Les dossiers de la WPATH ou Vous reprendrez bien du tilapia ? (par Yagmur Uygarkizi)

Scandale au sein de la plus grande organisation mondiale de « santé trans »

Début mars, la publi­ca­tion des WPATH files — des extraits de conver­sa­tions entre membre de la WPATH, l’Association pro­fes­sion­nelle mon­diale pour la san­té des per­sonnes trans­genres — a révé­lé que la plus grande orga­ni­sa­tion de san­té trans au monde n’était rien d’autre qu’un regrou­pe­ment de savants fous. Des méde­cins et autres pro­fes­sion­nels de san­té ont expo­sé des per­sonnes par­fois vul­né­rables à de graves risques sans aucune rai­son scien­ti­fique, au nom de pré­ten­dues « iden­ti­tés de genre ». Per­sonnes trau­ma­ti­sées, aux traits schi­zoïdes, sans domi­cile, adolescent.es ont ain­si été abreuvé.es de cock­tails hor­mo­naux, subi des abla­tions d’organes sains ou ont vu leur risque de contrac­ter un can­cer croître.

Note sur l’écriture : J’emploie par moments le terme « elle/il ». Mais ras­su­rez-vous, ce n’est pas parce que je m’adapte à ce nou­veau lan­gage mas­cu­lin qu’est la nov­langue queer. C’est sim­ple­ment que je ne sais pas tou­jours si la per­sonne qui écrit est une femme ou un homme, parce que les noms sont par­fois dis­si­mu­lés sur les conver­sa­tions, et parce que l’anglais est très peu gen­ré par rap­port au français.

Dans cer­tains cas j’utilise déli­bé­ré­ment le mas­cu­lin pour rap­pe­ler que le mou­ve­ment trans est un mou­ve­ment masculiniste.

J’ai pris le plus grand soin à uti­li­ser le genre cor­rect pour les femmes et hommes cité.es. Si tou­te­fois, vous notez que je me réfère à un homme comme s’il était une femme, et vice-ver­sa, ce n’est que par inad­ver­tance, et je vous prie­rais de bien vou­loir me le signaler.

***

Se van­tant de 3000 membres rien qu’en 2022, la WPATH (World Pro­fes­sio­nal Asso­cia­tion of Trans­gen­der Health), l’Association pro­fes­sion­nelle mon­diale pour la san­té des per­sonnes trans­genres, est consi­dé­rée comme la réfé­rence scien­ti­fique mon­diale sur la « san­té trans ». La publi­ca­tion le 6 mars der­nier des « WPATH Files » (« Fichiers [ou dos­siers] de la WPATH ») pour­rait bien mettre fin à ce statut.

Publiées par l’ONG état­su­nienne Envi­ron­men­tal Pro­gress, les WPATH Files sont des cap­tures d’écran et des enre­gis­tre­ments vidéo de conver­sa­tions internes entre dirigeant.es (peut-être devrais-je mettre un x quelque part comme le vou­drait l’écriture queer) et autres membres. En les consul­tant, on y découvre ­— ou retrouve, selon votre connais­sance du sujet — des indi­vi­dus idéo­lo­gi­que­ment moti­vés, gui­dés par une logique com­mer­ciale et ayant infli­gé en toute connais­sance de cause des risques sinon des pré­ju­dices à des per­sonnes par­fois en situa­tion de faiblesse.

Michael Shel­len­ber­ger, pré­sident de l’ONG Envi­ron­men­tal Pro­gress, a reçu les docu­ments fui­tés en tant qu’ex-contributeur aux Twit­ter Files. Mia Hughes, jour­na­liste qui aler­tait déjà sur la ques­tion trans a ensuite struc­tu­ré les docu­ments et rédi­gé un rap­port de plus de deux cents pages inti­tu­lé « The WPATH Files : Pseu­dos­cien­ti­fic Sur­gi­cal and Hor­mo­nal Expe­ri­ments on Chil­dren, Ado­les­cents and Vul­ne­rable Adults » (« Les fichiers de la WPATH : expé­ri­men­ta­tions chi­rur­gi­cales et hor­mo­nales sur enfants, adolescent.es et adultes vulnérables »).

[Shel­len­ber­ger est par ailleurs un ardent défen­seur du capi­ta­lisme indus­triel, et notam­ment du nucléaire. Mais le sujet trans, comme quelques autres, illustre le fait que la pen­sée binaire gauche = camp du bien, droite = camp du mal, est une inep­tie. L’esprit de par­ti qu’avait brillam­ment dénon­cé Simone Weil conti­nue de faire des ravages. NdE]

Les décou­vertes sont acca­blantes, même pour les habitué.es. Nul besoin d’aller voir de médiocres films de science-fic­tion quand la réa­li­té est bien plus glauque. La conclu­sion de l’autrice — « nous sommes actuel­le­ment témoins d’un des pires crimes de la méde­cine moderne » — est pesée. Il est dif­fi­cile de décrire l’expérimentation médi­cale trans autre­ment que comme un jeu bio­tech­nique aux mains de scien­ti­fiques abu­sant mani­fes­te­ment de leur posi­tion d’autorité et d’expertise, pour para­phra­ser un.e éthicien/ne cité/e dans le rapport.

Serment d’Hypocrite

La WPATH est née d’un siècle d’expérimentation « médi­cale » sur les carac­té­ris­tiques sexuelles des indi­vi­dus. Avant 2007, la WPATH s’appelait la Har­ry Ben­ja­min Inter­na­tio­nal Gen­der Dys­pho­ria Asso­cia­tion (HBIGDA), soit l’Association inter­na­tio­nale Har­ry Ben­ja­min pour la dys­pho­rie de genre. Les ori­gines de cette asso­cia­tion remontent à 1963. Har­ry Ben­ja­min était un endo­cri­no­logue alle­mand grand ami et admi­ra­teur de Magnus Hir­sch­feld, sexo­logue gay adepte de tra­ves­tisme ayant réa­li­sé la pre­mière chi­rur­gie dite de « chan­ge­ment de sexe ». La force d’Harry Ben­ja­min a été de dura­ble­ment for­ma­li­ser et finan­cer la méde­cine trans grâce à son opé­ra­tion de la richis­sime Reed/Rita Erick­son qui sera son plus grand mécène.

