Vive la guerre, vive l’emploi, vive Dassault (par Nicolas Casaux)

Fran­ceIn­fo (18/01/2022) : « Depuis ce mar­di 18 jan­vier au matin, une soixan­taine de sala­riés du site Das­sault, à Argon­nay (Haute-Savoie), ont for­mé un piquet de grève. Un nou­vel épi­sode du conflit sala­rial avec la direc­tion du groupe. Les syn­di­cats doivent ren­con­trer la direc­tion ce soir pour “renouer le dialogue”.

“200 balles ou pas de Rafale”. Le mot d’ordre affi­ché aux portes de l’u­sine Das­sault d’Ar­gon­nay (Haute-Savoie), près d’An­ne­cy, a le mérite d’être clair. Ce mar­di 18 jan­vier au matin, une soixan­taine de sala­riés haut-savoyards ont for­mé un piquet de grève devant le site. C’est sur la ques­tion des aug­men­ta­tions des salaires que le “tor­chon brûle” depuis novembre 2021 entre direc­tion et syndicats. »

Il y a quelques mois, Célia Izoard publiait un très bon ouvrage inti­tu­lé Mer­ci de chan­ger de métier : Lettres aux humains qui robo­tisent le monde. On pour­rait — on devrait — dire plus. Il n’y a pas que « les humains qui robo­tisent le monde » qui devraient chan­ger de métier. Ou arrê­ter — ou refu­ser — de travailler.

En 2012, une polé­mique sur le rap­port de la gauche à l’emploi, à l’in­dus­trie et aux ouvriers avait oppo­sé Fran­çois Ruf­fin aux Gre­no­blois de Pièces et Main d’Œuvre et à Fabrice Nico­li­no, entre autres. Ruf­fin défen­dait l’emploi fran­çais, la pro­duc­tion de PVC dans des usines fran­çaises, soit le « can­cer fran­çais » — le poly­chlo­rure de vinyle étant un can­cé­ro­gène notoire. PMO écri­vait :

« Bref, pro­dui­sons des can­cers fran­çais. Pour l’emploi, pro­dui­sons du nucléaire fran­çais, des OGM fran­çais, des pes­ti­cides fran­çais, des nano­tech­no­lo­gies fran­çaises. Ça tombe bien, Arke­ma est lea­der dans la fabri­ca­tion des nano­tubes de car­bone, sous la marque Gra­phiS­trength, avec son uni­té de pro­duc­tion des Pyré­nées-Atlan­tiques d’une capa­ci­té de 400 tonnes par an. Les nano­tubes de car­bone sont ces nano­par­ti­cules dont les effets sur les pou­mons rap­pellent ceux de l’amiante. Mais pour les syn­di­ca­listes comme pour les par­ti­sans du Front de Gauche et Là-bas si j’y suis, “l’essentiel, c’est l’emploi”, autre­ment dit : “Nos emplois valent plus que nos vies.” C’est ça, leur pré­ten­due “pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique”. Quant à nous, liber­taires et lud­dites, nous disons : bri­sons les machines à pro­duire le cancer. »

PMO rap­pe­lait ensuite cette évi­dence que « les crimes de la socié­té indus­trielle aus­si sont com­mis par ceux qui ne font “que leur bou­lot” » — « Nous sommes des fils d’Eichmann », disait Gun­ther Anders.

Camille Ser­da, des « Amis de l’Égalité », remarquait :

« Le fait est qu’au départ PMO sou­lève des ques­tions de fond qui nous inté­ressent au plus haut point. Peut-on défendre l’emploi lié aux fabri­ca­tions de pro­duits qui tuent ? Et quelle part de com­pli­ci­té et de res­pon­sa­bi­li­té doivent assu­mer les tra­vailleurs de ces indus­tries cri­mi­nelles, et leurs orga­ni­sa­tions syn­di­cales et poli­tiques ? Tout du moins celles qui pré­tendent par­ler au nom des travailleurs.

