Attention à la marche (documentaire)

Min­ding the Gap (en fran­çais : « Atten­tion à la marche », voir ici) est un film docu­men­taire de 2018, réa­li­sé par Bing Liu et plu­sieurs fois pri­mé (Sun­dance, etc.). Il s’agit d’une chro­nique des ami­tiés qui lient trois jeunes hommes de la ville de Rock­ford, dans l’État de l’Illinois, aux États-Unis, unis par leur amour du ska­te­board. Les séquences vidéos du docu­men­taire s’étalent sur plus de 12 ans de vie des pro­ta­go­nistes, les plus anciennes ayant été tour­nées par Bing Liu alors qu’il avait 14 ans.

Le jour­na­liste A. O. Scott, du New York Times, a qua­li­fié le film de « riche et dévas­ta­teur essai sur la race, la classe et la mas­cu­li­ni­té dans l’Amérique du 21ème siècle ». Richard Bro­dy, du maga­zine The New Yor­ker, le décrit comme un docu­men­taire où les images de ska­te­board « ne sont qu’un arrière-plan, un contexte pour le film », dont « la sub­stance — les trau­ma­tismes fami­liaux, le racisme sys­té­mique et la débâcle éco­no­mique — » pro­cure au film une « grande pro­fon­deur poli­tique ». L’ironie étant que ces médias de masse (le New York Times, le New Yor­ker), du fait de leur rôle dans la fabri­ca­tion du consen­te­ment, dans le condi­tion­ne­ment des masses, figurent par­mi les prin­ci­pales enti­tés res­pon­sables de l’état actuel des choses, y com­pris, donc, du désastre social expo­sé dans le docu­men­taire de Bing Liu.

Min­ding the Gap expose en effet crû­ment et sim­ple­ment une par­tie des cala­mi­tés que le Pro­grès inflige aux popu­la­tions aux­quelles il est impo­sé, le ter­rible sort que la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle réserve à une par­tie signi­fi­ca­tive, sinon majo­ri­taire, de ses sujets :

Car c’est aux États-Unis que l’histoire se déroule, sur le ter­ri­toire de la pre­mière puis­sance éco­no­mique et mili­taire du globe, de la « plus grande démo­cra­tie [sic] au monde », au pays du Pro­grès, de la Crois­sance (du Capi­ta­lisme) et du Déve­lop­pe­ment, où l’on s’attendrait, au regard des pré­ten­tions de bon­heur et de liber­té qui accom­pagnent ledit Pro­grès (ladite Crois­sance, etc.), à ne trou­ver que des gens heu­reux, épa­nouis et tran­quilles. Or que voit-on : des pères qui battent leurs enfants, des maris qui battent leurs femmes, des jeunes hommes qui battent leurs com­pagnes, des Noirs qui subissent les affres d’un racisme sys­té­mique, des gens per­dus dans une socié­té qu’ils n’aiment pas, qu’ils ne com­prennent pas et ne contrôlent pas, dans une socié­té qu’ils subissent au lieu de faire — au même titre que le Pro­grès, la « démo­cra­tie » étant évi­dem­ment une mys­ti­fi­ca­tion, une simple pré­ten­tion, un men­songe. Comme l’écrit une com­men­ta­trice[1], ce docu­men­taire dresse le por­trait « d’une cer­taine jeu­nesse per­due dans des villes sans nom, entre envie de s’en sor­tir et démons héri­tés d’une enfance dif­fi­cile, entre skate et jobs d’appoint ».

Et, non, il ne suf­fi­rait pas, contrai­re­ment à ce que vou­drait un cer­tain réflexe de gauche ou de droite, que des entre­prises en mal de main‑d’œuvre reviennent à Rock­ford pour que les choses aillent mieux. Le pro­blème, ce n’est pas que quelques-uns se retrouvent au chô­mage. Le pro­blème, c’est cette socié­té dans laquelle la qua­si-tota­li­té des gens n’ont aucun pou­voir, celui-ci étant acca­pa­ré par une élite. Le pro­blème, c’est cette socié­té dans laquelle les règles du jeu, fixées par ladite élite, imposent à tous les autres de vendre leur temps de vie sur un soi-disant « mar­ché du tra­vail », à un patron, pour pro­duire des mar­chan­dises, en échange d’un salaire qui leur per­met­tra d’acheter les mar­chan­dises néces­saires à leur sur­vie dans ladite socié­té, et à leur repro­duc­tion, puisque, pour le moment, l’élite, au même titre que le sys­tème qu’elle sert, a encore besoin de main‑d’œuvre (de « res­sources humaines »). Ce qu’explique mieux que moi Robert Dehoux dans Le Zizi sous clô­ture inau­gure la culture.