[En 1964, Rita Erick­son, deve­nu Reed, fille d’un magnat de l’industrie du plomb, crée la Erick­son Edu­ca­tio­nal Foun­da­tion, qui finan­ce­ra ensuite « la recherche sur la trans­sexua­li­té », comme l’explique Joan Meye­ro­witz dans son livre How Sex Chan­ged. Et en 1966, l’hô­pi­tal uni­ver­si­taire Johns Hop­kins, avec des fonds pro­ve­nant d’E­rick­son, annonce la créa­tion de sa Gen­der Iden­ti­ty Cli­nic, sa cli­nique dédiée à l’identité de genre, la toute pre­mière à pro­po­ser des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales impro­pre­ment dites de « chan­ge­ment de sexe ». La vie de Reed Erick­son est tra­gique. Après ses opé­ra­tions de « chan­ge­ment de sex », elle sombre dans les drogues puis déve­loppe de lourdes formes de démence dont elle fini­ra par mou­rir. NdE]

Depuis 1979, l’HBIGDA/WPATH publie régu­liè­re­ment de nou­velles ver­sions de ses « stan­dards de soins » (Stan­dards of Care) comme un pape convo­que­rait un concile du Vati­can : des réformes entre croyant.es qui empiètent sur la vie de tout le monde. Les Stan­dards of Care 8 (SoC8) du véné­rable an 2022 pro­clament que le but de la WPATH consiste à :

« offrir des conseils cli­niques aux profesionnel.les de san­té pour sou­te­nir les per­sonnes trans­genres et diverses dans leur genre [trans­gen­der and gen­der diverse (TGD)] dans l’accès à des par­cours sûrs et effec­tifs pour atteindre un confort per­son­nel durable avec leur être gen­ré dans le but d’optimiser glo­ba­le­ment leur san­té phy­sique, leur bien-être psy­cho­lo­gique et leur épa­nouis­se­ment personnel ».

Non, ce n’est pas du Judith But­ler, mais c’est tout comme. Lec­trices, vous étiez prévenues.

Pour atteindre ce mer­veilleux but, la WPATH pro­digue un « soin affir­ma­tif du genre » [gen­der affir­ming care] jamais défi­ni dans le manuel. On voit tout de suite le pre­mier man­que­ment médi­cal rele­vé par Mia Hughes : la néga­tion de l’identité sexuelle des patient.es. En effet, les membres de la WPATH plaident pour l’administration de blo­queurs de puber­té, d’hormones de l’autre sexe et de chi­rur­gies à des enfants et adultes sou­hai­tant confor­mer leur corps à leur pré­ten­due « iden­ti­té de genre ». Concrè­te­ment, nous par­lons, entre autres, de la sup­pres­sion des mens­trua­tions, de l’ablation des seins ou encore de l’inversion du pénis. Ces des­truc­tions de carac­té­ris­tiques sexuelles pri­maires et secon­daires peuvent entraî­ner la sté­ri­li­sa­tion des jeunes patient.es — la repro­duc­tion humaine étant un fla­grant rap­pel de notre condi­tion ani­male et de la per­ti­nence des sexes.

En dénon­çant ce pre­mier gra­vis­sime man­que­ment éthique, Mia Hugues va au cœur du para­doxe du « soin » trans : une pro­fonde dis­so­cia­tion corps/esprit qui donne la pri­mau­té à l’esprit, notam­ment la parole, pour ensuite agir uni­que­ment sur le corps. Les « professionnel.les » de san­té figent en outre des iden­ti­tés dont ils et elles admettent pour­tant qu’elles sont poten­tiel­le­ment tran­sientes, dans un vaste n’importe quoi médical.

Les agis­se­ments de ces méde­cins évoquent davan­tage l’artiste Orlan que de véri­tables opé­ra­tions médi­cales. Un ou une professeur/se décrit d’ailleurs « le corps trans comme une expres­sion libre et artis­tique du genre » [trans embo­di­ment as a free-form artis­tic expres­sion of gen­der]. Dans les WPATH Files, on découvre que le renom­mé chi­rur­gien cali­for­nien Tho­mas Sat­terw­hite aurait deman­dé des conseils pour des abla­tions de seins et de tétons [top sur­ge­ry without nipples], une pro­cé­dure de nul­li­fi­ca­tion (lorsque vos par­ties géni­tales res­semble à celles de Bar­bie ou à une exci­sion très nette) et des vagi­no­plas­ties avec pré­ser­va­tion du phal­lus [phal­lus-pre­ser­ving vagi­no­plas­ty].

Face à cette ques­tion, les autres membres du forum s’insurgent. « Com­ment osez-vous bidouiller ain­si avec des per­sonnes saines ? Pour­quoi pas des implants d’ailes de pou­let aus­si pen­dant que vous y êtes ? ». Non, bien sûr que non, rien de tel, j’invente tota­le­ment : les autres membres ont sim­ple­ment été offus­qués par son lan­gage, aucun professionnel.le de san­té ne sou­hai­tant être pris.e en fla­grant délit de soin. Un.e thé­ra­peute dénonce son lan­gage « cis­gen­riste ». Une étu­diante en méde­cine insiste sur la néces­si­té de « dé-gen­rer » [de-gen­de­ring] les chi­rur­gies de modi­fi­ca­tions sexuelles. Après tout, pour­quoi dénon­cer ces pra­tiques à la carte lorsque ce genre de pro­cé­dure rentre plei­ne­ment dans le par­cours de san­té WPATH sous le nom de chi­rur­gies « cus­to­mi­sées indi­vi­duel­le­ment » [indi­vi­dual­ly cus­to­mi­sed] ?

Cri­ti­quer les pra­tiques de la WPATH ne revient pas nier les ori­gines phy­siques de cer­tains troubles men­taux et vice-ver­sa. Au contraire, c’est insis­ter sur le fait que la dis­so­cia­tion corps/esprit aus­si est une belle inven­tion mas­cu­line. La cri­tique sert avant tout à ques­tion­ner ces opé­ra­tions sys­té­ma­tiques. La san­té « trans » incarne la confu­sion entre capa­ci­té et néces­si­té médi­cale : qu’on puisse le faire ne signi­fie pas qu’on doive le faire. Autre­ment, c’est la men­ta­li­té du vio­leur : « je l’ai fait parce je pouvais ».

