Contre le sport (par Marc Perelman)

Le texte sui­vant est tiré du livre de Marc Per­el­man inti­tu­lé 2024 – Les Jeux olym­piques n’ont pas eu lieu, paru en 2021 aux édi­tions du Détour.


— 1 —

Le capi­ta­lisme du IIIe mil­lé­naire sou­met le vivant à la concur­rence géné­ra­li­sée d’une éco­no­mie poli­tique mon­dia­li­sée, natio­nale et trans­na­tio­nale. L’exploitation pérenne, sinon éter­nelle, du milieu natu­rel (terre, air et mer) est le fait d’un capi­ta­lisme exter­mi­niste qui s’est éta­bli sur la base de la com­pé­ti­tion éten­due et pro­fonde que se livrent des entre­prises qui naissent et meurent, selon un cycle de rota­tion plus ou moins rapide et per­ma­nent, et dans le cadre d’un État-nation tou­jours domi­nant. Inté­grée à l’ensemble des ins­ti­tu­tions que les hommes se sont don­né, et jusque dans l’école, la com­pé­ti­tion assigne les indi­vi­dus de leur nais­sance à leur mort à une socié­té dont la matrice poli­tique est la lutte de tous contre tous, dans l’ensemble des lieux où sur­git et se main­tient la vie. Cette com­pé­ti­tion inces­sante est à la fois le vec­teur poli­tique, le moteur social et l’énergie idéo­lo­gique d’une éco­no­mie unique et uni­fiée mal­gré une grande diver­si­té poli­tique (démo­cra­tie, monar­chie, dic­ta­ture, autocratie…).

— 2 —

Le sport naît à la fin du XIXe siècle et se déploie en tant que pro­jet poli­tique et idéo­lo­gique dans un cadre éco­no­mi­co­po­li­tique capi­ta­liste struc­tu­ré par la forme com­pé­ti­tive de l’organisation glo­bale des rap­ports sociaux. Le sport pro­duit et repro­duit à son image les grandes caté­go­ries socio­po­li­tiques que sont le corps, le temps et l’espace dans les formes réi­fiées – l’athlète, le chro­no­mètre et le stade – d’un nou­vel ordre spec­ta­cu­laire (les écrans à perte de vue) du « troi­sième âge du capi­ta­lisme » (Ernest Man­del). L’essence de la com­pé­ti­tion spor­tive s’apprécie selon plu­sieurs moda­li­tés qui s’articulent entre elles : elle est une lutte contre soi (son propre corps) et contre les autres (les concur­rents, les adver­saires…), dans une recherche per­ma­nente du « dépas­se­ment de soi » ; enfin, elle est une lutte contre la nature (un obs­tacle). Au cœur de la com­pé­ti­tion spor­tive se crée une logique jamais assou­vie de battre des records, une logique maligne qui engendre ce que Hegel appelle le « mau­vais infini ».

— 3 —

Le sport s’est, au fur et à mesure du temps his­to­rique, assi­mi­lé à une sorte de « seconde nature » de l’humanité, par­ve­nant à natu­ra­li­ser la com­pé­ti­tion, la ren­dant atem­po­relle. Dans sa tota­li­té, la socié­té se pro­duit et se repro­duit par le biais d’une telle com­pé­ti­tion uni­ver­selle natu­ra­li­sée dont le sport est à la fois l’un des prin­ci­paux res­sorts et son des­sein sinon son des­tin. Le sport hic et nunc est celui de la seule com­pé­ti­tion qui se déploie dans un espace cir­cons­crit, simu­lant la nature (stades, pis­cines…) dans un temps décou­pé et sans cesse mesu­ré. Ce fai­sant, il s’oppose au jeu, à l’activité phy­sique ou encore à l’exercice mus­cu­laire, qui ne pro­cèdent que de la gra­tui­té, de la spon­ta­néi­té, de la liber­té de mou­ve­ment et sans cadre pré­éta­bli. Le rap­port du corps à la nature (ce « corps non orga­nique de l’homme », Karl Marx) est libre lorsque celle-ci n’est pas bri­dée par un quel­conque cadre ou appa­reil coercitif.

