Aux origines du transgenrisme #3 : quelques points historiques (par Audrey A. et Nicolas Casaux)

I.

Par­mi les « pion­niers de la chi­rur­gie affir­ma­tive du genre » célé­brés sur divers sites pro­mou­vant le trans­gen­risme figure le chi­rur­gien alle­mand Erwin Gohr­bandt, un des tout pre­miers (sinon le pre­mier) méde­cins à avoir effec­tué des opé­ra­tions de trans­sexua­li­sa­tion (à par­tir de 1922). Il est notam­ment connu pour avoir pra­ti­qué, sur Einar Magnus Andreas Wege­ner, qui devien­dra dès lors « Lili Elbe », une cas­tra­tion, une pénec­to­mie et l’implantation d’un ovaire dans l’abdomen, réité­rant sur ce même patient en 1931 avec l’implantation d’un uté­rus qui cau­se­ra sa mort, quelques mois après. Pen­dant la Seconde Guerre mon­diale, Gohr­bandt, entre autres choses, tra­vailla sur des expé­riences humaines (des tor­tures) dans le camp de concen­tra­tion nazi de Dachau. En février 1945, il fut déco­ré de la Rit­ter­kreuz des Krieg­sver­dienst­keuzes (la croix du Mérite de guerre) sur recom­man­da­tion per­son­nelle d’Hit­ler. Après la guerre, il ne fut pas inquié­té et recom­men­ça à exer­cer (il reçut même plu­sieurs prix liés à ses acti­vi­tés de pro­fes­seur et de chirurgien).

II.

Josef Men­gele, le plus tris­te­ment célèbre des méde­cins nazis, sur­nom­mé « l’ange de la mort », qui offi­cia notam­ment dans le camp de concen­tra­tion d’Auschwitz-Birkenau, figure éga­le­ment par­mi les pion­niers du trans­sexua­lisme. Mais son nom n’est évi­dem­ment pas mis en avant dans la liste des pré­cur­seurs du domaine que pro­posent les sites de pro­mo­tion du trans­gen­risme. Dans son auto­bio­gra­phie, parue en fran­çais au début de l’année (2023) sous le titre Les Jumelles de Men­gele, Eva Mozes Kor, une sur­vi­vante d’Auschwitz, raconte comment

« Men­gele […] avait trans­fu­sé du sang de gar­çon [à des filles], et inver­se­ment, dans un labo­ra­toire des­ti­né à cet usage. Il cher­chait à décou­vrir le moyen de trans­for­mer une fille en gar­çon et vice-ver­sa. J’appris nombre de ces détails qua­rante ans plus tard — par exemple que cer­tains ado­les­cents avaient été opé­rés et muti­lés afin de savoir s’ils pou­vaient chan­ger de sexe. L’un de ces gar­çons mou­rut dans le lit qu’il par­ta­geait avec son jumeau, lequel racon­ta plus tard : “J’ai sen­ti le corps de mon frère refroi­dir près de moi”.

Il se disait à l’époque que les six paires de jumeaux qui avaient été envoyés dans ce labo­ra­toire avaient été tués. Je ne fus jamais témoin de ce genre d’assassinat ; j’étais seule­ment consciente que des enfants dis­pa­rais­saient. Je finis par décou­vrir que ces rumeurs étaient fon­dées, que des jumeaux mou­raient bel et bien à la suite de cer­taines expé­ri­men­ta­tions médicales. »

Dans son livre How Sex Chan­ged : A His­to­ry of Trans­sexua­li­ty in the Uni­ted States, l’historienne Joanne Meye­ro­witz rap­porte com­ment : « Selon Car­la van Crist, qui avait subi une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale à Ber­lin, “les opé­ra­tions de chan­ge­ments de sexe étaient deve­nues mon­naie cou­rante” en Alle­magne pen­dant les années du régime nazi, une époque où les expé­riences médi­cales inha­bi­tuelles sur des sujets humains étaient la norme. Dans un cas, réper­to­rié dans la lit­té­ra­ture scien­ti­fique, un male-to-female [homme-vers-femme] s’était fait enle­ver toutes ses “par­ties sexuelles mas­cu­lines”, à sa propre demande, à Hanovre en 1943. »

III.