Ils font du mal (Primum nocere)

Même si la « dys­pho­rie de genre » était un trouble psy­cho­lo­gique cor­rec­te­ment défi­ni, les soins pro­mul­gués ne cor­res­pondent pas à la défi­ni­tion d’un trai­te­ment médi­cal. Les recom­man­da­tions de la WPATH n’ont aucune base scien­ti­fique. La pre­mière pres­crip­tion de sup­pres­sion de puber­té (SoC6 en 2001) se basait sur une étude por­tant sur une per­sonne, la deuxième sur une étude néer­lan­daise peu pro­bante (SoC7 en 2012). Cette étude rele­vait d’ailleurs de ce que l’on appelle en méde­cine une « pra­tique inno­vante » [inno­va­tive prac­tice] qui éta­blit un cadre pour que méde­cins puissent tes­ter des inter­ven­tions encou­ra­geantes en l’absence de meilleurs traitements.

Si ces lacunes scien­ti­fiques fon­da­men­tales sont graves, les remèdes pro­po­sés sont pires. Sur les forums on peut lire des dizaines et de dizaines de mes­sages de professionnel.les de san­té hagard.es. Un ou une infir­mière demande des conseils pour une patiente souf­frant de mala­die pel­vienne inflam­ma­toire après trois ans sous tes­to­sté­rone, la crème d’œstrogène ne fai­sant plus d’effet. En guise de réponse, on ne lui pro­pose que des anec­dotes concer­nant d’autres crèmes à tes­ter. Vin­ted a des forums plus rigoureux.

Ailleurs, un/e endo­cri­no­logue demande com­ment gérer les dou­leurs érec­tiles d’un patient sous hor­mones. Encore une fois que des anec­dotes, aucune réponse sur les consé­quences d’une vagi­no­plas­tie future. Un thé­ra­peute [coun­sel­lor] explique avoir vécu la même chose et qu’une ampu­ta­tion du pénis aurait fini par le sou­la­ger. (Quand des fémi­nistes le sug­gèrent c’est misandre apparemment).

Conséquences

La liste des consé­quences de toutes ces pro­cé­dures est immense. En jan­vier 2022, la pré­si­dente de la WPATH, Mar­ci L. Bowers (un homme qui se dit femme, ou femme trans) admet l’absence de don­nées sur l’impact des blo­queurs de puber­té pour les gar­çons et la pré­sence de « consé­quences chi­rur­gi­cales pro­blé­ma­tiques ». Mia Hughes nous rap­pelle que blo­quer la puber­té d’un gar­çon bloque la crois­sance de son pénis. Il n’y a donc pas assez de tis­su pour la vagi­no­plas­tie qui consiste à inver­ser le pénis. Des méde­cins s’aventurent alors dans les colons ou les cavi­tés abdo­mi­nales de leurs jeunes patients pour y récu­pé­rer de la peau. Cer­tains expé­ri­mentent avec la peau de pois­son, le tila­pia, pour les adultes. Un ado­les­cent de 18 ans est mort après l’utilisation d’une par­tie de son intes­tin pour sa vagi­no­plas­tie. Il était un des patients de l’étude néer­lan­daise. « Pra­tique inno­vante ». L’auteur cri­tique cité par Mia Hughes, Michael Biggs, note qu’avec un taux de mor­ta­li­té d’1%, il n’y aurait pas dû y avoir d’autres expé­ri­men­ta­tions sur des adolescent.es.

Sur son site, Mar­ci L. Bowers pro­pose aus­si des chi­rur­gies répa­ra­trices pour des femmes vic­times d’excision.

En plus des dou­leurs récur­rentes post-chi­rur­gi­cales et hor­mo­nales, pour les filles et femmes on peut noter : les dif­fi­cul­tés à orgas­mer (autre cui­sant rap­pel de la réa­li­té sexuelle humaine), l’atrophie vagi­nale (inflam­ma­tion vagi­nale), la mala­die pel­vienne inflam­ma­toire, les uté­rus atro­phiés, l’accroissement cli­to­ri­dien dou­lou­reux (ce cli­to­ris qui conti­nue de « pous­ser » est sobre­ment qua­li­fié de « crois­sance du bas » [bot­tom growth]).

Un/e méde­cin se demande si la tumeur au foie détec­tée chez sa patiente de 16 ans pour­rait être liée à la prise de pro­ges­té­rone et tes­to­sté­rone. Un/e autre lui répond qu’elle ou il nour­rit le même doute au sujet de sa col­lègue ayant déve­lop­pée un can­cer du foie après 8–10 ans de prise de tes­to­sté­rone. Elle ou il n’a jamais eu le temps de s’assurer de la cau­sa­li­té car la col­lègue serait décé­dée quelques mois après le diag­nos­tic. Rap­pe­lez-vous qu’en France, lors des élec­tions pré­si­den­tielles de 2017, les per­tur­ba­teurs endo­cri­niens étaient un réel sujet de cam­pagne. Et com­pa­rez cela avec l’accueil fait à ces nou­veaux per­tur­ba­teurs endocriniens.

Cas encore plus graves

Ces révé­la­tions sont déjà assez graves sur des adultes, encore plus sur des enfants et adolescent.es. Pour des per­sonnes atteintes de graves troubles de san­té c’est encore pire. Mala­die dégé­né­ra­tive ? Obé­si­té ? La WPATH prend. Même s’il s’agit de dys­tro­phie mus­cu­laire de Becker carac­té­ri­sée par une fai­blesse et une fonte mus­cu­laire ? Oui. Même si les chi­rur­gies non-néces­saires doivent être limi­tées à cause des com­pli­ca­tions qu’elles entraînent pour les per­sonnes atteintes d’obésité ? Pas de problème.

Un/e thé­ra­peute relate qu’elle/il a déjà conseillé des chi­rur­gies géni­tales à des per­sonnes atteintes de dépres­sion sévère, syn­dromes post-trau­ma­tiques ou même sans-abris. On relève de très nom­breuses réfé­rences à des patient.es atteintes de troubles dis­so­cia­tifs sévères, sans que la demande de tran­si­tion sexuelle elle-même soit consi­dé­rée comme un symp­tôme. Des cas schi­zoïdes sont régu­liè­re­ment cités dans le forum. Une décla­ra­tion publique de la WPATH en date de 2022 va jusqu’à affir­mer que la néga­tion des soins affir­ma­tifs du genre à des per­sonnes atteintes d’autisme ou de troubles men­taux serait « dis­cri­mi­na­toire et erronée ».

Les conver­sa­tions sur les patient.es atteint.es de trouble de la per­son­na­li­té mul­tiple ou de trouble dis­so­cia­tif de l’identité sont lunaires. Certain.es recom­mandent de bien deman­der le consen­te­ment à chaque per­son­na­li­té du/de la patient.e. Dan Kara­sic de l’Université de Cali­for­nia San Fran­cis­co et un des auteurs des SoC8 se vante de sa répu­ta­tion de « psy­chiatre » non-plu­riel­phobe [not plu­ral pho­bic]. Au congrès inter­na­tio­nal de 2022 de la WPATH, des « scien­ti­fiques » ont pré­sen­té leur « recherche » sur les indi­vi­dus trans et aux iden­ti­tés « plu­rielles » (les fameux gens aux pro­noms they/them ?).