— 4 —

En quelques dizaines d’années, le sport est deve­nu l’un des vec­teurs les plus actifs et per­for­mants du déve­lop­pe­ment éco­no­mique du monde ; en l’occurrence, le capi­ta­lisme finan­cier, avec son mar­ché de marques (les logos), de spor­tifs (les trans­ferts), d’équipements désor­mais numé­ri­sés (les stades), ses paris, étayé par une idéo­lo­gie puis­sante et effi­cace (la san­té, la jeu­nesse, l’éducation, la culture…). Le sport a conquis la tota­li­té de la pla­nète. Il a enva­hi la Terre (le ciel et la mer, com­pris) par la mul­ti­pli­ca­tion d’événements récur­rents, assu­jet­tis­sant tous les hommes à un rythme per­ma­nent de com­pé­ti­tions qui se déploient du local au glo­bal, et vice ver­sa. Tous les États (y com­pris ceux qui ne sont pas membres de l’Onu, à l’instar du Saint-Siège et de la Pales­tine) sont unis entre eux par le sport et cherchent à se dif­fé­ren­cier et à se concur­ren­cer par le sport. À l’époque du gla­cis sovié­tique, la RDA avait construit son sys­tème poli­tique et social sous le régime d’un mode de pro­duc­tion éta­ti­co­spor­tif. Chaque indi­vi­du, dès sa nais­sance, était un spor­tif en puis­sance. Aujourd’hui, les sujets des États-nations se méta­mor­phosent en vir­tuels adhé­rents relais de puis­santes orga­ni­sa­tions supra­na­tio­nales (CIO, Fifa…), dont l’unique moteur est la com­pé­ti­tion dans le cadre d’un spec­tacle spor­tif per­ma­nent (Jeux olym­piques, Coupe du monde…). Sont ain­si convo­quées, à l’échelle pla­né­taire et dans le cadre non figé des États (il y a plus de nations dans la « famille olym­pique » qu’à l’Onu), toutes les com­pé­ti­tions de toutes les dis­ci­plines à toutes les échelles ter­ri­to­riales pos­sibles et peut-être même au-delà — des pro­phètes envi­sagent des com­pé­ti­tions sur la Lune ! Les diri­geants de ces mul­ti­na­tio­nales du sport et tous ceux qui en dépendent (entraî­neurs, méde­cins, spor­tifs, avo­cats…) consti­tuent une nou­velle classe spor­tive mon­diale trans­na­tio­nale. À un sport mon­dia­li­sé s’associe une classe monde spor­tive. Ce monde n’est pas une autre socié­té qui serait l’utopie enfin réa­li­sée d’un monde meilleur. Il consti­tue un pro­jet de socié­té, le sou­hait d’une dys­to­pie qui, en déve­lop­pant le tou­risme et les tech­no­lo­gies de l’informatique et du numé­rique, façonne un nou­vel ordre uni­fié du monde lui-même uni­fiant tou­risme et nou­velles tech­no­lo­gies. Le mar­ché éco­no­mique ouvert par la com­pé­ti­tion spor­tive est infi­ni qui, s’appuyant sur les États-nations, cherche à dépas­ser leurs fron­tières étroites. La com­pé­ti­tion spor­tive et sa traîne idéo­lo­gique ne cessent de se per­pé­tuer « dans les siècles des siècles »…

Le Pape avec l’é­quipe de bas­ket états-unienne des Har­lem Glo­be­trot­ters en 2015 (tout un symbole).

— 5 —

L’« e‑sport » est com­pa­tible avec la Charte olym­pique. Il pour­rait résoudre les pro­blèmes actuels liés au défi­cit des villes can­di­dates aux JO, pour leur sub­sti­tuer des « e‑villes » pour des « e‑jeux ». Tout l’écosystème éco­no­mique du sec­teur du sport est bou­le­ver­sé par la révo­lu­tion, ou plus exac­te­ment la contre-révo­lu­tion numé­rique. Pla­te­formes et réseaux inondent d’informations et d’images le monde entier qui lui sont retour­nées via le fol­lo­wer, soit un client à qui les Gafa (Google, Ama­zon, Face­book, Apple) pro­posent une « expé­rience émo­tion­nelle » forte du sport dans le stade, afin de le fidé­li­ser et recueillir le maxi­mum de don­nées (big data).

— 6 —

Le temps et l’espace, tels que l’économie poli­tique les struc­ture et les déploie, s’organisent par et pour le déploie­ment du monde du sport. Le sport est l’institution qui a réus­si la fusion entre l’espace et le temps de la moder­ni­té. L’espace phy­sique est sans cesse recon­fi­gu­ré par l’impact du sport et de ses équi­pe­ments logiques. Celui-ci pul­vé­rise la nature (il méta­mor­phose les pay­sages) par l’implantation d’artefacts et la béto­ni­sa­tion inten­sive. Puis il s’infiltre dans tous les lieux pos­sibles, enfin il sur­git et se sta­bi­lise dans un lieu auto­nome à tra­vers l’émergence, la cris­tal­li­sa­tion et la mul­ti­pli­ca­tion de la forme stade. Le temps de la vie qui s’écoule est non seule­ment sou­mis au sport, mais il prend aus­si la forme du sport : l’humanité est éva­luée sur ses capa­ci­tés à fran­chir avec régu­la­ri­té des obs­tacles tem­po­rels et spa­tiaux. Si le sport est l’objet de cal­culs et de mesures per­ma­nents, il s’exerce sur les indi­vi­dus sous la forme d’une suc­ces­sion inces­sante de com­pé­ti­tions scan­dées par l’espoir entre­te­nu de la chute inin­ter­rom­pue des records : « Il faut, de toute néces­si­té, se mesu­rer avec quelqu’un ou avec quelque chose ; si vous n’avez pas de rival sur vos talons, ayez du moins, pour vous inci­ter, un record devant vos yeux. » (Pierre de Cou­ber­tin) L’espace comme le temps du monde sont domi­nés par la com­pé­ti­tion spor­tive qui s’intègre désor­mais à tous les écrans de récep­tion mis à la dis­po­si­tion de masses adhé­rentes et presque adhé­sives. Le sport est le mou­ve­ment per­ma­nent sur lequel roule la socié­té en tant qu’ultime pro­jet d’une socié­té sans projet.

