, du pou­voir des hommes, du pri­vi­lège mas­cu­lin. Je n’ai jamais tenu de tels pro­pos, et je ne les ai d’ailleurs jamais pen­sés. La cri­tique de la PMA s’at­taque à la sélec­tion des embryons et au com­merce de maté­riel humain. Quel rap­port avec le pou­voir des hommes ? Nous n’en sau­rons guère plus. À moins que le pré­sent témoi­gnage n’in­cite la bédéiste, après cinq ans, à dévoi­ler le fond de sa pen­sée (s’il y a un fond, et s’il y a une pensée).

***

7 Août 2019 – Exclusion officielleuse (genre d’exclusion officielle mais non assumée)

L’é­di­teur de La Repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’Hu­main (RAH) a éga­le­ment publié l’un de mes textes, Au Nord de l’é­co­no­mie. Il reçoit l’in­vi­ta­tion d’un cer­tain Tho­mas, secré­taire régio­nal de la CNT, que je pense n’a­voir jamais croi­sé, à par­ti­ci­per à un salon liber­taire orga­ni­sé à Amiens. Chez moi. L’é­di­teur me pro­pose, en tant que régio­nal de l’é­tape, d’y expo­ser mon livre sur l’au­to­ma­ti­sa­tion et l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle au tra­vail, un sujet de pre­mière impor­tance pour un syn­di­cat de tra­vailleurs. Le secré­taire syn­di­cal donne d’a­bord son accord avant de reve­nir sur sa déci­sion et d’annoncer à mon éditeur :

« Après concer­ta­tion avec mes cama­rades nous for­mu­lons cette réponse : En rai­son d’un pas­sif pro­blé­ma­tique sur lequel il n’est jamais reve­nu pour s’ex­cu­ser (ou ne serait-ce que se ques­tion­ner sur ceux-ci) lors d’un évé­ne­ment qu’il avait co-orga­ni­sé il y a plu­sieurs années, et de désac­cord de fond comme de forme dans ses prises de posi­tions, nous pré­fé­rons décli­ner votre proposition. »

Le syn­di­cat CNT est donc d’ac­cord pour invi­ter l’é­di­teur de la RAH, mais pas moi. La logique échappe à l’en­ten­de­ment. La « forme » comme le « fond » d’un « pas­sif pro­blé­ma­tique » néces­si­te­raient ain­si que je me « ques­tionne » voire que je « m’ex­cuse » ? Je demande à en savoir plus : de quoi parle-t-on ? Je n’ai tou­jours pas reçu de réponse. Mon inter­ven­tion sera fina­le­ment rem­pla­cée par une énième confé­rence patri­mo­niale sur les anar­chistes pen­dant la guerre d’Es­pagne (il y a quatre-vingts ans).

***

Août 2019 – Dégradation du Beffroi de Saint-Sauveur

Dans cette lutte contre la den­si­fi­ca­tion urbaine et les pol­lu­tions à Saint-Sau­veur, j’ai orga­ni­sé avec des amis « Elnor­pad­ca­do », le pre­mier contre-fes­ti­val à Lille3000, qui est la suite de « Lille 2004, capi­tale euro­péenne de la culture ». Un livre était paru en 2005, La Fête est finie, j’ai moi-même rédi­gé plu­sieurs articles, confé­rence et bro­chures, les condi­tions étaient réunies pour par­ta­ger d’autres ima­gi­naires que celui du diver­tis­se­ment dominant.

Pour l’oc­ca­sion, et mus par notre incli­na­tion au raf­fi­ne­ment et au bon goût, nous éri­geons, dans un esprit potache et liber­taire, un doigt d’hon­neur haut de cinq mètres et tour­né vers le Bef­froi de la mai­rie. Nous l’ap­pe­lons le Bef­froi de Saint-Sau­veur. Le jour de son inau­gu­ra­tion, je lis un dis­cours sur la sym­bo­lique des bef­frois à l’é­poque des com­munes médié­vales, une sym­bo­lique de paix, de fra­ter­ni­té, de soli­da­ri­té et d’au­to­no­mie face aux sei­gneurs. Je m’é­tais creu­sé la tête pour appor­ter quelques réfé­rences his­to­riques qui nour­ri­raient intel­lec­tuel­le­ment notre lutte en faveur d’une autre ville.