Ils savent

Ce qui est encore plus glauque, c’est qu’elles et ils savent. Les « professionnel.les » de la WPATH savent agir dans l’obscurité scien­ti­fique la plus totale, embar­qué dans le même « voyage de genre » [gen­der jour­ney] pro­di­gué à leur « patient.es ». Cette expres­sion, digne de tech­niques de mani­pu­la­tion de proxé­nètes, est d’ailleurs uti­li­sée pour dédra­ma­ti­ser la détran­si­tion, cette pro­cé­dure par laquelle certain.es sou­haitent reve­nir sur leur « chan­ge­ment » de sexe. Ain­si, il n’y a plus de regret véri­table, aucune erreur médi­cale, juste une belle aven­ture. Father knows best.

Les membres de la WPATH connaissent en fait très bien les cri­tiques fémi­nistes du phé­no­mène trans. Elles et ils savent que cer­taines patient.es confondent leur homo­sexua­li­té avec leur « iden­ti­té de genre ». Elles et ils savent qu’un trau­ma­tisme lié à une vio­lence sexuelle peut être un fac­teur déclen­chant de « tran­si­den­ti­té ». Par exemple, dans un ate­lier inti­tu­lé « Évo­lu­tion de l’identité » [Iden­ti­ty Evo­lu­tion Work­shop], Ren Mas­sey, psy­cho­logue et co-auteur du cha­pitre sur l’adolescence des SoC8 admet que des patient.es ont cla­ri­fié leur rap­port à l’ « iden­ti­té de genre » après avoir explo­ré leur sexua­li­té, et dis­tingue alors les agres­sions sexuelles de l’identité de genre.

Dr Ren Mas­sey : sou­rire Col­gate et zygo­ma­tiques saillantes.

Les membres de la WPATH pré­fèrent tri­via­li­ser ces ques­tions poli­tiques et les risques que leurs actions posent. Elles et ils s’amusent des enfants et ado­les­centes inca­pables de sai­sir la nature et les effets de leurs faux trai­te­ments, notam­ment sur leur vie sexuelle et repro­duc­tive future. Mais com­ment ces enfants pour­raient-ils et elles com­prendre la repro­duc­tion humaine alors que leurs méde­cins nient le dimor­phisme sexuel et la bina­ri­té de la repro­duc­tion sexuée ?

L’endocrinologue Daniel Metz­ger rap­pelle devant l’auditoire tout à fait récep­tif d’« experte.es » de l’atelier sur l’évolution de l’identité que les plus jeunes patient.es des membres de la WPATH n’ont par­fois même pas eu le temps de suivre des cours de SVT. Ses patient.es à qua­torze n’envisagent pas une vie avec des enfants ou se font des illu­sions sur l’adoption. Confron­té à un/une ex-patient/e regret­tant son infer­ti­li­té cau­sée par le bour­rage hor­mo­nal, Daniel Metz­ger l’aurait provoqué/e ain­si : « Ah un chien ne te suf­fit plus main­te­nant, c’est ça ? ».

Logique commerciale

La moti­va­tion com­mer­ciale et non médi­cale de ces candidat.es en Char­la­ta­ne­rie Sup Option Sciences trans­pire par leur uti­li­sa­tion constante du mot « client.e » [client] dans leurs conver­sa­tions pri­vées. Mia Hugues parle de modèle clien­té­liste de l’autonomie – autre mot fétiche de la WPATH – qui consiste à offrir à la patiente-cliente ce qu’elle veut tant que celle-ci peut payer et que les pro­grès tech­niques per­mettent de le faire. L’autonomie étant invo­quée sur­tout pour se dédouaner.

C’est le prin­cipe même d’une autre catas­trophe médi­cale affec­tant dis­pro­por­tion­nel­le­ment femmes et ado­les­centes, celle de la chi­rur­gie esthé­tique sans aucune fina­li­té répa­ra­trice. Mia Hugues relève que le pré­sident de la WPATH Mar­ci L. Bowers admet inad­ver­tam­ment que les pro­cé­dures de san­té trans sont cos­mé­tiques et donc super­flues : « les légis­la­tions et les médias ne s’en prennent pas à l’augmentation mam­maire, à la liga­ture des trompes ou aux lif­tings ». Pour lui, les « patient.es doivent prendre la res­pon­sa­bi­li­té de leurs déci­sions médi­cales, sur­tout lorsque celles-ci ont des effets poten­tiel­le­ment permanents ».

Per­son­nel­le­ment, je par­le­rais aus­si de l’institution de quin­ceañe­ras grin­gas par ces professionnel.les de san­té étatsunien.nes. Les quin­ceañe­ras, fêtes d’anniversaire de quinze ans, sont des rites de pas­sage à l’âge adulte pour les ado­les­centes d’Amérique Latine (pen­sez Mon incroyable anni­ver­saire/My Super Sweet 16 de MTV ou bar-mits­vah pour vous faire une idée du niveau). Il est désor­mais cou­tume « d’offrir » des « seins » (des implants mam­maires) à ces filles deve­nues femmes. Comme dans ce rite de pas­sage, les méde­cins offrent désor­mais un « chan­ge­ment » de sexe à leurs patient.es-client.es avant leur entrée à l’université : « Pour les patient.es qui sont prêt.es, je pense que le moment idéal pour la chi­rur­gie aux Etats-Unis est l’été avant leur der­nière année à l’université. Beau­coup de chirurgien.nes me l’ont confirmé ».

Mar­ci L. Bowers en fait partie :

« par­fois la fin du lycée [pour la chi­rur­gie de « tran­si­tion »] est un bon moment puisque [les patient.es] sont sous la sur­veillance de leurs parents […]. Pour l’instant notre stan­dard est 18 ans, même si je suis d’accord pour dire que ce nombre est arbitraire ».

His­toire de pré­ci­ser : les pre­mières recom­man­da­tions sont celles du chi­rur­gien ex-mili­taire Chris­tine N. McGinn. Ses propres fini­tions sont, je l’avoue, très réus­sies. Il répon­dait à un/une col­lègue se deman­dant si elle/il pou­vait opé­rer une fille de qua­torze ans en « tran­si­tion » depuis l’âge de 4 ans

Le site de Chris­tine McGinn.