Un des pre­miers méde­cins (endo­cri­no­logue et sexo­logue) à avoir sou­te­nu la trans­sexua­li­sa­tion médi­co-chi­rur­gi­cale s’ap­pe­lait Har­ry Ben­ja­min. Consi­dé­ré comme une « figure emblé­ma­tique » de l’histoire trans, et cré­di­té pour l’invention du terme « trans­sexua­lisme », Har­ry Ben­ja­min nait en Alle­magne en 1885, et s’installe aux États-Unis en 1914. Ben­ja­min est à l’origine de l’actuelle « Asso­cia­tion pro­fes­sion­nelle mon­diale pour la san­té des per­sonnes trans­genres » (WPATH pour « World Pro­fes­sio­nal Asso­cia­tion for Trans­gen­der Health », en anglais), qui est la prin­ci­pale orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale d’élaboration de recom­man­da­tions, de normes, de poli­tiques et de pro­grammes d’éducation pro­fes­sion­nelle pour la ges­tion et le trai­te­ment des per­sonnes trans­genres « et de genre non-conforme ». En effet, jusqu’en 2006, la WPATH s’appelait la Har­ry Ben­ja­min Inter­na­tio­nal Gen­der Dys­pho­ria Asso­cia­tion (soit l’« Asso­cia­tion inter­na­tio­nale Har­ry Ben­ja­min pour la dys­pho­rie de genre »). En 1962, Har­ry Ben­ja­min pré­fa­ça élo­gieu­se­ment un livre inti­tu­lé For­bid­den Sexual Beha­vior And Mora­li­ty : An Objec­tive Re-Exa­mi­na­tion Of Per­verse Sex Prac­tices In Dif­ferent Cultures (soit « Com­por­te­ment sexuel inter­dit et mora­li­té : Un réexa­men objec­tif des pra­tiques sexuelles per­verses dans dif­fé­rentes cultures »). Son auteur, le sexo­logue Robert E.L. Mas­ters, y fai­sait la pro­mo­tion de la pédo­phi­lie, de la zoo­phi­lie (« bes­tia­li­té ») et d’une sorte de dépé­na­li­sa­tion de toutes les « offenses sexuelles ». Dans la pré­face, Ben­ja­min défen­dait en outre la pros­ti­tu­tion, laquelle avait selon lui été ana­ly­sée « objec­ti­ve­ment, non-émo­tion­nel­le­ment et scien­ti­fi­que­ment par des sexo­logues », par­ve­nus à la conclu­sion que « les “ser­vices sexuels” ache­tables pou­vaient avoir des avan­tages pour la socié­té et ne devaient pas être condam­nés ». (L’alliance actuelle entre pro­mo­teurs du trans­gen­risme, du proxé­né­tisme (de la pros­ti­tu­tion) et de la nor­ma­li­sa­tion de diverses para­phi­lies réel­le­ment pro­blé­ma­tiques n’est donc pas nouvelle.)

IV.