Quelques semaines plus tard, alors que je rentre de vacances, j’ap­prends que notre bef­froi a été tagué plu­sieurs fois « Tom­jo gros mas­cu », repre­nant la rumeur pro­pa­gée par Mawy et d’autres « lan­ceurs d’a­lerte ». Les tags ont été effa­cés, puis réécrits, et encore effa­cés par de très chics cama­rades qui n’ont pas eu besoin de connaître le fond de l’his­toire pour consi­dé­rer ces tags comme calomnieux.

Même répé­tée qua­rante fois, l’in­sulte ne sera jamais un argu­ment, à peine un bor­bo­rygme. J’ai presque de la peine pour ses auteurs. Non que leur vide intel­lec­tuel m’in­quiète, des ins­ti­tuts spé­cia­li­sés accueillent ce genre de public, mais parce que nous sommes col­lec­ti­ve­ment dému­nis pour y faire face. Si je repré­sente, moi Tom­jo, l’es­sence du mal domi­nant (du mâââle), un enne­mi à salir, à com­battre, voire à abattre, la vie des com­mis­saires poli­tiques modernes semble bien déses­pé­rante, pour ne pas dire déses­pé­rée. À la grande époque du Par­ti com­mu­niste, les sta­li­niens avaient le bloc capi­ta­liste contre eux, un rival un peu consé­quent, et puis en interne leurs « révi­sion­nistes », « liqui­da­teurs du par­ti pro­lé­ta­rien », « gau­chistes décom­po­sés », « capi­tu­lards », « col­la­bo­ra­teurs de classe », « sociaux-traîtres » ou encore « sabo­teurs infil­trés à la solde de l’im­pé­ria­lisme ». La bataille avait de l’en­ver­gure, une cer­taine gran­deur his­to­rique. Main­te­nant, ils ont « Tom­jo gros mascu ».

Du coup, de ce qui pré­cède, nous retien­drons que je suis successivement :

  • Anar­cho­pres­seur
  • Miso­gyne
  • Homo­phobe — Lesbophobe
  • Trans­phobe — Fasciste
  • Alain Soral
  • Connard
  • Dégueu­lis
  • Raclure de fond de bidet
  • Pas fun­ky
  • Pro­mis à l’émasculation
  • Réac­tion­naire
  • Digne des antisémites
  • Com­plo­tiste
  • Anti-huma­niste
  • Gar­dien de l’u­ni­ver­sa­lisme (atten­tion : contra­dic­tion avec l’in­sulte précédente)
  • Mec pri­vi­lé­gié
  • Mas­cu­li­niste
  • Oppo­sé à l’avortement
  • Pas clair sur le féminisme
  • Cli­vant
  • Révul­sant
  • Anti­fé­mi­niste de base
  • Cis-genre
  • Vali­diste
  • Pro­blé­ma­tique
  • Bon gros mascu
  • Gros mas­cu

Certes, ces outrances sont d’une vio­lence stu­pide, autant que d’une stu­pi­di­té vio­lente, mais elles ont sur­tout le défaut d’u­ser les mots, de leur faire perdre leur sens et leur charge. Quels mots nous res­te­rait-il, si, par aven­ture, un authen­tique par­ti « fas­ciste », « réac­tion­naire », « homo­phobe », etc., pre­nait le pou­voir ? À quoi bon gal­vau­der des réfé­rences his­to­riques qui, même si l’his­toire ne repasse pas les plats, peuvent nous aider à pen­ser le présent ?

Autre chose d’un peu péri­phé­rique attire l’at­ten­tion : le mili­tant du « milieu radi­cal » a ceci de sus­pect qu’il est indi­gné et pesant dans ses attaques, insen­sible à l’hu­mour, à l’implicite et au troi­sième degré, inca­pable de lire une lit­té­ra­ture pam­phlé­taire maniant l’i­ro­nie, la déri­sion et l’au­to­dé­ri­sion, ni de faire la dis­tinc­tion entre un fait et un com­men­taire. Une blague sur les femmes insé­mi­nées comme des vaches, une autre sur les tau­reaux qui ne font pas la vais­selle, et vous voi­là sus­pec­té des pires vile­nies. J’ai tou­jours pen­sé que cette affec­ta­tion de sérieux et le manque d’hu­mour révé­laient une pro­pen­sion à la bêtise et à la bru­ta­li­té. Mon his­toire le vérifie.