— 7 —

Mieux que le reflet le plus visible du sys­tème d’organisation capi­ta­liste avec ses évé­ne­ments mon­diaux, régio­naux et locaux (Jeux olym­piques, Coupes du monde, d’Europe, des nations…), le sport est deve­nu en quelques années son pro­jet le plus abou­ti en termes d’accumulation d’équipements (stade, pis­cine, salle poly­va­lente…), d’augmentation conti­nue de ses adhé­rents (licen­ciés), et sur­tout dans sa capa­ci­té à cap­ter au même moment l’attention de mil­liards d’individus dans des spec­tacles télé­vi­suels abo­lis­sant le temps du cycle de la nature. Le sport de com­pé­ti­tion, en par­ti­cu­lier le foot­ball, ne connaît pour seule sai­son que celle de son mar­ché ; il est l’unique sai­son d’un nou­veau temps. Au temps cyclique des sai­sons, au rythme du jour et de la nuit, s’est sub­sti­tué le temps arti­fi­ciel du sport. On se sou­vien­dra de ce Bureau des modi­fi­ca­tions météo­ro­lo­giques cen­sé assu­rer des jour­nées sans pluie sur Pékin, durant les JO de 2008 : des canons anti­aé­riens uti­li­saient des car­touches chi­miques pour balayer les nuages…

— 8 —

L’essor du tou­risme, pre­mière indus­trie du monde, est l’autre et der­nier grand phé­no­mène social de masse en prise avec les com­pé­ti­tions spor­tives. Les évé­ne­ments spor­tifs mon­diaux drainent et fixent des mil­lions de tou­ristes, consom­ma­teurs de pro­duits nui­sibles (Coca-Cola), de dis­po­si­tifs de cap­ta­tion (de la vision et de l’argent) liés aux nou­velles tech­no­lo­gies de l’informatique de masse (Ali­ba­ba) et de la ter­ri­to­ria­li­sa­tion finan­cière (Airbnb). Les vagues de tou­ristes défer­lant dans les villes ligo­tées aux évé­ne­ments spor­tifs sont com­pactes et denses ; elles se mul­ti­plient et se suc­cèdent à un rythme sou­te­nu. L’afflux de tou­ristes occu­pés à consom­mer du sport et ses pro­duits déri­vés res­sort d’une nou­velle phase d’expansion mar­chande de la sphère de l’économie spor­tive. Les stades sont vite trans­for­més en des lieux d’aimantation et de concen­tra­tion du tou­risme de masse. Ils sont « un nou­vel actif, constate Lar­ry Brown, un des sept élus qui dirigent le com­té de Las Vegas, sur [le] mar­ché du diver­tis­se­ment. Les casi­nos ne suf­fisent plus : les gens ne veulent plus venir à Las Vegas juste pour s’asseoir der­rière une table de jeux, il faut leur offrir tout un por­te­feuille d’activités. » Lieu d’accueil de néo­tou­ristes, les stades par­ti­cipent de l’abstraction géné­ra­li­sée des lieux en tant que lieux d’abstraction d’un temps com­pri­mé par le spec­tacle spor­tif, impré­gné de per­for­mances et de records. « Enne­mi de l’aventure, de l’imprévu, du désordre », le tou­riste trouve dans la com­pé­ti­tion spor­tive le « cal­cul, la pré­vi­sion, le mana­ge­ment, la crois­sance » (Rodolphe Chris­tin). Tout comme le sport, le tou­risme n’a jamais fait pro­gres­ser la paix dans le monde et pas davan­tage entre les peuples. En revanche, le tou­risme spor­tif per­turbe la vie des habi­tants qui le sup­portent de moins en moins, et les oblige à fuir leurs propres villes. Il aggrave la pol­lu­tion par les dépla­ce­ments en avion. La véri­table « immi­gra­tion sau­vage » ou le « grand rem­pla­ce­ment » se repère dans le néo-noma­disme du tou­risme spor­tif et la péné­tra­tion au cœur de tous les loge­ments du sport quo­ti­dien, quand le stade importe davan­tage que les lieux asso­ciés au temps de la décou­verte sus­ci­tée par le voyage et quand le loge­ment devient un stade miniature.