John Money est consi­dé­ré comme le sexo­logue ayant théo­ri­sé la notion d’« iden­ti­té de genre » (selon Bea­triz Pre­cia­do, figure contem­po­raine du trans­gen­risme et de la théo­rie queer, « Money est à l’histoire de la sexua­li­té ce que Hegel est à l’histoire de la phi­lo­so­phie et Ein­stein à la concep­tion de l’espace-temps »). Pour Money, l’« iden­ti­té de genre » dési­gnait une sorte d’identité sexuée, un sen­ti­ment pré­ten­du­ment immuable que les indi­vi­dus déve­loppent, dans la petite enfance (avant 3 ans), d’être d’un sexe ou de l’autre. Il a cher­ché à prou­ver la vali­di­té de cette notion en menant des expé­riences qui furent par la suite dénon­cées comme contraires à l’é­thique. En effet, ses cobayes les plus célèbres furent les jumeaux homo­zy­gotes Rei­mer. L’un des jumeaux, Bruce, eut son pénis presque entiè­re­ment détruit à l’âge de 8 mois à cause d’une pro­cé­dure médi­cale ratée (c’était en 1966). Ses parents cher­chèrent de l’aide auprès des pro­fes­sion­nels médi­caux. John Money répon­dit à l’ap­pel : avec des jumeaux, il pour­rait véri­fier sa théo­rie dans le cadre d’une expé­rience contrô­lée. À l’âge de 22 mois, sur les conseils de Money, Bruce subit une orchi­dec­to­mie bila­té­rale, au cours de laquelle on lui reti­ra ses tes­ti­cules et lui fabri­qua une vulve arti­fi­cielle rudi­men­taire. Bruce fut ensuite éle­vé comme une fille, et son pré­nom chan­gé en Bren­da. Ini­tia­le­ment, Money pré­ten­dit que son expé­rience était un suc­cès et les médias la pré­sen­tèrent comme tel. Bruce était deve­nu Bren­da, la sœur jumelle de Brian. Mais la réa­li­té était tout autre. Afin de prou­ver que les « rôles de genre » (gen­der roles) étaient socia­le­ment construits (ce qui est exact) et que l’« iden­ti­té de genre » s’établissait immua­ble­ment dès la petite enfance par le biais de la socia­li­sa­tion (ce qui est en revanche lar­ge­ment faux, notam­ment parce que la notion d’« iden­ti­té de genre » est confuse, inco­hé­rente et qu’elle se sub­sti­tue à tout un ensemble de traits de per­son­na­li­té tels que les goûts et les pré­fé­rences, et donc sus­cep­tibles d’évoluer et de chan­ger au cours de la vie), Money s’était livré à des actes que l’on pou­vait qua­li­fier de pédo­philes. Il avait exploi­té les deux enfants dans le cadre de spec­tacles pédo­por­no­gra­phiques pri­vés sous cou­vert de soins médi­caux : durant leurs nom­breuses séances thé­ra­peu­tiques fil­mées, il leur avait fait regar­der de la por­no­gra­phie, pré­ten­du­ment pour « induire le genre » fémi­nin en Bruce/Brenda (alors de tous jeunes enfants) puis pra­ti­quer des actes sexuels l’un sur l’autre, afin d’inscrire en pro­fon­deur le « genre fémi­nin » dans Bruce/Brenda. En gran­dis­sant, les deux enfants ne vou­laient plus se rendre aux séances. Bruce/Brenda finit par se rebel­ler et vou­loir tout arrê­ter. Ses parents obtem­pé­rèrent. Les non-dits écla­tèrent au grand jour. Bruce/Brenda ces­sa de prendre ses hor­mones. Ayant appris tout ce qui lui avait été fait, Bruce/Brenda, alors âgé de 14 ans, déci­da de réadop­ter l’identité d’un homme et de s’appeler David. Plus tard, en décembre 1997, il dévoi­la à un jour­na­liste du maga­zine The Rol­ling Stone ce que Money leur avait fait subir. Bruce/Brenda, deve­nu David, finit par se sui­ci­der en 2004, à l’âge de 38 ans, deux ans après la mort par over­dose de son frère, qui avait som­bré dans les drogues. Les cau­che­mar­desques expé­riences de Money furent un ter­rible échec. Rien de tout ceci ne qua­li­fiait pour un quel­conque pro­to­cole de méde­cine fon­dée sur des preuves. Il s’agissait plu­tôt de la mise en scène des fan­tasmes per­vers et pédo­philes d’un obsé­dé sexuel qui opé­rait en tant que pro­fes­sion­nel médi­cal. (John Money était en outre un défen­seur de l’inceste et de la pédo­phi­lie. Selon lui, il fal­lait dis­tin­guer le bon inceste du mau­vais, et la bonne pédo­phi­lie de la mauvaise.)

