La société industrielle ou l’emballement technologique (par Teddy Goldsmith)

Le texte qui suit a ini­tia­le­ment été publié dans le numé­ro 5, d’automne 2001 du maga­zine l’Écologiste sous le titre « L’é­chap­pée tech­nique ». Son auteur, Ted­dy Gold­smith, décé­dé en 2009, a fon­dé la revue The Eco­lo­gist en 1969.


Dans les socié­tés « ver­na­cu­laires » ou tra­di­tion­nelles, la tech­nique est en har­mo­nie avec la socié­té tout entière ain­si qu’a­vec le monde natu­rel. Ted­dy Gold­smith effec­tue ici une mise en pers­pec­tive de la tech­nique moderne qui échappe à tout contrôle et s’au­to­no­mise jus­qu’à mena­cer la sur­vie de l’hu­ma­ni­té elle-même.

Dans une socié­té ver­na­cu­laire, la tech­nique est « enchâs­sée » dans les rela­tions sociales — en d’autres termes, elle est sous contrôle social et donc éco­lo­gique. La tech­nique agri­cole ou arti­sa­nale uti­li­sée par une socié­té ver­na­cu­laire n’est pas une tech­nique visant à maxi­mi­ser la pro­duc­ti­vi­té. En effet, ce type de socié­té uti­lise la tech­nique la plus adap­tée pour atteindre le main­tien de son homéo­sta­sie [équi­libre dyna­mique] et par là celle de l’écosphère elle-même. Cette tech­nique est fon­dée et légi­ti­mée par sa mythologie.

Cela explique pour­quoi ses acti­vi­tés éco­no­miques sont extrê­me­ment ritua­li­sées : chaque étape est mar­quée par une céré­mo­nie qui lui confère un sens cos­mique, lui per­met­tant de contri­buer au main­tien de l’ordre spé­ci­fique plus géné­ral dont dépend la sur­vie de toute socié­té. Hésiode (VIIIème siècle — VIIème siècle av. J.C.), dans son ouvrage Les Tra­vaux et les jours, montre clai­re­ment qu’il en était ain­si dans la Grèce antique. L’art de l’agriculture, pour être effi­cace, devait avant tout être en accord avec le nomos, ou loi tra­di­tion­nelle, et donc avec le cours de la nature. Comme le note Corn­ford, « l’homme doit suivre scru­pu­leu­se­ment le che­min de la cou­tume (nomos) ou du droit (diké), faute de quoi les méca­nismes de réponse du monde vivant s’en écar­te­raient eux aus­si[1]. » La tech­nique de l’homme tra­di­tion­nel n’était donc pas des­ti­née à trans­for­mer ou maî­tri­ser l’environnement, mais plu­tôt à lui per­mettre d’y vivre. Selon Rei­chel-Dol­ma­toff, les Indiens Tuka­no de Colom­bie « mani­festent peu d’intérêt pour les connais­sances nou­velles qui leur per­met­traient d’exploiter plus effi­ca­ce­ment l’en­vi­ron­ne­ment, et ne se sou­cient guère de maxi­mi­ser les gains à court terme ni de se pro­cu­rer plus de nour­ri­ture ou de matières pre­mières qu’il n’est néces­saire. En revanche, ils s’emploient conti­nuel­le­ment à mieux connaître la réa­li­té bio­lo­gique et, par-des­sus tout, à com­prendre ce que le monde phy­sique exige de l’homme. Ce savoir, estiment-ils, est essen­tiel à la sur­vie, car l’homme doit se mettre en adé­qua­tion avec la nature pour y par­ti­ci­per plei­ne­ment et ajus­ter ses besoins à ce qu’elle lui offre[2]. »

La valeur culturelle de la technique

Il montre à quel point la connais­sance de l’écologie et du com­por­te­ment ani­mal est déve­lop­pée chez les Indiens. « Ils ont très bien obser­vé des phé­no­mènes comme le para­si­tisme, la sym­biose, le com­men­sa­lisme et d’autres rela­tions entre espèces, qu’ils inter­prètent comme autant de formes d’adaptation pos­sibles. » Ils sont éga­le­ment très conscients des consé­quences qu’entraînerait pour eux la vio­la­tion des lois éco­lo­giques élé­men­taires. Leur mytho­lo­gie décrit ain­si de nom­breuses espèces ani­males qui ont été punies, par­fois se sont éteintes « pour n’avoir pas res­pec­té cer­taines règles d’adaptation. Ain­si la glou­ton­ne­rie, l’imprévoyance, l’agressivité et l’excès sous toutes ses formes sont punis par les forces supé­rieures afin de ser­vir d’exemple non seule­ment à la com­mu­nau­té ani­male, mais aus­si à la socié­té humaine. Les ani­maux sont donc une méta­phore de la sur­vie. En ana­ly­sant le com­por­te­ment ani­mal, les Indiens cherchent à décou­vrir l’ordre dans le monde phy­sique, un ordre-monde auquel les acti­vi­tés humaines peuvent alors s’ajuster[3]. »