[…]

Peut-on par­ti­ci­per à la fabri­ca­tion de pro­duits qui tuent (pro­duits chi­miques, armes, pro­duits indus­triels radio­ac­tifs, etc.) sans avoir à assu­mer, comme pro­duc­teur actif, une part de res­pon­sa­bi­li­té dans la fabri­ca­tion et la pro­pa­ga­tion de ces poi­sons ? Notre réponse est NON. Il n’est pas pos­sible de fabri­quer de la mort manu­fac­tu­rée, que ce soit du PVC, des pes­ti­cides, des armes, des pro­duits radio­ac­tifs, sans avoir à assu­mer ces fabri­ca­tions et leurs uti­li­sa­tions cri­mi­nelles. Sans la par­ti­ci­pa­tion active des sala­riés à ces indus­tries de la mort, les capi­ta­listes seraient dans l’im­pos­si­bi­li­té de les pro­duire, pas plus en France qu’ailleurs.

Si cela est pos­sible, nous le devons à une idéo­lo­gie et à une théo­rie : le mar­xisme. C’est elle qui a expli­qué que les pro­lé­taires n’ayant que leur force de tra­vail à vendre, ils n’a­vaient pas à se pré­oc­cu­per de ce qu’en fai­saient les patrons. Le seul objec­tif du pro­lé­taire est de vendre, au meilleur prix, cette force de tra­vail, sans se sou­cier de l’u­sage que va en faire le patron. C’est cette idéo­lo­gie mar­xiste qui jus­ti­fie depuis le XIXème siècle que le pro­lé­taire n’est en rien res­pon­sable des conne­ries qu’on lui fait pro­duire, puis­qu’une fois qu’il a ven­du sa force de tra­vail au tôlier, celle-ci ne lui appar­tient plus. Le pay­san est res­pon­sable s’il pro­duit de la merde, le jour­na­liste est res­pon­sable s’il écrit des men­songes, mais l’ou­vrier a ce pri­vi­lège de n’être res­pon­sable de rien, si ce n’est de faire confiance à ceux qui parlent en son nom.

À aucun moment les cen­trales syn­di­cales et les par­tis qui parlent au nom de tra­vailleurs, n’ont appe­lé à stop­per le tra­vail dans ces indus­tries qui pro­duisent de la mort, que ce soit en France où ailleurs. Tout ce petit monde a donc une res­pon­sa­bi­li­té dans le fait que le capi­ta­lisme fait du fric avec la mort des gens.

C’est en ça que le capi­ta­lisme n’est pas amé­na­geable, ni ici, ni ailleurs. C’est une autre façon de vivre ensemble et de pro­duire en fonc­tion de l’u­sage, du bon usage, et des besoins humains qu’il faut mettre en œuvre. C’est pour­quoi nous refu­sons tout autant le fait d’ac­cep­ter de vivre en des­sous du seuil de pau­vre­té, que cet accom­mo­de­ment à la ges­tion du capi­ta­lisme que pro­pose Ruf­fin et toute la gauche de la gauche, rouge, verte, inco­lore ou tricolore.

Le pro­duc­ti­visme, quelles que soient les idéo­lo­gies qui le jus­ti­fient, est donc au cœur des ques­tions que nous avons à régler. Aucun catas­tro­phisme et aucun repli pes­si­miste sur un petit pré car­ré, ne peuvent appor­ter de réponses à cette néces­si­té de remettre l’é­co­no­mie et la tech­no­lo­gie à une place qu’elles n’au­raient jamais dû quit­ter : celle d’une acti­vi­té au ser­vice des besoins humains. Le tra­vail n’est pas un but, ou un pal­lia­tif à une vie vide de sens et d’in­té­rêts, il n’est qu’un moyen par­mi d’autres.

Le chan­tier de décons­truc­tion de la socié­té capi­ta­liste est incon­tour­nable. Ce chan­tier néces­site que l’on nomme avec pré­ci­sion toutes ces acti­vi­tés géné­ra­trices de mala­dies, de mort, et de muti­la­tions, nui­sibles et inutiles pour les popu­la­tions. Cette décons­truc­tion doit être dis­cu­tée, débat­tue, accep­tée, pour com­men­cer à prendre forme et libé­rer de nou­velles pers­pec­tives de construc­tion d’un autre vivre ensemble. Tout retour en arrière, comme si tout ce gâchis n’a­vait jamais exis­té, n’est pas envi­sa­geable. Mais arrê­ter et débran­cher pro­pre­ment les prin­ci­pales sources de tous nos maux, est à notre por­tée. Pas simple… mais nous n’a­vons pas le choix. »

Un petit livre a été publié, inti­tu­lé Métro, bou­lot, chi­mio, qui réca­pi­tule ces échanges entre Ruf­fin, PMO, Nico­li­no, Tom­Jo, Ser­da et d’autres au sujet de l’emploi, de l’industrie et de la vie. Je vous le recom­mande vivement !