Idéologie

Chris­tine N. McGinn n’est pas le seul méde­cin trans qui « tran­si­tionne » des enfants. En lisant les WPATH Files, je ne peux m’empêcher de pen­ser au film pos­ta­po­ca­lyp­tique Bird Box (2018), avec pour vedette San­dra Bul­lock. Bul­lock y incarne un per­son­nage qui doit constam­ment se cou­vrir les yeux pour ne pas suc­com­ber à une enti­té invi­sible menant au sui­cide. Une poi­gnée d’illuminé.es sur­vit mal­gré son expo­si­tion. Elles et ils tentent par tous les moyens d’inciter les autres à les imi­ter, à ouvrir les yeux pour vivre cette mer­veille, les pous­sant ain­si au suicide.

Une per­sonne sur le forum de la WPATH écrit :

« Je m’appelle [nom reti­ré] (they/them) […]. Si vous avez besoin de consul­ter avec un.e professionnel.le avec du vécu, je serais ravi.e de dis­cu­ter avec vous. J’ai écrit pas mal de lettres de recom­man­da­tion […] pour les mineur.es [pour des chi­rur­gies de « transition »] ».

Une ou un gyné­co­logue pose une ques­tion sur un patient qui se plaint de ses éja­cu­la­tions post-vagi­no­plas­tie — trop d’odeur de sperme dans son « vagin ». Un homme dont la pro­fes­sion n’est pas révé­lée répond :

« En tant que femme à expé­rience trans et qui a eu une chi­rur­gie du bas [bot­tom sur­ge­ry] il y a qua­rante ans, je dis pro­fi­tez-en. Selon mon expé­rience c’est le signe phy­sique ultime de l’orgasme…que deman­der de plus ? »

La force de l’idéologie trans est évi­dente dans les WPATH Files, les fac­tions les plus pous­sées ayant évin­cé les modé­rées. En 2001, le méde­cin Richard Green, pré­sident de l’époque, défait le tra­vail de Ste­phen B. Levine, pré­sident du comi­té ayant rédi­gé les SoC5 en 1998. Les Stan­dards of Care 6 n’exigent plus qu’une lettre de recom­man­da­tion psy­cho­lo­gique avant la prise d’hormones au lieu des deux requises par le SoC5.

Le lan­gage pré­co­ni­sé a évo­lué avec la pen­sée. Nous avons déjà vu les iden­ti­tés mul­tiples, mais avant cela il y avait la pré­fé­rence pour « l’incongruence de genre » de la Clas­si­fi­ca­tion Inter­na­tio­nale des Mala­dies de l’OMS au lieu de la « dys­pho­rie de genre » du Manuel diag­nos­tique et sta­tis­tique des troubles men­taux de l’Association amé­ri­caine de psy­chia­trie. L’ingénierie lin­guis­tique faite pour dis­tin­guer l’identité trans des mala­dies men­tales rend la posi­tion de la WPATH encore plus contra­dic­toire. Si l’incongruence n’est pas une mala­die, nul besoin de méde­cins, et s’il devait y avoir besoin de méde­cin, il fau­drait évi­ter le clien­té­lisme. La mas­ca­rade est révé­lée pour ce qu’elle est : des méde­cins qui viennent en aide à des client.es qui ne sont pas malades. 

Eunuques

Le cas d’influence nocive la plus grave (et plus folle) reste celle de l’« iden­ti­té de genre » dite « eunuque ». Les Stan­dards of Care 8 de 2022 incluent tout un cha­pitre sur les per­sonnes s’identifiant « eunuque ». « Les indi­vi­dus iden­ti­fiés eunuques ont ten­dance à vou­loir enle­ver chi­rur­gi­ca­le­ment leurs organes géni­taux ou du moins à vou­loir les rendre non-fonc­tion­nels ». Ce cha­pitre mythique source les Eunuch Archives, un forum où des hommes par­tagent leurs fan­tasmes de castration.

Pen­dant le congrès inter­na­tio­nal de 2022 à Mont­réal, Michael Irwig, un co-auteur du cha­pitre a décla­ré que sa pre­mière opé­ra­tion « eunuque » était sur un jeune homme de 19 ans, peut-être atteint d’Asperger. Celui-ci ne se serait pas iden­ti­fié comme tel, mais Irwig l’aurait « déduit ». Irwig s’est d’ailleurs féli­ci­té de l’acceptation pro­gres­sive du terme :

« Plus nous aurons de ses­sions du genre, plus les gens seront édu­qués, et plus nous aurons des gens comme vous [Tho­mas Sat­terw­hite, le même qui fai­sait déjà des nul­li­fi­ca­tions] capables de le faire. »

La jour­na­liste fémi­niste Gene­vieve Gluck n’est bizar­re­ment pas citée dans les WPATH Files alors qu’elle mène les plus grandes enquêtes sur l’organisation et autres dérives trans depuis plu­sieurs années. Ce site, Le Par­tage, a dif­fu­sé son tra­vail par le pas­sé. Avec ses col­lègues de Reduxx elle a révé­lé en 2022 que trois uni­ver­si­taires par­ti­cu­liè­re­ment actifs sur le forum ont joué un rôle déter­mi­nant dans l’adoption de la ter­mi­no­lo­gie « eunuque » dans les SoC8. Il s’agit notam­ment de Tho­mas W. John­son (pseu­do­nyme « Jesus »), Richard J. Was­ser­sug (« Eunu­chU­nique ») et Kris­ter H. Willette (« Kris­toff »). John­son et Was­ser­sug ont publié leurs son­dages sur les membres du site conte­nant plus de 10 000 his­toires sadiques, dont des mil­liers sur des mineurs. John­son va jusqu’à se van­ter d’avoir été choi­si en 2016 par Eli Cole­man, un ancien direc­teur de la WPATH, pour contri­buer aux SoC8.

Tho­mas W. John­son pré­sente sa recherche sur les eunuques en 2022.

Autres influenceurs

Pour conti­nuer à valo­ri­ser le pré­cieux tra­vail de Gene­vieve Gluck et pour pour­suivre tout aus­si sua­ve­ment dans l’horreur, men­tion­nons le cas de Lau­ra Jacobs, membre du comi­té édi­to­rial d’une revue édi­tée par la WPATH, inti­tu­lée Inter­na­tio­nal Jour­nal of Trans­gen­der Health. Cet homme dont les talents de tra­ves­tis­se­ment vous don­ne­ront envie de vous arra­cher les yeux et les orbites avec se décrit comme un « tra­vailleur du sexe kin­ky et BDSM ». Ce « thé­ra­peute » est un expert en « tor­ture géni­tale », jeu de rôles pour enfants et à jouer au doc­teur — cas­tra­tion, pedo­cri­mi­na­li­té et féti­chi­sa­tion des rap­ports médecin-patient.e. Il a contri­bué au cha­pitre sur les approches thé­ra­peu­tiques pour adolescent.es dans les SoC8.