Confor­mé­ment aux ordures énu­mé­rées plus haut, com­bien de fois a‑t-il été deman­dé aux gens de se taire ? En ce qui me concerne, huit fois. Et je n’ai pas men­tion­né les tags sur les librai­ries (à Mon­treuil par exemple) ni les attaques per­pé­trées par d’autres branches post­mo­dernes, les néo­ra­cistes à la librai­rie Mille Bâbords à Mar­seille en 2016, ou les anti-spé­cistes aux Ren­contres anar­chistes inter­na­tio­nales de Saint-Imier en 2012. Cela tra­duit une frac­ture nou­velle dans les milieux contes­ta­taires dont je ne peux don­ner ici que quelques aperçus.

J’ai été lycéen, étu­diant, spor­tif, bar­man, ser­veur, ani­ma­teur, sai­son­nier, prof, parent d’é­lève, je ne me sou­viens pas d’avoir été confron­té dans ces milieux à autant de bru­ta­li­té (mis à part dans cer­taines cui­sines de bras­se­ries). Mal­gré son idéo­lo­gie de la bien­veillance, son obses­sion pour les « res­sen­tis », ses luttes contre-toutes-les-domi­na­tions, le Par­ti des « bien­veillants » se vautre dans les com­por­te­ments qu’il cri­tique par ailleurs. Son contre-monde est sou­vent pire que le monde qu’il com­bat. Mais je n’en attends ni excuses ni bien­veillance, je lui laisse ses réflexes niai­seux et ses pos­tures victimaires.

Essayons plu­tôt de com­prendre. « Le par­ti se ren­force en s’é­pu­rant », sou­te­nait Lénine dans Que faire ?. Épuration/purification du groupe : le phi­lo­sophe René Girard en a fait la des­crip­tion dans La Vio­lence et le sacré, une théo­rie du bouc émis­saire. Selon lui, le sacri­fice du bouc émis­saire per­met à une com­mu­nau­té, close par défi­ni­tion, comme un « milieu » ou un par­ti, d’ex­té­rio­ri­ser la vio­lence intes­tine due à la concur­rence entre ses membres, à leurs dési­rs inas­sou­vis, et de reje­ter sur la vic­time émis­saire leurs propres fautes et culpa­bi­li­tés. Jus­qu’à la pro­chaine fois.

Le méca­nisme est vieux comme l’An­cien Tes­ta­ment. Si tel est le cas ici (hypo­thèse), le « milieu » doit savoir que, selon Girard, accor­der tant d’at­ten­tion au bouc émis­saire, « c’est déjà lui recon­naître ou lui accor­der un pres­tige que l’on ne pos­sède pas, ce qui revient à consta­ter sa propre insuf­fi­sance d’être.[15] » Je vous laisse juge.

Au-delà, il s’agit pour les lyn­cheurs d’imposer la loi du milieu. Leur loi. De mon­trer qu’ils dis­posent de cette peine de mort sym­bo­lique, l’exclusion, et qu’ils sont près à l’utiliser, y com­pris de façon injuste et capri­cieuse, pour mon­trer leur pou­voir. « Égor­ger un pou­let pour en effrayer cent », dit un pro­verbe chi­nois. Il n’y a aucun doute que s’ils en avaient le pou­voir, ces fana­tiques de la Bien­veillance égor­ge­raient les mal­veillants dans mon genre. Non pas de façon sym­bo­lique, mais bien réel­le­ment, comme leurs devan­ciers com­mu­nistes qui fusillèrent et mas­sa­crèrent d’un bout à l’autre « le camp socialiste ».