Si pro­duire des Rafale pour Das­sault en Haute-Savoie ou des gre­nades GLI F4 pour Alse­tex dans la Sarthe est par­ti­cu­liè­re­ment pro­blé­ma­tique, ça l’est aus­si de pro­duire du PVC pour Arke­ma dans l’Ain ou n’importe quelle mar­chan­dise (merde) indus­trielle dont la pro­duc­tion implique en amont ou en aval des nui­sances éco­lo­giques, sociales et/ou sani­taires. Comme l’écrit Florent Gou­get (dans un texte éga­le­ment publié dans Métro, bou­lot, chi­mio) :

« L’anarcho-syndicalisme, tel qu’il s’est consti­tué au siècle der­nier, pos­tule que le syn­di­cat est à la fois un moyen pri­vi­lé­gié pour une trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire de la socié­té et la base de son orga­ni­sa­tion future. Quelle qu’ait été la jus­tesse de cette idée dans le contexte du début du ving­tième siècle, elle se heurte aujourd’hui au fait que la qua­si-tota­li­té de l’appareil pro­duc­tif est deve­nue inutile ou nui­sible à la vie telle qu’on peut sou­hai­ter la mener. À cela s’ajoutent les dif­fé­rentes formes d’aliénation liées au tra­vail et au sala­riat, qui vont se ren­for­çant : le tra­vailleur n’a pas de prise sur les condi­tions et moyens d’exercice de son acti­vi­té (maté­riaux, outillage, chaînes de pro­duc­tion et de déci­sion, fina­li­tés, etc.) et les ignore géné­ra­le­ment en grande par­tie. Il se vend pour pro­duire ce qui ne lui appar­tient pas ; bien sou­vent, ce qu’il pro­duit réel­le­ment est désor­mais si flou ou si loin­tain qu’il aurait bien du mal à l’identifier. Peut-être, au mieux, la conscience dif­fuse de tout cela le sai­sit-elle, et l’étendue de son impuis­sance vient alors ren­for­cer son iner­tie fata­liste. On com­prend donc la saine réac­tion de fuite que cet uni­vers pro­voque chez beau­coup de gens dans les milieux liber­taires, qu’ils choi­sissent de tra­vailler à temps par­tiel, irré­gu­liè­re­ment, occa­sion­nel­le­ment ou pas du tout.

Il est dif­fi­cile, cela dit, de connaître à fond ce qu’on cherche à évi­ter et donc d’en par­ler de manière per­ti­nente. Aus­si cet état de fait ne favo­rise-t-il guère l’activité syn­di­cale, qui repose notam­ment sur l’implantation, les liens affec­tifs, les dis­cus­sions ou encore la connais­sance pré­cise et directe des condi­tions de tra­vail. On peut par ailleurs s’interroger sur l’intérêt même d’une telle acti­vi­té syn­di­cale s’il n’y a, en fait, rien à sau­ver, ou si peu, dans les branches de pseu­do métiers concer­nées. Essayons de nous repré­sen­ter une socié­té meilleure, notam­ment dans les domaines essen­tiels que sont l’organisation des acti­vi­tés pro­duc­tives et la répar­ti­tion de leurs résul­tats, c’est-à-dire, pour faire court, une socié­té où la pro­duc­tion résulte prin­ci­pa­le­ment de la coïn­ci­dence entre l’attirance des indi­vi­dus pour telle ou telle acti­vi­té et leurs besoins défi­nis col­lec­ti­ve­ment ; où le reste des tâches fas­ti­dieuses ou éprou­vantes est pris en charge par l’ensemble d’une com­mu­nau­té ; où la répar­ti­tion des fruits du tra­vail ain­si que son orga­ni­sa­tion se font d’après des prin­cipes d’égalité, de décence et favo­risent l’épanouissement de cha­cun ; où toutes ces acti­vi­tés, enchâs­sées dans l’ensemble de la vie sociale, pré­servent les res­sources et les équi­libres natu­rels et limitent au maxi­mum la pro­duc­tion de nui­sances. Si l’on réflé­chit aux moyens d’orienter l’organisation sociale dans ce sens, on est vite confron­té à la néces­si­té de déman­te­ler la plus grande part de l’appareil pro­duc­tif (usines, bureaux, éle­vages inten­sifs et serres géantes, etc.) ain­si que les infra­struc­tures de trans­port et de dis­tri­bu­tion qui l’accompagnent (entre­pôts, auto­routes, aéro­ports, etc.), sans par­ler de celles des télé­com­mu­ni­ca­tions ou de la pro­duc­tion éner­gé­tique. Tout sim­ple­ment parce qu’il n’y aurait rien à faire dans un monde libre de struc­tures pré­vues pour l’esclavage volon­taire, pro­dui­sant des ali­ments empoi­son­nés et des moyens high-tech d’abrutissement, et se carac­té­ri­sant toutes par leur lai­deur et un fonc­tion­na­lisme déshu­ma­ni­sant. Sa réa­li­sa­tion s’en trou­ve­rait au contraire empê­chée, ne serait-ce que par l’espace monu­men­tal que tout cela occupe à présent.