Il s’ensuit que la tech­nique uti­li­sée par une socié­té lui est propre, est par­tie inté­grante de son héri­tage cultu­rel et revêt sou­vent un carac­tère sacré. C’est pour cette rai­son que le « trans­fert de tech­no­lo­gies » y est très peu répan­du. Mary Dou­glas montre com­ment les Leles, qui vivent sur une des rives du Kasaï en Afrique cen­trale, conti­nuent à uti­li­ser leurs tech­niques rela­ti­ve­ment rudi­men­taires, bien qu’ils connaissent celles, plus éla­bo­rées, des Bushoongs habi­tant l’autre rive. Les Leles n’ont jamais recours aux tech­niques des Bushoongs parce qu’elles ne s’accordent pas à leur sché­ma cultu­rel et que leur emploi n’est pas ratio­na­li­sé et vali­dé par leurs croyances méta­phy­siques et leur mytho­lo­gie[4].

Gre­nier chez les Mas­sa, Cameroun

De même, selon I. de Garine, les Mas­sas du Nord Came­roun et du Tchad se refusent à culti­ver le sor­gho pen­dant la sai­son sèche, alors même que cela leur per­met­trait de dou­bler leur pro­duc­tion ali­men­taire ; non qu’ils ne sachent le faire, puisque leurs voi­sins les Tupu­ris y réus­sissent fort bien, mais tout sim­ple­ment parce qu’ils estiment plus impor­tant de conser­ver leur iden­ti­té cultu­relle que d’augmenter cette pro­duc­tion[5].

Quand les Por­tu­gais ont intro­duit le mous­quet dans le Japon du XVIe siècle, son emploi fut désa­voué et il fal­lut attendre long­temps avant qu’il soit auto­ri­sé à rem­pla­cer les armes tra­di­tion­nelles. Son effi­ca­ci­té en tant qu’instrument de guerre n’était pas mise en doute. Mais il ne cor­res­pon­dait pas à la tra­di­tion cultu­relle japo­naise, pour laquelle l’utilisation d’un engin per­met­tant à un gamin de tuer un samou­raï che­vron­né ayant consa­cré sa vie à maî­tri­ser les arts mar­tiaux était tout à fait inad­mis­sible. Le mous­quet n’avait pas de rôle à jouer dans leur mode de vie traditionnel.

De même, la roue, que nous consi­dé­rons comme l’une des tech­niques les plus élé­men­taires, n’avait pour les Indiens Yequa­na de l’Amazonie véné­zué­lienne aucun rôle à jouer dans leur culture. Jean Lied­loff, qui vécut par­mi eux pen­dant deux ans et demi, affirme avoir vu la roue réin­ven­tée au moins onze fois. Les enfants jouaient avec elle, elle amu­sait beau­coup tout le monde, mais il ne leur venait pas à l’esprit de l’utiliser pour un usage dif­fé­rent et l’on ne tar­dait pas à se las­ser et à la mettre au rebut[6]. Il n’en allait pas autre­ment dans l’Athènes de l’Age d’or, comme le remarque Hen­ryk Sko­li­mows­ki[7]. On y inven­tait toutes sortes d’artefacts ingé­nieux, non pas à des fins uti­li­taires, mais pour se dis­traire. Selon Plu­tarque, Archi­mède lui-même n’attachait guère d’importance aux inno­va­tions tech­niques, et ne jugea pas utile de lais­ser un com­men­taire de ses propres inventions.

Robert Femea qui décrit le sys­tème d’irrigation tra­di­tion­nel de la tri­bu El Sha­ba­na de Méso­po­ta­mie, montre à quel point il est viable, contrai­re­ment aux méthodes non durables d’irrigation modernes[8]. Il est convain­cu que toutes les anciennes socié­tés tri­bales de Méso­po­ta­mie avaient atteint une « congruence d’adaptation » entre leurs méthodes de culture, leur régime fon­cier et « la nature des terres, des eaux et du cli­mat », que la socié­té moderne est inca­pable d’approcher.

C’est notam­ment parce la socié­té ver­na­cu­laire a adap­té son mode de vie à son envi­ron­ne­ment qu’elle est durable, et c’est parce que la socié­té indus­trielle moderne s’est au contraire effor­cée d’adapter son envi­ron­ne­ment à son mode de vie qu’elle ne peut espé­rer survivre.