Ten­tons une autre approche, socio­lo­gique. La cor­po­ra­tion des étu­diants et des enseignants/chercheurs en sciences sociales a réa­li­sé une OPA sur le « milieu radi­cal ». Je pense l’a­voir dit plu­sieurs fois, la majo­ri­té des offenses furent le fait d’u­ni­ver­si­taires, de pro­fil socio-sciences po, bibe­ron­nés à Bour­dieu – je le sais, j’ai été cou­lé dans le même moule. Ce milieu a impo­sé ses élé­ments de lan­gage et donc sa manière de com­prendre le monde et d’a­gir des­sus. Par l’en­tre­mise de sa nov­langue, la cri­tique de l’ap­pro­pria­tion mar­chande et du capi­ta­lisme, des pou­voirs consti­tués et réels de l’État, de sa bureau­cra­tie, de sa méde­cine, de sa science, a dis­pa­ru. Elle a été rem­pla­cée par une sous-cri­tique « cultu­relle », décons­trui­sant tour à tour les « vio­lences sym­bo­liques », les « goûts », les « habi­tus » et les « dominations ».

Ain­si, les domi­na­tions et les pri­vi­lèges, tou­jours au plu­riel car infi­nis, sans oublier les repré­sen­ta­tions, stig­ma­ti­sa­tions et autres tares psy­cho­lo­giques en — phobes, néces­sitent conscien­ti­sa­tion et décons­truc­tion dans le cadre d’un groupe de parole en non-mixi­té, lequel appel­le­ra à la plus grande bien­veillance à l’é­gard des mino­ri­tés, ou leur per­met­tra, empo­werment aidant, de gagner en pou­voir et visi­bi­li­té. Après le racisme, le sexisme, le vali­disme, le spé­cisme, l’â­gisme, l’hé­té­ro-cis­sexisme, même les rap­ports de classes, jusque-là étu­diés sous leur angle maté­riel (et non uni­que­ment sub­jec­tif), dans les rap­ports de pro­duc­tion (pos­sé­dants / exploi­tés), ont été pas­sés à la mou­li­nette cultu­ra­liste : il ne s’a­git plus d’a­bo­lir les classes mais le clas­sisme, le mépris de classe.

Par­don si je suis un peu pâteux, mais, vu le ter­rain, j’ai des excuses.

Or, si la « domi­na­tion » sup­plante l’« exploi­ta­tion », une classe n’ex­torque plus la plus-value créée par une autre, et la hié­rar­chie n’est plus cri­ti­quée en tant que telle : les indi­vi­dus sont désor­mais en concur­rence à l’in­té­rieur de leur « champ » (Bour­dieu). C’est ain­si qu’il faut com­prendre l’en­goue­ment pour l’empo­werment, que l’u­ni­vers mana­gé­rial appelle coa­ching. Fin de la conflic­tua­li­té avec le pou­voir, repli sur soi et son milieu, jus­qu’à étouf­fe­ment. Il en résulte un milieu « radi­cal » auto-cen­tré, obsé­dé par ses propres repré­sen­ta­tions et les rap­ports inter-indi­vi­duels en son sein, sans autre arme pour s’é­man­ci­per que le déve­lop­pe­ment per­son­nel (et le taïchi).

Dif­fi­cile de ne pas pen­ser au « milieu radi­cal », et d’en attra­per des sueurs froides, lors­qu’on lit cette phrase de Bour­dieu qui fait office de pro­gramme politique :

« Seul un véri­table tra­vail de contre-dres­sage, impli­quant la répé­ti­tion des exer­cices, peut, à la façon de l’en­traî­ne­ment de l’ath­lète, trans­for­mer dura­ble­ment les habi­tus » (Médi­ta­tions pas­ca­liennes, 2003).

Ain­si, c’est en se chan­geant soi, ses repré­sen­ta­tions, son mode de vie, qu’on change le monde. Alors que pour la tra­di­tion mar­xiste, ou en tout cas socia­liste, il s’a­gis­sait de pro­cé­der à l’exact inverse. Le pos­tu­lat est pour le moins effrayant. Il rigi­di­fie les pos­tures morales et fait de cha­cun un petit flic, un petit juge, un petit curé, comme dans une com­mu­nau­té pro­tes­tante et puri­taine de Nou­velle-Angle­terre (Salem) ou de la Drenthe[16]. Pous­sé au maxi­mum, ce pos­tu­lat entraîne un contrôle total de tous sur tous et sur tout : les com­por­te­ments, les pro­pos, les pen­sées, les arrières-pen­sées, et – idéa­le­ment – l’inconscient coupable.