V.

Contrai­re­ment à ce que pré­tendent nombre de mili­tants trans, l’i­dée (fausse) selon laquelle le sexe ne serait pas binaire, mais « un spectre », selon laquelle il y aurait de mul­tiples sexes, voire une infi­ni­té de sexes, loin d’être le fruit des toutes der­nières avan­cées scien­ti­fiques, est une vieille idée absurde théo­ri­sée il y a plus d’un siècle. Elle a notam­ment été pro­mue par le phi­lo­sophe autri­chien Otto Wei­nin­ger dans son livre Sexe et carac­tère, ini­tia­le­ment publié en alle­mand en 1903. Comme le rap­porte l’historienne Joanne Meye­ro­witz dans son livre sur l’histoire du trans­sexua­lisme inti­tu­lé How Sex Chan­ged : A His­to­ry of Trans­sexua­li­ty in the Uni­ted States (« Com­ment le sexe a chan­gé : Une his­toire de la trans­sexua­li­té aux États-Unis », non tra­duit, paru en 2002) : « Wei­nin­ger envi­sa­geait le sexe comme un spectre conti­nu “dans lequel les dif­fé­rents degrés se suc­cèdent sans rup­ture de série” ». Et comme elle le note aus­si : « Cette concep­tion du sexe n’était pas néces­sai­re­ment plus éga­li­taire que le concept de sexes sépa­rés et oppo­sés. Il est tout à fait pos­sible de pro­mou­voir la thèse du sexe comme un spectre sans remettre en ques­tion la hié­rar­chie attri­buant au mâle une valeur supé­rieure à la femelle. » En outre « le livre de Wei­nin­ger ver­sait […] dans une dia­tribe miso­gyne et anti­sé­mite. Il asso­ciait l’ex­tré­mi­té fémi­nine du spectre aux “men­songes et erreurs”, au mau­vais juge­ment, à l’illo­gisme et à la “faus­se­té pro­fonde”. Et puis il asso­ciait les femmes aux Juifs. Comme les femmes, selon lui, les Juifs man­quaient d’“idées ori­gi­nales et pro­fon­dé­ment enra­ci­nées” et ne par­ve­naient pas à “par­ta­ger une vie méta­phy­sique supé­rieure”. Mais contrai­re­ment aux femmes, les juifs, c’est-à-dire les hommes juifs, pos­sé­daient une “agres­si­vi­té cer­taine” et ne croyaient “en rien”. » Le spectre de l’« iden­ti­té de genre » (sachant que dans la reli­gion Trans, l’« iden­ti­té de genre » se confond sou­vent avec le sexe) que pro­meut par exemple l’organisation trans Mer­maids est tout aus­si miso­gyne, dans la mesure où son extré­mi­té fémi­nine est asso­ciée aux prin­cesses et aux barbies.

Le « spectre [ou conti­nuum] de l’i­den­ti­té de genre » pro­mu par l’as­so­cia­tion trans bri­tan­nique Mermaids.

VI.