— 9 —

Le sport de com­pé­ti­tion ne cor­res­pond déjà plus à un évé­ne­ment pla­cé sous les seuls pro­jec­teurs des mul­tiples médias (presse, radio, télé­vi­sion, Inter­net). La média­ti­sa­tion du sport se fait par le sport ; le sport est comme un média, le plus puis­sant média du monde, un ultra­mé­dia confir­mant la thèse de Mar­shall McLu­han — à savoir que « le vrai mes­sage, c’est le médium lui-même ». Les mani­fes­ta­tions spor­tives déversent sans inter­rup­tion des flots de résul­tats, de sta­tis­tiques et d’anecdotes qui saturent l’espace comme le temps. « Le sport ne s’arrête jamais » afin qu’on « oublie la poli­tique », comme l’énonce la chaîne de télé­vi­sion qata­ri BeIN sport. Le sport engendre un sys­tème d’information unique : l’important n’est pas ce que la presse, la radio ou la télé­vi­sion disent du sport ; le mes­sage du sport, c’est le sport. L’idéologie spor­tive se dif­fuse par son propre canal, sans ren­con­trer la moindre résis­tance. Le sport, qui se trouve consa­cré par le spec­tacle du stade éle­vé au stade du spec­tacle, s’est his­sé au niveau du plus grand sys­tème média­tique jamais inven­té. Il a fran­chi le seuil d’un dis­po­si­tif visua­lo-acous­tique majeur pour atteindre un appa­reil com­plexe qui a pris la forme de l’espace public. La pas­sion pour le sport se trans­forme en pas­sion de l’image du sport, en « ico­no­ma­nie » (Gün­ther Anders) spor­tive. Et cette cou­ver­ture spor­ti­vo­mé­dia­tique est uni­ver­selle, sécré­tant un lien conti­nu et invi­sible entre la tech­no­lo­gie audio­vi­suelle pla­né­taire et de masse et les grands évé­ne­ments spor­tifs aux­quels elle est appa­reillée. Sur­git et se déploie un sys­tème audio­vi­suel spor­tif pla­né­taire qui plonge ses racines dans les États-nations pour appa­raître et se déve­lop­per en tant que super­struc­ture mon­diale unifiée.

— 10 —

La com­pé­ti­tion spor­tive n’est pas qu’une suc­ces­sion régu­lière d’épreuves ou de matchs dont le record ou la vic­toire est le but ultime. Elle est un spec­tacle au sens qu’elle ins­taure un rap­port nou­veau entre le corps et la vision. La com­pé­ti­tion engage une forme de vision : elle fabrique une vision struc­tu­rée comme une feuille de cal­cul ; elle ini­tie la fonc­tion cal­cu­lante liée au temps et à l’espace, divi­sés en seg­ments infi­nis et abs­traits. À la froi­deur du sport de com­pé­ti­tion sous l’emprise du cal­cul per­ma­nent s’associe le corps trans­for­mé en une équa­tion d’un mou­ve­ment en proie au temps et à l’espace déna­tu­ra­li­sés, stan­dar­di­sés, cho­si­fiés. Le stade en consti­tue la cris­tal­li­sa­tion visuelle.

Le livre dont ce texte est tiré.

— 11 —

Le stade est bien plus qu’un moyen et davan­tage qu’un ins­tru­ment dédié au sport. Il est l’édifice d’une intense éla­bo­ra­tion tech­no­lo­gique qui en fait la matrice exem­plaire d’une concen­tra­tion audio­vi­suelle unique, d’un tro­pisme spec­ta­cu­laire inéga­lé. Le sport de com­pé­ti­tion et sa logique interne de confron­ta­tion, en vue du record ou de la vic­toire, orientent toute l’organisation des stades jusqu’à leur tech­no­lo­gie liée à l’informatisation du lieu et de ses abords.