Lisez l’ar­ticle de Dylan Riley « Pierre Bour­dieu, l’u­ni­ver­si­taire qui se rêvait en mili­tant » sur la revue en ligne Période pour com­prendre com­ment Bour­dieu pro­jette sa per­pé­tuelle « réflexi­vi­té » de socio­logue sur le reste de la socié­té[17]. L’ef­fet bocal trouve ici son expli­ca­tion : Riley parle de « radi­ca­lisme inté­rieur ». Et qui a les armes intel­lec­tuelles suf­fi­santes pour « trans­for­mer dura­ble­ment les habi­tus » d’une popu­la­tion incons­ciente d’elle-même tant elle est « embourbé[e] dans les eaux du sens com­mun et de l’ac­cep­tion cou­rante », sinon les socio­logues bour­di­vins qui, pour Riley, endossent le rôle de l’« avant-garde » que jouaient les « révo­lu­tion­naires pro­fes­sion­nels » au temps de Lénine.

Il n’est pas de sujet plus pro­pice aux ana­thèmes et aux exclu­sions que les « domi­na­tions de genre ». En com­pa­rai­son, les déchets nucléaires, la sixième grande extinc­tion des espèces ou l’avènement de l’eu­gé­nisme comptent pour du beurre. Certes, « il ne fau­drait pas hié­rar­chi­ser les luttes », mais le sexisme est sys­té­ma­ti­que­ment le sujet le plus lourd et le plus explo­sif quand il figure à l’ordre du jour. Et cha­cun sera bien ins­pi­ré, dans ce cas, de peser ses mots au gramme près. Il devient inter­dit de dis­cu­ter des contri­bu­tions d’un « cer­tain fémi­nisme », même avec tous les guille­mets pos­sibles et la voix la plus liquo­reuse, à la per­pé­tua­tion d’un monde de mar­chan­dises. On le voit avec l’é­lar­gis­se­ment de l’ac­cès à la PMA et la GPA comme sur d’autres sujets plus tri­viaux tel que, pour prendre le plus récent, le foot fémi­nin, subi­te­ment paré de toutes les ver­tus éman­ci­pa­trices (empo­werment).

Ce mou­ve­ment va du « milieu radi­cal » aux stu­dios de France Inter en pas­sant par les bureaux du minis­tère de Mar­lène Schiap­pa et bien évi­dem­ment… l’U­ni­ver­si­té. Les deux thèmes de recherche que sou­tient la branche Sciences humaines et sociales (SHS) du CNRS, l’INSHS, sont les « huma­ni­tés numé­riques » et les « études de genre », avec un accent par­ti­cu­lier por­té aux « rela­tions entre intel­li­gence arti­fi­cielle et SHS »[18]. Le dis­cours domi­nant, celui pro­duit par la Recherche d’État, est donc tech­no-fémi­niste. À l’au­dio­vi­suel d’État ensuite d’en faire la pro­pa­gande, en invi­tant ou en embau­chant ses plus brillants élé­ments, par exemple sur les ondes de France Culture, qu’on sur­nom­me­ra Radio Spé­cia­listes[19].

Les autres reje­tons de la Recherche d’État pour­ront valo­ri­ser leurs savoir-faire auprès de l’in­dus­trie cultu­relle et le monde des start-up. Que je sache, per­sonne dans cette com­mu­nau­té scien­ti­fique ne s’est ému, ni à Lille ni ailleurs, quand la plus haute ins­tance des Sciences sociales (l’INSHS), qui « depuis 80 ans [bâtit] de nou­veaux mondes », est venue orga­ni­ser ses trois jours d’Inno­va­tive SHS, ici cette année, pour « favo­ri­ser le trans­fert » des socio­logues vers le monde de l’in­dus­trie et des start-up : logi­ciels, applis, jeux vidéo, smart city, « rela­tions ava­tar-humain »[20].