L’efficacité des techniques « rudimentaires »

On sup­pose sou­vent que la via­bi­li­té ne peut s’obtenir qu’au prix d’une effi­ca­ci­té réduite. C’est une erreur. À la fin du siècle der­nier, le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique envoya un expert agro­nome, Augus­tus Voel­cker, étu­dier l’agriculture indienne en vue de sa moder­ni­sa­tion. Il fut sur­pris et for­te­ment impres­sion­né par ce qu’il vit : « Je ne par­tage pas l’opinion selon laquelle l’agriculture indienne serait dans l’ensemble pri­mi­tive et retar­da­taire ; je crois au contraire qu’à bien des égards, il y a peu ou rien que nous puis­sions lui appor­ter. J’ose affir­mer qu’il est beau­coup plus facile de pro­po­ser des amé­lio­ra­tions de l’agriculture anglaise que de faire des sug­ges­tions vrai­ment valables pour celle de l’Inde[9]. » Il avait été par­ti­cu­liè­re­ment impres­sion­né par les tech­niques tra­di­tion­nelles : « Qui­conque exa­mine atten­ti­ve­ment les outils ingé­nieux qu’utilisent les indi­gènes pour her­ser, nive­ler, forer, pom­per l’eau, etc., consta­te­ra qu’ils ne pour­raient être rem­pla­cés que par des ins­tru­ments simples, bon mar­ché et effi­caces. Bien malin celui qui réus­si­rait à en trou­ver de plus adaptés. »

A. O. Hume, autre agro­nome bri­tan­nique de l’époque, par­ta­geait la même impres­sion : « Je crois que les outils d’usage cou­rant sont par­fai­te­ment adap­tés aux condi­tions de l’a­gri­cul­ture indienne. Je pour­rais mon­trer aux scep­tiques des cultures réa­li­sées dans cer­tains sec­teurs de la région de Bom­bay, à l’aide des seuls ins­tru­ments de labour indi­gènes, cultures dont l’apparence soi­gnée, la rigueur et le ren­de­ment ne pour­raient être sur­pas­sées par les meilleurs jar­di­niers ou agri­cul­teurs, nulle part au monde. Je me tiens tout à fait prêt à étayer ce point de vue[10]. »

Cela s’applique aus­si à l’agriculture afri­caine. Robert Mann estime par exemple que l’araire des Éthio­piens, le ard, ne peut être per­fec­tion­né étant don­né les condi­tions dans les­quelles il doit ser­vir : « Il trace un sillon mar­qué sans bou­le­ver­ser les couches du sol, tout en lais­sant les déchets végé­taux en sur­face ; son sys­tème ori­gi­nal d’articulation du manche per­met de sou­le­ver le soc pour fran­chir les obs­tacles. Il y a pour­tant eu de nom­breuses ten­ta­tives d’importer en Éthio­pie des char­rues d’origine étran­gère contraires à la richesse de la sagesse locale[11]. »

Si l’agriculture tra­di­tion­nelle était aus­si émi­nem­ment satis­fai­sante, on peut se deman­der pour­quoi elle a été sys­té­ma­ti­que­ment aban­don­née, rem­pla­cée par les méthodes non viables de l’agriculture moderne. La rai­son est qu’elle n’est pas adap­tée à la socié­té de consom­ma­tion ato­mi­sée et domi­née par les grandes entre­prises dont le déve­lop­pe­ment éco­no­mique a accou­ché. Son exis­tence est incom­pa­tible avec l’objectif domi­nant de cette socié­té, à savoir la maxi­mi­sa­tion de l’activité éco­no­mique et donc de la crois­sance. La Banque mon­diale, qui a par­ti­ci­pé au finan­ce­ment de ce pro­ces­sus en Papoua­sie-Nou­velle-Gui­née, ne cache pas ses intentions :

« Sur la plus grande par­tie du pays, la nature pro­duit géné­reu­se­ment de quoi se nour­rir au moindre effort, mais tant que de nou­veaux besoins n’auront pas modi­fié le mode de vie d’un nombre suf­fi­sant de pay­sans qui pra­tiquent l’agriculture vivrière, il sera dif­fi­cile de faire adop­ter de nou­velles cultures[12]. »

Fruits com­muns en Papoua­sie Nouvelle-Guinée

Ces cultures nou­velles sont grandes consom­ma­trices d’engrais, de pes­ti­cides et d’eau d’irrigation, mais leur implan­ta­tion est vitale pour la puis­sante indus­trie agro­chi­mique et les construc­teurs de bar­rages. Ces cultures sont spé­ci­fi­que­ment des­ti­nées à l’exportation vers le monde indus­tria­li­sé, afin que les pays pro­duc­teurs puissent gagner suf­fi­sam­ment de devises pour finan­cer l’acquisition de quan­ti­tés tou­jours crois­santes de nos pro­duits manu­fac­tu­rés et rem­bour­ser les inté­rêts des prêts contrac­tés pour finan­cer le pas­sage à une agri­cul­ture modernisée.