Un des prin­ci­paux moyens grâce aux­quels les mili­tants trans contem­po­rains par­viennent à empê­cher toute réflexion ration­nelle consiste à évo­quer la menace du sui­cide à tout bout de champ. Il s’agit en réa­li­té d’une très ancienne tac­tique de chan­tage. Dans son livre sur l’histoire du trans­sexua­lisme (sus­men­tion­né), l’historienne Joanne Meye­ro­witz, pour­tant (absur­de­ment) favo­rable aux idées trans, sou­li­gnait com­ment, dès les années 1960, les trans­sexuels n’hésitaient pas à men­tir pour par­ve­nir à leurs fins : « Les patients [les trans­sexuels] se mirent à dire aux méde­cins ce qu’ils pen­saient que les méde­cins vou­laient entendre. Même avec des méde­cins com­pré­hen­sifs, ils adap­taient par­fois leurs récits pour qu’ils cor­res­pondent aux caté­go­ries diag­nos­tiques recon­nues. […] Comme un MTF [male-to-female, trans­sexuel homme-vers-femme] l’affirmait : “Pour obte­nir une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale, vous devez dire au méde­cin que si vous ne l’ob­te­nez pas, vous vous sui­ci­de­rez.” » (L’argument du sui­cide, aujourd’hui évo­qué n’importe com­ment à tout va, est une honte, et un dan­ger, dans la mesure où il peut très bien agir comme une pro­phé­tie auto­réa­li­sa­trice. Non seule­ment il s’agit d’un chan­tage ignoble visant à court-cir­cui­ter toute réflexion ration­nelle, mais en outre il s’agit d’un men­songe, ain­si que l’ont signa­lé celles et ceux qui ont fait l’effort d’aller voir d’où pro­viennent les rares sta­tis­tiques convo­quées à l’appui de ce chan­tage. Voir aus­si cette page — en anglais — sur le mythe du sui­cide des per­sonnes trans.)

VII.

Le concept d’« iden­ti­té de genre », notam­ment popu­la­ri­sé par les sexo­logues états-uniens John Money (sus­men­tion­né) et Robert Stol­ler, a été créé à l’intersection de l’intersexuation et du sexisme ordi­naire. Comme le note Ber­nice Haus­man dans son livre Chan­ging Sex : Trans­sexua­lism, Tech­no­lo­gy, and the Idea of Gen­der (« Chan­ge­ment de sexe : Le trans­sexua­lisme, la tech­no­lo­gie et l’i­dée de genre »), paru en 1995, il ser­vait de « base phi­lo­so­phique pour les pro­to­coles de trai­te­ment de l’in­ter­sexua­li­té ». Haus­man cite une inter­view de John Money résu­mant la créa­tion de l’expression « iden­ti­té de genre » : « En tra­vaillant avec des her­ma­phro­dites, Money fut confron­té à un nou­veau pro­blème : com­ment par­ler non seule­ment des rôles copu­la­toires mais aus­si de l’é­tat d’es­prit de per­sonnes dont le sexe social ou légal est en désac­cord avec leur sta­tut chro­mo­so­mique, gona­dique ou cor­po­rel. […] Money emprun­ta le mot “genre” à la phi­lo­lo­gie, l’é­tude des langues. Le genre signi­fie le sta­tut per­son­nel, social et juri­dique d’une per­sonne en tant que mâle ou femelle sans réfé­rence aux organes sexuels. Il en tira l’ex­pres­sion “rôle de genre”. L’ex­pres­sion s’est répan­due et, aujourd’­hui, presque tout le monde l’u­ti­lise sans tou­jours savoir pré­ci­sé­ment de quoi il s’a­git. Pour Money, le rôle de genre désigne les choses qu’une per­sonne dit ou fait pour se révé­ler comme ayant le sta­tut de gar­çon ou d’homme, de fille ou de femme. Il a rapi­de­ment jugé néces­saire de com­bi­ner le terme en identité/rôle de genre. L’i­den­ti­té de genre est deve­nue l’ex­pé­rience pri­vée du genre ; le rôle de genre, la pré­sen­ta­tion publique d’une per­sonne en tant qu’­homme ou femme. » Autre­ment dit, en un sens, l’identité de genre ser­vait à mesu­rer l’adhésion d’un indi­vi­du au sexisme ambiant. Plu­tôt que d’en finir pure­ment et sim­ple­ment avec le sys­tème binaire assi­gnant la mas­cu­li­ni­té aux mâles (garçons/hommes) et la fémi­ni­té aux femelles (filles/femmes), Money encou­ra­geait l’altération chi­rur­gi­cale des organes sexuels des enfants inter­sexués (mais dont le sexe était tout de même déter­mi­nable, ce qui est le cas pour la majo­ri­té des indi­vi­dus inter­sexués) qui pré­sen­taient « des com­por­te­ments consi­dé­rés comme appro­priés pour l’autre sexe ». La théo­rie de l’identité de genre relève donc de l’homophobie et de la miso­gy­nie. Selon elle, un homme « effé­mi­né » aurait dû être une femme, est men­ta­le­ment une femme. Une fille que le sexisme ordi­naire dit « gar­çon man­qué » est sans doute lit­té­ra­le­ment une sorte de gar­çon man­qué. Elle sug­gère que cer­tains goûts, cer­taines pré­fé­rences (ves­ti­men­taires, ali­men­taires, etc.), cer­tains com­por­te­ments ne conviennent pas à cer­tains types d’anatomies. La véri­table libé­ra­tion consiste au contraire à s’affranchir de ces croyances (qui consti­tuent ce qu’on appelle le genre), à réa­li­ser que l’anatomie n’induit aucune obli­ga­tion de se confor­mer à un rôle social, à un ensemble de sté­réo­types com­por­te­men­taux, à un ensemble de pré­fé­rences, cultu­rel­le­ment asso­ciés à un sexe ou à l’autre. C’est la socié­té qui impose cette confor­mi­té, au tra­vers du sys­tème du genre (« sys­tème de bica­té­go­ri­sa­tion hié­rar­chi­sée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et repré­sen­ta­tions qui leur sont asso­ciées (masculin/féminin) »). Et c’est la socié­té qu’il faut chan­ger. C’est le genre qu’il faut abolir.