— 12—

Le stade est le lieu tech­no­lo­gique de l’excès d’un spec­tacle qui ne se ras­sa­sie plus de la seule vision du sport, mais de son accès sans cesse aug­men­té et de sa vision sans cesse amé­lio­rée. Le stade n’est plus le lieu du seul spec­tacle spor­tif, il est le spec­tacle d’un lieu, met­tant en œuvre spor­tifs et spec­ta­teurs dans le cadre d’une com­pé­ti­tion géné­ra­li­sée. La tech­no­lo­gie audio­vi­suelle du stade, ce tech­nos­tade, est omni­pré­sente et remet en cause tout juge­ment sur ce que l’on voit ; elle s’affirme comme la néga­tion de tout juge­ment, et même de toute pos­si­bi­li­té de juge­ment. Dans ce lieu inter­dit au regard inter­ro­ga­teur, inves­ti­ga­teur et scru­ta­teur, mais ouvert à une tech­no­lo­gie de la vision orien­tée et cap­tée par un dis­po­si­tif d’écrans d’échelles variées et par la mise en œuvre d’applications infi­nies, se met en place une nou­velle vision du monde : une vision totale ou une hyper­vi­sion sur un monde fer­mé, clos sur lui-même. La fusion entre voir et être vu, la fausse inti­mi­té (le stade comme mai­son, le spec­ta­teur comme télé­spec­ta­teur, l’écran comme miroir) engen­drée par une visi­bi­li­té pré­gnante et obsé­dante, ain­si que la déme­sure (hybris) du stade trans­forment les spec­ta­teurs en vec­teurs actifs de leur propre alié­na­tion. Le stade sur­git tel le creu­set ou le micro­cosme, à la fois hyper­mo­derne et archaïque d’un « tota­li­ta­risme tech­no­cra­tique » (Gün­ther Anders) géné­ra­li­sé, cen­tri­fuge (tous les regards dans la même direc­tion) et cen­tri­pète (l’irradiation de la com­pé­ti­tion). Le stade repré­sente l’apothéose du pro­jet tech­no­lo­gique dans un monde sans pro­jet. La tech­no­lo­gie du stade asso­ciée aux tech­niques cor­po­relles spor­tives se sont sub­sti­tuées à la jouis­sance directe de la nature, gra­tuite, et du corps, libre de toute entrave. Le stade est une nou­velle machine visuelle inté­grée à un dis­po­si­tif de réseaux fiables, de cap­teurs, de ser­veurs et de sys­tèmes infor­ma­tiques trai­tant les flux de don­nées, de Smart­phones, de géo­lo­ca­li­sa­tions et de pro­to­coles mul­tiples de « réa­li­té aug­men­tée », le smart sta­dium. Le stade se méta­mor­phose en un écran aux bords sans limite. À cela s’ajoute l’abolition de la langue ; ne plus se par­ler, en finir avec la conver­sa­tion et le dia­logue, tchat­cher par écran inter­po­sé via les réseaux.

— 13 —

Dopage, vio­lence, racisme… sont consti­tu­tifs du sport et ne sont pas des déra­pages, des excès, des dévia­tions, ses marges, ni les preuves visibles ou tan­gibles qui feraient la démons­tra­tion évi­dente du carac­tère néfaste du sport. Le dopage pas plus que la vio­lence ou le racisme ne gan­grènent le sport, ni ne le per­ver­tissent. Ils l’organisent, l’ordonnent, l’harmonisent avec l’ensemble d’une socié­té qui les a défi­ni­ti­ve­ment adop­tés. Dans cette logique, loin d’être mépri­sés, les spor­tifs convain­cus de dopage sont de nou­velles vedettes, au sta­tut par­ti­cu­lier. Ceux qui meurent si jeunes, vic­times du dopage, sont désor­mais des héros ; mieux encore, les mar­tyrs d’une cause juste : le sport. Comme mou­rir à la guerre exo­né­rait de tout juge­ment sur la guerre elle-même, mou­rir en spor­tif glo­ri­fie à tout jamais celui qui se sacri­fie sans remettre en cause le sport. Le dopage, la vio­lence ou encore le racisme (anti­sé­mi­tisme inclus) sont consub­stan­tiels au sport. Ils ne l’altèrent pas ; ils n’en sont pas des excrois­sances mons­trueuses ; ils sont la véri­té du sport.

— 14 —

Le sport des­ti­né et adap­té aux han­di­ca­pés fait du han­di­cap l’objet d’une nou­velle com­pé­ti­tion et un atout. Le han­di­sport est le déve­lop­pe­ment bana­li­sé, accep­té et même reven­di­qué du sport de com­pé­ti­tion. Il redouble la forme valide du sport de com­pé­ti­tion. Loin de réunir valides et han­di­ca­pés, la com­pé­ti­tion les main­tient dans leur dif­fé­rence tout en exa­cer­bant une iden­ti­té « défi­ciente » (mal­en­ten­dant, aveugle, défaillant intel­lec­tuel, etc.). Au cœur du sport, la vraie sépa­ra­tion entre les valides et les han­di­ca­pés est main­te­nue et exa­cer­bée par la fausse simi­li­tude de leurs com­pé­ti­tions res­pec­tives. La com­pé­ti­tion entre les han­di­ca­pés repro­duit la com­pé­ti­tion entre les valides, ajou­tant une série de cri­tères propres à la recon­nais­sance et à la per­ma­nence du handicap.