Même l’inique rap­port Berg de la Banque mon­diale recon­naît que les petits exploi­tants « sont des ges­tion­naires excep­tion­nels de leurs res­sources — terre et capi­tal, fer­ti­li­sants et eau[13] ». Mais la pré­do­mi­nance de ce mode de culture, « l’agriculture de sub­sis­tance », « consti­tue un obs­tacle au déve­lop­pe­ment agri­cole. Les pay­sans doivent être ame­nés à pro­duire pour le mar­ché, à adop­ter de nou­velles cultures et à prendre de nou­veaux risques ». Le déve­lop­pe­ment éco­no­mique mène rapi­de­ment les petits pay­sans à la faillite, ain­si que les arti­sans, et les rem­place par des entre­prises de plus en plus grandes et puis­santes. Au fur et à mesure que ce pro­ces­sus avance, la tech­no­lo­gie est désen­châs­sée du contexte social et éco­lo­gique et échappe de plus en plus à tout contrôle.

Technique et dissolution du lien social

Le carac­tère des­truc­teur de la tech­no­lo­gie moderne n’est nulle part plus fla­grant que lorsque nous l’exportons vers les petites socié­tés ver­na­cu­laires du Tiers-Monde. L’ethnologue Lau­ris­ton Sharp raconte à cet égard une his­toire exem­plaire, qui a été reprise maintes et maintes fois dans la lit­té­ra­ture eth­no­lo­gique. Elle montre com­ment une inno­va­tion tech­nique minime et appa­rem­ment inno­cente — en l’occurrence le rem­pla­ce­ment des haches de pierre par des haches d’acier dans une tri­bu abo­ri­gène d’Australie — suf­fit par­fois à entraî­ner la dés­in­té­gra­tion accé­lé­rée d’une socié­té. Les anciens de la tri­bu en ques­tion jouis­saient du qua­si-mono­pole de l’utilisation des haches de pierre et ne les prê­taient que selon un cer­tain nombre de règles très strictes, qui leur garan­tis­saient la récu­pé­ra­tion de leur bien. Sharp mon­tra que le pou­voir des anciens et, en fait, la struc­ture entière de la socié­té dépen­dait du main­tien de ces dis­po­si­tions. Des mis­sion­naires, empres­sés de moder­ni­ser la socié­té tri­bale et d’alléger la tâche de ses membres, intro­dui­sirent des haches en acier qu’ils dis­tri­buèrent indis­tinc­te­ment à tous : les aînés furent ain­si pri­vés d’un des moyens essen­tiels dont ils dis­po­saient pour pro­té­ger l’ordre spé­ci­fique de leur socié­té. Celle-ci ne tar­da pas à se désa­gré­ger et ses membres alié­nés à finir dans les bidon­villes et les mis­sions[14].

Wolf­gang Sachs met lui aus­si en relief les consé­quences sociales de l’utilisation géné­ra­li­sée d’un appa­reil appa­rem­ment aus­si ano­din que le mixer électrique :

« Il extrait les jus de fruits en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Quelle mer­veille ! …à pre­mière vue. Il suf­fit de jeter un coup d’œil sur la prise et le fil pour s’apercevoir qu’on est en face du ter­mi­nal domes­tique d’un sys­tème natio­nal et, en fait, mon­dial. L’électricité arrive par un réseau de lignes ali­men­té par les cen­trales qui dépendent à leur tour de bar­rages, de plates-formes off-shore ou de der­ricks ins­tal­lés dans de loin­tains déserts. L’ensemble de la chaîne ne garan­tit un appro­vi­sion­ne­ment adé­quat et rapide que si cha­cun des maillons est enca­dré par des bataillons d’ingénieurs, de ges­tion­naires et d’experts finan­ciers, eux-mêmes reliés aux admi­nis­tra­tions et à des sec­teurs entiers de l’industrie (quand ce n’est pas à l’armée). Le mixeur élec­trique, comme l’automobile, l’ordinateur ou le télé­vi­seur, dépend entiè­re­ment de l’existence de vastes sys­tèmes d’organisation et de pro­duc­tion sou­dés les uns aux autres. En met­tant le mixeur en marche, on n’utilise pas sim­ple­ment un outil, on se branche sur tout un réseau de sys­tèmes inter­dé­pen­dants. Le pas­sage de tech­niques simples à l’équipement moderne implique la réor­ga­ni­sa­tion de la socié­té tout entière[15]. »