Pour tous ceux à qui une trans­for­ma­tion sociale telle qu’évoquée ci-des­sus paraît sou­hai­table, le pro­blème n’est donc plus seule­ment d’exproprier les pro­prié­taires des moyens de pro­duc­tion. Loin d’hériter d’un sys­tème prêt à l’emploi socia­liste, com­mu­niste, anar­chiste ou “de gauche”, un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire vic­to­rieux — pas­sons pour l’instant la ques­tion du com­ment — devrait com­men­cer par répa­rer les dégâts. Res­te­rait alors à réorien­ter l’éventuelle part récu­pé­rable de l’ensemble, qui serait à défi­nir, tout comme les moyens à employer pour y par­ve­nir. Il fau­drait enfin se réap­pro­prier cer­tains savoir-faire arti­sa­naux et agri­coles favo­ri­sant l’autonomie, un cer­tain épa­nouis­se­ment, et l’inscription du tra­vail dans un monde qui lui donne du sens ; ceux-là même dont le défer­le­ment tech­no­lo­gique a arrê­té la trans­mis­sion et l’élaboration conti­nue, au point qu’il fau­drait les réin­ven­ter quand ils auront com­plè­te­ment dis­pa­ru. […] Sans pré­ju­ger du résul­tat d’un inven­taire des tech­niques à conser­ver ou écar­ter qui reste à faire, on ne peut que s’alarmer de l’éradication rapide et lar­ge­ment enta­mée de toutes les formes d’appropriation de la nature anté­rieures à l’industrialisation mas­sive, qui donne à l’innovation tech­no­lo­gique per­ma­nente une odeur de terre brûlée.

Si ce sont bien les tâches qui viennent d’être évo­quées qui, dans le meilleur des cas, nous attendent, alors ce sont celles aux­quelles doit s’atteler toute orga­ni­sa­tion d’individus s’intéressant aux acti­vi­tés pro­duc­tives, syn­di­cat ou non. Il est évident qu’une telle évo­lu­tion cor­res­pon­drait à la dis­pa­ri­tion d’une bonne part de ce qu’on désigne habi­tuel­le­ment aujourd’hui sous le terme “syn­di­ca­lisme”. Cela d’autant plus cer­tai­ne­ment que l’essentiel de cette acti­vi­té (négo­cia­tions sur l’organisation du tra­vail, par­ti­ci­pa­tion au comi­té d’entreprise, défense d’intérêts cor­po­ra­tistes) et de ses mots d’ordre (défense de l’emploi, de la crois­sance, du pou­voir d’achat) ne délaissent pas sim­ple­ment les objec­tifs qui me semblent fon­da­men­taux mais contri­buent à les mettre hors de por­tée. C’est pour­tant la pour­suite de tels objec­tifs qui pour­rait selon moi assu­rer la conser­va­tion, non pas du nom de la chose, mais de la tâche qu’elle s’était don­née à une époque, dans des condi­tions his­to­riques par­ti­cu­lières très dif­fé­rentes de celles que nous connais­sons ; avant, met­tons, que les syn­di­cats ne deviennent de simples outils de régu­la­tion de l’exploitation de la main d’œuvre et de ges­tion des conflits sociaux. Mal­gré l’ambiguïté et l’insuffisance de cer­taines prises de posi­tions, ce qu’on a appe­lé le “syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire” de la CGT du début du siècle der­nier et l’anarcho-syndicalisme de la CNT espa­gnole avaient en com­mun ce double objec­tif : la défense des inté­rêts immé­diats des tra­vailleurs et la pour­suite d’un objec­tif révo­lu­tion­naire. C’est ce double objec­tif, et lui seul, qui reste digne de nos préoccupations.