VIII.

Le trans­sexua­lisme se déve­loppe ini­tia­le­ment et en grande par­tie comme un désir lié au sexe, un fan­tasme sexuel. Comme l’écrit l’historienne Joanne Meye­ro­witz, « la trans­sexua­li­té » avait « sa com­po­sante éro­tique ». Ce n’est pas un hasard si le trans­sexua­lisme émerge (prin­ci­pa­le­ment, il en exis­tait des formes et des traces avant) au cours de la « révo­lu­tion sexuelle » des années 1960. À cette époque, un cer­tain nombre de maga­zines, revues et jour­naux sont créés qui font pêle-mêle la pro­mo­tion du tra­ves­tisme, du trans­sexua­lisme ou des « imi­ta­teurs de femmes » (female imper­so­na­tors). Comme le maga­zine The TV-TS Tapes­try créé en 1978, ensuite renom­mé Tapes­try, puis The Tapes­try Jour­nal avant de deve­nir Trans­gen­der Tapes­try en 1995 (voir aus­si la cou­ver­ture de cet article). Comme l’écrit Meye­ro­witz : « Cette nou­velle approche reflé­tait en par­tie le nombre crois­sant de MTF [male-to-female, homme-vers-femme] et leur plus grande diver­si­té d’o­ri­gines et d’ex­pé­riences. Mais sur­tout, les his­toires et les pho­tos reflé­taient l’é­vo­lu­tion de l’é­thique sexuelle. De plus en plus de MTF se mon­traient dis­po­sés à par­ler de leur vie sexuelle et à poser pour des pho­tos éro­tiques. Et de plus en plus d’é­di­teurs sai­sirent l’oc­ca­sion de tirer pro­fit de ce phé­no­mène. À par­tir de la fin des années 1950, les tri­bu­naux sup­pri­mèrent gra­duel­le­ment les lois sur l’obs­cé­ni­té et per­mirent à un plus grand nombre de films, de livres et de maga­zines éro­tiques d’é­chap­per aux pour­suites judi­ciaires. La sexua­li­sa­tion des MTF est allée de pair avec la léga­li­sa­tion et la com­mer­cia­li­sa­tion de l’ex­pres­sion sexuelle. Dans ce cli­mat sexuel chan­geant, les tabloïds et les fas­ci­cules pré­sen­taient des his­toires tour­nant moins autour de ce que la presse grand public appe­lait “des vies déses­pé­ré­ment mal­heu­reuses” et plus autour d’aventures émous­tillantes. […] Dans la presse grand public, les ques­tions de sexua­li­té appa­rais­saient en fond de la trans­sexua­li­té ; dans la presse à sen­sa­tion, elles étaient au pre­mier plan. » Selon la défi­ni­tion la plus récente du terme « trans­genre », les tra­ves­tis sont des trans­genres. Cet état de fait reflète bien les ori­gines du trans­gen­risme, qui se trouvent dans le trans­sexua­lisme, qui était lui-même proche du tra­ves­tisme (même si cer­tains tra­ves­tis s’y oppo­saient fer­me­ment), et de son aspect érotique/sexuel. Le déve­lop­pe­ment his­to­rique du trans­sexua­lisme et ulté­rieu­re­ment du trans­gen­risme est en (bonne) par­tie lié aux fan­tasmes sexuels/érotiques d’un cer­tain type d’homme. Le DSM‑5 com­prend d’ailleurs tou­jours le féti­chisme de tra­ves­tis­se­ment (trans­ves­tic disor­der) et l’au­to­gy­né­phi­lie (le fait pour un homme d’être sexuel­le­ment exci­té à l’i­dée d’être une femme), clas­sés dans la caté­go­rie des « para­phi­lies ». Mais que le déve­lop­pe­ment du trans­sexua­lisme puis du trans­gen­risme soit lié à des fan­tasmes sexuels d’hommes ne signi­fie pas que tous les hommes qui se disent trans­genres (ou « femmes trans ») aujourd’hui le font en rai­son de fan­tasmes sexuels. Les rai­sons pour les­quelles des indi­vi­dus sont ame­nés à se pen­ser trans à l’époque contem­po­raine sont mul­tiples — mais tou­jours inco­hé­rentes, tou­jours basées sur quelques idées fon­da­men­tales et erro­nées (pour ne pas dire absurde, sexiste, miso­gyne ou homo­phobe) comme la théo­rie de l’identité de genre.