— 15 —

Le sexe est par­tout dans le sport : chez les ath­lètes, aux abords des lieux de com­pé­ti­tion dans de vastes bor­dels, au cœur du vil­lage olym­pique. Il est deve­nu un élé­ment à part entière de la com­pé­ti­tion spor­tive : une pra­tique en vue d’une meilleure per­for­mance. Le sport n’empêche pas la sexua­li­té ; il la reven­dique, il l’exacerbe à la faveur d’un éro­tisme lacé à la per­for­mance. L’érotisme spor­tif est asso­cié à la vio­lence de l’effort, au défou­le­ment des éner­gies, à une libi­do orien­tée par la bru­ta­li­té des gestes, la bes­tia­li­té des chocs et les com­mo­tions entre les corps. La sexua­li­té est inté­grée en tant que com­po­sante de la com­pé­ti­tion spor­tive, jusqu’à être reven­di­quée comme sépa­ra­tion natu­relle entre les sexes ou les orien­ta­tions sexuelles (les Gay Games). L’athlète est l’objet sexuel par excel­lence, dont la visua­li­sa­tion inten­sive du corps est tein­tée d’érotisme : qua­si-nudi­té exhi­bée, ten­sion des membres, contacts rap­pro­chés, par­fois intimes, avec les autres corps… La com­pé­ti­tion spor­tive elle-même se struc­ture sur la base du refou­le­ment de la sexua­li­té libre vers une sexua­li­té bri­dée, orien­tée et cana­li­sée ; la pul­sion sexuelle est ver­rouillée vers la com­pé­ti­tion. La sexua­li­té est rame­née au « stade pré­gé­ni­tal » (Sig­mund Freud). Quant à la com­pé­ti­tion spor­tive, elle par­ti­cipe d’une « désexua­li­sa­tion du corps » (Her­bert Mar­cuse). On assiste dans le sport de com­pé­ti­tion non seule­ment à une « désexua­li­sa­tion de la sexua­li­té » et à une « homo­sexua­li­sa­tion incons­ciente » (Theo­dor W. Ador­no) mais aus­si et sur­tout à l’émergence d’une « homo­sexua­li­sa­tion du sexe » (Rei­mut Reiche). La sexua­li­té s’oriente vers une homo­sexua­li­té refou­lée : car le sport de com­pé­ti­tion favo­rise l’homosexualité sans la libé­rer. L’homosexualité est consi­dé­rée comme une fémi­ni­sa­tion ou une mas­cu­li­ni­sa­tion, et donc une fai­blesse. Un éro­tisme nar­cis­sique et fal­si­fié nimbe la com­pé­ti­tion ; un éro­tisme pha­go­cy­té par la com­pé­ti­tion. Au prin­cipe de plai­sir asso­cié au jeu spon­ta­né, libre et gra­tuit entre les indi­vi­dus déli­vrés de l’angoisse de la com­pé­ti­tion, un jeu satis­fai­sant en lui-même, se sub­sti­tue un éro­tisme né de la com­pé­ti­tion spor­tive colo­ré par le tra­vail, impré­gné de souf­france et de masochisme.

— 16 —

Aux Jeux olym­piques, seuls 5 % des épreuves sont mixtes. Le sport ne réunit les deux sexes dans une même com­pé­ti­tion que de manière mar­gi­nale. Oppo­sés au mélange des sexes, les orga­ni­sa­teurs des évé­ne­ments spor­tifs (JO, coupes du monde, etc.) et leurs com­pé­ti­tions génèrent une essen­tia­li­sa­tion de la dif­fé­rence des sexes. Le sport de com­pé­ti­tion orga­nise et main­tient la sépa­ra­tion des sexes en tant que sexes natu­rel­le­ment sépa­rés. Selon le genre, on ne court pas dans le même cou­loir, on ne nage pas dans la même ligne d’eau. L’émancipation du sexe fémi­nin serait pour­tant de s’identifier au sexe mas­cu­lin au moyen de la com­pé­ti­tion. Pré­sen­tée comme éman­ci­pa­trice (le « deuxième sexe » rejoin­drait enfin les per­for­mances du sexe mas­cu­lin), la com­pé­ti­tion spor­tive sou­tient au contraire l’immuabilité de la dif­fé­rence des sexes sur la base d’une inéga­li­té des sexes sup­po­sée natu­relle. La défaite du sexe fémi­nin a été enté­ri­née par la vic­toire de la com­pé­ti­tion spor­tive fémi­nine. La com­pé­ti­tion est la jus­ti­fi­ca­tion per­ma­nente de la supé­rio­ri­té du monde des hommes sur celui des femmes. Et la fémi­ni­sa­tion du sport cor­res­pond à la fausse orien­ta­tion poli­tique de l’émancipation des femmes. Dans la com­pé­ti­tion, les femmes spor­tives ont suc­com­bé à une pseu­do-reven­di­ca­tion de ral­lie­ment à la « viri­li­té mas­cu­line ». À tra­vers la com­pé­ti­tion, elles ont cher­ché à com­bler une dif­fé­rence de nature ana­to­mique : la force phy­sique. Toutes les com­pé­ti­tions directes entre les hommes et les femmes se font au détri­ment de ces der­nières : bat­tues phy­si­que­ment. La com­pé­ti­tion spor­tive des femmes, sa média­ti­sa­tion immo­dé­rée, sub­sti­tue une fausse éga­li­té des sexes à une vraie dif­fé­rence phylogénique.