L’intérêt d’une orga­ni­sa­tion cen­trée sur l’activité pro­fes­sion­nelle sala­riée, aujourd’hui, serait essen­tiel­le­ment de déve­lop­per un dis­cours sur les branches d’industries où elle est active, qui expli­que­rait leur carac­tère nui­sible et la néces­si­té de leur dis­pa­ri­tion ou de leur trans­for­ma­tion radi­cale. Elle aurait alors deux objec­tifs, ceux évo­qués à l’instant. Le pre­mier, défendre les inté­rêts immé­diats des sala­riés, serait redé­fi­ni d’après la pers­pec­tive d’une sor­tie de la socié­té indus­trielle. Il s’agirait donc de limi­ter autant que pos­sible l’aliénation des tra­vailleurs sous tous les aspects évo­qués plus haut. Cela pour­rait éven­tuel­le­ment inclure les reven­di­ca­tions sala­riales dans tel, ou tel endroit, mais sans qu’elles puissent consti­tuer un mot d’ordre géné­ra­li­sable et per­ma­nent comme on l’observe aujourd’hui. La seconde consis­te­rait en une réflexion col­lec­tive menée paral­lè­le­ment sur des moyens de déser­tion du sala­riat qui s’efforcent de dépas­ser l’acte indi­vi­duel iso­lé, ou sur la recon­ver­sion éven­tuelle de cer­tains lieux de pro­duc­tion, accom­pa­gnée d’expérimentations pra­tiques cor­res­pon­dantes. On pour­rait ain­si ima­gi­ner d’une

part les ouvriers de telle raf­fi­ne­rie ou les employés de tel rec­to­rat ou centre d’appel enta­mant une grève du zèle tout en sou­te­nant finan­ciè­re­ment leurs ex-col­lègues par­tis éle­ver des mou­tons ou apprendre le tra­vail du cuir ; et d’autre part les tra­vailleurs de telle usine de pneu­ma­tiques spé­cia­li­sée dans l’équipement de 4x4 consa­crer l’assemblée géné­rale d’une grève sur le tas aux ques­tions tech­niques liées à la recon­ver­sion immé­diate dans les pneus de bicy­clettes et véhi­cules uti­li­taires, pen­dant qu’une Com­mis­sion man­da­tée pré­pare un pro­jet de réamé­na­ge­ment des locaux pour la répa­ra­tion com­plète de voi­tures ou de vélos.

Je suis bien conscient du risque lié à de telles pro­jec­tions fan­tas­ma­go­riques, sur­tout quand elles ne sont pas l’exagération de ten­dances per­cep­tibles dans la réa­li­té sociale. À condi­tion de poser au préa­lable leurs limites, elles sont cepen­dant indis­pen­sables pour orien­ter la réflexion cri­tique et l’action. C’est ain­si qu’on peut évi­ter de se mettre à la remorque d’organisations dont les objec­tifs décla­rés n’ont plus rien à voir avec les siens propres, et se gar­der éga­le­ment de céder à un mes­sia­nisme révo­lu­tion­naire qui, sous pré­texte de gar­der la théo­rie pure de toute poten­tielle erreur d’anticipation, per­met de s’illusionner sur l’ampleur de cer­taines dif­fi­cul­tés, cen­sées dis­pa­raître magi­que­ment dans la confla­gra­tion finale.