Quoi qu’il en soit, les faits sont là. Quelques siècles de soi-disant Pro­grès nous ont menés dans une situa­tion où l’immense majo­ri­té des êtres humains, pri­vée de tout pou­voir sur la socié­té-machine dans laquelle elle évo­lue, s’efforce tant bien que mal de sur­vivre dans un uni­vers de vio­lences phy­siques et psy­cho­lo­giques dépour­vu de toute signi­fi­ca­tion pro­fonde, de sens, confi­nant au nihilisme.

Au pas­sage, on note­ra que la situa­tion a évo­luée, à Rock­ford, en ce qui concerne les vio­lences obser­vées. Le docu­men­taire nous apprend qu’un quart des actes vio­lents recen­sés dans la ville cor­res­pondent à des vio­lences domes­tiques. Plus récem­ment, de nou­velles sta­tis­tiques sug­gèrent que 40% des actes vio­lents, à Rock­ford, sont des vio­lences domestiques.

Le jour­na­liste du New York Times se trompe. Il ne s’agit pas d’un essai sur « l’Amérique du 21ème siècle ». En ce moment même, au 21ème siècle, aux Amé­riques, et ailleurs, de nom­breuses socié­tés non indus­trielles et non capi­ta­listes (des Arhua­cos de Colom­bie aux Jara­was en Inde) sub­sistent encore qui, sans être par­faites, ne souffrent pas des afflic­tions des habi­tants de Rock­ford, aux USA, des tour­ments que la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle capi­ta­liste inflige à sa popu­la­tion, des maux de civi­li­sa­tion. Il en a été ain­si pen­dant la qua­si-tota­li­té de l’histoire humaine. À l’échelle des temps géo­lo­giques, de même qu’à l’échelle de l’existence d’Homo Sapiens, cette désas­treuse situa­tion dans laquelle la majeure par­tie de l’humanité se trouve pro­fon­dé­ment pri­son­nière et dépen­dante d’une orga­ni­sa­tion socio­tech­nique vouée à détruire les condi­tions bio­sphé­riques qui lui ont per­mis de pros­pé­rer est tout à fait récente. Et, selon toute pro­ba­bi­li­té, elle ne dure­ra pas.

Et outre la per­pé­tua­tion d’an­ciennes socié­tés, dans plu­sieurs régions du monde, des groupes humains qui luttent contre la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste et ses États, des zapa­tistes au Chia­pas aux Kurdes du Roja­va, en éla­bo­rant des socié­tés plus démo­cra­tiques, plus auto­nomes, plus res­pec­tueuses des êtres humains en géné­ral, nous montrent qu’il est pos­sible résis­ter, et nous prouvent eux aus­si qu’il est pos­sible de vivre autrement.

Nico­las Casaux


  1. https://www.senscritique.com/film/Minding_the_Gap/critique/175707861

Print Friendly, PDF & Email
Total
69
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]
Lire

L’invention du capitalisme : comment des paysans autosuffisants ont été changés en esclaves salariés pour l’industrie (par Yasha Levine)

[...] Eh oui, au contraire de ce qui est souvent suggéré, la transition vers une société capitaliste ne s'est pas faite naturellement ou sans douleur. Les paysans anglais, voyez-vous, n'avaient aucune envie d'abandonner leurs communautés rurales et leurs terres afin de travailler pour des salaires plus que précaires dans d’atroces et dangereuses usines, installées par une nouvelle et riche classe de propriétaires terriens capitalistes. [...]
Lire

La dépression est une maladie de civilisation (par Sara Burrows)

Mais la dépression n’est pas une maladie naturelle. Ce n’est pas une inéluctabilité liée au fait d’être humain. Ildari déclare qu’à l’instar de beaucoup de maladies, la dépression est une maladie de civilisation. C’est une maladie causée par un mode de vie moderne industrialisé hautement stressant incompatible avec notre évolution génétique.