Influence mondiale

L’influence n’est pas qu’interne à l’organisation : par­mi le comi­té d’expert.es sur la san­té trans convo­qué en ce début d’année par l’Organisation Mon­diale de la San­té, 16 membres sur 21 sont des acti­vistes trans, dont 5 affilié.es à la WPATH.

En France, Nico­las Casaux a sou­li­gné que la WPATH était men­tion­née dans le « Rap­port rela­tif à la san­té et aux par­cours de soins des per­sonnes trans, remis à mon­sieur Oli­vier Véran, ministre des Affaires sociales et de la San­té » de jan­vier 2022. Il existe même la suc­cur­sale fran­çaise, l’association TRANS SANTÉ France, ou FPATH (L’Association pro­fes­sion­nelle fran­çaise pour la san­té des per­sonnes transgenres).

Manquements déontologiques de toute part

On aura beau en faire un pro­blème de « wokisme », de liber­té d’expression, d’avarice, d’abus d’enfants (gar­çons uni­que­ment d’habitude), tant qu’on n’appréhendera pas le trans­gen­risme comme un phé­no­mène miso­gyne, on ne pour­ra y appor­ter une réponse adé­quate. La cher­cheuse Janice Ray­mond nous l’avait appris en 1979 dans L’Empire trans­sexuel. Elle mérite le plus grand « je vous l’avais dit » de l’histoire du féminisme.

Mia Hugues com­pare à juste titre le scan­dale trans à d’autres expé­ri­men­ta­tions médi­cales com­por­tant chi­rur­gies et hor­mones comme la lobo­to­mie ou la crois­sance induite d’enfants. Mais c’est à l’ovariectomie de masse du 19ème siècle et à l’apotemnophilie que le phé­no­mène trans s’apparente le plus. Le pre­mier impli­quait l’ablation des ovaires sains des femmes dans le but de soi­gner des troubles men­taux ou phy­siques par­fois liés aux mens­trua­tions dou­lou­reuses. Le deuxième, l’amputation de membres sains pour satis­faire un désir d’identité d’amputé ou éro­tique des hommes.

Les WPATH Files indiquent que les filles et femmes « tran­si­tion­nant » le font pour des rai­sons dif­fé­rentes de celles des gar­çons et hommes. Cer­taines sou­haitent sim­ple­ment et uni­que­ment mettre fin à leurs règles. La tran­si­tion est alors un double man­que­ment médi­cal dans la prise en charge des filles/femmes. Depuis les hys­té­rec­to­mies, il n’y a tou­jours pas eu le même engoue­ment médi­cal pour appor­ter des solu­tions durables à nos besoins de san­té et on nous pro­pose main­te­nant de cocher une case pour sor­tir de notre féminité.

Mais que les hommes dési­rent une chose et les méde­cins accourent. Comme avec l’apotemnophilie, la méde­cine trans sert avant tout les hommes, avec une pré­oc­cu­pa­tion pure­ment esthé­tique et non éthique. Mia Hugues note que le recours aux blo­queurs de puber­té n’a été ini­tié que parce que les hommes ayant « tran­si­tion­né » à l’âge adulte étaient encore trop mas­cu­lins pour être pris pour des femmes. 

Les fausses tran­si­tions sexuelles ne font en effet que réa­li­ser des fan­tasmes mas­cu­lins, comme le disait Janice Ray­mond. Les néo-tétons des fausses femmes flottent en l’air défiant la gra­vi­té pour satis­faire le par­te­naire plu­tôt que nour­rir le bébé. Les pseu­dos-vagins sont conformes à la vision mas­cu­line du vagin comme outil de mas­tur­ba­tion et n’ont rien à voir avec le cou­loir vital qu’est le véri­table vagin. On dirait des Ten­ga® incor­po­rés, ces objets mas­tur­ba­toires mas­cu­lins japo­nais res­sem­blant à des ther­mos. Et si cer­tains sou­haitent ajoute l’option « lac­ta­tion » à la car­ros­se­rie c’est « juste pour expérimenter ».

L’apotemnophilie par contre, contrai­re­ment au trans­gen­risme, n’a pas d’utilité patriar­cale plus large. Les chi­rur­gies trans réa­lisent l’idéal mas­cu­lin de gar­çons Peter Pan — cas­trés mais avec des seins en bonus — et des femmes qui ne ver­ront jamais le jour, puisque leurs carac­té­ris­tiques sexuelles secon­daires, seins et mens­trues, entre autres, seront défi­ni­ti­ve­ment effa­cés. Je dois donc nuan­cer les quin­ceañe­ras grin­gas : les pro­cé­dures de « tran­si­tion » des adolescent.es sont des rites de pas­sage anti-pas­sage. Ils imposent à des enfants des concepts d’adultes en les main­te­nant dans un état de per­pé­tuelle dépen­dance morale mais sur­tout cli­nique et donc financière.

Les WPATH Files nous per­mettent aus­si de sai­sir les man­que­ments éthiques et déon­to­lo­giques de toute part. D’accord, des méde­cins veulent tes­ter des trucs sur des gens. Mais pour­quoi toi, revue sup­po­sée scien­ti­fique, tu le publies ? Pour­quoi toi, uni­ver­si­té, tu l’embauches ? Com­ment ces articles ont pu être publiés et pris au sérieux ?

L’autre man­que­ment cui­sant est celui du corps jour­na­lis­tique qui a pour la plus grande par­tie adop­té le lan­gage trans sans esprit cri­tique. UnHerd, The Tele­graph, le New York Post, The Washing­ton Post ont immé­dia­te­ment écrit des­sus. Même le trans-friend­ly Guar­dian a dû en par­ler. Mais ce week-end encore, The New York Times était capable de faire co-exis­ter une enquête sur les tra­vailleuses du Maha­ra­sh­tra en Inde contraintes à des hys­té­rec­to­mies pour sup­pri­mer ce grand frein au tra­vail for­cé, les règles (« reti­rer l’utérus d’une femme com­porte de graves consé­quences ») avec un entre­tien avec Judith But­ler sur les fémi­nistes « excluant les trans ». En France, il n’y a à ce jour pas eu de cou­ver­ture média­tique notable.