« Désor­ga­ni­sa­tion » serait mani­fes­te­ment un terme plus appro­prié. Comme l’observe Ralph Keyes, « nos com­mo­di­tés domes­tiques, notre course au confort, nous ont cou­pés les uns des autres. La coopé­ra­tion et la com­mu­ni­ca­tion qui pré­si­daient à l’accomplissement des tâches quo­ti­diennes sont ban­nies de notre sys­tème social[16] ». Pour reprendre les termes de J.C. Mathes et de Donald H. Gray, les tech­no­lo­gies « rendent indé­pen­dants de la com­mu­nau­té et des contraintes et tra­di­tions sociales, mais dépen­dants du sys­tème tech­no­lo­gique[17]. » Patrick McCul­ly dit de la pré­sence de la tech­no­lo­gie occi­den­tale dans le Tiers-Monde qu’elle est « le che­val de Troie de l’économie et des valeurs et croyances occi­den­tales[18]. »

Il se pour­rait bien, comme le croient Mathes et Gray, que l’ingénieur — plus que le bureau­crate, le poli­ti­cien ou l’économiste — soit l’architecte de notre meilleur des mondes. En effet, aucune déci­sion éta­tique n’aurait pu trans­for­mer aus­si radi­ca­le­ment la socié­té que la dif­fu­sion de l’automobile ou de la télé­vi­sion. Il y a là quelque iro­nie, car l’ingénieur tend à être un conser­va­teur au plein sens du terme et ché­rit des ins­ti­tu­tions telles que la famille, la com­mu­nau­té et leurs valeurs tra­di­tion­nelles — que ses acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles détruisent inévi­ta­ble­ment. Or c’est l’irresponsabilité gros­sière, voire l’immoralité de bon nombre d’entreprises de haute tech­no­lo­gie qui frappent aujourd’hui les observateurs.

Ravetz, célèbre phi­lo­sophe des sciences, estime que même Bacon (1561–1626) et Des­cartes (1596–1650) avaient encore une cer­taine éthique[19]. Le déve­lop­pe­ment de la science et de la tech­no­lo­gie devaient pour eux res­ter sou­mis aux contraintes morales. Ain­si, dans La Nou­velle Atlan­tide de Fran­çis Bacon, les sages de la « Mai­son de Salo­mon » déci­daient des connais­sances qui pou­vaient être divul­guées à l’État de celles qui devaient res­ter secrètes. Des­cartes de son côté s’engageait par un « ser­ment de savant » à ne pas lan­cer de pro­jets qui ne seraient utiles à cer­tains qu’en nui­sant à d’autres. En revanche, Gali­lée (1564–1642) refu­sait toute conces­sion. Il esti­mait avoir le droit de pro­cla­mer ce qu’il jugeait être la véri­té phi­lo­so­phique, sans se pré­oc­cu­per des éven­tuelles consé­quences sociales, et niait tout res­pon­sa­bi­li­té de ses actions.

C’est de plus en plus le point de vue des cher­cheurs contem­po­rains, en dépit du carac­tère ter­ri­fiant des nou­velles tech­no­lo­gies qu’ils ont « lâchées » sur toute la pla­nète, l’énergie nucléaire en par­ti­cu­lier. Lors de la décou­verte de la fis­sion nucléaire en 1938, on a vite com­pris quelles pou­vaient en être les appli­ca­tions mili­taires. Cer­tains savants ato­mistes vou­laient que la décou­verte res­tât secrète — Léo Szi­lard (1898–1964) notam­ment — mais d’autres comme Fré­dé­ric Joliot-Curie (1900–1958) s’y oppo­saient. Pour lui, il n’était pas ques­tion d’entraver le pro­grès. Il affir­mait par ailleurs que les hommes de science n’étaient pas res­pon­sables des appli­ca­tions de leurs décou­vertes. La plu­part des scien­ti­fiques ortho­doxes joi­gnirent leur voix à la sienne pour attes­ter de la neu­tra­li­té de la science et de la tech­no­lo­gie. « C’est le comble de la sot­tise que de reje­ter sur l’arme la res­pon­sa­bi­li­té du crime », écrit ain­si le prix Nobel de méde­cine Sir Peter Brian Meda­war[20] (1915–1987). Selon Doro­thy Nel­kin, de nom­breux scien­ti­fiques estiment que « La liber­té de la recherche scien­ti­fique est un droit consti­tu­tion­nel comme la liber­té de parole[21]. »

En 1973, Arthur Tam­plin et John Gofi­man démis­sion­nèrent des postes impor­tants qu’ils occu­paient aux labo­ra­toires Law­rence Liver­more de Ber­ke­ley en Cali­for­nie. Ils étaient par­ve­nus à la conclu­sion qu’il n’y avait pas d’atome paci­fique, et que la construc­tion de cen­trales nucléaires mena­çait tout autant la sur­vie de l’humanité que celle d’armes ato­miques. Rares ont cepen­dant été les membres de l’establishment nucléaire qui depuis lors ont mon­tré un sens des responsabilités.