Les scien­ti­fiques de l’Homme et de la Socié­té, par ailleurs si prompts à la « réflexi­vi­té », n’ont pas jugé utile d’ap­pré­cier la part réelle de leur science par­ti­cu­lière dans la domi­na­tion du Capi­tal sur les hommes et la socié­té. La seule ques­tion légi­time pour la gauche bour­di­vine, main­te­nant qu’elle a admis sa place spé­ci­fique, est la part sta­tis­tique de femmes et de « raci­sés » dans la nou­velle éco­no­mie, et leur visi­bi­li­té dans le monde du spec­tacle. C’est-à-dire aus­si – sur­tout – la visi­bi­li­té et la domi­na­tion des bour­di­vins dans le « champ uni­ver­si­taire », édi­to­rial, média­tique, etc. Notre socié­té tech­no­lo­gique, spec­ta­cu­laire et mar­chande, peut comp­ter sur eux pour appuyer sa domination.

Dans son enquête Pour­quoi les riches votent à gauche[21], l’A­mé­ri­cain Tho­mas Franck montre com­ment cette idéo­lo­gie a gagné le Par­ti démo­crate, celui des époux Oba­ma et d’Hil­la­ry Clin­ton. Cette vision de la poli­tique résulte de l’i­déo­lo­gie de la com­pé­tence propre à la socio­lo­gie des « pro­fes­sion­nals » qui ont pris la tête du par­ti libé­ral, les tech­no­crates, les uni­ver­si­taires, poli­tistes, conseillers finan­ciers, jour­na­listes, ingé­nieurs, hauts fonc­tion­naires, qu’on désigne en France comme les caté­go­ries intel­lec­tuelles supé­rieures, et dont Ivan Illich sou­tient qu’elles sont déten­trices du « pou­voir de pres­crire[22] ».

Pour ces com­pé­tents, l’ac­tion poli­tique se résume à ce que la « diver­si­té », désor­mais diplô­mée, accède aux postes hié­rar­chiques cor­res­pon­dant à leurs com­pé­tences. « Parce qu’il [Oba­ma] était lui-même le pro­duit de la grande méri­to­cra­tie amé­ri­caine d’a­près-guerre, il n’a jamais vrai­ment pu voir le monde autre­ment que du haut de l’é­chelle sociale sur laquelle il s’é­tait éle­vé », écrit T. Franck. Ces mili­tants de la cause méri­to­cra­tique cassent donc ce qui pou­vait encore carac­té­ri­ser « la gauche ». Non seule­ment ils ont lar­gué, tra­hi, les classes exploi­tées, récu­pé­rées par Donald Trump, mais ils ont accep­té la struc­ture hié­rar­chique de la socié­té, notam­ment la divi­sion entre tra­vail intel­lec­tuel et tra­vail manuel, et fina­le­ment le règne de la tech­no­cra­tie. Leur règne. Si la droite défend le pou­voir de l’argent, la gauche défend celui des com­pé­tents à haut reve­nu. Et, même si la for­mule est usée jus­qu’à la corde, la lutte des places a rem­pla­cé la lutte des classes.

La lutte contre les domi­na­tions et les dis­cri­mi­na­tions est donc l’ultime déchet du réfor­misme. Il réclame l’ac­cès de tous et toutes aux postes de pou­voir et aux mar­chan­dises, même les plus alié­nantes. Ce fémi­nisme de « mar­cheuse » n’invite pas les femmes ou les homos à chan­ger la socié­té, mais à y réus­sir. Red­di­tion contre laquelle, à une autre époque, l’é­co­fé­mi­niste Fran­çoise d’Eau­bonne, fon­da­trice du MLF et du Front homo­sexuel d’ac­tion révo­lu­tion­naire (FHAR), aurait répondu :

« Nous n’al­lons pas inté­grer la socié­té, nous allons la désintégrer ! »

Voi­là. C’est vite dit, mal dit – que d’autres fassent mieux.

Je ne doute pas que mon témoi­gnage, grif­fon­né à la hâte, ne laisse plein de trous et de mal­adresses sus­cep­tibles de ser­vir à des ergo­tages et dénis comme j’en ai tant connus depuis dix ans, mais je m’en fous. Je me fous du « milieu radi­cal » et de ses bubons. J’en suis sorti.

Heu­reu­se­ment, j’avais – j’ai – tous mes amis qui ne m’ont pas lâché durant ces années et avec qui je continue.

Face aux silences des lâches, que ceux qui sont capables d’un sur­saut moral et intel­lec­tuel prennent leurs responsabilités.