 

— 17 —

La cri­tique du sport n’est pas plus exces­sive qu’outrancière voire radi­cale. Seul le sport est déme­sure (« La ten­dance du sport est vers l’excès », Cou­ber­tin) et radi­cal, au sens qu’il sai­sit l’homme lui-même ; son corps qu’il trans­forme en un engin balis­tique ou en une machine à lan­cer des objets. L’étude socio­lo­gique du sport est née, il y a un siècle, grâce à Heinz Risse, auteur alle­mand de l’ouvrage inti­tu­lé Socio­lo­gie du sport publié en 1921. Il sou­tient dans ce livre dis­crè­te­ment cri­tique que « le sport peut englo­ber l’ensemble de la culture cor­po­relle d’un peuple […] ; le sport, en tant qu’idéologie, doit être déri­vé d’une struc­ture sociale exté­rieure (par exemple, le sys­tème indus­triel) ». L’auteur pointe les élé­ments du « côté abso­lu­ment ration­nel qui est le propre de notre sport actuel : l’évaluation de la per­for­mance, l’entraînement régu­lier, la recherche du record […] ». Cette ana­lyse socio­lo­gique du sport a été reprise et radi­ca­li­sée au mitan du XXe siècle dans les revues Par­ti­sans (1961–1972), Le Chro­no enrayé (1970–1998) et Quel corps ? (1975–1997). Elle s’est vite éten­due à une cri­tique de la socié­té dans sa tota­li­té. Le sport de com­pé­ti­tion est ana­ly­sé comme l’un des prin­ci­paux rouages du mode de pro­duc­tion capi­ta­liste dont il repro­duit la chaîne à tra­vers la conca­té­na­tion sui­vante : com­pé­ti­tion — ren­de­ment — mesure — record. Dans son ouvrage inti­tu­lé Socio­lo­gie poli­tique du sport (1977), l’universitaire Jean-Marie Brohm a déve­lop­pé la cri­tique du sport en dévoi­lant l’homologie struc­tu­relle qui existe entre le sys­tème indus­triel capi­ta­liste et l’organisation du sport de com­pé­ti­tion. Il a éga­le­ment dévoi­lé l’aliénation col­lec­tive et indi­vi­duelle à laquelle le sport contri­bue : le deve­nir étran­ger aux autres et à soi-même, la perte d’esprit. Il a mis en lumière la fonc­tion socio­po­li­tique de la logique de la com­pé­ti­tion spor­tive en tant que lieu d’incubation majeure du racisme, du natio­na­lisme, de la vio­lence et du dopage.

— 18 —

La mise en retrait, sinon la retraite effec­tive, pra­tique et théo­rique, de la cri­tique du sport, le décro­che­ment de sa praxis ori­gi­nelle, sont tout d’abord dus au poids écra­sant et en appa­rence irré­sis­tible du sport de com­pé­ti­tion. Elle est la consé­quence : — de la puis­sante mas­si­fi­ca­tion spor­tive liée au déve­lop­pe­ment du sec­teur « sport » (un mar­ché, des équi­pe­ments) dans le cadre de la globalisation/mondialisation des socié­tés, elle-même redou­blée par le spec­tacle télé­vi­suel per­ma­nent et le tou­risme de masse ; — de l’intégration du sport dans la vie quo­ti­dienne et sur­tout en tant que vie quo­ti­dienne ; — du tumulte conta­gieux des sup­por­ters dans le stade se méta­mor­pho­sant en afi­cio­na­dos, puis en hoo­li­gans, qui se pro­longe jusqu’aux télé­spec­ta­teurs et à l’ensemble des indi­vi­dus en proie au chau­vi­nisme et au natio­na­lisme spor­tifs ; — de l’intégration réus­sie des anciens tabous, et, en par­ti­cu­lier, celui du dopage per­çu comme « inévi­table » et désor­mais reven­di­qué comme néces­saire à la bonne qua­li­té du spec­tacle du sport. L’exténuation sinon l’extinction de la cri­tique du sport est de façon conco­mi­tante l’ultime résul­tat de l’effacement de la sub­jec­ti­vi­té du sujet poli­tique pour une atti­tude posi­tive ou contem­pla­tive à l’égard de la réa­li­té sportive.