James Sha­pi­ro et ses col­lègues ont refu­sé de conti­nuer à par­ti­ci­per à l’aventure tech­no­lo­gique peut-être la plus dan­ge­reuse de l’Histoire — le génie géné­tique, la créa­tion de formes de vie jusque-là incon­nues de l’évolution. Même si le génie géné­tique était neutre, affirment-ils, la recherche scien­ti­fique aux États-Unis est aux mains d’une petite mino­ri­té d’industriels et de bureau­crates qui ont, jusqu’ici, exploi­té la science à des fins néfastes, dans le seul but d’augmenter leur propre pou­voir. Ils estiment que les scien­ti­fiques, et en l’occurrence tous les citoyens, doivent se mobi­li­ser pour obte­nir les réformes poli­tiques néces­saires, même si cela devait signi­fier une inter­rup­tion du pro­grès scien­ti­fique[22]. Sha­pi­ro a démis­sion­né de son poste, mais bien peu ont sui­vi son exemple. En France, Jacques Tes­tait a refu­sé quant à lui de conti­nuer à fabri­quer des bébés-éprou­vettes. Jusqu’ici, toutes les ten­ta­tives de sou­mettre le génie géné­tique à un contrôle démo­cra­tique ont avor­té. Selon le prix Nobel David Bal­ti­more, « La recherche contem­po­raine en bio­lo­gie molé­cu­laire s’est déve­lop­pée à une époque où presque tout est per­mis. Ses pra­ti­ciens ont pu éta­blir leurs propres cri­tères et n’ont pra­ti­que­ment ren­con­tré aucune res­tric­tion quant aux types de recherche entre­prises[23]. »

Quelques émi­nents scien­ti­fiques ont pour­tant mis en garde contre les périls du génie géné­tique. Erwin Char­gaff de l’Université de Colum­bia parle de « la ter­ri­fiante irré­ver­si­bi­li­té de ce qui se pro­jette. (…) On peut tou­jours ces­ser de divi­ser l’atome, ne plus retour­ner sur la Lune, inter­dire l’usage des aéro­sols (…) mais il est impos­sible de récu­pé­rer une nou­velle forme de vie une fois celle-ci relâ­chée dans l’environnement (…). Une agres­sion irré­ver­sible contre la bio­sphère est quelque chose de si incroyable, si incon­ce­vable pour les géné­ra­tions pré­cé­dentes, que je peux seule­ment espé­rer que la mienne ne s’en soit pas ren­due cou­pable[24]. »

Liebe Cava­lie­ri de l’université de Cor­nell nous pré­vient : « Un seul acci­dent pas­sé inaper­çu suf­fi­rait à conta­mi­ner la pla­nète entière avec un agent inex­tir­pable et dan­ge­reux dont la pré­sence pour­rait ne pas se révé­ler jusqu’à ce que son œuvre mor­telle s’accomplisse[25]. » Mais Char­gaff et Cava­lie­ri ne sont qu’une infime mino­ri­té par­mi les spé­cia­listes du génie géné­tique qui pro­duisent le sub­strat d’une puis­sante indus­trie mar­chande dont les acti­vi­tés irres­pon­sables échappent à tout contrôle.

Notre inca­pa­ci­té à maî­tri­ser l’intrusion de tech­no­lo­gies de plus en plus périlleuses dans le fonc­tion­ne­ment de l’écosphère fait peser une menace crois­sante sur la sur­vie de l’humanité. Déjà les cher­cheurs ont fait explo­ser une bombe nucléaire dans la cein­ture de Van Allen, sans même essayer de com­prendre son rôle exact dans le main­tien de l’habitabilité de la Terre. Au milieu des années 60, une cen­taine de mil­lions de dol­lars ont été consa­crés au pro­jet Mohole, qui consis­tait à creu­ser un trou dans la croûte ter­restre — pro­jet qui fut heu­reu­se­ment inter­rom­pu. De leur côté, les res­pon­sables du Penta­gone, il y a quelques années, par­laient tout à fait sérieu­se­ment de prendre la Lune pour cible lors des tests de mis­siles [Ce qui, depuis, a été réa­li­sé, NdLR].