A la bouillie inter­sec­tion­nelle, oppo­sons la cri­tique concrète de la réa­li­té concrète. Sans quoi la pen­sée s’é­va­po­re­ra, empor­tant dans son brouillard tout espoir d’é­man­ci­pa­tion pour tous et toutes.

Insultes, menaces et calomnies :

hors-sol@herbesfolles.org


  1. Pré­noms chan­gés. N’oublions pas que ces rebelles sont tra­qués par la milice et la Ges­ta­po. Je ne gar­de­rai donc que les signa­tures publiques.
  2. The Atlan­tic, 9 mars 2016.
  3. koudavbine.blogspot.com/2014/11/anarcouilles‑7.html
  4. societedelinformation.wordpress.com
  5. Pour une cri­tique éman­ci­pa­trice de la PMA », L’An 02, 2014.
  6. « La PMA, un débat tou­jours en ges­ta­tion chez les éco­los », Repor­terre, 24 sept. 2019.
  7. Millebabords.org, 23 décembre 2014.
  8. http://www.millebabords.org/spip.php?article27231 9 « Pour une cri­tique… », op. cit.
  9. La Conju­ra­tion des ego, Syl­lepse, 2019.
  10. La Décrois­sance, ce jour­nal que nous n’a­chè­te­rons pas », Rebel­lyon, 27/7/19. Voir le compte Twit­ter d’Aude Vidal.
  11. Bâillon­ner les quar­tiers, Julien Tal­pin, à paraître en 2020.
  12. Quelle métho­do­lo­gie pour la  »Consul­ta­tion des musul­mans » ? », Libé­ra­tion, 4 oct. 2018.
  13. « L’is­la­miste Taous Ham­mou­ti porte plainte contre moi pour injure publique », Naëm Bes­tand­ji, naembestandji.fr, 23 sept. 2019.
  14. Contre Eur­alille, Anto­nio Del­fi­ni et Rafaël Sno­ri­guz­zi, 2019.
  15. Men­songe roman­tique et véri­té roma­nesque, Gras­set, 1961.
  16. Bleue comme une orange, Tomjo/PMO, 2019
  17. revueperiode.net/pierre-bourdieu-luniversitaire-qui-se-revait-en-militant/
  18. La lettre de l’INSHS, mars 2019.
  19. Com­bien de « Gilets jaunes » sont pas­sés sur les ondes de Radio France com­pa­ra­ti­ve­ment aux « spé­cia­listes des mou­ve­ment sociaux » et autres « socio­logues des mobi­li­sa­tions » ? À ce titre, Cyril Hanou­na rem­plit sans doute une bien meilleure « mis­sion de ser­vice public ».
  20. Lettre d’in­for­ma­tion de l’INSHS, mars 2019.
  21. Agone, 2018.
  22. Disa­bling pro­fes­sions, 1977.

Print Friendly, PDF & Email
Total
22
Shares
6 comments
  1. Texte inté­res­sant ; je ne connais pas assez ces milieux fémi­nistes ou LBGT mili­tants pour me pro­non­cer sur la nature des faits.
    Mais cette absence de débat pos­sible montre bien à quel point le sys­tème capi­ta­liste a réus­si à brouiller les esprits et les cartes du jeu.
    Le matra­quage média­tique, la culture pub-zap-moi je, les egos tant pro­je­tés qu’ils deviennent exté­rieurs, indé­fi­nis, nous ren­voient à des com­por­te­ments de type reli­gieux ou sec­taires. Il n’y a plus de place pour le débat, l’a­na­lyse confron­tée ; c’est ali­gne­ment ou exclusion.
    Cela rend bien sur dif­fi­cile toute conver­gence des luttes ; divi­ser pour rêgner-un grand classique.

    Macron l’a bien com­pris qui nous balance dans le même temps, les migrants, la PMA et le voile !

  2. Texte très impor­tant qui décrit par­fai­te­ment com­ment, dans le pré­sent culte des éti­quettes, on s’at­tarde à pré­sent sur ces der­nières (copiées/collées) sans se sou­cier du fond des dis­cours, (pour­tant très inté­res­sant en l’occurrence).

    C’est pour cela que ceux qui se réclament des « anti-fa » sont par­fois les pires fas­cistes en empê­chant la parole (comme Etienne Chouard a pu en faire les frais).