IX.

Les prin­ci­pales reven­di­ca­tions trans récem­ment — au cours des dix der­nières années — ava­li­sées par les légis­la­tions d’un cer­tain nombre de pays riches (France y com­pris) ont été conçues par des hommes il y a près de 30 ans. En effet, elles figurent déjà dans la « Charte inter­na­tio­nale des droits du genre » rédi­gée par une poi­gnée d’hommes et publiée en 1995. Les recom­man­da­tions lis­tées dans cette Charte sont ensuite reprises et retra­vaillées dans les Prin­cipes de Jogya­kar­ta rédi­gés lors d’une ren­contre orga­ni­sée en novembre 2006 en Indo­né­sie (l’histoire de cette ren­contre est aus­si très signi­fi­ca­tive), puis com­plé­tés en 2017. Ces Prin­cipes de Jog­ja­kar­ta, qui n’ont pas été pro­mul­gués par un orga­nisme ayant la moindre juris­pru­dence, sont pour­tant men­tion­nés comme des prin­cipes à suivre dans les légis­la­tions des États (y com­pris dans la légis­la­tion française).

Audrey A. et Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Trois jours chez les transhumanistes (Par n°0670947011009)

C’est ainsi que grâce au compte-rendu de n° 0 67 09 47 011 009, nous découvrons à la fois les propagandistes du transhumanisme, leurs discours, leurs tactiques et surtout leur idéologie, qui n’est autre que l’idéologie dominante à l’ère des technologies convergentes : soit ce produit des universités américaines répandu sous le label de French Theory.
Lire

Catastrophe — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction du chapitre intitulé « Catastrophe » du livre « Endgame volume 1 » écrit par Derrick Jensen, et publié en 2006. Extrait : « [...] Les villes, éléments caractéristiques de la civilisation, ont toujours été dépendantes du prélèvement des ressources des campagnes environnantes, ce qui signifie, d'une part, qu'aucune ville n'a jamais été ou ne sera jamais soutenable en elle-même, et que d'autre part, dans le but de continuer leur expansion perpétuelle, les villes devront continuellement étendre le territoire dont elles nécessitent l'incessante surexploitation. [...] »