Ces pro­jets sont pour­tant encore dépas­sés par celui du pro­fes­seur Alexan­der Abian de l’université de l’Iowa. Ce der­nier estime que la Lune est res­pon­sable des rigueurs du cli­mat sur Terre : elle exerce en effet sur la Terre une attrac­tion qui contri­bue à incli­ner celle-ci de 23° sur son axe, d’où une modi­fi­ca­tion de l’incidence des rayons solaires. Cela serait la cause des étés cani­cu­laires dans cer­taines régions et des hivers gla­cials dans d’autres. Si l’on pou­vait se débar­ras­ser de la Lune, le mou­ve­ment de rota­tion de la Terre serait plus régu­lier, le Soleil la chauf­fe­rait sans excès, le cli­mat de la pla­nète serait plus tem­pé­ré et nous joui­rions, nous dit Abian, d’un « éter­nel prin­temps ». Il pro­pose donc tout à fait sérieu­se­ment de faire sau­ter la Lune en la bom­bar­dant de fusées à ogives nucléaires. Le pro­fes­seur est conster­né de consta­ter que per­sonne ne s’est encore lan­cé dans cette entre­prise. « Depuis les pre­mières traces de pri­mâtes fos­siles, il y a quelque soixante-dix mil­lions d’années, écrit-il, per­sonne, abso­lu­ment per­sonne, n’a osé seule­ment poin­ter un doigt de défi contre l’organisation céleste[26]. » C’est l’incontestable devoir de l’homme tech­no­lo­gique. Mani­fes­te­ment, Dieu n’avait pas fait du bon tra­vail, il incombe aux scien­ti­fiques de réamé­na­ger l’univers selon leurs plans, infi­ni­ment supérieurs.

Voi­là quelques exemples par­mi d’autres qui montrent à quel point il est urgent de sou­mettre de nou­veau les sciences et tech­niques à un contrôle social — de les réen­châs­ser dans les rap­ports sociaux. À ceux qui pour­raient craindre que cela com­pro­mette notre capa­ci­té de résoudre les pro­blèmes sociaux et éco­lo­giques réels, rap­pe­lons que la tech­no­lo­gie, mal­gré la mul­ti­tude de ses usages, est inca­pable de résoudre un seul des pro­blèmes urgents aux­quels nous sommes aujourd’hui confron­tés. La dis­lo­ca­tion des sys­tèmes natu­rels est à l’origine de la crise actuelle, et aucune tech­no­lo­gie n’est capable de réta­blir leur fonc­tion­ne­ment nor­mal. Aucune ne peut recréer, par exemple, une forêt tro­pi­cale ; aucune ne peut res­sus­ci­ter les dizaines, voire les cen­taines de mil­liers d’espèces qui chaque année s’éteignent de notre fait, et dont une frac­tion seule­ment a été réper­to­riée par la science. Aucun arti­fice ne peut recons­ti­tuer une famille ou une com­mu­nau­té dis­lo­quée, ni régé­né­rer une culture qui s’est per­due. Le mieux que nos tech­ni­ciens puissent faire, c’est mettre au point — de toute urgence — des tech­niques moins des­truc­trices, dont l’impact sur l’environnement soit beau­coup plus bénin, et recréer les condi­tions dans les­quelles la nature pour­ra œuvrer. ■

Ted­dy Goldsmith

***

N.B. : 20 ans après la publi­ca­tion de cet article, force est de consta­ter que la socié­té indus­trielle, ses cher­cheurs, ses ins­ti­tu­tions scien­ti­fiques, n’ont pas sui­vi la pré­co­ni­sa­tion de Gold­smith — qui fai­sait preuve d’une grande naï­ve­té en la for­mu­lant. À la même époque, les auteurs de l’Encyclopédie des Nui­sances, pour prendre un exemple, for­mu­laient une cri­tique rejoi­gnant en par­tie celle de Gold­smith, mais bien moins naïve. Il n’y a rien à attendre des ges­ti­cu­la­tions citoyen­nistes à la Jacques Tes­tart, ni des tech­ni­ciens ou des ins­ti­tu­tions scien­ti­fiques de la socié­té indus­trielle. Réen­chas­ser les sciences et tech­niques dans les rap­ports sociaux implique de dis­soudre la socié­té indus­trielle en une mul­ti­tudes de socié­tés à taille humaine. Une telle tâche, si elle devait être l’ou­vrage des hommes, impli­que­rait de véri­tables com­bats, dépas­sant lar­ge­ment les reven­di­ca­tions citoyen­nistes ou les ten­ta­tives de sen­si­bi­li­ser les ingé­nieurs ou de mora­li­ser les milieux tech­ni­ciens ou technocratiques.