    Moi-même j’ai déjà eu affaire à ce genre de com­por­te­ment de la part de gens connus comme « tenants de l’in­sou­mis­sion ». Déplorable.

    Je te sou­haite le meilleur et t’a­dresse tout mon sou­tien, Tomjo.

    Mer­ci au site Le Par­tage de dif­fu­ser ce texte.

  3. Sou­tien à Tom­jo qui dépeint ici une triste réa­li­té du « milieu », tous ces gens seraient inca­pables de décrire la pen­sée de Tom­jo sur le sujet de la PMA.
    Ces gens qui se disent anti­fa et qui mettent tous les autres dans des cases sans même savoir pourquoi…

  4. Tom­jo, nous nous sommes croi­sés lors de dif­fé­rentes mani­fes­ta­tions dans dif­fé­rents endroits et nous avons des connais­sances com­munes. Si j’ai mili­té une ving­taine d’an­nées à la CNT-AIT et pen­dant quelques années à une coor­di­na­tion anti­nu­cléaire, depuis un bon moment je ne m’in­ves­tis plus dans aucune lutte. Ras le bol des auto­crates, des auto­ri­taires qui prônent l’au­to-orga­ni­sa­tion, la prise en charge de l’or­ga­ni­sa­tion de lutte par tous comme si leurs atti­tudes mépri­santes et auto­ri­taires le per­met­tait. Poin­ter leurs atti­tudes mépri­santes, leurs contra­dic­tions c’est inad­mis­sible pour ce genre de per­sonnes auto­cen­trés sur eux-mêmes. Comme tu peux le consta­ter briè­ve­ment, je suis assez  » LAS  » et dans ton texte « mac­car­thysme en milieu radi­cal » j’ai cru revivre cer­tains épi­sodes de mon impli­ca­tion dans la CNT en géné­ral. Aus­si je tiens à te témoi­gner mon estime dans les posi­tions que tu défends sur la PMA et la GPA mais éga­le­ment dans le cou­rage et la clair­voyance dont tu fais appa­rem­ment preuve face à la bêtise qui est de plus en plus arrogante.
    De plus j’ai consul­té ton texte sur mon écran d’or­di­na­teur et je ne suis pas très à l’aise afin de le pagi­ner et le tirer, aus­si donnes moi des indi­ca­tions sur la pos­si­bi­li­té de l’a­voir en ver­sion papier avec bien enten­du une contri­bu­tion finan­cière à t’en­voyer pour cela.
    contacte moi sur ma boite mail, à bien­tôt et salu­ta­tions ami­cales. Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’art, le divertissement et la destruction du monde (par Stephanie McMillan, Derrick Jensen et Lewis Mumford)

[...] On nous enseigne qu'il est impoli de juger, d'être moraliste, qu'affirmer un point de vue viole l'esprit pur, transcendantal et neutre de l'art. Des putains de conneries de merde, conçues pour nous affaiblir et nous dépolitiser. Ces temps-ci, la neutralité n'existe pas — ne pas prendre position signifie soutenir et assister les exploiteurs et les meurtriers. Ne soyons ni les outils ni les bouffons du système. Les artistes ne sont ni des poltrons ni des mauviettes — nous sommes des résistants. Nous prenons position. Nous ripostons. [...]
Lire

Qu’est-ce que l’écologie radicale ? (par Thierry Sallantin)

A bas l'industrialisme, lequel est incompatible avec le retour urgent aux 280 ppm de CO2 dans l'atmosphère : si on continue avec un type de société demandant trop d'énergie, on est parti pour bouleverser le climat de façon irrémédiable pendant 500 000 ans (source: les deux livres de Clive Hamilton: "Requiem pour l'espèce humaine" et "Les apprentis sorciers du climat" et mes discussions avec lui lors de son passage à Paris).
Lire

L’optimisme et l’apocalypse (par Sebastien Carew-Reid)

Il va sans dire que notre aversion innée pour la douleur sous toutes ses formes alimentera des efforts héroïques pour la minimiser. Mais afin d’éviter l’angoisse psychologique dans un monde où les réalités déplaisantes sont omniprésentes, nous passerons inévitablement une grande partie de notre temps à censurer énergiquement et à altérer les informations que nous rencontrerons.