Comme avec la pros­ti­tu­tion trans­for­mée en inno­cent petit bou­lot, des jour­na­listes nous ont pri­vé des mots pour dénon­cer ces énor­mi­tés. La jour­na­liste fémi­niste Helen Joyce appelle jus­te­ment à dénon­cer les jour­na­listes pour dif­fu­sion de « fausse infor­ma­tion » lorsqu’elles et ils font déli­bé­ré­ment pas­ser des hommes pour des femmes.

Des hommes imposent une énième fois leur lan­gage. Ce n’est pas du har­cè­le­ment sexuel mais de la « drague ». Ce n’est pas une « agres­sion » mais une « main bala­deuse ». Ce n’est pas « un vio­leur » mais « une vio­leuse ». Ce n’est pas un « homme » mais une « femme ». Comme si nous étions à la der­nière étape d’un gyno­cide où l’existence même des vic­times – réduite à une image por­no­gra­phique pro­je­tée sur un corps faus­se­ment neutre — serait vouée à l’effacement. Comme si.

Yag­mur Uygarkizi

Edi­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
3 comments
  1. Bon­jour,

    Voi­ci un long com­men­taire que je dési­rais pos­ter depuis long­temps sur votre site que je suis depuis plu­sieurs années.

    Tout d’a­bord, je sou­hai­te­rais vous féli­ci­ter pour le conte­nu que vous pro­po­sez : des argu­men­ta­tions tra­vaillées sur des sujets divers de socié­té et d’é­co­lo­gie, des cri­tiques per­ti­nentes, des par­tages de mor­ceaux choi­sis d’oeuvres d’au­teurs majeurs divers tels que Georges Orwell, Jacques Ellul et tant d’autres qui per­mettent d’a­voir un aper­çu de leur pen­sées et don­ner envie de l’ap­pro­fon­dir en allant lire l’oeuvre com­plète, et enfin des tra­duc­tions fran­çaise de qua­li­té de per­son­na­li­tés, notam­ment fémi­nistes, sur des sujets de socié­té. Je mesure le tra­vail que cela repré­sente et je sou­hai­tais vous en remer­cier, car il y a peu d’en­droits sur le web qui per­mettent cette ouver­ture d’esprit.

    Dans un second temps, je vou­drais par­ta­ger avec vous mon indi­gna­tion sur pro­pos et accu­sa­tions que l’on vous portes qui appa­raissent men­son­gers pour celui qui lit vos articles par des cita­tions tron­quées, défor­mées ou des affir­ma­tions à l’emporte-pièce, par des à prio­ri et des on-dits. De ce que j’ai lu (je n’ai pas lu tous vos articles trai­tant de la ques­tion de la tran­sexua­li­té), vous défen­dez une posi­tion poli­tique contre des idées concer­nant ce que vous nom­mez la théo­rie du genre, mais vous ne cher­chez pas à dis­cri­mi­ner les per­sonnes tran­sexuelles. Vous sem­blez, à ce que je lis, cri­ti­quer l’i­déo­lo­gie, ain­si que les pra­tiques aggres­sives, voire vio­lentes contre des femmes et des hommes qui portent cette cri­tique, mais éga­le­ment les inté­rêts éco­no­miques poten­tielle d’en­tre­prises ou d’in­dus­tries médicales.
    Cepen­dant, je peux com­prendre qu’une per­sonne lamb­da puisse avoir une idée faus­sée des opi­nions que vous expri­mez ou des per­sonnes dont vous par­ta­gez la parole, car vos titres ne reflètent pas tou­jours de manière juste votre pen­sée. Cer­tains peuvent paraître ad-homi­nem, alors que le conte­nu contre­dit cette impression.