  1. F.M. Corn­ford, 1957, From Reli­gion to Phi­lo­so­phy, Har­per Bro­thers, New York, p. 167
  2. Gerar­do Rei­chel-Dol­ma­toff « Cos­mo­lo­gy as eco­lo­gi­cal ana­ly­sis : a view from the rain­fo­rest », in The Eco­lo­gist, 1977, vol. 7, n 1, pp. 4–11
  3. Ibid.
  4. Mary Dou­glas, « The Lele com­pa­red with the Bushong » in Eco­no­mie deve­lop­ment and social change, Dal­ton, 1971.
  5. I. de Garine, cité par Clau­do-Fischler, L’Homnivore, Odile Jacob, Paris, 1990. Édi­tion de Poche, col­lec­tion Points, 1993
  6. Com­mu­ni­ca­tion per­son­nelle.
  7. Hen­ryk Sko­li­mows­ki, 1983, Tech­no­lo­gy and Human Des­ti­ny, Uni­ver­si­ty of Madras, Madras.
  8. Robert Fer­nea, Shayk and Effen­di : Chan­ging pat­terns of Autho­ri­ty Among the El Sha­ba­na of Sou­thern Iraq, Har­vard Uni­ver­si­ty Press, 1970.
  9. Voel­cker J.A., Report on the Impro­ve­ment of lndian Agri­cul­ture, Eyre and Spot­tis­woode, Lon­don, 1893, cité par Dogra in The Eco­lo­gist, vol. 13 n°2/3, 1983, pp. 84–87.
  10. Hume A.O., Agri­cul­tu­ral Reform in India, W.H. Allen & Co, Lon­don, cité par Dogra in The Eco­lo­gist, vol. 13, n°2/3,1983 p. 84- 87.
  11. Robert Mann « Time run­ning out », The Eco­lo­gist, vol. 20, mars-avril 1990, pp. 48–53.
  12. Che­ryl Payer, « The World Bank », Month­ly Review Press, New York, 1982, p. 33.
  13. Banque Mon­diale, Acce­le­ra­ted Deve­lop­ment in Sub-Saha­ran Agri­cul­ture, 1981, p. 35.
  14. Sharp R.L. « Steel Axes for Stone-Age Aus­tra­lians » in Ham­mond ed, An Intro­duc­tion to Cultu­ral and Social Anthro­po­lo­gy, 1966, pp. 84–95.
  15. Wolf­gang Sachs, Des ruines du déve­lop­pe­ment.
  16. Cité in Mathes, J.C. Gray D., « The Engi­neer, the social radi­cal », The Eco­lo­gist vol. 5 n°4. pp. 119–125
  17. Ibid.
  18. McCul­ly, op. cit. note 15.
  19. Jérôme Ravetz, Scien­ti­fic Know­ledge and its Social Pro­blems, Oxford Uni­ver­si­ty Press, 1971, p. 63
  20. Sir Peter Brian Meda­war, 1974, The Hope of Pro­gress, Wild­wood House, Londres, p. 125
  21. Nel­kin D, « Threats and pro­mises » in Hol­ton G. and Mor­ris­son RS, The limits of scien­ti­fic inqui­ry, Nor­ton, New York, 1979, pp.191–209.
  22. James Sha­pi­ro et J. Beck­with, cités in Théo­dore Ros­zak, Where the Was­te­land Ends, Dou­ble­day & Com­pa­ny, New York, 1972, pp. 239–240. Trad. Où finit le désert : poli­tique et trans­cen­dance dans la socié­té post-indus­trielle, Stock, 1973.
  23. D. Bal­ti­more, « Limi­ting Science », in Hol­ton, G. et Mor­ri­son R.S. op. cit
  24. Erwin Char­gaff, cité in Hol­ton G. and Mor­ris­son RS, op. cit
  25. Liebe F. Cava­lie­ri, The Double Edged Helix. Science in the real world, Colum­bia Uni­ver­si­ty Press, 1981, p. 64.
  26. A. Abian « Hate Win­ter ? Here’s Man’s solu­tion : blow up the moon », Wall Street Jour­nal, 22 avril 1991 pp.l et 7.

Print Friendly, PDF & Email
Total
51
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait "l’appel du monde de demain". Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. [...]
Lire

Se divertir à en mourir — Ce qu’on laisse derrière, extrait #1 (par Derrick Jensen)

Que devrions-nous faire, ou ferions-nous — ou faisons-nous —, vivant au sein de cette culture aliénée, et détruisant la Terre, si (ou lorsque) nous réalisions que ce monde se porterait mieux si nous n’étions jamais nés, ou si, étant nés, nous venions à mourir ? Pour l’instant, du moins, je remarque plusieurs options pour lesquelles beaucoup de gens optent.
Lire

Comment le progrès technique déshumanise l’être humain et détruit le monde naturel (par Lewis Mumford)

La ligne possible de développement que je vais maintenant prolonger repose sur l’hypothèse que notre civilisation continuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accordera toujours plus d’importance aux pratiques introduites à l’origine par le capitalisme, la technique de la machine, les sciences physiques, l’administration bureaucratique et le gouvernement totalitaire ; et que de leur côté ces pratiques se combineront pour former un système parfaitement clos sur lui-même, dirigé par une intelligence délibérément dépersonnalisée. [...]
Lire

La Révolution ne sera pas subventionnée (Extraits)

Le système non-lucratif a domestiqué une génération d’activistes. Ils ont échangé leurs grandes visions de changement social contre des salaires et des formulaires ; renoncé à rallier des personnes à la cause en échange de propositions de subventions et de l’aide de fondations ; et cédé le contrôle de leurs mouvements à des hommes d’affaire dans leurs salles de conférence. [...]