Des démarches telles que celles ima­gi­nées ici ne sont évi­dem­ment pas simples à enta­mer au sein du monde sala­rié et on n’en voit pas le début d’une pré­misse de com­men­ce­ment. Les usines ferment, pour­tant, et mani­fes­te­ment sans espoir pour les sala­riés de retrou­ver du tra­vail ; mais ils se mettent en grève, quand il est trop tard, en comp­tant sur les délé­gués CGT pour démon­trer, contre l’évidence, que tel site auto­mo­bile est utile, ou du moins pas tota­le­ment superflu.

Si, donc, ce n’est pas d’abord vers les sala­riés qu’on se tourne, c’est vers les autres qu’il faut le faire, en cher­chant à sou­te­nir la mise à dis­tance du sala­riat dès à pré­sent, et les ini­tia­tives pour trans­for­mer le mode de pro­duc­tion capi­ta­liste indus­triel. De quelle façon ? C’est ce dont il fau­drait par­ler col­lec­ti­ve­ment, dans des groupes de per­sonnes déci­dés à dis­cu­ter de leurs besoins et des moyens de les satis­faire, pour voir dans quelle mesure ils ren­contrent leurs aspi­ra­tions et la manière dont ils envi­sagent de mener leur vie. Les “expé­ri­men­ta­tions cri­tiques” de ce genre existent déjà, et celles dont j’ai connais­sance m’inspirent en par­tie ce texte.

Ceux qui s’intéressent au sujet pour­ront lire avec pro­fit la bro­chure de Ber­trand Louart inti­tu­lée Quelques élé­ments d’une cri­tique de la socié­té indus­trielle qui tente de don­ner une pers­pec­tive poli­tique à l’idée de réap­pro­pria­tion, la revue Notes et Mor­ceaux choi­sis, notam­ment les articles “L’ébénisterie à l’époque indus­trielle” (n°6), “Le Tra­vail mort-vivant” (n°8) et “La Crise sans fin” (n°9), ain­si que le numé­ro 3 de la revue Sor­tir de l’économie, qui pointe l’inconscience de l’emprise des rap­ports éco­no­miques qui carac­té­rise nombre de démarches “alter­na­tives”. Les obs­tacles innom­brables recen­sés dans ces publi­ca­tions et qui ne man­que­ront pas de se dres­ser devant ceux qui tentent l’aventure, à com­men­cer par l’emprise de l’économie sur les rap­ports sociaux, consti­tuent en eux-mêmes un sujet d’étude du plus grand inté­rêt ; ils devraient en effet per­mettre de dési­gner beau­coup plus sûre­ment que les spé­cu­la­tions abs­traites les nui­sances prin­ci­pales aux­quelles il fau­drait s’attaquer, d’abord et avant tout parce que, des pol­lu­tions de tout ordre au mar­ché du fon­cier, elles empêchent les gens de prendre leurs affaires en main. »

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Le café atomique et autres documentaires sur la folie nucléaire (par Ana Minski et Nicolas Casaux)

Le documentaire The Atomic Cafe, « film d'horreur comique » — comme on pouvait le lire sur une affiche d'époque — sorti en 1982, constitué d'images d'archives des années 1940 à 1960 (interventions télévisuelles, discours politiques, clips publicitaires, etc.), expose la propagande d'État des États-Unis visant à faire accepter l’utilisation de la bombe atomique et la domestication de l'atome. [...]
Lire

La théorie de la fiction-panier (par Ursula K. Le Guin)

Ursula Kroeber Le Guin, décédée le 22 janvier 2018, est une auteure de science-fiction et de fantasy dont les romans ont exploré des thèmes beaucoup plus marqués par l’univers des sciences humaines que par celui des sciences dures. Fille de deux anthropologues, elle met en scène des personnages qui sont souvent des observateurs immergés dans des cultures ou des sociétés auxquelles ils sont étrangers et qu’ils s’efforcent de découvrir sans préjugés et sans influencer le cours de choses. Des Dépossédés, réflexion sur une utopie anarchiste, à Le nom du monde est forêt, récit de l’invasion d’un monde d’indigènes rêveurs par des colons armés, Ursula K. Le Guin a développé une manière de raconter des histoires qui s’écarte des canons de la science-fiction traditionnelle. Comme elle l’explique dans ce court essai écrit en 1986, [...]