    Par ailleurs, je vou­lais vous réagir sur les qua­li­fi­ca­tions de « cra­pules » concer­nant un large éven­tail de per­son­na­li­tés et d’or­ga­ni­sa­tion socia­listes ou à ten­dance com­mu­niste comme le NPA, Fran­çois Ruf­fin, etc. Mon pro­pos rejoint les cri­tiques viru­lentes voire pam­phlé­taires (c’est mon impres­sion) envers Cyril Dion et d’autres articles de même teneur envers des per­son­na­li­tés de gauche. Notez que j’ex­clue cepen­dant le PS de cette définition.
    Je trouve que toutes ces per­sonnes et orga­ni­sa­tions sont cri­ti­cables, tan­tôt sur des posi­tions trop naïves qui entraî­ne­rait à terme, si elles étaient appli­qué, la per­pé­tua­tion du sys­tème capi­ta­liste et éco­ci­daire qu’ils rejettent, tan­tôt sur leur actes ou pro­pos qui vont à l’en­contre des idées et des valeurs qui pro­meuvent. Par ailleurs, l’ap­pel au meurtre et à la haine (vous citez « les TERF au bûcher ») sont condam­nables et montre la contra­dic­tion qu’en­traine le côté fana­tique et sans nuances et réflexions qu’en­traîne la ques­tion de la tran­sexua­li­té dans les milieux variés de la gauche. Mais on pour­rait éga­le­ment citer la ques­tion de ce que j’ap­pel­le­rais « la ten­ta­ti­tion de l’au­to­ri­ta­risme » dans les milieux liber­taires ou com­mu­nistes, liés, à mon avis, d’un mélange entre désir incons­cience du pou­voir chez cer­tains, de per­sonnes pré­da­trices, toxiques, ou à com­por­te­ment auto­ri­taire, ce que j’ap­pelle « la culture incons­ciente du chef/leader » dans notre socié­té, et un manque d’é­va­lua­tion des milieux mili­tants des rela­tions de pou­voir invi­sibles qui se créent dans les struc­tures offi­ciel­le­ment hori­zon­tales, par les inéga­li­tés d’im­pli­ca­tion, d’ex­per­tise, ou de talent ora­toire (une idée inté­res­sante por­tée par une per­sonne sans cha­risme ne sera pas exa­mi­née avec jus­tesse et rai­son par le groupe).
    Mais je pense que les idées que vous por­tez, dont je trouve que plu­sieurs auraient le mérite d’être por­tée à la connais­sance d’un grand nombre, sont des­ser­vis par l’at­ti­tude un peu « tous pour­ris » que vous mani­fes­tez (c’est l’im­pres­sion qui res­sort lorsque l’on vous lis) envers des per­sonnes qui portent des mes­sages d’é­man­ci­pa­tion mais qui ne par­tagent pas (toutes) vos posi­tions. Tout le monde n’est pas un cynique hypo­crite. De nom­breux obs­tacles (déni, com­pro­mis­sion, vécu, naï­ve­té, mécon­nais­sance his­to­rique, manque de visi­bi­li­té de la pen­sée radi­cale, etc) peuvent se dres­ser sur le che­min de la pen­sée radi­cale. Que la forme de votre pro­pos ne des­serve pas le fond et ne rebutte pas celui qui pour­rait être ame­né à par­ta­ger vos idées.
    Je com­prends l’a­mer­tume qui doit vous tra­ver­ser face à ces attaques, la défor­ma­tion et la cari­ca­tu­ri­sa­tion de vos pro­pos auprès du public par des per­sonnes comme Cyril Dion. C’est injuste. Mais ne soyez pas injuste envers eux. Je crois en la sin­cé­ri­té de Cyril Dion, Fran­çois Ruf­fin sur leur ambi­tion social. Ok, ils sont ber­cés d’illu­sions tech­no­phi­listes, ok, ils ont des défauts qui des­servent la cause qu’il défendent, etc. Mais cela ne dis­ca­li­fie pas l’en­tiè­re­té de leurs actions, ni leur pos­si­bi­li­té de l’é­vo­lu­tion de leur opinion.
    On vit dans un monde pro­fon­dé­ment inéga­li­taire et hété­ro­gène. On peut le déplo­rer, mais c’est un constat. Mais ce n’est pas une fata­li­té. Les luttes pour l’é­man­ci­pa­tion seront tou­jours impar­faites, mais cela n’empêchera pas d’ar­ri­ver un jour à un monde juste, libre, équi­table et fra­ter­nel. Vous pou­vez sou­te­nir des actions et des pro­pos qui vont « dans le bon sens » tout en disant « atten­tion tout de même, il y a ça à amé­lio­rer, ça qui pose pro­blème, et tel dan­ger qui nous guette si on ne règle pas tel pro­blème dans la forme de nos luttes ».
    Pour vous par­ta­ger mon expé­rience per­son­nelle, c’est Cyril Dion, avec son film « Demain » qui m’a conduit jus­qu’à décou­vrir votre site et à vous lire. Le film a des défauts. Cer­taines pro­po­si­tions qu’il pré­sente sont des dead ends. Mais il ouvre des hori­zons, il donne de l’es­poir, il dit « there is a lot of alter­na­tives ». Il invite à creu­ser la réflexion. Et de fil en aiguille, de Repos­terre à Flo­rai­sons, on arrive jus­qu’à vos articles, et de vos articles à Jacques Ellul, et aux luttes comme les lud­dites, etc. Ce film n’est un pro­blème que si il devient une fina­li­té et non une étape. Pour moi, Cyril Dion « fait sa part » ; il par­ti­cipe à l’é­man­ci­pa­tion glo­bale à sa mesure bien qu’imparfaite. 

    Pour finir, je dirais que le conte­nu glo­bal de votre site, de par le carac­tère omni­pré­sent de la cri­tique avec un aspect sou­vent néga­tif, donne à pen­ser que le sen­ti­ment de déses­poir et de désa­bu­se­ment face au monde vous habite (ou alors par­fois, un côté aigri). On y res­sent comme un sen­ti­ment de fata­li­té inexo­rable, que le des­tin est tra­cé, et d’être un spec­ta­teur impuis­sant du désastre éco­lo­gique et de la puis­sance de la Machine indus­trielle, auto­ri­taire, et capi­ta­liste. Croyez-vous encore à la réa­li­sa­tion, un jour, de vos idées : d’un monde libé­ré de toute forme d’op­pres­sion et d’in­to­lé­rance, où l’é­ga­li­té réelle des hommes et des femmes règne dans le res­pect et la tolé­rance de cha­cun ; quand bien même vous ne ver­riez peut-être pas de votre vivant ?
    C’est, selon moi, tout le para­doxe du conte­nu que vous por­tez. A la fois, ils ouvrent vers des réflexions et des argu­ments impor­tants pour se pré­mu­nir des dérives et illu­sions et autres embuches qui par­sèment le che­min étroit vers cet idéal, et à la fois sans le vou­loir, par le côté désa­bu­sé et concen­tré prin­ci­pa­le­ment sur les catas­trophes en cours, par­ti­cipe au sen­ti­ment d’im­puis­sance que la Machine cherchent à ins­til­ler chez les socia­listes et éco­lo­gistes radi­caux (j’en­tends ici socia­liste dans son sens pre­mier, pas dans le sens poli­tique actuel), bref chez ses oppo­sants « incon­ver­tibles » à son idéologie.

    Voi­là, je dési­rais, hum­ble­ment, vous par­ta­ger mon feed­back de lec­teur occa­sion­nel. Je vous crois sin­cère dans votre lutte pour l’a­bo­li­tion des dis­cri­mi­na­tions quelles qu’elles soient envers les per­sonnes et les mino­ri­tés et pour un monde sains, sou­te­nable, res­pec­tueux des éco­sys­tèmes et soli­daire. J’ai essayé d’être le plus sin­cère pos­sible dans ce feed­back, et tout ce que j’ai dit, je l’ai dit sans méchan­ce­té. Si cer­tains pro­pos vous ont bles­sés, veuillez rece­voir mes excuses, ce n’é­tait pas mon intention.
    Je vou­lais pour finir vous remer­cier encore une fois du tra­vail que vous faîtes pour votre cause. Notam­ment, les tra­duc­tions des Edi­tions Libre, aux­quelles vous par­ti­ci­pez, je crois ; qui contri­buent à dif­fu­ser de très inté­res­santes réflexions dans l’Hexa­gone et dans les ter­ri­toires francophones.

    Respectueusement,
    TH

    1. Bon­jour,

      Mer­ci beau­coup pour votre cri­tique appro­fon­die et construc­tive. Je la com­prends tout à fait et en tant que contri­bu­trice occa­sion­nelle, j’en tien­drai compte. 

      Y.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les nouveaux maitres du monde (John Pilger — 2001)

Dans ce documentaire John Pilger analyse le système économique dominant et le fossé qui se creuse entre les plus riches et les plus pauvres. Le documentaire s’intéresse particulièrement aux institutions qui dominent l’économie mondiale, comme la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International ou encore l’Organisation Mondiale du Commerce, et aux millions de gens qui, sous leurs autorités et leur règlements, se retrouvent au chômage et à la rue.