— 19 —

La cri­tique du sport qui se pré­tend aujourd’hui encore « radi­cale » se pré­sente un peu pom­peuse et tou­jours plus arro­gante. Elle res­sasse ce qu’elle avait su cri­ti­quer à une époque éclai­rée — une époque révo­lue. Elle per­sé­vère dans des ana­lyses péri­mées et entre­tient sa rente cri­tique grâce à une façon de sta­bu­la­tion intel­lec­tuelle ; elle rumine dans son enclos, loin du monde. À bout de souffle, épui­sée, cette cri­tique assé­chée n’est plus le ferment de la contes­ta­tion du sport, et encore moins le creu­set d’une lutte tou­jours pos­sible. Elle remâche son lamen­to anti­spor­tif et condamne avec opi­niâ­tre­té et véhé­mence le dopage et la vio­lence, ou encore le racisme. Elle se com­plaît dans une atti­tude satis­faite d’elle-même, enchan­tée de son iso­le­ment, fas­ci­née par son esseu­le­ment. Theo­dor W. Ador­no sou­te­nait qu’« aucune théo­rie, pas même la vraie, n’est à l’abri de la per­ver­sion qui la change en délire, dès qu’elle a per­du le rap­port spon­ta­né avec l’objet ». Inca­pable de s’opposer au réel, la cri­tique du sport est enli­sée dans son délire qui sera son tombeau.

— 20 —

La cri­tique du sport doit à l’avenir, et pour son ave­nir, appro­fon­dir la ques­tion du dopage, de la vio­lence et du racisme en tant que com­po­santes du sport. Ces faits sociaux appar­tiennent au sport lui-même et ils sont le socle du sport spec­tacle en tant que ses élé­ments fon­da­teurs. La cri­tique du sport doit envi­sa­ger que le sport est immé­dia­te­ment le dopage, immé­dia­te­ment la vio­lence. Et que le sport, ce sont immé­dia­te­ment le racisme, la xéno­pho­bie et aus­si l’homophobie. Le sport est per­mis par le dopage, ain­si que par le racisme et par la vio­lence. Il se conso­lide sans cesse par ses mau­vais côtés, ses dérives, ses excès. Il « pro­gresse » grâce à ce qui lui est a prio­ri exté­rieur sinon étran­ger. Le sport n’est pas un phé­no­mène de socié­té par­mi d’autres, plus ou moins déta­ché ou même très éloi­gné d’un contexte géné­ral ; il est le lien entre tous les phé­no­mènes les plus détes­tables de la socié­té, par­mi les­quels la vio­lence (« cana­li­sée »), le racisme (exhi­bé et « com­bat­tu »), le dopage (la lutte contre –) et l’argent (« partout »).

— 21 —

La cri­tique du sport (comme toute cri­tique) n’a pas de côté posi­tif. Sa seule « posi­ti­vi­té » tient à sa néga­ti­vi­té per­ma­nente et déter­mi­née du sport tel qu’il est, et ce jusqu’à nier sa propre néga­tion déter­mi­née (la cri­tique) en dis­pa­rais­sant au bon moment pour réap­pa­raître au moment oppor­tun. Contrai­re­ment à ce que cer­tains vou­draient croire, il ne peut exis­ter de pro­jet de la cri­tique du sport au sens d’une entre­prise cri­tique durable, pla­ni­fiée dans le temps. L’idée même d’un pro­jet de la cri­tique du sport consti­tue un non-sens abso­lu. La cri­tique du sport n’a pas de pro­jet et elle n’est pas un pro­jet puisque son seul objec­tif est la dis­pa­ri­tion de son objet : le sport.

Print Friendly, PDF & Email
Total
19
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Nous sommes tous Grecs (Chris Hedges)

Le démantèlement corporatiste de la société civile est presque achevé en Grèce. Il est très avancé aux États-Unis. [...] Nous, comme les Grecs, subissons une guerre politique menée par les oligarques du monde. Personne ne les a élus. Ils ignorent l’opinion publique. Et, comme en Grèce, si un gouvernement défie la communauté bancaire internationale, il est la cible d’une exécution. Les banques ne jouent pas selon les règles de la démocratie.[...]
Lire

Arundhati Roy, Edward Snowden, Daniel Ellsberg & John Cusack : Le monde comme il va

C’est la rencontre improbable de deux époques, de deux « dissidences » américaines, de deux lanceurs d’alerte contre les abus de Washington. Edward Snowden, l’ancien collaborateur de la NSA à l’origine des révélations sur l’ampleur de la surveillance effectuée par les Etats-Unis, a reçu dans son exil russe Daniel Ellsberg, l’homme qui, en 1971, a fait « fuiter » les « Documents du Pentagone » sur la guerre du Vietnam. [...]